MALI : LA FRANCE SAUCE MACRON APPELLE AU SECOURS

  • Mali: Barkane appelle au secours 

Il est tout de même extraordinaire de voir au Sahel le bourreau se faire passer pour la victime. Alors que les Français commencent à exiger le retrait de leurs forces d'occupation au Mali, leur ministre des A.E. ose s'acharner sur les deux États alliés, Mali et Burkina, pour justifier ce qu'est ni plus ni moins les contre-coups de la politique d'occupation que Paris mène depuis 2013. 

Le ministre français des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a appelé mercredi 27 novembre le Mali et le Burkina Faso à agir davantage au plan politique pour rétablir la stabilité sur des territoires secoués par les violences « terroristes et intercommunautaires ». 

« Ce qui me paraît le plus important maintenant, c’est encore plus d’action politique... Plus d’action politique au Mali pour que les engagements pris soient respectés, pour que la mise en œuvre de ce qu’on appelle le DDR [Désarmement, démobilisation et réintégration] soit réellement actée, que les accords d’Alger, y compris dans la partie décentralisation, soient réellement mis en œuvre, que l’État malien revienne à Kidal et qu’il y ait une volonté commune affichée contre le terrorisme », a souligné Le Drian, avant de s'en prendre à l'État burkinabé: « Plus d’action politique, plus de pression politique aussi au Burkina Faso où il importe que les autorités puissent rassembler la nation contre les risques. »

La dernière flèche n'a pas préservé les autres alliés africains, Niger, Tchad Mauritanie, quand Le Drian a dit : « Plus de politique aussi pour faire en sorte que la mise en œuvre de la force conjointe du G5 [Mali, Mauritanie, Niger, Burkina et Tchad] soit concrétisée. Cela avance, mais cela met parfois un peu de temps car sur les 414 millions d’euros d’aide promis par la communauté internationale, 176 millions ont été mis en œuvre et sont en cours d’exécution. »

Que demande Yves Le Drian aux deux États occupés ? Tout bonnement qu'ils emploient leurs armée désormais remontée contre la France à l'effet de réprimer leur peuple, accélérer le processus de décomposition de leurs pays que plus de sept ans d'occupation n'a pu déclencher pour cause de la résistance des populations ouest africaines ! Qu'il demande une accélération du processus politique, cela veut dire qu'il veut un morcellement du Mali et du Burkina, par les acteurs politiques bukinabé et malien... 

C'est là l'aveu d'impuissance et d'échec le plus total qui soit. La France appelle le Mali et le Burkina à faire ce qu'elle n'a pas pu faire elle-même.

http://french.presstv.com/Detail/2019/12/01/612553/Zoom-Afrique-du-1er-dcembre-2019


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire