FRANCE

FRANCE

LA RIPOUBLIQUE FRANCAISE EN ROUTE POUR UNE NOUVELLE CROISADE COLONIALE EN AFRIQUE

La France déploie ses forces à la frontière entre le Niger et le Mali

Sun Feb 26, 2017 4:41PM

Jean-Yves Le Drian salue les pilotes allemands à Gao, le 25 février 2017. ©AFP

Jean-Yves Le Drian salue les pilotes allemands à Gao, le 25 février 2017. ©AFP

L’armée française va prêter main-forte aux Nigériens dans une région frontalière du Mali qui a été le théâtre d’attaques sanglantes de groupes extrémistes ces derniers mois, a annoncé aujourd’hui, dimanche 26 février, le ministre français de la Défense, selon l’AFP.

À la demande du président nigérien Mahamadou Issoufou, un détachement de liaison et d’assistance opérationnelle est en train de se constituer à Tillabéri, dans l’ouest du Niger, « au profit de nos camarades nigériens », a déclaré Jean-Yves Le Drian, devant les soldats de la force française Barkhane à Niamey, à l’issue d’un entretien avec le chef de l’État nigérien.

Entre 50 et 80 hommes, des forces spéciales notamment, seront à pied d’œuvre « dans trois jours » sur cette position, à 100 kilomètres au nord de Niamey, a-t-on précisé de source militaire française. Ils seront dotés de capacités de guidage aérien pour appuyer les soldats nigériens au sol.

L’armée française est présente également au nord, à la frontière avec la Libye, et au sud-est du Niger pour venir en aide aux forces locales qui luttent contre les groupes extrémistes, dont Boko Haram.

http://presstv.com/DetailFr/2017/02/26/512192/La-France-dploie-ses-forces--la-frontire-entre-le-Niger-et-le-Mali


UNIR LES COMMUNISTES POUR ETRE UTILE AU REVEIL POPULAIRE!

Unir les communistes pour être utile au réveil populaire !

Publié le : 20 février 2017

Unir les communistes pour être utile au réveil populaire !

Chaque jour qui passe confirme les très grandes difficultés dans lesquelles se débattent les communistes, divisés dans le choix de leur candidat, puis dans leur stratégie d’union pour les législatives, révélant leur difficulté à porter clairement un projet communiste tirant les leçons du siècle dernier, du socialisme, de l’union de la gauche, de la mondialisation et de l’union européenne.

Il apparaît de plus en plus clairement que le choix de Jean-Luc Mélenchon n’était pour Pierre Laurent et son équipe que le meilleur moyen d’éviter une candidature issue du PCF et d’attendre le résultat de la primaire du parti socialiste. L’objectif affiché par la direction du PCF lors du dernier congrès, de la reconstruction de la gauche se confirme avec l’appel à un accord Hamon, Mélenchon, Jadot... pour "sauver la gauche", c’est à dire le PS, toujours dans une conception de sommet qui ignore le rassemblement et l’intervention populaire. Jean-Luc Mélenchon ne fait guère cas de notre soutien et gère lui-même la discussion avec Benoit Hamon !

Nous n’avions déjà pas de candidat communiste. Aujourd’hui,nous risquons de ne plus avoir de candidat du tout, entraîné dans un "MélencHamon" paralysant alors que Gattaz et le patronat avancent leurs pions avec Le Pen, Fillon et Macron.

Des camarades s’appuient sur cette situation et sur les résultats de la primaire du PS pour tenter d’imposer ce qui a toujours été leur choix, le soutien à un candidat socialiste présentable à leurs yeux au prétexte qu’il n’a pas participé à la dernière partie du quinquennat de François Hollande.

De très nombreux communistes n’acceptent pas ce retour en arrière vers un modèle de l’Union de la gauche dépassé et en faillite, cette resucée de la gauche plurielle qui s’est clôturée par la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle de 2002.

Derrière cet appel à l’unité de la gauche, c’est la division et l’émiettement des communistes qui s’aggrave, favorisant un nouvel effacement du PCF, fondu dans Mélenchon puis dissous dans Hamon jusqu’au législatives puisque les discussions ont déjà commencé. Qui peut croire que JLM ou BH aurait besoin de permettre un groupe communiste à l’assemblée, quand ils sont chacun dans une bataille difficile pour sauver ou créer leur parti ? Chacun peut voir que l’absence d’un candidat communiste nous marginalise, nous rend invisible, handicape lourdement la mobilisation militante, et laisse la main à tous ceux qui espèrent nous voir disparaitre.

Une telle posture n’offre aucune perspective pour au moins 4 raisons : 
- Elle n’apporte aucune réponse au discrédit de la gauche que nous pourrions appeler aussi pédagogie du renoncement et qui s’amorce dès 1983 avec le tournant de la rigueur de Miterrand. 
- Sa "plate-forme commune pour lutter contre les marchés financiers" tourne le dos à la bataille communiste nécessaire autour d’un programme de rupture avec le capital, capable de créer espoir et engagement chez les exploités. 
- Elle renonce à mener dans le cadre des présidentielles la bataille pour le renforcement de l’organisation, des idées et de l’influence communistes sans lesquelles aucun changement politique n’est possible en France. 
- Elle lie notre sort à celui du Parti socialiste pour les législatives. Ce n’est surement pas la meilleure manière de conserver un groupe à l’Assemblée nationale.

Nous appelons les communistes à déjouer le piège d’un nouvel accord électoraliste au prix de l’effacement du PCF et à engager un autre effort militant dans ces présidentielles et législatives, permettant tout à la fois de reconstruire l’organisation communiste malmenée, de commencer à regagner l’engagement populaire autour d’un programme communiste pour résister et construire la première république socialiste.

Pour cela, nous mettons à disposition des communistes un programme des 100 premiers jours d’un gouvernement populaire autour de 5 chantiers (une version complète des cinq chantiers est disponible sur le site lepcf)

Caroline Andreani, Danielle Trannoy, Gilles Gourlot, Jean-Pierre Meyer, Jean-Jacques Karman, Paul Barbazange, Anne Manauthon, Marie-Christine Burricand, Michaele Lafontant, membres du Conseil National et Hervé Poly, secrétaire départemental du Pas-De-Calais.

Pour un emploi digne et utile pour tous, reconquérir la souveraineté populaire, donner le pouvoir aux travailleurs !

On ne peut rien changer pour l’emploi sans enlever le pouvoir à la grande bourgeoisie et donner à ceux qui travaillent le pouvoir de décision sur l’économie. Ils sont les seuls à pouvoir orienter l’argent vers la satisfaction des besoins humains.

Dès les 100 premiers jours : 
- Interdiction des licenciements. 
- Augmentation du SMIC et des minimums sociaux de 50%. 
- Création d’un revenu maximum avec une tranche d’impôt à 100%. 
- Nationalisation des groupes financiers et industriels stratégiques avec indemnisations plafonnées des seuls actionnaires individuels. 
- Nationalisation des sociétés d’intérim, transformation des interims en CDI. 
- Création de commissions de contrôle économiques par bassin d’emplois élues lors d’élections professionnelles générales. Les tribunaux de commerce sont placées sous leur contrôle.

Pour le droit au logement et à la santé, sortir de la marchandisation !

On ne peut pas répondre aux besoins sociaux sans sortir les ressources nécessaires de la marchandisation et donc sans inventer de nouveaux modes de gestion publics des besoins sociaux par les usagers eux-mêmes, fondés sur la gratuité et la péréquation tarifaire.

Dès les 100 premiers jours : 
- Interdiction des expulsions pour dette sans relogement préalable. 
- Création de comités locaux du logement avec les associations, collectivités et offices chargé de traiter les situations d’urgence (SDF notamment). 
- Suppression des allégements de charges patronales. 
- Prise en charge à 100% par la Sécu des dépenses de santé.

Pour la paix, sortir du néo-colonialisme et des affrontements impérialistes.

On ne peut changer de société en France sans changer de rapport au monde, sans sortir des rapports de domination économique ou militaire. Ce sont les rapports humains, notamment issus des immigrations successives qui sont l’outil essentiel de nouvelles coopérations internationalistes.

Dès les 100 premiers jours : 
- Sortie immédiate de l’OTAN et rappel des armées françaises à l’étranger négocié avec les pays concernés. 
- Ouverture de toutes les archives militaires. Organisation d’une conférence avec les pays colonisés par la France pour établir les conséquences de la colonisation. 
- Annulation de la dette des pays pauvres. 
- Retour à la primauté des lois nationales sur les traités européens dans la constitution. 
- Proposition d’une conférence internationale pour la sortie du capitalisme, la création d’une devise mondiale d’échange indépendante du dollar et de l’euro. 
- Création de centre d’hébergement d’urgence pour tous les réfugiés.

Pour une démocratie autogestionnaire, sortir du rôle répressif de l’état.

On ne peut changer de société sans rompre avec les traditions séculaires de domination politique, corporatiste ou policière, sans inventer une construction autogérée de pouvoirs débarrassés des intérêts privés, des pratiques répressives et de propagande.

Dès les 100 premiers jours : 
- Loi de transparence obligatoire de l’état avec publicité de tous les documents non individualisés, publication de toutes les archives secrètes. 
- Audit des services secrets par une commission conjointe des parlementaires et du conseil économique et social. 
- Création de commissions citoyennes locales de contrôles des institutions. 
- Droit de votes des immigrés à toutes les élections. 
- Fin du financement des partis politiques par l’état.

Sortir de la violence par la culture et la démocratie

On ne peut gagner d’intervention majoritaire pour une autre société sans soigner les immenses souffrances léguées par la violence capitaliste, sans reconstruire une parole individuelle et collective libérée, sans un immense bouillonnement culturel et idéologique.

Dès les 100 premiers jours : 
- Recrutement de 100.000 éducateurs formés en alternance dans les quartiers et lieux de travail. 
- Recrutement de 100.000 enseignants et création d’une structure nationale de recherche appliquée sur la pédagogie dans les quartiers populaires 
- Rétablissement du statut des intermittents du spectacle, hors grandes entreprises et institutions, et création de comité locaux d’initiatives culturelles 
- Taxation forte de la publicité contribuant au financement public de médias indépendants. 
- Nationalisation de TF1 et rupture des contrats des médias avec les sociétés privées de production. 
- Organisation d’un forum télévisé quotidien du changement par un collectif associant les associations, syndicats et partis politiques, complété par un journal quotidien et un site internet.

Oui, la révolution !

Le capitalisme ne peut répondre aux besoins humains. Ses contradictions internes, ses dérives militaristes rappellent les pires heures du 19ème siècle. La révolution est nécessaire ! Elle ne ressemblera ni à celle de 1789, ni à celle de 1917, mais elle en sera la suite historique.

Elle ne peut compter sur les seules voies électorales, elle impliquera à la fois de grands mouvements sociaux et des situations subversives pour l’état et les institutions actuelles, pour déborder la capacité de répression et de manipulation que l’état donne à la bourgeoisie.

Le mouvement populaire décidera. Il a besoin d’un effort de conscience et de connaissance, d’un programme politique pour la mobilisation et le rassemblement de tous ceux qui souffrent du capitalisme, il a besoin d’un parti communiste.

 

lire en ligne « Unir les communistes pour être utile au réveil populaire ! »

http://lepcf.fr/A-signer-Unir-les-communistes-pour-etre-utile-au-reveil-populaire#signer


 

NANTES : REPRESSION POLICIERE CONTRE LA MANIF ANTI LE PEN

La manifestation anti-Le Pen a tourné à la violence

Sat Feb 25, 2017 7:11PM

Des débordements ont eu lieu samedi à Nantes en marge d’une manifestation anti-Front national. ©AFP

Des débordements ont eu lieu samedi à Nantes en marge d’une manifestation anti-Front national. ©AFP

Poursuivant depuis des semaines leurs manifestations en protestation contre, entre autres la violence policière et la corruption financière des hommes politiques, les Français sont descendus encore une fois, ce samedi 25 février, dans les rues de Nantes pour dénoncer la politique raciste de Marine Le Pen.

Avec l’intervention de la police, les manifestations à Nantes contre le FN ont dégénéré, a rapporté Fars News.

Selon les chaînes d’information, la police a fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Par ailleurs, certains d’entre eux ont été arrêtés.

Beaucoup de Français sont opposés au Front national (FN), un parti d’extrême droite, en raison de sa politique raciste et contre l’immigration.

Lors de ces affrontements, des biens publics ont été endommagés.

Le Pen, dont les slogans ressemblent beaucoup à ceux de Trump, a promis, une fois arrivée à l’Élysée, de sortir la France de l’OTAN.

Le Pen ne craint pas d’être comparée à Trump. Elle avait auparavant dit que la victoire de Trump de l’autre côté de l’Atlantique avait augmenté ses chances de remporter la victoire à la présidentielle.

Au seuil de l’élection présidentielle, la population française est descendue dans la rue à travers tout le pays pour différentes raisons.

Depuis l’agression contre un jeune Noir, Théo, les villes françaises sont le théâtre de manifestations de protestation.

Par ailleurs, certains jours, les gens descendent dans la rue pour protester contre la corruption financière.

http://presstv.com/DetailFr/2017/02/25/512071/Nantes-manifestations-violence-policire-corruption


 

UN PEUPLE QUI ELIT DES CORROMPUS, DES RENEGATS, DES IMPOSTEURS EST COMPLICE !

L’image contient peut-être : 1 personne, texte et gros plan

A L'ADRESSE DES CAMARADES COMMUNISTES!

 

N'est-ce pas ce que s'apprêtent à faire très minoritairement des communistes comme ils l'ont fait pour Hollande?

Depuis toujours les "socialistes" trahissent et là, avec Mélenchon, le franc-maçon, l'anticommuniste qui est toujours "socialiste", vous prenez le même chemin.

Le Parti Communiste Français n'est-il plus capable de désigner démocratiquement un Jacques Duclos?

Si ce camarade était encore du monde, il aurait refusé de choisir entre la PESTE et le CHOLERA.

Jacques Duclos aurait boycotté cette mascarade de laquelle le Parti Communiste Français ne se relèvera pas.

Jacques Tourtaux

Militant Communiste

PARIS : UNE MARCHE DE LYCEENS EN SOUTIEN A THEO VIOLEMMENT REPRIMEE PAR LES FORCES DU DESORDRE DE LA RIPOUBLIQUE

En direct:

Affaire Théo: un grand ressemblement place de la Nation

Affaire Théo: une marche d'élèves réprimée violemment par la police

© Sputnik.

FRANCE

URL courte

151125117

Opposés aux violences policières, plusieurs centaines d'élèves ont bloqué une dizaine de lycées en région parisienne et se sont rassemblés place de la Nation en vue de sensibiliser le public. Sputnik s’est rendu sur les lieux et suit de près l’évolution de la situation.

Suite à plusieurs manifestations sous haute tension, la région parisienne est à nouveau le théâtre d'une action contre la violence policière ce jeudi après-midi. Les manifestants se sont rassemblés place de la Nation pour réclamer la justice pour Théo, victime d'un viol présumé lors d'une interpellation brutale à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) le 2 février dernier.

 

Hélicoptère

© SPUTNIK.

Hélicoptère

 

Des poubelles ont été incendiées devant des établissements scolaires, entraînant l'intervention des pompiers.

Manif

© SPUTNIK.

Manif

Les trois précédentes manifestations organisées ces douze derniers jours à Rouen contre les violences policières avaient entraîné une trentaine d'interpellations et de la casse de vitrines et de mobilier urbain.

Les manifestations se sont multipliées, en région parisienne et en province, depuis la violente interpellation le 2 février à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) de Théo, 22 ans, qui a débouché sur la mise en examen de quatre policiers dont un pour viol.

La manifestation de la place de la Nation n'a pas été autorisée, a fait savoir mercredi sur Twitter la préfecture de police. « Toute incitation ou participation à un attroupement non déclaré engage votre responsabilité morale et juridique», a-t-elle averti.

https://fr.sputniknews.com/france/201702231030206250-affaire-theo-manif-paris/


 

CGT CULTURE : JOURNEE DU 8 MARS : IL NE FAIT PAS BON ETRE UNE FEMME A LA MAIRIE DE PARIS

22 février 2017

Journée du 8 mars : il ne fait pas bon être une femme à la Mairie de Paris

Journée du 8 mars : il ne fait pas bon être une femme à la Mairie de Paris

                En tout cas quand celle-ci travaille dans une bibliothèque

C’est un secteur à très forte majorité féminine. Pas loin de 70% selon les derniers chiffres officiels de la Mairie de Paris. Des femmes qui finissent souvent leur service à 19 heures et travaillent tous les samedis et aussi de plus en plus souvent le dimanche puisque notre Maire à tous veut étendre le travail dominical à de nouveaux établissements. Des femmes qui sont les moins bien payées de toute l’administration parisienne, car elles travaillent dans les bibliothèques municipales de la Capitale.

Mais vraiment moins bien payées ! Non pas pour ce qui concerne le traitement de base, mais pour toutes les rémunérations annexes appelées dans le jargon administratif « régime indemnitaire ».Même l’administration le reconnait officiellement. Il faut dire que les écarts sont abyssaux entre la filière culturelle et les autres directions de la Ville de Paris. Des différences qui vont de un à quatre avec la filière administrative, par exemple. Pour réparer cette inégalité de traitement, cette injustice surtout, les bibliothécaires demandent donc, via leurs représentants, un rattrapage de ce régime indemnitaire. La revendication présentée est plus que raisonnable puisque les syndicats demandent dans un premier temps de ramener cet écart de un à deux, puis de négocier dans un deuxième temps une augmentation régulière sur les années suivantes pour parvenir à l’égalité de traitement et en finir ainsi avec les discriminations qui témoignent de l’archaïsme et du sexisme bien présents à la Ville.

Si la Mairie de Paris a fait des propositions d’augmentation, celles-ci restent largement insuffisantes et très en deçà de nos demandes pourtant modestes. Et l’équipe d’Anne Hidalgo a beau affirmer sans vergogne dans la presse que « la concertation menée depuis plusieurs semaines a abouti à une augmentation moyenne de 47 % de la prime des agents d’ici à 2020 » le chiffre est trompeur car il faudrait au moins 300% d’augmentation pour arriver à une égalité réelle… Bref, avec de telles affirmations on ne peut que constater qu’il ne fait pas bon être une femme à la Mairie de Paris quand on travaille dans la filière culturelle. Leurs collègues masculins étant bien sûr logés à la même enseigne, notons que dans les bibliothèques de la Capitale un homme est d’ailleurs aussi une femme comme les autres.

Pour protester contre ce traitement, l'intersyndicale (CGT, FO, SUPAP, UCP, UNSA) appelle les bibliothécaires parisiens à fêter à leur façon la journée du 8 mars, qui est désormais celle du « Droit des femmes », en manifestant leur colère au siège de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris à 10 heures. Anne Hidalgo et son adjoint en charge de la Culture Bruno Julliard sont bien entendu invités à venir fêter avec eux dignement cet événement. Pour prouver qu’ils ne tiennent pas un double discours du type « Paris aime les femmes, Paris aime l’égalité », ils peuvent aussi apporter des preuves d’amour en faisant des propositions qui  permettraient alors d’arriver à l’égalité homme/femme dans les bibliothèques de la Ville de Paris. Une égalité réelle.

Journée du 8 mars : il ne fait pas bon être une femme à la Mairie de Paris

http://daccgtculture.over-blog.com/2017/02/journee-du-8-mars-il-ne-fait-pas-bon-etre-une-femme-a-la-mairie-de-paris.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail


 

GRIPPE : SURMORTALITE EN HAUSSE DE 19400 DECES SURTOUT POUR LES PLUS DE 65 ANS

 

SANTÉ

L'épidémie de grippe a contribué à une surmortalité plus élevée qu'il y a deux ans

Le 22.02.2017 à 11h29

 

La surmortalité hivernale, en partie due à la grippe, a touché particulièrement les personnes âgées-AFP/Archives/GUILLAUME SOUVANT

La surmortalité hivernale, en partie due à la grippe, a touché particulièrement les personnes âgées-AFP/Archives/GUILLAUME SOUVANT

L'épidémie de grippe a contribué à une surmortalité élevée cet hiver, en particulier chez les personnes âgées, avec un bilan plus élevé que lors de la dernière grande épidémie, il y a deux ans, a annoncé mercredi l'agence Santé publique France.

"Sur les neuf premières semaines d'épidémie grippale", de début décembre à début février, "le nombre de décès en excès toutes causes confondues est (...) estimé à 19.400", a indiqué l'agence de veille sanitaire dans son bulletin hebdomadaire.

Il y a deux ans, elle avait relevé une "surmortalité" de 18.300 morts, dont "une large partie" était "probablement attribuable à la grippe", selon le Dr François Bourdillon, patron de Santé publique France.

Contrairement à il y a deux ans, cette hausse de la mortalité "concerne quasi-exclusivement les personnes âgées de 65 ans ou plus", a précisé l'agence publique.

L'agence a également confirmé que l'épidémie de grippe saisonnière était désormais terminée en France métropolitaine, le nombre de nouveaux cas s'étant maintenu sous le seuil épidémique pendant deux semaines consécutives.

Au cours de la semaine du 13 au 19 février, le nombre de passages chez le médecin pour syndrome grippal a continué à décliner, avec 102 consultations pour 100.000 habitants, contre 160 la semaine précédente, et 437 au pic de l'épidémie, mi-janvier.

Ce niveau se situe nettement en dessous du seuil épidémique, estimé à 158 pour 100.000 habitants.

Seule la région PACA restait au-dessus du seuil épidémique national, avec 172 consultations pour 100.000 habitants.

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/l-epidemie-de-grippe-a-contribue-a-une-surmortalite-plus-elevee-qu-il-y-a-deux-ans_110749


 

PROFESSEUR LUC MONTAGNIER SUR LES VACCINS

Pr Luc Montagnier sur les vaccins

 

Initiative citoyenne
2017-02-14 20:26:00

Franchement, comment s'étonner que les vaccins, qui contiennent un cocktail de substances chimiques, dont plusieurs notoirement cancérogènes (comme le formaldéhyde) alors que les vaccins restent pourtant tous dispensés de tests destinés à évaluer leur potentiel cancérogène (!), puissent leurrer encore davantage des systèmes immunitaires déjà lourdement affaiblis et provoquer des flambées cancéreuses??

453354_dr_luc_montagnier_co_di.jpg

Seules les personnes les plus naïves ou les plus mal informées pourront croire le contraire, hélas aidées par les affirmations gratuites des pseudos experts officiels qui concluent fallacieusement de l'absence d'études officielles de cancérogénicité des vaccins que ceux-ci ne peuvent pas induire le cancer !

Oui, même le vaccin contre la grippe est donc une hérésie chez les patients cancéreux, en cours ou au sortir de chimiothérapies, déjà en elles-mêmes lourdement dévastatrices..... il y a bien d'autres moyens alternatifs non nocifs de renforcer son système immunitaire et de se protéger (sans risque de s'auto-saboter!) Commentaire : Lire aussi :


Afficher sur Sott.net


 

DE ZYED ET BOUNA A THEO : LES EMEUTES REPRENNENT EN FRANCE MALGRE 12 ANS D'INACTION

 

De Zyed et Bouna à Théo : les émeutes reprennent en France malgré 12 ans d’inaction

 

 

Le 14 février 2017

 

 

 

Par Ramin Mazaheri

 

Héros communiste, le « Che Guevara africain », Thomas Sankara, a fameusement déclaré : « Un soldat sans formation politique ou idéologique est un criminel potentiel. »

 

 

La police française a une idéologie, parce que tout le monde en a une : seuls les apathiques finis ou les plus endoctrinés prétendent ne pas en avoir.

 

Je vais être franc : je n’ai pas fréquenté l’académie de police française ni lu leurs manuels de formation donc je ne peux pas être catégorique, mais l’idéologie utilisée pour endoctriner la police française est clairement le « Nationalisme Blanc ».

 

La preuve n’est pas le ouï-dire ou simplement mes reportages de seconde main depuis la France : 52% des policiers et des soldats ont voté pour le Front national en 2015.

 

Selon les estimations, 60% des policiers actifs voteront pour Marine Le Pen ce printemps, soit plus du double des sondages présidentiels actuels.

 

Cela est en totale contradiction avec la norme de la société française, et demande une explication.

 

Pour ceux qui ne le savent pas, le Front national est un parti d’extrême-droite. Je les appellerais « nazis », parce qu’ils sont effectivement « nationalistes » culturellement et « socialistes » économiquement. C’est vraiment dommage que nous ne puissions plus utiliser le terme « nazi », sauf pour parler de l’histoire – nous ne faisons qu’obscurcir notre réalité commune en refusant d’utiliser des définitions politiques assez simples.

 

Quoi qu’il en soit, dans une société normale, si un gouvernement apprenait que les 3/5 de la police soutiennent des fascistes d’extrême droite, ils réagiraient immédiatement.

 

Ils dilueraient une force si extrémiste avec un afflux énorme de travailleurs gouvernementaux de mentalité différente. Ils changeraient immédiatement les procédures de formation, les manuels, la culture du lieu de travail et mèneraient une campagne publique affirmant : « Mea culpa – nous avons un problème majeur avec nos policiers. »

 

La France ne le fait pas et ne le fera pas, et nous devons nous demander pourquoi : selon moi, c’est parce que le Nationalisme Blanc est le fondement même de la société française.

 

Le Nationalisme Blanc est aussi le fondement sociopolitique des nations impérialistes des États-Unis et de l’Angleterre.

 

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres idéologies importantes en jeu dans ces trois pays, mais il est clair que le socialisme n’en est pas la base, ni la démocratie, ni la religion, ni le libertarianisme... seul le Nationalisme Blanc convient, parce que les vrais capitalistes ne se soucient que de la couleur de l’argent.

 

Le Nationalisme Blanc a clairement été la philosophie sous-jacente qui a soutenu et s’est propagée pendant des siècles de colonialisme, deux guerres mondiales et même dans le néo-colonialisme d’aujourd’hui.

 

Je n’exagère pas, et je ne fais pas le gauchiste gnangnan : les Noirs ont été réduits en esclavage et les Indiens décimés en raison du pouvoir nettoyant du « Nationalisme Blanc ».

 

Trump est au fond, malgré tous ses aspects non-traditionnels, un Nationaliste Blanc : « l’Amérique d’abord » – et il faut comprendre l’Amérique blanche.

 

Vous savez que c’est vrai, et je ne blâme personne pour les réalités historiques. Les non-Blancs partout dans le monde savent aussi que c’est vrai.

 

Mais la France a volé sous le radar un certain temps

 

Le monde ne savait pas vraiment que les Français à l’intérieur de la France étaient des Nationalistes Blancs, jusqu’à la rébellion nationale de 2005 (votre « émeute » est la « rébellion » de quelqu’un d’autre).

 

Cela a vraiment secoué la vision de la France dans le monde et ce n’est pas non plus une exagération – l’image de la France a subi un coup majeur.

 

« Mais ils croient en ‘la liberté, l’égalité et la fraternité’, n’est-ce pas ? » Personne n’a pu encore croire cela après 2005, et personne ne le croit certainement plus aujourd’hui.

 

La rébellion de 2005 a révélé le fait que la France a une large sous-classe non blanche dont l’avenir est totalement bloqué en raison du racisme institutionnel. 

 

Il est important de savoir pourquoi le Nationalisme Blanc de la France a constitué une telle surprise mondiale. Après tout, nous connaissions l’Apartheid, Jim Crow, les réserves indiennes / aborigènes, etc.

 

La réponse rapide est : jusqu’au milieu des années 1970, la France n’avait pas de vraies minorités non-blanches à opprimer systématiquement.

 

Avant cela, ce que la France avait était surtout une masse de travailleurs étrangers – hommes seuls avec des compétences. Certains se sont mariés et intégrés, bien sûr.

 

Mais la société française a vraiment changé – avec l’incitation des grandes entreprises, et peut-être pour les valeurs humanitaires réelles qu’ils ont invoquées – avec l’adoption du « Regroupement familial ». Cela a surtout permis à des épouses et des enfants d’immigrer en France pour rejoindre leurs maris y travaillant légalement. Cela a créé un changement majeur parce que ça a amené des « villages entiers » en France.

 

Cela s’est également produit au milieu d’une récession mondiale, puis de plus de 30 ans de néolibéralisme qui ont ravagé le niveau de vie de chaque travailleur français.

 

Et même si c’était certainement la bonne chose à faire que de permettre aux familles d’être réunies, cela a mis le modèle français à l’épreuve en ce qui concerne la tolérance et leur modèle d’assimilation au lieu d’une intégration.

 

Considérant le traitement de la France envers les non-Blancs hors de France, miser sur sa tolérance n’était pas un pari très engageant.

 

 

 

Le racisme inhérent au modèle français, si manifestement évident dans ses colonies étrangères, a duré une seule génération lorsqu’il a été appliqué à l’intérieur : en 30 ans, le temps qu’il faut à un adulte pour atteindre complètement la maturité, le système a explosé sous le poids du racisme, de l’hypocrisie et de l’oppression capitaliste.

 

Vous avez eu la rébellion de 2005, et la vapeur a été relâchée, mais le racisme, les avenirs bloqués et la brutalité policière sont restés les mêmes.

 

Ou blâmons donc la victime avec une déchirure rectale de 10 cm

 

C’est assez terrible. Ca a nécessité une chirurgie d’urgence majeure – il pourrait être à l’hôpital pendant 2 mois. Il pourrait avoir des problèmes permanents d’incontinence.

 

Quel genre de policier viole quelqu’un avec sa matraque ? A vomir.

 

Quel genre de policier se tient là et observe la scène ? Eh bien, ils crachaient aussi sur lui, l’appelant par des noms racistes et le battant dans la région génitale.

 

Je parlais à un ami arabe d’ici de 50 ans et je lui ai dit à voix basse : « Ce gars aurait pu être un de vos fils. »

 

Il a immédiatement baissé les yeux – je ne sais pas pourquoi… horreur, honte, inquiétude – et a dit : « Oui ».

 

Ce gars est un Noir de 22 ans nommé Théo.

 

Les policiers ont dit qu’ils répondaient à des appels dénonçant du trafic de drogue dans la région : Théo travaille avec des groupes de jeunes et a un casier judiciaire impeccable.

 

Les policiers ont dit qu’ils l’ont arrêté parce qu’ils pensaient qu’il était un étranger en situation illégale : Théo est français.

 

Le profilage racial est légal en France. C’était la seule promesse de campagne faite par Hollande aux communautés musulmane, noire et immigrante – un autre rétropédalage de Hollande, qui a laissé tomber ses semi-efforts en juillet dernier.

 

 

 

 

La grande nouvelle est que la France est un de ces systèmes extraordinaires et parfaits appelés « démocratie occidentale », où il y a donc des instances de contrôle et de contrepoids pour empêcher que ce racisme soit formalisé et enraciné !

 

Dommage que les juges soient également racistes : le Conseil constitutionnel a déclaré le mois dernier que le profilage racial est une tactique légale.

 

On savait que Théo était une affaire lorsque Hollande vint lui rendre visite à l’hôpital. C’était une sorte de mea culpa.

 

Mais ensuite, l’enquête sur les actions des policiers a conclu que le pantalon de Théo avait « glissé de lui-même » et qu’il avait été sodomisé « par accident ».

 

Ils l’ont vraiment fait... ils ont réellement, effectivement donné publiquement cette version des faits.

 

C’est alors que les émeutes ont empiré. 

 

C’est déjà assez grave que des gens soient violés avec une matraque de police, mais être ensuite forcés d’accepter un tel mensonge ?! Être forcés de réaliser que le système ne fera rien, ne peut rien faire, ne veut rien faire ?

 

C’est alors que les gens se fâchent pour que la police réponde de ses actes d’une manière ou d’une autre.

 

Cela m’a rappelé les « émeutes » de 2005 : Quand ont-elles réellement atteint leur paroxysme ? Quand les policiers ont estimé qu’il était nécessaire de tirer des gaz lacrymogènes dans une mosquée... en plein Ramadan. Encore une fois, ajoutant l’injure aux blessures.

 

(Note : Le torchon de droite Le Figaro semble maintenant essayer de supprimer ce fait de l’histoire en l’appelant une « rumeur », même si l’ancien ministre de l’Intérieur Sarkozy l’a admis à l’époque: « Et la rumeur voulait également qu'une grenade lacrymogène ait explosé au sein de la mosquée de Clichy-sous-Bois, lancée par la police. En plein ramadan… »)

 

Je ne sais pas si nous allons voir un autre 2005. Mais depuis une semaine, ces « émeutes » se produisent presque chaque nuit, et elles se répandent maintenant à l’extérieur de Paris.

 

En 2005, elles ont été déclenchées par la mort de deux adolescents victimes du harcèlement policier – cette situation est différente, mais assez brutale et répréhensible.

 

Dans mon travail pour Press TV, j’ai appelé la « Brigade Anti-Négrophobie » pour une entrevue. Je n’ai vu aucun média français faire de même. Hé, les Iraniens ont laissé partir tous les Noirs et les femmes quand ils ont pris l’ambassade américaine à Téhéran – appelez-nous, à Press TV, biaisés en faveur des opprimés.

 

J’ai rencontré pour la première fois leur porte-parole, Franco Lollia, lors d’une manifestation de soutien à un Rom qui avait été brutalement battu. Franco est noir et Français, mais son nom veut dire « Français » en latin, et les Roms ne sont pas noirs.

 

Quoi qu’il en soit, Franco connaît le score. Il était donc, à juste titre, totalement intransigeant dans son analyse. Il n’était pas non plus en colère, ni surpris. Pourquoi devrait-il l’être? Est-ce que quoi que ce soit dans ce qu’il a dit est inexact ou nouveau ? (Le même type de viol s’est aussi produit en octobre dernier) :

 

« C’est une humiliation massive... une tentative de dégrader tous les non-Blancs... d’enlever notre dignité, notre respect de soi et notre virilité... cela arrive tout le temps... harcèlement quotidien... il a eu la chance de ne pas avoir été tué comme tant d’autres... montrant que les Blancs ont le contrôle... la définition du ‘néo-colonialisme’... machine de police massive... suprématisme blanc... ne croyez jamais que c’est un pays de droits de l’homme. »

 

 

 

La meilleure déclaration est celle que j’ai utilisée pour Press TV : « La société française d’aujourd’hui n’est même pas près d’admettre que leur véritable objectif est d’envoyer ce message : ‘Nous, les Blancs, contrôlons tout.’ ».

 

2005 était il y a 12 ans, d’après mon calendrier

 

La France n’est, en effet, pas près de faire une telle admission. Pas... même... près.

 

Passons à l’autre extrême : la France ne peut pas non plus dire qu’elle n’avait aucune idée qu’une telle question existait.

 

Peut-être qu’en 2005, c’était en quelque sorte plausible ? Il s’agit d’un pays à prédominance rurale, et oui, il y a un kebab dans chaque village, mais on peut croire que certains Français ont été véritablement surpris de la situation appauvrie et marginalisée des non-Blancs à Paris ou à Marseille.

 

Mais en 2017, ils ont tous été mis au courant. Le monde entier le sait.

 

Et qu’est-ce qui a changé depuis 2005 ?

 

Eh bien, il devrait être tout à fait évident que nous avons eu les émeutes de 2005, puis la réponse du Nationalisme Blanc dur, le dénigrement ouvert de la culture « ghetto », la banalisation officielle de l’islamophobie... puis l’arrivée du terrorisme autochtone en 2012, du terrorisme étranger en 2015, la France en tant que fournisseur national n° 6 de terroristes en Syrie.

 

Certains d’entre vous ne veulent pas aller dans cette direction, je peux le prédire... vous ne pouvez pas voir le cheminement et faire les connexions simples....

 

Très bien, parlons donc des certitudes : après 2005, crier haro sur les non-Blancs est devenu une énorme manne politique gagnante – l’islamophobie est devenu le courant dominant.

 

Sarkozy a pris le pouvoir sur ça, Hollande aussi et maintenant Le Pen ou Fillon vont gagner en faisant la même chose.


C’était – je dirais – en 2012, lorsque le « socialiste » Hollande faisait campagne sur l’islamophobie... c’est alors qu’il est devenu acceptable de soutenir ouvertement le Front national. Avant cela, beaucoup d’électeurs avaient peur de l’admettre.

 

Peut-être que je suis trop sévère ? Peut-être que 12 ans ne suffisent pas au gouvernement – c’est-à-dire à la société – pour régler ce problème culturel du racisme ?

 


Certes, l’adoption de lois anti-burka, les lois anti-burqini, les ministres appelant les femmes portant le voile des « nègres qui soutiennent l’esclavage »... rien de tout cela ne visait à corriger le problème culturel. Ce n’était que davantage de Nationalisme Blanc, après tout, qui ne pouvait qu’accroître le manque d’unité.


Peut-être que 12 ans ne suffisent pas pour que le gouvernement – c’est-à-dire la société – résolve les problèmes socio-économiques à propos desquels les non-Blancs sont si en colère ?

 

Depuis que l’austérité a pris le contrôle en 2009, ce sont les non-Blancs qui perdent en premier. Allez, ce n’est pas du cynisme, c’est de la politique (occidentale, démocratique, capitaliste).


Je pourrais mettre en hyperlien des dizaines de rapports détaillant des cas spécifiques de l’état qui s’aggrave toujours davantage de la banlieue parisienne à forte population immigrée, mais il suffit d’utiliser votre moteur de recherche préféré si vous êtes intéressé.


Qu’est-ce qu’il y a dans un nom, socio-économiquement ?


Voici une histoire personnelle pour vous : une étude est parue dans laquelle des CVs ont été envoyés à des propositions d’emploi. Certains avaient des noms français blancs, et d’autres avaient Mohammed et Samira.


Eh bien... vous pouvez deviner... Mo et Mimi étaient moins susceptibles d’être appelés pour un véritable entretien. Mohammed avait quatre fois moins de chances d’obtenir  ne serait-ce qu’un entretien d’embauche (et encore moins d’être engagé) !

 

 

 


J’ai un ami français nommé Mohammed. Au moment de l’histoire, il était au chômage depuis 2 ans.


En fait, il avait un travail, mais il était ingrat – passer 20-30 heures par semaine à envoyer des CV sur Internet. Je suppose qu’il passait 10-15 heures par semaine à lutter contre la dépression causée par tous les rejets, parce que nous savons tous que le chômage est tout simplement terrible.

 

Pensant que cette nouvelle rassurerait Mohammed, je lui ai parlé de cette étude pendant un repas. « Bonne nouvelle ! Tu n’es pas nul, c’est le racisme ! »


Je n’aurais jamais dû lui en parler.


L’heure suivante a été douloureuse à observer : Mohammed a traversé environ 10 différentes étapes : tristesse, colère, résignation, résistance, apathie, rire, cynisme, racisme, espoir, ressentiment, etc.


Pourquoi? Parce que le bonhomme veut un travail ! Il aime la nourriture, il aime payer durant les sorties de soirée occasionnelles, il aime la chaleur dans son appartement ! Vous pourriez être surpris que rien de cela ne figure explicitement dans le Coran, mais c’est juste la manière d’être de ce citoyen stupide.


Il était déjà frustré comme pas possible, puis d’entendre que parce que son nom était Mohammed, il avait tellement plus de choses contre lui ?!

 

Comme je l’ai dit, l’ignorance était une félicité, et sa réponse émotionnelle devrait être totalement compréhensible.

 

Je me sens mal de le lui avoir dit, mais j’avais sottement suivi le conseil d’un de mes amis blancs français ! J’avais mes doutes, alors je lui en avais parlé et il avait dit: « Ouais, bien sûr, dis-lui, ça le rassurera. »


Malgré cette étude intéressante, Mohammed est resté dans la difficulté pour ses factures impayées. Mohammed se sentait abusé, insulté, opprimé.


Et puis, un jeune homme, un bon gars, se fait violer par un bâton de police et devra peut-être déféquer dans un sac toute sa vie... et tant de Blancs français ne peuvent pas comprendre l’effusion de colère, les pierres lancées sur les policiers, les voitures incendiées, etc. ?

 

 


Eh bien... vous n’êtes pas stupide ou ignorant ou insensible... vous ne semblez tout simplement pas connaître beaucoup de non-Blancs !


Avez-vous une histoire comme celle-ci que vous pourriez partager ? Vos histoires de quand vous étiez affecté en Indochine, en Algérie ou dans un autre pays étranger ne comptent pas vraiment, LOL.


Parlez de Tommy à Mohammad – Commie, tu m’entends ?


Revenons à Thomas Sankara, et les vraies personnes de gauche doivent revenir encore et encore à Sankara, parce que les communistes doivent examiner ce qui a fonctionné afin de gagner à nouveau.


Sankara est le type de modèle que ces jeunes noirs devraient étudier à l’école française, puisqu’il était probablement LE prototype de leader moderne... et il l’a fait en français.


Sankara a mené la révolution communiste au Burkina Faso en 1983. Le rejet de la dette, le refus des prêts étrangers, les programmes d’éducation, la redistribution des terres, les programmes de santé, le féminisme – eh oui, c’est ce que les communistes font quand ils ont leur chance.


Le gars jouait aussi de la guitare dans un groupe de jazz fusion, a donné au Burkina Faso son nom actuel (il signifie « Pays des hommes intègres ») et a visité Harlem, où il a donné un tel discours que vous pouvez toujours acheter des T-shirts de Sankara dans la 110e rue aujourd’hui.


Il était prêt à reprendre le manteau du chef panafricain à Kadhafi. Au lieu de cela, il est mort à 37 ans... avec 350 dollars dans son compte, deux guitares et une petite maison qu’il n’avait pas fini de payer.


La France ne veut pas déclassifier ses archives, mais les Français l’ont fait assassiner, rien moins que par son meilleur ami, Blaise Compaoré. Après 27 ans de dictature pro-française, et de démantèlement des avancées communistes du Burkina Faso, Compaoré a finalement été renversé. Il a trouvé refuge en Côte d’Ivoire, capitale de la France néocoloniale.


Mais Thomas Sankara n’est pas quelqu’un dont les professeurs français aiment parler. Ils préfèrent parler des colonialistes, des militaires et de toutes les statues du 18e siècle payées par des salaires d’esclaves impayés... des gens qui étaient presque tous des Nationalistes Blancs.


Criez « politiquement correct » et « victime de leur temps » tout votre saoul, mais vous ne pouvez pas changer ce fait.


Les fantassins du Nationalisme Blanc


La révolution du politiquement correct a contribué à saper le nationalisme tatillon, et c’est un véritable succès, mais une chose à laquelle les personnes de gauche occidentales d’aujourd’hui sont tout simplement inaptes est de rejeter courageusement leur militarisme domestique.


Le Nationalisme Blanc exige un militarisme constant, après tout : militarisme et vigilance contre la contamination culturelle, les mariages mixtes, les impuretés religieuses, etc.


Ce n’est pas seulement les soldats : personne n’appellerait la vendue Rachel Maddow de la MSNBC une vraie personne de gauche, mais aux États-Unis, elle passe pour l’être. Pourtant, Al-Jazeera a souligné que son livre est rempli d’odes à l’armée américaine. Vous devez simplement « soutenir les troupes » dans des endroits comme les États-Unis.


En France, ce n’est pas seulement le système judiciaire qui ne condamne jamais un policier d’un crime si la victime est brune ; leur critique est tout aussi inouïe qu’aux États-Unis.


Les journalistes d’ici ont rapporté l’absurde affirmation que le viol était « un accident » sans la moindre ironie ! Sans la moindre question ! Quand les journalistes sont comme ça, imaginez simplement comment les politiciens s’alignent dans les rangs ! 


Toute Français de gauche – mais pas seulement – doit exiger une réforme majeure d’une force de police française qui soutient clairement le fascisme, qui est remplie de racistes et qui agit au-dessus de la loi.


Soutenez les policiers de France et, comme le prouve le chiffre de 60%, vous soutenez les Nationalistes Blancs.


Je ne soutiens PAS les policiers français le moins du monde, parce qu’ils mènent cette guerre brutale à l’intérieur. Les policiers français sont des soldats ; mettons-nous d’accord sur cela – ils sont une « armée domestique ».


Si vous ne les avez jamais vus de près, je peux attester que la police française est armée jusqu’aux dents et couverte de protections de football américain.

 

 

 

Ils vont toujours par quatre. Pourquoi? « Au cas où ils veulent jouer aux cartes », selon la plaisanterie ! La véritable raison est pour leur sécurité – parce que 10 kilos d’armes et de munitions ne suffisent pas – mais le résultat réel est une intimidation accrue, la pensée de groupe et le dévouement à l’omerta de la loi du silence de la police.


Les policiers anti-émeute, portant des boucliers, utilisant des gaz lacrymogènes, déployant des canons à eau, fouillant tout le monde et leurs sacs, sont clairement de tolérants amoureux de la liberté d’expression, et ils sont heureux de vous arrêter si vous essayez d’en faire usage pendant l’état d’urgence, même si vous êtes un hippie blanc et pas un brun.


La police française n’est pas appelée les « Gardiens de la révolution », comme à Cuba ou en Iran, parce qu’il n’y a pas de révolution à garder pour eux.

 

Nous devons être très clairs sur ce qui est gardé par les policiers de la France : c’est une révolte du 18ème siècle, capitaliste, antiféministe et esclavagiste contre la monarchie qui a explicitement dit que les droits de l’homme ne sont que pour les propriétaires terriens.


Elle a cessé d’être révolutionnaire en 1848. La France était en avance sur la courbe nationaliste, donc mettons-nous tous d’accord sur le fait qu’en 1917, le monde entier était passé à des questions plus progressistes.


Mais pas la France – le salafisme de 1789 est toujours la voie fondamentaliste en vigueur ici.


Rejetez le communisme en 2017 – une vraie gauche dépourvue de racisme et de capitalisme – et qu’est-ce qui vous reste ? Vous avez un centre qui a prouvé qu’il est totalement faux et dépourvu de cœur et de cerveau, et une aile droite qui, dans les nations occidentales, est ce même Nationalisme Blanc d’avant même 1789.


Purée, les choses vont si mal en Occident que les vraies personnes de gauche en viendraient à espérer que les Trump et Marine Le Pen parviennent effectivement au pouvoir, donnent quelques coups de clé anglaise à la doxa « Il n’y a pas d’alternative » du néolibéralisme qui règne depuis 30 ans, et créent assez de divisions ethniques pour que les gens comprennent ENFIN que seule la vraie gauche peut ou devrait être au pouvoir.

 

Sous le communisme, la police est endoctrinée – bien, je l’avoue, et je l’ai vu à Cuba.

Mais ils sont endoctrinés avec l’idée que la classe, pas la couleur, est ce qui importe ; avec l’idée que la partie du pays dont vous venez n’est pas importante, et que ce qui est important, c’est que nous sommes tous unis dans la lutte ; avec l’idée que l’inégalité est dangereuse et mauvaise ; avec les idées que le racisme, le nationalisme et le capitalisme sont arriérés, réactionnaires, dangereux, contre-productifs, immoraux.

 

Oh, ces terribles policiers communistes ! Nous devrions certainement les rendre plus comme ceux de la France, non ?

 

« L’ère des Lumières » conjuguée à la négation de l’existence du Nationalisme Blanc signifie que vous vivez dans le passé, et il y a un prix à payer pour la confusion. Malheureusement, ce prix est principalement payé par les non-Blancs.

 

Chaque nuit, la France est illuminée des voitures et des poubelles en feu qui ont été incendiées par leur sous-classe opprimée, leur sous-race.

 

On dirait une révolution... et elle est dirigée contre le Nationalisme Blanc.

 

La White Trash Revolution (WTR – révolution de la sous-classe blanche) va battre en brèche cette dernière revendication ethnique pour plus de droits, tout comme elle a gagné dans le Brexit et avec Trump... mais la WTR va un jour se transfigurer en une simple Trash Revolution (TR – révolution de la sous-classe).

 

Et c’est alors que nous parviendrons à quelque chose de vraiment positif.

 

NESTLE : UNE SUBSTANCE CANCEROGENE DANS DES BISCUITS POUR BEBE

Une substance cancérogène détectée dans des biscuits pour bébé

  •  le 17 février 2017

Thinkstock

Marie Privé

 

C’est un coup de tonnerre pour le secteur de l’industrie agroalimentaire. Une substance cancérogène, l’acrylamide, a été retrouvée à un taux supérieur aux normes européennes dans des biscuits pour bébé de la marque Nestlé. C’est ce que révèle une analyse indépendante dont les résultats ont été pointés du doigt dans un communiqué rédigé par trois associations internationales, la fondation Changing Markets, l'ONG environnementale WECF et le rassemblement de consommateurs SumOfUs.

Les biscuits incriminés sont les « P'tit Biscuit texture croquante et fondante » de Nestlé. L’analyse, qui a testé 25 marques de biscuits pour enfants en bas âge commercialisés en France, a retrouvé une concentration de 226,1 microgrammes par kg d’acrylamide dans les "P'tit Biscuit" de Nestlé, alors que la valeur maximale recommandée au niveau européen est fixée à 200 microgrammes.

 

 Suivre

Allodocteurs @Allodocteurs

Trop d'acrylamide dans certains biscuits pour bébé ? http://bit.ly/2lUKNRa 

  •  

 

 

« Cette molécule est bien connue. C'est une substance qui est classée cancérogène chez l'humain, a indiqué le toxicologue André Cicolella à nos confrères d’Europe 1. Elle est mutagène et elle est toxique pour la reproduction. Un taux comme celui-là est manifestement le signe d'un dysfonctionnement. » Deux autres biscuits sont proches du seuil maximal de concentration, « Mes 1ers Biscuits Orange » de Picot, marque du groupe Lactalis, (198,3 microgrammes) et les « Biscuits junior aux pépites de chocolat" de Carrefour (192 microgrammes). Tous les autres produits analysés sont largement en-dessous des normes.

La direction de Nestlé France a fait part jeudi soir de « sa grande surprise à la vue de ces résultats ». Pour André Cicolella, « rien ne sert de paniquer pour autant. Les enfants qui ont consommé ces biscuits ne vont pas brutalement tomber malade. » L'industrie agroalimentaire doit cependant prendre ses responsabilités et fournir des produits plus sains. 

À lire aussi : Couches pour bébé, 10 marques sur 12 contiennent des résidus toxiques

http://www.femmeactuelle.fr/enfant/news-enfant/substance-cancerogene-biscuits-pour-bebe-acrylamide-36815