SYRIE : UNE fRANCE QUI N'EST PAS LA MIENNE TUE LE DROIT INTERNATIONAL

 

Les frappes aériennes de la France contre «Daech» en Syrie, en l’absence d’approbation du Conseil de Sécurité de l’ONU, ont été fortement critiquées par Maria Zahkarova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

«Je voudrais connaître les détails du concept de légitime défense concernant des frappes aériennes sur un Etat qui n’a pas donné son accord et n’a attaqué personne, ainsi que la conformité de ces actions avec le droit international», a écrit Maria Zahkarova sur sa page de Facebook, suite aux révélations sur les frappes aériennes La France tue le droit international aux yeux de la communauté internationalefrançaises en Syrie dimanche 27 septembre.

«Quels inventeurs ! Le référendum en Crimée est une annexion, mais les frappes aériennes non sanctionnées par le Conseil de Sécurité et sans l’accord du pays visé est une autodéfense», a ironisé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Plus tôt dans la journée, la France a annoncé avoir effectué ses premières frappes aériennes sur «la base des renseignements collectés lors des opérations aériennes engagées depuis plusieurs semaines» en Syrie. En l’absence d’approbation du Conseil de Sécurité, ces actions ont entraîné une avalanche de critiques de la part de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères. La Syrie est un en effet un Etat souverain dont le gouvernement lutte contre des organisations terroristes, telles que «Daech».

Maria Zahkarova a conclu que «la France tue le droit international aux yeux de la communauté internationale choquée».

Rechercher une solution en Syrie en n’écartant personne...que le président Assad !

François Hollande, a déclaré dimanche 27 septembre à New-York, que la France «discute avec tous et n’écarte personne» dans la recherche d’une solution politique en Syrie, alors que la France y a déjà effectué ses premières frappes.

Suivant l’exemple de la chancelière allemande Angela Merkel, François Hollande, qui jusqu’alors refusait d’inclure le président syrien Bachar el-Assad au dialogue pour tenter de résoudre le conflit en Syrie !

François Hollande, qui se trouve actuellement à New-York dans le cadre de la 70ème Assemblée générale de l’ONU, a néanmoins ajouté que d’autres frappes aériennes françaises pourront avoir lieu «dans les prochaines semaines».

Source : sites web et rédaction 

28-09-2015 | 13:58
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau