1er MAI, JOURNEE INTERNATIONALE DE LUTTE SOLIDAIRE DES TRAVAILLEURS

Manifestations du 1er mai 2015
 
 
 
 
01 - Ain                                                                           
02 - Aisne
03 - Allier
04 - Alpes de Hautes-Provence
05 - Hautes-Alpes
06 - Alpes-Maritimes
07 - Ardèche
08 - Ardennes
09 - Ariège
10 - Aube
11 - Aude
12 - Aveyron
13 - Bouches-du-Rhône
14 - Calvados
15 - Cantal
16 - Charente
17 - Charente-Maritime
18 - Cher
19 - Corrèze
2A - Corse-du-Sud
2B - Haute-Corse
21 - Côte-d'Or
22 - Côtes d'Armor
23 - Creuse
24 - Dordogne
25 - Doubs
26 - Drôme
27 - Eure
28 - Eure-et-Loir
29 - Finistère
30 - Gard
31 - Haute-Garonne
32 - Gers
33 - Gironde
34 - Hérault
35 - Ile-et-Vilaine
36 - Indre
37 - Indre-et-Loire
38 - Isère
39 - Jura
40 - Landes
41 - Loir-et-Cher
42 - Loire
43 - Haute-Loire
44 - Loire-Atlantique
45 - Loiret
46 - Lot
47 - Lot-et-Garonne
48 - Lozère
49 - Maine-et-Loire
50 - Manche
51 - Marne
52 - Haute-Marne
53 - Mayenne
54 - Meurthe-et-Moselle
55 - Meuse
56 - Morbihan
57 - Moselle
58 - Nièvre
59 - Nord
60 - Oise
61 - Orne
62 - Pas-de-Calais
63 - Puy-de-Dôme
64 - Pyrénées-Atlantiques
65 - Hautes-Pyrénées
66 - Pyrénées-Orientales
67 - Bas-Rhin
68 - Haut-Rhin
69 - Rhône
70 - Haute-Saône
71 - Saône-et-Loire
72 - Sarthe
73 - Savoie
74 - Haute-Savoie
75 - Paris
76 - Seine-Maritime
77 - Seine-et-Marne
78 - Yvelines
79 - Deux-Sèvres
80 - Somme
81 - Tarn
82 - Tarn-et-Garonne
83 - Var
84 - Vaucluse
85 - Vendée
86 - Vienne
87 - Haute-Vienne
88 - Vosges
89 - Yonne
90 - Territoire-de-Belfort
91 - Essonne
92 - Hauts-de-Seine
93 - Seine-Saint-Denis
94 - Val-de-Marne
95 - Val-d'Oise
 
 

QUELLES SONT LES ORIGINES DU 1er MAI ? ROSA LUXEMBURG

1894

Un article publié dans le journal polonais « 

Sprawa Robotnicza »

Téléchargement fichier winzip (compressé) : cliquer sur le format de contenu désiré

Format PDF (Adobe Acrobat) Format RTF (Microsoft word)

Quelles sont les origines du 1er mai ?

Rosa Luxemburg


L’heureuse idée d’utiliser la célébration d’une journée de repos prolétarienne comme un moyen d’obtenir la journée de travail de 8 heures [1], est née tout d’abord en Australie. Les travailleurs y décidèrent en 1856 d’organiser une journée d’arrêt total du travail, avec des réunions et des distractions, afin de manifester pour la journée de 8 heures. La date de cette manifestation devait être le 21 avril. Au début, les travailleurs australiens avaient prévu cela uniquement pour l’année 1856. Mais cette première manifestation eut une telle répercussion sur les masses prolétariennes d’Australie, les stimulant et les amenant à de nouvelles campagnes, qu’il fut décidé de renouveler cette manifestation tous les ans.

De fait, qu’est-ce qui pourrait donner aux travailleurs plus de courage et plus de confiance dans leurs propres forces qu’un blocage du travail massif qu’ils ont décidé eux-mêmes ? Qu’est-ce qui pourrait donner plus de courage aux esclaves éternels des usines et des ateliers que le rassemblement de leurs propres troupes ? Donc, l’idée d’une fête prolétarienne fût rapidement acceptée et, d’Australie, commença à se répandre à d’autres pays jusqu’à conquérir l’ensemble du prolétariat du monde.

Les premiers à suivre l’exemple des australiens furent les états-uniens. En 1886 ils décidèrent que le 1° mai serait une journée universelle d’arrêt du travail. Ce jour-là, 200.000 d’entre eux quittèrent leur travail et revendiquèrent la journée de 8 heures. Plus tard, la police et le harcèlement légal empêchèrent pendant des années les travailleurs de renouveler des manifestations de cette ampleur. Cependant, en 1888 ils renouvelèrent leur décision en prévoyant que la prochaine manifestation serait le 1° mai 1890.

Entre temps, le mouvement ouvrier en Europe s’était renforcé et animé. La plus forte expression de ce mouvement intervint au Congrès de l’Internationale Ouvrière en 1889 [2]. A ce Congrès, constitué de 400 délégués, il fût décidé que la journée de 8 heures devait être la première revendication. Sur ce, le délégué des syndicats français, le travailleur Lavigne [3] de Bordeaux, proposa que cette revendication s’exprime dans tous les pays par un arrêt de travail universel. Le délégué des travailleurs américains attira l’attention sur la décision de ses camarades de faire grève le 1° mai 1890, et le Congrès arrêta pour cette date la fête prolétarienne universelle.

A cette occasion, comme trente ans plus tôt en Australie, les travailleurs pensaient véritablement à une seule manifestation. Le Congrès décida que les travailleurs de tous les pays manifesteraient ensemble pour la journée de 8 heures le 1° mai 1890. Personne ne parla de la répétition de la journée sans travail pour les années suivantes. Naturellement, personne ne pouvait prévoir le succès brillant que cette idée allait remporter et la vitesse à laquelle elle serait adoptée par les classes laborieuses. Cependant, ce fût suffisant de manifester le 1° mai une seule fois pour que tout le monde comprenne que le 1° mai devait être une institution annuelle et pérenne.

Le 1° mai revendiquait l’instauration de la journée de 8 heures. Mais même après que ce but fût atteint, le 1° mai ne fût pas abandonné. Aussi longtemps que la lutte des travailleurs contre la bourgeoisie et les classes dominantes continuera, aussi longtemps que toutes les revendications ne seront pas satisfaites, le 1° mai sera l’expression annuelle de ces revendications. Et, quand des jours meilleurs se lèveront, quand la classe ouvrière du monde aura gagné sa délivrance, alors aussi l’humanité fêtera probablement le 1° mai, en l’honneur des luttes acharnées et des nombreuses souffrances du passé.


Notes

[1] L’usage était alors une journée de travail d’au moins 10 à 12 heures par jour.

[2] Il s’agit du premier congrès de la II° internationale.

[3] Raymond Lavigne (1851- ?), militant politique et syndicaliste.

http://www.jacques-toutaux.pro/article-quelles-sont-les-origines-du-1er-mai-rosa-luxemburg-104344181.html

VIVE LE 1er MAI

JOURNEE INTERNATIONALE

DE LUTTE ET DE SOLIDARITE

ENTRE LES TRAVAILLEURS !

 

Camarades,

En ce 1er Mai, journée internationale de lutte et de solidarité entre les travailleurs de tous les pays du monde, nous voilà une fois de plus réunis pour défendre les intérêts des travailleurs contre le capital. Une occasion de plus pour réaffirmer haut et fort dans la rue notre opposition résolue à l’ennemi commun de tous les travailleurs du monde, le capitalisme.

Le capitalisme-impérialisme plus que jamais oppresse et exploite les peuples du monde entier, provoque l’appauvrissement des prolétaires, les guerres, les famines et nous conduit droit vers une catastrophe économique et écologique pouvant remettre en cause l’existence même de l’humanité.

Depuis 1886 et la grève des ouvriers de Chicago réprimée dans le sang, le 1er Mai est le symbole de la lutte anticapitaliste des travailleurs dans le monde entier. Presque 130 ans après, ce combat reste d’actualité.

Dans notre pays, en France, les attaques sans précédent contre les ouvriers et les travailleurs exploités (ANI, loi Macron) démontrent clairement le lien de classe qui unit l’état capitaliste (aujourd’hui géré par le PS) et la bourgeoisie capitaliste (MEDEF).

A l’extérieur de la France, comme l’Etat UMP avant lui, l’Etat PS poursuit la même politique agressive de guerre contre les pays qui contestent la tutelle des multinationales françaises et occidentales.

Face à cela il incombe aux communistes, aux syndicalistes anticapitalistes , aux révolutionnaires et aux ouvriers, de faire face et de construire l’unité de classe des prolétaires de France afin de mener une lutte résolue, classe contre classe contre la bourgeoisie capitaliste-impérialiste. Contact : roc.ml@laposte.net

https://www.facebook.com/roc.ml1

Site internet : http://rocml.org/

#jcml_nationale


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau