SIONISME EN FRANCE, LES TENTACULES DU POUVOIR (2ème) PARTIE

 

 

Politique, Echec et mât

La politique politicienne, voilà comment pourrait se résumer l’ère française et quasi mondiale d’aujourd’hui. Car comme le résume si bien la journaliste au sionisme bien trempé, Elisabeth Lévy: «le média est le premier pouvoir», soit, le vrai pouvoir, celui d’élever ou d’abattre n’importe quel homme politique, n’importe quel gouvernement qui oserait s’opposer à «Israël» et à la gouvernance mondiale.
Avant tout, arrêtons-nous sur ces politiques qui dirigent le pays.

Quel point commun entre François Hollande, Alain Juppé, Pierre Moscovici ou Valérie Pécresse, Arnaud Montebourg, Najat Vallaud-Belkacem et Laurent Wauquiez, Aquilino Morelle, Fleur Pellerin, Marisol Touraine ou Emmanuel Macron? Entre les journalistes Yves de Kerdrel, directeur de Valeurs actuelles, et Laurent Joffrin, celui de Libération, entre l’essayiste libéral Philippe Manière et Pascal Riché, de Rue89, Louis Dreyfus ou Emmanuel Chain? Sans parler de ces têtes bien faites du privé, personnalités aux carrières souvent fulgurantes, as des sciences, de l’art ou de la défense nationale? Tous, à un moment de leur vie, entre 30 et 40 ans, ont été invités, à participer au programme des Young Leaders de la French-American Foundation.

Mis en place par la French-American Foundation (FAF), le réseau des Young Leaders permet aux États-Unis (à l’avant-garde des amitiés d’avec l’entité sioniste) d’entretenir un dialogue avec ce que la France compte de jeunes espoirs de la vie économique, intellectuelle, militaire et politique.

Le puissant réseau est né en 1981, avec pour parrain l’influent économiste franco-américain de Princeton, Ezra Suleiman, président du programme jusqu’en 2000. Il racontait dans un de ses livres, Schizophrénies françaises (Grasset), que sa mission a été de «trouver les personnes qui feraient l’opinion et seraient les dirigeants de leurs sociétés respectives».(1)

La grande force de la FAF est d’accueillir en son sein les représentants politiques issus des grands courants qui officiellement s’opposent. La classe politique française s’est ralliée depuis longtemps au dogme du mondialisme sionisto-capitaliste. Cependant, il est utile pour le système de maintenir une opposition artificielle pour laisser croire au peuple qu’il y a une autre politique possible et ainsi retarder une rébellion des masses.

Ainsi, les Français élurent Nicolas Sarkozy (droite) sans savoir qu’il avait été partiellement élevé par un des principaux chefs de la CIA, Frank Wisner Jr. Non content d’avoir été fabriqué par les États-Unis, il s’était découvert des origines juives et avait cultivé ses relations israéliennes.

Ensuite ils donnèrent leurs voix au président du Parti Socialiste, François Hollande dont la réalité ne se révéla qu’une fois parvenu à l’Élysée. Expert en politique intérieure, il ne connaît pas grand-chose aux relations internationales mais son rapprochement d’avec «Tel Aviv» en ont fait un parfait porte-idées. (2)

Armée asservie

Depuis des décennies en France, nos gouvernements successifs ont lancé une mécanique qui réduit considérablement notre marge d’indépendance sur le plan politico-militaro-stratégique. Mais ce 4 Janvier dernier, un acte sans précédent s’est s’ajouté à la liste des asservissements suicidaires de la nation : un projet de loi déposé discrètement par le gouvernement au Conseil des ministres, autorisant «l’accession de la France au protocole sur le statut des quartiers généraux militaires internationaux créés en vertu du traité de l’Atlantique Nord».

Pour faire simple, sous l’impulsion d’Hollande, qui, durant ses dix années de règne du parti socialiste n’a fait que reprendre les volontés sionistes, le projet de loi officialise discrètement le retour de militaires de l’OTAN sur le sol français. Ainsi, après cinquante ans que la France a quitté cette organisation et que les militaires de l’OTAN ont été expulsés par le général de Gaulle du sol français, le partenariat et l’intégration se résument de nouveau pour la Patrie, à la subordination.

 L’OTAN est une machine de guerre américano-sioniste destinée à asseoir leur hégémonie sur des alliés réduits en réalité au rang de simples vassaux exécutant les ordres. (3)

Régis Chamagne, anciennement colonel de l’armée de l’air, fit des déclarations édifiantes sur cette question. Ce qui ressort de son discours c’est que «le but des EU est d’asservir les nations européennes, y compris la France». Or, pour asservir un pays, il faut détruire l’armée, corps défendant de la nation, car «L’armée est à la nation ce que le système immunitaire est au corps». Il ajoute «on perd en liberté d’action parce qu’on est asservi à ce qu’on appelle un «allié», mais un allié n’est pas un ami».

 

 

Economie engloutie

L’oligarchie financière mondiale se compose de 13 grandes familles richissimes qui détiennent entre leurs mains la quasi-totalité des banques, sociétés d’assurances, entreprises et industries du monde entier.

On se rappelle des «fameux» Protocoles des Sages de Sion révélés par le Times de Londres en 1920, pour lesquels on parla volontiers de complot judéo-maçonnique international pour l’établissement d’un Nouvel Ordre Mondial.

Les familles les plus influentes dans le monde aujourd’hui sont les Rothschild, les Windsor, les Stuart, les Rockefeller, les Carnegie, les Ford, les Weyerhauser, les Roosevelt, les DuPont, les Astor, les Tafts, les Bundy et les Bush. Toutes ces familles ont de près ou de loin des liens ancestraux avec le sionisme et la franc maçonnerie.

Parmi ces familles les plus connues, se trouve la famille Rotschild qui domine toute l’Europe et le Commonwealth, composé d’anciennes colonies ou protectorats de l’Empire Britannique.

À la tête de la Maison Rothschild se trouve un puissant pouvoir occulte composé de francs-maçons du 33è degré, degré le plus élevé du Rite Écossais Ancien et Accepté. Ces «33» sont appelés à infiltrer tous les grands groupes et organisations secrets tels que Bilderberg, Commission Trilatérale, CFR (Concil of Foreign Relations)…ces organisations, auxquelles s’ajoutent des sociétés secrètes occultes telles le Bohemian Groove, le Skull and Bones 322. (4)

Dissidence bâillonnée

Freedom House* publiait en octobre 2015 son rapport annuel sur le degré de liberté numérique. L'ONG y constatait que sur les 32 des 65 pays qui voyaient une restriction de ces libertés, les 3 plus gros déclins en la matière étaient à mettre au crédit de la Libye, de l'Ukraine et de... la France. C'est dire l'atmosphère délétère et le délabrement intellectuel qui règnent actuellement dans ce pays, où toute contradiction, toute dissidence par rapport à la bien-pensance officielle, peut faire l'objet de sanctions.

Et depuis les attentats à Paris, tous les stratèges sont de mise pour étouffer toutes formes de dissidences : surveillance accrue des individus et de tous leurs faits et gestes. Intimidation policière, mais aussi lourdes peines judiciaires et financières sont monnaies courantes aujourd’hui.

La plus retentissante fut certainement l’affaire du collectif BDS. D’ailleurs, un article publié par Glenn Greenwald sur The Intercept titrait fin octobre 2015, «L'activisme anti-Israël criminalisé au pays de "Charlie Hebdo" et de la "liberté d'expression" ». Il faisait suite à la confirmation, par la Cour de Cassation, plus haute juridiction française, de la condamnation en appel de 12 membres du collectif BDS (Boycott Desinvestissement Sanction) à payer plus de 30000 euros de dommages et intérêts.

Conclusion

Pour réussir à nous asservir à jamais, ils ont besoin de détruire en nous tout enracinement national, toute fierté collective, toute volonté de résistance.

C’est cette mainmise sur les moyens de communication, laquelle influe ensuite sur le pouvoir politique et la production universitaire, qui leur permet d’imposer l’idée que la «mondialisation», en dépit de ses conséquences désastreuses, est inéluctable.

Depuis la naissance d’«Israël» en terre palestinienne, il a bien fallu apprendre à décoder la propagande sioniste. On ne peut que se réjouir de constater, que de plus en plus de citoyens voient clair et ont compris que, s’ils veulent vraiment accéder à une information libre et vérifiable, ils doivent chercher ailleurs que dans ces médias, devenus la chasse gardée du Sionisme pro-israélien.

Le sondage commandé par l’Union Européenne laisse apparaitre qu’«Israël» est perçu par 60 % des européens comme la plus grave menace pour la paix.

Aujourd’hui grâce à l’Internet mondial, il est plus simple d’accéder à une information fiable. En accédant à cette information, chacun mesure le fossé immense qui sépare désormais les médias sionistes du pays réel. Il semble que nous ne vivions pas sur la même planète.

http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2014/10/09/10001-20141009ARTFIG00425-le-petit-club-de-l-elite-transatlantique.php
Réseau Voltaire : François Hollande, sioniste de toujours
Parti antisioniste
http://www.michelledastier.com/la-perfidie-dalbion-3e-partie-la-chronique-de-michel-andre/

Voici ci-joint une liste effarante de sionistes présents dans le paysage Audiovisuel Français (PAF) : http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkFpkulyAVnjRPzwox.shtml

*Il faut toutefois préciser que Freedom House est une ONG américaine dont on peut critiquer l'indépendance. Son Conseil d'Administration a ainsi été occupé par diverses personnalités politiques étatsuniennes de premier plan comme Donald Rumsfeld, Paul Wolfowitz, James Woolsey (ancien directeur de la CIA), ou encore Zbigniew Brzezinski l'incontournable de la politique étrangère américaine depuis plusieurs décennies,...

Source : French.alahednews

 

 
 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau