PARIS SAMEDI 9 JANVIER 2016 : CHEIKH NIMR, TON COMBAT N'EST PAS VAIN!

 

Par Eline Brillant

«Depuis notre naissance, nous sommes soumis à l’oppression, à l’intimidation, aux persécutions et à la terreur, au point que même les murs nous faisaient peur. Même les murs ! Y a-t-il quelqu’un qui n’a pas subi l’injustice et l’oppression dans ce pays ? J’ai plus de 50 ans, soit un demi-siècle. Depuis que je suis venu au monde, je ne me suis jamais senti en sûreté ni en sécurité dans ce pays, nulle part, depuis mon enfance. Nous sommes continuellement accusés, menacés et agressés de toutes parts... Nos poitrines resteront nues face à vos balles et nos mains resteront démunies de toute arme, mais nos cœurs resteront emplis de foi… Nous n’avons qu’une alternative : vivre sur cette terre en hommes libres et dignes, ou y être enterrés honorablement… Nous ne cesserons de dénoncer votre oppression et de revendiquer nos droits.»

                                                                                                                      Nimr al-Nimr, 7 octobre 2011

Les jours qui suivirent l’assassinat arbitraire de cheikh Nimr al Nimr, ont vu des heures de colère et d’indignation de par le monde. Bagdad, Téhéran, Beyrouth, Karachi ou Paris ont clamé haut et fort l’appel à la fin du régime des despotiques Al Saoud.

Le 9 Janvier dernier, c’est à Paris et sous haute surveillance policière que nous nous nous sommes arrêtés pour écouter le ras-le-bol des manifestants postés Place du Général Brocard, à deux pas de l’ambassade saoudienne… Son accès étant tout bonnement refusé par un important dispositif de sécurité.

A l’appel de nombreux collectifs, les manifestants, leurs slogans et leurs pancartes donnaient le ton du message : « Je suis Al Nimr», «Saoud, Daech même lutte, même combat» et «Les saouds pensent qu’en nous terrorisant les musulmans se tairont !! Sont- ils déjà musulmans ??»

Immadeddine Hamrouni: Président du collectif français pour la protection de la liberté des peuples «Les wahhabites ne sont rien dans le monde islamique»

Le devoir de tout un chacun est de dénoncer l’assassinat politique de cheikh Nimr mais aussi vilipender un pouvoir despotique saoudien qui ne cesse de semer la discorde dans le monde musulman avec notamment les actes terroristes qu’ils mènent à travers le monde.

Pour lui, cette exécution est notamment un acte de vengeance pour la mort quelques jours plus tôt en Syrie de Zaran Allouch, chef militaire du groupe terroriste du «Front Islamique».

Et de poursuivre que ses guerres menées ci et là démontre bien sa panique de voir les Etats Unis la lâcher depuis notamment la signature (5+1) de l’accord avec l’«ennemi» iranien prévoyant la fin des sanctions et la réouverture des relations.

Il rappelle d’ailleurs que l’Arabie Saoudite ne représente qu’1% des 1 milliard 300 million de musulmans de la planète. Et de poursuivre que cette guerre présentée par les médias occidentaux, comme le résultat d’un conflit confessionnel entre sunnites et chiites est totalement erronée : «Les wahhabites ne sont rien dans le monde islamique».

Abou Adnan : Président de l'association al Ghadir et Coordinateur du collectif pour la Liberté des peuples : L’Occident : Quand les affaires priment sur les droits de l’Homme

Il rappelle que cheikh Nimr al Nimr (emprisonné depuis 2012)  a été décapité malgré les appels pressants d’un très grand nombre d’états et  d’organisations des droits de l’homme.

Des centaines d’autres prisonniers politiques croupissent toujours dans les geôles saoudiennes et aucun médias français et européens ne daignent dénoncer le despotisme totalitaire du royaume des Saouds alors qu’ils n’ont eu de cesse de soutenir les rebellions depuis les printemps arabes dont nous connaissons aujourd’hui le résultat.

Mais les intérêts économiques sont colossaux… quitte à faire une croix sur les valeurs humaines. Ainsi, tout comme au Bahreïn, au Yémen, où se déroule une véritable expédition punitive contre le peuple en révolte contre le despotisme et l’injustice,  les nations européennes ne diront mot car elles ont signée un contrat moral avec les monarchies pétrolières du golfe…  les transactions seraient donc plus importantes que la dignité et la vie.

Selon lui, l’alliance du diable israélo-turco-saoudienne est visible et vise à faire bouger les lignes au Moyen Orient. Rappelant cette déclaration du 1er ministre turc selon lequel la  Turquie et l’Arabie Saoudite ainsi qu’un «pays tiers» interviendront en Syrie, puis une semaine plus tard, cette annonce saoudienne sur la mise en place d’une coalition pour combattre «Daech» et dans le même temps l’exécution parmi une cinquantaine de terroristes, de cheikh Nimr, démontre bien une réelle politique de combattre la résistance à son obscurantisme dans la région.                                                                                                      

A juste titre, cheikh Nimr représentait la figure de l’opposition politique contre les monarchies du golfe et les saoudiens pensaient par cet assassinat trouver une issue au soulèvement… mais ils sont allés au devant de leur fin politique.

Il a aussi tenu à rectifier les analyses fallacieuses selon lesquelles cheikh Nimr était un agent de l’Iran : C’est bien en homme libre hijazi qu’il est mort et où de son vivant il n’a eu de cesse de travailler sur le mieux vivre dans ce pays sans foi ni loi.

Il a insisté sur le fait que ce grand homme a démontré à plusieurs reprises les contradictions de cette accusation non étayée en rappelant que l’oppression contre les chiites, inhérente au wahhabisme, est bien antérieure à la Révolution Islamique. Il ne faisait référence à son appartenance sectaire que pour aller dans le sens de l’unité, comme il le fit dans ce même discours d’octobre 2011 :

«Qui a prétendu que les chiites sont les seuls à être opprimés ? (…)? Devrions-nous tolérer qu’ils arrêtent (injustement) des sunnites ? (…) Nous sommes tous victimes (de ce régime). Où est l’argent, où sont les milliards ? Le chômage, l’emprisonnement, le dénuement touchent toute la population… Nous continuerons à réclamer les droits de tous les opprimés.»

Mahmoud Bourassi: Membre du Collectif français pour la liberté des peuples: «Les saouds s’attaquent  à tous ceux qui ne s’agenouillent pas à leur politique.»

C’est avec ironie qu’il rappelle que les saoudiens sont les principaux bâilleurs de fond pour la mise en place de cellules terroristes dans la région du Moyen Orient alors que dans le même temps elle utilise l’argument de la lutte anti terroriste pour exécuter tout opposant politique.

L’Arabie Saoudite s’attaque à tous ceux qui ne s’agenouillent pas à leur politique.

Lui aussi dénonce les capitales occidentales «qui doivent se lever et arrêter les indignations sélectives (en référence notamment au soutien inconditionnel des printemps arabes)».

Et de poursuivre : «Nous avons besoin de cohérence et d’exigence concernant nos relations  étrangères».

Maître Zora Mahi : «L’Arabie Saoudite est tombée dans le piège américain»

Cheickh Nimr était en train de montrer que ce régime a des responsabilités et des devoirs à l’égard de TOUS les musulmans en insistant sur le fait que tous les musulmans se valent alors que le royaume travaille justement au clivage de la confession.

Depuis 1982, il y a un plan américain de faire exploser tout le Moyen orient mais aussi l’Arabie Saoudite pour en faire de mini-états ethniques et confessionnels pour contrôler cette riche partie du monde.

Cette grande militante anti israélienne a tenu à rappeler que Cheickh Nimr al-Nimr était un défenseur acharné de la cause palestinienne, et appelait son gouvernement à envoyer ses forces armées contre Israël au lieu d’agresser Bahreïn.

Selon elle, le régime saoudien a décidé d’exécuter Nimr al-Nimr certainement par dépit face à l’échec de sa campagne au Yémen mais aussi des milliards d’investissements partis en fumée en Irak et en Syrie avec la déroute de Daesh dans la région ou encore la chute des prix du pétrole, plombant l’économie saoudienne.

La fin des saouds pour une Oummah forte et solidaire

Les interviewés s’entendent tous pour dire que l’influence des Saouds dans le monde musulman est en perte de vitesse et c’est à une véritable fuite en avant que l’on assiste… Leur politique de terreur est démasquée malgré des alliances politico-médiatiques de vigueur dans bon nombre de capitales occidentales.

Dans le monde musulman, on a de plus en plus de mal a cautionner cette politique occidentale à géométrie variable, qui consiste à la fois à défendre les droits de l’homme sur le plan international mais qui, dans les faits continue à entretenir des relations avec les despotes des pétromonarchies.

Abou Adnan assure que l’espoir est donné au peuple yéménite pour faire trembler le royaume et tient à insister sur cette mobilisation sunnite-chiite de plus en plus forte à l’encontre des actes barbares saoudiens.

Affirmation reprise par Maitre Mahi qui insiste sur cette volonté de la grande majorité des sunnites à s’unir pour voir émerger une Oummah forte et solidaire. L’Arabie Saoudite se met donc seule au ban de l’intégralité de la nation musulmane.

Le seul poids qu’ils ont c’est celui du pétrole, mais pas de poids moral. Aujourd’hui même leurs alliés (notamment américains) sont en train de réfléchir à leur retirer leur couverture.

Du côté de la France, c’est l’économie qui parle mais elle est toujours tenue en laisse par les Etats-Unis qui, lorsqu’ils décideront de stopper les relations avec les Saouds, ne pourra que s’effondrer.

Source : French.alahednews

 

16-01-2016 | 11:26

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=17284&cid=323#.Vpo3eFLXqSo


 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau