ARRETONS D'ETRE DES CONS-SOTS-MATEURS.

Consommateur.

Toi qui travailles pour consommer, pour payer le crédit de ton auto qui te sert à aller travailler.

Toi qui payes tes factures en temps et en heure, toi qui payes la TVA sur tous les produits que tu achètes.

Toi qui penses que la croissance, le progrès technologique et l’emploi sont les seules manières d’envisager le monde.

Toi qui as une carte bleue pour consommer partout tout le temps, la nuit, le dimanche, les jours fériés, et qui crois trouver le bonheur dans l’achat.

Toi qui vois la misère grandir mais qui t’obstines à croire que tout va bien, que toi tu t’enrichis, puisque tu payes des impôts.

Toi qui penses que, à leur tour, les pauvres n’ont qu’à travailler pour s’enrichir.

Toi qui te rassures en regardant les infos à la télé ou l’histoire, pour te dire que « finalement il y a pire ailleurs ou il y avait pire avant ».

Toi  qui crois que l’immigration est la source de la crise actuelle puisqu’ « il y a trop de profiteurs de notre système social ».

 

Consommateur.

Ton caddie a les barreaux d’une prison et ton esprit est carré comme ta télévision. Souviens-toi que tu es humain, souviens-toi que tu ne vis pas pour le travail ni pour t’entourer d’objets futiles. Souviens-toi que le temps n’est pas l’argent mais ta durée de vie. Nous sommes des êtres doués de conscience, alors éteignons notre télé et servons nous de cette conscience. N’admettons plus ce qui est inadmissible, n’acceptons plus la misère, la pauvreté, engendrées par un système qui ne partage pas, qui combat la gratuité, qui écrase le don, qui repousse l’entraide et les valeurs humaines. Un système qui marchandise tout, aussi bien les ressources naturelles, les animaux que les humains. Un système qui se cache derrière des faux prétextes et des faux coupables, qui divise pour mieux régner.  Acceptons le fait que la recherche constante du toujours plus de croissance économique n’est pas la solution mais bien le problème. Nous avons tout, nous avons des voitures, des réfrigérateurs, des ordinateurs, des avions, des machines, des magasins remplis de produits divers, nous avons tout, nous sommes riches, l’austérité est un leurre, un projet, une invention.

 

Le mot Humain s’associe avec le verbe être, pas avec le verbe avoir. L’argent n’est qu’une création de l’Homme, il ne doit pas devenir moyen de pression.  Toi qui lis ce texte, cherche les portes de sortie au carcan qui t’empêche de t’émanciper, qui fait mal à tes proches, à tes semblables, qui noircit ton avenir. Ce carcan qui a pour seul but l’accumulation de richesses d’une minorité grâce à l’acceptation d’une majorité dont nous faisons partie. Le seul coupable de cette situation est notre acceptation.

Alors, les alternatives sont nombreuses, elles nous entourent. Achetons directement au producteur ou à l’artisan du coin, à la ferme, au groupement de producteurs, au marché, en AMAP, fabriquons, recyclons,  réparons, prêtons, aidons. Imaginons et construisons demain sans ce système, défendons les besoins fondamentaux de l’Humain contre les intérêts économiques, car l’argent doit juste rester un moyen d’échanges. Refusons le marketing, les modes, l’obsolescence, la notion de rentabilité dans l’éducation, la notion de rentabilité quand il s'agit de droit au logement, d'accès aux soins et à la nourriture. Merde au pouvoir d'achat, oui au pouvoir de vivre, merde au mésusage, oui aux besoins vitaux.

 

Lecteur, tu n’es pas un con-sot-mateur, alors MERCI d’agir en Humain pour notre avenir commun.

 


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau