ETUDIANTS ET LYCEENS REFUSENT DE SE DISSOCIER DES "CASSEURS"

La coordination étudiante et lycéenne refuse de se dissocier des ''casseurs'' (vidéo 2'27)
 
Il n'y a pas de "casseurs" !
 
 
Tous les manifestants sont des manifestants !
 
Cliquer sur le lien ci-dessous pour voir l'interviewe d'Aïssatou Dabo, la porte-parole de la coordination nationale étudiante en train de refuser, sur iTélé  le 9 avril 2016, de condamner celles et ceux que le pouvoir appelle des "casseurs" :
 
 
 
    Bonjour à toutes et à tous,
 
Le pouvoir utilise toujours le principe du "diviser pour mieux régner" ; ainsi, il veut diviser le mouvement en ce qu'il espère être une minorité de "casseurs" et ce qu'il espère être une majorité de manifestants "normaux".
 
En réalité, il n'y a pas d'un côté de gentils manifestants normaux qui constitueraient la vraie manif et de l'autre de méchants "casseurs" qui profiteraient de ce qu'il y ait une manifestation pour tout casser sans risque en "infiltrant" la manif pour se camoufler.
 
Il y a toujours des manifestants plus motivés que d'autres. Et les plus motivés le sont parfois au point de trouver le courage d'affronter le pouvoir, ses vitrines et ses bandes armées. Ce sont ceux-là que le pouvoir veut qu'on prenne pour des "casseurs".
 
En fait, tout manifestant "normal" peut en un instant se transformer en "méchant casseur", et l'instant d'après redevenir un "manifestant normal". Diviser entre "casseurs" d'un côté et manifestants de l'autre est par conséquent uniquement un artifice du pouvoir, un piège qu'il nous tend et dans lequel la coordination a très officiellement refusé de tomber : il n'y a pas de "casseurs", tous les manifestants sont des manifestants !
 
Il se trouve par exemple qu'il y a peu de temps, d'après les chiffres officiels de la police, il y a eu à Rennes une manif de mille personnes. Et la police s'est plein que dans cette manif il y avait 650 "casseurs" !
 
La politique du bâton et de la carotte est le complément du diviser pour mieux régner. Ainsi, le pouvoir veut traiter les manifestants "normaux" à la carotte, en leur donnant des miettes pour les acheter de la même façon que les cowboys avaient "acheté" aux Indiens l'île de Manhattan pour quelques colliers de fausses perles. Et il veut traiter les "casseurs" au bâton, en leur faisant subir les sévices de ses bandes armées.
 
Dans son intelligence, et selon la volonté générale, en refusant de se dissocier des "casseurs", la coordination a refusé de tomber dans le piège du pouvoir ; elle a refusé de couper le mouvement en deux, elle a décrit la réalité en affirmant qu'il n'y avait pas d'un côté les "manifestants normaux" et de l'autre des "casseurs", elle a affirmé : il n'y a que des manifestants !
 
    Bien à vous,
    do
   
http://mai68.org/spip
 
La coordination nationale étudiante affirme son plein soutien à sa porte-parole Aïssatou Dabo, qui, lors d'une interviewe sur iTélé, avait refusé de condamner celles et ceux que le pouvoir appelle des "casseurs" :
 
 
Appel de la Coordination Nationale Etudiante du 10 avril 2016 :
 
 
Appel de la Coordination Nationale Lycéenne du 10 avril 2016 :
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau