PARTI COMMUNISTE DE L'INDE : VICTOIRE HISTORIQUE DES AGRICULTEURS

tourtaux-jacques Par Le 28/11/2021 0

Dans INDE

28 Novembre 2021

25/11/21 3:52 PM
Victoire historique des agriculteurs

L'agitation des agriculteurs met le gouvernement de Modi à genoux

 

D Raja, secrétaire général, CPI

 

Le régime de Modi a commencé à célébrer la Journée de la Constitution depuis le 26 novembre 2015 et depuis cette année, il continue à le faire. Il est plutôt paradoxal que tout en célébrant la Journée de la Constitution, il piétine la Constitution elle-même en contrevenant à sa lettre et à son esprit. Prenons l'exemple de l'annonce récente et stupéfiante du premier ministre Narendra Modi, le 19 novembre 2021, selon laquelle le gouvernement abrogerait les trois lois agricoles contre lesquelles un mouvement non violent et résistant des agriculteurs est en cours depuis un an. Plus de 700 agriculteurs sont morts au cours de ce mouvement et des remarques désobligeantes ont été faites à leur encontre par le Premier ministre lui-même, ses collègues ministres et les dirigeants de son parti. Était-il constitutionnel pour le premier ministre de ridiculiser les agriculteurs en les appelant Andolanjeevis, qui gagnent leur vie par des agitations, alors qu'ils exerçaient leur droit fondamental consacré par la Constitution de protester contre les lois agricoles adoptées au Rajya Sabha par un vote à voix haute et en rejetant la demande de plusieurs membres pour un vote réel comme le prescrit l'article 100 de la Constitution ? Personne d'autre que le Premier ministre n'a dit indirectement que les agriculteurs protestataires étaient guidés par l'IDE (idéologie destructrice étrangère) et nombre de ses collègues ministres les ont qualifiés de Khalistanais, de Maoïstes et d'anti-nationaux. Ajay Mishra, ministre d'État à l'Intérieur, a menacé les agriculteurs en colère.

Ses expressions et postures agressives se sont également manifestées dans ses déclarations. Les menaces et les récits ouverts ont été aussi meurtriers pour leur droit de protester que les fils barbelés et les énormes clous placés sur leur chemin. Les routes qu'ils traversaient étaient creusées pour créer des tranchées profondes et larges afin qu'ils ne puissent pas se rendre à Delhi et faire de l'agitation. Toutes ces déclarations et mesures horribles visaient à diaboliser les agriculteurs et à s'attaquer très sournoisement à leurs droits garantis par la Constitution. Le fils d'Ajay Mishra a été arrêté après que la Cour suprême ait exprimé son mécontentement quant à la façon dont le gouvernement de l'UP a traité le meurtre de plusieurs agriculteurs protestataires, le véhicule du ministre ayant été utilisé pour les écraser à Lakhimpur Kheri.

Que signifie la Journée de la Constitution dans le contexte de l'assassinat de fermiers protestataires et du maintien en poste du ministre concerné en toute impunité ? Dans de telles circonstances, le premier ministre a annoncé le retrait des lois agricoles et a présenté des excuses superficielles. Son annonce a peut-être été motivée par les calculs électoraux du BJP. Il pourrait y avoir un objectif partisan de sauver l'image de son parti afin qu'il puisse remporter les élections de l'année prochaine qui se tiendront au Pendjab, dans l'UP, l'Uttarakhand, le Manipur et Goa.

Mais c'est un truisme que la protestation des agriculteurs, fondée sur le slogan électrisant de B.R. Ambedkar "Eduquer, Agiter et Organiser", a affaibli les perspectives électorales de ceux qui se moquaient de leurs droits garantis par la Constitution. En exerçant leurs droits, les agriculteurs ont fait en sorte que ceux qui sont installés dans leurs positions de pouvoir puissent être humiliés et ramenés à la raison. C'est le sens et la signification de la Journée de la Constitution que nous célébrons une semaine après la décision du Premier ministre d'annoncer l'abrogation des lois agricoles. Le discours télévisé du Premier ministre Modi sur l'abrogation de trois lois agricoles manque de sincérité car il ne s'est pas excusé d'avoir introduit des législations anti-agriculteurs, mais plutôt de ne pas avoir réussi à convaincre les agriculteurs de l'utilité de ces lois. Il semble qu'il se soit plutôt excusé auprès de ses amis des entreprises pour avoir retiré les trois lois agricoles. Nulle part dans son discours il n'a fait référence à un MSP garanti pour les cultures. Le PM Modi a également promis de former un comité composé d'experts et de représentants des agriculteurs pour recommander des moyens d'améliorer le secteur agraire. Il est possible que les experts nommés par le gouvernement insistent sur des réformes favorables aux entreprises, au grand mécontentement des représentants des syndicats agricoles. L'impasse risque de se poursuivre car le gouvernement est déterminé à mettre en œuvre des politiques néolibérales dans l'agriculture, dictées par des institutions internationales telles que l'OMC, le FMI et la Banque mondiale.

À l'heure où nous célébrons le 75e anniversaire de l'indépendance de l'Inde, il est utile de rappeler l'une des dimensions importantes du Swaraj esquissée par le Mahatma Gandhi dans Young India le 29 janvier 1925. Il écrivait : "Le vrai Swaraj ne viendra pas de l'acquisition de l'autorité par quelques-uns, mais de l'acquisition par tous de la capacité de résister à l'autorité lorsqu'elle est abusée. En d'autres termes, le Swaraj doit être obtenu en éduquant les masses au sens de leur capacité à réguler et à contrôler l'autorité." Cette idée de Swaraj a trouvé son expression dans la Constitution et ses différentes dispositions. La démocratie parlementaire, qui est la structure de base de la Constitution, a pour mandat de réguler le gouvernement en le rendant responsable devant le corps législatif qui représente la volonté souveraine du peuple. L'Inde étant une Union d'États, elle est mieux gouvernée en suivant l'esprit du fédéralisme, mais le gouvernement Modi n'a pas adhéré aux principes fédéraux et a toujours tenté de centraliser le pouvoir.

Ce flux unidimensionnel de pouvoir a conduit plusieurs assemblées d'État à adopter des résolutions contre les lois agricoles. Le mouvement non-violent des agriculteurs est apparu comme un exemple brillant de la capacité du peuple à réguler l'arrogance majoritaire du gouvernement Modi qui est resté le facteur derrière la promulgation des lois agricoles sans suivre la procédure de consultation de toutes les parties prenantes pour faire la loi.

Le mouvement des agriculteurs a émergé de manière unie dans tout le pays, avec le soutien des syndicats, des travailleurs agricoles, des femmes, des jeunes, des étudiants, d'autres organisations de la société civile et des partis politiques. Le pays a vu l'unité de la paysannerie et des classes ouvrières des secteurs formel et informel. Les récentes déclarations du conseiller à la sécurité nationale Ajit Doval, selon lesquelles la société civile est la "nouvelle frontière de la guerre", en disent long sur la menace que représentent pour la Constitution les personnes occupant des postes élevés. En disant que la société civile est la "nouvelle frontière de la guerre", il met en danger l'idée incarnée par la phrase "Nous le peuple" qui a adopté, promulgué et s'est donné la Constitution. En prenant pour cible la société civile, c'est nous, le peuple, qui sommes attaqués. Cette attaque contre la société civile est une guerre contre le peuple. Elle se poursuit depuis 2014. Lorsque les protestations contre la loi modificative sur la citoyenneté ont éclaté en UP, son ministre en chef Yogi Adityanath a fait une déclaration choquante selon laquelle lui et son gouvernement se vengeraient. En disant cela, il se vengeait contre la Constitution même qui prévoit le droit fondamental de protester.

La protestation des agriculteurs résilients représentait non seulement leurs intérêts mais aussi la cause plus large de la défense de la Constitution, de la démocratie et de notre laïcité. Une telle manifestation pacifique et non violente, qui a duré un an, tout en ciblant les lois agricoles et en défendant notre Constitution, a mis en évidence le bluff associé à la politique polarisée qui a tragiquement apporté des dividendes électoraux au régime de Modi. Modi veut améliorer ses étroites perspectives électorales en abrogeant les lois agricoles. C'est le véritable facteur de motivation derrière l'annonce du premier ministre d'abroger les lois agricoles. Nous devons être conscients de la victoire plus large des agriculteurs. C'est une victoire autant pour la vision d'Ambedkar ancrée dans "Eduquer, Agiter et Organiser" que pour la Constitution elle-même, sa structure de base et la moralité constitutionnelle. En célébrant la Journée de la Constitution, nous devrions garder à l'esprit cette victoire plus large.

Les agriculteurs sont restés inébranlables dans leur engagement pour l'abrogation complète des lois agricoles. Le CPI félicite de tout cœur le mouvement des agriculteurs. Le parti rend également hommage à tous ceux qui ont sacrifié leur vie pendant l'agitation et demande une compensation adéquate pour les familles en deuil.

Tout en soutenant les demandes du mouvement uni des agriculteurs, le CPI espère que tous les partis politiques tireront des leçons de cette lutte des agriculteurs et intensifieront la lutte unie contre les codes du travail, la loi d'amendement sur l'électricité de 2021, la CAA-NRC. Le CPI intensifiera sa campagne pour protéger la République et les valeurs constitutionnelles à tout prix.

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-India-Historic-Victory-of-Farmers/

Tag(s) : #Inde#Communiste

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire