IRAK : DAESH S'EFFONDRE A MOSSOUL, ENLEVE 120 ENFANTS ET APPELLE A L'AIDE

Daesh s’effondre à Mossoul, enlève ses enfants et demande l’aide de Raqqa
L’équipe du site

Des rapports ont révélé dernièrement que le numéro un de la milice wahhabite takfiriste Daesh , Abou Bakr al-Baghdadi a lancé un appel aux combattants étrangers qui se trouvent dans le gouvernorat syrien de Raqqa de se rendre à Mossoul pour la protéger de l’attaque qui ne devrait plus tarder depuis la chute de Tikrit.

Une vidéo postée sur You tube filme une rencontre intitulée  dans laquelle un chef, incite les miliciens, des jeunes pour la plupart d’entre eux de répondre à l’appel de Baghdadi.

«  Le calife vous appelle pour combattre les « rafidites » (appellation péjorative utilisée par les wahhabites pour designer les chiites) et soutenir les moujahidines dans leur pays en Irak, qui est aussi notre pays car il n’y pas plus de frontières, Sikes Picot a été brisée », dit-il.

La vidéo a filmé aussi des miliciens montants à bord de leurs véhicules à Raqqa pour se rendre vers la province irakienne de Salaheddine. 

Indice supplémentaire de la mauvaise posture de Daesh en Irak, la campagne de mobilisation de Raqqa a été baptisée: « Allégeance jusqu’à la mort »
 
120 enfants enlevés

Autre signe du manque en combattants de Daesh, il a enlevé 120 enfants âgés entre 12 et 15 dans la province de Mossoul, à 400 km au nord de Bagdad.

Selon la télévision iranienne arabophone al-Alam, ils ont été kidnappés de leurs écoles, dans les régions de Kayyarat, Choura, Badoche et Baaje, au sud-ouest de la ville de Mossoul et ont été emmenés vers une destination inconnue.


Daesh, vers un effondrement imminent

La semaine passée, plusieurs médias occidentaux avaient prévu l’effondrement imminent de Daesh,  pour des raisons économiques surtout, depuis les dernières pertes essuyées , dont entre autre celles de ses sources de financement.

Ayant perdu le contrôle de trois grands champs pétroliers , il n’en exploite plus qu’un seul, à moyenne de 2000 barils par jour, ce qui constitue 5% de ce qu’il  détenait avant le lancement de la campagne contre lui, a assuré le journal allemand de grande diffusion, Süddeutsche Zeitung, citant des services de renseignements allemands (BND) .

Selon le journal, la milice ne pourra pallier à ces pertes de revenus par le biais des puits de pétrole syriens, ce qui devrait accélérer son effondrement.


300 officiers de l'armée à la retraite
   

Du côté des forces gouvernementales, plus de 300 officiers ont été écartés par le Premier ministre irakien Haider al-Abadi dans un effort de restructurer l'armée, a rapporté lundi le bureau du chef du gouvernement dans un bref communiqué.


M. Abadi avait déjà remercié ou mis à la retraite plusieurs officiers de police et de l'armée, mais cette vague de départ est la plus importante.
   
Face à l'offensive d'envergure lancée en juin par Daesh, qui s'est alors emparé de larges pans de territoire, l'armée irakienne avait connu des difficultés, et plusieurs divisions de l'armée s'étaient effondrées.
   
Les militaires irakiens, qui ont depuis fait appel aux volontaires pour les seconder, sont parvenus à reprendre une partie des terrains perdus.


Les restes de 164 corps exhumés
   

A Tikrīt, une ville du nord de l'Irak récemment reprise à Daesh, les restes de 164 corps ont été exhumés.
"Les équipes de recherches ont découvert jusqu'à présent les restes de 164 (victimes) dans quatre fosses communes au cours des dernières semaines", a indiqué Kamel Amine un porte-parole du ministère des droits de l'Homme à l'AFP.
 

Des documents et téléphones portables retrouvés sur le site indiquent que ces corps sont vraisemblablement ceux de victimes du "massacre de Speicher", cette base militaire située à la limite nord de Tikrit d'où avaient été enlevés puis exécutés des recrues essentiellement chiites.
  

Des analyses ADN sont cependant nécessaires pour confirmer cette hypothèse, a ajouté M. Amine.
  

Jusqu'à 1.700 combattants, auraient trouvé la mort dans le massacre de Speicher perpétré aux premiers jours de l'offensive de l'EI sur le nord de l'Irak en juin 2014.
   
Selon des responsables, dix fosses communes ont été découvertes dans le complexe présidentiel de l'ex-dictateur Saddam Hussein, dont Tikrit était le fief, et trois à l'extérieur de ce tentaculaire palais situé en périphérie de la ville.
   
Les images de propagande diffusées par l'EI à la suite du massacre avaient déclenché un tollé et alimenté l'esprit de revanche des forces gouvernementales, qui ont repris la ville le 31 mars.

Source: Divers

13-04-2015 - 17:37 Dernière mise à jour 13-04-2015 - 17:58
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau