INTERMITTENT.E.S ET PRECAIRES : CONSTRUISONS LA MOBILISATION !

 

Agenda

Lundi 11 avril

 

Paris

10h-17h Réunion de la commission « Nouveau Modèle », ouverte à tous
Café de la Commune Libre d’Aligre, 3 rue d’Aligre, métro Ledru-Rollin

20h AG de mobilisation
à l’invitation de la Cip-Idf

Café de la Commune Libre d’Aligre, 3 rue d’Aligre, Paris 12ème, métro Ledru-Rollin

 

 

Mardi 12 avril

 

Journée de blocage de l’économie

à l’appel de la coordination étudiante

Montreuil

18hréunion pour l’intensification de la lutte à la Parole Errante, 9 rue François Debergue, métro croix de chavaux.

 

 

Mercredi 13 avril

 

Paris

17h AG dans le cadre de la journée nationale d’action des précaires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche contre la loi travail et la précarité, BNF, avenue de France, m° Quai de la Gare.

19h Assemblée des « comités actions travail » (texte d’appel à venir), Bourse du travail, 3 rue du château d’eau, salle Ambroise Croizat, métro République.

Saint-Denis

A partir de 18h Nuit debout, Nuit de résistance à Saint-Denis. Devant la Mairie.

 

 

Jeudi 14 avril

 

Manifestations à l’appel des lycéens et de la coordination étudiante

 

 

Vendredi 15 avril

 

Strasbourg

Du 15 au 17 avril - Coordination nationale (réunion des Coordinations Intermittents et Précaires )

 

 

Jeudi 21 avril

 

Montreuil

19h Fête de lancement de la réédition d’Ouvriers et capital de Mario Tronti aux éditions Entremonde, Café-Librairie Michèle Firk à la Parole Errante, 9 rue françois debergue, métro croix de chavaux, Montreuil.
Ce livre regroupe des articles parus dans « Classe operaia » (dont Lutte contre le travail) qui formulent les positions de l’opéraïsme durant le cycle de lutte de l’Italie des années soixante. Il affirme le primat des luttes ouvrières sur l’histoire du développement capitaliste, l’irréductibilité de la Classe ouvrière aux structures sociales du capitalisme moderne, et la partialité assumée du point de vue ouvrier, qui rend possible d’appréhender la société du capital du point de vue de son renversement.
Avant d’en fêter la réédition, nous discuterons du contexte de ces textes à leur parution, et de sa potentielle actualité dans la conjoncture actuelle.

 

 

Jeudi 28 avril

 

Grèves et manifestations à l’appel de l’intersyndicale,
sans les jaunes de la CFDT

 

 

Lundi 9 mai

 

Paris

13h30 comparution de quatre personnes arrêtées lors de l’intervention de la police à la fac de Tolbiac le 17 mars, 23e chambre correctionnelle, Palais de justice, 4bd du palais, Métro Cité.

 

 

 

http://www.cip-idf.org/

 

Un tract diffusé dans les rues parisiennes le 9 avril 2016

Intermittent.e.s et précaires : Construisons la mobilisation !

Publié, le dimanche 10 avril 2016 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : dimanche 10 avril 2016

 

1500 personnes étaient réunies en assemblée générale au Théâtre de la Colline à Paris lundi 4 avril 2016, et plus de 40 autres rassemblements se sont tenus partout en France [1].

À Paris, une action d’occupation de la toute nouvelle Maison des Pratiques Artistiques Amateurs a réuni des intermittent.e.s, des précaires et des étudiant.e.s jeudi 7 avril à l’appel de la CGT Spectacles et de la Coordination des Intermittents et Précaires (CIP).

La mobilisation, c’est parti !

Nos états d’urgence

• Les négociations de la convention UNEDIC sur l’assurance chômage ont commencé [2] : . Le MEDEF impose, dans une lettre de cadrage des annexes 8 et 10, 185 millions d’euros d’économie pour la seule année à venir et 400 millions d’euros à l’horizon 2020 ! Cette attaque, encore plus violente qu’en 2014, vise clairement la disparition du régime des intermittents.

• La loi CAP (Création Architecture et Patrimoine) qui vient d’être votée à l’Assemblée Nationale prévoit la mise en pièce de la présomption de salariat. En clair, elle promeut le travail gratuit pour les spectacles professionnels [3]

• L’article 52 de la loi El Khomri, devenu article 53 dans la dernière mouture [Ndc] permet à Pôle Emploi de ne pas reconnaître pour l’ouverture ou le renouvellement des droits les déclarations tardives effectuées par les demandeur.se.s d’emploi. Il revient également sur une disposition prise par le conseil d’état, suite à un recours collectif, jugeant illégal le prélèvement à la source des trop perçus. Des moyens supplémentaires pour mettre la pression sur les chômeur.se.s.

Dans un contexte de mobilisation générale contre la loi El Khomri, les intermittent.e.s et les précaires doivent entrer dans la bataille ! Les jeunes et les travailleur.se.s se mobilisent, le mouvement se développe, construisons la convergence des luttes !

Pour maintenir le souffle de la mobilisation, il faut se rassembler et construire l’offensive dans notre secteur.

Retrouvons nous lundi 11 avril 2016
Réunion de mobilisation
organisée par la CIP IDF
20h à 23h - Café de la Commune Libre d’Aligre, 3 rue d’Aligre

Des intermittent.e.s et précaires en lutte


 

 

Notes :

[1] Actions et Assemblées générales - Semaine du 4 avril

[2] Ces négociations ont été anticipées par un gouvernement qui a réclamé, dès janvier dernier, 800 millions d’euros de coupes budgétaires à l’encontre des chômeurs indemnisés aux partenaires « sociaux », voir Pas de droit du travail sans droit au chômage !

[3] Si la Cip-idf s’oppose fermement au travail gratuit, nous ne partageons pas forcément un point de vue qui viserait à restreindre en tous les cas la participation d’« amateurs » à des « productions culturelles ». Nombreux sont parmi nous ceux qui, à l’occasion, s’impliquent gratuitement dans des productions de leurs choix, dépourvues de moyens et jugées nécessaires. Si nous sommes contre l’exploitation, nous n’avons le plus souvent rien contre l’amour (de ces pratiques). Il reste donc à confronter les points de vue sur cette loi (a priori néfaste puisqu’elle aggravera la concurrence) et sur la place faite aux pratiques amateurs, sachant que l’instauration d’un autre modèle d’indemnisation du chômage, ouvert à tous, permettrait de rendre disponible du temps pour produire des objets et des événements que ni l’économie, ni la politique culturelle ne sauraient autoriser. L’allocation chômage peut être aussi le support social d’une production à venir ou potentielle, voir Contre-propositions pour une réforme de l’assurance-chômage des salariés intermittents.

http://www.cip-idf.org/


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau