FRANCE : DERAPAGE VERS LE SIONISME DE LA GOUVERNANCE "SOCIALISTE"

 

 

Par Akil Cheikh Hussein

Que la police française tue par balle un homme sans armes  qu'elle a pris pour un terroriste sur le point d'attaquer un commissariat à Paris est - pour certains commentaires parus sur les réseaux sociaux en France- un indice de «l'américanisation de la société française».  

Cela est possible dans la mesure où cet acte ressemble fort aux exactions dans lesquelles la police des Etats-Unis multiplie les agressions meurtrières contre des Noirs américains.Dérapage vers le sionisme du régime socialiste au pouvoir en France

Mais la ressemblance est beaucoup plus criante avec un autre phénomène : La sionisation, le dérapage vers le sionisme, du régime socialiste au pouvoir en France.

A l'heure de «Tel-Aviv»

On dirait même qu'en France, il existe des gens qui se conduisent d'une manière qui reflète l'envie de faire comme si la France est devenue quelque chose qui tourne à l'heure de «Tel-Aviv», ou même un prolongement géographique, sous la Méditerrané, de l'entité sioniste.

Depuis quelques mois, l'occupation israélienne fait face à un véritable soulèvement des Palestiniens en Cisjordanie et Gaza. «Tel-Aviv» elle-même a été le théâtre d'événements censés faire partie de l'histoire lointaine. De plus, le soulèvement perdure et devient de plus en plus pesant. L'entité sioniste ne crie pas au secours, mais choisit de mettre de l'huile sur le feu de l'Islamophobie déjà sensiblement ardent.

Imaginez que vous faites un sondage et essayez de demander à des Français ce qu'ils pensent à la vue, d'un côté, de soldats et de policiers armés jusqu'aux dents qui patrouillent en permanence dans les rues avec le doigt sur la gâchette et, de l'autre, un drapeau noir portant des inscriptions en arabe, un couteau, et un jeune à la peau basanée qui crie «Allah akbar» en se pointant au milieu d'un endroit public ? 

Des pauvres occupants

Nul doute qu'ils répondront qu'il s'agit d'une scène de la vie quotidienne en Cisjordanie, c'est-à-dire là où les soi-disant  «pauvres juifs», les occupants, les envahisseurs israéliens, continuent, en Palestine aussi, à être lynchés et égorgés par les antisémites primaires que sont les Arabes et les Musulmans.

La réponse est pourtant fausse. C'est en France que 100 mille soldats et policiers patrouillent dans les rues depuis les meurtriers attentats terroristes perpétrés à Paris le 13 novembre.

Ces attentats ont  malheureusement servi d'opportunité à ne pas rater. La République, Ô combien socialiste, s'en est très bien servie en imposant un Etat d'urgence jusqu'à la fin de février, en s'octroyant des droits de contrôler les médias et la liberté d'expression, mais aussi  de châtier des" indésirables"  Français en leur confisquant leur nationalité française.

Et le plus frappant est que ces mesures hautement répressives  sont –au lieu d'être rejetées dans un pays hautement démocratique et humaniste-  bien accueillies par tous ceux qui sont biens nourris à la propagande sioniste qui déborde de la quasi-totalité des médias français et occidentaux.

Pourquoi ? Car, nous dit-on, il s'agit de mesures nécessaires et légitimes pour mener à bien le sacré combat contre le terrorisme. Et pour que la potion soit consommée et bien digérée, les preuves évidentes sont à l'appui : Les attentats terroristes commis par des Arabes et des Musulmans partout en Occident.

En regardant et entendant les produits des mass-médias français, on a l'impression que ceux qui administrent la potion aux français aimeraient que l'histoire actuelle de la France soit une journée  "Charlie" sans fin : Le 7 février, des policiers français ont abattu un jeune marocain, disaient-ils, avant que le corps ne soit reconnu par des proches parents comme étant celui d'un jeune tunisien. On a bien sûr mis l'accent sur le fait qu'il présentait toutes les caractéristiques d'un terroriste armé d'un couteau à la manière des Palestiniens en Cisjordanie. Le message est clair : Les couteaux sont les mêmes qui menacent "Israël", la France et le reste de l'Occident.  .

Cela ne sert à rien de rappeler que plusieurs témoins oculaires ont ruiné de fond en comble la version officielle. Et l'on ne dit rien de nouveau en rappelant que ce meurtre intervenu (quel hasard !) un an jour pour jour après l'attentat terroriste contre Charlie Hebdo, a servi pour raviver la mémoire de cet attentat et de ses suites et répercussions extrêmement significatives avec par exemple B. Netanyahu à la tête de la manifestation qui a réuni quelques dizaines de chefs d'Etat tous mouillés dans le soutien au terrorisme.

Non moins significatif est le fait que l'itinéraire de cette manifestation dans les rues parisiennes ne faisait que retracer les frontières de la Palestine occupée, une façon de mettre l'entité sioniste et la France aux premiers rangs dans le prétendu combat contre le terrorisme.

On est toujours en la présence de la même supercherie: Les Israéliens fabriquent des attentats terroristes pour dresser les pays d'Occident contre les Arabes et les Musulmans.

Sinon, pour ne se référer qu'aux attentats du vendredi 13 novembre, comment se fait-il que les Juifs sont avertis dès le matin de ce vendredi-là de l'imminence des attentats ?

Source : French.alahednews

18-01-2016 | 14:17

 

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=17302&cid=324#.Vp5QfFLXqSo


 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau