LETTRE OUVERTE D'ANCIEN-NE-S PRISONNIERS-E-S BASQUES

 
Lettre ouverte d'ancien-ne-s prisonnier-e-s basques

Nous les signataires de la présente lettre ouverte, sommes des militants politiques ayant subi l'incarcération ou l'exil. Nous avons enduré la répression, du fait de notre engagement dans la lutte pour la libération nationale et sociale du peuple basque. Nous ne nous revendiquons pas comme victimes, mais bien comme militants politiques ayant participé, par un choix ferme et conscient, à la lutte pour l'indépendance et le socialisme pour le Pays Basque.
Comme des milliers d'autres militants, nous savions quels étaient les risques inhérents à cette lutte révolutionnaire. Nous savions que nous risquions d'être arrêtés et torturés, de passer notre jeunesse dans les geôles, de devoir fuir de notre foyer en laissant famille, compagnes, compagnons et ami(e)s, sans avoir même quelque chance de revenir chez nous. Nous savions que nos ennemis souhaitaient nous voir sinon morts, du moins trainés  devant leurs tribunaux. Au final, nous savions que nous rentrions dans un processus dans lequel, à défaut de gagner, nous pouvions tout perdre. Nous savions enfin que, dans cette lutte, nous allions perdre des camarades, et nous en avons de fait perdu des centaines. Tout cela, nous le savions, mais, malgré tout, nous avons choisi de nous engager dans la lutte.
Dans le contexte politique qui prévaut aujourd'hui, et concernant la situation de celles et ceux qui continuent de subir la répression, il est un fait qui nous préoccupe tout particulièrement. En cette  année 2015, plus de 400 prisonniers politiques basques croupissent dans les geôles, certains d'entre eux ayant encore à purger plus de 30 années de réclusion. Bien d'autres restent condamnés à l'exil afin d'échapper aux griffes de la répression.
Notre pays n'en a pas à ce jour fini avec l'oppression politique, pas plus qu'avec l'exploitation sociale. Et c'est là un point-clé : aussi longtemps que le conflit politique n'aura pas trouvé une résolution, il y aura des militants qui continueront à subir la répression. Aussi longtemps que cette  situation prévaudra, on ne pourra pas dire que le conflit aura été résolu. Tant que nous n'aurons pas intégré cette  évidence, nous nous fourvoierons dans un inextricable labyrinthe. 
Malheureusement, les clés des prisons ne sont pas entre nos mains, pas plus que la force des armes. L'une comme l'autre sont entre les mains de nos ennemis. Ceci ne veut toutefois pas dire que nous devons renoncer et baisser les bras. Il ne s'agit aucunement de cela. Tout au contraire, nous avons l'impérieuse responsabilité d'effectuer un travail de conscientisation auprès de notre peuple, la prise de conscience et la formation politique étant les armes les plus efficaces dans une lutte révolutionnaire.
Aussi, il s'agit de revendiquer et d'agir pour la reconnaissance politique d'une lutte et du statut afférent pour celles et de ceux qui y ont participé, et non pour sa négation. Aussi longtemps que toutes celles et ceux qui ont participé à la lutte et qui continuent à en subir les rigueurs ne seront   pas libres, notre peuple ne saurait concevoir que la page du conflit soit définitivement tournée. La   seule voie qui amène à cette liberté et à cette reconnaissance politique, c'est celle de l'AMNISTIE. 
Le discours humaniste autour des droits de l'homme aurait une légitimité... s'il ne servait pas, à l'heure actuelle, de paravent pour dissimuler la nature politique de la répression !
Or, pour quels motifs appliquerait-on aux détenus politiques basques la politique de dispersion, les peines de prison à vie, l'acharnement pénal envers ceux qui sont gravement malades, et bien d'autres mesures iniques ? La réponse est évidente : on les leur applique du fait de leur engagement politique. 
En outre, l'édulcoration du caractère politique de l'engagement des prisonniers, recherchés ou exilés basques facilitent le processus de criminalisation par les états oppresseurs ; on peut plus aisément les faire passer, auprès de l'opinion publique, pour des délinquants ou des criminels. A minima, cela donne prétexte à ces mêmes états à leur  refuser les droits les plus élémentaires. 
En tant que compagnons/compagnes de lutte, en tant que peuple, en tant que classe subissant l'oppression, nous avons le devoir de conquérir la liberté de nos camarades, sans conditions et sans passer sous quelque fourches caudines que ce soit. Et pour cela la seule voie digne c'est celle de l'amnistie.
L'amnistie porte en elle les conditions d'une solution politique juste et viable ; c'est grâce à  l'amnistie que l'on pourra garantir qu'il n'y aura plus de militants subissant les diverses formes de répression. Notre devoir est de rassembler nos forces pour atteindre cet objectif, en laissant de coté toute posture politique partisane. Nous ne pouvons en aucun cas accepter que nos camarades emprisonnés, recherchés ou exilés subissent individuellement le poids de la répression. La lutte dont ils sont parties prenantes est celle pour les droits d'un peuple, et c'est l'engagement du peuple, en tout cas celui du plus grand nombre, qui permettra qu'ils recouvrent la liberté.
En conclusion, nous qui signons la présente lettre ouverte appelons à une large union et à un engagement résolu en faveur de l'obtention de l'amnistie. Nous avons foi en notre peuple et nous sommes confiants dans le fait qu'il nous soutiendra dans cette démarche.       
 
PRESO ETA IHESLARIAK ETXERA ! AMNISTIA OSOA !
     
 
 
 
 
 
   
  1. Filipe Bidart
  2. Mila Etxebarria Balbas
  3. Jon Iurrebaso Atutxa
  4. Jesús María Mendinueta Flores
  5. Josu Ormaexea Antepara
  6. Koldo Alaña Arrinda 
  7. Josu Alberdi Agirregomezkorta 
  8. Jon Aldana Zelaia 
  9. Jon Iñaki Alkorta Gandiaga 
  10. Oscar Amezaga Maeso 
  11. Rosa Mari Arana Txakartegi 
  12. Juan Mari Arregi Azpeitia 
  13. Iker Arzeluz Angiozar 
  14. Gorka Azpitarte Rejado 
  15. Bonifacio Badillo Rubio 
  16. Teodoro Badillo Rubio 
  17. Bautista Barandalla Iriarte 
  18. Jon Imanol Beaskoa Rodriguez 
  19. Jaione Beaskoetxea 
  20. Iñaki Bengoa San Miguel 
  21. José Tomás Bustamante Mencia 
  22. Igor Cachorro del Pozo
  23. Pablo Caloca Pila 
  24. José Luis Cuadrado Torre “Akelarre”
  25. Iñaki Egiluz Sagastizabal 
  26. Maria Soledad Elustondo García 
  27. Oscar Estebariz Arteta 
  28. Angel Erdozia Larraza 
  29. Iñaki Erro Zazu
  30. Juan José Etxeandia Salcedo 
  31. Agurtzane Ezkerra Pérez de Nanclares 
  32. Bego Ezkerra Pérez de Nanclares 
  33. Carlos Ezkurra Leonet 
  34. Lander Fernández Arrinda 
  35. Elías Fernández Castañares 
  36. Igor Fernández Fernández 
  37. Ziortza Fernández Larrazabal 
  38. Aitor Fernández Terceño 
  39. Maria Pilar Ferreiro Bravo 
  40. Unai Frías de la Red 
  41. José Luis Gallastegi Lagal 
  42. Alberto Garmendia Lakuntza 
  43. Francisco Javier Gil Rosado 
  44. Miguel Ángel Goienetxea “Txo”
  45. Kristina Goirizelaia González 
  46. Aner Gómez Agirre 
  47. Asier Gómez de Salazar Rodriguez 
  48. Felipe González Baños 
  49. Roberto González Lizarraga 
  50. Koldo Gracia López 
  51. Jordi Grau Añó 
  52. Iñaki Herrán Bilbao 
  53. José Antonio Hurtado Gañán 
  54. Idoia Iragorri Petuya 
  55. Peio Iriondo 
  56. Maria Angela Irure Arregi 
  57. Jon Mikel Iturriaga Omán 
  58. Mikel Jauregi Agirrezabala 
  59. Andeka Jurado García  
  60. Sendoa Jurado García 
  61. Jon Kerejeta Bera 
  62. Mari Ángeles Larrea 
  63. Zigor Larredonda Muñoz 
  64. Asier Larrinaga Rodriguez 
  65. Gotzon Kepa Larrondo Irazabal 
  66. Aitor Llano Estévez 
  67. Lorena López Díez 
  68. Jon Maidagan Hernández 
  69. Ixabel Martínez de Antoñana 
  70. Maite Martínez San Millán 
  71. Iker Mendizabal Cubas 
  72. Kepa Morales San Sebastián 
  73. Juan Antonio Olagorta Arana 
  74. Iñaki Orbeta Berriatua 
  75. Alberto Paúl Larrea 
  76. Ibon Pérez Ziluaga 
  77. Eduardo Pérez de Anuzita Urkijo 
  78. Iñigo Ripoll Estarta 
  79. Klemente Ruíz Cantalapiedra 
  80. Jose Maria Sagardui Moja  “Gatza”
  81. Fermin Sanchez Agurruza 
  82. Joel Sitiague
  83. Amaia Urizar de Paz 
  84. Roberto Vecino Santamaría 
  85. Peio de Vega Martín 
  86. Andrés Velado Fernández 
  87. Fermin Ventura Pérez 
  88. Izaskun Villanueva Ortega 
  89. Jon Villanueva Patin 
  90. Luis Armando Zabalo Bilbao 
  91. Zorion Zamakola Ibaibarriaga 
  92. Jon Zapirain Romano 
  93. Angel Zelaieta Gisasola
  94. Mikel Ganuza Ianiz
  95. Ttotte Etxebeste
  96. Peio Fagant Aristizabal
  97. Txuma Pui Lekunberri
  98. Abel Castillo Alarcón
  99. Jokin Santxo Biurrun
  100. Idoia Garmendia Imaz
  101. Ibon Lopetegi Aierbe
  102. Eder Ariz Lizaso
  103. Josu Jimenez Urbano 
  104. Itziar Zamakona Nikolay
  105. Alberto Pío Oyaga
  106. Joseba González Pavón
  107. Jon Aizpurua Arreseigor
  108. Eneko Zestau Aranibar
  109. Xabier Arriluzea Saiz
  110. Patxi Antolin Alvarez
  111. Filipe Lesgourgues
  112. Xabier Manterola
  113. Jabi Rezola Urdangarin
  114. Alberto Marín Etxebarria "Rupi"
  115. Ana López Barrio
  116. Urtzi Zubizarreta Lizundia
  117. Jokin Zerain Alvarado
  118. Urtzi Gainza Salinas
  119. Filipe Lascaray
  120. Mikel Auza
  121. Kepa Oloritz Urritza
  122. Jokin Zubieta Valencia
  123. Xabi Ilundain Gurbindo
  124. Kepa Badiola Azpiazu
  125. Oskar Bizkai Bidankoze
  126. Gorka Aurrekoetxea
  127. Gilen Goiti
  128. Jabier Urkijo Medino
  129. Imanol Auza Macuso
  130. Aratz Gallastegi Sodupe
  131. Arturo Fenández Garces
  132. Joseba Zengotitabengoa Laka
  133. Rubén Gelbentzu González
  134. Mattin Olzomendi Landart
  135. Karlos Xabier Montoia Zugaldia
  136. Ainara Gorostiaga Eskubi
  137. Iñaki Baños Olabarri
  138. Pako Gastesi Sierra
  139. Aitor Gracía "Txino"
  140. Joxe Javier Beloki Kortejarena
  141. Bittor Valderrama Iglesias
  142. Laura Riera Valenciano de Mendiolaza

 


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau