1er MAI 2022 : L'ESPOIR EST DANS NOS LUTTES

tourtaux-jacques Par Le 29/04/2022 0

Dans FRANCE

1er Mai 2022

L'espoir est dans nos luttes

 

Le Premier Mai est une date de combat. Propriété commune de l’Humanité, le 1er Mai matérialise en pratique l’union des luttes du mouvement ouvrier international. En 2022, cette journée a lieu une semaine à peine après la réélection d’Emmanuel Macron face à Marine Le Pen, dans un contexte de très forte délégitimation de la caste politique au pouvoir, d’une très grave crise économique, et du retour de la guerre en Europe.

 

 

Dans notre pays comme partout dans le monde, le capitalisme est le véritable virus qui nous empoisonne. En France comme ailleurs, le capitalisme est un système en crise ; preuve en est l’aggravation brutale des conflits entre travailleurs et patrons, preuve en est l’aggravation des tensions internationales et le risque de guerre généralisée, preuve en est la montée en puissance des autoritarismes et du fascisme.

 

 

La lutte à mort entre le capital et le travail, entre les capitalistes et les travailleurs, ne peut se solder que par l’écrasement de l’un au bénéfice de l’autre. Car les travailleurs se retrouvent acculés, étranglés par le cout de la vie qui explose tandis que les salaires ne permettent plus de vivre dignement. Souvent endettés, soumis à la précarité de l’emploi, au chantage du chômage, les travailleurs doivent aussi faire face à la destruction méthodique et brutale des services publics, ainsi que des capacités industrielles du pays.

 

 

En réalité, tout dans cette crise globale démontre qu’il faut s’attaquer à la source du pouvoir des capitaliste et à la racine du problème : la propriété privée.

 

 

Il est nécessaire de briser la propriété privée, réquisitionner et placer tous les moyens privés de production vitaux sous la gestion et le contrôle des travailleurs concernés, des organisations syndicales et des usagers. Cela vaut, par exemple pour le secteur de la santé et de l’industrie pharmaceutique, mais aussi pour le transport, le BTP, l’agroalimentaire, les industries chimiques, métallurgiques, électriques, gazières, etc…

 

 

Oui, nous devons sortir du capitalisme. Hommes et femmes de volonté, avec ou sans gilets, syndiqués comme non syndiqués, croyants comme non croyants, immigré ou français, avec ou sans papier, notre classe et notre place dans cette société injuste est notre référentiel commun absolu. Le pouvoir de l’oligarchie et le règne de l’Argent ne sera pas brisé sans des mesures radicales nécessaires pour construire une nouvelle société qui place l’Humain, et l’ensemble de ses besoins, au cœur de ses préoccupations :

 

 

1/ Socialisation des secteurs industriels et logistiques

2/ Fermer la Bourse, saisir les banques, annuler la dette

3/ Interdiction des licenciements, boursiers ou non

4/ Abrogation de toutes les lois et ordonnances anti-sociales

5/ Levée immédiate de l’Etat d’urgence sanitaire

 

 

Balayons le fatalisme et la résignation ! 

Retrouvons la Fraternité et la Solidarité ouvrière : échangeons, débattons, posons la perspective de la grève générale et du changement global de société !

 

 

Non seulement le peuple et les travailleurs ont la capacité d’action et la masse critique pour eux, mais nous avons aussi quelque chose de tout aussi précieux : l’organisation collective. L’heure est plus que jamais de « prendre parti », de s’engager. Henri Krasucki disait d’ailleurs « Se syndiquer, c’est être libre ». La force du peuple, lorsque ce dernier est organisé, permet de tout balayer, de remettre les compteurs à zéro et de choisir réellement une autre voie pour notre pays.

 

 

Articulée autour des revendications CGT et du projet de société CGT, la grève générale, c’est-à-dire un arrêt de travail massif et prolongé, frappant les points névralgiques de l’économie, et donc du système économique et politique du capitalisme, doit absolument être discutée et préparée.

 

 

Quoi qu’il arrive, la start-up nation, ultra-libérale, brutale, liberticide et xénophobe, doit être renversée. Organisons-nous, discutons, encourageons et préparons le soulèvement social et politique du peuple. Posons concrètement la perspective de la grève générale.

https://magazine.unitecgt.fr/n18/1er-mai-2022

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire