HOMMAGE AUX CHEMINOTS

 

Hommage aux cheminots...


Je partage sur ma page le témoignage d'un ancien cheminot qui continue encore son combat ...Je trouve qu'il y a plus de leçons à retenir. Merci Jacques

 

 

Jacques Tourtaux :
Je suis retraité cheminot Français. Il s'agit bien d'une locomotive de la SNCF. Je profite de l'occasion qui se présente. Parmi ton lectorat, Malek Had, je ne sais lequel des deux est ton prénom, s'il y a des amoureux du chemin de fer, j'ai reçu début décembre une revue trimestrielle "Historail",n°36, de janvier 2016, que vous pouvez peut-être trouver en Maison de la Presse ou en librairie dans votre ville. Dans cette très enrichissante revue, sont évoqués les anciens métiers de la SNCF aujourd'hui disparus. Le 20 mai dernier, sur demande de l'historien de la SNCF, celui-ci m'a interviewé, gare de l'Est, à Paris, sur ces vieux métiers. J'ai écrit un livre sur le Mouvement Ouvrier où je consacre la moitié de l'ouvrage aux vieux métiers de la SNCF. Dans cette revue, à partir de la page 56 est relaté mon Témoignage sur les anciens métiers de la SNCF, métiers les plus ingrats et les plus dangereux de la profession où j'ai travaillé durant près de 30 années. Je constate que je suis le seul témoin authentique en France, à avoir été entendu sur ces durs métiers relevant de l'époque de Germinal. L'historien m'a dit que depuis plus de 20 ans qu'il auditionne des cheminots, il n'a jamais vu un tel témoignage. S'il n'y avait pas eu cet accident ferroviaire, jamais je n'aurais parlé de cette revue et de mon Témoignage RARE sur les vieux métiers de la SNCF. Excuse-moi d'avoir abordé ce sujet qui peut être utile dans ta profession.
Les cheminots ne sont pas des privilégiés comme veulent le faire croire les ennemis des travailleurs qui n'aiment pas notre corporation dont les traditions de luttes sont bien connues tant au niveau revendicatif professionnel que pendant la Résistance à l'envahisseur nazi et au régime Kollabo du traitre Pétain. Nombreux sont les camarades qui ont fait le sacrifice suprême pour que nous ayons des lendemains qui chantent. A titre d'exemple, Pierre Sémard, dirigeant de la Fédération CGT des cheminots a été fusillé par les boches. La lutte des cheminots dans la Résistance à l'occupant nazi a valu à notre corporation, la seule en France, à être décoré de la Légion d'Honneur et de la Croix de guerre avec Palme. Pour en revenir à nos "privilèges", il s'agit de conquêtes sociales arrachées de haute lutte par nos ainés et que les générations suivantes, par leurs luttes ont su préserver, voire en conquérir d'autres comme lors de notre mémorable grève de Mai-Juin 1968. Il n'y a pas que les conducteurs qui travaillent les nuits et dimanche et fêtes. Certes, les conditions de travail ont évolué mais toujours et encore grâce aux luttes des cheminots. Lorsque j'évoque dans mon commentaire précédent mon Témoignage, c'est justement pour attirer l'attention des gens sur nos durs métiers d'antan où tant de camarades ont été tués ou gravement mutilés sur leur lieu de travail. J'ai le très rare "privilège", alors que j'étais délégué régional CGT puis élu au CHS-CT, d'avoir enquêté sur les accidents mortels de mes camarades dont j'exerçais le même métier mais, j'ai eu la chance, la baraka, d'être très agile dans mon travail, ce qui m'a maintes fois sauvé la vie. Un camarade agent billets que j'ai revu récemment, m'avait surnommé "la balle de ping-pong". Malgré mes 30 années à la SNCF, j'ai une retraite de misère. Autrefois, nous étions souvent en grève pour l'amélioration de nos conditions de travail et de sécurité et bien rien n'a changé puisque mes camarades cheminots doivent toujours lutter notamment pour leur sécurité qui concerne également celle des usagers.

Repris chez  Nouara Imes : https://www.facebook.com/nouara.imes.5/posts/1658615894377221


 

 
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau