FRANCE

FRANCE

LA CGT FERC APPELLE A LA GREVE LE VENDREDI 14 DECEMBRE

logo CGT
 
Tract - La FERC appelle à la grève le 14...

En pièce jointe, le tract de la FERC pour appeler à la grève le 14 décembre (version couleur et version noir et blanc).

RACOLAGE D'UN PARASITE QUI SE PREND POUR UN FILS DU PEUPLE. LE DESCENDANT DE LOUIS XIV, LOUIS DE BOURBON SOUTIENT LES "GILETS JAUNES"

Le descendant de Louis XIV Louis de Bourbon soutient les "gilets jaunes"

Ce n'est pas le seul prétendant au trône de France à soutenir le mouvement.  La branche orléaniste s'est aussi exprimée. 

Le prince de Bourbon, duc d\'Anjou, donne une conférence de presse à Paris, le 16 décembre 2010.

Le prince de Bourbon, duc d'Anjou, donne une conférence de presse à Paris, le 16 décembre 2010. (SIMON ISABELLE / SIPA)

Un soutien inattendu pour les "gilets jaunes". Le prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou a posté un texte en faveur au mouvement, samedi 8 décembre. Le prétendant légitimiste au trône de France, descendant de Louis XIV, qui vit en Espagne et possède la nationalité franco-espagnole, a tenu à exprimer sa "solidarité" et sa "profonde compassion pour ceux qui souffrent", dans un communiqué sur Facebook.

"Ces Français, c'est la majorité silencieuse qui se tait depuis des décennies et dont certains avaient oublié l'existence. Aujourd'hui c'est le peuple de France qui se dresse pour défendre son mode de vie et sa dignité", explique-t-il avant de condamner la violence de "certains groupes extrêmes qui cherchent à exploiter ce mouvement profondément populaire pour déstabiliser l'Etat".

"En ce jour de l'Immaculée Conception, je confie la France à Notre Dame qui est la vraie Reine de France. Que Dieu protège la Fille aînée de Son Eglise, que Dieu vienne en aide aux Français malheureux, démunis et souffrants", conclut-t-il.

Ce n'est pas le seul prétendant au trône de France à soutenir les "gilets jaunes". La branche orléaniste s'est aussi exprimée. Le comte de Paris, le descendant du roi Louis-Philippe (dernier roi des Français, de 1830 à 1848), qui se revendique aussi comme l'héritier légitime des rois de France, s'est fendu d'un tweet la semaine dernière. Il s'est aussi rendu à l'Arc de triomphe. Et il estime que les "gilets jaunes" ont été "injustement accusés de dégradation".

https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/le-descendant-de-louis-xiv-louis-de-bourbon-soutient-les-gilets-jaunes_3094019.html


 

LE SYNDICAT DES LYCEENS UNL PORTE PLAINTE APRES L'ARRESTATION DE 151 LYCEENS A MANTES-LA-JOLIE, DEVENUE SYMBOLE DE LA REPRESSION CONTRE LES LYCEENS

"Mantes-la-Jolie est devenue le symbole de la répression des lycéens", dit l'UNL

INVITÉ RTL - Le président du syndicat lycéen a porté plainte après l'arrestation d'une centaine de jeunes à Mantes-la-Jolie le 6 décembre. Il dénonce la "répression" dont sont victimes les lycéens depuis plusieurs jours.

 

Julien SellierL'invité de RTL Petit MatinJulien Sellier

"Mantes-la-Jolie est devenue le symbole de la répression des lycéens", dit l'UNL

La page de l'émission

Julien Sellier 
Julien Sellieret Eléanor Douet

Partager l'article

Les blocages de lycées et les manifestations de lycéens devraient continuer cette semaine, pour protester notamment contre Parcoursup et la réforme du lycée. Les syndicats promettent un mardi noir le 11 décembre. 

Une mobilisation qui s'effectue dans un climat tendu, quelques jours après l'interpellation filmée controversée de 151 jeunes à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines. L'Union nationale lycéenne (UNL) a déposé plainte, notamment pour "violences sur mineurs de 15 ans et plus par personne dépositaire de l'autorité publique".

La préfecture assume ces méthodes, c'est pour cela que l'UNL a tenu à saisir la justice. "Ces images n'avaient pas lieu d'être et aujourd'hui, Mantes-la-Jolie est devenue le symbole de la répression que se prennent les lycéens depuis le début du mouvement", déplore Louis Boyard, le président de l'UNL, qui rappelle qu'en seulement une semaine, ce sont plus de 1.000 lycéens qui ont été interpellés.

À lire aussi

Ségolène Royal, à l'Assemblée nationale, le 24 janvier 2017

Lycéens interpellés à Mantes-la-Jolie : "Ça leur fera un souvenir", dit Ségolène Royal

"On parle d'élèves mineurs et on s'inquiète de l'état de la liberté d'expression pour les lycéens", poursuit Louis Boyard. 

Flash-ball et lacrymogènes dénoncés

L'UNL, comme 200 personnalités, ont appelé le 7 décembre le gouvernement à cesser "immédiatement" d'utiliser des lanceurs de balles automatiques (flash-ball) pour réprimer les manifestations, en se déclarant "profondément choqués" qu'ils aient blessé plusieurs lycéens à la tête ces derniers jours.

Le syndicat demande également que les lacrymogènes ne soient plus utilisés pour disperser les manifestations. "J'appelle surtout à arrêter la violence au sein de tout ce mouvement afin d'apaiser les tensions", a encore déclaré Louis Boyard.

https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/mantes-la-jolie-est-devenue-le-symbole-de-la-repression-des-lyceens-dit-l-unl-7795868519


 

FRANCE: LA MOITIE DES RADARS AUTOMATIQUES MIS HORS SERVICE. QU'EN PENSE LE SIEUR DE ROBIEN ?

La moitié des radars automatiques mis hors service en France

Faits divers

 

Un radar détruit par un incendie./ photo DDM

Un radar détruit par un incendie./ photo DDM

Depuis le premier jour de la mobilisation des Gilets jaunes, le 17 novembre, la moitié des 3275 radars automatiques de France ont été mis hors service, selon une information d'Europe 1.

Au moins 250 radars automatiques ont été détruits, dégradés ou incendiés, sur le territoire français. Et 1500 actes de vandalisme ont été enregistrés: radars recouverts de sacs plastiques ou peinturlurés. Dans les Hautes-Pyrénées, la dernière fantaisie à la mode : c'est le paquet-cadeau !

Dans certains départements, c'est la quasi-totalité des radars qui ont été mis hors-service, comme dans le Puy-de-Dôme : 21 radars sur 22 sont hors service. Selon la radio, six nouveaux appareils ont été détruits dans la nuit de dimanche à lundi dans l'Ain, l'Isère et en Martinique. 

Fin novembre, le site spécialisé radars-auto.com annonçait la dégradation de 600 radars en 10 jours.

De 600 à 30 000 euros de réparations

Les dégradations se chiffrent déjà en millions d'euros selon Europe 1. Les réparations coûtent entre 600 euros (pour enlever une couche de peinture, par exemple) et 30 000 euros (pour remplacer la machine) par radar pour les remettre en état. Sans compter le manque à gagner des excès de vitesse qui ne peuvent plus être flashés par les machines. L'Etat attend 1,24 milliard d'euros des amendes des radars automatiques selon la loi de Finances 2019.

Détruire un radar est lourdement sanctionné par la loi : la peine encourue peut aller jusqu'à 7 ans de prison et une amende de 100 000 euros. Fin novembre, le tribunal correctionnel de Toulouse a condamné trois Gilets jaunes qui avaient incendié les radars automatiques de Saint-Jory, en Haute-Garonne, et de Pompignan, en Tarn-et-Garonne à trois mois de prison avec sursis et 105 heures de travail d’intérêt général

ANOUK PASSELAC

https://www.ladepeche.fr/article/2018/12/10/2922172-la-moitie-des-radars-automatiques-mis-hors-service-en-france.html


 

FRANCE INFO ET LE SYNDICAT SNJ ASSIGNENT MELENCHON A MARSEILLE POUR INJURE ET DIFFAMATION

  •  
  • FAITS DIVERS - JUSTICE
  • MARSEILLE,ÉDITION MARSEILLE

France Info va assigner Mélenchon à Marseille

Par LaProvence

Jean-Luc Mélenchon devra s'expliquer devant le tribunal.

 

Jean-Luc Mélenchon devra s'expliquer devant le tribunal.PHOTO VALÉRIE VREL

Le député insoumis des Bouches-du-Rhône Jean-Luc Mélenchon devrait recevoir cette semaine du "papier bleu", en tout cas une citation directe à comparaître prochainement devant le tribunal correctionnel de Marseille pour des faits à la fois d'injure et de diffamation.

Un collectif de sept journalistes de France Info et le syndicat SNJ de l'audiovisuel ont décidé de l'assigner à Marseille, après les propos qu'il a tenus le 19 octobre denier. Les faits interviennent au lendemain de la perquisition sur fond de surfacturations présumées qui fait suite à l'examen de ses comptes de campagne. La cellule investigation de France Info fait des révélations sur son antenne qui vont déranger le parlementaire.

En riposte, celui-ci s'en prend vertement à la presse, qualifiant les journalistes d'"abrutis". Ce qui lui vaudrait l'accusation d'injure publique. Il appelle d'ailleurs ses adhérents à "les pourrir". Il se filme et met sa réaction sur sa page Facebook. Quatre autres passages de sa réaction seraient ciblés. 

Jean-Luc Mélenchon y dénonce pêle-mêle une "campagne de calomnie" et il accuse les mêmes journalistes de France Info d'être des "menteurs" et des "tricheurs", ce qui lui vaudrait la poursuite pour diffamation. Radio France avait annoncé le 21 octobre qu'elle porterait plainte et sa direction avait dénoncé "un appel à la haine". Le tribunal de grande instance de Marseille aurait d'ores et déjà fixé la date de consignation devant le tribunal au 26 février prochain, à 14 h, devant la 11ème chambre.

https://www.laprovence.com/actu/en-direct/5281121/france-info-va-assigner-melenchon-a-marseille.html


 

MARSEILLE: HOMMAGE A ZINED, TUEE PAR UNE GRENADE LACRYMOGENE

Hommage à Zineb, tuée par une grenade lacrymo

  • Écrit par  Marius Rivière
  • dimanche 9 décembre 2018 19:12
  • Imprimer

Zineb habitait au 4e étage au 12, rue des Feuillants. C’est là qu’elle a reçu un tir de grenade lacrymogène. Photo dc

 

Zineb habitait au 4e étage au 12, rue des Feuillants. C’est là qu’elle a reçu un tir de grenade lacrymogène. Photo dc L'utilisation de l'article, la reproduction, la diffusion est interdite - LMRS - (c) Copyright Journal La Marseillaise

 

Plus d’une centaine de Marseillais se sont rassemblés vendredi pour rendre hommage à Zineb, une dame de 80 ans, décédée dimanche dernier, suite à un tir de grenade lacrymogène alors qu’elle fermait ses volets après la marche pour un logement digne.

La rue des Feuillants est noire de monde en ce vendredi soir. Une foule silencieuse s’entasse devant le numéro 12 de cette rue étroite de Noailles, qui relie la place des Capucins à la Canebière. C’est là, au 4e étage, que Zineb, une dame de 80 ans, a été atteinte samedi soir d’une grenade lacrymogène tirée par des policiers alors qu’elle tentait de fermer ses volets.

Nadia, sa voisine du 3e est là. Elle veut raconter ce qui s’est passé. « Je rentrais du Vieux-Port, l’air était chargé de lacrymogène, elle m’a dit de boire un verre de lait pour faire passer les effets », raconte-t-elle. « Elle m’a ensuite proposé un café et m’a dit, je ferme la fenêtre et j’arrive et là... », sa voix déraille avec l’émotion. Sans nouvelles de sa voisine, Nadia monte cinq minutes plus tard. L’appartement est rempli de fumée, Zineb est là au sol. « Elle avait du sang partout, sur le visage, sur le corps. Elle m’a dit : "ils m’ont visée Nadia. Des policiers avec des casques. Pourquoi ils m’ont tiré dessus, je n’ai rien fait" » , détaille Nadia.

 

L'IGPN enquête

Toujours consciente, elle est amenée à l’hôpital la Timone. « Elle l’a répété aux ambulanciers puis au médecin "ils m’ont visée et ils se sont sauvés" », insiste Nadia. Transférée dans la nuit à La Conception, Zineb décède d’un « arrêt respiratoire », a indiqué le procureur de la République. Des éléments de grenade ont été retrouvés dans l’appartement. Une enquête de l’IGPN (la police des polices) a été ouverte. Elle devra déterminer si le tir était intentionnel ou non. La foule réunie semble s’être fait son idée.

Kaouther Ben Mohammed, du collectif du 5 novembre prend la parole : « La violence policière a causé la mort d’une femme innocente ».

Après une minute de silence et une prière en son honneur, un seul appel est lancé : lundi, 8h devant la mAarie centrale

M.Ri.

Dernière modification le dimanche, 09 décembre 2018 19:21

Publié dans Société

http://www.lamarseillaise.fr/marseille/societe/73892-hommage-a-zineb-tuee-par-une-grenade-lacrymo


 

L'AGITE DU CIBOULOT SARKOZY REVE DE SON RETOUR A L'ELYSEE

Nicolas Sarkozy

«Retour du superhéros»: Sarkozy évoquerait son comeback, le Net ne mâche pas ses mots

© REUTERS / Philippe Wojazer

FRANCE

URL courte

75684

Compte tenu de la situation actuelle en France, Nicolas Sarkozy n’exclurait pas de faire son grand retour dans la vie politique, selon le journal Le Parisien. Les internautes n’ont pas tardé à réagir à ses propos.

Nicolas Sarkozy, plutôt absent de la vie politique depuis sa défaite il y a deux ans lors de la primaire à droite, pourrait revenir en politique nationale, se serait-il ouvert à un élu venu le visiter il y a quelques semaines, relate Le Parisien.

«Carla me dit: "Nicolas, j'espère que tu vas rester sage". Mais vous avez vu la situation? Je ne vais pas avoir le choix, je vais peut-être être obligé de revenir…», aurait-il confié à l'élu.

Les internautes n'ont pas manqué de commenter ces assertions. Certains ont mis en doute sa capacité à gouverner le pays:

La plupart des internautes ont tout simplement ironisé sur son grand retour éventuel:

Battu par François Hollande lors de la présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy est revenu en politique en 2014, briguant la présidence de l'UMP rebaptisée Les Républicains, avant d'échouer en 2016 au premier tour de la primaire de la droite face à François Fillon et Alain Juppé. Nicolas Sarkozy est également mis en examen depuis mars 2018 pour «corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de fonds publics libyens» dans le cadre de la campagne présidentielle de 2007.

https://fr.sputniknews.com/france/201812101039238711-retour-politique-nicolas-sarkozy-commentaires-reactions-net/


 

GILETS JAUNES DANS L'HERAULT: UN GENDARME MOBILE RENVERSE UN HANDICAPE EN FAUTEUIL ROULANT QUI NE VOULAIT PAS QUITTER LE LIEU DU BLOCAGE

Gilets jaunes le 1 décembre 2018 à Paris (image d'illustration)

Gilets jaunes dans l'Hérault: un gendarme renverse un handicapé de son fauteuil (vidéo)

© Sputnik .

FRANCE

URL courte

Dossier:

Mouvement des «gilets jaunes» en France et en Belgique (193)

17018

Le 9 décembre, lors de l’évacuation d’un barrage mis en place par des Gilets jaunes au péage de Bessan, dans l'Hérault, un membre d’une unité de la gendarmerie mobile appelée sur place a fait tomber une personne handicapée à terre, rapporte Hérault Tribune. L’épisode a été filmé et diffusé sur les réseaux sociaux.

Après qu'une unité de la gendarmerie mobile est arrivée le 9 décembre au péage de Bessan, dans l'Hérault, pour mettre fin au barrage érigé par des Gilets jaunes, un incident impliquant une personne en fauteuil roulant a eu lieu, décrit Hérault Tribune. Selon ce journal d'actualités locales, un des gendarmes a notamment renversé un handicapé qui ne voulait pas quitter les lieux.

Une vidéo montrant cet épisode a été largement relayée sur les réseaux sociaux.

 

Emmanuel Macron

© AFP 2018 PHILIPPE HUGUEN

Gilets jaunes: Macron annoncera cette semaine des «mesures concrètes», selon Pénicaud

On voit sur cette séquence qu'un gendarme soulève le fauteuil avec un de ses collègues pour déplacer la personne handicapée hors de la route. Il tente ensuite de la pousser plus loin. Dans un contexte confus, alors que deux personnes portant des gilets jaunes prennent le fauteuil pour le tirer à l'écart, le premier gendarme s'approche de la personne handicapée, la saisit par le bras d'une manière assez violente et finit par la faire tomber à terre.

 

Selon Hérault Tribune, le gendarme pensait que la personne en fauteuil roulant «dissimulait quelque chose dans sa poche».

Plusieurs internautes ont laissé leurs commentaires sous la vidéo diffusée. «Scandaleux», «minable comme d’habitude», telles ont été les réactions de la majorité des utilisateurs de Facebook. 

https://fr.sputniknews.com/france/201812091039238146-gilets-jaunes-herault-incident-handicape-gendarme-video/


 

LES SYNDICATS CGT ET FO DES CHAUFFEURS-ROUTIERS MAINTIENNENT LEUR APPEL A LA GREVE A PARTIR DE CE DIMANCHE A 22H

Les syndicats CGT et FO des chauffeurs-routiers maintiennent leur appel à la grève

Des camions bloqués pendant une manifestation des \"gilets jaunes\" dans le Haut-Rhin, le 19 novembre 2018.
Des camions bloqués pendant une manifestation des "gilets jaunes" dans le Haut-Rhin, le 19 novembre 2018. (THIERRY GACHON / MAXPPP)

Par Célia Quilleret, franceinfo – Radio France

Mis à jour le  – publié le 

Des barrages sont possibles à partir de dimanche soir.

Les syndicats CGT et Force Ouvrière des chauffeurs-routiers maintiennent leur appel à la grève prévu à partir de dimanche 9 décembre à 22 heures. Malgré leur entretien jeudi 6 décembre avec la ministre des transports Elisabeth Borne, ils maintiennent la pression. Même s'ils ne sont pas majoritaires, des barrages sont possibles à partir de dimanche soir.

Un engagement du patronat sur les heures supplémentaires

Ce qui coince, c'est le paiement majoré de leurs heures supplémentaires, ils veulent que le patronat s'engage noir sur blanc à ne pas remettre en cause ces majorations. "Du côté patronal, on sait qu'il y en a certains qui vont tenter de mettre en œuvre la suppression d'indemnisation des heures supplémentaires telles qu'elles existent", explique Jean-Marc Lambert, qui représente la CGT Transports. 

Nous exigeons aujourd'hui que les patrons s'engagent par un accord qu'on peut faire ce soir, demain matin, à ne pas toucher à l'ensemble des indemnisations qui touchent à la rémunération des conducteurs. Si il y a des salariés qui se rassemblent sur le bitume, les poids-lourds ne passeront pasJean-Marcde la CGT Transports

La ministre des Transports appelle à l'apaisement

À demi-mot, la ministre des Transports Élisabeth Borne admet que les patrons du secteur ont eu tort de contester un décret sur ces heures supplémentaires devant le conseil d'État, ce n'était pas le moment. "Je ne doute pas que les organisations patronales auront aussi à cœur de rassurer les salariés. Et maintenant, place à l'apaisement et au dialogue", plaide Élisabeth Borne, qui appelle à l'apaisement. D'ici dimanche, si les patrons du secteur s'engagent, la grêve pourrait être levée. En tout cas pas question pour la CGT d'envoyer des routiers avec leurs chasubles rouges au milieu des "gilets jaunes"

https://mobile.francetvinfo.fr/economie/greve/les-syndicats-cgt-et-fo-des-chauffeurs-routiers-maintiennent-leur-appel-a-la-greve_3087755.html?fbclid=IwAR03Fx4lNEb8EOS-n6he350vZOCG6FT9V-fYi21_npyftQQsh2zBtvzJLts#xtor=CS2-765-[facebook]-&xtref=https://lm.facebook.com/


 

CGT CULTURE VILLE DE PARIS: ELECTIONS: LA CGT ARRIVE, AU FINISH, EN TETE AUX AFFAIRES CULTURELLES DE LA VILLE DE PARIS

Élections : La CGT arrive, au finish, en tête aux affaires culturelles de la Ville de Paris

Élections : La CGT arrive, au finish, en tête aux affaires culturelles de la Ville de Paris

                               Tandis que la CFDT chute à la quatrième place !

Le millier d'électeurs de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris (Atelier Beaux-Arts, Archives, Bibliothèques, Conservatoires, Services Centraux..) a rendu son verdict, et le paysage syndical s'en trouve sacrément modifié. Et même de manière historique, puisque notre syndicat se trouve pour la première fois en tête. Certes d'un cheveux (et même d'une seule voix) mais bon, comme c'était du jamais vu dans notre direction, nous ne bouderons pas notre plaisir pendant au moins quelques jours.

Si notre organisation se retrouve première avec 17,88% des voix, le SUPAP arrive juste derrière avec 17,79%, suivi, oh surprise, en troisième position par Force Ouvrière avec 17,35% des suffrages . Car, et c'est un sacré coup de tonnerre, la CFDT se prend un sacré gadin et se retrouve.... en quatrième place avec 16,54% des voix ! Il faut savoir qu'historiquement, la CFDT a longtemps été hégémonique à la DAC, pour ensuite occuper au minimum la seconde position. Une véritable chute donc. Certains diront même un sacré gadin.

Viennent ensuite en cinquième position l'UNSA (11,35%) puis en sixième l'UCP (11%). Toutes les organisations citées décrochent ainsi au moins un siège au Comité Technique (CT) de la Direction des Affaires Culturelles. Ce qui ne sera pas le cas de SUD qui ferme la marche avec seulement 8 ,05% des suffrages. Un résultat certes honorable pour ce syndicat qui se présentait pour la première fois mais insuffisant néanmoins pour décrocher un siège et devenir représentatif.

Pour conclure, nous remercions les collègues qui nous ont apportés leur suffrage (et ceux qui ont acceptés de se porter candidats). Cette confiance est pour nous une véritable reconnaissance de notre travail lors de ces dernières années. Et qui nous engage à continuer dans le même sens.

 

 

         DAC : notre syndicat remercie ses électeurs pour cette première place historique !

http://daccgtculture.over-blog.com/2018/12/elections-la-cgt-gagne-au-finish-aux-affaires-culturelles-de-la-ville-de-paris.html