EUROPE

EUROPE

MANLIO DINUCCI : LE GRAND JEU NUCLEAIRE EN EUROPE

Transmis par Marie-Ange Patrizio

 

 

L’art de la guerre

 

Le grand jeu nucléaire en Europe

 

Manlio Dinucci

 

La torpille lancée à travers le New York Times -l’accusation contre Moscou de violer le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI)- a touché son objectif : celui de rendre encore plus tendus les rapports entre Etats-Unis et Russie, en ralentissant ou empêchant l’ouverture de cette négociation annoncée par Trump dès sa campagne électorale. La torpille porte la signature d’Obama, qui en juillet 2014 (immédiatement après le putsch de Place Maïdan et la crise consécutive avec la Russie) accusait Poutine d’avoir testé un missile nucléaire de croisière, dénommé SSC-X-8, violant le Traité FNI de 1987 qui interdit le déploiement de missiles avec base à terre et portée comprise entre 500 et 5500 km. 

  D’après ce que déclarent des fonctionnaires anonymes du renseignement étasunien, deux bataillons russes en sont déjà armés, chacun doté de 4 lanceurs mobiles et 24 missiles à tête nucléaire.
  Avant de quitter l’an dernier sa charge de Commandant suprême allié en Europe, le général Breedlove prévenait que le déploiement de ce nouveau missile russe « ne peut rester sans réponse ». Il taisait par contre le fait que l’Otan garde déployées en Europe contre la Russie environ 700 têtes nucléaires étasuniennes, françaises et britanniques, presque toutes prêtes au lancement vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Et au fur et à mesure qu’elle s’est étendue à l’Est jusqu’à l’intérieur de l’ex URSS, l’Otan a de plus en plus rapproché ses forces nucléaires de la Russie. 

  C’est dans la cadre de cette stratégie que s’insère la décision, prise par l’administration Obama, de remplacer les 180 bombes nucléaires B-61 -installées en Italie (50 à Aviano et 20 à Ghedi Torre), Allemagne, Belgique, Hollande et Turquie - par les B61-12 : nouvelles armes nucléaires, chacune à quatre options de puissance sélectionnables selon l’objectif à frapper, capables de pénétrer dans le terrain pour détruire les bunkers des centres de commandement. Un programme de 10 milliards de dollars, par lequel chaque B61-12 coûtera plus que son poids en or. 

   En même temps les USA ont réalisé en Roumanie la première batterie de missiles terrestre de la « défense anti-missile », qui sera suivie d’une autre en Pologne, composée de missiles Aegis, déjà installés à bord de 4 navires de guerre étasuniens déployés en Méditerranée et Mer Noire. C’est le soi-disant « bouclier » dont la fonction est en réalité offensive : s’ils arrivaient à le réaliser, USA et Otan tiendraient la Russie sous la menace d’un first strike nucléaire, en se fiant à la capacité du « bouclier » de neutraliser les représailles. De plus, le système de lancement vertical Mk 41 de Lockheed Martin, installé sur les navires et dans la base en Roumanie, est en mesure de lancer, selon les techniques spécifiques fournies par le même constructeur, « des missiles pour toutes les missions », y compris celles d’ « attaque contre des objectifs terrestres avec missiles de croisière Tomahawk », armables aussi de têtes nucléaires.

  Moscou a averti que ces batteries, étant en mesure de lancer aussi des missiles nucléaires, constituent une violation du Traité FNI.
   Que fait l’Union européenne dans cette situation ? Alors qu’elle déclame son engagement pour le désarmement nucléaire, elle est en train de concevoir dans ses cercles politiques ce que le New York Times définit comme « une idée auparavant impensable : un programme d’armements nucléaires Ue ». Selon ce plan, l’arsenal nucléaire français serait « reprogrammé pour protéger le reste de l’Europe et placé sous un commun commandement européen», qui le financerait par un fonds commun. Cela adviendrait « si l’Europe ne pouvait plus compter sur la protection américaine ». En d’autres termes : dans le cas où Trump, se mettant d’accord avec Poutine, ne déploierait plus les B61-12 en Europe, c’est l’Ue qui penserait à poursuivre la confrontation nucléaire avec la Russie.

 

 

Edition de mardi 14 mars 2017 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/il-grande-gioco-nucleare-in-europa/ 

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


 

LA SERBIE SE DOTE D'UN MISSILE DEFENSIF IDENTIQUE AU WS-2 CHINOIS

La Serbie se dote d’un missile identique au WS-2 chinois

 Depuis 4 heures  3 mars 2017

missilechinois

no author

Un nouveau missile serbe Sumadija atteste des grands progrès que le complexe militaro-industriel du pays a fait après la dislocation de la Yougoslavie. Ce nouvel armement doit protéger la Serbie des agressions comme celle de 1999, estime un expert serbe dans une interview à Sputnik.

Ces derniers temps, la Serbie est revenue sur le marché de l’armement avec une large gamme de produits militaires, des drones et des pistolets jusqu’aux blindés et à l’artillerie. Le pays est devenu le premier producteur d’armements en Europe du Sud-Est.

« C’est un vrai retour du complexe militaro-industriel serbe depuis l’année 1999, après tout ce que l’Otan a fait contre nous, quand il a bombardé la Yougoslavie », constate l’analyste politique et militaire serbe Miroslav Lazanski.

Au salon de l’armement IDEX-2017, la Serbie a présenté son nouveau missile sol-sol Sumadija, un projet conjoint de l’entreprise d’armement serbe Yugoimport SDPR et de la société EdePro.

« C’est ce qui manquait à la Serbie pour prévenir une agression éventuelle de la part des pays de la région. Lors des bombardements de 1999, nous n’avons pas eu de tels moyens, mais Sumadija est capable de frapper les grandes villes qui entourent la Serbie. J’espère qu’il n’y aura aucun conflit, mais si un pays ouvre à quelqu’un son espace aérien pour qu’il attaque la Serbie (comme ce fut le cas de la Bulgarie en 1999, ndlr), nous aurons un missile capable de frapper les villes stratégiques dans le région», indique Miroslav Lazanski.

Les caractéristiques du missile parlent d’elles-mêmes : sa portée minimale est de 70 km, sa portée maximale de 300 km. Il est capable de fonctionner à une température de —30ºC jusqu’à +50 ºC. Équipé d’une tête thermobarique ou à fragmentations et avec un temps du lancement de 12 minutes, ce missile peut être comparé seulement avec son analogue chinois le WS-2.

« Même la ‘‘grande » Yougoslavie ne produisait pas des missiles similaires », conclut l’expert.

Source: Sputnik

http://french.almanar.com.lb/281140


 

UKRAINE : LA VISITE DE TSIPRAS, PREMIER MINISTRE GREC

La visite de Tsipras en Ukraine

 

Le Premier Ministre grec A. Tsipras a choisi récemment de visiter l’Ukraine. Sa poignée de main avec le Premier Ministre ukrainien P. Porenshenko a une valeur politique qui marque clairement que A. Tsipras, son parti Syriza et le gouvernement qu'il dirige avec les réactionnaires du parti ANEL sont délibérément dans le camp de l'Union Européenne impérialiste.

 

La visite a coïncidé avec une nouvelle aggravation de la situation dans le sud-est de l'Ukraine, avec une nouvelle effusion de sang. Le président actuel P. Poroshenko et son gouvernement réactionnaire sont en très grandes difficultés du fait de la misère que sème la politique prédatrice du groupe oligarchique qui dirige l'Ukraine avec le soutien des USA et de l'UE. Ils réactivent la guerre pour resserrer les rangs nationalistes et obtenir un soutien encore plus marqué des USA et de l'UE contre le peuple.

 

Tsipras a visité l'Ukraine à un moment où le procès-parodie pour proscrire le PC d'Ukraine est en cours, les monuments soviétiques et antifascistes sont démolis et les collaborateurs des nazis sont glorifiés comme des «patriotes» auprès de la jeunesse.

 

Les discussions sur la coopération, dans le cadre de l'UE et de l'OTAN, sur les accords commerciaux, montrent que la soi-disant « politique étrangère multidimensionnelle » du gouvernement SYRIZA-ANEL n'est rien d'autre que sa soumission aux intérêts du capital, loin des intérêts réels des peuples de Grèce et d'Ukraine.

http://www.sitecommunistes.org/ch497tsipras.htm


 

L'UE VOTE LA LEVEE DE L'IMMUNITE DE MARINE LE PEN.

Marine le Pen. Archive photo

Le Parlement européen vote la levée de l'immunité de Marine Le Pen

© AP Photo/ Jean-Francois Badias

FRANCE

URL courte

251902360

Le Parlement européen a voté ce jeudi la levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen, demandée par la justice française pour «diffusion d'images violentes».

Ce jeudi, le Parlement européen a confirmé le vote de la commission des affaires juridiques du Parlement européen, qui s'était prononcée ce mardi pour la levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen.

Le vote s'est déroulé comme à l'habitude, à main levée.

« Une nette majorité a voté pour la levée de l'immunité », a déclaré le président de la comission en annonçant les résultats du vote.

 

Marine Le Pen

© AFP 2016 FRANCOIS GUILLOT

Une commission du Parlement européen pour la levée de l'immunité de Le Pen

La candidate du Front national Marine Le Pen fait l'objet d'une enquête ouverte en France pour l'envoi, en décembre 2015, de tweets contenant des photos d'exécutions menées par le groupe terroriste Daech, dont celle du journaliste américain James Foley.

 

La levée de l'immunité se limite aux faits incriminés et ne concerne pas l'affaire des assistants FN au Parlement européen, pour laquelle Marine Le Pen a refusé d'être entendue par la police la semaine dernière.

https://fr.sputniknews.com/france/201703021030294300-lepen-immunite-levee-vote/


 

MANLIO DINUCCI : L'OTAN NON "OBSOLETE" SE PREPARE AVEC MATTIS A D'AUTRES GUERRES

Transmis par Marie-Ange Patrizio

 

 

CONSEIL  ATLANTIQUE NORD À BRUXELLES

 

L’Otan non « obsolète » se prépare avec Mattis à d’autres guerres

 

Manlio Dinucci

 

A la réunion du Conseil Atlantique-Nord, qui s’est ouverte le 15 février à Bruxelles, la ministre Pinotti et les autres ministres européens de la Défense ont poussé un soupir de soulagement : l’Otan n’est pas « obsolète », comme avait dit le président Trump. Dans sa première déclaration officielle hier à Bruxelles, le nouveau secrétaire étasunien à la Défense, Jim Mattis, a assuré que l’Otan reste « la base fondamentale pour les Etats-Unis ».

  C’est « l’alliance militaire qui dans l’histoire a eu le plus grand succès », a-t-il dit aux journalistes pendant qu’il était en vol vers Bruxelles, apportant comme preuve de l’engagement étasunien dans l’Alliance le fait que l’unique commandement Otan avec quartier général aux Etats-Unis est celui du Commandant suprême allié pour la transformation (Sact), charge déjà assumée par Mattis lui-même. Le Sact, responsable du Comité militaire (la plus haute autorité militaire de l’Otan), « promeut et contrôle la transformation continue des forces et capacités de l’Alliance ». Dans les 20 dernières années, a souligné Mattis, l’Otan s’est transformée (elle a en effet englobé tous les pays de l’ex Pacte de Varsovie, trois de l’ex URSS et trois de l’ex Yougoslavie), mais « doit continuer à se transformer pour s’adapter à ce qui s’est passé en 2014, année de tournant dans laquelle nos espoirs de quelque partenariat avec la Russie se sont démontrés infructueux ». Il faut pour cela « êtres certains que le lien transatlantique reste fort ». Pour preuve de cela, le secrétaire général de l’Otan Stoltenberg, dans sa déclaration conjointe avec le secrétaire Mattis, a confirmé hier que « des troupes et équipements étasuniens sont en train d’arriver en Pologne et dans les pays baltes, montrant clairement la détermination des Etats-Unis de rester aux côtés de l’Europe dans cette période tourmentée ».

  Sous commandement des Etats-Unis (à qui revient la charge du Commandant suprême allé en Europe), l’Otan continue ainsi à s’agrandir à l’Est, à renforcer le déploiement sur le front oriental en fonction anti-Russie, malgré les intentions déclarées du président Trump d’ouvrir une négociation avec Moscou. En même temps, l’Otan potentialise le front méridional avec de nouveaux dispositifs militaires. « Aujourd’hui nous déciderons de constituer un nouveau Hub pour le Sud auprès de notre Commandement de la force conjointe à Naples », a annoncé Stoltenberg, en soulignant que « cela nous permettra d’évaluer et affronter les menaces provenant de la région, en complément du travail réalisé par notre nouvelle Division de renseignement constituée ici au quartier général Otan ».

   Avec grande satisfaction pour la ministre Pinotti, l’importance de l’Italie augmente dans ce que Stoltenberg, en ouvrant le Conseil Atlantique Nord, a défini comme « projection de stabilité au-delà de nos frontières ». Le nouveau « Hub pour le Sud », qui sera réalisé à Naples, constituera la base opérationnelle pour la projection de forces terrestres, aériennes et navales dans une « région » aux contours indéfinis, comprenant Afrique du Nord et Moyen-Orient mais aussi des aires au-delà de celles-ci. Pour de telles opérations est disponible la « Force de riposte » de l’Otan, augmentée à 40 mille soldats, en particulier sa « Force de pointe à très haute rapidité opérative », qui peut être projetée en 48 heures « partout à n’importe quel moment ». Le nouveau « Hub pour le Sud », réalisé auprès du Commandement de la force conjointe allié avec quartier général à Lago Patria (Naples), sera sous les ordres de l’aguerrie amirale étasunienne Michelle Howard qui, en plus d’être à la tête du Commandement Otan, est commandante des Forces navales USA pour l’Europe et des Forces navales USA pour l’Afrique. Ainsi même le nouveau « Hub pour le Sud » entrera dans la chaîne de commandement du Pentagone.

  Tout cela a un prix. Mattis a rappelé la demande péremptoire que tous les alliés européens portent la dépense pour la « défense » à au moins 2% du PIB. Seuls cinq pays Otan ont atteint ou dépassé ce niveau : Etats-Unis (3,6%), Grèce, Grande-Bretagne, Estonie et Pologne. L’Italie est derrière avec « à peine » 1,1% du PIB, mais elle est en train de faire des progrès : selon les données officielles Otan, la dépense italienne pour la « défense » a augmenté en 2015-2016 de 17.642 à 19.980 millions d’euros, équivalents en moyenne à 55 millions d’euros par jour. La dépense militaire effective est beaucoup plus haute, car le bilan de la « défense » ne comprend pas les missions militaires à l’extérieur, financées par un fonds spécifique auprès du Ministère de l’économie et des finances, ni le coût d’importants armements financés aussi par la Loi de stabilité. Stoltenberg, heureux, annonce qu’enfin l’Otan « a tourné une page »,  en accroissant la dépense militaire en 2015-2016 de 3,8% en termes réels, c’est-à-dire d’environ 10 milliards de dollars. La ministre Pinotti est confiante dans le fait que l’Italie arrivera aux 2%, c’est-à-dire à dépenser 100 millions d’euros par jour pour la « défense ».

   Le chômage augmentera, mais nous aurons la satisfaction d’avoir à Naples le nouveau « Hub pour le Sud ».

 

Edition de jeudi 16 février 2017 de il manitesto

https://ilmanifesto.it/altro-che-obsoleta-la-nato-con-mattis-si-allarga-a-sud-con-un-hub-di-guerra/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


 

MANLIO DINUCCI : LE LIVRE (DU COUP D'ETAT) BLANC

 

Transmis par Marie-Ange Patrizio

 

 

L’art de la guerre

 

Le Livre (du coup d’état) Blanc

 

Manlio Dinucci

 

Pendant que les projecteurs médiatiques étaient braqués sur Sanremo (festival de la chanson, ndt), où s’est exhibée même Roberta Pinotti (ministre italienne de la « défense », ndt) chantant les louanges des missions militaires qui « ramènent la paix », le Conseil des ministres a approuvé le 10 février le projet de loi qui permettra la mise en application du « Livre Blanc pour la sécurité internationale et la défense » sous signature de la ministre Pinotti, déléguant au gouvernement « la révision du modèle opérationnel des Forces armées ». Révision, dans le sens « amélioratif», de celui opéré dans les guerres auxquelles l’Italie a participé depuis 1991, en violant sa propre Constitution. 

   Après être passé pendant 25 années d’un gouvernement à l’autre, avec la complicité d’un parlement presque totalement consentant ou inerte qui ne l’a jamais discuté en tant que tel, il est maintenant sur le point de devenir loi de l’Etat. Un coup d’état blanc, qui est en train de passer sous silence. 

 

  Aux Forces armées se trouvent assignées quatre missions, qui renversent complètement la Constitution. La défense de la Patrie établie par l’Article 52 se trouve reformulée, dans la première mission, comme défense des « intérêts vitaux du pays ». D’où la seconde mission : « contribution à la défense collective de l’Alliance Atlantique et au maintien de la stabilité dans les aires incidentes sur la mer Méditerranée, pour la tutelle des intérêts vitaux ou stratégiques du pays ». La répudiation de la guerre comme instrument d’atteinte à la liberté des autres peuples et comme moyen de résolution des conflits internationaux, établie par l’Article 11, est remplacée dans la troisième mission par la « gestion des crises en dehors des aires d’intervention prioritaire, afin de garantir la paix et la légalité internationale ».

  

  Le Livre Blanc démolit ainsi les piliers constitutionnels de la République italienne, qui se trouve reconfigurée comme puissance s’arrogeant le droit d’intervenir militairement dans les aires donnant sur la Méditerranée - Afrique du Nord, Moyen-Orient, Balkans- en soutien de ses propres intérêts économiques et stratégiques, et, en dehors de ces aires, partout dans le monde où sont en jeu  les intérêts de l’Occident représentés par l’Otan sous commandement USA. 

 

  La Loi cadre entrée en vigueur en 2016 est fonctionnelle à tout cela : elle institutionnalise les missions militaires à l’étranger, constituant pour leur financement un fonds spécifique auprès du Ministère de l’économie et des finances. Enfin, comme quatrième mission, on confie aux Forces armées sur le plan intérieur la « sauvegarde des libres institutions », avec des « devoirs spécifiques en cas d’extraordinaire nécessité et urgence », formule vague qui se prête à des mesures autoritaires et à des stratégies destructrices. 

   Le nouveau modèle accroît fortement les pouvoirs du Chef d’état-major de la défense y compris sous le profil technico-administratif et, en même temps, ouvre la porte des Forces armées à des « dirigeants provenant du secteur privé » qui pourront assumer les charges de Secrétaire général, responsable de l’aire technico-administrative de la Défense, et de Directeur national des armements. Charges clé qui permettront aux puissants groupes de l’industrie militaire d’entrer avec des fonctions dirigeantes dans les Forces armées et de les piloter selon leurs intérêts liés à la guerre. 


   L’industrie militaire est définie dans le Livre Blanc comme « pilier du Sistema Paese (1)» parce qu’il « contribue, à travers les exportations, au rééquilibre de la balance commerciale et à la promotion de produits de l’industrie nationale dans des secteurs à haute rémunération », en créant « des emplois qualifiés ».

  

    Il ne reste plus qu’à réécrire l’Article 1 de la Constitution, en précisant que notre république, autrefois démocratique, est fondée sur le travail de l’industrie guerrière.
  

Edition de mardi 14 février 2017 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/il-libro-del-golpe-bianco/ 

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

(1) Néologisme politicien pour désigner le système productif du pays, ndt.

 

Pour les versions non italiennes, Constitution de la République italienne (1947) :

ART. 1er : L’Italie est une République démocratique, fondée sur le travail.

La souveraineté appartient au peuple, qui l’exerce dans les formes et dans les limites de la Constitution.

 

ART. 11 : L’Italie répudie la guerre en tant qu’instrument d’atteinte à la liberté des autres peuples et comme mode de solution des conflits internationaux ; elle consent, dans des conditions de réciprocité avec les autres États, aux limitations de souveraineté nécessaires à un ordre qui assure la paix et la justice entre les Nations; elle aide et favorise les organisations internationales poursuivant ce but.

 

ART. 52 : La défense de la Patrie est un devoir sacré du citoyen.

Le service militaire est obligatoire dans les limites et selon les normes établies par la loi. Son accomplissement ne porte atteinte ni à la situation de travail du citoyen, ni à l’exercice de ses droits politiques.

L’organisation des Forces armées se conforme à l’esprit démocratique de la République.

https://www.senato.it/documenti/repository/istituzione/costituzione_francese.pdf 


 

JEREMY CORBYN, MILITANT RESPONSABLE EXIGE L'ANNULATION DE LA VISITE DE TRUMP EN G.B.

Corbyn réclame l’annulation de la visite de Trump au Royaume-Uni

Sun Jan 29, 2017 1:43PM

Jeremy Corbyn, le chef du Parti travailliste britannique, sur le plateau de la chaîne de télévision BBC, à Londres, le 15 janvier 2017. ©Reuters

Jeremy Corbyn, le chef du Parti travailliste britannique, sur le plateau de la chaîne de télévision BBC, à Londres, le 15 janvier 2017. ©Reuters

Le chef du Parti travailliste britannique a proposé d’interdire Donald Trump d’entrer sur le territoire du Royaume-Uni.

Indigné par le décret du nouveau président américain Donald Trump interdisant aux musulmans d’entrer aux États-Unis, le chef du Parti travailliste britannique, Jeremy Corbyn, a réclamé l’annulation de la visite officielle de Donald Trump au Royaume-Uni.

« Il ne faut pas permettre à Donald Trump de se rendre au Royaume-Uni tant qu’il n’aura pas annulé son décret honteux contre les musulmans. Il s’agit d’un décret étrange et le système parlementaire des États-Unis doit respecter les droits les plus élémentaires des individus », a déclaré Jeremy Corbyn.

Le chef de l’opposition travailliste a ensuite demandé à la Première ministre britannique de ne pas se rallier à Donald Trump tant que l’administration américaine ne respectera pas le droit international et les principes les plus fondamentaux de la liberté.

Theresa May a remis, lors de sa récente visite aux États-Unis, l’invitation officielle de la reine Elizabeth II au nouveau président américain. De plus, elle n’a dénoncé le décret anti-immigration de Donald Trump qu’après être devenue la cible de critiques virulentes de la part de ses opposants.

Dans la foulée, Jeremy Corbyn a, de son côté, condamné l’absence de réaction rapide et convenable de la Première ministre au nouveau décret de Donald Trump.  

http://presstv.com/DetailFr/2017/01/29/508261/dcret-antiimmigration-musulmans-Theresa-May-EtatsUnis-Donald-Trump--RoyaumeUni-Jeremy-Corbyn


 

LE REVE FOU D’OBAMA : DECLENCHER LA GUERRE A LA RUSSIE

Des centaines de chars américains arrivent en Europe pour « maintenir la paix» aux frontières russes

 Depuis 7 heures  9 janvier 2017

equipementsus00

 Allemagne - Amérique et Europe

Les Etats-Unis ont à nouveau livré du matériel américain en Allemagne pour renforcer leur engagement auprès de leurs alliés contre la soi-disant menace russe et s’assurer que l’UE resterait «libre, prospère et dans la paix».

Selon le médias russe RT, 2 800 unités de matériel militaire, dont des chars Abrams, des véhicules d’artillerie Paladin et des véhicules de combat Bradley, ainsi que 4 000 militaires américains ont été transportés ces derniers jours jusqu’au port allemand de Bremerhaven, dans la cadre de l’opération Atlantic Resolve, dans le but de faire face à «l’agression russe».

«C’est une partie de nos efforts pour contenir l’agression russe, assurer l’intégrité de nos alliés et conserver une Europe entière, libre, prospère et dans la paix», a déclaré le lieutenant-général des forces aériennes Timothy M. Ray au sujet de ce nouveau déploiement militaire américain en Europe.

Ces nouvelles forces seront envoyées d’abord en Pologne pour participer à des exercices militaires à la fin du mois, puis seront déployées dans plusieurs pays dont les pays baltes, la Bulgarie, la Roumanie et l’Allemagne.

L’armée américaine a également en projet de déployer 50 hélicoptères Black Hawk et 10 hélicoptères CH-47 Chinook, 24 hélicoptères Apache et 2 200 militaires.

L’Allemagne, le Canada et la Grande-Bretagne contribuent aussi au renforcement des forces de l’OTAN dans l’Est de l’Europe et déploieront 1 000 militaires chacun en Estonie, Lettonie et Lituanie.

L’opération Atlantic Resolve a débuté en 2014 après le référendum en Crimée qui a abouti à son rattachement à la Russie. Dans le cadre de cette opération, l’OTAN coordonne des manœuvres dans l’Est de l’Europe : en Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Roumanie, Bulgarie et Hongrie.

La Russie a condamné à plusieurs reprises les activités de l’OTAN près de ses frontières, les qualifiant d’«hostiles» et jugeant qu’elles «menaçaient sa sécurité nationale». En représailles, Moscou a déployé des armements sur ses frontières occidentales, et notamment dans l’enclave de Kaliningrad. Ses manœuvres militaires de grande échelle se sont tenues sur son territoire.

Source: RT

http://french.almanar.com.lb/183687


 

D’EVENTUELLES ATTAQUES CHIMIQUES, BIOLOGIQUES ET MICROBIENNES DE DAECH EN EUROPE

Eventuelles attaques chimiques de Daech en Europe

Mon Jan 9, 2017 5:27PM

Le Maroc alerte l’Europe sur l’imminence d’une attaque chimique, le 6 avril 2016.©AFP

Le Maroc alerte l’Europe sur l’imminence d’une attaque chimique, le 6 avril 2016.©AFP

Après avoir essuyé des défaites cuisantes en Irak et en Syrie, la nouvelle phase d'attaques terroristes de Daech en Europe sera éventuellement atroce et d'envergure.

Cette menace n'est pas chose nouvelle, mais semble devenir de plus en plus sérieuse. Il y a un an, le Parlement européen se disait inquiet quant aux 150 tentatives suspectes de trafic de produits chimiques et depuis; des responsables britanniques, français, marocains et de plusieurs autres pays accentuent ces inquiétudes avec leurs points de vue.

Les défaites consécutives et cuisantes de Daech en Irak et en Syrie jouent certainement un rôle crucial dans l'aggravation de ces préoccupations. En effet, il ne reste plus tellement de choix au groupe terroriste déchu qui devra recourir à une démonstration de force sur l'échiquier international.

L'Union européenne avait précisé dans son rapport que Daech pourrait recourir à l'usage des produits comme du gaz sarin et du bacille d'anthrax en vue de lancer des attaques microbiennes et chimiques en Europe. Ce genre d'attaques pourrait se solder par la mort d'un grand nombre d'Européens.

Ces attaques pourraient être lancées par les armes non conventionnelles : chimiques, biologiques et microbiennes, radiologiques et même nucléaires.

Selon un rapport du Centre européen de la lutte contre le terrorisme, il existe en Europe des jeunes ayant de mauvais antécédents et qui se sentent humiliés, marginalisés ou objets de discriminations. Ce sont ces jeunes, qui cherchent à se venger, quitte à viser ses compatriotes tout comme la terre a été témoin au cours des deux dernières années des atrocités commises à travers le monde.

http://presstv.com/DetailFr/2017/01/09/505499/Europe-Daech-attaques-chimiques


 

LA DICTATORIALE UNION EUROPEENNE AGONISE. QU’ELLE CREVE LE PLUS VITE POSSIBLE

Les citoyens européens de plus en plus pessimistes sur l’avenir de l’UE

Mon Jan 2, 2017 6:23PM

Les citoyens européens se disent pessimistes sur l’avenir de l’Union européenne. ©global.handelsblatt.com

Les citoyens européens se disent pessimistes sur l’avenir de l’Union européenne. ©global.handelsblatt.com

Pour la plupart des Occidentaux, l’Union européenne est sur le chemin de l’effondrement.

Selon le site Web du journal allemand Handelsblatt global, les résultats d’un récent sondage YouGov montrent qu’après une série d’attentats et de chocs politiques qui ont marqué l’année écoulée 2016, de nombreux citoyens européens et américains estiment probable le déclenchement d’un grand conflit mondial.

Suite aux percées des partis populistes un peu partout dans le monde occidental, les citoyens britanniques, français, allemands et ceux des 4 pays scandinaves ayant participé au sondage sont soit relativement soit très pessimistes sur l’avenir de l’UE. Les peuples français et norvégien ont exprimé le plus haut niveau de pessimisme quant à l’avenir de l’Europe avec respectivement 60% et 64%. En plus, la plupart des citoyens européens pensent que la Grande-Bretagne ne sera pas le dernier pays qui quitte l’Europe. Et en ce qui concerne les soucis intérieurs, la plupart des personnes sondées, à l’exception des Allemands, disent qu’ils s’attendent à de pires conditions économiques dans leurs pays respectifs en cette année 2017 qui vient de commencer.

De même, le magazine américain Forbes fait allusion à la crise migratoire et aux attentats terroristes en Europe durant l'année 2016. Ce magazine américain ajoute que d’importantes élections qui devront avoir lieu pendant la nouvelle année 2017 en Europe pourraient se transformer en un véritable face à face entre différentes formations populistes et les courants populistes cherchant à profiter du mécontentement public.

http://presstv.com/DetailFr/2017/01/02/504560/Europe-sondage-pessimiste-YouGov/