HAMID BENZEKRI : CYNIQUE(S)

Cynique(s)

Cynique le parti du président au pouvoir qui s’est fait élire sur des propositions, un petit chouia, de gauche et qui mène une politique de droite (casse des acquis sociaux, lois liberticides et antisociales obligeant les salariés à travailler plus pour gagner moins… Intimidations et chantage contre tous ceux qui tentent de penser et d’agir autrement…)

Cynique le parti du président qui a promis de ré enchanter le rêve et nous fait vivre dans l’incertitude permanente, dans un véritable cauchemar.

Cynique le parti du président qui ne fait que récolter les fruits pourris de ce qu’il a semé mais qui cherche à rejeter la responsabilité de ses échecs sur les abstentionnistes, sur ceux qui tentent le vote FN et sur ces partenaires – genoux à terre- qui n’ont pas été assez loin dans la compromission !

Cynique le parti du président qui n’a pas cessé de puiser dans les idées de la droite et même dans celles du FN pour garder le pouvoir oubliant juste que les déçus de sa politique préfèrent l’original à la copie.

Cynique le parti du président -sans morale- qui ose parler de morale…

Morale toutes les affaires ? Morale toutes ces guerres ? Morale cette soumission à l’Otan, ces alliances avec les Etats terroristes et ces régimes réactionnaires ? Morale ces liaisons dangereuses avec tous les mercenaires ? Morale de passer en douce des lois contre la classe moyenne et modeste en imposant le silence dans les rangs pour empêcher de voir clair…

Cynique parce que ce qui dérange le parti du président, en le FN, c’est qu’il risque de piquer des places aux « républicains» installés dans cette alternance bonnet/blanc blanc/bonnet …

Un parti et un président cyniques/sans morale sont-ils bien placés pour parler de morale ?

Ils tentent de nous faire avaler le choix du moins pire, comme voter Bertrand ou Estrosi contre les Le Pen… Pourquoi le « front républicain » n’inscrit-il pas dans la Constitution que tout(e) élu(e) qui s’avère malhonnête et/ou incapable serait révoqué(e) ? L’impunité installe et conforte la pourriture qui nous gouverne dans ces changements dans la continuité… 

Si on suit ce raisonnement stupide cela pourrait nous faire croire qu’il vaudrait mieux choisir Le Pen face à Mussolini, puis Mussolini face à Hitler… On ne choisit pas entre les serviteurs de la même classe, celle des profiteurs de la force du travail et du savoir-faire des travailleurs…

Contre les exploiteurs et leurs serviteurs on doit oser opposer une véritable lutte des classes au lieu de s’auto-humilier en continuant à courir derrière les miettes, derrière les places.

Que le mini premier ministre cesse de parler de dignité, lui qui n’hésite pas à lécher les babouches du roi d’Arabie Saoudite et de l’Emir du Qatar ; qu’il arrête de faire peur avec ses phrases choc « le FN risque de mener à la guerre civile» espérant devenir un jour le futur Caudillo de ce qui pourrait devenir la Wilaya France, si on laisse faire.

Vu l’état de la France aujourd’hui et de son image dans le monde j’affirme que le parti du président est plus dangereux par son cynisme que le FN (épouvantail) car non seulement il a installé le pays dans la terreur et le désespoir que l’on constate mais il a aussi joué les divisions au sein des foyers de résistance et cherche à briser définitivement la combativité syndicale et ouvrière…  

Alors abstenons-nous de nous rendre complice de ce climat nauséabond… Compter sur les élections pour changer les choses c’est continuer à croire au Père Noël !     Hamid Benzekri  


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau