TANT QUE L'OTAN EXITERA, L'EUROPE RESTERA UNE VASSALE DES USA

 
Drapeau de l'Otan

F. Jourdier : « Tant que l’Otan existera, l’Europe restera une vassale des Etats-Unis »

© selensergen
 
Analyse
 
URL courte
 
Victoria Issaïeva
 
03123583
 
Le 4 avril 1949, une dizaine de pays européens, les Etats-Unis et le Canada se sont accordés sur la création d'une organisation politico-militaire. Ainsi est née l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord ayant pour mission d'assurer la sécurité du continent européen, surtout devant la « menace communiste » qui émanait de l'Union soviétique.
 

 

L'Alliance s'attribuait alors le rôle d'un organisme défensif qui devait servir les intérêts de ses pays-alliés en Europe. L'effondrement de l'URSS a marqué la fin de la guerre froide. Le pacte de Varsovie, organisation militaire des pays du Bloc de l'Est créée comme un contrepoids à l'Otan, a été dissous en 1991. Pourtant l'Otan a continué d'exister et s'est dotée d'un nouveau rôle en devenant l'instrument d'interventions offensives ce qui n'est pas du tout conforme aux intérêts des Européens, affirme le contre-amiral et essayiste François Jourdier qui a accordé une interview à la radio Sputnik. « L'Union Soviétique a disparu. La Russie ne constitue plus une menace et pourtant l'Otan existe toujours, elle s'est même étendue vers l'Est avec l'adhésion de l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie, déplore François Jourdier. — Comme le dit le général Jean Cot, il est scandaleux que les gouvernements des 27 pays européens et les plus grands dont le nôtre, puissent s'en remettre pour leur défense au travers de l'Otan à une puissance extérieure… » L'Otan a déjà entraîné l'Europe dans des interventions où les Européens n'avaient rien à gagner, comme la Serbie, l'Irak, la Libye ou l'Afghanistan, poursuit le contre-amiral français. « Quant au Sahel et à la Centre-Afrique, où nous avons des intérêts à défendre, nous avons recherché le soutien de pays européens, d'ailleurs pas intéressés, les Américains et l'OTAN ne nous suivent pas. Nous avons donc perdu toute indépendance de décision ».

 

 

François Jourdier, auteur de l'article pour la revue Défense nationale ayant pour titre « Il faut dissoudre l'Otan », est convaincu que la dissolution de l'Otan mettrait l'Europe devant ses responsabilités et la nécessité de constituer une défense crédible. « Mais tant que l'Otan existera, rien ne se passera et l'Europe restera une vassale des Etats-Unis », martèle-t-il.

 

Le fantôme de la guerre froide est réapparu suite au coup d'Etat en Ukraine, soutenu, d'ailleurs, par les Occidentaux. Cela a plongé l'Ukraine dans une grave crise qui a entraîné la guerre au Sud-est du pays. Le contre-amiral Jourdier considère que « proposer [à l'Ukraine] un traité d'association avec l'Union Européenne, comme cela a été fait à Vilnius sans consulter la Russie, ne pouvait apparaître que comme une provocation. Les Etats-Unis ont comme objectif d'empêcher la Russie de redevenir une grande puissance. Ce n'est pas du tout l'intérêt de l'Europe pour qui la Russie doit être un partenaire, avec qui elle a beaucoup d'intérêts communs… L'Ukraine est un pays ruiné, corrompu, je ne vois pas quel intérêt aurait l'Union Européenne à la prendre en charge », affirme F. Jourdier.

 

Dans un de son article, journaliste Marc Rousset insiste sur le fait que il manque à l'Europe une vision Gaullienne à long terme, une vision stratégique. Le contre-amiral Jourdier, lui, estime que l'idée de De Gaulle de faire une Europe de l'Atlantique à l'Oural est historiquement justifiée mais l'UE n'a aucune vision à terme. « Elle ne sait même pas si elle sera fédérale ou Europe des Nations. Personnellement, je pense, poursuit F. Jourdier, que l'Europe devrait reprendre son indépendance et se rapprocher de la Russie, dont elle a besoin du point de vue d'énergie et qui constitue un débouché important pour ses produits. Je considère que les sanctions contre la Russie sont contreproductives… Je ne pense pas qu'il soit souhaitable que l'Europe s'engage en Ukraine. »

 

66 ans après sa création, l'Otan compte 28 membres dont les Etats-Unis, la majorité des pays européens, le Canada et la Turquie. Le renforcement de la présence des forces de l'Alliance dans les pays baltes, en Pologne, en Mer Noire provoque en permanence les tensions à l'Est de l'Europe et menace la stabilité de la région. On souhaite à l'Otan bon anniversaire en espérant de tout cœur que l'Europe restera indépendante dans ses décisions politico-militaires.

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/analyse/20150404/1015497469.html#ixzz3cAxwdfx5


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau