LA FRANCE DOIT CESSER D'ALLUMER LA POUDRIERE MOYEN-ORIENTALE !

samedi, 23 mai 2015 01:51

La France doit cesser d’allumer la poudrière moyen-orientale ! par Christine Bierre

 
 
 
 
IRIB- L’Arabie saoudite et le Qatar ont beau
mettre à feu et à sang le Moyen-Orient, au nom de leurs parrains, à Londres, à Washington et à Tel-Aviv, rien ne semble faire dérailler une politique française moyen-orientale, qui, depuis l’élection de François Hollande, a fait de l’alliance avec les puissances sunnites les plus arriérées de la région et avec l’Israël de l’ultra-droite de Benyamin Netanyahu, le pilier de son action, au Moyen-Orient. La tournée de notre président, au Qatar et en Arabie saoudite, les 4 et 5 mai derniers, n’a fait que confirmer ce partenariat, dans l’horreur. A Doha, M. Hollande a signé un accord, pour la vente de 24  "Rafale", pour 6,3 milliards de dollars. En Arabie Saoudite, il a renforcé le partenariat avec ce pays, un partenariat, considéré à Paris, désormais, comme de «nature, extrêmement, politique et stratégique». Par ailleurs, des négociations ont commencé, pour des contrats pouvant atteindre plusieurs dizaines de milliards de dollars, notamment, dans les domaines de l’énergie, (nucléaire et solaire), des transports, de l’armement et de l’aérospatial. Paris compte, en effet, profiter de tous les atouts de ce pays : ses milliards de dollars en revenus pétroliers, un boom démographique en cours et une volonté de construire seize centrales nucléaires. N’ayant pas eu le courage de se battre, pour une vraie réforme financière, permettant de relancer la croissance, Paris, dont les caisses sont vides, se croit obligé de ramper, pour quelque milliards, en vendant ses armements de pointe à des pays, qui sont les principaux acteurs de la poudrière moyen-orientale. Mais ce qui est bien plus grave est que la France veuille sceller avec l’Arabie saoudite un partenariat, non seulement, économique, mais stratégique. En tant que premier dirigeant occidental jamais invité à un sommet du Conseil de coopération du Golfe, (CCGP), rassemblant les puissances pétrolières sunnites du golfe Persique, François Hollande aligne notre pays sur les desseins de ces puissances et de leurs alliés, dans la région et dans le monde. Or, quels sont ces desseins ? Le 4 mai, François Hollande débarquait, dans une Arabie saoudite, en plein bouleversement. Le 29 avril, le roi Salman, arrivé au trône, en janvier, après la mort du roi Abdallah, a mené un véritable coup de palais. Bousculant l’ordre de la succession par lequel le pouvoir se transmettait aux frères, puis, aux demi-frères du roi, Salman, a décrété que son successeur direct serait son neveu, Mohammed Ben Nayef, l’actuel ministre de l’Intérieur, et non Moqren, dernier fils vivant d’Abdelaziz, fondateur de la dynastie. Le deuxième, dans l’ordre de la succession, devient son propre fils, Mohamed Ben Salman, actuel ministre de la Défense. Autre changement, et de taille : si, jusqu’à présent, un consensus devait régner, parmi les différents clans de la famille, le coup de palais du roi Salman s’est fait, exclusivement, en faveur du clan des Soudeiri, dont il fait, lui-même, partie, et qui est connu comme le plus fanatique de tous. Le prince Bandar, soupçonné d’avoir trempé dans les attentats du 11 septembre 2001, lorsqu’il était ambassadeur, aux Etats-Unis, est un Soudeiri. C’est l’homme, qui, en collaboration avec l’oligarchie anglaise et américaine, a dirigé les opérations de déstabilisation et autres coups d’Etat visant les ennemis de l’Arabie saoudite et de ces pouvoirs occidentaux, depuis les années 1980. C’est, donc, avec ce clan que la France pactise aujourd’hui. Sa consolidation au pouvoir s’est, d’ailleurs, traduite par le lancement, le 26 mars, d’une guerre, au Yémen, qui, en mettant aux prises les deux frères ennemis de l’Islam, l’Arabie saoudite et l’Iran, pourrait faire exploser toute la région. Riyad accuse, abusivement, les Houthis, le groupe chiite, qui a pris le pouvoir, à Sanaa, d’avoir mené un «putsch chiite», avec l’aide de l’Iran, contre l’ancien Président Abd Rabbo Mansour Hadi, un allié corrompu de l’Arabie saoudite, dont le mandat était arrivé à échéance, en 2014. Dans un contexte, où certains, à Washington – une fois n’est pas coutume – tentent de tempérer les ardeurs guerrières de leur allié saoudien, soucieux de l’accord, qu’ils sont au bord de signer avec l’’Iran, et sous forte pression de certains élus et milieux politiques, convaincus que l’Arabie saoudite continue à financer le Jihadisme, la France a fait, au contraire, le pari de renforcer son «partenariat stratégique» avec l’Arabie saoudite ! Outre cette affaire du Yémen, c’est le soutien de l’Arabie saoudite à la folle course meurtrière de l’État islamique, pour redessiner les frontières du Proche-Orient, qui illustre le mieux l’aventurisme de la politique engagée par Paris. Sous l’influence de Bernard-Henri Lévy, Nicolas Sarkozy a provoqué l’implosion de la Libye. Alain Juppé, suivi par François Hollande, ont, ensuite, entraîné la France, dans une guerre de destruction de la Syrie millénaire. Aujourd’hui, ils contribuent à l’éclatement des pays issus de l’accord Sykes-Picot, pour les remplacer par des États croupions, ethniquement, homogènes, sous la botte des pétromonarchies. La carte, qui se dessine, actuellement, ne ressemble-t-elle pas à celle publiée par le "New York Times", en 2013, avec un Alaouistan, à l’Ouest, un Sunnistan, traversant la Syrie et l’Irak, un Kurdistan, au Nord du Sunnistan, et un Chiistan, au Sud-Est de l’Irak ? M. Hollande croit-il pouvoir éviter à la France la destruction qu’il inflige aux nations du Proche-Orient ? Il a bien vite oublié les événements des 7 et 8 janvier 2015    
Solidarité et Progrès
 
 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau