IRAK

MOSSOUL : DAECH INCENDIE LES DEPOTS DE MEDICAMENTS ET LA BANQUE DU SANG

Mossoul : Daech incendie des réserves de médicaments et une banque du sang

Mon Mar 27, 2017 4:20PM

Daech incendie des réserves de médicaments et une banque du sang dans l’ouest de Mossoul. (Photo d’illustration)

Daech incendie des réserves de médicaments et une banque du sang dans l’ouest de Mossoul. (Photo d’illustration)

Le groupe terroriste Daech a incendié les dépôts de médicaments et la banque du sang de la rive droite du Tigre, dans l’ouest de Mossoul, a-t-on appris d’une source sécuritaire de la province de Ninive.

Cette source a confié à la chaîne d’information Al-Sumaria que les terroristes de Daech avaient mis le feu aux réserves de médicaments et à la banque du sang de l’ouest de Mossoul.

Cette source, sous le sceau de l’anonymat, a ajouté qu’une fumée noire avait envahi le ciel à cause de l’incendie provoqué par Daech dans douze dépôts de médicaments.

Suite aux succès répétés des forces de sécurité irakiennes sur la rive droite du Tigre, les terroristes ont décidé de les incendier.

Il est à noter que les forces de sécurité irakiennes continuent leur avancée vers les endroits occupés par Daech à Mossoul, où elles ont déjà réussi à libérer de nombreuses régions et à infliger de lourds dégâts à ce groupe terroriste.

Haïder al-Abadi Premier ministre irakien. ©Wikipédia

Par ailleurs, dans une interview accordée à la chaîne américaine Fox News, le Premier ministre irakien Haïder al-Abadi a affirmé que les forces irakiennes chasseraient Daech du pays d’ici quelques semaines.

« Auparavant, l’opération anti-Daech avançait lentement, mais récemment elle s’est accélérée et nos forces vont remporter la victoire et chasser Daech du pays », a-t-il indiqué.

Le chef du gouvernement irakien a précisé que la lutte contre le terrorisme était la priorité de Bagdad et devrait être celle de tous les pays. 

http://presstv.com/DetailFr/2017/03/27/515806/Irak-Daech-Mossoul-dpt-de-mdicaments-banque-du-sang-incendie


 

A JUSTE RAISON, LE HEZBOLLAH IRAKIEN REFUSE LA PRESENCE DE SOLDATS US EN IRAK. BRAVO !

Le Hezbollah irakien refuse que les Américains restent dans leur pays

 Depuis 47 minutes  25 mars 2017

Jaafar Al-Husseini, le porte-parole des Brigades du Hezbollah
Jaafar Al-Husseini, le porte-parole des Brigades du Hezbollah

 Irak - Monde arabe

Rédaction du site

Les Brigades du Hezbollah en Irak sont farouchement opposées à « toute présence militaire des forces américaines » en Irak qui constitue selon eux  » une force d’occupation » qui devrait être combattue.

 » Les brigades du Hezbollah surveillent de près tous les agissements des forces américaines en Irak », a dit lors d’un appel téléphonique avec la chaine de télévision libanaise Al-Mayadeen, leur porte-parole Jaafar al Husseini qui réagissait ainsi aux propos récemment tenus par le secrétaire américain à la Défense, James Mattis.
Ce dernier avait annoncé que son pays « n’avait pas l’intention de quitter l’Irak même après l’échec de Daesh », car les États-Unis ont l’intention « d’empêcher un retour de Daesh en Irak ».

Selon Press TV, cette rhétorique a évidemment du mal à convaincre les milieux proches de la Résistance irakienne, les Hachd al-Chaabi qui savent comment les Américains ont eux-mêmes présidé à l’émergence de Daesh en Irak et comment cette organisation terroriste a été depuis 2014, date à laquelle elle a occupé la ville stratégique de Mossoul, « aidée indirectement par les forces américaines ».

Cette milice wahhabite a vu le jour quelque temps après le retrait des troupes américaines en raison du refus de l’ex-Premier ministre irakien Nouri Al-Maliki des conditions imposées par les Américains pour que leurs troupes militaires restent dans ce pays. Dont d’accorder l’immunité à leurs soldats.

Elle a depuis servi de prétexte pour le retour progressif des militaires américains dans ce pays, au motif de les combattre, et pour qu’ils s’y implantent définitivement.

Le général Mattis qui s’exprimait devant le comité des forces armées au sénat a souligné :  » un retrait des forces américaines d’Irak après l’échec de Daesh serait une erreur, identique à celle commise en 2011″.

Mattis faisait allusion au décret de l’ancien président américain Barak Obama qui a ordonné le retrait des forces américaines d’Irak en 2010 au bout de sept ans d’occupation du pays avec comme résultat la destruction des villes entières, le pillage des richesses nationales irakiennes et surtout la mise sur pied des fondements d’un démembrement du pays.

Même approche du côté du chef de l’état-major américain, le général Joseph Dunford qui prétend désormais que  » les forces sécuritaires irakiennes ont besoin du soutien des États-Unis » et que  » l’Irak ne pourrait pas se reconstruire sans l’aide de Washington ».

Ces propos sont tenus alors que ce sont les forces de mobilisation populaire -les Hachd al-Chaabi- et l’armée irakienne qui ont réussi à repousser les terroristes de Daesh à Mossoul et de couper les principales voies de communication entre ses bases irakiennes et ses positions en Syrie, indique Press TV.

L’est de Mossoul a été quasi totalement libéré par l’armée irakienne tandis que l’axe occidental de la ville est le théâtre d’opérations d’envergure des forces de mobilisation populaire qui ont réussi à libérer des dizaines de villages et continuent de resserrer l’étau chaque jour davantage autour de Daesh.

http://french.almanar.com.lb/320571


 

MOSSOUL : PLUS DE 80 VICTIMES CIVILES DANS LES DECOMBRES D'IMMEUBLES BOMBARDES

Mossoul-Ouest: plus de 80 corps extraits des décombres des immeubles bombardés

INTERNATIONAL

URL courte

559419

Les forces de sécurité irakiennes ont extrait les corps de plus de 80 victimes civiles des décombres de bâtiments de Mossoul démolis par des bombardements, rapporte jeudi l’agence Anadolu.

Dans les quartiers de Mossoul-Ouest libérés, les forces de sécurité ont extrait des décombres des bâtiments démolis les corps de plus de 80 victimes civiles, rapporte l’agence turque Anadolu, se référant au représentant de l’armée irakienne Mohammed Abdullah.

Beaucoup de femmes et d'enfants figurent parmi les victimes, dont certains ont passé sous les décombres plus d’une vingtaine de jours et ne sont pas identifiables, a précisé la source.

La source précise que les corps des personnes ensevelies sous les décombres ont été retrouvés dans les quartiers de Bab Lekech et de Bab Jadid. Les défunts ont été inhumés dans une fosse commune.

 

Mossoul. Image d'illustration

© AFP 2017 ARIS MESSINIS

Raid meurtrier sur Mossoul: la population civile prise entre deux feux

L’armée irakienne mène une offensive visant à libérer la ville de Mossoul du joug terroriste. Les troupes terrestres sont appuyées par l’aviation nationale ainsi que par la coalition internationale menée par les États-Unis.

https://fr.sputniknews.com/international/201703231030592179-mossoul-irak-victimes/


 

LES HACHD CHAABI FONT ECHOUER LE PLAN AMERICANO-ISRAELIEN DE DEMEMBRER L'IRAK

Irak: un plan américano-israélien contre les Hachd Chaabi déjoué

 Depuis 56 minutes  23 mars 2017

hachd5

 Irak - Monde arabe

Saad al Saedi, membre du bureau politique d’Asaïb al-Haq (La Ligne des vertueux) est catégorique : les Forces de mobilisation populaires irakiennes, les Hachd al-Chaabi, servent de soupape de sécurité à l’Irak et son peuple.

 » Les Hachd al-Chaabi (unités de mobilisation populaire) ont fait échec aux plans conjoints des États-Unis, d’Israël et des pays arabes du bassin sud du golfe Persique, plans qui visaient à démembrer l’Irak, a révélé Saad al Saedi, membre du bureau politique d’Asaïb al-Haq (La Ligne des vertueux), un mouvement irakien faisant partie des Hachd al-Chaabi.

Ce responsable a affirmé à l’antenne de la chaîne arabophone NRT qu' »aucun pays n’a le droit de s’ingérer dans les affaires intérieures de l’Irak », affirmant qu’il y a des forces qui empêcheront la dislocation du pays.

« Les Hachd al-Chaabi ont joué et jouent encore le rôle d’une soupape de sécurité pour l’Irak. Et cette force ne réintégrera jamais une « instance sécuritaire » qui a offert Mossoul sur un plateau d’argent à Daech », a-t-il ajouté en allusion à certains propos prononcés à Washington qui évoquent l’idée d’une dissolution des Hachd al-Chaabi.

Une conférence placée sous le label de la « lutte contre Daech et al-Qaïda » s’est déroulée mercredi 22 mars, à Washington en présence des représentants venus de 68 pays du monde. La délégation irakienne participait à cette conférence qui se déroulait au niveau des ministres des Affaires Etrangères.

Le Premier ministre irakien, Haidar al-Abadi, a affirmé mercredi que les Forces de mobilisation populaire (les Hachd al-Chaabi) faisaient effectivement partie des institutions étatiques irakiennes et qu’ils ne permettraient à aucune partie de « s’armer hors du cadre des institutions de l’État ».

Al-Abadi qui a tenu un discours à la cérémonie inaugurale de la conférence de Washington a demandé à ce que « la lutte contre Daech soit l’objectif commun de tous les États et ce, mis à part les divergences politiques qui opposent les pays.  »

Avec PressTV

http://french.almanar.com.lb/317183


 

DAECH NE PEUT PAS FUIR D'IRAK POUR ALLER EN SYRIE. TOUTES LES VOIES SONT COUPEES PAR L'ARMEE ET LES CHAABI

Daech ne peut pas fuir l'Irak pour aller en Syrie

Sun Mar 19, 2017 11:29AM

 

Des combattants des Hachd al-Chaabi en Irak. (Photo d'archives)

Des combattants des Hachd al-Chaabi en Irak. (Photo d'archives)

Le secrétaire général de l’Organisation Badr a déclaré que toutes les voies de ravitaillement de Daech en Irak avaient été coupées et que les terroristes ne pourraient nullement quitter l'Irak pour aller en Syrie.

Selon Fars News, Hadi al-Ameri, haut commandant des Unités de mobilisation populaire irakiennes (Hachd al-Chaabi) et secrétaire général de l’Organsiation Badr a confié au journaliste de la chaîne al-Mayadeen que les forces irakiennes étaient parvenues à créer de fronts séparés à Mossoul, à Tal Afar et à ses alentours et à couper les voies de communication de Daech.

« Nous avons préféré commencer l’opération de la libération de la rive occidentale du Tigre  avant d'entrer à Tal Afar pour que Daech ne puisse pas avoir accès à des voies de secours. C’est ainsi que l’opération de la libération de la rive occidentale de Mossoul et de Tal Afar est devenue plus facile pour l’armée et les Hachd al-Chaabi », a-t-il indiqué.

Dans une autre partie de ses propos, Hadi al-Ameri a dit que l’opération de Mossoul est une opération à l’échelle nationale et qu’aucune partie étrangère ne serait autorisée à s’y ingérer.

http://presstv.com/DetailFr/2017/03/19/514946/Irak-Mossoul-Tal-Afar-Hachd-al-Chaabi


 

L'ARMEE GAGNE DU TERRAIN A MOSSOUL-OUEST

Mossoul : les terroristes cernés dans l’ouest de la ville

Fri Mar 17, 2017 7:14PM

Les forces irakiennes lors d’une offensive pour reprendre à Daech l’aéroport de Mossoul, le 23 février 2017. ©AFP

Les forces irakiennes lors d’une offensive pour reprendre à Daech l’aéroport de Mossoul, le 23 février 2017. ©AFP

Le porte-parole du ministère irakien de la Défense a déclaré ce vendredi 17 mars que les terroristes avaient été encerclés entièrement dans le secteur ouest de la ville de Mossoul par les forces irakiennes, avant de souligner que les terroristes devaient se résigner.

« Les terroristes doivent déposer leurs armes et se rendre aux forces armées, sinon leurs jours seront comptés », a averti le porte-parole du ministère irakien de la Défense, le général Yahya Rassoul.

Soulignant que les forces irakiennes étaient en train de progresser sur la vieille ville de Mossoul, ce responsable de l’armée irakienne a déclaré : « Les effectifs irakiens vont bientôt nettoyer le secteur ouest de Mossoul de la présence des éléments terroristes. »

Sur le même volet, des sources militaires irakiennes ont annoncé avoir repris le contrôle de la mosquée Pacha et le marché de Bab al-Saraï dans la vieille ville de Mossoul.

Auparavant, des sources d’information ont rapporté que les forces irakiennes avaient pénétré dans les vieux quartiers de Mossoul et que les affrontements faisaient rage dans les alentours de la grande mosquée Nur al-Din.

Le secteur ancien de Mossoul est situé sur la rive gauche du Tigre, fleuve qui divise la ville en deux. Selon les secouristes, au moment où les opérations pour reprendre le secteur ouest de Mossoul ont commencé, environ 750 000 personnes y résidaient.

http://presstv.com/DetailFr/2017/03/17/514732/Irak--larme-gagne-du-terrain--Mossoul


 

LE PARTI DES TRAVAILLEURS DU KURDISTAN (PKK) A CREE UNE BASE MILITAIRE DANS LE KURDISTAN IRAKIEN

Le PKK crée une base militaire dans le Kurdistan irakien

 Depuis 11 heures  16 mars 2017

pkk

 Irak - Monde arabe

Des combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont implanté une base militaire à proximité d’un camp de réfugiés dans le Kurdistan irakien.

La ville irakienne de Mahmur abrite désormais une base militaire du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a fait savoir le chef de l’administration locale Rizgar Mıhemed dans un entretien accordé à Sputnik.

Selon l’interlocuteur de l’agence, la base est située à côté d’un camp de réfugiés se trouvant lui-même à proximité de la montagne de Kereçux.

« Le PKK était déjà présent à Mahmur, et maintenant il a renforcé ses effectifs dans la région. Lorsque Daech a attaqué le camp de réfugiés à Mahmur, il y a deux ans, des unités du PKK y sont arrivées pour protéger la population civile », explique M. Mıhemed.

Pourtant, les forces du PKK sont restées à Mahmur après que les djihadistes ont été chassés de la ville. « Jusqu’à présent, nous ne sommes pas parvenus à conclure un accord sur le retrait du PKK de Mahmur. Or, il n’y a aucune nécessité qui impose la présence du PKK dans la zone concernée, car les terroristes ont été repoussés loin de la ville, et la vie y reprend peu à peu son cours normal », raconte le responsable.

Toujours d’après lui, 2 700 familles résident actuellement à Mahmur, tandis que le camp de réfugiés déployé dans la ville abrite environ 12000 personnes.

Source: Sputnik

http://french.almanar.com.lb/304390


 

L'ARMEE IRAKIENNE LIBERE LA LOCALITE DE BADOUCH AU N.O. DE MOSSOUL

L’armée irakienne a libéré Badouch

Wed Mar 15, 2017 5:1P

Un militaire irakien à Mossoul. ©Reuters

Un militaire irakien à Mossoul. ©Reuters

Les forces de l’armée irakienne ont réussi à libérer Badouch au Nord-ouest de Mossoul et à couper toutes les voies de ravitaillement de Daech.

Le commandant des opérations de « Qadimoun ya Naynawa » (Nous arrivons ô Ninive) a fait part ce mercredi 15 mars dans l’après-midi de la libération par les forces irakiennes de Badouch, située au nord-ouest de Mossoul.

À la suite de la libération de cette localité, toutes les voies de ravitaillement de Daech ont été coupées. 

Les combattants des Hached al-Chaabi (Unités de mobilisation populaire) avaient auparavant annoncé qu’après la libération de Badouch viendrait le tour de Tal Afar. 

http://presstv.com/DetailFr/2017/03/15/514465/Irak-Badouch-libration-Tal-Afar


 

MOSSOUL : PRISE D'UN PONT STRATEGIQUE

Bagdad annonce la prise d’un pont stratégique à Mossoul

 Depuis 52 minutes  15 mars 2017

forces irakiennes
forces irakiennes

 Irak - Monde arabe

Rédaction du site

Les forces gouvernementales irakiennes se sont emparées mercredi du Pont de fer, un ouvrage enjambant le Tigre et reliant la partie orientale de Mossoul à sa vieille ville, ont annoncé les autorités.

Dans un communiqué diffusé par la police fédérale irakienne, un commandant précise que l’opération a été menée par des policiers fédéraux et des forces de Réaction rapide, les unités d’élite du ministère irakien de l’Intérieur,

Avec cette prise, les forces irakiennes contrôlent trois des cinq ponts sur le Tigre. Tous ont été endommagés par des dynamitages ou par des frappes aériennes menées par la coalition internationale.

60% de Mossoul-Ouest libérés de Daech

L’opération de libération de Mossoul bat son plein, en que la tâche des militaires irakiens soient compliquée par l’impossibilité d’utiliser des armes lourdes dans une ville densément peuplée. Un haut gradé irakien a confié à Sputnik que seuls 40% du territoire de Mossoul-Ouest restaient sous le contrôle de Daech.

Le colonel Yahyi Rasul, porte-parole des forces alliées à Mossoul, a raconté à Sputnik que 60 % du territoire de la partie ouest de la ville se trouvait sous le contrôle des forces irakiennes. L’armée avance bel et bien, mais pas aussi vite qu’on l’aurait voulu. L’importante densité de population dans les quartiers libérés empêche un large recours aux matériels lourds. Quelles que soient les précautions prises, le nombre de réfugiés augmente constamment en raison des tirs désordonnés des terroristes sur les citadins.

« Nous accueillons les gens, nous les installons dans des camps de réfugiés et leur accordons des soins médicaux et de l’aide alimentaire. Dans ce domaine, il faut que les organisations humanitaires, à savoir l’Onu et d’autres institutions similaires présentes dans la région, conjuguent leurs efforts », a relaté le colonel.

Le colonel Rasul a ajouté que le renseignement suivait les actions d’Abou Bakr al-Baghdadi (chef de Daech, ndlr) et que ce dernier serait attaqué sans perdre un instant, dès qu’il serait localisé.

« Je ne peux pas vous dire s’il est à Mossoul ou non, parce que c’est une information secrète. Des détails seront publiés à un moment convenable », a précisé le porte-parole.

Il a avoué que le renseignement avait un rôle de premier plan à jouer dans l’opération à Mossoul, car de nombreux terroristes s’étaient mêlés à la population, mais il faut de toute façon les identifier et les neutraliser.

Source: Reuters

http://french.almanar.com.lb/303279


 

LES TERRORISTES DE DAESH PIEGES A MOSSOUL-EST LEUR DERNIER BASTION IMPORTANT EN IRAK

Les takfiristes de Daesh piégés à Mossoul-ouest; Damas ouvre son ciel aux avions irakiens

 Depuis 5 heures  13 mars 2017

MossoulOuest

 Irak - Monde arabe

Les combattants du groupe takfiro-wahhabite Daesh  (EI) sont désormais piégés dans Mossoul-ouest, leur dernier bastion important en Irak, car les forces irakiennes ont coupé tous les accès routiers.

« Daesh est pris au piège. Dans la nuit, la 9e division blindée de l’armée irakienne, basée près de Badouch au nord-ouest de Mossoul, a coupé le dernier accès routier » de la deuxième ville du pays, a déclaré dimanche à des journalistes à Bagdad l’envoyé spécial américain auprès de la coalition internationale, Brett McGurk. Et d’ajouter: « Tous les combattants qui se trouvent à Mossoul vont y mourir ».

Les forces irakiennes ont repris à Daesh « plus d’un tiers » de la partie ouest de Mossoul depuis le lancement le 19 février de l’offensive sur ce secteur de la ville, a indiqué à l’AFP le général Maan al-Saadi, des forces d’élite du contre-terrorisme (CTS).

La bataille pour Mossoul-ouest est la seconde grande phase de l’opération lancée le 17 octobre par les forces irakiennes, avaient annoncé fin janvier la « libération » de la partie orientale.

Mais si la résistance takfiriste faiblit, les responsables militaires préviennent que des combats acharnés sont encore à venir pour reconquérir la totalité de Mossoul.

« Nous combattons un ennemi aux méthodes irrégulières, qui se cache au milieu des citoyens et utilise des engins explosifs, des snipers et des kamikazes. Or l’opération vise justement à préserver la vie des citoyens », a déclaré à l’AFP le général Yahya Rasool, porte-parole du commandement des opérations conjointes.

Cette résistance devrait être particulièrement forte dans la vieille ville, un quartier aux rues étroites où des centaines de milliers de civils sont toujours pris au piège.

Des unités d’intervention rapide et la police fédérale attaquaient dimanche la zone de Bab al-Toub, près de la vieille ville, tandis que les CTS combattaient dans le quartier d’al-Jadida et celui d’al-Aghawat qu’ils ont repris dans la journée, selon le général Rasool.

Mais cette progression demeure laborieuse. Car « nous ne pouvons pas laisser des poches (de takfiristes) derrière nous. Il nous faut donc prendre le contrôle des zones, traquer les takfiristes, désamorcer (les bombes), contrôler les citoyens présents avant de pouvoir poursuivre notre progression », explique le général Saadi.

Damas ouvre son ciel aux avions irakiens

Entre-temps, la chaîne irakienne Al-Sumaria, citant le journal russe Izvestia, a fait état du feu vert de Damas qui vient d’ouvrir son ciel aux chasseurs irakiens pour qu’ils bombardent les positions de Daesh. Le journal rapporte les propos de Saji Taama, membre de la commission des affaires arabes et internationales au Parlement syrien, qui dit : « Damas a autorisé les forces irakiennes à prendre pour cible les positions de Daesh en Syrie et ce feu vert a été accordé dans la foulée du changement de cap de la politique américaine au Moyen-Orient. »

Le député syrien a ajouté à ce sujet : « Cela fait des années que la Syrie et l’Irak coordonnent leurs efforts pour lutter contre le terrorisme.

Sans l’aval syrien, l’aviation irakienne n’aurait jamais pu frapper Daesh en Syrie. Il est aussi probable que les chasseurs syriens entrent dans le ciel irakien pour frapper les positions de Daesh, car les terroristes fuyant Mossoul tentent de s’infiltrer à la région syrienne de Deir ez-Zor.

Le Premier ministre irakien, Haïdar al-Abadi, a de son côté affirmé avoir reçu l’accord de Damas pour bombarder Daesh sur le territoire syrien, rapporte le site iranien PressTV. « La Syrie et l’Irak font face à un danger commun, ils se battent tous les deux contre Daesh », a-t-il expliqué.

Al-Abadi a souligné que les troupes irakiennes étaient disposées  à éliminer les terroristes non seulement en Irak, mais aussi à l’extérieur du pays et ce, tout en respectant l’intégrité territoriale des pays voisins.

Fin février, les chasseurs irakiens ont frappé la ville de Boukamal à l’intérieur de la Syrie.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/296976