30 000€ PAR MOIS REPRESENTANT LE SALAIRE PLUS LE CUMUL DE TROIS PENSIONS, JACQUES TOUBON, LE DEFENSEUR DES DROITS NE COMPREND PAS QUE CA CHOQUE

Jacques Toubon cumule un salaire élevé et trois pensions.

Jacques Toubon cumule un salaire élevé et trois pensions. - Capture d'écran RTL

POLITIQUE

#EtAlors

15.000 euros + des pensions : le Défenseur des droits ne "comprend pas que ça choque"

Par Louis Nadau

Jacques Toubon a expliqué ce jeudi 17 janvier sur RTL ne pas comprendre que son cumul de trois pensions avec son salaire de 15.000 euros en tant que Défenseur des droits puisse faire polémique.

Et alors ? Epinglé par le Canard enchaîné cette semaine sur le cumul de son salaire de Défenseur des droits en plus de ses pensions d'ancien élu et haut-fonctionnaire, le Défenseur des droits Jacques Toubon a réagi ce jeudi 17 janvier sur RTL, déclarant ne "pas comprendre" que ces confortables émoluments puissent faire polémique.

"LE CANARD" AVANCE UN TOTAL DE 30.000 EUROS

Dans le détail, l'hebdomadaire fait état d'un traitement de 15.725 euros mensuel en tant que Défenseur de droit auquel s'ajoute, confirme Jacques Toubon, "une pension de fonctionnaire, une pension de parlementaire et une pension de conseiller de Paris pendant 25 ans", que l'intéressé "continue de toucher" depuis 2006 après, souligne-t-il, "44 ans au service de l'Etat". Total, estime Le Canard : 30.000 euros par mois.

"Je ne comprends pas que ça choque, parce que je rappelle que ce que je fais, c'est un travail à temps plein, pour lequel je suis rémunéré conformément aux règles", plaide l'ancien garde des Sceaux du gouvernement d'Alain Juppé. Et celui qui affirme, dans le même entretien, avoir pour rôle de "traduire la réalité sociale", d'insister sur la légalité de cette rémunération : "Je touche un salaire qui est inscrit dans le budget, qui a été fixé en 2011 lorsque le Défenseur des droits a été créé".

Sauf que ce cumul fait tache, à l'heure où les rémunérations des présidents d'autorités administratives indépendantes et d'autres privilégiés de la République sont pointés du doigt. Le 8 janvier, la présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP), Chantal Jouanno, a ainsi annoncé sur France 2 renoncer à piloter le grand débat national censé répondre à la crise des gilets jaunes, après que son salaire - 14.709 euros brut par mois - eut été révélé.

Interrogé sur la possibilité de "cicatriser" pour une France meurtrie, Jacques Toubon répond : "Par rapport aux règles qui sont appliquées aujourd'hui et à la manière dont elles sont appliquées aujourd'hui, il faut changer nos comportements". A bon entendeur.

Your Online Choices Logo

https://www.marianne.net/politique/15000-euros-de-salaire-et-des-pensions-le-defenseur-des-droits-ne-comprend-pas-que-ca?_ope=eyJndWlkIjoiN2IxZjMwOWY1YmU0MDZiMzM5OWIwOWFhODQyYWIyYTIifQ%3D%3D


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire