EUROPE

EUROPE

L'EUROPE, PROCHAIN NID TERRORISTE DE DAECH !

8 000 sympathisants de Daech seraient en route vers l’Europe

Wed Sep 13, 2017 7:20AM

Daech faiblit en Syrie et en Irak. ©AFP

Daech faiblit en Syrie et en Irak. ©AFP

Après avoir essuyé des échecs cuisants en Irak et en Syrie environ 8 000 ressortissants européens membres du groupe terroriste Daech envisagent de regagner leurs pays.

Selon l’agence de presse iranienne Fars, le groupe terroriste Daech a subi pendant les dernières semaines de lourdes défaites dans les régions qu’il en avait prise le contrôle.

Ayant essuyé de lourdes pertes infligées par la Résistance libanaise, les terroristes de Daech se sont retirés deégions frontalières syro-libanaises.

Au cours du dernier mois, les forces irakiennes ont réussi à bouter hors des villes de Mossoul et de Tal Afar les daechistes. L'armée syrienne a également brisé, mardi 5 septembre, le siège de trois ans et un moi de la ville de Deir ez-Zor.

À Raqqa, les terroristes de Daech ont été encerclés par les forces kurdes. Des rapports témoignent que ce groupe terroriste a pris ses distances du commandement central et que les responsabilités ont été partagées entre les chefs locaux. Cela a été mentionné dans l’accord conclu entre Daech et Hezbollah, mouvement de la Résistance islamique du Liban, car les terroristes de Daech opérant dans la région de Jurd al-Qaa (est) ont accepté de s'y retirer  sans aucune coordination avec le commandement central.

En allusion à un rapport du Conseil de sécurité de l’ONU portant sur le sujet précité le site web libanais, El Nashra, a écrit que Daech a commencé à envoyer des biens dans des zones où il n'y a pas de groupes affiliés, afin de se préparer à l'effondrement de son propre califat en Irak et en Syrie et de pouvoir mener à bien ses opérations à l'extérieur des frontières de ces deux pays.

Selon les sources politico-militaires, bien que Daech subisse des revers cuisants en Irak et en Syrie, mais ce groupe terroriste est en train d’être scindés en des cellules terroristes opérant dans les régions et les villes étant en dehors de leurs domaines d’activités.

Les dépêches font état que les éléments étrangers de Daech sont en train de prendre la fuite l'Irak et la Syrie à destination de leur propre pays. Sur les 30 000 terroristes de Daech, près de 9 000 sont d’origine des pays d'Asie de l'est, 8 000 de l'Europe, 6 000 de la Tunisie et 3 000 d'Arabie saoudite.

Le site libanais se réfère aux lois sévères imposées aux terroristes qui retournent en Europe en provenance d'Irak et de Syrie et ajoute que ces lois doivent être accompagnées de mesures de sécurité strictes sur les frontières, car certains de ces terroristes sont très dangereux. Et ils traverseront les frontières de l'Europe en utilisant des passeports qui ont été minutieusement falsifiés.

À la fin du rapport, il est souligné que l'effondrement de Daech au Moyen-Orient et la fin des rêves de ce groupe terroriste dans la création des califats dans la région ne signifiait pas la fin de la menace de Daech, mais ce qui est évident c’est que les daechistes cherchent à mener des opérations terroristes dans toutes les régions du monde, en particulier dans les pays occidentaux.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/09/13/534985/LEurope-prochain-nid-de-Daech-


 

BARCELONE : 500 000 MANIFESTANTS CONTRE LE TERRORISME

Bougies en hommage aux victimes de l'attentat de Barcelone

«Je n’ai pas peur»: une grande manifestation contre le terrorisme en cours à Barcelone

© REUTERS/ Susana Vera

INTERNATIONAL

URL courte

1321234

Neuf jours après les attentats en Catalogne, des dizaines de milliers de personnes, fleurs à la main, sont descendues dans les rues de Barcelone pour manifester contre le terrorisme. Ce rassemblement a été organisé par le gouvernement catalan et la mairie de Barcelone.

La manifestation intitulée «No tinc porb» («Je n'ai pas peur», en catalan) a réuni des dizaines de milliers d'Espagnols et d'étrangers se levant contre le terrorisme et les attentats meurtriers qui ont eu lieu en Catalogne et ont tué 15 personnes, rapporte le journal La Vanguardia.

Selon le média, tous les membres du gouvernement espagnol, y compris son chef Mariano Rajoy et le roi Felipe VI, assistent au rassemblement. Ainsi, le roi est devenu le premier souverain espagnol à prendre part à une manifestation depuis le rétablissement de la monarchie en 1975.

​En outre, de nombreux fleuristes de l'avenue la Rambla ont aussi été invités à prendre part à cet événement commémoratif et à marcher en tête.

​«Nous faisons partie de la Rambla, non seulement nous y travaillons mais nous y passons notre vie, et c'est bien que les gens voient que nous marchons en tête et sans peur», a expliqué à l'AFP Barbara Cabello, âgée de 22 ans, fleuriste comme sa mère et sa grand-mère depuis 50 ans à la Rambla.

​Deux attentats à la voiture bélier ont été commis à quelques heures d'intervalle en Catalogne, dans le nord-est de l'Espagne, faisant au total 15 morts et une centaine de blessés dans le cœur touristique de Barcelone et dans la station balnéaire de Cambrils.

https://fr.sputniknews.com/international/201708261032799938-manifestation-terrorisme-barcelone/


 

LE GRAND RABBIN DE BARCELONE INCITE LES JUIFS A QUITTER L'EUROPE ET A ACHETER DES PROPRIETES EN ISRAËL

«L’Europe est perdue» : le grand rabbin de Barcelone encourage les juifs à songer à « Israël »

 Depuis 13 minutes  20 août 2017

rabbin_barcelone

 Amérique et Europe - Espagne

 

Après les attentats de Catalogne revendiqués par la milice wahhabite terroriste Daech,  et qui ont coûté la vie à 14 personnes et blessé plus d’une centaine d’autres, le grand rabbin de Barcelone a encouragé les juifs de la région à ne pas répéter les erreurs des juifs «algériens ou vénézuéliens» et à se préparer à quitter l’Europe, «avant qu’il ne soit trop tard».

«Je le dis à mes confrères : ne pensez pas que vous êtes ici [à Barcelone] pour de bon, et je les encourage à acheter des propriétés en Israël», a confié Meir Bar-Hen à l’agence de presse JTA («Jewish Telegraphic Agency», basée à New York). Dans ce même entretien, il a estimé que les attaques en Espagne avaient mis en évidence la présence de «franges radicales» parmi la population musulmane de la région. Il a en outre jugé que les autorités espagnoles étaient timorées dans leur traitement du terrorisme.

https://french.almanar.com.lb/538030


Le rabbin a notamment pris pour exemple, afin d’étayer ses propos, le cas de l’autorisation accordée par les autorités espagnoles à l’écrivain palestinien membre de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) Leïla Khaled, d’entrer sur son territoire, alors que cette dernière avait été impliquée dans un détournement d’avion en 1969 et une tentative d’en détourner un second en 1970, au nom de la cause palestinienne.

Selon RT, l’opinion de Meir Bar-Hen n’est pas partagée par toutes les instances communautaires juives locales.
Ainsi, la Fédération des communautés juives d’Espagne (FCJE) a publié un communiqué le 17 août, dans lequel elle enjoint les Espagnols de confession juive à «faire confiance aux forces de l’ordre du pays qui travaillent chaque jour à empêcher les fanatiques et les islamistes de semer le chaos et la souffrance». Le FCJE a aussi demandé aux responsables politiques de traiter de manière intelligente et déterminée le fanatisme, dans le sens de la «liberté et de la démocratie».

https://french.almanar.com.lb/538030


 

APRES LEUR DEFAITE EN SYRIE ET EN IRAK 3000 TERRORISTES BIENTOT DE RETOUR AU BERCAIL, EN EUROPE

La police catalane à Cambrils

Jusqu’à 3.000 djihadistes bientôt de retour en Europe

© AP Photo/ Emilio Morenatti

INTERNATIONAL

URL courte

326807

Daech et le Front al-Nosra reculent en Syrie et en Irak et l’Europe devrait se préparer au retour de nombreux djihadistes partis dans ces pays, d’après le Réseau d’alerte contre la radicalisation de la Commission européenne.

Près de 3.000 djihadistes partis faire le djihad dans les rangs de Daech et du Front al-Nosra, lié à Al-Qaïda, pourraient bientôt rentrer en Europe, a annoncé l’agence suisse ATS citant un rapport du Réseau d’alerte contre la radicalisation (Radicalization awareness network, RAN) créé par la Commission européenne.

«La plupart des pays membres de l’UE s’attendent à un retour progressif des terroristes», est-il indiqué dans le rapport.

 

Djihadistes en Irak

© PHOTO: AP

«La reprise de Mossoul poussera les djihadistes vers l'Europe»

Selon les données recueillies par les analystes, entre 1.200 et 3.000 Européens avec «des antécédents différents», dont des femmes et des enfants, qui ont vécu ou combattu avec Daech et le Front al-Nosra en Irak et en Syrie, rentreront sur le territoire de l’UE. Environ 30% de ces personnes ont déjà pénétré en Europe et certaines d’entre elles ont été arrêtées.

 

Selon le RAN, le nombre des djihadistes souhaitant rentrer en Europe augmentera si les terroristes essuient des pertes considérables en Irak et en Syrie.

Plus de 42.000 combattants étrangers de 120 pays ont rejoint Daech entre 2011 et 2016. Parmi ces terroristes, il y a au moins 5.000 Européens originaires de Belgique, de France, d’Allemagne, du Royaume-Uni, d’Autriche, du Danemark, de Finlande, d’Italie, des Pays-Bas, d’Espagne et de Suède. Quelque 20% de ces djihadistes ont péri dans les combats, entre 30% et 35% sont rentrés chez eux et environ 50% restent toujours en Syrie et en Irak.

D’après les auteurs du rapport, le retour des djihadistes est une «source de préoccupation sérieuse» pour l’Europe, puisque certains d’entre eux ont été impliqués dans les attentats de Paris en novembre 2015 et de Bruxelles en mai 2014 et mars 2016.

https://fr.sputniknews.com/international/201708181032698190-europe-daech-djihadistes-retour/


 

L'UNION EUROPEENNE VIENT D'ADOPTER DE NOUVELLES SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE

Nouvelles sanctions anti-russes de l’Union européenne

Fri Aug 4, 2017 5:47PM

Turbine à gaz de Siemens. (Photo d’archives)

Turbine à gaz de Siemens. (Photo d’archives)

Dans la foulée du tapage médiatique sur le transfert des turbines à gaz de la société Siemens en Crimée, l’Union européenne vient d’adopter de nouvelles sanctions contre Moscou.

Les nouvelles sanctions antirusses rappellent celles qu’a subies la Russie en 2014. À la suite d’un référendum, la Crimée a été rattachée à la Russie, ce qui a décidé l’UE à adopter des mesures punitives à l’encontre de la Russie.

Depuis, les entreprises occidentales se sont vues interdites de commercer et de mener des échanges économiques avec la péninsule de Crimée.

Et ce vendredi, avec cette histoire de turbines à gaz, la Commission européenne a imposé de nouvelles sanctions, sanctionnant cette fois-ci trois particuliers et trois entreprises russes.

Le nom du vice-ministre russe de l’Énergie vient ainsi de s’ajouter à la liste noire du bloc.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/08/04/530717/LUE-et-ses-fameuses-sanctions-antirusses


 

G20 : MELANIA TRUMP MET FIN A LA RENCONTRE ENTRE SON MARI ET VLADIMIR POUTINE

URGENT

Melania Trump a mis fin à la rencontre entre son mari et Vladimir Poutine à Hambourg

INTERNATIONAL

URL courte

41267311

Le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a déclaré que Vladimir Poutine et Donald Trump ne semblaient pas avoir l'intention de conclure leur première entrevue et que la femme du Président américain Melania a dû intervenir pour y mettre un terme.

La femme du Président américain Melania Trump a tenté de convaincre Vladimir Poutine et son mari de mettre un terme à leur premier tête-à-tête lors du sommet du G20 à Hambourg, a indiqué le secrétaire d’État américain Rex Tillerson cité par Reuters.

Dans le cadre du sommet du G20, Vladimir Poutine et Donald Trump se sont rencontrés pour leur toute première entrevue afin de discuter des questions d'actualité.

L'entrevue a duré deux heures et 20 minutes.

https://fr.sputniknews.com/international/201707071032148641-melania-rencontre-poutine/


 

HAMBOURG : MANIFESTATION FLEUVE ANTI-G-20

Hambourg : les anti-G20 dénoncent les politiques de leurs dirigeants

Sun Jul 2, 2017 5:46PM

Manifestation monstre anti-G20 à Hambourg. ©Tasnim News

Manifestation monstre anti-G20 à Hambourg. ©Tasnim News

Selon le quotidien allemand Die Frankfurter Allgemeine Zeitung, ils étaient des milliers de personnes à battre le pavé ce dimanche 2 juillet à Hambourg afin de condamner les politiques des dirigeants du sommet du G20 qui se tiendra les 7 et 8 juillet dans cette ville portuaire d’Allemagne.

Plusieurs organisations ont appelé les gens à descendre dans la rue pendant la tenue du sommet en question.

Selon Die Frankfurter Allgemeine Zeitung, plus de 4 000 personnes se sont rassemblées ce dimanche dans l’après-midi devant la municipalité de Hambourg afin de protester contre la présence des dirigeants du G20.

Aux dires d’un porte-parole de la police, le nombre des contestataires ayant assisté à cette manifestation ne cessait de gonfler.

Les manifestants se sont ensuite dirigés vers le centre-ville avant de scander des slogans hostiles à l’encontre des politiques commerciales et climatiques des dirigeants du G20.

Les contestataires portaient des pancartes sur lesquelles étaient inscrits des slogans rappelant la nécessité de préserver le climat et de lutter contre la pauvreté.

Certains organismes de protection de l’environnement et de l’agriculture, des syndicats d’ouvriers, des organisations de défense des droits de l’homme et des Églises ont participé à cette manifestation.  

Il est prévu qu’une trentaine d’autres manifestations aient lieu d’ici à la fin du sommet du G20.

Plusieurs autorités allemandes ont lancé une mise en garde contre les protestataires qui entendent envahir les rues proches du sommet du G20 en les menaçant d’être sévèrement punis.

Source des photos : Tasnim News

http://presstv.com/DetailFr/2017/07/02/527218/Hambourg--manifestation-montre-antiG20


 

 

L'ILLEGITIME UE INFLIGE UNE AMENDE RECORD DE 2,42 MILLIARDS D'EUROS A GOOGLE

L’UE inflige une amende record de 2,42 milliards d’euros à Google

 Depuis 26 minutes  27 juin 2017

An illustration picture shows a Google logo with two one Euro coins, taken in Munich January 15, 2013.   REUTERS/Michael Dalder  (GERMANY - Tags: BUSINESS SCIENCE TECHNOLOGY) - RTR3CH3L
An illustration picture shows a Google logo with two one Euro coins, taken in Munich January 15, 2013. REUTERS/Michael Dalder (GERMANY - Tags: BUSINESS SCIENCE TECHNOLOGY) - RTR3CH3L

 Amérique et Europe - UE

Bruxelles a infligé mardi une amende record à l’américain Google pour abus de position dominante, une nouvelle sanction à l’encontre de firmes américaines qui risque de déplaire vivement au président Donald Trump.

Cette pénalité, qui se monte à 2,42 milliards d’euros, pulvérise le record précédent: dans un cas d’abus de position dominante, l’amende la plus importante jamais prononcée par la Commission européenne s’élevait jusqu’alors à 1,06 milliard d’euros, contre le géant américain des puces informatiques Intel, en 2009.

L’exécutif européen, gardien de la concurrence dans l’UE, accuse l’américain Google d’avoir abusé de sa position dominante dans la recherche en ligne pour favoriser son comparateur de prix « Google Shopping ». Dans quasiment tous les pays européens, le moteur de recherche Google détient une part de marché supérieure à 90%.

« L’amende a été calculée sur la base de la valeur des recettes que Google réalise grâce à son service de comparaison de prix dans 13 pays européens » où « Google Shopping » est déployé, a précisé la Commission européenne.

Clôturant une enquête commencée il y a près de sept ans, la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager a martelé: « Ce que Google a fait est illégal au regard des règles de concurrence de l’UE. Elle a empêché les autres sociétés de livrer concurrence sur la base de leurs mérites, et d’innover ».
« Et surtout, elle a empêché les consommateurs européens de bénéficier d’un réel choix de services, et de tirer pleinement profit de l’innovation », a accusé Mme Vestager.

Appel de Google ?

Google a aussitôt réagi, faisant part de son « désaccord » avec l’UE et a annoncé qu’il envisageait de faire appel.
Cette punition survient moins d’un an après la décision de la Commission européenne de sanctionner un autre géant américain, Apple, pour avoir bénéficié d' »avantages fiscaux » indus accordés par l’Irlande.

L’exécutif européen avait alors sommé le 30 août 2016 la firme américaine de rembourser à Dublin plus de 13 milliards d’euros.
En plus de cette amende, la Commission somme Google de mettre fin à ces pratiques jugées anti-concurrentielles dans les 90 jours, « sans quoi elle sera soumise à des astreintes pouvant atteindre 5% du chiffre d’affaires moyen réalisé quotidiennement au niveau mondial par Alphabet, la société mère de Google ».

L’enquête remonte à 2010, après des plaintes déposées auprès de Bruxelles par des rivaux de Google, comme l’américain TripAdvisor ou le comparateur de prix français Twenga.

La Commission européenne avait finalement adressé en avril 2015 une « communication des griefs » à Google, l’équivalent d’un acte d’accusation dans le jargon bruxellois, qu’elle avait renforcée un peu plus d’un an après (en juillet 2016).

Google s’est à chaque fois défendu en affirmant que Google Shopping était surtout un service d’annonces publicitaires, et que par ailleurs les consommateurs, quand ils voulaient faire des achats, passaient principalement par le service de vente en ligne de l’américain Amazon, qui représente, selon Google, la moitié des recherches d’achat sur le marché européen.
« Cette décision va changer la donne », s’est félicitée la directrice générale du Bureau européen des Unions de consommateurs (Beuc), Monique Goyens.

L’organisation FairSearch, qui regroupe plusieurs entreprises et organisations parmi les plaignants, a salué une décision « qui fera date ».

Précédent

Cette sanction pourrait créer un précédent pour d’autres services de Google, comme Google Images ou Google News, à l’encontre de qui des plaintes similaires à celle présentée contre Google Shopping ont été déposées.

La décision de Mme Vestager est susceptible d’accentuer les tensions entre Bruxelles et Washington.
Par le passé, l’administration américaine de Barack Obama s’était emportée contre l’exécutif européen quand il avait sanctionné une entreprise originaire des Etats-Unis pour des raisons de distorsion à la concurrence. Ce fut notamment le cas avec Apple.

Pendant la conférence de presse mardi à Bruxelles, la commissaire danoise s’est défendue de tout traitement anti-américain. « J’ai regardé les statistiques (…) Je ne vois aucun fait qui viendrait étayer l’hypothèse d’un quelconque traitement différencié », a répondu Mme Vestager.

Google est en outre sous le coup de deux autres enquêtes de la Commission pour abus de position de dominante: la première concerne sa plate-forme publicitaire AdSense, la seconde, son système d’exploitation Android.
Dans ces deux cas, a prévenu Mme Vestager, « des conclusions préliminaires » montrent que Google a aussi enfreint les règles européennes.

Source: AFP

http://french.almanar.com.lb/468136


 

MANLIO DINUCCI : FONDS POUR LA "DEFENSE", NOUVEAUX MILLIARDS POUR LA GUERRE

Transmis par Marie-Ange Patrizio

 

Fonds pour la « défense », nouveaux milliards pour la guerre

 

Manlio Dinucci

 

Le « Fonds pour la défense », que l’Union européenne a lancé le 22 juin, a été défini comme un « pas historique » par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Reste à voir dans quelle direction.

  Le Fonds représente une injection massive d’argent public dans l’industrie de guerre européenne. Il commence avec l’allocation de 90 millions d’euros en 2017-2019 pour la recherche sur de nouvelles technologies militaires, en particulier  de systèmes robotiques pour les forces navales et terrestres. A partir de 2020 l’allocation pour la recherche militaire grimpera à 500 millions d’euros par an.

   A cela s’ajoute une allocation encore plus importante pour encourager la coopération entre les pays Ue dans le développement conjoint et dans l’acquisition de systèmes d’armes : ils peuvent par exemple investir conjointement pour développer le même type de drone ou acquérir en bloc le même char d’assaut pour en réduire le coût (une sorte de « groupe d’achats solidaire » pour la guerre).
   Pour ce secteur le Fonds alloue 500 millions d’euros pour 2019 et 2020 et un milliard d’euros par an après 2020. Grâce à l’ « effet multiplicateur » on prévoit de générer des investissements d’ensemble dans l’industrie de guerre Ue équivalents à 5 milliards d’euros annuels après 2020.

   Le Fonds n’est pas alternatif mais complémentaire aux engagements financiers que les pays Ue membres de l’Otan ont pris dans l’Alliance, dont font partie (après le Brexit) 21 des 27 membres de l’Union européenne. En 2014 ces pays ont pris l’engagement, requis par l’administration Obama, de destiner au militaire au moins 2% du PIB. Jusqu’à maintenant, outre les USA, seuls Grèce, Estonie, Grande-Bretagne et Pologne ont dépassé ce seuil. L’Italie, calcule le Sipri, dépense pour le militaire 1,55% du PIB, c’est-à-dire environ 70 millions d’euros par jour d’argent public. En montant au niveau de la Grèce (2,36% malgré la crise économique), elle dépenserait plus de 100 millions par jour ; en montant à celui des USA (3,61%), elle dépenserait plus de 160 millions d’euros par jour. Ces 2%, insiste Trump, sont désormais insuffisants pour les missions croissantes de l’Alliance.
   La dépense militaire de l’Italie, que le Sipri place au 11ème rang mondial en 2016, est en réalité plus haute que celle inscrite dans le budget du ministère de la Défense. Dans la dernière Loi de finance sont inscrits (toujours en argent public) presque 10 milliards d’euros pour produire des chars d’assaut Freccia et Centauro 2, des frégates Fremme, des hélicoptères d’attaque Mangusta. Au poste « Construction publique, y compris scolaire » 2,6 milliards sont alloués pour le Pentagone italien, voulu par la ministre Pinotti pour réunir en une unique structure les sommets de toutes les forces armées. Cette structure se trouvera dans la zone aéroportuaire de Centocelle à Rome, où a déjà été transférée la Direction générale des armements avec son staff de 1500 personnes.

   La Direction des armements devra à présent s’agrandir pour gérer l’ultérieure montée en puissance de l’industrie de guerre italienne, déjà en excellente forme. En 2016, l’export italien d’armes a augmenté de plus de 85% par rapport à 2015, grimpant à 14,6 milliards d’euros. Par la vente de 28 chasseurs-bombardiers Eurofighter au Koweit, grâce à la ministre Pinotti, efficiente représentante de commerce en armes.

  Dans le projet de loi pour la mise en oeuvre du « Livre Blanc pour la sécurité nationale et la défense », approuvé en février dernier par le Conseil des ministres, l’industrie militaire est qualifiée de « pilier du Système Pays ». Il se trouve maintenant renforcé par le Fonds Ue pour la « défense », pendant qu’on démolit l’Article 11, pilier de la Constitution.

 

Edition de samedi 24 juin 2017 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/fondo-ue-per-la-difesa-altri-miliardi-per-la-guerra/ 

Traduit de l’italien par M-A Patrizio

 

Article 11 de la Constitution italienne :

 « L’Italie répudie la guerre en tant qu’instrument d’atteinte à la liberté des autres peuples et comme mode de solution des conflits internationaux; elle consent, dans des conditions de réciprocité avec les autres États, aux limitations de souveraineté nécessaires à un ordre qui as- sure la paix et la justice entre les Nations; elle aide et favorise les organisations internationales poursuivant ce but ».

 

 

Note pour la version française :

En France :  "création d'une « capacité militaire de planification et de conduite extérieure », sorte de QG qui sera chargé de centraliser les opérations extérieures (non armées dans un premier temps comme la formation de soldats au Mali ou en Somalie). Autre projet, la mise en place d'une coopération structurée permanente - prévue par le traité de Lisbonne - qui regroupera les Etats volontaires pour accélérer la défense européenne. Enfin, la création d'un Fonds européen de la défense doté à terme d'un budget annuel de 5,5 milliards d'euros. Il aura trois usages, tous destinés à mutualiser l'effort de défense : le financement de la recherche dans des technologies innovantes ; le développement de prototypes de drone ; et l'achat en commun de matériels".
https://www.lesechos.fr/monde/europe/030400384498-macron-arrive-a-bruxelles-avec-un-capital-de-sympathie-et-des-projets-qui-fachent-2096582.php#OLlpZXB6QYUhvsMg.99 )

et 

"Le Premier ministre Edouard Philippe a promis ce vendredi au Salon du Bourget que le gouvernement maintiendrait l'objectif fixé par Emmanuel Macron de consacrer 2% du PIB au budget de la Défense d'ici à 2025, malgré les contraintes budgétaires » (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/06/23/97002-20170623FILWWW00190-edouard-philippe-pour-un-budget-de-la-defense-a-2-du-pib.php )

Grande discrétion du gouvernement et de ses médias sur le chiffrage de ces programmes.


 

LA JUSTICE BELGE VIENT DE CONDAMNER 8 PRINCESSES EMIRATIES POUR TRAITE D'ETRES HUMAINS ET TRAITEMENTS DEGRADANTS

Belgique: huit princesses émiraties condamnées pour traite d’êtres humains

Une vingtaine de servantes sans papiers travaillaient nuit et jour, dormant quelques heures à peine sur des matelas devant les chambres des princesses qu'elles servaient.

 

Belgique: huit princesses émiraties condamnées pour traite d'êtres humains

Un tribunal belge a condamné ce vendredi huit femmes liées au cheikh d'Abou Dhabi à de la prison avec sursis pour avoir exploité une vingtaine de servantes dans un hôtel de luxe à Bruxelles, selon les médias belges.

Cheikha Hamda Al-Nahyane et sept de ses filles, appartenant à la famille régnante aux Emirats arabes unis, ont chacune écopé d'une peine de quinze mois de prison avec sursis ainsi que d'une amende de 165 000 euros, a rapporté l'agence Belga. Elles ont été reconnues coupables de traite d'êtres humains et de traitements dégradants.

A peine rémunérées

Les princesses émiraties étaient poursuivies pour avoir fait travailler dans des conditions proches de l'esclavage 23 femmes qui étaient à leur service en 2007 et 2008, dans l'hôtel Conrad, situé sur la prestigieuse avenue Louise à Bruxelles, qui a depuis changé de nom.

La famille princière y louait un étage entier et avait à son service de nombreuses femmes, pour la plupart d'origine africaine, à peine rémunérées, sans permis de travail ni permis de séjour. Elles travaillaient jour et nuit, dormant quelques heures sur des matelas devant les portes des chambres des princesses qu'elles servaient, ou entassées dans une seule chambre. Elles n'avaient pas le droit de quitter l'étage, selon l'enquête citée par Belga.

De «l'esclavagisme moderne»

«Nous sommes très satisfaits car le tribunal fait le constat implacable qu'il s'agissait d'une sorte d'esclavagisme moderne. C'est ce que nous clamions depuis neuf ans», a déclaré l'un des avocats des parties civiles, Me Jean-Pierre Jacques, cité par Belga.

L'avocat de la famille princière, Me Stephen Monod, a pour sa part regretté que le tribunal «ait pris pour argent comptant les déclarations des victimes».

Source : sites web

24-06-2017 | 12:51

https://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=23485&cid=321#.WU6pT7KLQ2w