ANC : RIEN NE SE FERA SANS L'ADDITION DE LA RUE ET DES URNES !

tourtaux-jacques Par Le 16/05/2022 0

Dans FRANCE

Rien ne se fera sans l’addition de la rue et des urnes ! (le dernier tract de l’ANC)

samedi 14 mai 2022 par ANC

Nous vous proposons le tout dernier tract de l’ANC, en format PDF. Vous pouvez l’imprimer pour le distribuer, le faire circuler sur les réseaux sociaux et surtout vous enservir comme argumentaire lors des discussion avec les copines... et les copains, à l’atelier ou sur le marché, autour d’un verre ou d’un cassoulet...(JP_ANC)
Partout où il y a un membre de l’ANC il est important que nous prenions des dispositions pour qu’une expression politique et des contacts réguliers avec la population soient mis en place. C’est dans ce mouvement là que l’ANC se renforcera, non pour elle-même, mais pour aider à la reconstruction de l’organisation révolutionnaire dont notre pays a besoin.
À nos tracts et nos banderoles !!
Le barrage, ou plus exactement la barricade se construit là !!
Hasta la victoria siempre !!

On peut résumer la situation actuelle en France au lendemain des élections en ces quelques points :

- 16 millions et demi de gens ont refusé de voter ou ont voté blanc ou nul
- Plus de 11 millions de voix pour l’extrême droite au 1er tour soit + 2 millions en plus sur 2017 et en plus les idées d’extrême droite pour partie dépassent largement son électorat les mots « d’islamo-gauchisme », « populations radicalisées des quartiers » ou « indigénistes » rentrent dans le vocabulaire de forces politiques qui ne nous avaient pas habitués à cela.
- Le président Macron est le plus mal élu de la 5ème république. Celui qui a voulu ratisser large en rassemblant la droite et le PS est en échec puisque l’assemblage plafonne à 12 millions de voix quand il y a 10 ans ces forces réunies faisaient près du double ! De plus Macron atteint dans l’opinion un niveau de détestation extrême dû à sa politique de casse sociale, de répression brutale et à son cynisme bourgeois.
- Le courant "radical", avec 9 millions de voix [1], n’arrive pas à bénéficier de ce rejet, non pas tant à cause de sa désunion du 1er tour (ce n’est pas une 1ère) mais pour deux raisons essentielles :
o Il paraît pour une part peu crédible car coupé de la population, de sa vie quotidienne et de ses luttes, même si, ce qui est nouveau, des populations nouvelles ont retrouvé ou trouvé parfois pour la 1ère fois le chemin des urnes en particulier pour s’opposer au racisme et au fascisme
o La constitution de la 5ème république s’apparente plus à une monarchie élective et constitue un piège où on est conduit à voter non pas pour nos convictions mais pour le moins pire.

Une situation inédite

Au lendemain de l’accord à gauche nous sommes dans une situation qui n’est pas celle des années passées.
- Il n’y a pas l’illusion qu’il y avait en 1981 : il n’y aura pas « d’état de grâce » quel que soit le résultat issu des urnes le 19 juin au soir.
- Il y a dans l’accord des termes qui font hurler les forces réactionnaires en particulier quand il est mentionné la possibilité de « désobéir aux traités européens », disposition que l’ANC salue d’autant plus que nous avons déploré que l’Union Européenne et son carcan soient absents du débat électoral.
- Parmi celles et ceux qui espèrent dans cet accord, bon nombre a conscience qu’il faut remettre en cause le capitalisme et qu’il ne suffit pas de le rafistoler. Il ne serait donc pas juste de penser que nous sommes dans une version strictement identique aux unions de la gauche passées.

Un score important des forces issues de cet accord peut être un point d’appui si le monde du travail se fait entendre car le fascisme et le recul social ne se combattent pas en mettant tous les 5 ans simplement un bulletin dans l’urne mais par les luttes et par l’action politique ancrée dans celles-ci, au travail, dans les quartiers, dans les villages.

Soyons en sûrs le pouvoir économique ne voudra rien lâcher et déchainera le pouvoir médiatique voire le pouvoir de police contre toute tentative d’avancer vers une moins grande injustice sociale et surtout contre toute atteinte à son droit de propriété.

Cette lutte progressiste allie combat contre les guerres impérialistes de la Palestine à l’Ukraine en passant par le Yémen et la Françafrique et action pour que les peuples n’en subissent ni les conséquences meurtrières dans les pays agressés ni les atteintes au pouvoir d’achat et à l’emploi dans les pays agresseurs. Comme il y a 100 ans, le slogan « A bas la guerre vive la révolution » est d’actualité.

Plus que jamais la rue doit peser sur les urnes

Non aux guerres impérialistes !
Non au recul social !
Non aux discriminations !
Non aux violences policières !
Oui à la paix !
Oui aux augmentations de salaires, aux créations d’emplois, à la sécurité sociale intégrale, à la retraite à 60 ans avec 37 années et demie de cotisations !
Oui au développement des services publics !

Voilà le vrai barrage à construire pour aller vers un changement radical de société.

Le 13 mai 2022

Documents joints

declaration-13-mai-tract.pdf (PDF - 227.9 ko)

[1] Mélenchon + Roussel + Poutou + Arthaud

http://ancommunistes.fr/spip.php?article3884

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire