MAURY, MOREL, MEME COMBAT DOUTEUX !

MAURY, MOREL, même combat douteux !
 
 
 

Sur : JACQUES TOURTAUX, MILITANT COMMUNISTE, REPOND AU PETIT NICOLAS MAURY 6

Cher camarade,
J'ai été interpellée par l'article de M. Maury, lequel te mettait directement en cause. Préférant juger sur pièce, j'ai voulu vérifier sur pièces. Me voici désormais sur le site du "Sanglier rouge". Qu'y vois-je ? Une liste de liens qu'on qualifiera de progressistes, allant des anarchistes aux marxistes-léninistes. Autant dire que l'extrême-gauche (ce terme n'ayant rien de péjoratif) est représentée dans toute sa diversité. Bien !
Les articles, puisés dans la sphère "anti-impérialiste" au sens où l'entend l'extrême droite réactionnaire, sont en revanche d'un tout autre tonneau. On croirait avoir affaire à la caisse de résonnance d'agences de presse syriennes ou iraniennes. C'est là que le bât blesse.

Souhaitant la mise en place de la théorie proposée par le PCUS pour les pays du tiers-monde "la voie du développement non capitalisme" et en prétendant que le clergé était anti -impérialiste, le parti Toudeh (parti communiste d'Iran) a collaboré avec le régime islamique jusqu'à l’arrestation de sa direction. Ce fut un échec, et en 1982, la direction du parti fut arrêtée et emprisonnée, et plus tard, plus de 5000 membres et sympathisants du parti furent aussi arrêtés et exécutés. Le parti finit par être interdit.

Résultat de ces purges successives, le parti éclata peu à peu, avec un nombre important de militants partant en exil. Durant ces années, des milliers de prisonniers politiques, y compris du parti Tudeh, furent condamnés à mort et exécutés notamment lors de l'exécution des prisonniers politiques iraniens de 1988. Aujourd’hui, la majorité des membres du parti sont en exil, même si des membres actifs restèrent en Iran. Le parti est officiellement interdit et n’est pas toléré. Les individus suspectés d’être affiliés à des mouvements communiste ou socialiste risquent l’emprisonnement ou l’exécution.

Sanglier, vous qualifier vous-même de "rouge" vous déshonore et pis, déshonore la cause que vous prétendez défendre. Nombre de camarades aiment à répéter que la barricade n'a que deux côtés. Vous avez délibérément choisi celui de l'oppression. Je garderai naturellement mes saltations fraternelles pour d'autres que vous.

 
 
 
 

Zohra Mahi
Notre cher ami Jacques TOURTAUX, l’infatigable défenseur des opprimés, est l’objet d’attaques incroyables de la part de personnes que l’on pourrait croire « du bon côté de la barrière » parce qu’elles se déclarent communistes. Or, ce n’est pas toujours le cas. Qu’on en juge !

 

 

Une dame, certainement très respectable puisqu'elle est conseillère générale, a pris le parti de Nicolas Maury, ce roquet irascible, qui depuis quelque temps, harcèle Jacques de façon gratuite et violente pour une raison inconnue.

 

Cette dame donc, prenant le parti de son protégé reproche à Jacques sa proximité avec les Syriens et les Iraniens et elle explique ses reproches par le traitement qui aurait été infligé aux militants communistes du Parti Toudeh. (Parti de Mariam Radjavi)

 

Que sait-elle de ce parti ? Rien ! Tous ses renseignements elle les a puisés dans Wikipedia.

 

Je reproduis ce qu'elle a plagié sans en enlever un mot, afin que chacun puisse se rendre compte de la "grande culture politique" de cette dame :" Souhaitant la mise en place de la théorie proposée par le PCUS pour les pays du tiers-monde "la voie du développement non capitaliste" et en prétendant que le clergé était anti-impérialiste, le parti Toudeh (parti communiste d'Iran) a collaboré avec le régime islamique jusqu'à l'arrestation de sa direction. Ce fut un échec, et en 1982, la direction du parti fut arrêtée et emprisonnée, et plus tard, plus de 5000 membres et sympathisants du parti furent aussi arrêtés et exécutés. Le parti finit par être interdit. Résultat de ces purges successives, le parti éclata peu à peu, avec un nombre important de militants partant en exil. Durant des années des milliers de prisonniers politiques, y compris du parti Tudeh furent condamnés à morts et exécutés notamment lors de l'exécution des prisonniers politiques iraniens de 1988..."

 

J'arrête là la citation parce qu'il serait vraiment fastidieux de reprendre tout le pillage auquel s’est livrée cette brave dame. Maintenant que nous savons d'où elle tire sa science, peut-être faut-il lui apprendre deux ou trois petites choses qu'elle ne sait pas et qu'elle ne risque pas de trouver dans Wikipedia.

 

Je ne sais pas quel est son âge mais elle n'a visiblement pas vécu la guerre d'Algérie et elle ne sait pas que la direction du parti communiste français n'a pas toujours été d'une blancheur immaculée lorsque les gens mourraient dans certains départements français.

 

Elle ne doit pas savoir non plus que l'honneur des communistes et de la France, a été préservé grâce à des gens comme Jacques lorsqu'ils ont refusé les conséquences de l’application des pouvoirs spéciaux signés des deux mains par le Parti.

 

Elle ne doit pas savoir aussi que des jeunes gens, dont Jacques, communistes mais agissant contre la direction de leur parti, se sont opposés à la guerre sanglante qui a été faite à un peuple sans défense par une armée suréquipée.

 

On va supposer, pour ne pas être injuste, qu'au moment de la guerre, elle n'était pas encore née et qu'elle parle de choses qu'elle ne connait pas.

 

Elle prend le parti des membres du Toudeh. En connait-elle au moins un. Je suis sure que non. Moi, en revanche, dans le cadre de mes activités professionnelles j'en ai connu. Un vertueux militant qui a échappé aux fameuses « purges ». Ce monsieur réfugié politique, a jeté une grenade dans le bâtiment de l'ambassade d'Iran à Paris. On appelle ça un acte terroriste non? Non content d'être terroriste, ce monsieur avait les meilleures relations avec des sionistes avec lesquelles il entretenait des relations commerciales pour la parution d'un livre. Madame Morel nous permet-elle de considérer les sionistes comme des oppresseurs et des colonialistes plus coupables que des Iraniens qui sont dans leurs frontières et n'ont attaqué aucun pays ?

Le parti Toudeh est un parti communiste traditionnel qui a voulu prendre le pouvoir en Iran et qui, dès le départ, a voulu instaurer le pouvoir des bureaucrates dont ne voulaient déjà plus les Russes eux-mêmes. Cette oligarchie qui n'avait rien de communiste s'est opposée à des forces beaucoup plus fortes, celles des religieux qui avaient les suffrages du peuple. La règle démocratique voulait que les communistes s'inclinent, ils ne l'ont pas fait.

 

Une bonne fois pour toutes, cette dame doit ouvrir les yeux: les peuples ne veulent ni des staliniens ni des impérialistes ni des leçons d’idéologie dispensées du haut d’un piédestal fût-il français et sympathique.

 

Actuellement, c'est le mondialisme qui dicte sa loi et le nouvel ordre mondial qui pointe son nez.

 

Toutes les forces de progrès doivent s'unir pour faire barrage aux salauds de tous bords qui se cachent derrière ce nouvel ordre injuste.

 

Il s’agit, pour nous Arabes, Iraniens, Kurdes musulmans et chrétiens d’Orient, pour la survie des nations syrienne, libanaise, irakienne, yéménite, de nous opposer à ce nouvel ordre injuste et c’est à l’aune de l’aide apportée par nos vrais amis que nous jugerons de la sincérité de leurs sentiments. Jacques est de ceux qui ont compris que les vieux oripeaux, dont certains veulent encore se draper ne suffiront pas à cacher les calculs et la volonté de puissance.

 

Madame Morel ne veut pas saluer Jacques ? La belle affaire ! Des millions d'autres le feront à sa place ! Madame Morel c’est nous qui ne vous saluons pas de quelque côté de la barrière que vous vous trouviez.

 

Zohra Mahi
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

Zohra MAHi
  • 1. Zohra MAHi | 21/02/2016

Madame Radjavi a été poursuivie par le Parquet de Paris pour appartenance à une organisation terroriste.Le Conseil National de la Résistance est une émanation du Parti Toudeh qui se recycle de cette manière pour ne pas effrayer les pays dits démocratiques qui savent parfaitement quelle est sa nature mais ferment les yeux grâce à cette appellation très contrôlée.

Ivan Clerc
  • 2. Ivan Clerc | 20/02/2016

Je ne porte pas de jugement de valeur sur le contenu de l’article, mais je constate que dans son article Mme Zohra Mahi se trompe en présentant le Parti Toudeh (parti communiste iranien et en son temps pro-stalinien) comme le parti de Mme Radjavi qui est une figure indépendante et respectée de la coalition d’opposition démocratique du Conseil national de la Résistance iranienne. Il n’y a aucune confusion à faire entre le CNRI et le Toudeh. Avec mes respects.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau