IRAK

FRONT COMMUN AU PARLEMENT IRAKIEN DE MOQTADA SADR ET LES HACHD AL-CHAABI, LES DEUX LISTES VICTORIEUSES DES LEGISLATIVES

En Irak, Moqtada Sadr et les Hachd al-Chaabi font front commun dans le Parlement

 Depuis 4 heures  13 juin 2018

ameri_moktada

 Irak - Monde arabe

 

Les dirigeants des deux premières listes victorieuses des législatives de mai dernier ont annoncé s’être mis d’accord sur la création d’une grande coalition au Parlement d’Irak, a rapporté le site de la télévision iranienne Press TV.

Le mardi soir 12 juin, Moqtada Sadr, leader de la coalition Sairoun (en marche)  et Hadi al-Ameri, chef de la liste al-Fath (les Hachd al-Chaabi) ont fait part lors d’une conférence de presse conjointe de leur intention de former une « grande coalition » au sein du Parlement. Les deux partis avaient réussi à remporter le plus grand nombre de sièges aux élections législatives.

«La coalition al-Sairoun-al-Fath prendra forme dans un espace national et protégera la coalition tripartite «al-Sairoun/al-Hikmat/al-Wataniayh», a déclaré Moqtada Sadr lors d’une conférence de presse commune avec Hadi al-Ameri, tenue à Najaf.

Samedi dernier, la chaîne de télévision kurde NRT a annoncé que Moqtada Sadr était tombé d’accord avec Iyad Allaoui et Ammar Hakim, les dirigeants de la coalition al-Wataniyah et du courant al-Hikmat, sur la formation d’une coalition parlementaire, chargé de nommer le nouveau Premier ministre.

Interrogé sur le récent incendie, dimanche 10 juin, dans un dépôt de Bagdad où étaient entreposées les urnes de vote des dernières législatives, Moqtada Sadr a rétorqué : « Cet événement était un acte cynique. Je préfère m’exprimer à ce propos après l’annonce du résultat».
Le Premier ministre sortant Haidar al-Al-Abedi avait annoncé que l’origine de l’incendie était bel et bien criminelle, sans identifier les auteurs.
Il est intervenu après que le parlement irakien a plaidé pour le recomptage manuel des bulletins de vote, en raison des plaintes émises par certains partis irakiens qui ont soupçonné une fraude électorale.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/929025


 

L'IRAK SE DOTE DE CHARS RUSSES T-90S PLUTOT QUE LES BLINDES US M1A1 ABRAMS

Un T-90S

L'Irak choisit les chars russes T-90S plutôt que les blindés US Abrams

© Sputnik . Aleksey Vladykin

DÉFENSE

URL courte

11714

L'armée irakienne s'est équipée de chars russes T-90S arrivés pour remplacer les blindés américains M1A1Abrams. Ces derniers ont à leur tour remplacé les chars russes T-72S.

En Irak, la 35e brigade de la 9e division blindée a reçu 39 chars russes T-90S qui ont remplacé les blindés américains M1A1 Abrams qui l'équipaient jusqu'à présent, annonce le site Jane's.

T-90

© SPUTNIK . MAXIM BLINOV

Concurrents à l'export mais si rarement comparés: le T-90 vs l'Abrams, au peigne fin

 

Selon le site, les militaires irakiens connaissent déjà le matériel russe, ayant été formés par des experts russes.

Le ministère irakien de la Défense a annoncé que les Abrams américains avaient été remis à la 34e brigade qui utilisait auparavant les chars russes T-72S.

En conformité à un accord conclu par le ministère irakien de la Défense, la Russie doit livrer à la république 73 chars T-90S. La livraison se fait par étapes.

Le T-90S est une modification du T-90 destinée à être exportée. Le blindé n'a pas de projecteurs Chtora, par contre, des blocs de protection dynamique incorporée supplémentaires ont été installés sur le char. Par ailleurs, le blindé est équipé d'un climatiseur.

https://fr.sputniknews.com/defense/201806101036739873-Irak-chars-armee/


 

LE QUARTIER GENERAL DU PARTAGE DES RENSEIGNEMENTS IRAN-IRAK-SYRIE-RUSSIE S'EST REUNI A BAGDAD

Le quartier général du partage des renseignements se réunit à Bagdad

Sat Jun 9, 2018 10:16AM

Une réunion du quartier général du partage des renseignements Iran-Irak-Syrie-Russie. (Photo d'archives)

Une réunion du quartier général du partage des renseignements Iran-Irak-Syrie-Russie. (Photo d'archives)

Les responsables des services de renseignement iraniens, russes, irakiens et syriens se sont réunis à Bagdad, capitale irakienne, afin de discuter de la poursuite de leurs coopérations dans la lutte contre Daech.

Selon l’édition arabophone du site d’information Russia Today, les responsables des services de renseignement iraniens, russes, irakiens et syriens se sont réunis, ce samedi 9 juin à Bagdad, capitale irakienne. La réunion a été dirigée par le chef du renseignement militaire d’Irak, le général de brigade Saad al-Alaq. Y était également présent l’ambassadeur de la République islamique d’Iran à Bagdad Iraj Masjedi.

 

Les représentants de l’Iran, de l’Irak, de la Russie et de la Syrie ont brossé un tableau des activités et du bilan de leurs pays sur les plans sécuritaire et de renseignement dans le domaine de la lutte antiterroriste.

Ils ont également souligné que ce quartier général du partage des renseignements devrait être renforcé et promu dans l'avenir. 

Lors de cette réunion, le général de brigade Saad al-Alaq a déclaré qu’il fallait rester prudent quant à la réorganisation des terroristes de Daech sous forme de nouveaux groupes ayant de nouveaux noms, malgré l’échec de Daech en Irak.

Qualifiant de « très important » le rôle joué par le quartier général du partage des renseignements durant les combats contre Daech, le responsable militaire irakien a remercié la République islamique d’Iran pour s’être rangée aux côtés des Irakiens dans leurs combats contre Daech et lui a demandé de continuer de soutenir l’Irak dans l’époque après-Daech.

Irak: la guerre anti-Daech reprend à Diyala

L’armée irakienne lance une vaste opération contre Daech.

Le rôle du quartier général du partage des renseignements Iran-Irak-Syrie-Russie dans la lutte contre Daech a été apprécié lors de la conférence de Bagdad et les pays membres, surtout la Russie et la Syrie, ont été remerciés.

Le quartier général du partage des renseignements Iran-Irak-Syrie-Russie est né, il y a trois ans, en Irak et les réunions de ce comité se tiennent d’une manière régulière, mais à huis clos. Les pays membres échangent des données et des informations requises à la lutte contre le terrorisme et font des coordinations nécessaires à ce propos.

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/06/09/564419/Irak-Syrie-Iran-Russie-terroristes-lutte-Daech-comite-renseignement


 

L'OTAN, BRAS ARME DE L'IMPERIALISME US RENFORCE SA PRESENCE EN IRAK

L’OTAN et l’UE renforcent leur présence en Irak

Fri Jun 8, 2018 6:28PM

Les forces américaines en Irak. ©Reuters

Les forces américaines en Irak. ©Reuters

En vertu d’un nouvel accord avec l’UE, l’OTAN entend renforcer sa présence en Irak.

Le secrétaire général de l’OTAN fait état d’un accord avec l’Europe sur le renforcement de la présence militaire en Irak.

« Lors d’une réunion en présence de Federica Mogherini, haute responsable de la politique étrangère de l’UE, et des représentants de la Finlande et de la Suède, nous avons conclu plusieurs accords, dont le renforcement de la présence en Irak », a déclaré Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’OTAN, lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion ministérielle de l’Alliance qui s’est tenue les 7 et 8 juin à Bruxelles.

« L’Union européenne se concentre sur la sécurité civile de l’Irak », a-t-il prétendu.

« La modernisation du système de formation militaire et de la façon de former ceux qui en ont la charge sont les autres mesures que l’OTAN et l’UE envisagent de mettre en œuvre en Irak », a ajouté le secrétaire général de l’OTAN.

« Nous avons l’intention de collaborer étroitement pour subvenir aux besoins de nos partenaires irakiens et garantir l’éradication des terroristes de Daech présents en Irak. »

Plus tôt dans la journée, l'Otan avait fait part de l'augmentation de son budget de défense.

L'OTAN hausse ses dépenses de défense

Les pays membres de l’Alliance atlantique veulent consacrer 2 % de leur PIB à la défense.

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/06/08/564349/LOTAN-renforce-sa-prsence-en-Irak


 

LE HEZBOLLAH IRAKIEN DISPOSE DE PREUVES QUE LES FORCES US VEULENT ELOIGNER LES HACHD CHAABI DE LA FRONTIERE IRAKO-SYRIENNE

Irak/Syrie : les Hachd al-Chaabi vs les États-Unis

Tue Jun 5, 2018 5:19PM

Des forces du mouvement al-Nujaba en Irak. ©Al-Masdar News

Des forces du mouvement al-Nujaba en Irak. ©Al-Masdar News

Le mouvement de résistance irakien Harakat Hezbollah al-Nujaba a annoncé disposer de preuves authentiques montrant que les forces américaines cherchent à éloigner les Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi) de la frontière irako-syrienne.

« Les Américains tentent de faciliter l’infiltration d’hommes armés depuis la Syrie à l’intérieur de l’Irak », ajoute le mouvement al-Nujaba, cité par Fars News.

À ce sujet, le journal Al-Mada se réfère aux propos de Hachim al-Moussaoui, un haut responsable et porte-parole d’al-Nujaba, qui dit :

« Le nouveau plan des États-Unis consiste à susciter le chaos en Irak, et ce, en facilitant l’infiltration d’hommes armés dans ce pays. Pour ce faire, ils tentent d’éloigner les Hachd al-Chaabi des frontières syro-irakiennes pour avoir le champ libre dans les zones frontalières. »

« Le mouvement al-Nujaba dispose d’autres preuves de l’appui américain à Daech et d’atterrissages d’avions à l’est de Tikrit, toujours dans le cadre de l’appui apporté aux takfiristes. »

Offensive-éclair des Hachd en Syrie

Les Hachd al-Chaabi s’en sont pris aux repaires des terroristes de Daech aux frontières syro-irakiennes, et ont tué un nombre de terroristes pro-USA à Raqqa.

Sur ce fond, ce responsable d’al-Nujaba a appelé les pays soutenant la Résistance à fournir des armements et équipements militaires sophistiqués à ce mouvement pour qu’il puisse mieux accomplir sa mission de surveillance et d’observation le long des frontières communes avec la Syrie. Il a rappelé que le Parlement irakien s’était auparavant opposé à la construction de bases militaires étrangères en Irak.

Fin mai 2017, le Premier ministre irakien, Haïder al-Abadi, a fait part de la rédaction d’un plan, en coordination avec les Hachd al-Chaabi, pour assurer la sécurité des frontières avec la Syrie et chasser les daechistes de l’Irak et des zones les plus proches de la Syrie voisine.

Depuis, deux brigades affiliées à l’Organisation Badr et aux Saraya Ansar al-Aqeeda, toutes deux composantes des Hachd al-Chaabi, ont été chargées d’assurer la sécurité des frontières communes avec la Syrie, dans la province de Ninive, aux côtés des forces yézidies des Unités de mobilisation populaire.

Les forces de l’armée et les gardes-frontières de l’Irak ont eux aussi été déployés dans les zones frontalières de la province al-Anbar, limitrophe de la Syrie.

USA : les Hachd sur la liste noire

Le Congrès américain a adopté un plan mettant les noms de trois groupes de la Résistance islamique irakienne sur la liste des groupes terroristes.

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/06/05/564027/Irak-Syrie-Hachd-alChaabi-USA-frontire


 

DAECH ATTAQUE DES PUITS DE PETROLE EN IRAK. LES HACHD AL-CHAABI REPOUSSENT DEUX ATTAQUES TERRORISTES

Irak: les Hachd repoussent une attaque de Daech contre deux puits de pétrole à Salah ad-Din

Sat Jun 2, 2018 5:6AM

Des combattants des Hachd al-Chaabi en Irak. (Photo d'archives)

Des combattants des Hachd al-Chaabi en Irak. (Photo d'archives)

En Irak, les Unités de mobilisation populaire et les forces de sécurité ont repoussé une attaque des terroristes contre des puits de pétrole.

Dans la conjoncture où les provinces irakiennes de Diyala et de Salah ad-Din sont le théâtre des opérations antiterroristes des forces de l’armée régulière et des Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi), un groupe de terroristes de Daech ont pris d’assaut, ce vendredi 1er juin, une région stratégique de la province de Salah ad-Din qui donne sur une route reliant le centre au Nord. Les forces irakiennes ont déjà lancé une opération militaire pour sécuriser ladite région.

Par ailleurs, les résidus du groupe terroriste Daech ont lancé une offensive destinée à prendre le contrôle des puits de pétrole de l’est de la province de Salah ad-Din.

Une source irakienne a confié à l’agence de presse iranienne Mashregh qu’un groupe de terroristes de Daech avaient lancé une attaque nocturne pour prendre le contrôle des puits de pétrole Allas et Adjil.

« L’attaque a été repoussée grâce à la vigilance des forces de sécurité irakiennes et des Hachd al-Chaabi qui avaient détecté les agissements des terroristes aux alentours des puits de pétrole. Un certain nombre de terroristes ont été abattus et blessés lors des affrontements qui ont duré plusieurs heures », a précisé la même source.

Arrestation du maître artificier de Daech en Irak

La chaîne Al-Masirah a fait état jeudi de l’arrestation du responsable de la fabrication des explosifs de Daech en Irak près de la frontière avec l’Iran.

Le groupe terroriste Daech s’est emparé, en été 2014, d’une grande partie de la province de Salah al-Din ainsi que de ses champs pétroliers Allas et Adjil.

Ces deux puits de pétrole ont été occupés par les terroristes lorsqu’ils étaient prêts à l’exploitation et les terroristes ont rapidement vendu les barils de pétrole au marché noir turc.

Allas et Adjil, situé à l’ouest des monts de Hamrin et à l’est de la ville de Tikrit, ont été libérés par les forces irakiennes.

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/06/02/563610/Irak-Allas-Hamrin-champ-de-petrole-puits-Daech-Hachd-al-Chaabi-terroristes


 

LES UNITES DE MOBILISATION POPULAIRE HACHD AL-CHAABI DECLAREES TERRORISTES POUR LEUR OPPOSITION A LA PRESENCE US EN IRAK

Hachd al-Chaabi déclarée terroriste pour s’être opposée à la présence US en Irak?

 Depuis 10 heures  1 juin 2018

hachd3

 Irak - Monde arabe

 

Après l’annonce de l’inclusion de trois groupes du Hachd al-Chaabi à la liste des organisations considérées comme terroristes par les États-Unis, les représentants de cette force populaire irakienne affirment que cette décision de Washington est motivée par leur opposition à la présence américaine dans leur pays.

Condamnant la décision du Congrès américain d’inscrire des membres des unités de mobilisation populaire Hachd al-Chaabi sur la liste des organisations terroristes, Kenan Tazulu, commandant du détachement turkmène de cette milice irakienne, a souligné que les États-Unis avaient toujours cherché à créer des obstacles à leur activité en Irak. La raison? L’attitude de Hachd al-Chaabi à l’égard de la présence américaine dans le pays.

«Les États-Unis mettent régulièrement des bâtons dans les roues de Hachd al-Chaabi qui s’oppose à la présence américaine dans le pays. Maintenant, ils nous incluent dans la liste des organisations terroristes», a-t-il déclaré dans son commentaire à Sputnik.

Et d’ajouter que cela était lié au fait que les États-Unis ne voulaient pas voir Hadi al-Amiri, leader de Hachd al-Chaabi, qui est arrivé deuxième lors des élections législatives du 12 mai, devenir le nouveau Premier ministre.

«Nous considérons que la présence des troupes US est une occupation des territoires irakiens et exigeons leur départ», a-t-il encore ajouté, soulignant que le peuple américain dans son ensemble était solidaire de cette position et exigeait le départ des soldats américains.

Le Congrès américain a approuvé la liste des organisations terroristes qui comporte en outre le nom de trois groupes armés faisant partie de Hachd al-Chaabi, qui ont notamment contribué au délogement de Daesh de l’Irak. La liste a été transmise au Sénat en vue de son approbation.

Source: Avec Sputnik

https://french.almanar.com.lb/917486


 

LA PREMIERE FEMME COMMUNISTE ELUE DEPUTEE DANS LA VILLE LA PLUS SAINTE D'IRAK RECLAME LA JUSTICE SOCIALE

La première communiste élue dans la ville la plus sainte d’Irak réclame la « justice sociale »

#PolitiqueIrakienne

En Irak, la victoire électorale de l’alliance entre les sadristes et les communistes a remis en cause de nombreux postulats concernant la politique irakienne

Suhad al-Khateeb, communistes, Nadjaf, chiisme, Sadr, Sa’iroun

Alex MacDonald et Mustafa Abu Sneineh's picture

Alex MacDonald et Mustafa Abu Sneineh

16 mai 2018

Dernière mise à jour : 

16 mai 2018

  reddit  googleplus 278

Topics

PolitiqueIrakienne

 Tags

Suhad al-Khateebs’exprimant lors d’un meeting (Facebook)

Show commentaire(s)

BAGDAD – Les Irakiens semblent avoir rompu avec l’establishment politique en réaction à une corruption et une incompétence jugées endémiques.

La plus grande gagnante des élections de samedi est l’abstention : seuls 44,5 % des électeurs se sont rendus aux urnes.

Cependant, ceux qui l’ont fait ont massivement voté pour l’alliance Sa’iroun (En marche), une coalition de partisans du religieux chiite Moqtada al-Sadr et du Parti communiste irakien (PCI), ainsi que du Parti républicain irakien, plus petit.

Peu auraient pu prédire la formation d’une telle alliance il y a encore quelques années, et encore moins anticiper qu’elle finirait par attirer tant d’Irakiens.

L’union du mouvement sadriste, conservateur sur le plan religieux, et du PCI ultra-laïc a semblé déconcertante aux observateurs extérieurs, mais elle semble avoir créé une synthèse réussie.

Parmi ceux qui semblent incarner le mieux la nouvelle politique figure Suhad al-Khateeb, une communiste qui a remporté un siège parlementaire dans la ville de Nadjaf – l’un des plus importants centres de la théologie islamique chiite. 

« Des gens m’ont rendu visite à l’école. Ils m’ont regardée et m’ont vue comme un modèle de ce que devrait être un politicien »

- Suhad al-Khateeb, députée communiste

Khateeb, qui est enseignante, militante antipauvreté et pour les droits des femmes, n’avait pas envisagé de se présenter aux précédentes élections législatives.

« Je ne me suis pas présentée aux élections [de 2014], mais je faisais partie d’un groupe qui a fait du porte-à-porte dans tout Nadjaf », a-t-elle déclaré à Middle East Eye

« Nous leur avons rendu visite pour écouter leurs problèmes et les aider, dans les bidonvilles de Nadjaf et dans les quartiers pauvres. Je n’avais pas réfléchi à me présenter aux élections. »

Cependant, elle était motivée à se présenter sur la liste de l’alliance Sa’iroun cette fois-ci après avoir recueilli le soutien de ses collègues et étudiants.

« Des gens m’ont rendu visite à l’école. Ils m’ont regardée et m’ont vue comme un modèle de ce que devrait être un politicien », a-t-elle expliqué. « Mes collègues, qui soutiennent différents partis politiques, me respectent et me soutiennent. »

« Quelqu’un qui réussit dans son travail, un travail aussi simple que la gestion d’une école, pourrait réussir à diriger une institution d’État. »

Ali Reza Eshraghi@AlirezaEshraghi

En réponse à @AlirezaEshraghi

P.S. Haifa al-Amin, a Communist Party candidate in Dhi Qar, wins a parliament seat: https://bit.ly/2KVyPTE 
Her party expects gaining 10-15 parliament seats from pic.twitter.com/xrSiRqyG6i

Ali Reza Eshraghi@AlirezaEshraghi

In the ‘holy city of Najaf’, the Iraqi Communist Party candidate, Suhad al-Khatib wins a parliament seat. She is a fierce women’s right activist. pic.twitter.com/rYkJxRXFKM

Voir l'image sur Twitter

 

Traduction : « P.S. Haifa al-Amin, candidate du parti communiste à Dhi Qar, remporte un siège au Parlement :https://bit.ly/2KVyPTE 
Son parti espère obtenir dix à quinze sièges au Parlement suite aux élections irakiennes de 2018 »

« Dans la “ville sainte de Nadjaf”, la candidate du Parti communiste irakien, Suhad al-Khatib, remporte un siège parlementaire. Elle est une fervente militante des droits des femmes »

Pendant la guerre froide, le communisme et l’islamisme étaient pour l’essentiel des ennemis existentiels. Au Moyen-Orient, tous deux étaient en conflit, le premier accusé d’« athéisme impie » et le second accusé de « fascisme clérical ».

Muhsin al-Hakim, dont le petit-fils, Ammar, dirigeait le parti Al-Hakim aux élections, était responsable de la publication d’édits religieux dans les années 1950, décrétant le communisme incompatible avec l’islam, et détournant ainsi de nombreux électeurs religieux du PCI alors puissant.

Cependant, les alliances politiques entre communistes et islamistes chiites ne sont pas totalement inédites.

Dans les années 1950, avant l’édit de Hakim, il y avait des alliances entre les familles chiites nationalistes et les communistes – notamment parce que beaucoup de ces derniers venaient des premières – contre la monarchie hachémite soutenue par le Royaume-Uni.

À Nadjaf, tout comme dans le reste de l’Irak, la colère couve en raison du chômage, de la corruption et du clientélisme endémiques qui caractérisent la classe politique actuelle dans le pays.

Le 6 mai, lors de l’inauguration du nouveau stade international de Nadjaf, des foules ont assailli le porte-parole du Premier ministre alors qu’il assistait à la cérémonie d’ouverture, en criant « Vous êtes tous des voleurs ! »

Asma@LibyanBentBladi

Disgruntled Iraqis booing one government official after another at opening ceremony for Najaf Stadium.. crowds kept chanting “you are all thieves!”

 

Traduction : « Des Irakiens mécontents ont hué les responsables du gouvernement les uns après les autres lors de la cérémonie d’ouverture du stade de Nadjaf… les foules ont scandé sans relâche “Vous êtes tous des voleurs !” »

Le secrétaire général du PCI, Raid Jahid Fahmi, a expliqué qu’en amont des élections, son parti et les sadristes avaient convenu de se concentrer sur un certain nombre de questions sur lesquelles ils partageaient des objectifs communs : combattre le chômage et la corruption et combattre les influences extérieures en Irak – plutôt que sur les différences évidentes sur des questions telles que les droits des femmes ou la laïcité.

« La base sociale de la gauche et la base sociale du mouvement sadriste sont assez proches », a-t-il indiqué.

Construire une coalition

Pour Moqtada al-Sadr et ses alliés, l’étape suivante consiste à former un gouvernement, ce qui doit être fait dans les 90 jours.

Tandis qu’ils ont tendu la main à l’actuel Premier ministre Haïder al-Abadi et à un certain nombre d’autres partis, y compris kurdes, ils semblent avoir exclu spécifiquement la coalition Fatah et la coalition de l’ancien Premier ministre Nouri al-Maliki, État de droit. Ces deux derniers partis sont les plus étroitement liés à l’Iran.

Limiter l’influence iranienne en Irak a été l’un des points de référence de la politique sadriste. Alors que les supporters affluaient sur la place Tahrir de Bagdad pour célébrer la victoire apparente de Sa’iroun lundi, ils scandaient : « L’Iran est dehors, l’Irak est libre » et « Au revoir Maliki ».

Bien que l’Iran ait longtemps été influent dans les saintes villes irakiennes de Karbala et Nadjaf, on craint de plus en plus que les tensions croissantes entre la République islamique et ses voisins régionaux – en particulier Israël et l’Arabie saoudite – finissent par engloutir l’Irak. 

« Il y a un conflit entre l’Iran et les États-Unis dans la région, en Irak, au Yémen et à Bahreïn », a déclaré Khateeb. « Mais nous, les Irakiens, voulons notre indépendance des États-Unis et de l’Iran. »

« Ces deux pays nuiraient aux Irakiens avec leur conflit. »

« Nous voulons la justice sociale, la citoyenneté, et nous sommes contre le sectarisme, et c’est aussi ce que veulent les Irakiens »

- Suhad al-Khateeb, députée communiste

Mais la marginalisation de l’Iran sera difficile puisque le Fatah, qui est composé de miliciens soutenus par Téhéran, est arrivé en deuxième position lors des élections.

À Nadjaf, Sa’iroun a obtenu 92 026 voix, suivi par la coalition du Fatah, qui a obtenu 82 838 voix. 

Si le camp anti-Iran ne parvient pas à un accord dans les 90 jours, les forces pro-iraniennes pourraient se réaffirmer.

Le succès de l’alliance Sa’iroun ne peut pas non plus masquer le fait que, dans une plus large mesure, les Irakiens ont simplement refusé de participer au processus électoral. Dans la capitale Bagdad, qui compte 69 sièges au Parlement, seuls 33 % des électeurs ont voté.

« Je pense que le principal est de ne pas se laisser trop emporter par le succès de Sadr, qui est essentiellement un facteur du faible taux de participation », a déclaré Patrick Osgood, un spécialiste de l’Irak.

« C’est le processus de formation de la coalition gouvernementale qui compte et qui promet d’être un véritable casse-tête. »

« Et l’Iran obtient encore des voix », a-t-il ajouté.

Le résultat des élections irakiennes, qui devaient largement favoriser la coalition Nasr d’Abadi (il est arrivé en troisième position), en a surpris plus d’un, en Irak comme à l’étranger. 

Toutefois, la vraie difficulté viendra lorsque débuteront les tractations en vue de la création d’un nouveau gouvernement et la construction d’alliances qui n’affaiblissent pas les promesses que Sa’iroun a faites pendant sa campagne.

« Sa’iroun soutient le peuple de différentes manières. Sa’iroun représente les Irakiens, et nous, le Parti communiste irakien, avons une longue histoire d’honnêteté – nous n’avons pas été les agents des occupations étrangères », a déclaré Khateeb.

« Nous voulons la justice sociale, la citoyenneté, et nous sommes contre le sectarisme, et c’est aussi ce que veulent les Irakiens. »

 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/la-premi-re-communiste-lue-dans-la-ville-la-plus-sainte-d-irak-r-clame-la-justice-sociale


 

DECLARATION DU PARTI COMMUNISTE IRAKIEN SUR LES RECENTES ELECTIONS LEGISLATIVES EN IRAK : NOTRE PEUPLE EST LE GAGNANT


La déclaration suivante a été publiée par le Bureau politique du Parti communiste irakien après les élections législatives qui ont eu lieu le 12 mai 2018 :

Les élections législatives générales ont pris fin hier. À cette occasion, nous félicitons notre peuple pour l'achèvement de ce droit constitutionnel, qui constitue un pas de plus sur la voie de la consolidation des pratiques démocratiques et d'un transfert pacifique du pouvoir, selon le libre arbitre de l'électeur.

Il est gratifiant que ce qui s'est passé le 12 mai, et avant lui lors du vote spécial pour les forces armées, soit passé pacifiquement, les forces de sécurité ayant été en mesure d'assurer la protection des centres électoraux. Cela peut être considéré comme une autre réalisation pour ces forces, à ajouter à leurs victoires et à celles de tout notre peuple sur le terrorisme de Daesh. Nous adressons donc nos remerciements et notre gratitude à nos vaillantes forces, ainsi qu'à tous ceux qui ont travaillé et contribué à créer les conditions et les conditions nécessaires pour entreprendre cette pratique démocratique.

Nous remercions également tous les agents et observateurs locaux et internationaux, ainsi que l'ONU et les médias iraquiens, arabes et internationaux, pour leurs bons efforts.

Nous devons saluer chaleureusement les citoyens qui ont participé aux élections, exerçant leur droit de vote et choisissant ceux qu'ils jugent aptes à les représenter au nouveau parlement.

Nous saluons et remercions également ceux qui ont voté pour l'alliance électorale Saeroun et ses candidats, y compris les candidats du Parti communiste, et nous nous engageons à continuer à avancer, quels que soient les résultats des élections, sur la voie du changement et de la réforme et à mettre fin au système des quotas, au sectarisme politique et à la corruption. Nous travaillerons avec nos alliés de Saeroun et les forces civiles, démocratiques et nationales avec lesquelles nous partageons de nombreux objectifs politiques, afin de sauver notre pays et de le mettre sur la voie de la sécurité et du progrès, et d'assurer le bien-être de notre peuple.

Nous avions voulu que ces élections se déroulent dans de meilleures conditions et grâce à un système électoral efficace, qui garantirait qu'aucun suffrage de l'électorat ne soit gaspillé, et que chaque vote aille à ceux qui le méritent. Nous voulions également que les élections bénéficient d'une plus grande attention du public et d'une large participation, ce qui n'a pas été possible en raison des politiques des forces dirigeantes et de leur incapacité à tenir leurs promesses, et en raison du ressentiment à l'égard de la situation dans le pays. Nous ne voulions pas voir les fautes et les lacunes qui ont entaché les élections ici et là. Nous reviendrons sur toutes ces questions et d'autres plus tard.

Faisons de ces élections une incitation supplémentaire à poursuivre le travail et les efforts en vue d'atteindre les objectifs souhaités en vue d'établir un État fondé sur la citoyenneté et une véritable démocratie, un État doté d'institutions, de la loi, de la sécurité et de la justice sociale.

Vive notre peuple irakien !

Bagdad - 13 mai 2018

source: http://www.iraqicp.com/index.php/english/4914-statement-on-the-recent-parliamentary-elections-in-iraq-iraqi-communist-party-our-people-are-the-winners

Tag(s) : #Irak#élections

http://mouvementcommuniste.over-blog.com/2018/05/declaration-sur-les-recentes-elections-legislatives-en-irak-parti-communiste-irakien-notre-peuple-est-le-gagnant.html


 

IRAK : APRES LA VICTOIRE ELECTORALE DE L'ALLIANCE MOQTADA SADR ET DU PARTI COMMUNISTE, LE SIEGE DU PARTI COMMUNISTE IRAKIEN CIBLE D'UN ATTENTAT

Irak: le siège du Parti communiste allié à Moqtada Sadr ciblé par un attentat

Par AFP —  (mis à jour à )

Moqtada Sadr sort du bureau de vote à Najaf en Irak, le 12 mai 2018

Moqtada Sadr sort du bureau de vote à Najaf en Irak, le 12 mai 2018 Photo Haidar HAMDANI. AFP

 

 

 Irak: le siège du Parti communiste allié à Moqtada Sadr ciblé par un attentat

Deux bombes ont explosé vendredi soir près du siège du Parti communiste irakien (PCI) à Bagdad, a indiqué un porte-parole de «La marche pour la réforme», l’alliance du PCI avec le populiste chiite Moqtada Sadr qui est arrivée en tête des législatives.

C’est la première fois qu’un parti politique est visé dans la capitale irakienne depuis le lancement de la campagne électorale mi-avril.

«Deux bombes ont été lancées sur le siège du PCI» situé sur la place al-Andalous, dans le centre de Bagdad, a affirmé à l’AFP le porte-parole du PCI Jassem al-Hilfi, également membre du bureau politique.

Il a accusé «les corrompus qui n’ont pas supporté d’avoir perdu» aux législatives du 12 mai d’être derrière cette double attaque.

Ces deux bombes sont «un message de menace qui vise à nous effrayer pour nous empêcher de poursuivre sur le chemin de la réforme et du changement», a-t-il poursuivi. Le PCI, a-t-il ajouté, reçoit «des menaces en permanence».

Le 12 mai, à la surprise générale, la liste de l’outsider Moqtada Sadr, qui présentait un programme anti-corruption, a décroché 54 sièges au Parlement.

Est arrivée deuxième celle des anciens combattants du Hachd al-Chaabi, supplétifs de l’armée dans la guerre contre le groupe Etat islamique (EI) avec 47 sièges, distanciant la liste du Premier ministre Haider al-Abadi soutenu par la communauté internationale (42 sièges).

Ce scrutin, le premier depuis la «victoire» déclarée par Bagdad sur les jihadistes, s’est déroulé sans incident majeur, une première depuis l’invasion emmenée par les Américains qui a renversé Saddam Hussein en 2003.

Dans sa foulée, les tractations ont débuté pour former une coalition gouvernementale, les deux puissances impliquées en Irak, l’Iran et les Etats-Unis, dépêchant même des émissaires pour peser sur les alliances.

Mais les dénonciations de fraude s’accumulant, le gouvernement a ordonné un réexamen des résultats du vote qui provoque de la fébrilité au sein de la classe politique.

Même si l’EI a perdu la quasi totalité des territoires qu’il avait conquis en 2014, il continue à frapper.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, cinq personnes, --une femme, une fillette et trois policiers-- ont été tuées dans une attaque suicide revendiquée par le groupe Etat islamique (EI) dans un bastion sadriste de Bagdad.

Un kamikaze a fait détoner sa ceinture d’explosifs près d’un jardin public où des familles étaient attablées pour le «souhour», la dernière collation avant le début du jeûne avec le lever du soleil.

Cette attaque, dans le quartier majoritairement chiite d’Al-Chola, dans le nord de la capitale, était la première du mois de jeûne musulman à Bagdad.

AFP

http://www.liberation.fr/planete/2018/05/25/irak-le-siege-du-parti-communiste-allie-a-moqtada-sadr-cible-par-un-attentat_1654310