FRANCE : UN ATTENTAT TERRORISTE CONTRE DES SITES MILITAIRES DEJOUE

Bernard Cazeneuve

Un attentat déjoué contre des sites militaires français

© AFP 2015. POOL / PASCAL ROSSIGNOL
 
France
 
URL courte
 
111256211
 
Un projet d'attentat visant l'armée française a été déjoué à la veille de la fête nationale du 14 juillet, rapportent les médias français.
 

En marge d'un déplacement à Marseille avec le président mexicain Enrique Pena Nieto, François Hollande a fait savoir que "des actes terroristes" avaient été déjoués "cette semaine" en France. Dans la soirée, les détails du projet d'attentat ont été révélés par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et par des informations obtenues par l'AFP.

Selon l'agence, le commando islamiste avait l'intention de filme, à l'aide d'une caméra portative de la décapitation d'un militaire haut gradé. Le groupe des supposés djihadistes, démantelé lundi, était composé de quatre hommes âgés de 16 à 23 ans, dont un ancien militaire de la Marine nationale.

Les intéressés ont été interpellés simultanément dans le Nord, le Rhône, les Bouches-du-Rhône et les Yvelines. Le plus jeune a été remis en liberté mercredi, car il avait été écarté du projet.

Lors de leur garde à vue, les suspects ont reconnu vouloir passer à l'action entre décembre 2015 et janvier 2016. Leur intention était de pénétrer sur une base dans le sud de la France, de prendre en otage le chef de corps avant de filmer son exécution et de diffuser la vidéo sur les réseaux sociaux.

Les médias indiquent que le principal instigateur a été détecté en raison de son activisme sur les médias sociaux et notamment de ses "velléités de départ vers la Syrie". Les policiers ont également identifié ses trois complices, dont le marin réformé.

D'après Bernard Cazeneuve, à ce stade, "aucun lien" ne pouvait être établi avec les récentes explosions sur le site pétrochimique proche de l'étang de Berre dans les Bouches-du-Rhône.

Une enquête préliminaire a été ouverte le 23 juin par la section antiterroriste du parquet de Paris pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme".

Depuis 2012, 326 personnes ont été interpellées par les services français dans le cadre d’affaires de terrorisme.


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau