Illustration pompiers
Illustration pompiers - Philippe Huguen AFP
* Vincent Vantighem

Ils partaient faire une excursion dans les Landes. Au moins 42 personnes ont perdu la vie, ce vendredi matin, dans un accident de la route en Gironde. Alors que les secours sont encore sur place, 20 Minutes fait le point sur ce que l’on sait déjà de ce drame.

En direct : Suivez les événements après l’accident en Gironde

  • Quel est le bilan ?

Selon la préfecture de Gironde, quarante-deux personnes âgées ont été tuées, brûlées vives, dans la collision entre un autocar et un camion près de Libourne. Le conducteur du car et celui du bus font partie des victimes. Cinq des 49 passagers du car, qui ont réussi à sortir du piège du brasier, sont légèrement blessés. Trois autres personnes sont indemnes, selon la préfecture.


Collision entre un car et un camion en Gironde… par 20Minutes

  • Dans quelles circonstances l’accident s’est-il produit ?

La collision frontale s’est produite sur la commune de Puisseguin, sur la route départementale 123, au nord de Bordeaux. Les deux véhicules se sont immédiatement embrasés, selon les pompiers. Sur son compte Twitter, la gendarmerie nationale a invité les automobilistes à libérer la RD 17 entre Puisseguin et Saint-Genès-de-Castillon afin de laisser les secours faire leur travail.

Selon un adjoint au maire de la commune de Puisseguin cité par France Info, « le camion se serait déporté dans un virage et aurait percuté le car » arrivant en sens inverse qui a, alors, pris feu.

  • Qui étaient les occupants du car ?

Le car emmenait un groupe de personnes âgées pour une excursion dans les Landes. Elles étaient parties d’un petit village voisin des lieux de l’accident, Petit-Palais-Cornemps qui compte 643 habitants.

  • Comment la classe politique a-t-elle réagi ?

Depuis Athènes (Grèce) où il est en visite officielle, François Hollande a assuré que le gouvernement français était « totalement mobilisé sur cette terrible tragédie ». « Il s’est dit plongé dans la tristesse à cause de drame ».

Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur et Alain Vidalies, son homologue des Transports, sont attendus sur place. Manuel Valls – qui devait se rendre ce vendredi à Moirans (Isère) – pourrait, lui aussi, se rendre sur place.

Il s’agit de l’accident de la route le plus meurtrier en France depuis celui de Beaune en Côte d’or en 1982 dans lequel 53 personnes, en grande majorité des enfants, étaient mortes.