IRAK

MOSSOUL : LA VICTOIRE EST IMMINENTE

Irak: la victoire est imminente à Mossoul (Massoum)

Mon Feb 20, 2017 7:54AM

Les forces de la mobilisation populaire (Hached Al-Chaabi) sont postés près du village d’Ayn Al-Hisan, à l’ouest de Mossoul, le 18 février 2017.  © AFP

Les forces de la mobilisation populaire (Hached Al-Chaabi) sont postés près du village d’Ayn Al-Hisan, à l’ouest de Mossoul, le 18 février 2017. © AFP

Le président irakien, Fouad Massoum a rendu hommage aux remarquableprogrès enregistrés par les forces armées irakiennes lors des opérations de la rive droite de Mossoul. Il a réaffirmé que la victoire est imminente dans cette ville et il a loué l'esprit héroïque et la compétence au combat de l'armée irakienne.

 

"Les régions qui ont été reprises aux daechistes hier dimanche 19 février 2017 quelques heures après le début des opérations de la libération de la rive-est de Mossoul faisaient partie des zones stratégiques ayant une importance toute particulière pour accéder à la victoire", s'est-il réjoui.

Dimanche, le Premier ministre irakien, Haïdar al-Abadi a annoncé le début des opérations de la rive-est de Mossoul.

http://french.almanar.com.lb/259664


 

AU 2e JOUR DE BATAILLE POUR REPRENDRE L'OUEST DE MOSSOUL 15 LOCALITES LIBEREES

2ème journée de la bataille pour reprendre l’ouest de Mossoul; 15 localités libérées

 Depuis 1 heure  20 février 2017

hachd2

 Irak - Monde arabe

L’offensive des forces irakiennes pour reprendre à l’organisation takfiro-wahhabite Daesh (EI) la partie occidentale de Mossoul entre lundi dans sa deuxième journée, après la reconquête la veille de positions au sud de la ville.

L’offensive a été lancée dimanche à l’aube à partir de plusieurs directions, et quinze villages ont été repris dans la journée au sud de Mossoul, sur le chemin menant à l’aéroport, l’un des principaux objectifs des troupes irakiennes, selon des commandants sur place.

Près de la ligne de front, sur les collines arides d’Al-Bousseif, à 5 kilomètres à vol d’oiseau de l’aéroport, d’intenses bombardements terrestres et aériens ont eu lieu.

« Nous avons jusqu’à maintenant atteint tous nos objectifs. Nous nous dirigeons vers l’aéroport », a déclaré le général Abbas al-Joubouri, commandant de la Force d’intervention rapide (FIR).

Les takfiristes « sont désespérés », a affirmé à l’AFP Ali, membre de la FIR, à Al-Bousseif, alors que les hélicoptères survolaient le secteur.

« Ils vont essayer de causer le plus de pertes possibles car ils savent qu’ils vont mourir de toute façon », déclarait son camarade Alaa.

Hakem Gassem Mohamad, un officier qui se trouvait sur la ligne de front, s’est lui aussi montré optimiste. « Je ne m’attends pas à des combats très difficiles, leur fin est arrivé », a-t-il affirmé, parlant des takfiristes.

Il s’est toutefois dit « inquiet pour la vie des civils, parce que Daesh les utilise comme boucliers humains pendant les combats ».

Dimanche, le général Raed Shaker Jawdat, chef de la police fédérale irakienne, a annoncé la libération de deux villages, situés à l’ouest de Mossoul. Il a ajouté que cette opération avait été menée sous la couverture aérienne des chasseurs irakiens.

Selon le général Raed Shaker Jawdat, au moins 79 terroristes de Daesh ont été tués et 13 véhicules militaires leur appartenant ont été détruits. Lors de cette opération, trois tunnels creusés par Daesh et un dépôt des terroristes, plein de mortiers, ont été saisis par l’armée irakienne, rapporte PressTV.

Occupé en juin 2014 par Daesh, Mossoul est le dernier grand fief de cette organisation extrémiste en Irak. C’est à Mossoul que le chef de Daesh Abou Bakr al-Baghdadi a fait son unique apparition publique.

Une tranchée autour de Ramadi 

Entre-temps, les forces de sécurité dans la province irakienne d’Al-Anbar ont commencé à creuser une tranchée autour de Ramadi (ouest) pour protéger la ville d’incursions de combattants de Daesh, ont indiqué dimanche des responsables.

Ce fossé d’environ 1,5 m de profondeur accompagné d’un mur de la même hauteur fera 45 km de long et protègera principalement l’ouest et le sud de Ramadi de possibles infiltrations en provenance du désert d’Al-Anbar, où Daesh conserve quelques caches.

Daesh s’était emparé en 2014 de la quasi totalité de cette province désertique frontalière de la Syrie, de la Jordanie et de l’Arabie saoudite mais a depuis été chassé de ses principales villes, dont la capitale provinciale Ramadi en février 2016 et Falloujah en juin dernier.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/259664


 

TOTAL FIASCO DES TERRORISTES DE DAECH CONTRE LES REDOUTABLES HACHD AL CHAABI

Comment les Hachd al-Chaabi ont contré la violente offensive de Daech

Sun Feb 19, 2017 3:2PM

Les forces des Hachd al-Chaabi, positionnées à Tal Afar dans l’est de Mossoul. ©Al-Manar

Les forces des Hachd al-Chaabi, positionnées à Tal Afar dans l’est de Mossoul. ©Al-Manar

La seconde offensive de Daech contre l’axe occidental de Tal Afar contrôlé par les Unités de mobilisation populaire, les Hachd al-Chaabi, a été violemment repoussée vendredi.

Les terroristes cherchaient à s’infiltrer sur le sol syrien, mais ils ont échoué. Un communiqué des Hachd al-Chaabi décrit dans les détails les combats : cinq villages frontaliers se trouvaient dans la ligne de mire de Daech, qui avait mobilisé 70 officiers et commandants pour mener à bien son opération.

Une colonne composée de sept véhicules blindés piégés et de dizaines d’enfants kamikazes occupait la tête des troupes. Or l’assaut s’est avéré particulièrement mortel dans la mesure où plusieurs hauts commandants de Daech (le chef des opérations de Tal Afar, le chef des forces spéciales et le chef des bataillons du génie militaire en charge de la pose des mines) se trouvent parmi les victimes.

D’après le communiqué des Hachd al-Chaabi qui se réfère aux populations de Mossoul, Daech multiplie depuis vendredi les appels au don du sang dans ses hôpitaux saturés par les morts et les blessés. Cette seconde défaite a creusé le fossé au sein du groupe terroriste, où le clan « arabe » accuse le clan « non arabe » de trahison. Les deux groupes s’accusent mutuellement des revers successifs subis ces derniers temps et les accusations sont sur le point de finir en affrontements internes. Depuis que les raids aériens visent les positions de Daech, le groupe se trouve complètement désemparé.

Les Hachd al-Chaabi ont eu recours à leurs unités balistiques pour repousser cette seconde offensive qui s’est soldée par un total fiasco. 

http://presstv.com/DetailFr/2017/02/19/511217/TalAfar-Daech-en-tat-de-dcomposition


 

LANCEMENT DE LA BATAILLE POUR LA REPRISE DE L'OUEST DE MOSSOUL

Irak : Lancement de la bataille pour reprendre l’ouest de Mossoul, les forces irakiennes reprennent deux localités

 Depuis 6 heures  19 février 2017

forcesirakiennes

 Irak - Monde arabe

Les forces irakiennes ont repris deux localités situées au sud de Mossoul dans le cadre des opérations, lancées dimanche, pour reconquérir la partie ouest de la ville aux mains du groupe takfiro-wahhabite Daesh (EI), a annoncé un commandant.

Le général Abdoulamir Yarallah a indiqué, dans un communiqué, la reprise d’Athbah et d’Al-Lazzagah par des unités des Forces de réponse rapide du ministère de l’Intérieur et de la police. Ces deux localités sont les dernières avant l’aéroport de Mossoul, toujours contrôlé par Daesh.

Cet aéroport, actuellement inactif, et la base militaire attenante, sont situés à la périphérie sud de Mossoul, sur la rive est du Tigre qui traverse la ville.

Des milliers d’hommes sont impliqués dans les opérations, qui ont débuté par la reprise dimanche de cinq localités proches de l’aéroport situé au sud de la deuxième ville du pays.

D’intenses bombardements terrestres et aériens pouvaient être entendus à proximité de la ligne de front vers laquelle se dirigeaient des véhicules militaires diffusant des airs patriotiques, a constaté une journaliste de l’AFP.

« Nous avons lancé l’opération à 07H00 (04H00 GMT) » et « avons détruit des véhicules piégés et tué plusieurs membres de Daech », a précisé Abbas al-Juburi, un responsable militaire.

Coup d’envoi à la libération de l’ouest de Mossoul

Le début de l’offensive a été officialisé par le Premier ministre Haider al-Abadi au cours d’une brève déclaration télévisée. « Ninive, nous venons libérer la partie ouest de Mossoul » de « la terreur de Daech », a-t-il proclamé, en parlant de la province dont Mossoul est la capitale.

Haidar Abadi
Haidar Abadi

« Nous annonçons une nouvelle phase de l’opération. Ninive, nous venons libérer la partie ouest de Mossoul », a proclamé M. Abadi dans une brève déclaration télévisée, parlant de la province de Ninive dont Mossoul est la capitale. « Nos forces entament la libération des citoyens de la terreur de Daesh », a-t-il dit, rapporte l’AFP.

Le ministère irakien de la Défense avait déjà affirmé que les avions de l’armée de l’air irakienne avaient largué des tracts sur la partie occidentale de Mossoul, prévenant la population de l’imminence de l’offensive, rapporte PressTV.

Selon le ministère, ces tracts contiennent des instructions aux civils pour qu’ils se préparent à accueillir les forces irakiennes qui viennent libérer leurs secteurs et enjoignent aux terroristes de Daech de déposer leurs armes et de se rendre.

Daesh s’est emparé de Mossoul, la grande ville du nord de l’Irak, en juin 2014.

La partie occidentale de Mossoul est plus petite que sa partie orientale, mais elle est plus densément peuplée et c’est là que se trouvent certains des points d’appui des takfiristes.

On s’attend à ce que les troupes de la police fédérale et du ministère de l’Intérieur commencent la nouvelle phase de l’offensive en faisant mouvement sur l’aéroport de Mossoul, situé à la périphérie sud de la ville, à l’ouest du Tigre, le fleuve qui traverse Mossoul.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/258520


 

BAGDAD : 45 MARTYRS DANS UN ATTENTAT TERRORISTE DE DAECH

Carnage à Bagdad: 45 morts dans un attentat de Daesh

 Depuis 2 heures  16 février 2017

attentat_bagdad

 Irak - Monde arabe

Rédaction du site

Un attentat à la voiture piégée a dévasté jeudi un secteur de Bagdad, tuant au moins 45 personnes et blessant des dizaines, l’attaque la plus meurtrière à frapper la capitale irakienne cette année.

Cet attentat, le troisième à Bagdad en autant de jours, a été revendiqué par la milice wahhabite terroriste Daesh (Etat islamique-EI), cible d’une offensive des forces irakiennes qui cherchent depuis la mi-octobre à le chasser de Mossoul, son dernier grand fief en Irak.

La puissante explosion s’est produite en milieu d’après-midi dans une zone de concessions automobiles dans le quartier de Bayaa, dans le sud de Bagdad, a précisé à l’AFP un responsable du ministère de l’Intérieur.

Une épaisse colonne de fumée s’élevait du quartier dévasté par la déflagration, a constaté le correspondant de l’AFP.

Sur le lieu de l’attaque, des dizaines de voitures ont été détruites par le feu alors que des flaques de sang étaient visibles au sol.
Des responsables de la sécurité étaient sur place pour enquêter tandis que des civils bouleversés étaient à la recherche de proches.

Les équipes de secours peinaient à faire leur travail tant l’explosion avait été puissante, a indiqué un responsable du ministère de l’Intérieur en soulignant que le bilan risquait de s’alourdir.
« Une attaque terroriste à la voiture piégée a frappé près de la zone de concessions automobiles à Bayaa et causé la mort de 45 personnes », a indiqué dans un communiqué un porte-parole du commandement militaire en charge de la capitale irakienne.

Le responsable du ministère de l’Intérieur a fourni un bilan similaire, en ajoutant que 60 personnes avaient été blessées.

Le groupe jihadiste wahhabite EI a revendiqué l’attaque en affirmant avoir visé « un rassemblement de chiites », dans un communiqué diffusé par son agence de propagande, Amaq.
L’explosion a touché le même quartier visé mardi par un attentat à la voiture piégée, qui avait fait quatre morts.

Recrudescence des attentats

Mercredi, l’EI avait déjà revendiqué un attentat suicide dans le quartier à majorité chiite de Habibiya, près du vaste quartier de Sadr City, dans le nord de Bagdad. Un kamikaze y avait fait exploser sa voiture piégée, tuant 11 personnes.

Responsables d’atrocités dans les zones sous son contrôle et d’attentats dans plusieurs pays arabes et occidentaux, cette organisation extrémiste qui appartient à l’école wahhabite considère comme hérétique la communauté chiite, majoritaire en Irak.

L’attentat de jeudi est le plus meurtrier à Bagdad depuis une attaque au camion piégé revendiquée par l’EI dans le quartier de Karrada qui avait coûté la vie à 320 personnes en juillet 2016.

Malgré ses revers au cours des derniers mois et la perte de terrain en Irak et en Syrie voisine, le groupe wahhabite terroriste parvient toujours à frapper en menant des attentats particulièrement meurtriers.

Depuis le lancement, le 17 octobre, de l’offensive des forces irakiennes pour reconquérir Mossoul (nord), la deuxième ville du pays, Bagdad fait ainsi face à une recrudescence d’attentats de Daesh.

Le 2 janvier, alors que le président français François Hollande était en visite en Irak, un attentat suicide à la voiture piégée revendiqué par le groupe jihadiste avait tué au moins 35 personnes à Sadr City.

Soutenues par la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, les forces irakiennes ont repris le mois dernier la partie orientale de Mossoul, rencontrant une résistance farouche de la part des combattants de l’EI.
Elles se préparent maintenant à lancer l’offensive pour reconquérir la partie occidentale, de l’autre côté du fleuve Tigre, plus densément peuplée.

Source: Avec AFP

http://french.almanar.com.lb/254967


 

LE PORTE PAROLE DES TRES COMBATIFS HACHD AL CHAABI REVELE LES ENJEUX DE LA LIBERATION DE MOSSOUL

Le porte-parole des Hachd alChaabi révèle les enjeux de la libération de Mossoul

 Depuis 6 heures  14 février 2017

assadi

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

Rédaction du site

Le porte-parole des forces des Hachd alChaabi, le député Ahmad al-Assadi a affirmé au cours d’une interview exclusive avec la chaine satellitaire arabophone iranienne Al-Alam,   qu' »il n’y a pas de veto sur la participation des Hachd alChaabi dans la libération de la ville de Mossoul », révélant que « la bataille de la rive droite de Mossoul débutera aussitôt achèver les préparations des forces irakiennes », a rapporté   alAlam.

Assadi a ajouté que  » l’annonce du début de l’opération militaire est une question de quelques jours… les forces des Hachd alchaabi , celles de l’armée irakienne et celles de la police fédérale ont terminé leur préparation, ils sont  dans l’attente des ordres de la part  du haut commandement irakien. Bientôt sera déclenché l’opération de la rive droite de Mossoul et de ses régions environnantes ».

L’impact de la libération de la rive gauche de Mossoul 

Le porte-parole des Hachd a estimé que  »  le succés de l’opération de libération de la rive gauche, une opération qui a duré trois mois, a assené un coup dur à  Daech. Car, pour cette dernière , la rive droite constitue le front principal d’opposition contre toute force.  Alors que la rive droite représente pour Daech sa base de commandement, de  contrôle et de logistique et une ligne  de retrait « .

Assadi  a assuré que « les Hachd ont isolé des poches de Daech , situées sur le long de la rive droite de Mossoul, en direction de Mhalabieh et du qaza de Talefer se prolongeant jusqu’aux frontières de Sinjar. Sauf que ces  zones sont quasi-totalement encerclées. Seule le qaza de Talefer est resté ouvert  en direction de la plaine de Mossoul »  indiquant que « ces zones seront des cibles directes lors de la deuxième opération de libération de Mossoul ».

Il a souligné  que  » des plans stratégiques ont été élaborées afin de protéger les civils dans les zones ciblées  » notant que » quand l’opération de libération sera déclenchée, une semaine sera accordée aux familles  avant le déclenchement des hostilités, afin qu’elles puissent fuir les régions ciblées ».

Et de poursuivre :  » les forces des Hachd se positionnent essentiellement sur  l’axe ouest de Talefr-Mahlbah – Sinjar, à la périphérie de la rive droite de Mossoul « .

Le statut des Hachd  dans les forces armées irakiennes

Le porte-parole des Hachd a déclaré que  » les forces des Hachd forment une partie essentielle des forces armées irakiennes, validée après l’adoption d’une loi votée à la  majorité du parlement irakien ».

Il a noté que  »  l’escalade régionale et l’ ingérence dans les affaires irakiennes se sont affaiblies suite aux déclarations sensées de responsables irakiens concernant les hachd, et donc il n’y a pas de veto ni de restriction interne ou externe à son égard ».

Assadi a souligné que  » Daech combat avec férocité  dans les lignes de front , elle a creusé des tunnels et  envoyer des centaines de voitures piégées. Ainsi, lors la libération de la rive gauche de Mossoul, Daech a envoyé  plus de 350 voitures piégées en quelques semaines ».

Et d’ajouter :  » la bataille de la rive droite n’est pas une phase complémentaire de la bataille de la rive gauche, mais elle est une bataille distincte, parce que dans la rive droite réside le siège du commandement et de contrôle de Daech. Soit leurs centres de formation et leurs écoles » .

Il a expliqué qu' »il y a deux possibilités pour la bataille de la rive droite  : soit  Daech lutte farouchement en dehors de la ville , ce qui à mon avis épargnera la vie de nombreux civils, car ils seront traités par des unités militaires et Daech sera écrasé dans la rive droite comme elle l’a été dans la rive gauche ».

« Mais si Daech  décide de combattre dans les zones résidentielles, alors la bataille sera longue. Ce sera une bataille trés sensible car il faudrait un chirurgien spécialiste pour mener cette opération avec une extrême délicatesse  afin de ne pas causer des dommages collatéraux à la population de Mossoul ».

Quel est le nombre de daech dans la rive droite?

Assadi a indiqué que  » le nombre des combattants de Daech sur la rive droite est d’environ 3000. La plupart d’entre eux sont de nationalités irakiennes, en plus des étrangers , notamment les Russes du Caucase, de la Chine, de l’Asie de l’Est et de différentes nationalités arabes . Aussi, des Turcs, qui sont estimés par centaines ».

Assadi a noté que « la bataille de la rive droite sera facile suite aux pertes subies par Daech en termes de combattants et d’armes pendant les affrontements et les batailles de la rive gauche ».

Où se cache Bagdadi ?

Assadi  a déclaré que  » les services de renseignement  ont indiqué que le chef terroriste de Daech, Bagdadi,  réside entre le désert de Baaj, de Kairouan et  la frontalière irako-syrienne. La province de Baaj sert de foyer d’acceuil à Daesh , un foyer d’allégeance « .

Il a conclu  que  » l’information, selon laquelle Bagdadi a été blessé il y a quelques jours, est confirmée. ll a été transferé à l’hôpital de Baaj . De même cette information  confirme que Bagdadi ne se trouve pas sur la rive droite ni  Telafar ».

Source: Médias

http://french.almanar.com.lb/250666


 

LORS D'UNE VASTE OFFENSIVE DAECH ECHOUE FACE AU HEZBOLLAH ET AU HACHD AL-CHAABI

Irak: Daech échoue une vaste offensive contre le Hezbollah

Mon Feb 13, 2017 10:15AM

Les forces de la Mobilisation populaire irakienne. ©Reuters (Photo d'archives)

Les forces de la Mobilisation populaire irakienne. ©Reuters (Photo d'archives)

Les terroristes de Daech déployés dans la province irakienne de Ninive ont lancé une vaste offensive sans précédent contre les positions des Unités de la mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi) liées au Hezbollah en Irak, afin de briser l’encerclement qui les empêchaient de s’enfuir vers la Syrie.

Les terroristes qui s’étaient enfuis de Mossoul, ont tenté d’ouvrir vainement une sortie, depuis l’ouest de la province Ninive vers la Syrie, mais leur vaste offensive a été repoussée par les forces du Hezbollah, ont rapporté les sources d’information des Hachd al-Chaabi.

Cette attaque des daechistes a eu lieu dans la région d’Aïn al-Hassan. Elle avait pour objectif, non seulement d’ouvrir une sortie vers la Syrie, mais de venir en aide à leurs frères terroristes à Tal-Afar et dans les régions de l’ouest de Ninive.

Daech avait envoyé 17 véhicules suicides vers les positions du Hezbollah en Irak, tous détruits avant d’entrer en action. De même, 20 terroristes ont été abattus dans cette offensive ratée de Daech.

Elle a eu lieu à proximité des positions des Peshmergas kurdes. Les terroristes envisageaient de se diriger ensuite vers Sinjar.

Toutes les voies reliant Mossoul à Raqqa (fief de Daech dans l'est syrien) et la province de Ninive, sont désormais fermées, selon Falah al-Fayad, le chef des Hachd al-Chaabi. 

http://presstv.com/DetailFr/2017/02/13/510335/Irak-offensive-rate-terroristes-Daech-Ninive-Raqqa


 

LE HACHD CHAABI AVORTE LA PLUS GRANDE OFFENSIVE TERRORISTE DE DAECH CONTRE TAL-AFAR

Irak: le Hachd Chaabi avorte la plus grande offensive de Daesh contre Tal-Afar

 Depuis 54 minutes  13 février 2017

hachd1

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

Les forces de mobilisation irakienne (Hachd Chaabi, en arabe) ont avorté dimanche soir une offensive d’envergure du groupe takfiro-wahhabite Daesh contre des localités à l’ouest de Tal-Afar. Les hauts commandants et les miliciens de Daesh assiégés à Tal-Afar tentaient de fuir vers la localité d’al-Ba’aj pour rejoindre la Syrie. Les localités attaquées par Daesh sont les localités séparant la ville irakienne de Mossoul à la Syrie.

Les renseignements du Hached Chaabi ont précisé que les miliciens de Daesh ont perdu lors de ces affrontements qui ont duré plus de six heures 17 voitures piégées et plus de 50 daeshistes, dont le leader de cette offensive (Abou Anwar) et ses assistants. Ils ont été tués dans les localités de Ain al-Hissan, Kherbat Jhech et Charaye’, a-t-on ajouté de mêmes sources. Un grand nombre des cadavres des daeshites tués et blessés par les combattants du Hachd Chaabi ont été transférés lundi matin à Tal-Afar.

5 véhicules de Daesh et un grand nombre d’armes légères et lourdes appartenant à Daesh ont été saisis par le Hachd Chaabi.

Source: AlManar

http://french.almanar.com.lb/248092


 

BAGDAD : 7 MORTS LORS DE LA REPRESSION D'UNE MANIFESTATION PRO- REFORMES

Sept morts dans des heurts à Bagdad entre police et manifestants pro-réformes

 Depuis 1 jour  11 février 2017

manif_sadr

 Irak - Monde arabe

Sept personnes, dont cinq manifestants, ont été tuées samedi à Bagdad lors de la dispersion par les forces de sécurité de partisans d’un leader qui réclamaient des réformes.

Ces violences lors d’une manifestation sont les plus meurtrières depuis qu’a débuté en 2015 un mouvement de contestation réclamant de meilleurs services publics et accusant la classe politique de corruption et de népotisme.

Ce mouvement a été interrompu en octobre lorsque les forces gouvernementales ont lancé une offensive massive pour reprendre au groupe wahhabite jihadiste Daesh  (EI) son bastion de Mossoul, dans le nord du pays.

« Les violences ont fait sept morts, dont deux membres des forces de l’ordre et cinq manifestants », a déclaré à l’AFP un colonel de la police, qui a également fait état de plus de 200 blessés.

La grande majorité des blessés sont des manifestants ayant été asphyxiés par les gaz lacrymogènes mais au moins 11 souffrent de blessures plus graves, causées par les balles et les bombes lacrymogènes.

Des milliers de manifestants, essentiellement des partisans du chef Moqtada Sadr, s’étaient rassemblés place Tahrir, dans le centre de Bagdad, pour réclamer des réformes électorales avant un scrutin local prévu en septembre.

‘Ils ont insisté’

Après plusieurs discours, des manifestants ont tenté par la force de franchir un cordon policier sécurisant la voie principale conduisant à la Zone verte, un secteur ultrasécurisé qui abrite les principales institutions de l’Etat, des ambassades et la commission électorale.
« Les manifestants ont tenté de traverser le pont Joumhouriya, les forces de sécurité ont tiré des grenades lacrymogènes pour les stopper mais ils ont insisté », a affirmé un responsable de la police.
Des correspondants de l’AFP ont vu plusieurs manifestants blessés et des images de la télévision ont montré au moins deux personnes qui semblaient grièvement atteintes à la tête.

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a assuré qu’une enquête serait ouverte pour identifier et juger les responsables des violences.
Moqtada Sadr, devenu populaire en se rebellant contre les Américains après l’invasion de l’Irak en 2003, lutte ces dernières années pour l’adoption de réformes.
Avant la manifestation, il avait encouragé ses partisans à se rendre tout près de la Zone verte pour clamer haut et fort leurs revendications.
« Si vous voulez vous approcher des portes de la Zone verte pour affirmer vos revendications et les faire résonner auprès de ceux de l’autre côté de la clôture (…) vous pouvez », avait-il dit dans un communiqué.

Il avait néanmoins prévenu les manifestants de ne pas entrer de force dans la Zone verte, que ses partisans avaient envahie l’année dernière à deux reprises.
Moqtada Sadr, descendant d’une influente famille religieuse, a appelé le Premier ministre Haider al-Abadi à répondre à ses revendications.

‘Ecouter la voix du peuple’

« Je l’exhorte à introduire les réformes dans l’immédiat, écouter la voix du peuple et se débarrasser des corrompus », avait-il lancé.

L’année dernière, les partisans de Moqtada Sadr ont manifesté maintes fois pour réclamer des réformes politiques, surtout la formation d’un nouveau gouvernement, et protester contre l’inaction du Parlement.

Un groupe moins nombreux de manifestants s’était rassemblé mercredi près de la Zone verte et plusieurs centaines de personnes avaient manifesté vendredi dans plusieurs villes du sud de l’Irak.

Les protestataires, qui appellent depuis des mois à de profondes réformes politiques, estiment notamment que la loi électorale actuelle sert les intérêts des grands partis qu’ils accusent de corruption, et jugent que la commission n’est pas indépendante.
Nos « politiciens ont créé une commission électorale basée sur des quotas confessionnels. Elle possède neuf commissaires, qui appartiennent à des entités politiques. Elle n’est pas indépendante », a déclaré Sinan al-Azzawi, un célèbre acteur irakien qui a pris part à la manifestation de samedi.

Le gouvernement Abadi a fixé les prochaines élections provinciales à septembre, date à laquelle le mandat de la commission électorale expire. Leurs résultats sont perçus comme un baromètre pour les élections législatives prévues en 2018.

Source: Avec AFP

http://french.almanar.com.lb/247058


 

DES CHARNIERS DECOUVERTS DANS L'OUEST IRAKIEN

 

Des charniers découverts dans l’ouest de l’Irak

Des soldats irakiens ont découvert deux charniers contenant les corps de personnes exécutées par le groupe terroriste «Daech» dans l'ouest de l'Irak, ont indiqué jeudi des responsables.

Des charniers découverts dans l'ouest de l'Irak

«L'armée irakienne a trouvé à Routba deux fosses qui renferment les corps de membres des forces de sécurité ainsi que de civils», a déclaré un capitaine de la première division de l'armée. Selon lui, les premières indications laissent penser que les victimes ont été exécutées par «Daech» lorsque les terroristes ont pris le contrôle de la localité en 2014.

Routba est située à environ 400 km à l'ouest de Bagdad dans la province d'Al-Anbar, sur la route principale reliant la capitale irakienne à la frontière jordanienne.

L'un des charniers a été découvert dans un terrain qui était utilisé comme une décharge dans le centre de Routba, et l'autre à la périphérie sud, a indiqué le maire de la ville Imad Meshaal.

«Les corps que nous avons vus portaient des impacts de balles (...) Nous ne connaissons pas le nombre exact de corps, nous laissons ce travail à une équipe médico-légale», a-t-il ajouté. Il a cependant dit s'attendre à une vingtaine de corps.

En juin 2014, le groupe terroriste avait lancé une offensive qui lui avait permis de s'emparer de vastes pans du territoire irakien à l'ouest et au nord de Bagdad. Les forces irakiennes ont depuis regagné du terrain face à «Daech», et ont notamment repris le contrôle de Routba en mai 2016. Des dizaines de charniers ont été découverts dans les zones qui étaient contrôlées par les terroristes avant d'être reprises par les forces de sécurité irakiennes.

Depuis octobre, ces dernières tentent de déloger «Daech» de son bastion de Mossoul, dans le nord de l'Irak.

Source : agences et rédaction

10-02-2017 | 11:30

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=22003&cid=304#.WJ9uzvnhA2w