REFUGIES : PARIS ET BERLIN VEULENT DES CONTROLES AUX FRONTIERES DE L'UE

 

La France et l'Allemagne vont être «extrêmement pressant[e]s» pour la mise en place de centres de contrôle aux frontières de l'Union européenne pour que «l'Europe puisse faire respecter ses frontières», a indiqué lundi François Hollande en marge d'un déplacement en Haute-Saône.

«Nous ferons en sorte aujourd'hui même qu'il y ait des conclusions qui fassent que l'Europe puisse respecter et faire respecter ses frontières. Concrètement, cela veut dire des centres d'enregistrements en Grèce, en Italie, en Hongrie, pour éviter ce qui seRéfugiés: Paris et Berlin veulent des contrôles aux frontières de l'UE. produit aujourd'hui. C'est ce que vont faire prévaloir la France et l'Allemagne. Nous serons extrêmement vigilants, extrêmement pressants» sur la mise en place de ces centres, a déclaré le président français au lendemain du rétablissement par l'Allemagne des contrôles aux frontières avec l'Autriche.

«L'Allemagne comme la France demandent que l'Europe puisse avoir sur ses frontières un contrôle. C'est la condition pour que les réfugiés puissent être accueillis dignement et de manière maîtrisée», a également déclaré M. Hollande.

L'Allemagne pourrait avoir à accueillir un million de réfugiés

Le vice-chancelier allemand, Sigmar Gabriel, a estimé lundi que l'Allemagne pourrait avoir à accueillir jusqu'à un million de réfugiés en 2015, largement au-delà des 800.000 migrants sur lesquels tablait jusqu'alors Berlin.

L'Allemagne a réintroduit dimanche les contrôles à ses frontières pour «contenir» l'afflux de dizaines de milliers de réfugiés, suspendant la libre circulation dans l'espace européen, alors que se tient lundi une réunion cruciale à Bruxelles des ministres de l'Intérieur des 28 consacrée aux quotas.

La chancelière allemande Angela Merkel, après avoir fait montre de générosité, a finalement effectué une volte-face en raison notamment des difficultés logistiques croissantes pour accueillir les demandeurs d'asile.

L'Autriche va recourir à l'armée face à l'afflux de migrants

Par ailleurs, l'Autriche va faire immédiatement appel à l'armée pour seconder la police dans la gestion du flux de migrants qui arrivent majoritairement de Hongrie, a annoncé lundi le chancelier Werner Faymann.

Vienne va mobiliser 2.200 hommes «dans les deux heures» pour «assister la police», notamment «pour les contrôles frontaliers, là où c'est nécessaire», a précisé le chancelier lors d'une conférence de presse.

Et de poursuivre: «La tâche de l'armée sera prioritairement d'apporter une aide humanitaire à l'intérieur du pays. Mais elle assurera aussi un rôle de soutien pour les contrôles frontaliers, là où c'est nécessaire».

La décision de l'Allemagne et de l'Autriche de renforcer les contrôles aux frontières est «un signal clair que cela ne peut pasRéfugiés: Paris et Berlin veulent des contrôles aux frontières de l'UE. continuer comme ça, que des gens traversent en masse les frontières sans être inquiétés», a pour sa part indiqué le vice-chancelier Rudolph Mitterlehner.

M. Faymann a souligné sur l'importance symbolique de la mesure. «Le droit d'asile doit être garanti, et l'humanité doit prévaloir. En pratique, nous n'avons connaissance d'aucun cas de personne refoulée d'Allemagne» depuis l'introduction des contrôles par Berlin, a-t-il dit.

L'Autriche table sur l'arrivée de plus de 10.000 migrants à sa frontière avec la Hongrie lundi.

La GB nomme un sous-secrétaire d'État aux réfugiés syriens

En Grande-Bretagne, le gouvernement a annoncé lundi la nomination du député Richard Harrington au poste de sous-secrétaire d'État aux réfugiés au même moment où le Premier ministre David Cameron visitait un camp de réfugiés au Liban.

«Richard Harrington sera responsable de la coordination du travail au sein du gouvernement pour réinstaller jusqu'à 20.000 réfugiés syriens au Royaume-Uni, ainsi que de la coordination de l'aide du gouvernement aux réfugiés syriens dans la région», selon un communiqué des services du Premier ministre.

Cette annonce intervient une semaine après que le gouvernement conservateur britannique, qui refuse de prendre part aux quotas européens, a annoncé son intention d'accueillir au Royaume-Uni 20.000 réfugiés syriens au cours des cinq prochaines années.

«Je nomme un ministre spécifique pour les réfugiés syriens pour faire en sorte que notre promesse d'accueillir les 20.000 (personnes) et de leur offrir un foyer chaleureux dans notre pays soit remplie rapidement», a expliqué David Cameron dans une déclaration à la télévision Sky News depuis un camp de réfugiés syriens au Liban.

«Je voulais venir ici pour voir de mes propres yeux et entendre de mes propres oreilles les histoires des réfugiés et ce dont ils ont besoin», a-t-il ajouté.

La Grande-Bretagne a accepté sur son sol 216 réfugiés syriens en situation vulnérable en un an, et près de 5.000 Syriens y ont obtenu le droit d'asile depuis le début en 2011 de la guerre qui dévaste leur pays, selon des chiffres officiels.

Plus de quatre millions de Syriens ont fui leur pays depuis le début du conflit, et plus de 240.000 ont été tués.

Source: agences et rédaction

14-09-2015 | 13:48

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=15986&cid=321#.Vfa415dCfao


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau