IRAK

Dans IRAK

IRAK : 7ème FRAPPE ANTI-BASE US EN 5 JOURS

Par Le 08/07/2021

La Résistance sort sa "mitrailleuse balistique" aux cartouches faites de missile "Fath"

Thursday, 08 July 2021 1:37 PM  [ Last Update: Thursday, 08 July 2021 1:37 PM ]

 30 

Zone verte ( illustration)

Que le secrétaire général d'Asaïb al Haq,  Qaïs Khazali, l'une des principales composantes de la Résistance irakienne affirme ce jeudi matin 8 juillet que la septième attaque depuis le 4 juillet, ciblant une base US en Irak, en l’occurrence cette vraie-fausse ambassade étendue située dans la Zone verte, sur une superficie de 3000 km2 où le Pentagone a déployé ses Patriot qui ne fonctionnent pas mais aussi ses C-Ram qui fonctionnent à moitié mais encore une grosse partie de ses armes et ce, plus des milliers d'agents de la CIA et d'autres appareils de renseignement US, déguisés en diplomate, n'a pas été menée par la Résistance, cela est plutôt un très mauvais signe pour les Yankee. Pourquoi? Écoutons plutôt l'intéressé qui  a affirmé,  à la presse tout en jurant de venger la mort de tous les "martyrs de la Résistance" que des "roquettes de katioucha ne fait plus partie de l'arsenal anti US de la Résistance" et que cet arsenal quand il s'active contre les Etats Unis "il n'emploie que des missiles tactiques"! 

Vers 2 heures du matin, heure de Bagdad, l'ambassade US a été visé en effet par une salve de 30 roquettes katioucha et l'attaque a été aussitôt revendiqué par un groupe  " Sang d'Abou Mohandes". Le porte-parole de la coalition n'a reconnu que quatre roquettes, celles qui avaient effectivement atteint l'intérieur de l'ambassade en dépit de ces C-Ram qui continuaient à tirer en solo, et à l'aveuglette, comme à chaque fois qu'il y a une frappe contre l'ambassade.  

Ambassade US à Bagdad: un nid du Mossad?

Ambassade US à Bagdad: un nid du Mossad?

Le Mossad et le groupe terroriste Daech se servent de l’ambassade américaine à Bagdad comme d’un abri.

Sabereen New affirme, lui, que mêmes ces katiuocha rudimentaire ont provoqué la débandade et que, tombés non loin du secteur militaire Union 1 ou Tawhid en irakien, les soldats se sont précipitaient dans les abris : « Des sirènes d'alerte ne cessaient de retentir au niveau de l'ambassade des États-Unis dans la zone verte et surtout de la troisième base d'al-Tawhid. Puis le système de défense antimissile C-RAM a tenté de repousser les engins sans succès. De la fumée s’élevait au-dessus de l'ambassade américaine et de l'endroit où se trouve la troisième base d'al-Tawhid."

 Les katioucha d'hier soir qui sont parvenus si allègrement à foncer pour la septième fois en 7 jours le bouclier antimissile US en Irak, ont-ils été seuls ou accompagnés? Sabereen New, chaîne proche de la Résistance évoque une "attaque hybride" ce qui veut dire que les drones ont été également de la partie, peut être pas de modèle "Loitering munition" mais les "drones flaireurs" qui depuis quelques temps aident les unités d'artilleries de la Résistance à mieux localiser leurs cibles, et tenter de se montrer à la hauteur des roquettes et missiles tactiques et , bref à ne plus être que de simples roquettes. Sabereen News éclaircit ses propos et dit qu''Il s'agissait d'une attaque hybride impliquant à la fois des drones et des roquettes intelligentes mais que le génie militaire de l’ambassade n'y est entré qu'une fois l'attaque finie parce que l'ambassade avait été touchée», a ajouté la source.

Irak : l’ambassade US visée

Irak : l’ambassade US visée

En effet, plus d’un analyste militaire parierait que  l’émergence de ce cocktail drones-roquettes sur la scène irakienne, drone servant à remplir la faille de précision des roquettes, pourrait tout changer d'ici peu au discours jusqu'à boutiste des Yankee. Surtout qu'il semblerait qu'il y ait aussi des drones qui sont lancés à partir des lances-roquettes! Arash par exemple avec une portée de 1400 km dispose d’une capacité avérée anti-radar et peut écraser ainsi les défenses aériennes. C’est un appareil à turboréacteur et au combustible solide doté visiblement de dispositif de réception d’ondes radars et capable sur cette base de créer d’espace de vide à radar, ce qui fait de THAAD, de Patriot, de C-RAM ses proies faciles. Au chapitre de changement de discours à Washington, CGTN fait publier un tweet attribué à un analyste supérieur US, de ceux qui écrivent dans des Think Tank et donnent le là à la politique US. Bradley Blankenship dit :" Biden devra retirer les GI's d'Irak pour préserver leur vie". C'est une première depuis 2010. Il semblerait que l'intéressé voit bien loin que le bout de son nez et qu'en ceci, il a une nette longueuer d'avance par rapport à Biden absorbé dans ses vieilles idées de 2003. Et comment? 

CE jeudi quand le secrétaire général d'Asaib al Haq s'est moqué des Katioucha en affirmant que la Résistance irakienne dispose de missiles tactiques, il avait une intention bien claire. Biden ne l'a compris, Bradely, si. Le 7 juillet à Téhéran, le CGRI a dévoilé une "petite mitraillette balistique" à savoir une lance-roquette plus de petits missiles balistiques de type Fath. Juste ce qu'il fait à la Résistance irakienne pour que les frappes soient plus douloureuse. Le missile Fath est une version miniature de la famille de missiles Fateh, offrant une plus grande puissance de feu à l'unité de missiles, ainsi qu'une précision et une frappe.

L'apparence de ce missile est similaire aux missiles de la famille Fateh car la forme des ailes de ce missile inclut la stabilisation et le guidage des ailes à la fin et au début du missile et aussi la forme de l'ogive est très similaire aux missiles de la famille Fateh. L'ogive du missile Fath est comparée à l'ogive du missile monoconique Fateh-110, en raison de la petite taille du missile. L'augmentation de la puissance de feu des unités opérationnelles est l'un des enjeux importants qui ont un impact significatif sur le champ de bataille ; Ceci peut être réalisé en utilisant des lanceurs de missiles balistiques multi-rôles et, bien sûr, en utilisant des missiles plus petits et plus tactiques (comme le missile Fateh) et en apportant plus de puissance de feu et de précision à ces unités. La longueur et le diamètre de ce missile semblent être environ 40 à 50 % inférieurs à ceux du Fateh-110. Avec un poids d'environ 850 à 1100 kg, Fath a une portée d’au moins 80 à 100 km.

Le CGRI se réarme !

Le CGRI se réarme !

Puis l'utilisation de la technologie du corps en composite offre une portée de 130  à 170 km aux missiles de Fath. Plus le fait que Fath a des gouvernes aérodynamiques placées sur le nez lui offrent à l’engin les capacités à lancer des attaques de précision. Tout ceci fait que la vitesse en est plus importante, la précision aussi te avec ogive détachable, et une surface radar très faible, il a tout pour être le "tueur ou mieux dit l'acheveur de la DCA US/Cie". Alors, avis aux USA, retirez vos batteries de Patriot de toute la région.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/08/661775/Irak-Ambassade-US-Missiles-Fath-R%C3%A9sistance

Dans IRAK

IRAK : UN RAID AMERICAIN TUE 4 COMBATTANTS DU HACHD AL-CHAABI ET 4 CIVILS SYRIENS DONT UN ENFANT. UNE ATTAQUE TERRORISTE EST REVENDIQUEE PAR DAECH

Par Le 28/06/2021

Un raid américain tue 4 combattants du Hachd al-Chaabi et 4 Syriens. Et une attaque terroriste revendiquée par Daech

 Depuis 36 minutes  28 juin 2021

raidus_irak

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

 

Rédaction du site

L’Irak a été dans la nuit de dimanche à lundi victime d’un raid américain meurtrier et d’une attaque terroriste revendiquée par Daech.

Les brigades sayed al-Chouhada ont annoncé le martyre de 4 de leurs combattants dans le raid aérien revendiqué par les États-Unis à la frontière irakienne avec la Syrie.

Le raid américain a visé vers 1h après minuit heure locale une position de cette faction qui fait partie des forces de mobilisation populaire du Hachd al-Chaabi, dans la région al-Qaem adjacente d’alBoukamal en Syrie.

Selon l’agence syrienne officielle Sana, un enfant et 3 civils ont été tués dans ce raid qui a bombardé « des maisons civiles à l’extrémité du gouvernorat de Deir Ezzor » dans le nord-est syrien.

L’attaque a été revendiquée par les États-Unis.
« Les cibles ont été sélectionnées parce que ces installations sont utilisées par des milices soutenues par l’Iran qui sont engagées dans des attaques de véhicules aériens sans pilote (UAV) contre le personnel et les installations américains en Irak », a indiqué le porte-parole du Pentagone, John Kirby.
Et de préciser que les frappes visaient « des installations opérationnelles et de stockage d’armes à deux endroits en Syrie et un endroit en Irak, tous deux situés à proximité de la frontière entre ces pays ».

Nous ne resterons pas silencieux

Les Coordinations de la résistance irakienne a pour a part assuré dans un communiqué « qu’elle ne restera pas silencieuse face à la poursuite de la présence des forces d’occupation américaine qui est anti constitutionnelle et contraire à la volonté du peuple irakien ».

Après l’assassinat dans un raid américain en janvier 2020 du numéro deux du Hachd al-Chaabi Abou Mahdi al-Mohandes au côté du chef de la force al-Qods du Corps des gardiens de la révolution iranienne, le général Qassem Soleimani, le parlement irakien a voté à la majorité en faveur du retrait des forces étrangères d’Irak. Une demande dans ce sens a été exprimée dans deux lettres adressées par l’ex-Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi au Centcom et au Conseil de sécurité. Mais les Etats-Unis refusent de retirer leurs forces et se contentent d’opérer des déploiements tactiques de leurs forces dans ce pays. Alors que les tractations avec le Premier ministre actuel Moustafa al-Kazimi n’aboutissent toujours pa à ce retrait.

Depuis, des dizaines de positions de l’armée américaine en Irak ont faitl’objet d’opérations de résistance.

« Les forces d’occupation poursuivent leurs crimes en répétant leurs attaques contre les combattants irakiens stationnés à la frontière avec la Syrie », a déploré le texte de Coordinations, soulignant que les martyrs « défendaient la sécurité de l’Irak et de son peuple ».

Une violation flagrante

Le porte-parole des Force armées irakiennes, le général Yahia Rassoul a condamné le raid américain estimant le qualifiant « de violation flagrante et inacceptable de la souveraineté et de la sécurité nationale irakienne selon tous les traités internationaux ». Il a insisté que son pays ne devrait pas être le théatre des règlements de compte.

L’arrogance des USA 

En riposte au raid américain, Téhéran a fustigé l’arrogance des Etats-Unis.

« Nous conseillons à l’administration américaine de changer son comportement. Au lieu de créer des crises et des problèmes avec les peuples de la région, elle devrait les laisser choisir leur destin sans son intervention. Washington devrait corriger ses erreurs et cesser ses interventions dans la région », a déclaré dans un point de presse le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien Khatib Saïdzadeh.

Il a conclut:  » les actions des Etats-Unis déstabilisent la région et ceci ne sert pas leurs intérêts ».

Raids pour renforcer les groupes terroristes

Dans un communiqué, le Hachd al-Chaabi a assuré que les sites qui ont été bombardés dans le raid américain ne comprenaient pas de dépôts d’armements, contrairement aux allégations américaines.

« Nous nous préservons le droit légitime de riposte à ces agressions et à demander des comptes à ceux qui les ont commis, sur le sol irakien », a ajouté le texte. Selon lui, ces attaques américaines ont pour but d’affaiblir l’Irak et de renforcer les groupuscules terroristes. Le Hachd al-Chaabi a demandé au gouvernement de trancher une fois pour toutes le dossier du retrait des forces étrangères du pays.

Attaque terroriste de Daech

Justement dans la nuit de dimanche à lundi, une attaque terroriste a visé  la centrale électrique de Salaheddine à Samarra.

Selon le ministère irakien de l’Energie, l’attaque a causé des dégâts importants dans l’unité de production de la centrale.

Selon l’agence Reuters, l’attaque a été revendiquée par la milice wahhabite takfiriste Daech qui a indiqué avoir visé au moyen de deux engin piégés une tour et une ligne principale du courant électrique qui alimente les régions de Baakoubat et la capitale Bagdad, en plus de la centrale Salaheddine qui a été frappée au moyen de deux roquettes Katioucha.

Quelques poches de Daech subsistent toujours en Irak où le Hachd al-Chaabi poursuit au côté de l’armée irakienne la guerre contre leur présence. Les États-Unis sont régulièrement accusés de les acheminer depuis leurs lieux de détention dans les prisons des milices kurdes pro américaines des Forces démocratiques syriennes (FDS)  vers l’Irak pour justifier la poursuite de leur présence dans ce pays riche en hydrocarbures.

 

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2101772  

Dans IRAK

IRAK : L'US ARMY FRAPPEE

Par Le 06/06/2022

Attaque US-Daech ripostée sur le champ

Sunday, 05 June 2022 6:19 PM  [ Last Update: Sunday, 05 June 2022 6:19 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Attaque contre un convoi militaire américain en Irak. (Archives)

Cinq personnes ont été tuées et six autres blessées dans une attaque menée par les terroristes de Daech contre la localité d’al-Ebareh, la province de Diyala.

Dimanche à l’aube, la chaîne Telegram de Sabereen News a rapporté que les terroristes de Daech avaient attaqué des habitants d’al-Ebareh par des bombes artisanales et des armes de sniper.

L’attaque était censée être une embuscade pour les forces de l’armée irakienne mais elle a fait des morts et des blessés parmi les civils.

Lire aussi: Première attaque de la Résistance irakienne contre un méga convoi de l'OTAN

Selon Sabereen News, « cinq personnes dont trois enfants ont été tuées et six autres blessées ».

Il y a quelques jours, un groupe de terroristes de Daech s’en sont pris au sud de Kirkouk, tuant quatre personnes.

Irak: l’US Army frappée

Irak: l’US Army frappée

Les USA tentent de tirer Daech du néant…, en vain.

Les services de sécurité irakiens tirent la sonnette d'alarme quant à la réapparition des terroristes de Daech. Les terroristes opèrent toujours dans le cadre de petites cellules dans des zones désertiques, montagneuses et infranchissables.

Lire aussi: Une salve six bombes frappe un convoi US

Selon les services de sécurité irakiens, les terroristes de Daech ont multiplié leurs activités depuis 2021. Ils estiment qu'il y a actuellement plus de 8 000 terroristes en Irak, dont 4 000 sont actifs, et le reste sous forme de cellules dormantes. 

Irak: la Résistance fait un tabac

Irak: la Résistance fait un tabac

Neuf commandants du groupe terroriste Daech ont été abattus lors d’une opération menée par des forces de sécurité irakiennes.

Quelques heures après l'attaque des supplétifs des États-Unis contre les civils, un convoi logistique appartenant à l’armée américaine a été touché par une explosion.

Selon des sources irakiennes, une bombe a explosé au moment où un convoi logistique américain est passé par une route à l’ouest de la province de Salah ad-Din.

Deux convois ont été récemment touchés dans la province de Babel et deux autres dans les villes de Nasseriya et d’al-Samawa.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/06/05/683380/Irak-convoi-Diyala-Daech-USA-attaque-

Dans IRAK

IRAK : DE GRAVES PENURIES D'EAU COMPROMETTENT LA RECOLTE DE BLE

Par Le 31/05/2022

De graves pénuries d’eau compromettent la récolte de blé en Irak

Par Le Monde Arabe

Mondialisation.ca, 30 mai 2022

Le Monde Arabe

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 0   0  0  New

Le blé est une culture stratégique essentielle, représentant 70 % de la production céréalière totale du pays.

Salah Chelab a écrasé une enveloppe de blé arrachée à ses vastes terres agricoles, situées au sud de Bagdad, et a inspecté les graines dans la paume de sa main. Elles étaient plus légères de plusieurs grammes que ce qu’il espérait. « C’est à cause des pénuries d’eau », a-t-il témoigné à l’agence américaine Associated Press (AP), la machine agricole vrombissant derrière lui, coupant et rassemblant sa récolte de blé de l’année.

Salah Chelab avait planté la plupart de ses 4 hectares de terre, mais il n’a pu en irriguer qu’un quart après que le ministère de l’Agriculture a introduit des quotas d’eau stricts pendant la saison de croissance, dit-il. Les produits qu’il cultivait sur le reste du terrain, craint-il, « mourront sans eau ».

Tempêtes de sable

À l’heure où les prix mondiaux du blé ont grimpé en flèche en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les agriculteurs irakiens disent payer le prix d’une décision du gouvernement de réduire de 50 % l’irrigation des zones agricoles. Le gouvernement a pris cette mesure en raison de graves pénuries d’eau dues à des températures élevées et à la sécheresse – que l’on croit alimentée par le changement climatique – et à l’extraction continue d’eau par les pays voisins dans les fleuves Tigre et Euphrate. Tous ces facteurs ont lourdement pesé sur la production de blé.

« Confronté à la pénurie d’eau, le gouvernement irakien n’a pas pu s’attaquer à d’autres problèmes longtemps négligés », affirme l’AP.

La désertification a été désignée comme un facteur à l’origine de l’incessante série de tempêtes de sable de cette année. Au moins dix d’entre elles ont frappé le pays au cours des derniers mois, recouvrant les villes d’une épaisse couche de poussière orange, immobilisant les vols et envoyant des milliers de personnes à l’hôpital.

« Nous avons besoin d’eau pour résoudre le problème de la désertification, mais nous avons également besoin d’eau pour sécuriser nos approvisionnements alimentaires », a déclaré Essa Fayadh, un haut fonctionnaire du ministère de l’Environnement. Le problème ? « Nous n’en avons pas assez pour les deux », regrette-t-il.

L’Irak dépend des fleuves Tigre et Euphrate pour la quasi-totalité de ses besoins en eau. Tous deux se jettent dans le pays depuis la Turquie et l’Iran. Ces pays ont construit des barrages qui ont soit bloqué, soit détourné l’eau, créant ainsi d’importantes pénuries en Irak.

Le ministre des Ressources en eau, Mahdi Rasheed, a déclaré à l’agence américaine que le niveau des rivières avait baissé de 60 % par rapport à l’année dernière. Pour Salah Chelab, moins d’eau a signifié une taille de grain plus petite et des rendements de récolte plus faibles. En 2021, celui-ci a produit 30 000 tonnes de blé, l’année précédente 32 000, selon les reçus des silos du ministère du Commerce. Cette année, il n’en attend pas plus de 10 000.

Les responsables gouvernementaux affirment que le changement est une nécessité impérieuse. Le système actuel est inefficace et non durable depuis des décennies. La pénurie d’eau ne leur laisse d’autre choix que de pousser à la modernisation de techniques agricoles archaïques et peu rentables.

« Plan stratégique »

« Nous avons un plan stratégique pour faire face à la sécheresse, compte tenu du manque de pluie, du réchauffement climatique et du manque d’irrigation provenant des pays voisins, car nous n’avons pas obtenu notre part des droits à l’eau », a déclaré Hamid al-Naif, porte-parole du ministère de l’Agriculture. Celui-ci, d’ailleurs, a pris des mesures pour concevoir de nouveaux types de blé résistant à la sécheresse, et introduire des méthodes pour augmenter le rendement des cultures.

« Nous avons encore affaire à des systèmes d’irrigation datant des années 1950. Cela n’a rien à voir avec les agriculteurs, a-t-il déclaré. L’État doit le rendre efficace, nous devons forcer l’agriculteur à l’accepter ». Les agriculteurs irakiens ont historiquement été très dépendants de l’État pour la production de nourriture, une dépendance qui, selon les décideurs politiques et les experts, draine les fonds publics.

Le ministère de l’Agriculture soutient les agriculteurs en leur fournissant tout – des outils de récolte aux semences, en passant par les engrais et les pesticides – à un taux subventionné ou gratuitement. L’eau détournée des rivières pour l’irrigation est donnée gratuitement. Le ministère du Commerce stocke ou achète ensuite les produits des agriculteurs et les distribue sur les marchés. Le blé est une culture stratégique essentielle, représentant 70 % de la production céréalière totale du pays.

La demande locale pour cette denrée de base se situe entre 5 et 6 millions de tonnes par an. Mais la production locale diminue d’année en année. En 2021, l’Irak a produit 4,2 millions de tonnes de blé, selon le ministère de l’Agriculture. En 2020, elle était de 6,2 millions de tonnes. « Aujourd’hui, nous pourrions obtenir 2,5 millions de tonnes au mieux, a déclaré Hamid al-Naif. Pour cela, il faudrait que l’Irak augmente ses importations ».

La majeure partie de la récolte de blé est habituellement vendue au ministère du Commerce. Signe de la faiblesse de la récolte, il n’y a pour l’instant que 373 000 tonnes de blé disponibles dans les entrepôts du ministère du commerce. Pour répondre à la demande dans le cadre de la récente crise mondiale du marché des céréales, le gouvernement a récemment modifié sa politique afin de permettre à tous les agriculteurs irakiens de vendre leur production aux silos du ministère du Commerce. Auparavant, cette possibilité était limitée aux agriculteurs qui opéraient dans le cadre du plan gouvernemental.

La source originale de cet article est Le Monde Arabe

Copyright © Le Monde ArabeLe Monde Arabe, 2022

https://www.mondialisation.ca/de-graves-penuries-deau-compromettent-la-recolte-de-ble-en-irak/5668546

Dans IRAK

IRAK : "ISRAËL" CONSTITUTIONNELLEMENT BANNI !

Par Le 27/05/2022

L’Irak a décrété Israël un "non-État"

Thursday, 26 May 2022 6:00 PM  [ Last Update: Thursday, 26 May 2022 6:00 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le Parlement irakien. ©Tasnim

Le Parlement irakien a voté jeudi 26 mai à l’unanimité un projet de loi visant à criminaliser la normalisation avec l’entité sioniste. La loi a été votée au milieu des slogans scandés par les députés rejetant la normalisation avec Israël.

Le Parlement a tenu sa séance sous la présidence de Mohammad al-Halbousi, et en présence de 275 députés, pour voter le projet de loi interdisant la normalisation et l’établissement de relations avec Israël.

L’une des clauses les plus importantes de la loi adoptée par le Parlement irakien consiste à criminaliser toute forme de coopération ou de relations politiques, sécuritaires, économiques, artistiques, culturelles, sportives et scientifiques de quelque nature que soit avec l’entité sioniste.

Avant le vote sur le projet, Mouqtada al-Sadr, chef de faction sadriste a adressé un message aux responsables irakiens les exhortant à voter une loi criminalisant la normalisation des relations avec le régime sioniste.

ICBM iranienne contre Dimona!

ICBM iranienne contre Dimona !

Pour sa part, Hakim Al-Zamili, premier vice-président du Parlement, a déclaré que la loi interdisant la normalisation a remporté le vote unanime des électeurs et représente un véritable reflet de la volonté du peuple, la décrivant comme la première position de son genre à l’échelle mondiale en termes de criminalisation de la relation avec Israël, appelant les parlements arabes et islamiques à publier une législation similaire qui réponde aux aspirations de leurs peuples respectifs.

Le journal Al-Arabi Al-Jadeed avait précédemment rapporté que l’adoption de la loi interdisant la normalisation des relations avec le régime sioniste visait à couper le chemin à quiconque veut établir toute sorte de relations avec l’entité sioniste occupante.

Le journal a prédit que la plupart des partis politiques irakiens voteraient en faveur de la loi et que quiconque s’opposerait à la loi aurait un lien avec le régime sioniste.

Al-Zamili avait précédemment déclaré que la loi interdisant la normalisation des relations avec le régime sioniste était essentielle pour la stabilité du pays, il a donc appelé la commission juridique du parlement à œuvrer pour accélérer l’adoption de la loi.

Irak: les USA frappés

Irak : les USA frappés

Le président du Parlement irakien, Mohammad al-Halbousi, a souligné samedi dernier que les crimes du régime sioniste contre le peuple palestinien devaient être arrêtés.

Il a déclaré que le Parlement irakien avait pris une décision courageuse pour empêcher la normalisation des relations de Bagdad avec le régime sioniste, une décision qui est le reflet réel et clair de la volonté du peuple irakien.

Golan: Al-Nujaba met en garde en hébreu!

Golan : Al-Nujaba met en garde en hébreu !

Le Jerusalem Institute for Strategy and Security » (JISS) a réagi à la diffusion sur les réseaux sociaux d’un clip vidéo sur la Résistance islamique d’al-Nujaba.

La mesure anti-israélienne du Parlement irakien intervient alors que Saberin News, proche de la Résistance, a rapporté jeudi 26 mai qu’un convoi logistique de l’armée américaine avait été pris pour cible dans la province de Salah al-Din (nord).

Jeudi dernier, des médias irakiens ont rapporté que deux convois logistiques militaires américains avaient été ciblés dans la province de Babel et deux autres dans les villes d’Al-Nasiriyah (province de Dhi Qar) et d’Al-Samawah (province d’al-Muthanna).

Base US en Irak:

Base US en Irak:

Cheikh Qais al-Khazali, secrétaire général du groupe Asaïb Ahl al-Haq (Ligue des vertueux) : « Bagdad pourra chasser les Américains"

Suite à la décision du Parlement irakien de faire retirer les troupes étrangères du pays et la tergiversation de Bagdad, les convois logistiques de la coalition américaine ont été la cible de bombes en bordure de route plusieurs fois par semaine, voire plusieurs fois par jour.

Les factions et les partis politiques en Irak insistent sur le fait que le gouvernement irakien doit expulser les troupes étrangères conformément à une résolution parlementaire adoptée en janvier 2020 suite à l’assassinat ciblé des deux haut commandants de la Résistance à savoir Qassem Soleimani, commandant en chef de la Force Qods du CGRI et Abou Mahdi al-Mohandes, chef adjoint des Unités de mobilisation populaire irakiennes (Hachd al-Chaabi).

http://french.presstv.ir/Detail/2022/05/26/682796/Irak--Isra%C3%ABl-constitutionnellement-bani

Dans IRAK

IRAK : LA RESISTANCE FAIT UN TABAC. NEUF CHEFS TERRORISTES DE DAECH ABATTUS PAR L'ARMEE ET LA RESISTANCE IRAKIENNES

Par Le 13/05/2022

Projet Daech : la 3e génération s'écroule...

Friday, 13 May 2022 9:46 AM  [ Last Update: Friday, 13 May 2022 9:48 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des blindés de l'armée irakienne et des Hachd al-Chaabi en Irak. (Photo d'archives)

Neuf commandants du groupe terroriste Daech ont été abattus lors d’une opération menée par des forces de sécurité irakiennes contre leur repaire, au nord-ouest d’Irak.

Jeudi 12 mai, un organe médiatique lié au bureau du Premier ministre irakien a fait part d’une opération militaire visant un repaire de terroristes de Daech, dans la province de Ninive, au nord-ouest de l’Irak.

Irak: le coup d'État anti-Hachd?

Irak: le coup d'État anti-Hachd?

Un convoi logistique de la coalition américaine a été visé par une bombe en bord de route dans l’Ouest irakien.

Après l'identification du fief des terroristes par une unité du Renseignement irakien, des avions de la Force aérienne ont bombardé la localité, avec le feu vert du QG des Opérations conjointes, afin de rendre le terrain propice à une offensive terrestre au cours de laquelle un groupe d’effectifs de l’Unité antiterroriste et de forces du Renseignement ont encerclé le repaire.

D’intenses affrontements ont éclaté entre terroristes et forces irakiennes qui sont finalement arrivées à s’infiltrer dans le fief via un tunnel, avant d’abattre neuf commandants du groupe terroriste. Une ceinture explosive a été également découverte et neutralisée de justesse.

Lire aussi: Première attaque de la Résistance irakienne contre un méga convoi de l'OTAN

Par ailleurs, les forces de la 31e Brigade des Hachd al-Chaabi ont tué un terroriste lié à Daech, dans la localité d’al-Baïji, province de Salah ad-Din.

2022: l'Irak frappera Israël!

2022: l'Irak frappera Israël!

Pourquoi la Résistance irakienne a-t-elle dévoilé le missile Jamal 69 ?

Il y a deux semaines, les Hachd al-Chaabi ont lancé une opération antiterroriste dans les zones montagneuses du nord-est de la province de Salah ad-Din. L’opération a engagé la 22e Brigade des Hachd ainsi que des unités de l’armée irakienne.

Lire aussi : Nouvelle frappe aux missiles tactiques du CGRI contre le réseau israélien dans le nord de l'Irak

Presque cinq ans après la chute du « califat » de Daech, des cellules terroristes sont toujours actives dans des régions désertiques et montagneuses. Quelque 8 000 terroristes de Daech, dont 4 000 sont actifs, sont présents en Irak et un grand nombre se confinent dans des cellules dormantes et attendent pour se réorganiser et passer à l’acte.

Syrie: méga capitulation US ?

Syrie: méga capitulation US ?

Les USA viennent de dispenser le nord-est de la Syrie de la loi César et des sanctions contre le pétrole de contrebande syrien.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/05/13/682012/Projet-Daech-la-3e-generation-s-ecroule

Dans IRAK

PARTI COMMUNISTE IRAKIEN : ARRETEZ DE VIOLER LA CONSTITUTION !

Par Le 07/05/2022

5 Mai 2022

Parti communiste irakien : arrêtez de violer la Constitution !
5/5/22 1:50 PM
Ce qui suit est l'éditorial de "Tareeq Al-Shaab" (Voie du peuple), le journal du Parti communiste irakien, le 24 avril 2022 :

Le Mouvement démocratique irakien, représenté par le Parti communiste irakien et le Parti de la nation irakienne, a déposé (le 19 avril 2022) un procès contre le président du Parlement en raison de la violation de la Constitution par le Parlement, et de son retard à élire le président de la République et à former le gouvernement irakien, conformément aux dus constitutionnels et à leurs périodes spécifiées.

Le dépôt de cette action en justice est intervenu en réponse à la poursuite de l'impasse politique pendant des mois (depuis les élections du 10 octobre 2021), et à la violation pendant cette période du calendrier constitutionnel (pour l'élection d'un nouveau président) et des articles pertinents de la Constitution.

Il est clair que ces violations répétées menacent la "structure démocratique" de l'État, puisque la Constitution est le garant et le régulateur de la vie politique dans le pays. Au cours des dernières années, les groupes politiques au pouvoir ont continué à contourner les articles de la Constitution, cherchant à l'assujettir à des tractations, des conflits et des querelles politiques, tentant même dans des questions critiques de remplacer la Constitution et son texte par les soi-disant "coutumes" inventées par les forces et les blocs dominants.

Le fait de ne pas avoir élu le président de la République a entraîné une violation de l'article 72, section 2, point b), de la Constitution, qui oblige le Parlement à élire un nouveau président dans les trente jours suivant la date de sa première session.

La plainte déposée auprès de la Cour fédérale indiquait que ces violations constituaient une violation de l'article 50 de la Constitution qui obligeait les membres du Parlement, lorsqu'ils prêtaient le serment constitutionnel et avant de commencer leur travail, à appliquer les législations de manière honnête et impartiale. Or, ce qui s'est passé, c'est que des membres du Parlement, en boycottant les sessions d'élection du Président de la République, ont violé le serment stipulé à l'article 50, et ont ainsi entravé la mise en œuvre de l'article 73, section 2. Le boycott de la session, dans les circonstances dans lesquelles il a eu lieu, a constitué une perturbation de la vie constitutionnelle et du travail du Parlement. Cela faisait obstacle non seulement à l'élection du Président mais aussi à la formation du nouveau gouvernement. Cela empêche également l'approbation du budget pour 2022, et les répercussions qui en découlent sur la vie des citoyens, sur le travail des institutions de l'État et sur l'économie irakienne dans son ensemble.

Ce qui s'est passé et continue de se passer peut prolonger l'existence du gouvernement intérimaire, ce qui n'est pas souhaitable et n'est pas conforme aux règles et normes constitutionnelles. La durée d'un tel gouvernement, telle que fixée par la Constitution, ne doit pas dépasser 30 jours. Prolonger son existence constitue une perturbation du transfert pacifique du pouvoir tel que stipulé à l'article 6 de la Constitution.

D'autre part, l'introduction de cette action en justice vient combler une lacune du système constitutionnel et juridique, puisque l'organe chargé de contrôler les violations de la Constitution est absent. Cela met en évidence le devoir des partis, des organisations, des syndicats, des organisations de la société civile, des personnalités, des cercles d'opinion publique et de toutes les parties intéressées, de jouer leur rôle en attirant l'attention et en s'opposant aux violations qui se produisent en s'adressant au Tribunal fédéral. Un exemple précédent a été l'annulation de la séance publique du Parlement en vertu d'une décision de ce même tribunal en octobre 2010.

Il s'agit d'un processus constitutionnel et démocratique important et nécessaire, dont la nécessité se confirme aujourd'hui en tant que moyen de pression, en conjonction avec d'autres formes de pression populaire et publique, qui sont nécessaires pour arrêter l'état de détérioration, inaugurer un nouveau chapitre et garantir l'avancée sur la voie d'une réforme sérieuse et d'un changement global.

Il est clair que pour qu'un tel processus atteigne ses objectifs, il doit bénéficier d'un large soutien et d'une large adhésion.

source : http://www.solidnet.org/article/Iraqi-CP-Stop-Violating-the-Constitution/

Tag(s) : #Irak#Communiste

Dans IRAK

PARTI COMMUNISTE IRAKIEN : LE BOMBARDEMENT D'ERBIL EST UNE ATTAQUE LACHE ET REPREHENSIBLE

Par Le 16/03/2022

15 Mars 2022

Parti communiste irakien : le bombardement d'Erbil est une attaque lâche et répréhensible
15/03/22 15:28
 

Parti communiste irakien : Le bombardement d'Erbil est une attaque lâche et répréhensible

13-3-2022

Une fois de plus, la ville d'Erbil est soumise à une attaque vicieuse, cette fois avec des missiles balistiques. Cette attaque, et les attaques précédentes sur la capitale de la région du Kurdistan, constituent une violation flagrante de la sécurité et de la stabilité de notre pays, et une tentative d'intimidation des citoyens de la région et de l'Irak.

Cependant, il ne s'agit pas seulement d'une violation répréhensible de la souveraineté de l'Irak et d'une ingérence flagrante dans ses affaires. Il s'agit plutôt d'un acte qui a des implications claires et qui véhicule des messages politiques, indépendamment de ce qui a été dit sur la nature des sites visés.

Aucune des parties qui ont effectué ou revendiqué cette attaque de missiles, lancée depuis l'extérieur du territoire irakien, ne peut la justifier ou la défendre. Elle constitue une violation de la souveraineté de l'Irak et du caractère sacré des terres et de l'espace aérien irakiens, une violation du droit international, des normes, des relations internationales et de la diplomatie, ainsi qu'une tentative d'imposer des programmes politiques par l'utilisation de missiles.

Les différentes institutions étatiques ne doivent pas se contenter de condamner et de dénoncer l'agression, mais également prendre toutes les mesures appropriées pour mettre fin à ces attaques répétées, quelle que soit leur source, et pour poursuivre les auteurs. En outre, elles devraient toujours s'efforcer de ne pas embrigader la région du Kurdistan et l'Irak dans des conflits qui servent des agendas dans lesquels le peuple du Kurdistan et de l'Irak n'a aucun intérêt.

Nous condamnons ce crime odieux et appelons toutes les autres forces politiques irakiennes à déclarer leur condamnation de ce crime. Elles doivent défendre en actes et en paroles la souveraineté, la sécurité et la stabilité de l'Irak, en se basant sur le fait que le concept de souveraineté est un et indivisible.

Bureau politique

Parti communiste irakien

13-3-2022

source : http://www.solidnet.org/article/Iraqi-CP-The-Bombing-of-Erbil-is-a-Cowardly-and-Reprehensible-Attack/

Tag(s) : #Irak#Communiste

Dans IRAK

JOURNEE DU 11 FEVRIER, ATTAQUE DE QUATRE CONVOIS US PAR LA RESISTANCE IRAKIENNE

Par Le 13/02/2022

La Résistance irakienne a attaqué quatre convois US

Sunday, 13 February 2022 7:32 PM  [ Last Update: Sunday, 13 February 2022 7:32 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des combattants des Hachd al-Chaabi en Irak. (Photo d'archives)

Ce n'est pas une très bonne idée que de tout miser sur les querelles politiciennes à Bagdad et espérer que ces querelles, liées au trucage des législatives que l'axe GB/Émirats a planifié, finisse par faire éclater les Hachd. Au fait et alors même que les Américains s'attendent naïvement à voir ue automatisation interchiite, les Hachd se muent très rapidement. Leur commandant Faleh al-Fayyad a annoncé voici peu l'intention du mouvement de se doter d'armes chinoise et pakistanaise; tout indique que la tendance va vers une remise à neuf de l'arsenal russe hérité de Saddam que 16 ans de présence US avait relégué au second plan. Cette désaméricanisation de l'arsenal va évidemment de pair avec la destruction des convois militaires US devenu un rituel fort coûteux pour les Yankee. Le 11 février 4 convois logistiques ont été détruits. 

Le premier convoi a été la cible de deux engins explosifs improvisés (EEI) alors qu'il passait près de la ville de Samawah, la capitale de la province méridionale d'al-Muthanna. La Résistance islamique en Irak - 'Ashab al-Kahf a revendiqué la responsabilité de l'attaque.

Le deuxième convoi a été la cible d'un engin piégé près de la ville de Sumer dans la province méridionale d'al-Qadisiyyah. L'attaque a également été menée par la Résistance islamique en Irak - 'Ashab al-Kahf.

Le troisième convoi a été touché par deux engins piégés alors qu'il passait dans la ville de Samarra, dans la province septentrionale de Salâh ad-Dîn. La brigade de vengeance al-Muhandis a revendiqué la responsabilité de l'attaque.

Le quatrième convoi a été la cible d'un engin piégé dans la province occidentale d'al-Anbar. Jusqu'à présent, aucun groupe n'a revendiqué la responsabilité de l'attaque.

Puis simultanément à cette liquidation systématique d'armements US ont apparu des images fort significatives d’une mitrailleuse soviétique ayant subi une remise à jour se sont répandues sur les plateformes de réseaux sociaux en Irak, la rendant une arme unique.

Des images d’une mitrailleuse soviétique ayant subi une remise à jour se sont répandues sur les plateformes de réseaux sociaux en Irak, la rendant une arme unique.

La mitrailleuse soviétique, concue par le soviétique George Shpagin, a connu un succès pendant la Seconde Guerre mondiale, et n’a cessé de se développer pour devenir une mitrailleuse plus puissante avec un réservoir de balles plus important.

Un blogueur a commenté les images publiées de la mitrailleuse : « La mitrailleuse est toujours utilisée dans les conflits au Moyen-Orient, malgré les années et les décennies qui se sont écoulées, les gens sont toujours intéressés à la développer. Les Irakiens la préfèrent aux armements US».

La nouvelle mitrailleuse comprend à la fois la poignée de la mitrailleuse principale et le cylindre qui est le chargeur de balles, son apparence extérieure a été modifiée, sans compter que sa portée a été réadaptée pour les cibles de longue distance. La Résistance irakienne est-elle sur le point de désaméricaniser son arsenal en prévision d'un grand nettoyage anti-US à mener au sein des bases US en Irak? Une chose est sûre : aux côtés des armements russes ceux fabriqués par l'Iran ont une place de choix.

Les systèmes de roquettes sol-sol sont l'un des équipements les plus efficaces en combat au sol. Les roquettes Fajr et Falaq sont deux types de roquettes développées par l’industrie de la défense iranienne.

Le système de roquettes à courte portée des roquettes Falagh a été dévoilé en 2014. En tirant les deux types de roquette Falagh1 240 mm et Falaq 2 333 mm ce système est capable de prendre pour cible lourdement les positions de l’ennemie.

La grande maniabilité, le temps réduit à la préparation et au lancement des roquettes, la capacité de se déplacer dans des zones difficiles compte parmi les caractéristiques du ce système de roquette.

Les cartouches de ce système sont chargées automatiquement à l’aide d’une grue, ce qui réduit le temps nécessaire à la préparation des roquettes. Les boîtes à munition en composite du système réduisent considérablement son poids et augmentent sa maniabilité.

Les puissances malveillantes ne sont pas arrivées à affaiblir les Hachd al-Chaabi, a déclaré un haut responsable d’Assaïb Ahl al-Haq.

Adi al-Khadran, qui fait partie du cadre du mouvement de Résistance irakien Assaïb Ahl al-Haq, a déclaré, vendredi 11 février, que les Hachd al-Chaabi étaient nées juste au moment où le groupe terroriste Daech représentait une menace existentielle pour l’Irak.

« Depuis sa fondation, les Hachd al-Chaabi ont réussi à neutraliser les projets des étrangers et des agresseurs contre l’Irak », a ajouté Adi al-Khadran. Et de continuer : « Les tentatives des puissances malveillantes destinées à affaiblir les Hachd al-Chaabi ont toutes échoué. »

Selon Adi al-Khadran, « c’est en raison de ces échecs que les puissances malveillantes ont eu recours à une campagne d’intoxication pour discréditer les Hachd ».

 

Le missile-éclaireur en Irak!!

Adi al-Khadran a également mis en garde contre les agissements suspects des militaires américains dans la province de Diyala, à l’est de l’Irak et non loin de la frontière de la République islamique d’Iran.

Il a confié, à l’agence de presse irakienne Al-Maalomah, que le soutien financier aux terroristes de Daech actifs à Diyala, avait été renforcé au cours des derniers mois, affirmant : « Cela se voit clairement à travers les repaires de Daech à Hamrin et al-Hawi. »

Lire aussi : Armes lourdes déployées sur les frontières avec la Syrie

Le haut responsable de Fatah a souligné que la livraison d’armes sophistiquées américaines, notamment les fusils de précision, aux terroristes de Daech représentait une véritable menace pour les Irakiens.

Les Hachd al-Chaabi projettent, quant à eux, de se procurer des armes modernes, selon Faleh al-Fayyad, le chef de l’organisation irakienne, qui a fait part de la conclusion des accords sur l’acquisition de nouvelles armes.

Les Hachd sort la bazooka!

Les Hachd sort la bazooka!

Hachd al-Chaabi a annoncé la signature de nouveaux contrats 

« Les forces des Hachd al-Chaabi combattaient le terrorisme avec les armes anciennes qu’elles avaient trouvées dans les vieux dépôts de l’armée irakienne », a déclaré Faleh al-Fayyad, ajoutant qu’il fallait fournir aux Hachd des armes modernes et de pointe.

« Les Hachd al-Chaabi seront équipés des armes dotées de technologies modernes, et ces armes sont réparties entre différentes divisions des commandements d'opérations », a affirmé Faleh al-Fayad.

Il a déclaré avoir signé de nouveaux accords d’armements pour compenser toutes les lacunes. « Vu les agissements des terroristes, les combattants des Hachd sont actifs dans toutes les provinces d’Irak », a-t-il souligné.

Irak: Daech sauvera l'US Army?

Irak: Daech sauvera l'US Army?

Convoi US visé: les terroristes de Ghouiran ratent leur plan

http://french.presstv.ir/Detail/2022/02/12/676673/Les-Hachd-neutralisent-les-plans-US

 

Dans IRAK

IRAK : LE HQ-9 CHINOIS DEBARQUE!

Par Le 06/02/2022

Commande d’avions et de drones au Pakistan, ciel irakien en pleinement mutation

Sunday, 06 February 2022 6:03 PM  [ Last Update: Sunday, 06 February 2022 6:38 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des systèmes de missiles HQ-9 chinois. (Photo à titre d'illustration)

Ces dernières semaines les bases et les convois américains en Irak et en Syrie ont fait l’objet des attaques répétées. Rien que pour la seule journée du samedi 5 février, les troupes américaines en Irak ont vécu deux fois le cauchemar d’être prises pour cible par des bombes en bordure de route. Le premier convoi a été pris pour cible à al- Samawah et le second sur la route internationale Samawah-Diwaniyah.

De même, des médias irakiens ont rapporté dimanche 6 février qu'un convoi logistique américain avait été pris pour cible dans la province irakienne d'al-Diwaniyah. Aucun groupe n'a revendiqué l'attentat.

Ce n'est pas une première, les convois logistiques de la coalition américaine sont la cible de bombes en bordure de route plusieurs fois par semaine voire par jour.

Alors que les troupes américaines devaient quitter l'Irak fin 2021 en vertu d'un accord entre Bagdad et Washington, la Maison Blanche a fait état du passage de la mission militaire US en Irak à un rôle consultatif, ce qui selon la Résistance irakienne est une pure imposture américaine pour prolonger la présence de ses troupes en Irak.

Irak: les convois militaires US chassés!

Irak: les convois militaires US chassés!

Six attaques contre les convois logistiques US en l'espace de 24 heures! Les Américains ne savent à quel saint se vouer! La meilleure solution? S'engager d...

Les groupes de résistance irakiens ont averti à plusieurs reprises qu'ils considéraient la présence continue des troupes américaines en Irak de quelque manière que ce soit comme une occupation et recourraient à toutes options pour battre les occupants.

La multiplication des frappes contre les forces occupantes américaines intervient alors que des sources d’information font part de la décision de Bagdad de renforcer ces défenses antiaériennes par l’achat de missiles et d’avions de chasse à Pékin, mais aussi à Islamabad.

Selon le site Web Tactical Report, l'Irak a entamé des négociations avec la Chine pour acquérir des systèmes de missiles de défense aérienne FD-2000B. Plus tôt le président chinois, Xi Jinping, a déclaré que Pékin attachait une importance particulière au développement des relations avec l'Irak et était disposée à promouvoir les partenariats stratégiques pour un plus grand développement.

Développé par l'industrie de la défense chinoise, le FD-2000 est une version d’exportation de l’ADMS HQ-9, un système de missile de défense aérienne sol-air (SAM) à guidage radar semi-actif (SARH) à longue portée. Le missile est capable d'intercepter des armes à guidage de précision ainsi que des drones, des hélicoptères et des avions de combat.

L'US Army fuit le sud d'Irak!

L'US Army fuit le sud d'Irak!

Un responsable irakien a fait état de l'arrivée suspecte d'un grand convoi militaire américain de la province de Bassora vers celle d'al-Anbar, dans la bas...

Doté d'une ogive de 180 kg, le missile FD-2000 avec une vitesse maximale de Mach 4,2 et une portée maximale de 125 km est capable d’atteindre une altitude de 27 km.

En outre, l'Irak vient de signer un accord avec le Pakistan pour l'acquisition d'un certain nombre de chasseurs JF-17 Block, le ministre irakien de la Défense, Juma Anad, affirmant : « Nous avons signé un contrat avec une société pakistanaise pour acheter l'avion. »

Des médias pakistanais avaient précédemment rapporté que des pourparlers avaient eu lieu entre Islamabad et Bagdad pour l'achat de 12 avions de combat JF-17 Block d'une valeur de 664 millions de dollars.

Pour rappel, au Baloutchistan, l’une des quatre provinces fédérées du Pakistan, le gouvernement développe depuis deux décennies un projet portuaire d’envergure dans la ville de Gwadar. La Chine y est intervenue dès l’achèvement de la première phase en 2007, et en a fait le projet phare du corridor économique sino-pakistanais, quitte à provoquer la colère des États-Unis.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/02/06/676296/Irak-US-Army-attaque

Dans IRAK

L'IRAN CONDAMNE LES TIRS DE ROQUETTES CONTRE L'AEROPORT DE BAGDAD, UN ACTE VISANT A DESTABILISER L'IRAK

Par Le 29/01/2022

L’Iran condamne les tirs de roquettes contre l’aéroport de Bagdad

L’Iran condamne les tirs de roquettes contre l’aéroport de Bagdad

folder_openIran access_timedepuis 6 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec agences

L'Iran a condamné samedi les tirs de roquettes la veille contre l'aéroport international de Bagdad et qualifié cette opération «d'acte visant à déstabiliser» son voisin irakien.

«Ces actions suspectes créent de l'insécurité et des troubles, qui ouvrent la voie aux ennemis et aux insurgés en Irak» a affirmé dans un communiqué le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh. Durant la nuit, Kuwait Airways a annoncé suspendre ses vols vers l'Irak à la suite de cette attaque.

Six roquettes de type Katioucha sont tombées vendredi à l'aube sur des aires de stationnement ou des pistes de l'aéroport international de Bagdad, sans faire de victimes mais endommageant deux avions de ligne vides.

«Cette attaque est un acte visant à déstabiliser l'Irak», dont «l'Iran a toujours soutenu le maintien de sa sécurité, son développement, son progrès et son intégrité territoriale», a souligné M. Khatibzadeh.

Jamais revendiqués, des tirs de roquettes ou des drones piégés visent régulièrement les intérêts américains et les troupes de la soi-disant «coalition internationale» en Irak, où des groupes de la Résistance populaire du Hachd al-Chaabi réclament le départ des troupes étrangères notamment celle de l’occupation américaine.

Le 9 décembre, l'Irak avait annoncé la «fin de la mission de combat» de la «coalition», qui conserve toutefois ses effectifs sur le sol irakien sous prétexte de poursuivre un rôle de formation et de conseil, avec quelque 2.500 militaires américains et un millier de soldats de pays membres de la «coalition».

https://french.alahednews.com.lb/42808/337

irak iran roquettes said khatibzadeh

Dans IRAK

IRAK : L'US ARMY TRIPLEMENT FRAPPEE

Par Le 23/01/2022

La contre-attaque de la Résistance au scénario de la prison de Ghouiran

Sunday, 23 January 2022 6:52 PM  [ Last Update: Sunday, 23 January 2022 6:52 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un véhicule militaire américain brûle lors d'attaque contre un convoi logistique. (Archives)

Trois convois logistiques US abattus en 6 heures, décidément le coup de la prison de Hassaké que les officiers de la CIA ont monté de toute pièce pour faire infiltrer les terroristes de Daech en Irak, tout en frappant la population sur la rive Est de l'Euphrate, vient d'être déjoué !

Le porte-parole des forces armées irakiennes a fait part de l’établissement d'une sécurité totale à la frontière du pays avec la Syrie, alors que l’ancien ministre de l’Intérieur avertit du dessein néfaste des terroristes de Daech consistant à prendre pour cible les villes saintes de Karbala et de Nadjaf.

Le porte-parole des forces armées irakiennes, le général de brigade Yahya Rassoul, a déclaré que les frontières du pays avec la Syrie étaient totalement en sécurité.

« Après que plusieurs deschistes se sont évadés de la prison de Hassaké en Syrie, le commandant en chef des forces armées a ordonné de renforcer les mesures de sécurité à la frontière irako-syrienne », dit le responsable militaire.

Il a précisé : « Les forces de sécurité irakiennes sont en état d’alerte pour contrer les résidus du groupe terroriste Daech, qui tentent peut-être d'entrer dans le pays ».

Par contre, l’ancien ministre irakien de l’Intérieur, Baqer al-Jabr al-Zoubaidi, alerte dans un communiqué que le but des prisonniers évadés de Daech était d’atteindre d’abord le triangle frontalier entre la Syrie, l’Irak et la Jordanie pour accéder ensuite à l’axe Nadjaf et Karbala.

Al-Zoubaidi a par ailleurs déclaré : « Au moment où les Forces démocratiques syriennes (FDS) ignorent toujours les tentatives des terroristes de s’enfuir des prisons syriennes, ainsi que l’incapacité des forces de la soi-disant coalition internationale dirigée par les États-Unis à cibler les éléments de Daech, nous n’exclurons pas davantage d’évasions à l’avenir ».

Baghdadi tué: des révélations irakiennes!

Baghdadi tué : des révélations irakiennes !

Les services de renseignement irakiens font des révélations sur la mort du chef de Daech.

« Bien que la prison syrienne de Ghouiran soit, dit l’ancien ministre, éloignée de la frontière irakienne et plus proche de la frontière turque, l’hypothèse de l’infiltration de Daech sur notre territoire est toujours valable. Dans ce sens, il y a des informations selon lesquelles les terroristes takfiristes tentent d’atteindre le triangle frontalier entre la Syrie, l’Irak et la Jordanie, ensuite la région de Hauran, avant de prendre le contrôle de l’axe Nadjaf-Karbala, et c’est le plan auquel s’est référé le porte-parole de Daech, al-Adnani, dans un fichier audio, en indiquant que les cibles ultimes est les villes de Nadjaf et de Karbala. »

Pour rappel, un certain nombre d’éléments de Daech se sont évadés à la suite d’une explosion de la prison de Ghouiran, dans la province syrienne de Hassaké, qui est sous le contrôle des paramilitaires des FDS.

Irak : la Résistance sort ses drones!

Irak : la Résistance sort ses drones !

Les Hachd ont lancé une vaste opération pour éradiquer les éléments cachés de Daech à Diyala, afin de bloquer certaines factions politiques et les USA qui font des terroristes des leviers de pression sur la Résistance.

Alors que les daechistes multiplient leurs opérations terroristes en Syrie et près de la frontière irakienne, le commandant de l’opération Karbala, le général de brigade Ali al-Hachemi a fait part de la préparation complète des forces armées et du renforcement des militaires cantonnés dans le désert occidental de la province de Karbala.

Le bureau médiatique de la préfecture de Karbala, faisant référence au général de brigade al-Hachemi, a annoncé dans un communiqué que les villes de Nadjaf et de Karbala étaient totalement en sécurité et sous le contrôle de l’armée et des gardes-frontières.

Le haut commandant a par ailleurs fait état de l’entrée de plus de troupes sur le terrain pour soutenir les forces armées déployées dans la région et sur la frontière.

Le chef du Courant sadriste, Moqtada al-Sadr, a annoncé que le groupe armé « Saraya al-Salam » (Brigade de la paix) était prêt à contrer toute menace contre la sécurité des deux villes saintes.

« L’ennemi terroriste dit qu’il est en route et nous lui dirons que si vous venez, nous viendrons aussi », avertit Moqtada al-Sadr.

Le chef du Courant Sadr a souligné : « Nous sommes en état d’alerte, et les forces de sécurité doivent être pleinement préparées pour repousser tout danger possible. Le gouvernement devrait prendre des mesures pour renforcer l’armée irakienne, chargée de soutenir l’Irak et la nation, et ne devrait pas manquer de le faire. Mais une telle nouvelle ne doit pas affaiblir la ferme volonté de nos combattants. »

Bagdad: la tête du serpent, coupée?

Bagdad : la tête du serpent, coupée ?

Pour la cinquième fois consécutive, les forces irakiennes ont lancé une opération de nettoyage 

Entre-temps, un convoi logistique américain a été pris pour cible le lundi 23 janvier dans la province irakienne de Diwaniya, a rapporté dimanche Sabereen News.

Un autre convoi logistique de l’armée américaine dans la province de Qadessiya a aussi été attaqué par des groupes de résistance. À 48 reprises, ces attaques visant des convois et des positions des troupes américaines ont été menées dans la province de Qadessiya. Cette attaque était suivi d'une autre, troisième attaque en ce dimanche, menée contre un convoi logistique de l'armée américaine dans la province de Babel. Il s’agit donc de la 237e attaque contre les convois logistiques de l’armée américaine en Irak depuis un an.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/01/23/675348/Daech-veut-viser-Karbala-et-Najaf%C2%A0-

Dans IRAK

LES USA SOUS LA MENACE D'UNE GUERRE ILLIMITEE DU PEUPLE IRAKIEN EN RESISTANCE

Par Le 13/01/2022

Tout l’Irak se transformera en champ de bataille (Résistance)

Wednesday, 12 January 2022 6:27 PM  [ Last Update: Wednesday, 12 January 2022 6:27 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

De nouveaux convois américains arrivent à Aïn al-Asad. ©Al-Maalomah

Les groupes irakiens restent sceptiques quant au départ des forces américaines du pays, malgré la confirmation par les autorités officielles du départ des forces de combat étrangères depuis la fin de l'année dernière, avec un certain nombre de conseillers qui n'effectuent aucune mission de combat, a rapporté Al-Araby Al-Jadeed.

Certaines factions ont menacé d'une « confrontation ouverte » et d’une « guerre illimitée » avec les forces américaines, en conjonction avec l'escalade des attaques qui ont visé les convois de la coalition US et les bases militaires qui incluent des conseillers de la coalition, au cours des derniers jours.

Irak: la chasse aux Yankee se poursuit

Irak: la chasse aux Yankee se poursuit

Attaques contre les bases américaines, décision stratégique de la Résistance dans toute la région

Saad al-Saadi, leader du mouvement Asaïb Ahl al-Haq, a déclaré que « le groupe estime que le retrait américain d'Irak est un mensonge, et que l'administration américaine n'a pas respecté la décision de retirer ses forces de combat d'Irak et n'a pas respecté la souveraineté de l'Irak ».

Dans une interview avec Al-Araby Al-Jadeed, Al-Saadi a déclaré : « Les États-Unis d'Amérique ont travaillé pour changer le signe uniquement des forces combattantes en forces non combattantes, mais la vérité est que ces forces sont toujours présentes à l'intérieur de l'Irak. Nous n'avons vu aucune force américaine partir vers les bases du Koweït ou du Qatar et d'autres pays de la région. »

Il a ajouté que « l'Organe de coordination des factions de la Résistance irakienne allait s'engager dans une confrontation ouverte à tous les niveaux avec les forces américaines en Irak et avec tous les intérêts et objectifs de Washington à l'intérieur du territoire irakien », notant que l’escalade des opérations militaires se poursuivra dans la prochaine étape.

D'autre part, le porte-parole du Commandement conjoint des opérations irakiennes, le général de division Tahsin Al-Khafaji, a déclaré dans une interview à Al-Araby Al-Jadeed : « L'Irak est totalement libre de toute force de combat étrangère, à l'exception des conseillers qui sont à l'intérieur des bases militaires irakiennes sous la protection des forces de sécurité irakiennes. »

Irak : le 1er hélico US

Irak : le 1er hélico US

Des attaques hybrides se poursuivent : la Résistance sort ses drones déltaoide à bombe intelligente

Cela intervient alors qu’une source sécuritaire a déclaré ce mercredi que des convois militaires américains continuaient d'arriver à la base aérienne d'Aïn Al-Asad, à l'ouest de la province d’al-Anbar.

La source a indiqué dans une déclaration à l'agence Al-Maalomah, que « la base aérienne d'Aïn Al-Asad dans la région d'Al-Baghdadi, le district de Hit, à l'ouest d'al-Anbar, a assisté à l'arrivée de convois américains chargés de matériel et de véhicules militaires en provenance de Bagdad et d'autres gouvernorats ». Il a ajouté : « Les convois américains sont arrivés sous la protection de sociétés de sécurité américaines et de drones », notant que « les forces américaines ont renforcé les mesures de protection sur le bâtiment de la base d'al-Asad de peur d'être ciblées ».

Dans ce contexte, le stratège sécuritaire des affaires de renseignement américaines et internationales, Muhammad Ahmad Al-Rousan, a estimé, mercredi, que le retrait américain d'Irak est un « mensonge » et qu'il s'agit d'un repositionnement et d’une intensification des opérations de renseignement des Etats-Unis.

Camp Victory sous attaque

Camp Victory sous attaque

Irak : attaque drones-missiles en image contre le Camp Victory

http://french.presstv.ir/Detail/2022/01/12/674616/Irak-Al-Anbar-base-US-retrait-R%C3%A9sistance#:~:text=Tout%20l%E2%80%99Irak%20se,le%20Camp%20Victory

Dans IRAK

IRAK : LE HEZBOLLAH IRAKIEN REAGIT A LA RATIFICATION DES RESULTATS DES LEGISLATIVES APRES REJET DES PLAINTES

Par Le 28/12/2021

Irak: Le Hezbollah irakien réagit à la ratification des résultats des législatives après le rejet des plaintes

 Depuis 12 heures  28 décembre 2021

Pour le Hezbollah irakien, "celui qui a confisqué les droits des Irakiens était soutenu par la coalition saoudo-américaine-sioniste du mal"

Pour le Hezbollah irakien, "celui qui a confisqué les droits des Irakiens était soutenu par la coalition saoudo-américaine-sioniste du mal"

 Article traduit - Irak - Monde arabe

 

Rédaction du site

La Cour suprême fédérale, plus haute instance constitutionnelle d’Irak, a ratifié le lundi 27 décembre, les résultats des législatives d’octobre après avoir retorqué une plainte déposée sur des fraudes électorales.

La ratification, simple procédure administrative, va permettre au nouveau Parlement de tenir sous deux semaines sa session inaugurale, selon la loi.

L’assemblée pourra ensuite élire le président de la République, qui désignera un premier ministre, choisi selon la tradition par la plus grande coalition au Parlement.

Après les législatives du 10 octobre, l’Alliance de la conquête, vitrine politique du Hachd al-Chaabi, avait déposé sa plainte en dénonçant des élections entachées de fraudes.

Lundi, après le rejet de son recours, son chef Hadi al-Ameri a annoncé qu’il « respectait la décision de la Cour fédérale, malgré notre profonde conviction que le processus électoral a été entaché de nombreuses fraudes et manipulations ».  Il a aussi accusé la Cour fédérale d’avoir fait l’objet de « fortes pressions ».

Pour leur part, les Brigades du Hezbollah ont estimé que ce qui s’est passé lors des élections législatives constitue « la plus grande fraude dans l’histoire du peuple irakien ».

Pour le Hezbollah irakien, « celui qui a confisqué les droits des Irakiens était soutenu par la coalition saoudo-américaine-sioniste du mal », notant que « la coalition du mal voulait faire passer son agenda en soumettant les Irakiens à des volontés malveillantes », rapporte la télévision libanaise AlMayadeen.

Et d’ajouter: « la justice irakienne a fait l’objet de chantage, de menaces et de pressions, notamment de la part de l’ambassadeur américain et représentante du secrétaire général des Nations unies en Irak, Janine Plasshart ».

Et le Hezbollah irakien de réitérer « sa position ferme de ne participer à aucun futur gouvernement ».

De son côté, le mouvement Asa’ib Ahl al-Haq a exprimé ses « regrets pour la décision du rejet de l’annulation des résultats des législatives malgré les preuves » et a estimé que « la Cour fédérale irakienne a subi des pressions internes et externes ».

Après l’approbation des résultats définitifs des élections du Tribunal fédéral, les manifestants se sont rassemblés autour du bâtiment de la Cour fédérale et bouclé les rues de la zone verte dans la capitale Bagdad.

Des dirigeants de la vitrine politique du Hachd al-Chaabi avaient expliqué en conférence de presse les raisons de leur plainte, détaillant des ratés survenus lors du vote.

Citant des rapports d’expertise d’une entreprise allemande commandités par la commission électorale pour évaluer le déroulé du vote, ils ont rappelé que les empreintes digitales de nombreux électeurs n’ont pas pu être reconnues durant le vote électronique. Ils ont également pointé du doigt les défaillances d’un appareil électronique utilisé pour le vote, le C-1000.

https://french.almanar.com.lb/2220165

   

Dans IRAK

DES MANIFESTANTS A BAGDAD CONTRE LA SUPPRESSION DE LA FRESQUE DU MARTYR ABOU MAHDI AL-MOHANDES

Par Le 25/12/2021

Des manifestants à Bagdad contre la suppression de la fresque d’Abou Mahdi al-Mohandes

 Depuis 2 heures  25 décembre 2021

fresque_mohandes-jpg1

 Article traduit - Irak - Monde arabe

 

Rédaction du site

Des dizaines de manifestants se sont rassemblés sur la place Al-Ferdaws au centre de la capitale irakienne, Bagdad, du vendredi soir à samedi, pour empêcher la suppression d’une immense fresque murale du martyr Abou Mahdi Al-Mohandes.

Ils avaient manifesté en grand nombre sur la place après l’annonce de l’intention des autorités irakienne d’enlever l’image du chef du Hachd al-Chaabi. La place a alors été fermée et des éléments des Forces de sécurité de ces forces de mobilisation populaire s’y sont déployées pour contrôler la situation dans la région.

Le martyr Mohandes avait été tué le 3 janvier 2020, dans un raid américain, ainsi que le commandant de la force al-Qods, le général Qassem Soleimani.
Des foules immenses ont participé aux cérémonies funéraires des deux martyrs, à Kazimiya à Bagdad, puis à Karbala et Najaf. Les manifestants en deuil avaient scandé des slogans réclamant le retrait des forces américaines de leur pays.

« Ils ne seront jamais en sécurité à partir d’aujourd’hui. Par Allah, nous ne les laisserons jamais », est-il inscrit sur la fresque. Une parole attribuée à Abou Mahdi al-Mohandes.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2218537

   

Dans IRAK

IRAK : LES FORCES DE « SECURITE » TIRENT SUR DES MANIFESTANTS  PRO AL-CHAABI DENONCANT DES FRAUDES ELECTORALES. 2 MARTYRS ET 125 BLESSES

Par Le 05/11/2021

Irak: Les forces de sécurité ouvrent le feu sur les manifestants: 2 martyrs, 90 blessés

 Depuis 30 minutes  5 novembre 2021

manif_bagdad

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

 

Rédaction du stie

Les forces de sécurité irakiennes ont ouvert ce vendredi 5 novembre le feu sur plusieurs centaines de partisans de la coalition du Hachd al-Chaabi qui manifestaient à Bagdad contre « des fraudes » qui selon eux ont entaché les résultats des législatives du mois d’octobre dernier.

Elles s’étaient déployées en grands renforts autour de la zone verte, qui abrite notamment l’ambassade américaine et la commission électorale irakienne, dès les première heures de la journée, après l’appel aux manifestations lancé par le Comité de préparation des manifestations protestant contre le scrutin législatif.

Selon le chroniqueur irakien Wael al-Jabiri, les manifestants étaient sortis pour protester pacifiquement contre les résultats du scrutin législatif. « Ils n’ont pas attaqué les forces de sécurité mais ce sont ces dernières qui ont pris l’initiative d’ouvrir le feu sur eux », a-t-il expliqué pour la chaine de télévision iranienne arabophone al-Alam.

manif_bagdad-jpg1

Il y a eu 2 tués et 125 blessés parmi les manifestants, ont rapporté les médias locaux qui ont fait état de heurts violents. Certains manifestants brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Non à la fraude! ». Selon les agences internationales, ils ont lancé des pierres et des objets sur les forces de l’ordre.

Après le scrutin du 10 octobre, dont les résultats préliminaires ont affiché un net recul de la vitrine politique du Hachd al-Chaabi, les dirigeants de ce dernier ont crié à l' »escroquerie » et annoncé qu’ils feraient appel des résultats définitifs, qui doivent être publiés dans les prochaines semaines.

Un mouvement de contestation a été déclenché à partir du 19 octobre pour réclamer un recomptage manuel complet.
Mais les appels des uns et des autres sont restés sans suite.

« Le gouvernement irakien n’a pas répondu aux appels des protestataires de recompter les voix, en dépit des avertissements préalables des manifestants qu’ils allaient intensifier leur mouvement », a indiqué Jabiri.

Accusations contre Kazimi et les EAU

Dans un communiqué publié ce vendredi, le Comité d’organisation des manifestations a accusé la Commission électorale irakienne ainsi que le Premier ministre Moustafa al-Kazimi, et les Emirats arabes unis d’avoir manipulé les résultats des élections.

« Nous accusons Kazimi et par derrière Abdel Wahhab al-Saidi et Hamed al-Zoheiri d’être responsables des martyrs et des blessés », peut-on lire dans le communiqué du Comité de préparation des manifestations.
Abdel Wahhab al-Saidi a été désigné par le Premier ministre irakien depuis 2020 à la tête de l’appareil de lutte contre le terrorisme, après en avoir été destitué par l’ex-Premier ministre Adel Abdel Mahdi.
Quant à Hamed al-Zoheiri, il est le commandant de la brigade spéciale chargée de la sécurité de la zone verte. Il a fait ses études militaires à la Faculté militaire de Sandherst en Grande bretagne puis a obtenu des diplômes militaires en Jordanie et aux États-Unis.

Les doutes planent sur un rôle suspect de la part des EAU, du fait que c’est une société dont la filiale se trouve sur leur sol, qui avait pris en charge le support technique et la sécurité numérique des élections parlementaires irakiennes. La DarkMatter recrute des employés des Unités technologiques de l’armée d’occupation israélienne.

Mises en garde

qais_khazaali

Après la mort des deux manifestants, cheikh Qaïs al-Khazaali, le dirigeant de la brigades Assaëb Ahl al-Haq, l’une des composantes du Hachd, a fermement condamné le recours à la force par les forces de sécurité.
« Il faut juger ceux qui ont ouvert le feu sur les manifestants… nous n’accepterons pas de cacher ceux qui ont commandé et ceux qui ont exécuté », a-t-il averti.
Demandant aux manifestants de faire preuve de retenue, M. Khazaali a mis en garde contre les tentatives de partie liées à des services de renseignements de bombarder la zone verte puis d’en adosser la responsabilité aux factions du Hachd al-Chaabi.

maliki_tweet

L’ex-Premier ministre irakien Nouri al-Maliki avait lui aussi dénoncé le recours à la violence par qui que ce soit, il a mis en garde contre « des mains perfides qui pourraient allumer la zizanie et redistribuer les cartes ».

Le Hachd al-Chaabi qui a combattu Daech avec l’aide de conseillers iraniens es Gardiens de la révolution et affiche son plein soutien à l’axe de la résistance est la bête noire des Etats-Unis. Disposant d’une grande influence en Irak, ils tentent de les circonscrire de la vie politique en Irak et de les dissoudre.

 

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2183898

Dans IRAK

UN DEPUTE IRAKIEN DE LA COALITION AL-FATH (HACHD AL-CHAABI) REVELE QUE LES EAU CHERCHENT A COUPER LE TRONCON IRAKIEN DE LA « ROUTE DE LA SOIE »

Par Le 02/11/2021

Cet agent des Anglo-Saxons qui veut contrer le basculement irakien vers l'Est

Tuesday, 02 November 2021 7:27 PM  [ Last Update: Tuesday, 02 November 2021 7:27 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Port irakien de Faw @ Getty images

Au nom de Sa Majesté ce n'est pas que dans les législatives irakiennes que les Émirats s'ingèrent en commettant des irrégularités dans le comptage des voix et en cherchant pour le compte des Anglo-Saxons à reléguer politiquement au second plan la Résistance. 

Un député de la coalition Al-Fath (Hachd al-Chaabi) a révèle que les EAU cherchent à couper le tronçon irakien de la « route de soie » en mettant le grappin sur le port méridional irakien de Faw. 

 « Le complot et l'intervention étrangère visent à prendre le contrôle de l'économie irakienne. Les EAU cherchent à détruire la route de soie sous prétexte d' investissant dans le port de Faw. Or le gouvernement Kazemi n'a pas le droit de décider a ce sujet, lui qui est la pour expédier les affaires courantes en attendant la formation du nouveau gouvernement ». Le port Faw fait partie des projets d'investissement chinois inclus dans l'accord de 2 milliards de dollars signé de l'époque de l'ex-PM avec la Chine.

Irak/Chine: les USA se font doubler...

Irak/Chine: les USA se font doubler...

le ministre irakien des Transports, Nasser Hussein al-Shibli, avait fait part il y a peu  des demandes du Qatar et des Émirats arabes unis pour investir dans le grand port de Faw.

Lire aussi: Irak: 1er coup anti-US de Pékin!

Mais Faw n'est que l'un des multiples criblages émiratis en Irak .

Le conseiller à la sécurité nationale des EAU, Tahnoun ben Zayed al-Nahyan, n'a d'ailleurs fait aucun secret du rôle réparti par l'axe anglo-saxon à Abou Dhabi en Irak :

« Pour nous il n’y a pas de différence entre les ports de la région qui affectent l'économie dans les 30 prochaines années. Peu importe que ce soit le port de Gwadar (Pakistan) que la Chine essaie de gérer ou le port irakien de Faw. On veut bloquer la Chine. Adel Abdel Mahdi n'était pas du tout différent de l’ancien premier ministre pakistanais, Nawaz Sharif, qui avant lui avait cherché à établir des liens économiques avec la Chine. Nous ne permettrons pas à certains de se développer et de prospérer au détriment d’Abou Dhabi. » 

Les convoitises territoriales émiraties en Irak n'ont pas qu'une couleur anti-chinoise. Elles sont aussi pro-israéliennes. En 2017 Abou Dhabi avait apporté son plein soutien à la tenue d'un référendum sur le sort de la région kurde irakienne et cela a provoqué la protestation de Bagdad à l'époque. 

Un an plus tard, en 2018, des cargaisons de drogue et d'armes des EAU vers l'Irak étaient saisies dans les ports de Bassora, mais il y a eu d'intenses pressions pour cacher ce scandale.

Hadi al-Ameri, chef de l’alliance al-Fatah au Parlement irakien, a appelé ce samedi 19 décembre à investir dans le grand port de Faw à Bassora, le qualifia...

La livraison d'armes par Abou Dhabi a dévoilé l'implication directe des Émirats arabes unis dans les problèmes de sécurité en Irak en prise à l'époque comme aujourd'hui avec Daech. Le trafic de drogue en provenance des pays arabes, en particulier des EAU à destination de l’Irak a augmenté à un rythme sans précédent. La Résistance irakienne peut-elle encore longtemps tolérer ce rôle trouble émirati? 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/11/02/669769/Irak---les-EAU-cherchent-%C3%A0-d%C3%A9truire-la-route-de-soie

Dans IRAK

COLIN POWELL : LE « GENTIL HOMME » QUI A CONTRIBUE A DETRUIRE UN PAYS

Par Le 23/10/2021

 

Colin Powell : le « gentil homme » qui a contribué à détruire un pays

 

21 Oct 2021

   

La première victime de la guerre, c’est la vérité. Cela n’a jamais été aussi évident que dans la vie de Colin Powell, ancien secrétaire d’État et ancien général en chef des États-Unis. Il avait l’image d’une colombe, mais elle cachait derrière elle des crimes de guerre.

 

Colin Powell est décédé à l’âge de 84 ans. Powell était conseiller à la sécurité nationale de Ronald Reagan et le premier commandant en chef noir de l’armée américaine. En 2001, il est devenu le premier secrétaire d’État noir du pays.

D’un point de vue personnel, il est décrit comme un homme « agréable » et « gentil ». Il était également un modèle pour de nombreux Noirs. Tout cela est peut-être vrai, mais cela ne l’empêche pas d’avoir une carrière extrêmement sanglante, ponctuée de crimes de guerre.

En 1968, Powell, alors âgé de 31 ans, a été chargé d’enquêter sur le massacre de My Lai au Vietnam. Entre 350 et 500 civils non armés avaient été tués par des soldats américains, dont des femmes et des enfants. Powell a couvert le massacre, écrivant dans son rapport que « les relations entre les soldats de la division américaine et le peuple vietnamien sont excellentes ».

Dans les années 1980, Colin Powell était l’un des principaux généraux qui ont armé et entraîné l’armée et les escadrons de la mort salvadoriens. Ils ont été responsables du massacre de 75 à 80 000 Salvadoriens. En 1989, il a dirigé l’invasion du Panama.

Il est surtout connu pour son célèbre discours devant le Conseil de sécurité des Nations unies en 2003. Il y a affirmé détenir la preuve que Saddam Hussein, le dirigeant irakien de l’époque, possédait des armes de destruction massive. Ce mensonge flagrant était destiné à stimuler l’opinion publique en faveur de l’invasion de l’Irak.

L’invasion, la guerre et la guerre civile qui ont suivi ont complètement dévasté le pays, tuant près de 300 000 Irakiens. La plupart d’entre eux étaient des civils.

Powell n’était certainement pas le plus grand faucon de l’administration Bush de l’époque, mais il était probablement le seul qui aurait pu empêcher une invasion. Il aurait pu refuser de diffuser ce mensonge flagrant devant l’ONU. Il aurait presque certainement dû démissionner, mais de nombreux autres membres du personnel auraient pu le suivre et les dirigeants d’autres pays se seraient opposés à l’invasion.

Muntadher Alzaidi, le journaliste devenu mondialement connu pour avoir jeté sa chaussure à la tête du président Bush, a exprimé dans un tweet sa tristesse que Powell n’ait pas été jugé pour crimes de guerre à la suite de son rôle central dans l’invasion de l’Irak. « Je suis sûr que le jugement de Dieu l’attend », écrit-il.

 

Source : De Wereld Morgen

Traduit du néerlandais par Marc Vandepitte pour Investig’Action

https://www.investigaction.net/fr/collin-powell-le-gentil-homme-qui-a-contribue-a-detruire-un-pays/

Dans IRAK

IRAK: MOQTADA AL-SADR GAGNE DU TERRAIN AUX ELECTIONS LEGISLATIVES AUXQUELLES SEULEMENT 41% D’ELECTEURS ONT CHOISI DE VOTER

Par Le 19/10/2021

 

Moqtada le Conquérant gagne du terrain dans un scrutin irakien

Lors des récentes élections, la popularité de Moqtada al-Sadr s’est confirmée, mais les luttes intestines en Irak ne font que commencer.

Par Pepe Escobar

Mondialisation.ca, 19 octobre 2021

Région : 

Analyses: 

 0   0  0  New

Il serait tentant d’imaginer que les élections législatives irakiennes de dimanche dernier ont changé la donne géopolitique. Eh bien, c’est compliqué – à plus d’un titre.

Commençons par le taux d’abstention. Sur les 22 millions d’électeurs appelés à choisir 329 membres du Parlement parmi 3227 candidats et 167 partis, seuls 41% ont choisi de voter, selon la Haute Commission électorale irakienne (IHEC).

Ensuite, il y a la fragmentation notoire de l’échiquier politique irakien. Les premiers résultats offrent un aperçu fascinant. Sur les 329 sièges, les Sadristes – dirigés par Moqtada al-Sadr – en ont obtenu 73, une coalition sunnite en a 43, une coalition chiite – dirigée par l’ancien premier ministre Nouri al-Maliki – en a 41 et la faction kurde dirigée par Barzani en a 32.

Dans la configuration électorale actuelle, outre les coalitions chiites, les sunnites ont deux blocs principaux et les Kurdes ont deux partis principaux qui dirigent le Kurdistan autonome : la bande de Barzani – qui fait toute une série d’affaires louches avec les Turcs – et le clan Talabani, qui n’est pas beaucoup plus propre.

Ce qui se passe ensuite, ce sont des négociations extrêmement longues, sans parler des luttes intestines. Une fois les résultats certifiés, le président Barham Saleh a, en théorie, 15 jours pour choisir le prochain président du Parlement, et le Parlement a un mois pour choisir un président. Mais l’ensemble du processus pourrait durer des mois.

La question est déjà dans tous les esprits à Bagdad : conformément à la plupart des prévisions, les sadristes pourraient finalement obtenir le plus grand nombre de sièges au Parlement. Mais seront-ils capables de former une alliance solide pour désigner le prochain premier ministre ?

Il est fort possible qu’ils préfèrent rester à l’arrière-plan, étant donné que les prochaines années seront extrêmement difficiles pour l’Irak dans tous les domaines : sur le front de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme, sur le front économique épouvantable, sur le front de la corruption et de la gestion abyssale, et enfin, sur ce que signifie réellement le retrait attendu des troupes américaines.

La prise de contrôle de près d’un tiers du territoire irakien par Daech entre 2014 et 2017 n’est peut-être plus qu’un lointain souvenir, mais il n’en reste pas moins que sur les 40 millions d’Irakiens, un nombre incalculable d’entre eux doivent faire face quotidiennement à un chômage endémique, à l’absence de soins de santé, à de maigres possibilités d’éducation et même à l’absence d’électricité.

Le « retrait » américain en décembre est un euphémisme : 2500 troupes de combat seront en fait repositionnées dans des rôles « non combattants » non spécifiés. L’écrasante majorité des Irakiens – sunnites et chiites – ne l’acceptera pas. Une source d’information solide – occidentale, pas ouest-asiatique – m’a assuré que diverses formations chiites ont la capacité de submerger toutes les ressources américaines en Irak en six jours seulement, y compris la zone verte.

Les règles de Sistani

Décrire les principaux acteurs de la scène politique irakienne comme une simple « élite dirigeante dominée par des islamistes chiites » relève de l’orientalisme grossier. Ils ne sont pas « islamistes », au sens djihadisme salafiste du terme.

Ils n’ont pas non plus mis en place une coalition politique « liée à des milices soutenues par l’Iran » : c’est un réductionnisme grossier. Ces « milices » sont en fait les Unités de Mobilisation populaire (UMP), qui ont été encouragées dès le départ par le grand ayatollah Sistani à défendre la nation contre les takfiris et les djihadistes salafistes de type Daech, et qui sont légalement intégrées au Ministère de la Défense.

Ce qui est certain, c’est que Moqtada al-Sadr est en conflit direct avec les principaux partis politiques chiites – et en particulier avec les membres impliqués dans la corruption massive.

Moqtada est un personnage très complexe. C’est essentiellement un nationaliste irakien. Il s’oppose à toute forme d’ingérence étrangère, en particulier à toute présence persistante de troupes américaines, sous quelque forme que ce soit. En tant que chiite, il doit être l’ennemi des profiteurs chiites politisés et corrompus.

Elijah Magnier a fait un travail remarquable en se concentrant sur l’importance d’une nouvelle fatwa sur les élections émise par le grand ayatollah Sistani, encore plus importante que la « Fatwa de la Réforme et des Changements » qui a abordé l’occupation du nord de l’Irak par Daech en 2014 et a conduit à la création des UMP.

Dans cette nouvelle fatwa, Sistani, basé dans la ville sainte de Najaf, oblige les électeurs à rechercher un « candidat honnête » capable d’ « apporter un véritable changement » et d’écarter les « candidats anciens et habituellement corrompus ». Sistani estime que « la voie de la réforme est possible » et que « l’espoir […] doit être exploité pour écarter les incompétents » du pouvoir en Irak.

La conclusion est inéluctable : une grande partie des personnes dépossédées en Irak ont choisi d’identifier ce « candidat honnête » comme étant Moqtada al-Sadr.

Ce n’est guère surprenant. Moqtada est le plus jeune fils du défunt et immensément respecté Marja’, Mohammad Sadeq al-Sadr, qui a été assassiné par l’appareil de Saddam Hussein. La base immensément populaire de Moqtada, héritée de son père, rassemble les pauvres et les opprimés, comme j’ai pu le constater à de nombreuses reprises, notamment à Sadr City à Bagdad, à Nadjaf et à Karbala.

Lors de l’opération Petraeus en 2007, j’ai été reçu à bras ouverts à Sadr City, j’ai parlé à de nombreux politiciens sadristes, j’ai vu comment l’armée du Mahdi opère tant dans le domaine militaire que social et j’ai observé sur place de nombreux projets sociaux sadristes.

Dans l’inconscient collectif chiite, Moqtada, qui était alors basé à Nadjaf, s’est fait remarquer au début de l’année 2004 en tant que premier chef religieux et homme politique chiite de premier plan à s’attaquer de front à l’occupation américaine et à lui dire de partir. La CIA a mis sa tête à prix. Le Pentagone a voulu l’abattre – à Najaf. Le grand ayatollah Sistani, et ses dizaines de millions de fidèles l’ont soutenu.

Par la suite, il a passé beaucoup de temps à parfaire ses connaissances théologiques à Qom, tout en restant dans l’ombre, toujours extrêmement populaire, et en apprenant une ou deux choses sur la manière de devenir politiquement habile. Cela se reflète dans son positionnement actuel : toujours opposé aux forces d’occupation américaines, mais prêt à travailler avec Washington pour accélérer leur départ.

Les vieilles habitudes (impériales) ont la vie dure. Débarrassé de son statut d’ennemi juré, régulièrement rejeté comme un « clerc instable » par les médias occidentaux, Moqtada est au moins maintenant reconnu à Washington comme un acteur clé et même un interlocuteur.

Ce n’est pourtant pas le cas du groupe Asaïb Ahl al-Haq, né de la base sadriste. Les Américains ne comprennent toujours pas qu’il ne s’agit pas d’une milice mais d’un parti : les États-Unis les considèrent comme une organisation terroriste.

Les acteurs de l’occupation américaine oublient aussi commodément que la façon dont le Parlement irakien « dysfonctionnel » est configuré, selon des lignes confessionnelles, est inextricablement liée au projet de démocratie libérale occidentale bombardée en Irak.

Sur le plan géopolitique, l’avenir de l’Irak en Asie occidentale sera désormais inextricablement lié à l’intégration eurasiatique. Sans surprise, l’Iran et la Russie ont été parmi les premiers acteurs à féliciter officiellement Bagdad pour le bon déroulement des élections.

Moqtada et les sadristes sont parfaitement conscients que l’Axe de la Résistance – Iran-Irak-Syrie-Hezbollah au Liban – se renforce de minute en minute. Et cela est directement lié au partenariat Iran-Russie-Chine qui renforce l’intégration de l’Eurasie. Mais chaque chose en son temps : mettons en place un premier ministre et un parlement « honnêtes ».

Pepe Escobar

 

Article original en anglais :

Iraq Elections: Muqtada the Conqueror Gains Ground in Iraqi Poll

Cet article en anglais a été publié initialement par Asia Times.

Traduit par Réseau International

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Pepe Escobar, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/moqtada-le-conquerant-gagne-du-terrain-dans-un-scrutin-irakien/5661510

Dans IRAK

LES COMMUNISTES IRAKIENS BOYCOTTENT LES ELECTIONS ANTICIPEES ET APPELLENT A UN CHANGEMENT RADICAL

Par Le 12/10/2021

12 Octobre 2021

 

Les communistes irakiens boycottent les élections anticipées et appellent à un changement radical
10/11/21 4:55 PM
Les élections législatives anticipées irakiennes du 10 octobre 2021 ont été caractérisées par une très faible participation, d'environ 20 %, confirmant le fait que les électeurs irakiens n'ont aucune confiance dans un système électoral conçu pour perpétuer le système de partage du pouvoir ethno-sectaire corrompu qui a été installé après la guerre et l'occupation du pays par les États-Unis en 2003.

Le Parti communiste irakien, qui a activement soutenu le soulèvement populaire d'octobre 2019, avait souligné que des élections anticipées étaient l'une des principales demandes du soulèvement visant à apporter un changement radical, à débarrasser le pays du système de partage du pouvoir ethno-sectaire et du sectarisme politique et à ouvrir des perspectives pour l'établissement d'un État démocratique civil et de la justice sociale.

Cependant, de profondes inquiétudes se sont fait jour concernant divers aspects du processus électoral, notamment une loi électorale défectueuse. Celle-ci a été amendée par le Parlement et conçue pour servir les intérêts des dirigeants et des blocs dominants. La date des élections a été reportée, à la demande de la Commission électorale dite "indépendante", du 6 juin au 10 octobre 2021. L'achat de votes a commencé tôt, les politiciens corrompus et leurs partis dépensant sans compter en l'absence de tout contrôle réel. La loi sur les partis, qui devrait empêcher de telles pratiques et interdit aux partis politiques ayant des formations armées de participer aux élections, n'a pas été appliquée.

Aucune mesure efficace n'a été prise pour empêcher la répétition des truquages et manipulations honteux du processus de vote qui ont entaché les élections précédentes. Le chiffre réel du taux de participation aux dernières élections législatives de 2018 était d'environ 20 %, alors que les chiffres officiels affirmaient qu'il était de 44,5 %.

Une demande très importante du mouvement de protestation, mais aussi des communistes irakiens, était que les auteurs des meurtres de plus de 700 jeunes manifestants pacifiques lors du soulèvement d'octobre soient traduits en justice. Mais le gouvernement de transition de Mustafa al-Kadhemi, installé en mai 2020 après le renversement de son prédécesseur Adel Abdul-Mahdi par le mouvement de protestation, n'a pas tenu ses promesses.

Face à cette situation, le Parti communiste irakien, après avoir mené un référendum interne auprès de tous les membres et organisations de son parti, a déclaré en juillet 2021 sa décision de boycotter les élections. Il a également averti que le fait de bloquer la voie d'un changement démocratique pacifique par le biais d'élections libres et équitables ne fera qu'aggraver la crise politique et ouvrir la porte à de graves conséquences, mettant en danger la paix civile. Les dirigeants seront alors tenus pleinement responsables d'avoir poussé le pays vers l'abîme.

source : http://www.solidnet.org/article/Iraqi-CP-Iraqi-Communists-Boycott-Early-Elections-and-Call-for-Radical-Change/

Tag(s) : #Irak#Communiste#Elections

Dans IRAK

IRAK : ENIEME OPERATION ANTI-US DES COMBATTANTS DU HACHD AL-CHAABI QUI MULTIPLIENT LES EXPLOITS CONTRE LES TERRORISTES DE DAECH

Par Le 22/09/2021

Irak : Enième opération anti américaine. Le Hachd al-Chaabi multiplie ses exploits contre Daech

 Depuis 2 heures  22 septembre 2021

convoius_irak

 Article traduit - Irak - Monde arabe

 

Rédaction du site

Enième attaque contre les troupes américaines en Irak:  un convoi de soutien logistique de la coalition américaine a été pris pour cible ce mercredi 22 septembre dans le sud de l’Irak, a rapporté le correspondant de la télévision d’information libanaise Al-Mayadeen, .
Des sources de sécurité ont précisé qu’un engin explosif a explosé près du convoi alors qu’il passait à l’intérieur des frontières de la région de Nassiriyah. Il a endommagé un véhicule mais n’a pas fait de victimes.

Les opérations anti américaines ne connaissent pas de répit depuis l’assassinat dans un raid américain en janvier 2020 du numéro deux du Hachd al-Chaabi, Abou Mahdi al-Mohandes au côté du commandant de la force al-Qods des Gardiens de la révolution iranienne, le général Qassem Soleimani. Sachant que le Parlement irakien a voté à la majorité une résolution réclamant le retrait américain d’Irak.
Réclamé par l’Ex-Premier ministre Adel Abdel Mahdi dans deux messages adressés au Conseil de sécurité et au Centcom, puis négocié par le Premier ministre actuel Mustafa al-Kazimi, ce retrait devrait entrer en vigueur en décembre 2021.

Le Hachd al-Chaabi qui a combattu Daech avec l’aide de conseillers iraniens multiplie ses exploits dans sa guerre contre la milice jihadiste takfiriste.

Il a annoncé récemment avoir avorté un plan terroriste visant la ville d’Amerli dans le gouvernorat de Salah al-Din et avoir déjoué une tentative d’infiltration d’éléments de Daech parmi les pèlerins de l’Arbaeen à Jurf Al-Nasr, au nord de Babel.

Sa Direction de la sécurité et de la discipline a aussi fait part qu’elle a réussi à abattre un important dirigeant de Daech et deux autres éléments à Bagdad, Kirkouk et Ninive.

Dans la ville de Mossoul, le Hachd a arrêté l’un des éléments les plus importants de l’organisation terroriste en coopération avec les forces de sécurité. Il a également capturé un élément de Daech qui fournit à Wadi al-Shay des denrées alimentaires, des cartes SIM et d’autres besoins, en coopération avec les forces de sécurité à Kirkouk, et ces forces ont également pu arrêter un autre terroriste de Daech au nord de Bagdad.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2153307

Dans IRAK

NORD IRAKIEN : QUATRE BASES DU MOSSAD PULVERISEES PAR DES MISSILES IRANIENS

Par Le 20/09/2021

4 bases du Mossad pulvérisées dans le Nord irakien

Monday, 20 September 2021 5:37 PM  [ Last Update: Monday, 20 September 2021 6:03 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le CGRI a frappé les positions des terroristes dans le Nord irakien. ©Tasnim/Illustration

Le commandant adjoint de la base Hamzeh Seyyed al-Shohada a annoncé que quatre positions des groupuscules contre-révolutionnaires ont été frappées et détruites par munition intelligente, en réaction aux agissements desdits groupes à la frontière avec le Nord irakien.

« Les groupes contre-révolutionnaires ont été réorganisés dans le Nord irakien par des agences de renseignement des pays ennemis voire certains pays arabes », a déclaré ce lundi 20 septembre aux journalistes le commandant adjoint de la base Hamzeh Seyyed al-Shohada, le général Majid Arjmandfar.

Le haut gradé iranien a affirmé que ces pays cherchent à parvenir à leurs propres objectifs en utilisant ces groupes et à entraver le parcours de la RII. « Ces groupes contre-révolutionnaires s’étaient déployés à une courte distance de la ligne frontalière iranienne.

Nous avions averti [le gouvernement irakien ainsi que les responsables de la région autonome du Kurdistan irakien] qu’au moindre faux pas, ces groupes anti-iraniens recevraient une riposte cinglante ; et c’est ainsi que quatre positions des groupes contre-révolutionnaires viennent d’être détruites ».

USA: le CGRI frappera Erbil?

USA: le CGRI frappera Erbil?

La base US à Harir devra être démantelé !

Le commandant adjoint de la base Hamzeh Seyyed al-Shohada a affirmé que ces groupes devaient comprendre une bonne fois pour toutes notre message. 

« Comme annoncé précédemment ; tout territoire sur lequel se trouvent ces troupes est considéré terre ennemie et il est de notre devoir de passer à l'acte. Nous l’avons prouvé lors de la récente opération en frappant toutes leurs positions, leurs centres de commandement et leurs stocks d’armements ».

Selon l’agence de presse Tasnim, à la suite du sévère avertissement du commandant de la force terrestre du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) au sujet de la présence d’éléments terroristes dans le nord de l’Irak, cette force avait frappé des bases et QG des terroristes dans cette région. Les positions des terroristes ont été visées en utilisant des drones d’assaut et kamikaze et l’artillerie intelligente à haute précision, précise la force terrestre du CGRI.

Il n’est caché à personne que les agissements des terroristes en Irak n’auraient jamais été possibles sans l’appui des Américains, ceux-là mêmes qui ont imposé plusieurs années d’occupations et de grosses pertes financières et humaines dans le cadre de leur soi-disant mission internationale de la lutte contre le terrorisme. Ceci étant dit, plus d’un analyste se demandent si les États-Unis envisagent vraiment de retirer leurs forces d’Irak avant la fin de l’année 2021, ou s'ils y continueront leur présence sous une nouvelle couverture.

Irak: le Mossad fuit Erbil… ?

Irak: le Mossad fuit Erbil… ?

Les USA réduisent le nombre de leurs troupes déployées dans deux bases irakiennes.

L’analyste politique irakien Iyad al-Anaz a déclaré à l’agence de presse Sputnik que lors de leur dernière rencontre, la partie américaine, représentée par des commandants militaires présents en Irak ont conclue avec des politiques et sécuritaires irakiens que le niveau de commandement des forces de la coalition se réduise, du grade militaire de commandant de division à un commandement de brigade, sans entrer dans les détails sur l’interaction avec les forces américaines qui devraient quitter l’Irak avant le 20 septembre 2021.

C’est le signe que le gouvernement américain a bel et bien une approche constante pour rester en Irak et n’en jamais sortir complètement, ajoute l’analyste irakien dans son interview à Sputnik.

Lire aussi :

Base US avec le QG du Mossad à l'intérieur à Erbil en Irak criblés de drones à base intelligence artificielle... La Task Force 59 du Pentagone, morte née

De même, le parlementaire irakien Abdelqader al-Nayel a affirmé que la déclaration américaine sur le retrait des forces états-uniennes d’Irak est une ruse. « Les États-Unis vont juste réduire leurs forces et se borner à une présence de commandos, pour réduire leurs dépenses », estime le membre du bloc parlementaire Al-Missaq al-Watani.

Il a également fait allusion au contrat de projet ferroviaire signé entre Bagdad et Téhéran, un projet en rapport avec le contrat stratégique sino-iranien, reliant le port iranien de Bandar Imam Khomeini au port syrien de Lattaquié.

« L’Irak est devenu à l’heure qu’il est la scène de confrontation avec la Chine et le retrait d’Irak serait la dernière chose à laquelle penseraient les Américains », a-t-il ajouté.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/09/20/666924/base-terroriste-mossad-nord-irak-d%C3%A9truites-corps-gardiens-

Dans IRAK

LE PREMIER MINISTRE IRAKIEN REND HOMMAGE AU HACHD AL-CHAABI

Par Le 26/06/2021

Le Premier ministre irakien rend hommage au Hachd al-Chaabi

 Depuis 32 minutes  26 juin 2021

hachd_defile-jpg4

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

 

Rédaction du site

hachd_defile

Le Premier ministre irakien Moustafa Kazemi a rendu hommage aux forces de mobilisation populaire du Hachd al-Chaabi lors de sa participation a un défilé militaire à l’occasion de la célébration de fondation depuis sept ans.

« Je salue les enfants de l’Irak, les héros du Hachd al-Chaabi pour l’anniversaire de leur création. Les fils du Hachd al-Chaabi sont les enfants de l’Etat. Ils continuent d’offrir tout ce qui peut servir notre peuple et notre patrie ».
« Vous et les forces de sécurité avez vaincu le terrorisme et avez beaucoup à faire. Grâce à votre sens de responsabilité, à votre discipline et à votre professionnalisme, le Hachd al-Chaabi persévère et grâce à vous l’Irak restitue son rôle historique dans la région », a-t-il dit aussi.

hachd_defile-jpg1

Les forces de mobilisation ont été créées au lendemain de l’effondrement de l’armée irakienne, en 2014, face à l’invasion par Daech des provinces du nord de l’Irak, dont al-Anbar et Salaheddine, à la base d’un décret religieux promulgué par le grand ayatollah Ali Sistani.

Ils ont joui d’une aide militaire de la part de conseillers iraniens, à leur tête l’ex-chef de la force al-Qods du Corps des gardiens de la révolution iranienne, le général martyr Qassem Soleimani.

hachd_defile-jpg3

Selon leur dirigeant actuel, Faleh al-Fayyadh, qui était présent au défilé, le Hachd al-Chaabi tente de mettre l’accent sur certains atouts de force de sorte qu’il complète les forces de sécurité irakiennes.

« C’est un bras primordial en faveur de la puissance de l’Etat », a-t-il souligné. Rappelant que cette force avait été formée en fonction d’une loi. En allusion à la loi qui a été votée en 2016 par le Parlement irakien. L’ex-Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi avait intégré les différents groupes armés qui la forment dans le cadre des forces armées irakiennes en 2019.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2101376

Dans IRAK

IRAK : 7ème FRAPPE AU DRONE ANTI-US

Par Le 22/06/2021

Les radars des Patriot pulvérisés; Lockheed Martin saigne

Tuesday, 22 June 2021 8:16 PM  [ Last Update: Tuesday, 22 June 2021 8:16 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La base américaine de Camp Victory à Bagdad, attaquée. (Archives)

À coup de roquette, à coup de missile ou à coup de drone, basé ou à bord des convois logistique, la chasse aux batteries de DCA US en Irak se poursuit de plus belle tant est grand désormais le désir d'affranchir le ciel irakien de l'occupation US. Ce mardi dans la matinée soit 24 heures après qu'un double tir au missiles a visé un radar des Patriot à l'intérieur de la base d'Aïn al-Asad à al-Anbar, une troisième frappe au drone a ciblé le camp ultra protégé de Victoy situé à l'aéroport de Bagdad, un camp qui desservait au plus fort de l'invasion de 2003 des USA quelques 14 000 soldats. Évidemment on ignore le bilan des pertes et des dégâts mais l'attaque, la troisième à avoir été dirigée contre Victory, impliquait deux drones qui, comme les 4 autres drones irakiens ayant visé Victory ces 10 derniers jours, ont royalement percé les radars AN/TWQ-1 et C-RAM, le Patriot ayant déjà été mis hors portée.

La semaine dernière aussi, la base militaire Victory a été prise d’assaut par des drones kamikazes irakiens qui ciblaient des avions-cargo militaires alors que les systèmes de défense américains ont été incapables de repousser les attaques. L'attaque de ce mardi a été lancée, selon Sabreen News par des drones "Fix wing‌" qui ont pu atteindre "leurs cibles avec une grande précision".

 

Irak: Aïn al-Asad criblée de drones!

Irak: Aïn al-Asad criblée de drones!

Une attaque balistique a visé ce jeudi une base militaire américaine située dans l’ouest irakien.

 

En effet les attaques de la Résistance irakienne ne cessent de se professionnaliser : en avril et en mai les drones irakiens ont réussi à atteindre les parties les mieux protégées de Harir, d'Aïn al-Asad et de Balad, soit les trois bases aérienne d'envergure US en Irak : les ordi de la CIA, les hangars de MQ-9 et des avions espions, bande d'atterrissage des hélicos US....y ont passé. Depuis le début juin les drones de la Résistance frappent à l'image de la Résistance palestinienne, les batteries de la DCA elles-mêmes. Aussi le radar du système Patriot mis en place dans la base américaine d'Aïn al-Asad a été détruit lors d'une des sept attaques au drone qui remonte à il y a deux semaines.

La nouvelle sur la destruction du radar du système américain Patriot déployé à Aïn al-Asad tombe alors que des responsables de la Maison Blanche ont déclaré au Washington Post que les menaces de drones étaient la plus grande préoccupation opérationnelle de l'armée américaine en Irak après la destruction du hangar des avions de la CIA à l'aéroport d'Erbil, et ce, deux mois après que le général Mackenzie a reconnu la fin de la supériorité aérienne des États-Unis face aux petits drones iraniens dans la région.

Ce n'est pas la première fois qu'un système Patriot est détruit par un drone. Les forces armées yéménites et les Comités populaires d’Ansarallah ont déjà détruit un système Patriot à al-Mokha au sud du Yémen. 

 

Patriot/THAAD: le séisme d'Ansarallah!

Patriot/THAAD: le séisme d'Ansarallah!

Les drones de la Résistance continueront-ils à discréditer la technologie radar US/OTAN? En effet ce n'est plus seulement la question de radar mais de tout le secteur de désignation et d'interception au sein des forces armées US qui se trouve remis en cause et ce pour le grand bonheur de puissants rivaux que sont la Chine et la Russie. D'ors et déjà l'Arabie saoudite a les yeux tournés vers Moscou pour barricader son ciel. À tort... La Résistance a percé l'énigme de furtivité et de précision et elle ne compte plus s'arrêter.

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/22/660621/Irak-Y%C3%A9men-base-US-Iran-drones-missiles-R%C3%A9sistance

Dans IRAK

IRAK : 4 OFFICIERS AMERICAINS TUES AU CAMP « VICTORY »!

Par Le 15/06/2021

Spectaculaire opération à l'intérieur du QG de l'US Air Force en Irak après deux raids au drone le 10 et 13 juin

Tuesday, 15 June 2021 12:30 PM  [ Last Update: Tuesday, 15 June 2021 12:34 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les officiers US à l'intérieur du camp Victory/Military Bases

Depuis le jeudi 13 juin, date à laquelle un triplet de drones Ababil-3 s'est infiltré pour la première fois dans le QG de l'US Air Force, y menant une opération dont la nature reste pour l'heure inconnue,  un QG US, disons-le, retranché à l'intérieur de l'aéroport de Bagdad, avec ses huit méga sous-commandements ( Air Combat Command, Air Education and Training Command,  Air Force Global Strike Command, Air Force Materiel Command, Air Force Reserve Command, Air Force Space Command, Air Force Special Operations Command, Air Mobility Command ) et auquel le duo Bush-Powell avait donné leur temps  le nom ô combien décalé "Camp Victory", il y a visiblement quelque chose de radicalement changé. Le raid au drone du 10 juin a été en effet la cinquième attaque de la Résistance à avoir impliqué les "petits drones de fabrication iranienne" après celles du mois d'avril et de mai, ayant visé tour à tour la méga base aérienne de Harir ( Erbil), celle d'Aïn al Asad (Al Anbar) et la base de Balad, au nord de la capitale.

Irak: l'US Air Force enfin ratatinée...

Irak: l'US Air Force enfin ratatinée...

Camp Victory de Bagdad frappée, la 6ème attaque au drone depuis avril contre les bases aériennes US en Irak...

Déjà ces quatre premières frappes avaient visé de l'aveu de la presse atlantiste, CIA, puis siège des forces d'intervention rapide US, ou encore hangars de drones MQ-9 et de drones de reconnaissance, d'avions espions, ...faisant éclater en mille morceaux l'illusion d'une omnipotence informationnelle US/Israël en Irak. A travers ces drones irakiens qui le 13 juin en ont été à leur deuxième raid contre camp "Victory" en moins de trois jours la Résistance a procédé à une autre nouvelle tactique : le "réseautage" drone-roquette. De plus en plus, l'essaimage de drones irakiens s'attaquent en effet aux cibles US en se faisant précéder ou succéder par des roquettes, dans une recherche visible de complexification des "opérations aériennes asymétrique" puisque drone pilote roquette souvent. Et puis il y aurait un niveau plus avancé de "précision" car les "roquettes utilisées" sont décrites  comme étant des "engins intelligents", "ailés" et parfaitement "capables de flairer" leurs cibles.  A quelle catégorie appartiennent-elles ces roquettes? peut-être à la classe  Fajr-5 modèle C ou  F4CL, roquettes à tête dotée de censeur optique ou laser, auxquelles s'ajoutent de "petits ailerons" pour plus de "précision".

Irak : Redoutable

Irak : Redoutable

La Résistance irakienne remplace les roquettes par les drones. Pourquoi?

Est-ce ce type d'engin qui a été utilisé ce mardi 15 juin vers minuit vingt trois quand a eu lieu la première opération commando à l'intérieur même du camp Victory, dans la foulée de deux raids au drone ce 13 et 10 juin? Selon Sabreen News, chaîne proche de la Résistance, un convoi militaire US composé de deux blindés et deux 4.4 a été pris pour cible alors qu'il se dirigeait sur la route reliant le camp "Victory" à la base Martyr Mohammad Alaa. Il s'agit des sites à l'intérieur du camp. Le groupe "Fasil al-Mouqawama al-Dowalia " jusqu'ici inconnu, revendique l'attaque : " Le convoi de soutien et de logistique des forces américaines, composé de quatre véhicules, dont deux Land Cruiser blancs et deux véhicules militaires, a été pris pour cible sur la route reliant la base aérienne Victory et Martyr Mohammad Alaa. Lors de l'opération, de lourds dégâts ont été infligés au convoi et quatre soldats américains ont été tués"

Iran: quand la CIA panique...

Iran: quand la CIA panique...

Les États-Unis se sentent réellement menacés par les capacités en croissance des drones iraniens.

 

C'est une première depuis le mois d'avril, date à laquelle les attaques au drone contre les bases US en Irak ont fait saigner les Américains lesquels ont avalé les couleuvres, se contentant de masquer le blanc de leurs pertes. Rappelons qu'une attaque à l'intérieur de Victory demande un niveau de sophistication bien plus avancé qui dépasse des tirs de roquettes sporadiques d'il y a quelques semaines même si Patriot n'a pas pu non plus faire grande chose pour les contrer. Les groupes de la Résistance irakienne semblent avoir recours donc désormais à des méthodes plus sophistiquées et des opérations de qualité, utilisant des drones et des missiles de haute précision, attaques qui avancent par étape, et pénétrant les couches les plus profondes du bouclier militaire-renseignement US en Irak. L'opération de ce mardi ,inuit passé à la base Victory, par des "éléments" côtoyant les soldats US en est la meilleur preuve. Ce méga confirme que la Résistance est capable d'atteindre n'importe quel objectif et que c'est elle qui décide du quand et comment des coups à asséner. 

Irak: l'US Army va mal!

Irak: l'US Army va mal!

Un convoi transportant du matériel militaire pour les troupes américaines en Irak a été attaqué près de la ville de Nassiriya.

Mais il y a plus :  l'opération est intervenue un jour après que la Résistance irakienne aient fixé une récompense pour tous irakiens qui donneraient des informations sur les agissements des officiers de renseignement américains en Irak. La mesure s'est voulue une réponse à ce communiqué éhonté de l’ambassade-base US publié vendredi, où cette dernière, se croyant en "Far West", a promis une récompense de 3 millions de dollars à quiconque donnerait des renseignements sur "les éléments impliqués dans les attaques contre les sites militaires US". Visiblement son appel n'a pas été suivi au contraire de celui de la Résistance. Car ce mardi, l'US Army a subi deux coups, celui à l’intérieur du camp Victory avec ses quatre "officiers morts" et celui conduit quelques heures plus tard dans la région d'Al-Latifa au sud de Bagdad où un autre convoi logistique militaire américain avait été touché, selon Saberin News. Aucune information pour l'heure  sur la deuxième opération.

Irak : Mossad frappé, nouvelle révélation

Irak : Mossad frappé, nouvelle révélation

Incapable de répondre militairement aux groupes de Résistance irakiens, les États-Unis commettent un attentat au cœur de Bagdad.

La réaction US? Que dalle si ce n'est les verbiages de ce porte-parole du département d'Etat sur la chaîne Al Hadath où l'intéressé promet de "protéger les troupes US contre les missiles iraniens et ceux de ses alliés" sans souligner comment. Car au train où vont les événements, les attaques anti US "se professionnalisent" et deviennent de plu en plus "furtives" et de plus en plus " précises".  Il y a deux jours, le Hezbollah avait d'ailleurs prévenu qu'il surprendrait Washington si les États-Unis ne retirent pas leurs troupes d’Irak: « Nous devons nettoyer les institutions de sécurité afin que la conspiration de Daech ne se répète pas. Le but ultime de telles conspirations est de renverser le système politique en Irak...de rétablir le chaos. Que les Américains n'y pensent même pas "! 

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/15/659089/Bagdad%C2%A0--un-convoi-logistique-US-cibl%C3%A9

Dans IRAK

PEPE ESCOBAR : LE FORUM DE SAINT PETERSBOURG TRACE LES CONTOURS DU SIECLE EURASIATIQUE

Par Le 11/06/2021

Le Forum de Saint-Pétersbourg trace les contours du siècle eurasiatique

Alors que les sommets du G7, de l’OTAN et de l’UE – toutes des plates-formes de projection de la puissance américaine – mettront en évidence l’insignifiance de l’Europe.

Par Pepe Escobar

Mondialisation.ca, 10 juin 2021

Asia Times 4 avril 2021

 0   0  0 

 

  1

Il est impossible de comprendre les détails de ce qui se passe sur le terrain en Russie et dans toute l’Eurasie, sur le plan commercial, sans suivre le Forum économique international de Saint-Pétersbourg.

Allons donc droit au but et proposons quelques exemples choisis de ce qui est discuté lors des principaux panels.

L’Extrême-Orient russe – Voici une discussion sur les stratégies – largement couronnées de succès – visant à stimuler les investissements productifs dans l’industrie et les infrastructures dans l’Extrême-Orient russe. L’industrie manufacturière en Russie a connu une croissance de 12,2% entre 2015 et 2020 ; en Extrême-Orient, elle a presque doublé, à 23,1%. Et de 2018 à 2020, l’investissement en capital fixe par habitant était 40% plus élevé que la moyenne nationale. Les prochaines étapes sont centrées sur l’amélioration des infrastructures, l’ouverture des marchés mondiaux aux entreprises russes et, surtout, la recherche des fonds nécessaires (Chine ? Corée du Sud ?) pour les technologies de pointe.

L’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) – Comme j’ai pu le constater moi-même lors des précédentes éditions du forum, il n’existe rien de comparable en Occident pour ce qui est de discuter sérieusement d’une organisation telle que l’OCS – qui a progressivement évolué de son objectif initial de sécurité vers un rôle politico-économique de grande envergure.

La Russie a présidé l’OCS en 2019-2020, lorsque la politique étrangère a pris un nouvel élan et que les conséquences socio-économiques du Covid-19 ont été sérieusement abordées. Désormais, l’accent devrait être mis sur la manière de rendre ces nations membres – en particulier les « stans » d’Asie centrale – plus attrayantes pour les investisseurs mondiaux. Parmi les panélistes figurent l’ancien secrétaire général de l’OCS, Rashid Alimov, et l’actuel secrétaire général, Vladimir Norov.

Partenariat eurasiatique – Cette discussion porte sur ce qui devrait être l’un des nœuds essentiels du siècle eurasiatique : le Corridor international de Transport Nord-Sud (INSTC). Un précédent historique important s’applique : la route commerciale de la Volga des VIIIe et IXe siècles qui reliait l’Europe occidentale à la Perse – et qui pourrait maintenant être prolongée, dans une variante de la Route de la Soie maritime, jusqu’aux ports de l’Inde. Cela soulève un certain nombre de questions, allant du développement du commerce et de la technologie à la mise en œuvre harmonieuse de plateformes numériques. Les panélistes sont originaires de Russie, d’Inde, d’Iran, du Kazakhstan et d’Azerbaïdjan.

Le partenariat de la Grande Eurasie – La Grande Eurasie est le concept russe global appliqué à la consolidation du siècle eurasiatique. Cette discussion est largement axée sur la Big Tech, notamment la numérisation complète, les systèmes de gestion automatisés et la croissance verte. La question est de savoir comment une transition technologique radicale pourrait servir les intérêts de la pan-Eurasie.

Et c’est là que l’Union économique eurasiatique (UEEA) dirigée par la Russie entre en jeu : comment la volonté de l’UEEA de créer un grand partenariat eurasiatique devrait-elle fonctionner dans la pratique ? Parmi les intervenants figurent le président du conseil d’administration de la Commission économique eurasiatique, Mikhail Myasnikovich, et une relique du passé d’Eltsine : Anatoliy Chubais, qui est désormais le représentant spécial de Poutine pour les « relations avec les organisations internationales en vue de réaliser les objectifs de développement durable ».

Il faut se débarrasser de tous ces billets verts

La table ronde la plus intéressante de la SPIEF était consacrée à la « nouvelle normalité » (ou anomalie) post-Covid-19 et à la manière dont l’économie sera remodelée. Une sous-section importante porte sur la manière dont la Russie peut éventuellement en tirer parti, en termes de croissance productive. Ce fut une occasion unique de voir la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, le gouverneur de la Banque centrale russe, Elvira Nabiullina, et le ministre russe des Finances, Anton Siluanov, débattre sur la même table.

En fait, c’est Siluanov qui a fait tous les gros titres du SPIEF lorsqu’il a annoncé que la Russie allait abandonner totalement le dollar américain dans la structure du Fonds souverain national (NWF) – le fonds souverain russe de facto – et réduire la part de la livre sterling. Le NWF aura plus d’euros et de yuans, plus d’or, et la part du yen restera stable.

Ce processus de dédollarisation en cours a été plus que prévisible. En mai, pour la première fois, moins de 50% des exportations russes étaient libellées en dollars américains.

Siluanov a expliqué que les ventes d’environ 119 milliards de dollars d’actifs liquides passeront par la Banque centrale russe, et non par les marchés financiers. En pratique, il s’agira d’un simple transfert technique d’euros vers le NWF. Après tout, la Banque centrale se débarrasse régulièrement des dollars américains depuis des années maintenant.

Tôt ou tard, la Chine suivra. En parallèle, certaines nations d’Eurasie, de manière extrêmement discrète, se débarrassent également de ce qui est de facto la monnaie d’une économie basée sur la dette – à hauteur de dizaines de trillions de dollars, comme l’a expliqué en détail Michael Hudson. Sans compter que les transactions en dollars américains exposent des nations entières à une machine judiciaire d’extorsion extra-territoriale.

Sur le front très important de la Chine et de la Russie, qui a été abordé lors de toutes les discussions du SPIEF, le fait est que l’association du savoir-faire technique chinois et de l’énergie russe est plus que capable de consolider un marché pan-eurasien massif capable d’éclipser l’Occident. L’histoire nous apprend qu’en 1400, l’Inde et la Chine étaient responsables de la moitié du PIB mondial.

Alors que l’Occident se vautre dans un effondrement auto-induit de « Build Back Better », la caravane eurasiatique semble inarrêtable. Mais il y a aussi ces satanées sanctions américaines.

La session du Club de Discussion Valdai a approfondi l’hystérie : les sanctions servant un agenda politique menacent de vastes pans de l’infrastructure économique et financière mondiale. Nous en revenons donc une fois de plus au syndrome inéluctable du dollar américain militarisé – déployé contre l’Inde qui achète du pétrole iranien et du matériel militaire russe, ou contre les entreprises technologiques chinoises.

Les panélistes, dont le vice-ministre russe des Finances Vladimir Kolychev et le rapporteur spécial des Nations unies sur les « effets négatifs des mesures coercitives unilatérales sur la jouissance des droits de l’homme », Alena Douhan, ont débattu de l’inévitable nouvelle escalade des sanctions anti-russes.

Un autre thème récurrent dans les débats du SPIEF est que, quoi qu’il arrive sur le front des sanctions, la Russie dispose déjà d’une alternative à SWIFT, tout comme la Chine. Les deux systèmes sont compatibles avec SWIFT au niveau logiciel, de sorte que d’autres nations pourraient également l’utiliser.

Pas moins de 30% du trafic de SWIFT concerne la Russie. Si cette « option » nucléaire devait un jour se concrétiser, les nations commerçant avec la Russie abandonneraient presque certainement SWIFT. En outre, la Russie, la Chine et l’Iran – le trio « menaçant » de l’hégémon – ont conclu des accords d’échange de devises, bilatéralement et avec d’autres nations.

Cette année, le SPIEF a eu lieu quelques jours seulement avant les sommets du G7, de l’OTAN et de l’UE – qui mettront en évidence l’insignifiance géopolitique de l’Europe, réduite au statut de plateforme de projection de la puissance américaine.

Et moins de deux semaines avant le sommet Poutine-Biden à Genève, le SPIEF a surtout rendu un service public à ceux qui y prêtent attention, en traçant certains des contours pratiques les plus importants du siècle eurasiatique.

Pepe Escobar

 

Article original en anglais :St Petersburg Forum maps out Eurasian century, Asia Times, le 4 juin 2021.

Traduit par Réseau International

La source originale de cet article est Asia Times

Copyright © Pepe EscobarAsia Times, 2021

https://www.mondialisation.ca/le-forum-de-saint-petersbourg-trace-les-contours-du-siecle-eurasiatique/5657322

Dans IRAK

IRAK : AU MOINS 82 MORTS DANS L’INCENDIE D’UN HOPITAL DEDIE AU COVID-19 A BAGDAD

Par Le 25/04/2021

Au moins 82 morts dans l’incendie d’un hôpital dédié au Covid-19 à Bagdad

 Depuis 2 heures  25 avril 2021

hopital_bagdad-jpg5

 Irak - Monde arabe

 

hopital_bagdad

Au moins 82 personnes ont péri dimanche avant l’aube dans l’incendie d’un hôpital dédié au Covid-19 à Bagdad, un drame qui a provoqué des appels à la démission de responsables dans un pays au système de santé délabré depuis des décennies.

Le feu est parti de bouteilles d’oxygène « stockées sans respect des conditions de sécurité » à l’hôpital Ibn al-Khatib à Bagdad, selon des sources médicales.

Selon un bilan actualisé, il s’agit de 82 morts et 110 blessés.

Colère de la population

Au-delà du bilan extrêmement lourd, les Irakiens ont exprimé leur colère après que des sources médicales et de sécurité ont attribué l’incendie à de la négligence. Un phénomène qui va de pair en Irak avec la corruption endémique et les hôpitaux déliquescents, sans oublier le départ de nombreux médecins qui ont émigré au gré de 40 années de conflits dans le pays.

Après ce drame, le hashtag « Démission du ministre de la Santé » était en tête des mots-clés sur Twitter en Irak.

Ouverture d’une enquête

hopital_bagdad-jpg1

Le Premier ministre Moustafa al-Kazimi, qui a proclamé trois jours de deuil national, a annoncé l’ouverture d’une enquête et réclamé des conclusions « sous 24 heures ».

Il a suspendu de leurs fonctions le patron de la Santé du secteur oriental de Bagdad, le directeur de l’hôpital et les chefs de la sécurité et de l’entretien technique. Ils sont interrogés et ne seront pas relâchés « avant de juger ceux qui ont fauté », a-t-il dit, alors que le Parlement a annoncé consacrer sa séance de lundi à cette tragédie.

« L’hôpital n’avait pas de système de protection contre les incendies et les faux plafonds ont permis la propagation du feu jusqu’à des produits hautement inflammables », a expliqué la Défense civile.
« La plupart des victimes sont mortes car elles ont été déplacées et privées de ventilateurs. D’autres ont été étouffées par la fumée. »

« 200 patients sauvés »

hopital_bagdad-jpg2

Plusieurs heures après l’incendie, le ministère de la Santé s’est targué d’avoir « sauvé plus de 200 patients », en promettant « un bilan précis des morts et des blessés plus tard ». Dimanche midi, le ministre et son porte-parole étaient toujours aux abonnés absents.

Les cas de Covid-19 ont dépassé mercredi le million en Irak, avec plus de 15.000 morts. Le pays, probablement en raison de sa population, l’une des plus jeunes au monde, enregistre un nombre de décès dus au Covid-19 relativement bas.

Pour éviter les hôpitaux délabrés, les malades préfèrent généralement installer une bouteille d’oxygène chez eux.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2052107

Dans IRAK

VERS UN PARTENARIAT STRATEGIQUE IRAK/CHINE

Par Le 19/04/2021

L'Irak s'oriente vers une coopération stratégique avec la Chine

Monday, 19 April 2021 5:31 PM  [ Last Update: Monday, 19 April 2021 5:29 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Vers une coopération stratégique Irak/Chine. (Photo à titre d’illustration)

Selon un communiqué officiel publié par le Secrétariat du cabinet irakien, Hamid al-Ghazi a rencontré l'ambassadeur de Chine à Bagdad, Zhang Tao pour passer en revue les étapes en cours pour la mise en œuvre du projet de construction de 1 000 écoles dans toutes les provinces irakiennes.

Au cours de la réunion, al-Ghazi a souligné que l'Irak s'orientait vers un partenariat réel et stratégique avec la Chine dans le processus de reconstruction du pays, et a appelé à l'utilisation des nouvelles technologies chinoises dans ce cadre.

Il a également souligné la nécessité de respecter les normes techniques dans cette affaire.

L'ambassadeur de Chine en Irak a également souligné que les entreprises chinoises se félicitaient de cet important projet irakien et que l'attaché commercial de l'ambassade de Chine en Irak poursuivait sérieusement les coordinations nécessaires avec les entreprises chinoises pour la mise en œuvre du projet.

« Dans ce cadre, les propositions finales des entreprises chinoises seront présentées d'ici la semaine prochaine », a-t-il annoncé.

L'Irak et la Chine ont signé un accord en vertu duquel une partie des sommes de la vente de pétrole irakien à la Chine sera déposée dans un compte conjoint et dépensée dans la mise en œuvre des projets de développement à grande échelle par des entreprises chinoises en Irak.

La première étape de l'accord consiste à la construction par les entreprises chinoises de 1 000 écoles dans toutes les provinces irakiennes.

Ces écoles seront conçues en Irak et construites par des entreprises chinoises.

Lire aussi : Projet du port Faw : l’Irak s’approche de la Chine et repousse les USA

Iran: pourquoi la Chine et pas l'Europe?

Iran: pourquoi la Chine et pas l'Europe?

Accord sino-iranien

En septembre 2019 et dans le cadre du développement des coopérations entre les deux pays, l'ancien Premier ministre irakien, Adel Abdel-Mahdi a signé un important accord pétrolier avec la Chine, ce qui a incité les États-Unis à mettre fin au gouvernement de Mahdi en lançant des manifestations anti-gouvernementales dans ce pays.

La plupart des observateurs estiment que le gouvernement de Mustafa al-Kazemi cherche à créer un équilibre à sa manière dans la diplomatie irakienne afin de concrétiser ses ambitions.

Le Premier ministre irakien montre beaucoup d'intérêts pour s’approcher de l’Est.

Malgré ses prédécesseurs, l’actuel Premier ministre irakien organise des tournées dans les pays de la région et voilà qu'il s’est subitement penché vers l'Est.

L'Irak qui a entretenu des relations politico-économiques avec les États-Unis, l'Arabie saoudite, le Qatar, les Émirats arabes unis, la Jordanie et l'Égypte, a semble-t-il décidé de tourner la page et de se rapprocher de la Chine !

Accord Iran-Chine: l'impact irakien?

Accord Iran-Chine: l'impact irakien?

La décision du Premier ministre irakien sur la mise en œuvre du grand accord Bagdad-Pékin soulève des questions.

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/19/649837/Irak-Chine-cooperation-strategique

Dans IRAK

IRAK/ERBIL : ATTAQUE CONTRE LE QG DU MOSSAD. 10 OFFICIERS LIQUIDES

Par Le 14/04/2021

Irak/ Erbil: 3 des 10 officiers identifiés

Wednesday, 14 April 2021 5:59 PM  [ Last Update: Wednesday, 14 April 2021 5:57 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des soldats israéliens. (Photo d'illustration)

Des détails supplémentaires ont été publiés ce mercredi 14 avril à propos de la récente attaque visant un QG du Mossad dans le nord de l’Irak. 

Une source sécuritaire irakienne a confié à Sabereen News de nouveaux détails sur la toute récente attaque contre un QG du Mossad dans le nord de l’Irak. « 10 sionistes ont été tués ou blessés lors d’une attaque visant un centre lié au Mossad à Erbil », a déclaré la source. 
« Cette attaque, qui a visé le centre de renseignement et d’opération spéciale du Mossad, a fait 10 morts et blessés chez les sionistes dont trois ont été identifiés ». 

Sabereen News a ajouté que les officiers sionistes tués ou blessés étaient actifs, pendant des mois, dans ce centre lié au Mossad à Erbil. « Nous avons des informations détaillées sur les centres de renseignement du Mossad que nous publierons au moment opportun ». 

Lire aussi: Un navire israélien frappé

Dans la foulée, Najah Mohammed Ali, militant médiatique irakien, a écrit sur son compte Twitter : « L’attaque contre un centre d’espionnage du Mossad dans le nord de l’Irak ! Une base à Erbil qui était parmi les centres d’espionnage les plus importants du régime sioniste dans la région ! C’est là où étaient préparés beaucoup de plans dont certains visaient à nuire à la République islamique d’Iran ».

Natanz : le Mossad

Natanz saboté : deuxième coup anti-sioniste

PressTV / French / 06:21


La joie a été de courte durée : 48 heures après que ses réseaux de distribution électrique de Natanz ont été sabotés, qu'un Israël s’en est même vanté sous les salves d’applaudissements patents, un navire-parking israélien battant le pavillon de Bahama a été visé au port émirati de Fujaïrah. Sur les circonstances de cette « riposte » qui vise à la fois Israël, sa présence dans le golfe Persique, « ses liens normalisés » avec l’axe Emirats/Arabie/Bahreïn, les détails commencent à s’infiltrer, mais la riposte n’en est qu’à ses débuts. Sabereen News, proche de la Résistance irakienne a fait état dans la nuit de mardi à mercredi 14 avril, d’une opération éclair ciblant le QG du Mossad dans le nord de l’Irak. L’information ne précise pas où se situe le siège du renseignement sioniste ni comment en a été le modus operandi, mais souligne un lourd bilan de pertes et de blessés.

Lire aussi: Opération d'infiltration "iranienne" en Israël ?

En dépit d’un blackout médiatique quasi total côté occident, les sources d’information proches de la Résistance irakienne comme Sabereen News et Markaz al-Alam al-Moqawim citent une source sécuritaire ayant fait état d’une « opération militaire hybride dont les détails seraient publiés très prochainement, photos et vidéos à l’appui ». Les agents tués et blessés seraient de « nationalité israélienne » qui opéraient avec des passeports américains, britanniques ou occidentaux dans le Nord irakien.

Saviz frappé : la riposte

Israël a déclaré la guerre navale à l

PressTV / French / 11 avr.


Le centre de renseignement et d'opérations spéciales du régime sioniste (Mossad) servirait à lancer des cyberattaques entre autres. Sabereen News, citant une source de sécurité, affirme qu’un groupe non identifié avait attaqué cette base, tout en qualifiant le raid « sanglant » de « coup dur » pour un régime sioniste qui semble avoir oublié être totalement encerclé en mer, au sol et dans le ciel par l’axe de la Résistance.
Ce mercredi 14 avril, un convoi de logistique américain a été pris pour cible dans la province irakienne de Nassiriya. 
La Commission pour la sécurité et la défense du Parlement irakien a récemment annoncé que les États-Unis avaient finalement accepté de retirer leurs forces de l’Irak. 

Lire aussi: Cinq missiles tirés contre al-Harir au Kurdistan irakien que Pompeo croyait être "sûre"

La semaine dernière, a eu lieu le troisième tour des négociations stratégiques Washington-Bagdad. Les deux parties ont émis un communiqué conjoint à l’issue des négociations, déclarant qu’ils étaient tombés d’accord sur le retrait de militaires américains et que « les négociations se poursuivent pour indiquer le calendrier de ce retrait ». 
« Les parties irakienne et américaine réaffirment que la mission des effectifs US a changé de nature et qu’elle se limite désormais à la formation et à des conseils », indique le communiqué. 

Missile: 1er contingent US fuit Erbil!

 

PressTV / French / 26 mars


Les groupes de Résistance irakiens avaient déjà averti que le temps presse pour que le gouvernement de Mustafa al-Khadhimi expulse les militaires américains. 
Les attaques contre les convois militaires et les bases américaines ont été multipliées pendant les derniers mois, signe de protestation contre la présence militaire illégale des Américains sur le sol d’Irak. 
Avant le troisième tour de négociations Washington-Bagdad, les groupes de Résistance irakiens avaient réclamé la tenue d’une commission pour déterminer la feuille de route des négociations et examiner le retrait des militaires US. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/14/649479/Irak-Mossad-Erbil-attaque-Israel-

Dans IRAK

DECLARATION DU PARTI COMMUNISTE IRAKIEN A L'OCCASION DE SON 87e ANNIVERSAIRE

Par Le 04/04/2021

4 Avril 2021

Déclaration du Parti communiste irakien à l'occasion de son 87e anniversaire 
4/1/21 10:07 AM
Déclaration du Comité central du PC irakien à l'occasion de son 87e anniversaire.

Que les forces du changement s'unissent pour vaincre le système de partage du pouvoir et la corruption

Le début des années trente du siècle dernier a été le témoin de la maturité politique et sociale croissante de la classe ouvrière irakienne, et de son influence accrue à tous les niveaux. Cela a jeté les bases de l'étape tant attendue de la création de son propre parti politique, comme l'ont fait d'autres classes et groupes sociaux, pour défendre ses intérêts radicaux et mener sa lutte contre l'alliance réactionnaire au pouvoir et ses protecteurs britanniques.

Pour atteindre ce noble objectif, les cellules marxistes de Bagdad, Bassora et Nasiriyah se sont unies à la fin du mois de mars 1934 pour former le Parti communiste irakien. Il s'agissait d'un parti d'un nouveau genre, dans le plein sens du terme, non seulement parce qu'il représentait la classe ouvrière et ses alliés parmi les pauvres et les démunis, mais aussi pour son programme et ses objectifs. Il s'agissait de défendre les intérêts et les droits des travailleurs, des paysans et de tous les travailleurs, d'obtenir l'indépendance et la souveraineté nationale et de construire un système démocratique. Il se caractérisait également par sa lutte acharnée, contrairement aux autres partis politiques de l'époque.

Le Parti a poursuivi sa lutte dévouée tout au long des quatre-vingt-sept dernières années de sa vie glorieuse, et des milliers de ses dirigeants, cadres et membres ont été martyrisés dans la lutte pour la liberté et la prospérité du peuple. Ces objectifs étaient en totale contradiction avec les régimes réactionnaires et dictatoriaux qui se sont succédé à la tête de l'Irak. Ils ont déclenché des campagnes de répression brutale, de liquidation physique et de diffamation politique contre le parti, dans l'espoir de l'éliminer de l'arène de la lutte. Tous ces régimes ont cependant fini dans les poubelles de l'histoire, et le parti est resté hautain, fier de ses camarades, tout en poursuivant sa lutte courageuse sous son slogan "Pour une patrie libre et un peuple prospère".

Après l'occupation américaine de l'Irak et la chute du tyran, les nouveaux dirigeants ont mené une politique désastreuse, à travers le système ethno-sectaire de partage du pouvoir (muhasasah), la corruption et la dépendance à l'égard des puissances étrangères. Les espoirs que le peuple avait de mettre fin à l'héritage de la dictature et de parvenir à la dignité, à la justice et à l'égalité ont été anéantis. En conséquence, l'argent public a été dilapidé, la corruption est endémique et les services sont presque inexistants. Le taux de chômage élevé touche même les diplômés de l'université. Un tiers des Irakiens vivent sous le seuil de pauvreté, alors que leur pays est l'un des dix pays les plus riches du monde. L'État a perdu son prestige avec la propagation des milices et des groupes armés, l'agitation et les meurtres sectaires, et l'émergence d'organisations terroristes qui ont occupé les deux tiers du territoire irakien. Les dirigeants corrompus ont ainsi semé la dévastation et la destruction en Irak.

Ces raisons et bien d'autres ont fait du processus de changement global une nécessité qui ne peut être reportée. C'est ce que la grande majorité du peuple irakien a reconnu et traduit en une réalité tangible dans le mouvement de protestation depuis 2011, en passant par 2013 et 2015, jusqu'à l'héroïque Soulèvement du 1er octobre 2019. Les slogans du soulèvement résument les demandes légitimes du peuple irakien. Il s'agit notamment de la demande d'élections anticipées et de ses conditions préalables : la réforme de l'ensemble du système électoral, y compris la loi électorale et la commission électorale, la mise en œuvre de la loi sur les partis politiques, et la lutte contre la corruption financière et administrative, en commençant par les grandes affaires de corruption. Les revendications comprenaient le rejet du système de quotas dans toutes ses manifestations et la fourniture des services nécessaires. En outre, les manifestants ont appelé à lutter contre le chômage et à élever le niveau de vie, en particulier pour les pauvres, les démunis et ceux dont les revenus sont limités. L'économie nationale doit être sauvée de son caractère rentier, en relançant l'industrie, l'agriculture et les services de production. Tout en combattant le terrorisme, les armes doivent rester sous le contrôle de l'État. Les slogans nationaux et démocratiques du soulèvement comprenaient également un appel à la fin de l'ingérence régionale et internationale dans les affaires de l'Irak. Cependant, les dirigeants et ceux qui s'accrochent au pouvoir ont non seulement refusé de répondre à ces demandes légitimes, mais ont plutôt fait face aux manifestants pacifiques par une répression sanglante et une violence flagrante. Des centaines de jeunes manifestants sont tombés en martyrs aux mains de tireurs d'élite et de la soi-disant "tierce partie" et des milliers ont été blessés. En outre, les manifestants ont été soumis à une campagne de calomnies et de mensonges visant à ternir leur soulèvement. Cette campagne a été combinée à des efforts fervents pour acheter certaines personnes et infiltrer les rangs des manifestants afin de détourner le soulèvement de sa trajectoire. Entre-temps, une campagne frénétique a été lancée pour cibler les militants, les kidnapper et les assassiner, et beaucoup ont "disparu". Les dirigeants ont eu recours à cette campagne car ils ont compris que le soulèvement mettrait fin à leur existence politique et à leur banditisme.

Ceux qui contrôlent la prise de décision politique continuent à ce jour à construire davantage de barricades politiques car ils pensent que cela les protégera de la colère populaire et du changement inévitable. La plus récente de ces tentatives est le nouveau projet de loi sur le Tribunal fédéral par lequel ils voulaient légitimer leur hégémonie et leur autorité chancelante, et faire sauter ce qui reste des composantes de l'État civil. Il s'est toutefois heurté à un large rejet populaire et politique. Après avoir amendé la loi existante sur la Cour fédérale, on aspire maintenant à une sélection appropriée de ses membres et à ce que la Cour fonctionne d'une manière qui renforce la structure démocratique et civile de l'État irakien.

Le soulèvement héroïque et le mouvement de masse en général seront renouvelés avec plus de force car leurs causes existent toujours, et ont même augmenté en profondeur et en taille. C'est ce qu'ont démontré récemment les manifestations dans la province de Nasiriyah et dans d'autres provinces irakiennes.

Des efforts sont également déployés pour former des cadres de direction et de coordination parmi les manifestants et organiser des réunions avec les forces civiles et démocratiques, y compris le parti communiste irakien. Ils travaillent énergiquement et avec un sens élevé des responsabilités pour mobiliser l'ensemble du spectre politique et sociétal susceptible de modifier l'équilibre des forces par des moyens pacifiques et constitutionnels. Cela inclut une participation active et large aux prochaines élections, avec une lutte inlassable pour fournir les conditions nécessaires à leur déroulement dans l'équité et la justice.

Que toutes les forces qui aspirent au changement et qui ont un intérêt à le réaliser s'unissent et travaillent honnêtement et sincèrement pour ce qui est dans l'intérêt du peuple irakien et éliminent cette minorité au pouvoir qui a échoué dans tous les domaines sauf celui du vol.

Le Parti communiste irakien n'épargnera aucun effort pour rassembler les forces civiles et démocratiques et tous les patriotes de notre peuple dans un large front capable d'apporter le changement souhaité, de mettre fin au système ethno-sectaire de partage du pouvoir et à la corruption et de faire passer notre pays et notre peuple d'un état en faillite à un état civil démocratique et à la justice sociale.

Longue vie à notre peuple irakien et à ses forces démocratiques nationales.

Gloire aux martyrs du parti.

Vive le communiste irakien à l'occasion de son 87ème anniversaire.

Le Comité Central

Parti Communiste Irakien

31-3-2021

source : http://www.solidnet.org/article/Iraqi-CP-Iraqi-Communist-Party-statement-in-English-on-its-87th-Anniversary-31-March-2021/

Tag(s) : #Communiste#Irak

Dans IRAK

IRAK : 5 ATTAQUES ANTI-US EN UNE HEURE

Par Le 25/03/2021

 

Toutes les voies de communication de l'US Army coupées

Thursday, 25 March 2021 5:58 PM  [ Last Update: Thursday, 25 March 2021 5:56 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les convois militaires US sont de plus en plus souvent cibles des attaques de représailles des groupes de résistance irakiens. (Illustration)

Trois autres explosions se sont produites sur le trajet des convois logistiques de la coalition américaine dans l’après-midi de ce jeudi 25 mars. Plus tôt dans la journée, deux autres explosions ont visé des camions de la coalition américaine.

La première explosion s'est produite dans la région d'al-Yousefiyah au sud de Bagdad, endommageant trois véhicules de la coalition américaine, mais sans faire de victimes. La deuxième explosion a eu lieu dans la province de Babel, au sud de la ville d'al-Hillah, et la troisième dans la province de Diwaniyah au sud de l’Irak où un autre convoi logistique de la coalition US a été visé plus tôt dans la journée par une bombe en bordure de route. Le groupe connu sous le nom d'Ahl al-Kahf a revendiqué l’attaque qui n’a pas fait de perte humaine.

Lire aussi : Frappes au missile ou exercices US?

Au même moment, une autre bombe a explosé sur le trajet du convoi de la coalition américaine dans la province de Dhi Qar au sud de l’Irak; le groupe appelé Awliya al-Dam a revendiqué la responsabilité de l’explosion.

Arrivés en Irak principalement depuis la frontière syrienne à l'ouest ou la frontière koweïtienne au sud, les convois transportant du matériel logistique pour les troupes américaines stationnées dans diverses bases militaires en Irak ont été à maintes reprises la cible d'attaques à la bombe en bordure de route, au cours de ces derniers mois. De sorte que la coalition commanditée par Washington a fait appel aux entreprises de sécurité locales en Irak irakiennes locales pour survivre aux explosions et transférer du matériel.

Lire aussi : Irak : un convoi militaire US attaqué à Babel

Il convient de rappeler que le Parlement irakien a approuvé un plan exigeant l'expulsion de toutes les forces étrangères du pays à la suite à l’assassinat ciblé de des hauts commandants de la Résistance en janvier 2020 par un drone américain.

Les attaques d'envergure contre les convois logistiques de la coalition américaine en Irak se poursuivent alors que les groupes de résistance irakiens avaient averti que la date limite pour le retrait des troupes américaines par le gouvernement du Premier ministre irakien Mustafa al-Kazemi était expirée.

Sur fond de la multiplication des attaques qui, se produisant quasi-quotidiennement, ont perturbé les routes d’approvisionnement des troupes US en Irak, l’analyste militaire irakien a révélé dans un discours prononcé il y a environ un mois que les États-Unis cherchaient à établir de nouvelles bases militaires le long de la frontière entre l’Irak et le Koweït  en vue de s'en servir au moment opportun. 

Tout laisse donc à croire que les militaires américains ne sont plus en mesure d'utiliser leurs bases dans la région à leurs propres fins. Ils sont constamment confrontés à des craintes d'attaques de la Résistance, comme l'a rapporté dimanche la chaîne d’Al-Arabiya dans un rapport sur la signature d'un nouvel accord entre Amman et Washington pour permettre le déploiement des troupes US, de chasseurs, de navires et de blindés en Jordanie.

Jordanie, nouveau front US/Russie

Jordanie, nouveau front US/Russie

La Jordanie a rendu public dimanche un accord de défense avec les États-Unis qui favorise la liberté de mouvement des forces américaines.

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/25/648047/Irak-explosion-convois-US

Dans IRAK

IRAK : L'US ARMY DOUBLEMENT FRAPPEE

Par Le 19/03/2021

Convois US attaqués: Bagdad procède au retrait des forces étrangères

Thursday, 18 March 2021 5:26 PM  [ Last Update: Thursday, 18 March 2021 5:25 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les explosions visent les unes après les autres les convois militaires américains. (Illustration)

En Irak, alors qu’une troisième explosion, en une journée, vient de prendre pour cible deux convois militaires US, le président Barham Salih annonce sa décision de procéder à la mise en œuvre de la loi parlementaire approuvée en janvier 2020 pour expulser les forces étrangères d’Irak.

Deux convois logistiques militaires américains ont été ciblés près de la ville d’al-Samawah, chef-lieu de la province d’al-Muthanna dans le sud de l’Irak, a rapporté Saberine News, le jeudi 18 mars, soulignant qu’il s’agit d’une troisième attaque au cours des dernières 24 heures.

Plus tôt dans la journée, un autre convoi logistique de la coalition américaine a été touché par un engin explosif improvisé dans la province de Diwaniyah toujours dans le sud de l’Irak.

Les explosions similaires se sont produites au cours de ces derniers mois sur le trajet des convois militaires américains en Irak ; la coalition américaine ayant sollicité l’aide d’entreprises irakiennes locales pour survivre aux explosions et transférer ses équipements militaires.

Lire aussi : À Qaïm, les USA ont peur des missiles de la Résistance...

Les attaques contre les convois logistiques américains se poursuivent alors que le Parlement irakien a approuvé une loi exigeant l’expulsion de toutes les forces étrangères d’Irak en décembre 2020 à la suite de l’assassinat des deux hauts commandants de la Résistance, le général Soleimani et Abu Mahdi al-Mohandes par un drone américain près de l’aéroport de Bagdad.

C’est dans ce contexte que le président irakien, Barham Salih, a annoncé aujourd’hui la décision de son gouvernement de mettre fin à la présence des troupes américaines et étrangères dans le pays, dont le nombre se chiffre, selon lui, à 2 500.

Avertissant que les relations entre l’Irak et les États-Unis doivent être fondées sur les intérêts communs, le président irakien a indiqué que le dialogue stratégique entre Bagdad et Washington porterait sur les questions politiques, économiques et sécuritaires.

Plutôt samedi, Nasr al-Shemmari, le porte-parole du mouvement irakien al-Nujaba, a rappelé l’expiration du délai donné au gouvernement irakien pour le retrait des troupes américaines.

Lire aussi : L’alternative chinoise s’offre à l’Irak

Il affirmé que l’un des objectifs américains dans l’est de la Syrie est d’établir des points de passage sécurisés pour les organisations terroristes sur les frontières syro-irakiennes. Or la Résistance a, selon lui, toujours mis en garde qu’elle prenait l’initiative et qu’elle avait la capacité à riposter aux actions des forces d’occupation et nuire sérieusement à leurs intérêts de manière à assurer la dissuasion face à l’ennemi et à le forcer à se retirer d’Irak avec humiliation et défaite. 

Le coup lancé contre Aïn al-Asad relève de cette logique qui a largement contribué à établir un équilibre de la terreur USA/Résistance irakienne. 

Le porte-parole d’al-Nujaba a affirmé que les États-Unis ont déjà goûté aux offensives de la Résistance à l’époque où le nombre de leurs forces déployées en Irak s’élevait à plus de 300 000 ; ce chiffre réduit aujourd’hui à quelques milliers est largement insuffisant pour faire face à la Résistance qui est sur le point de mettre en place une nouvelle stratégie, selon laquelle aucune position des forces d’occupation ne sera à l’abri jusqu’à ce que le dernier soldat d’occupation quitte la terre d’Irak.

Al-Shemmari est allé encore plus loin en évoquant l’intention de l’Occident d’augmenter le nombre de ses forces sur le sol irakien dans le cadre de la présence de l’OTAN qui selon lui, suit deux objectifs. Soit l’OTAN cherche à dissimuler le retrait des Américains et à assumer la défaite en Irak plutôt que laisser Washington la subir seul, soit il s’agit d’une intention malveillante des États-Unis d’enflammer la situation intérieure et conduire à la fédéralisation de l’Irak. Et puis l’hypothèse d’une combinaison des deux objectifs n’est pas exclue : les États-Unis sèment le chaos dans le pays et en imputent la responsabilité aux forces européennes. Bref, ils les utilisent comme cible expiatoire. Mais, quels que soient leurs objectifs, une chose est sûre : l’escalade militaire anti US est irréversible, car la Résistance irakienne ne laissera ni l’Amérique ouvrir des passages pour Daech, ni couper la route stratégique Irak-Syrie-Méditerranée, ni bloquer le transit par voie terrestre du pétrole, du gaz irakien vers la Syrie, puisque la Résistance a fait un choix stratégique en intégrant la Route de la Soie.

Lire aussi : L’Iran relie l'Irak à l’axe de l’Est

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/18/647591/Convois-US-attaques-Bagdad-procede-au-retrait-des-forces-etrangeres

Dans IRAK

LA ROUTE DE LA SOIE ARRIVE EN IRAK

Par Le 17/03/2021

L’Iran relie l'Irak à l’axe de l’Est

Wednesday, 17 March 2021 4:43 AM  [ Last Update: Wednesday, 17 March 2021 5:39 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La nouvelle Route de la soie (La Ceinture et la Route )

Le vice-président de l'Organisation de la zone franche d'Anzali, Amin Ophoghi, a annoncé que l'Iran possède les routes terrestres les plus courtes de l'Est vers l'Europe. La première cargaison de marchandises chinoises a transité vers l'Irak via le port de la Caspienne.

« La première cargaison de 82 conteneurs de noix d'une valeur d'un demi million de dollars en provenance de Chine et du corridor Chine-Kazakhstan-Iran est entrée dans le port de la Caspienne. Il a transité par la douane de la zone franche d'Anzali vers l'Irak », a déclaré Amin Ophoghi

Soulignant que l'existence des capacités mentionnées a fait de la zone franche d'Anzali la porte d'entrée de l'Iran vers l'Eurasie, il a indiqué : « La nouvelle Route de la Soie (La Ceinture et la Route) relie les continents d'Asie, d'Afrique et d'Europe. C'est un modèle de transport combiné avec un ensemble de réseaux commerciaux ferroviaires, terrestres et maritimes. »

Route de la soie: l'Iran se connecte!

La nouvelle route de la soie ferroviaire partira de la Chine et passera par le Kazakhstan, le Turkménistan, l’Iran via la ville de Sarakhs et la Turquie avant d’atteindre l’Europe.

PressTV / French / 11 nov. 2019

Le vice-président des affaires portuaires de la Caspienne de l'Organisation de la zone franche d'Anzali a déclaré : « Une nouvelle branche du corridor international "La Ceinture et la Route" a été lancée. Cette branche favorise le transit de marchandises de Chine par voie ferroviaire vers le port d'Aktau au Kazakhstan puis vers les pays de la région. »

Faisant référence à la poursuite du transit des marchandises via le corridor Chine-Kazakhstan-Iran (le port de la Caspienne) vers l'Irak, il a déclaré qu'« étant donné que l'Irak a adhéré à la Convention TIR, on s'attend à ce que le transit de marchandises par le corridor de transport depuis la zone franche d'Anzali vers la Syrie et la mer Méditerranée se développe ».

La liaison ferroviaire Iran-Irak

Selon l'ISNA, le Premier ministre irakien a déclaré lundi que l'accord de la liaison ferroviaire Iran-Irak était achevé et qu'il relierait l'Irak à la Chine. Il a déclaré que ce plan offrirait des opportunités économiques à l'Irak

Route de la soie: l'Iran se connecte!

La nouvelle route de la soie ferroviaire partira de la Chine et passera par le Kazakhstan, le Turkménistan, l’Iran via la ville de Sarakhs et la Turquie avant d’atteindre l’Europe.

PressTV / French / 11 nov. 2019

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/16/647458/Route-de-la-soie-arrive-en-Irak-

Dans IRAK

BIENTOT DES SOLDATS CHINOIS EN IRAK ?

Par Le 14/03/2021

L'Alternative chinoise s'offre à l'Irak

Sunday, 14 March 2021 7:18 PM  [ Last Update: Sunday, 14 March 2021 7:18 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La 4ème attaque contre le convoi militaire américain à al-Diwaniyah en Irak. (Illustration)

Que la Chine se dit prête à « coopérer » à la lutte contre le terrorisme en Irak, alors même que le duo Biden-Austin relâche chaque semaine des dizaines de terroristes daechistes de la prison d’al-Hol à Hassaké à destination d’al-Anbar ou encore de Homs, et qu’il fait tout sans grand succès d’ailleurs pour lancer des attaques terroristes dans les grandes villes, ou encore sur les sites pétro-gaziers où Pékin a largement investi, cela veut dire qu’il y a quelque chose qui échappe désormais aux Américains, même si le Premier ministre Kazemi a tout fait sous pression US ces derniers mois pour empêcher que les 2 milliards de contrats signés par son prédécesseur avec la Chine restent en rade. Au fait, la lutte contre le terrorisme et son sponsor américain en Irak qui a fait de ses bases les camps d’entraînement pourrait plus particulièrement intéresser les Chinois à Bassora, cœur pétrolifère du Sud qu’ils devront sécuriser pour préserver leurs investissements, mais plus largement à al-Anbar. Pourquoi ? Car c’est par là que transite la route stratégique Irak- Syrie-Méditerranée qui devrait rejoindre la grande initiative Route de la soie. Et sur ce point Pékin ne peut que compter sur la Résistance irakienne qui se pose en un solide rempart pour empêcher que cette route, voie de transite terrestre de l’énergie vers la Syrie, ne tombe entre les mains de Daech. Mais coopérer à contrer le terrorisme peut aussi signifier envoyer des soldats à former les forces irakiennes, ou vendre des armes à l’armée irakienne ; et de ce point de vue, la perspective s’avère particulièrement intéressante quand on sait que l’OTAN est prête à multiplier ses effectifs en Irak, rien que pour occulter les agissements US et rendre le terrain impraticable pour toute coopération sino-irakienne. Alors l’aide militaire de Pékin à l’Irak inimaginable ? Pas tant que  

Le ministre chinois des Affaires étrangères lors d’une conversation téléphonique avec son homologue irakien, a souligné qu’il était prêt à coopérer avec Bagdad dans la lutte contre l’extrémisme et le terrorisme.

Selon l’agence de presse Fars, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi vendredi lors d’une conversation téléphonique avec son homologue irakien Fuad Hussein a souligné la nécessité d’élargir la coopération bilatérale.

Selon le site Web du CJT. Wang Yi en évoquant le rôle important de l’Irak dans la région, a déclaré que Pékin soutenait Bagdad dans sa lutte contre les terroristes, y compris Deach.

Annonçant l’envoi du vaccin coronavirus en Irak, le chef de la diplomatique chinoise a déclaré que les deux pays devraient poursuivre la coopération et les négociations de post-coronavirus.

Wang Yi a ajouté que le gouvernement chinois continuerait à soutenir et à encourager les entreprises chinoises à jouer un rôle dans la reconstruction de l’Irak et à coopérer dans les domaines de l’électricité, des transports, des communications et de la gestion urbaine.

Fouad Hussein saluant également l’aide et le soutien de la Chine à l’Irak dans la lutte contre le coronavirus a affirmé que tout cela reflétait la profonde amitié entre les deux nations.

Soulignant l’importance de développer les relations entre les deux pays, le ministre irakien des Affaires étrangères a exprimé l’espoir de surmonter les conséquences de l’épidémie de coronavirus et de renforcer la coopération entre Pékin et Bagdad dans les domaines de l’économie, du commerce et des exportations de pétrole.

Il a ajouté que son pays pour assurer la stabilité et la sécurité dans la région était résolu à lutter contre le terrorisme et à maintenir des relations positives avec ses voisins.

Chine-Iran: séisme stratégique anti-US?

Ce que gagnera la Chine au Moyen-Orient, grâce à son alliance avec la Résistance, va au-delà de la Route de la soie...

PressTV / French / 29 juin 2020

Nasr al-Chammari, le porte-parole du Mouvement de résistance islamique al-Nujaba, s’est exprimé sur des motifs qui poussent les occupants américains à se nicher dans l’est de la Syrie. Selon lui les objectifs américains dans l’est de la Syrie peuvent être résumés comme suit :

1. Créer des points de passage sûrs pour les organisations terroristes entre la Syrie et l’Irak dans le but de perturber la situation interne entre les deux pays.

2. Ils essaient de déstabiliser le Croissant chiite « composé de l’axe chiite Téhéran-Bagdad-Damas-Beyrouth » dans le but de couper les contacts entre les pays de l’Axe de résistance et d’empêcher la création d’un passage terrestre iranien, irakien et syrien pour atteindre le Liban et la Palestine.

3. Une autre raison de la présence américaine est de bloquer l’exportation de pétrole et de gaz et d’étouffer le projet de la Route de la soie.

4. Créer des zones tampons pour éloigner les armes de la résistance le plus loin possible de la Palestine pour éviter au régime sioniste des attaques depuis ces zones.

Vers le corridor

«La Syrie adhère toujours à sa stratégie des “Cinq mers”, mettant en évidence sa décision de devenir un point de jonction entre la mer Noire, la mer Caspienne, le golfe Persique, la mer Rouge et la mer Méditerranée.»

PressTV / French / 15 déc. 2020

Dans une autre partie de ses remarques, al-Chammari également évoquant la présence de l’OTAN en Irak et l’objectif de l’Occident de fomenter une augmentation de la présence de ses forces sur le sol irakien a ajouté : « La présence de l’OTAN sur le sol irakien ne se résume qu’à deux possibilités : Premièrement, la présence de l’OTAN pourrait bien se substituer aux forces d’occupation américaines pour que de cette manière l’OTAN assume la responsabilité des défaites militaires américaines en Irak plutôt qu’à laisser à Washington les subir seul. Le deuxième facteur pourrait s’agir d’une intention malveillante des États-Unis d’enflammer la situation intérieure et de provoquer les divisions et de favoriser la fédéralisation de l’Irak ».

Irak: l'OTAN, substitut des forces US?

Les USA réussiront-ils à résister à la volonté du peuple et des forces populaires irakienne, sur fond de combats incessants des Hachd?

PressTV / French / 21 févr.

Un groupe irakien diffusant une vidéo a revendiqué la responsabilité d’une attaque contre un convoi américain.

Samedi 13 mars, le groupe de résistance islamique irakien Ashab al-Kahf (Compagnons de la grotte) en publiant une vidéo de l’attaque contre un convoi militaire américain à al-Diwaniyah, en a officiellement revendiqué la responsabilité. Dans cette vidéo, prise à partir d’un véhicule en mouvement, une grave explosion se produit au passage du convoi transportant du matériel militaire.

De telles explosions se produisent quotidiennement sur la route des convois de la coalition américaine entrant sur le territoire irakien depuis le Koweït.

L’intensité et le nombre d’attaques ont augmenté après le bombardement des positions des Hashd al-Chabi qui a eu lieu le 3 mars par deux avions américains à la frontière irako-syrienne. 

Et selon Nasr al-Chammari, le porte-parole du mouvement al-Nujaba, l’accord entre les groupes de résistance et le gouvernement de Bagdad pour arrêter les attaques et le délai pour les troupes américaines de quitter l’Irak a expiré.

Irak: la Résistance frappe 

 

PressTV / French / 15 févr.

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/14/647264/Chine-USA-axe-de-la-r%C3%A9sistance-convois-militaire--OTAN

 

Dans IRAK

IRAK : SEPT MEMBRES D'UNE MEME FAMILLE TUES LORS D'UNE ATTAQUE TERRORISTE DE DAECH

Par Le 13/03/2021

Irak: sept membres d’une famille tués dans une attaque présumée de «Daech»

Irak: sept membres d’une famille tués dans une attaque présumée de «Daech»

folder_openMoyen Orient access_timedepuis 2 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

Des hommes armés soupçonnés d'être liés au groupe terroriste «Daech» ont tué sept membres d'une famille après avoir fait irruption dans leur maison près de Tikrit, au nord de l'Irak, rapportent des sources au sein des forces de l'ordre.

Les assaillants ont fui les lieux, laissant derrière eux un homme grièvement blessé. Aucun groupe n'a jusqu'à présent revendiqué l'attaque.

En décembre 2017, l'Irak a annoncé sa victoire contre le groupe terroriste, après avoir reconquis l'ensemble du territoire occupé par «Daech» depuis 2014. «Daech» poursuit cependant ses attaques éparses dans ce pays ravagé par la guerre. Le groupe a notamment revendiqué la responsabilité d'un double attentat-suicide qui a fait au moins 32 morts dans le centre de Bagdad en janvier.

https://french.alahednews.com.lb/39125/304

Dans IRAK

IRAK : 4ème ASSAUT ANTI-US EN 12 HEURES

Par Le 12/03/2021

Irak : Un 4ème convoi US ciblé dans le sud

Friday, 12 March 2021 7:41 AM  [ Last Update: Friday, 12 March 2021 7:40 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un convoi logistique militaire américain ciblé en Irak. (Photo à titre d’illustration)

Des sources irakiennes ont rapporté que le quatrième convoi logistique militaire américain avait été ciblé dans le sud de l'Irak.

La chaîne de Telegram « Sabereen News » a annoncé jeudi soir que le convoi avait été pris pour cible alors qu'il circulait sur l'autoroute Bassora-Nassiriya.

Le média irakien a également rapporté que le groupe de résistance irakienne, Saraya Awliya al-Dam en publiant un communiqué avait revendiqué la responsabilité de la quatrième attaque.

Selon le communiqué, il s’agissait d’une opération qui avait été menée par tir indirect. Lors de l’opération un convoi appartenant à des forces américaines a été visé par deux attaques.

Trois convois similaires ont été ciblés jeudi après-midi dans les provinces d'al-Anbar, al-Muthanna et Babil. Un nouveau groupe appelé la « résistance internationale » a revendiqué la responsabilité de la première attaque (menée à al-Anbar).

Lire aussi : 2021, fin des USA au Moyen-Orient ?

Irak : triple attaque anti-US

Irak : triple attaque anti-US

Trois convois logistiques appartenant aux forces américaines ont été pris pour cible dans différentes régions

Récemment, la soi-disant coalition anti-Daech dirigée par les États-Unis a déclaré qu'elle augmenterait ses forces en Irak, ce qui a conduit à davantage d'attaques contre les convois logistiques américains.

Les groupes de la Résistance irakienne ont appelé le gouvernement de Mustafa al-Kazemi à mettre en œuvre la loi adoptée par le Parlement irakien en janvier 2020, appelant à l'expulsion des troupes américaines et étrangères du pays.

Le parlement irakien a approuvé la loi après que les États-Unis aient assassiné le général Soleimani, Commandant en chef de la Force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique et, Abu Mahdi al-Mohandes, chef adjoint des Hachd al-Chaabi, dans un acte criminel près de l'aéroport de Bagdad.

Lire aussi : La cyberarmée "irakienne" s'apprête à porter des coups aux USA "sur le territoire américain"

Dans le même temps, les forces de renseignement militaires irakiennes font part de la destruction d'un tunnel stratégique et d'une grotte appartenant aux terroristes de Daech dans la province irakienne d'al-Anbar.

L'organisation a déclaré dans un communiqué: « Lors d'une opération de renseignement, les forces de cette organisation ont détruit l'une des grottes appartenant au groupe terroriste Daech, qui avait quatre tunnels dans la zone d’al-Nahda dans la ville d'al-Qaïm de la province d'al-Anbar.

L'organisation a ajouté: « Ces grottes qui étaient utilisées pour cacher et abriter des éléments terroristes, ont été complètement détruites par les forces de l’organisation. »

Irak: la Résistance déclare la guerre!

Irak: la Résistance déclare la guerre!

La Résistance a poursuivi et poursuivra ses opérations 

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/12/647124/Irak-convoi-US-cible

Dans IRAK

IRAK : TRIPLE ATTAQUE ANTI-US

Par Le 11/03/2021

Les convois logistiques US sont régulièrement visés en Irak

Thursday, 11 March 2021 6:08 PM  [ Last Update: Thursday, 11 March 2021 6:07 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Irak: les convois logistiques US repassent sous les bombes. (Photo à titre d’illustration)

Des sources irakiennes ont rapporté qu’un troisième convoi logistique militaire américain avait été ciblé dans le centre de l'Irak.

La chaîne Telegram « Sabereen News » a rapporté ce jeudi soir que le convoi avait été pris pour cible près de la ville d'al-Hilla, le chef-lieu de la province irakienne de Babil. Certaines sources indiquent que le convoi avait été ciblé par une bombe en bordure de route.

Plus tôt dans l’après-midi, la chaîne Sabereen News, avait fait part des attaques contre deux autres convois américains en Irak.

Selon la chaîne, un convoi du matériel logistique appartenant aux forces américaines a été détruit dans la province d'al-Anbar, dans l'ouest de l'Irak.

Un autre convoi transportant du matériel militaire US a été visé dans la région d'al-Samawah de la province d'al-Muthanna, dans le sud de l'Irak.

Ainsi, des sources irakiennes avaient rapporté le 3 mars que quatre convois logistiques américains avaient été ciblés en Irak.

Ces opérations avaient été effectuées dans les provinces de Bagdad, Babil et al-Muthanna contre les forces américains.

Ain al-Asad: les USA menacent!

Ain al-Asad: les USA menacent!

Selon une loi adoptée par le Parlement irakien en janvier 2020, deux jours après l’assassinat du général Soleimani, Commandant en chef de la Force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique, et d’Abu Mahdi al-Mohandes, chef adjoint des Hachd al-Chaabi, la présence des troupes américaines et non américaines est illégale en Irak et ces dernières doivent quitter le pays, le plus tôt possible.

De nombreux groupes irakiens considèrent les forces américaines présentes dans le pays comme des occupants et insistent sur leur retrait immédiat de l'Irak. Ils ont appelé à plusieurs reprises le gouvernement à mettre en œuvre la décision du Parlement.

Selon al-Maloumah, des députés irakiens ont mis en garde contre le complot américain visant à détruire l'Irak et à le déstabiliser en soutenant des groupes terroristes et en poursuivant leur présence dans le pays, ce qui leur permet de poursuivre les intérêts de Washington et de ses alliées dans le pays.

Lire aussi : Irak : la Résistance déclare la guerre !

Irak: Cyber-surprise de la Résistance!

Irak: Cyber-surprise de la Résistance!

Mohammad Karim, membre de la faction Sadeghoun au Parlement irakien, a déclaré à al-Maloumah : « les forces américaines soutiennent le terrorisme et accueillent les groupes terroristes et criminels dans leurs bases à l'étranger. Elles se servent de ces personnes pour créer l'instabilité et l'insécurité en Irak ou dans tout pays que les États-Unis ont l'intention de détruire.

Lire aussi : 2021, fin des USA au Moyen-Orient

Ainsi, un député de l’alliance al-Fatah au Parlement irakien a déclaré à ce sujet : « Les États-Unis poursuivent leurs conspirations contre l'Irak en soutenant les groupes terroristes afin de maintenir la présence de leurs forces en Irak et de déstabiliser le pays. »

D'un autre côté, Abbas Shoail, le député de la faction parlementaire Badr, a déclaré que le silence du gouvernement face à la conspiration américaine contre les unités de la Mobilisation populaire permettait à Washington de commettre plus de crimes contre l'Irak et ses forces de sécurité

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/11/647099/Irak-convoi-US-cible

Dans IRAK

IRAK : AÏN AL-ASAD CRIBLEE DE MISSILES

Par Le 03/03/2021

Abou Kamal vengée; trois militaires US tués dont un officier

Wednesday, 03 March 2021 11:40 AM  [ Last Update: Wednesday, 03 March 2021 11:59 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les batteries de roquettes abandonnées à l'entrée de la base d'Aïn al-Asad, après une attaque qui a fait trois morts dans les rangs des militaires US/SouthFront

Décidément Avenger ni les radars italiens non plus n'on pas été de grand recours ! Il y a quelques jours, les médias militaires américains annonçaient avoir dépéché en urgence des batteries de DCA Avenger, espèce d'arme des années 50-60 sur les frontières syro-irakiennes puisque les batteries de missiles Patriot désormais déployées à la fois à l'ouest de l'Irak, au Kurdistan irakien mais aussi sur la rive est de la Syrie "sont incapables de faire face aux roquettes" de la Résistance irakienne. Vu des images et les informations qui viennent de tomber en provenance d'al-Anbar, c'est encore raté. Ce mercredi matin, la tristement célèbre base US à l'ouest de l'Irak, base transformée en forteresse depuis le 8 janvier 2020, date à la quelle une salve de 13 missiles balistiques iraniens "Qiam" l'a frappé de plein fouet de sorte que le chef du CentCom en s'en souvenant a encore le froid dans le dos, a été pris pour cible de "roquettes".  Entre 10 et 14 en tout, et 3 soldats US dont un officier aurait été tués. Selon cette information, les blessés auraient quant à eux évacués à bord d'un avion de l'unité 386 à la base américaine de Frankfort en Allemagne. Les roquettes auraient été tirées depuis l'ouest d'Al Anbar à partir d'Al Biyar, une zone agricole juste limitrophe d'Ain al-Asad. La base avait-elle été "aveuglée"? 

Ain al-Asad frappée, Abou Kamal vengée?

La base américaine d’Ain al-Asad aurait été prise pour cible d’une attaque aux roquettes.

PressTV / French / 1 mars

Wane Marotto, porte-parole de la coalition s'est précipité pour reconnaître la frappe, produite vers 7 heures (heure locale), visiblement content que la riposte promise par la Résistance irakienne au raid américain du 26 février contre Abou Kamal en est restée là : « Oui, on vient de subir une attaque ... les Irakiens ont ouvert une enquête... les résultats en seront communiqués ultérieurement ». Et pourtant peu de chance qu'il ne mente pas! Selon l'agence de presse Shafaq News, « pas moins de 10 roquettes ont ciblé la base Aïn al-Asad qui héberge les forces de la coalition américaine, 10 roquettes qui se sont abattus sur le sol », bien que Aïlnal-Asad soit protégée à la fois par Patriot, C-Ram et plus récemment Avenger. »

Austin a déjà perdu en Irak

Austin a déjà perdu en Irak

Les Hachd al-Chaabi portent des coups durs aux USA qui recourent à tout moyen pour les supprimer.

Des sources proches de la Résistance dont la chaîne Telegram Sabreen News évoquent un peu l'ambiance de ce matin sur cette base qui, ciblée déjà il y a deux jours, toujours par ces mêmes "roquettes", a poussé l'appareil médiatique US à censurer l'attaque, à la déguiser en "exercices militaires inter Aïn al-Asad" puis à forcer le chef du CentCom, à s'humilier et à déclassifier une vidéo tournée le 8 janvier 2020 sur la frappe du CGRI, façon indirecte de quémander à la Résistance le pardon d'avoir bombardé Abou Kamal. Certains y verraient déjà un équilibre de la terreur qui s'établit sans trop en avoir l'air entre une US Army qui tente de s'accrocher et une Résistance irakienne qui domine parfaitement les combats au sol. En effet, presque simultanément à la frappe aux roquettes visant Aïn al-Asad pour la troisième fois depuis que les Yankee sont en Irak, deux convois transportant du matériel logistique pour les forces américaines a été pris pour cible respectivement dans la ville méridionale d'al-Samawah et à al-Diwaniyah, une troisième et une quatrième attaque en à peine 12 heures. Le convoi américain transitait à al-Diwaniyah se dirigeait vers Harir, cette "imprenable base US" au Kurdistan irakien que la Résistance a criblée de 24 roquettes il y'a à peine quelques jours, provoquant la mort de plusieurs américains.

Selon la chaîne Telegram « Al-Alam Al-Maqawim », c'est le groupe « Qassem al-Jabarin » qui a revendiqué le raid contre al-Samawiyah qui n'a pas laissé de morts mais qu'il n'en reste pas moins paralysant pour une armée US qui ne sait plus à quel saint vouer pour éviter des bombes sur la bordure des routes ou des roquettes, un autre convoi logistique de l'armée américaine ayant été visé juste avant la frappe contre Aïn al-Asad, soit quelques heures plus tôt dans la province irakienne de Babel, à Hillah.

Ciel syrien, Missiles

 

PressTV / French / 2 mars

Pour revenir à Aïn al-Asad, Saberin News évoque des colonnes de fumée qui "élèvent toujours de la partie militaire de la base que "les Américains ont précipitamment évacués", tout "en retirant leurs soldats des postes de contrôle et de surveillance". Visiblement Saberin News a "ses yeux" à l'intérieur d'Aïn al-Asad sinon des "drones" qui semblent avoir sérieusement défié l'aviation américaine qui s'est payée le chic d'aller bombarder il y a quelques jours les positions de Kataeb Hezbollah à Qaëm/Abou Kamal dans le stricte objectif de faire sauter le verrou frontalier anti Daech syro-irakien et de ramener les agents takfiristes du Pentagone et de Lyod Autin en Irak pour y semer la terreur. Mais 2021 n'est pas 2014 et l'Irak a une puissance armée nationale qui sait la protéger.

Et justement, le sixième bataillon des Hachd a lancé ce matin une vaste offensive baptisé "Sang des martyrs" couvrant le sud-ouest de Kirkuk ainsi qu'une localité stratégique de Salaheddine. C'est dire que les troupes US et leur chef en tête Austin n'a pas eu d'autre choix ce 26 février que d'aller frapper la Syrie puisque l'Irak est déjà perdu pour les USA. Pour la petite histoire, Saberin News annonce le type "roquette" dont une dizaine vient de s'abattre sur Aïn al-Asad en représailles du raid US à Abou Kamal : il s'agit visiblement de roquette "intelligente" Arash-4 un engin de 122 mm développées à partir de  BM-21 Grad avec une portée de 40 km, et une ogives à fragmentation HE, acier à billes. Mine de rien, il pourrait y avoir des commotionnés cérébraux encore dans les rangs des soldats US à Aïn al Asad surtout que l'ogive de ces engins pèsent 19 kilo et qu'une quarantaine d'entre elles pourraient être tirés à partir d'un seule lanceur. D'ici quelques mois, on aurait peut-être encore McKeznie à l'écran entrain de louer malgré lui la "précision " et la "furtivité" des "roquettes de la Résistance irakienne".  

Aïn al-Asad: cuisant aveu US

Aïn al-Asad: cuisant aveu US

La chaîne américaine CBS a récemment diffusé des images vidéo déclassifiées par le chef du CentCom, qui selon The Drive ne mettent en scène que 5 des 13 missiles balistiques iraniens Qiam tirés contre la base US en Irak en 2020.

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/03/646458/Irak-USA-A%C3%AFn-al-Assad-attaque-missiles-Al-Anbar

Dans IRAK

IRAK : DEUX CONVOIS MILITAIRES US ATTAQUES

Par Le 25/02/2021

Irak : attaque contre deux convois US

Thursday, 25 February 2021 7:16 PM  [ Last Update: Thursday, 25 February 2021 7:16 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Deux convois militaires américains attaqués en Irak. (Illustration)

Une fois de plus, des convois transportant du matériel logistique pour l'armée américaine ont fait l’objet d'attaques en Irak. Ce jeudi, deux convois de la coalition internationale dirigée par les États-Unis ont été pris pour cible dans les provinces irakiennes de Bagdad et Babil, rapporte l'agence de presse Saberin proche de la résistance irakienne.

A l’heure qu’il est, la coalition soi-disant anti-Daech n’a pas fait de commentaire sur l’attaque.

Lire aussi : Des tirs de missiles contre la base aérienne US à Balad une semaine après l'attaque contre Erbil

Arrivés en Irak principalement depuis la frontière syrienne à l'ouest ou la frontière koweïtienne au sud, les convois transportant du matériel logistique pour les troupes américaines stationnées dans diverses bases militaires en Irak ont ​​été à plusieurs reprises la cible d'attaques à la bombe en bordure de route, au cours de ces derniers mois. 

Les attaques de représailles se poursuivent alors que les groupes de résistance irakiens avaient averti que la date limite pour le retrait des troupes américaines par le gouvernement du Premier ministre irakien Mustafa al-Kazemi était expirée.

Lire aussi : Des soldats britanniques et français, futurs "boucliers humains" des GI's au Moyen-Orient ?

A la suite de l’assassinat ciblé de deux hauts commandants de la Résistance par un drone américain le 3 janvier 2020 près de l’aéroport de Bagdad, le Parlement irakien a voté une loi exigeant le retrait des troupes étrangères d’Irak.

Considérant les troupes américaines présentes dans leur pays comme des forces d’occupation, les partis et les factions irakiens sont nombreux à appeler à leur retrait immédiat.

Mais, les récents incidents survenus au sein de l’armée américaine en Irak et le développement des groupes takfiristes en Syrie ont long à dire sur le transfert illégal de militaires et d'équipements américains

Ayant mis le retrait de ses troupes d’Irak à l’ordre du jour, Washington n’a toutefois pas caché son intérêt à envoyer des troupes en Syrie notamment pour maintenir sa présence militaire dans la région, contrecarrer l'influence turque dans le nord de la Syrie, ressourcer Daech dans le sud et soutenir les Forces démocratiques syriennes (FDS) au détriment du président Bachar al-Assad, dans le trafic et le pillage du pétrole de la Syrie; d’où l'intensification des affrontements entre l’armée syrienne et les milices kurdes.

Irak: l'OTAN, substitut des forces US?

Irak: l'OTAN, substitut des forces US?

Les USA réussiront-ils à résister à la volonté du peuple et des forces populaires irakienne, sur fond de combats incessants

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/25/646067/Irak-convois-US-attaques

Dans IRAK

IRAK : 5 HEROÏQUES COMBATTANTS DES HACHD AL-CHAABI TUES LORS D’AFFRONTEMENTS AVEC LES TERRORISTES DE DAECH A DIYALA

Par Le 19/02/2021

Irak: 5 martyrs du Hachd al-Chaabi lors d’affrontements avec «Daech» à Diyala

Irak: 5 martyrs du Hachd al-Chaabi lors d’affrontements avec «Daech» à Diyala

folder_openMoyen Orient access_timedepuis 5 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec agences

Cinq combattants du Hachd al-Chaabi sont tombés en martyre mercredi et jeudi lors d’affrontements avec le groupe terroriste «Daech» à Diyala.

Le Hachd al-Chaabi (Unités de mobilisation populaire) a annoncé jeudi trois martyrs et cinq blessés parmi ses membres, lors d'un affrontement avec des éléments de «Daech», dans le gouvernorat de Diyala, dans l'est de l'Irak.

«Les forces de la 28e brigade de la mobilisation ont affronté des éléments de Daech dans la province du nord de Diyala et ont pu contraindre les assaillants à fuir», a déclaré le Hachd dans un communiqué, ajoutant que «l'attaque a tué 3 membres des forces de Mobilisation populaire et en a blessé 5 autres», sans donner plus de détails.

Deux membres de la Mobilisation populaire ont été tués et quatre autres blessés dans la journée de mercredi, lors d'une attaque similaire menée par des éléments soupçonnés d'être affiliés à «Daech» dans la province, selon une source sécuritaire.

En 2017, l'Irak avait déclaré la victoire contre «Daech» en reprenant la totalité de son territoire, mais ces derniers mois, les attaques d'éléments présumés de «Daech» se sont multipliées, en particulier dans la zone située entre Kirkouk et Salah al-Din (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de «Triangle de la mort».

https://french.alahednews.com.lb/38782/304

Dans IRAK

IRAK : LA RESISTANCE FRAPPE LE "SULTAN"!

Par Le 16/02/2021

Mossoul: premier face-à-face troupes d'occupation turques/Résistance irakienne

Monday, 15 February 2021 6:22 PM  [ Last Update: Tuesday, 16 February 2021 4:42 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Cette photo à titre d'illustration de Reuters montre une scène d'attaque de civils contre une base militaire turque à Dahouk dans le Nord irakien.

L'ultimatum de la Résistance irakienne a expiré. Sinjar ne sera pas la seconde Idlib, même si Erdogan compte y faire main basse pour plaire a l’administration démocrate… Une base militaire turque a été frappée à Mossoul ce lundi. Ashab al-Kahf, l’un des groupes de résistance islamique d’Irak a revendiqué l'attaque, lancée en réponse aux avancées de l’armée turque dans la province de Ninive. La Résistance irakienne a auparavant averti contre toute opération turque visant à envahir la localité de Sinjar sous le prétexte de repousser les éléments du PKK. Les agissements de l’armée turque dans la province de Ninive ont coïncidé avec une nouvelle tentative US de construire une base militaire à Hassaké où sont déployés les membres des FDS, soutenus par les USA. 

Le groupe de résistance islamique irakien Ashab al-Kahf (Compagnons de la grotte) a annoncé aujourd'hui qu'il avait ciblé une base militaire turque à Mossoul en représailles aux avancées militaires turques dans la province de Ninive.

Selon Sabreen News, une heure avant le bruit des roquettes tirées à Mossoul, le groupe de résistance irakien avait tiré un missile sur une base militaire turque à Mossoul.

 Le mouvement de résistance Islamique Al-Nujaba a revendiqué l'attaque sur la base militaire turque à la frontière irako-turque.

Base US à Al-Tanf

Base US à Al-Tanf

Un corridor aérien militaire reliant Téhéran à Lattaquié plus un liaison navale Bandar-Abas-Lattaquié....quelle surprise prépare la Résistance à Biden?

La coalition pro-américaine construit une nouvelle base dans le nord-est de la Syrie

Des sources syriennes ont fait part de la construction d'une nouvelle base de la coalition américaine dans le nord-est de la Syrie, près de la frontière avec l’Irak et la Turquie.

La chaîne télévisée Al-Mayadeen rapporte que la base devrait être construite dans le district d’Ain Divar dans la province de Hassaké, et les Américains ont d'ores et déjà transféré de nouveaux équipements militaires dans leurs bases de cette même province.

 

Des sources locales ont indiqué qu’un convoi de la soi-disant coalition multinationale composée de 50 camions transportant du matériel logistique et militaire, accompagnés de véhicules blindés, est entré en territoire syrien depuis l'Irak avant de se diriger vers les bases militaires à Qamichli et Hassaké.

La nouvelle base, dont la construction de certaines parties a été achevée, se situe dans la banlieue de la ville de Yaarabiya dans la région d'al-Malikiyah au nord-est de la province de Hassaké. Le site de la base était autrefois une piste pour les petits avions pulvérisateurs. L’armée américaine a entouré la piste de murs en béton préfabriqués et fait construire une piste d'atterrissage pour hélicoptères.

Dans le même temps, la coalition américaine a évacué la base Swama dans la province de Hassaké et a transféré la plupart de son équipement vers la nouvelle base.

À cet égard, l'agence de presse officielle syrienne, SANA, a rapporté que les militaires des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui sont soutenues par les États-Unis, ont confisqué la récolte de blé des agriculteurs de Hassaké et de Qamichli.

Le porte-parole du département américain de la Défense, John Kirby, prétend que 900 militaires américains y étaient déployés non pas pour faire main basse sur les gisements hydrocarbures syriens, mais pour combattre Daech.

Depuis quelque temps, de nombreux rapports font état d’une attaque probable turque contre Sinjar et l’occupation de cette région frontalière avec la Turquie sous prétexte d'affronter les paramilitaires du PKK. L’homme fort des Hachd al-Chaabi, Hadi Al-Ameri, a annoncé, il y a deux jours, que l'armée turque envisageait d'attaquer Sinjar, selon des informations fiables.

La Résistance met en garde Erdogan

La Résistance met en garde Erdogan

Le mouvement Asa

Critiquant les agissements et les attaques de la Turquie dans le nord de l'Irak, le chef de l’Alliance Al-Fatah au Parlement irakien a déclaré : « La Turquie doit cesser ses actes hostiles ; des actions qui non seulement ne servent pas les relations bilatérales avec l'Irak, mais auront un impact profond sur ces relations. Nous nous attendions à ce que la Turquie procède à se retirer complètement du territoire irakien, et non à accroître son occupation. »

Lire : Toutes les guerres qu'Erdogan a imposées à l'armée turque

Le chef de l’organisation Badr a par ailleurs appelé le gouvernement irakien à prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher les attaques sur le territoire irakien.

Située dans la partie Ouest de la province de Ninive, au centre de la ville de Mossoul, Sinjar a été transformée, ces dernières années, par le PKK en une base militaire pour ses activités contre le gouvernement turc, en raison notamment du manque de forces irakiennes dans la région.

Ankara a averti à plusieurs reprises que la région deviendrait une deuxième Qandil – le nom d'une montagne près des frontières de l'Iran, de l'Irak et de la Turquie, où ont été cantonnés les éléments du PKK.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan a récemment averti que les forces turques pourraient soudainement lancer une opération à Sinjar du jour au lendemain.

En réaction aux récents avertissements d’Ankara, le porte-parole du commandement des opérations de l’armée irakienne, le général de brigade Tahsin al-Khafaji a déclaré ce lundi que l’Irak prendrait les mesures nécessaires en cas d'agression ou d'attaque étrangère sur son territoire.

« Toutes les unités militaires sont, affirme le général de brigade al-Khafaji, stationnées à Sinjar et la situation dans la région est sous contrôle et aucune action armée n'y est observée ».

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/15/645324/Irak-Syrie--les-dessous-des-op%C3%A9rations-US-turque

Dans IRAK

LE PARTI COMMUNISTE IRAKIEN CONDAMNE LA LACHE ATTAQUE ARMEE CONTRE LE BUREAU DU PARTI A NAJAF

Par Le 09/02/2021

8 Février 2021

Lundi 8 février 2021
Le Parti communiste irakien condamne la lâche attaque armée contre le bureau du parti à Najaf


Concernant la récente attaque armée contre ses bureaux dans la ville de Najaf, le Bureau politique du Parti communiste irakien a publié la déclaration suivante :

Ce matin (vendredi 5 février), le bureau de notre parti communiste irakien dans la ville de Nadjaf a été victime d'une attaque armée perfide et lâche, qui a provoqué un incendie et des dégâts matériels, sans faire de victimes.

Les bureaux du parti à Bagdad, Bassora, Diwaniyah et Nasiriyah avaient déjà été victimes d'attaques criminelles similaires. Les instigateurs sont apparemment provoqués par le rôle politique de notre parti, son soutien total aux masses et au soulèvement populaire, les objectifs des manifestants, leur aspiration au changement et à la fin du système des quotas et de la corruption. Les attentats ont révélé la frustration de ces forces face à la participation active des communistes irakiens au soulèvement et aux martyrs du parti qui ont perdu la vie alors qu'ils affrontaient la violence et l'oppression des manifestants. Les attentats reflètent également les tentatives renouvelées de ces forces de perpétuer le climat d'instabilité, de tension et de troubles dans le pays.

Toutefois, ces actes lâches n'ont pas miné et ne mineront pas la volonté des communistes, qui a été testée à plusieurs reprises au cours des 86 années d'existence du parti. Les auteurs de ces actes et ceux qui les soutiennent, à l'intérieur comme à l'extérieur, n'ont récolté que la honte, le déshonneur et la malédiction de l'histoire.

Cette nouvelle attaque lâche survient à la veille des préparatifs des élections législatives, qui devraient être libres et équitables et se dérouler dans un environnement sûr et pacifique, loin de la menace des armes, des pressions, de la coercition, de la corruption et de l'achat de votes.

De tels actes misérables ne feront que rendre les communistes irakiens de Nadjaf et des autres provinces du pays plus déterminés à poursuivre la lutte, avec les masses de son peuple, pour sauver la patrie et avancer sans relâche vers la construction d'un État fondé sur la citoyenneté, une véritable démocratie et la justice sociale.

Tout en condamnant cet acte criminel odieux et en déclarant notre solidarité avec nos camarades et les partisans du parti à Nadjaf, nous appelons les autorités locales et fédérales à agir rapidement pour appréhender les auteurs et les commanditaires afin qu'ils reçoivent la punition qu'ils méritent.
iraqicp.com


source : https://www.idcommunism.com/2021/02/iraqi-communist-party-condemns-cowardly-armed-attack-on-party-office-in-najaf.html

Tag(s) : #Irak#Communiste

Dans IRAK

IRAK : 4ème ATTAQUE ANTI-US EN 24 heures

Par Le 08/02/2021

Des «radars» de la Résistance activés a al-Anbar?

Monday, 08 February 2021 6:57 PM  [ Last Update: Monday, 08 February 2021 6:57 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les convois militaires US sont pris pour cible par les bombes en bordure de route. (Illustration)

Sur fond du déploiement militaire massif aux frontières entre l’Irak et la Syrie, une bombe a explosé au passage d'un nouveau convoi logistique américain.

Un autre convoi logistique américain a été visé dans la nuit du dimanche au lundi 8 février dans la ville de Samarra dans la province de Salaheddine, au nord de l’Irak, ont rapporté les sources irakiennes.

Alors qu'ils arrivent en Irak, principalement depuis la frontière syrienne dans l'ouest de l'Irak ou la frontière koweïtienne dans le sud du pays, ces convois qui transportent du matériel logistique pour les troupes américaines stationnées dans diverses bases militaires en Irak, sont hebdomadairement voire quotidiennement pris pour cible par des bombes placées en bordure de routes au cours de ces derniers mois.

Lire aussi : Karbala se dote d'un aéroport où l'armée de l'air US risquerait sa peau

Les attaques contre les convois militaires américains se produisent alors que le délai accordé par le Parlement irakien au gouvernement du Premier ministre irakien Mustafa al-Kazemi pour expulser les troupes américaines est dépassé. 

Exigeant le retrait des troupes américaines d’Irak, le projet de loi a été adopté par le Parlement irakien suite à l’assassinat des deux hauts commandants de la Résistance par un drone américain le 3 janvier 2020 près de l’aéroport de Bagdad, capitale irakienne.

Lire aussi : À Bagdad Bogdanov parle coopération et échange multiface

De nombreux partis et factions en Irak réclament le retrait immédiat des forces occupantes américaines.

Dans cet ordre d’idée, Mohammed Saleh, commandant des forces terrestres de l'armée irakienne a fait état du déploiement massif de militaires sur les frontières avec la Syrie pour contrôler la sécurité dans les zones frontalières d’environ 600 km et d'empêcher ainsi les agissements du groupe terroriste Daech.

À noter que l'ambassadeur syrien à Bagdad a discuté samedi avec le ministre irakien de l'Intérieur d'un accroissement de l'échange de données et d'informations, les forces de sécurité ayant mis en place un grand nombre de points de contrôle sur les routes principales et secondaires pour empêcher toute faille de sécurité.

Le général de Brigade Saleh a annoncé la poursuite des efforts conjoints visant à renforcer les mesures de sécurité à la frontière avec la Syrie, notamment en creusant de grands trous, en posant des barbelés et en augmentant la surveillance électronique.

Indiquant que les opérations de recherche et de destruction des abris de Daech se poursuivraient, le commandement des forces terrestres de l'armée irakienne a souligné que la mise en place des mesures avait conduit à une forte réduction des capacités du groupe terroriste Daech.

Au cours des dernières semaines, l’Irak a été témoin de plusieurs opérations de sécurité qui se sont soldées par la mort des deux commandants du groupe terroriste Daech, Abou Yassir al-Issawi et Abu Hassan al-Gharibawi.

Par ailleurs, les forces de sécurité irakiennes ont arrêté aujourd’hui 15 terroristes de Daech dans différentes parties de la province de Ninive. 

1er clash militaire Biden/Résistance?

1er clash militaire Biden/Résistance?

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/08/644834/Irak-troupes-am%C3%A9ricaines-Syrie-attaque

Dans IRAK

IRAK : LE "KORNET" CONTRE L'HELICO US !

Par Le 07/02/2021

Trois convois logistiques US attaqués en 12 heures à Hillah et à Babylone

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Dehlaviyeh ou Kornet iranien, les hélico US transportant Daech en connaitront le goût?(Archives)

Trois attaques visant les convois logistiques US en 12 heures dont deux au centre soit dans la province de Babylone et une, à Hilla!  Attaquer les convois US au centre, cela veut dire très clairement que la stratégie de Biden d'alimenter depuis la Syrie et ses prisons kurdes bourrés de terroristes a du plomb dans l'aile car à ces attaques bien ciblées qui se font souvent à coup de bombe téléguidée, s'ajoutent des dizaines d'arrestations de terroristes qui aussitôt après avoir été héliportés depuis la Syrie,  tombent dans le filet de la Résistance et de son système de renseignement qui en dépit des remaniements pro US du PM Al Kazemi continue à marcher à merveille et traquer les agents takfiristes de l'Empire non seulement sur les frontières irakiennes mais encore à travers l'Irak. Cela marque un tournant que les USA, leur base-ambassade à Bagdad n'avait pas tenu en compte quand il a décidé à déterrer le projet Daech.

Grâce à la Résistance, les forces armées irakiennes opèrent dans une posture parfaitement offensive et sur plusieurs fronts de l'est à l'ouest, du Nord au Sud. Certes, les pertes existent mais elles sont minimes comparées à ce que les Américains ont pu provoquer entre 2014 et 2018. Et puis il y a ce redoutable rempart anti-Empire à al-Anbar sur les frontières avec la Syrie, Al Anbar où Riyad/Israel/USA ont conjugués tous leurs efforts pour contrer l'Irak Résistant à coups d'armes, de pétrodollars mais où les bataillons des Hachd anticipent leur moindre opération sur fond de découverte des stocks d'armes, des repaires souterrains... Les observateurs font remarquer une chose : " Daech de 2021 est affaibli, dispersée et surtout non-irakien. Les Irakiens, eux se trouvent dans les rangs des Hachd. Trois défauts qui empêchent Biden de gagner son pari".  

 Des sources irakiennes ont rapporté justement qu'à la lumière des multiplications des attaques visant les convois logistiques américains, ces derniers se sont repliés au Kurdistan irakien. Harir, leur principale base s'élargit puisque les troupes US n'ont plus la latitude de pratiquer les voies de communication habituelles au centre, à l'ouest , au nord et au sud de l'Irak. La route donnant accès au Koweït n'est pas non plus sûre, la Résistance ayant multiplié ses opérations sur cet axe.  Des troupes US se sentent d’ailleurs de moins en moins sûres au Koweït, deux GI's ayant été tués dans des "accidents suspects" au mois de janvier.  

Bref au sol, Daech bis ou ce qui revient au même, armée de terre US n'a pas su juqu'à présent s'imposer. Surtout dans la partie occidentale de la province d'Al-Anbar, à la frontière avec la Syrie où les bataillons les plus expérimentés des Hachd sont déployés. Selon Al-Maalomah, les forces irakiennes sécurité stationnées le long de la frontière avec la Syrie disposent des systèmes radars et d'écoute pour empêcher les terroristes de s'infiltrer .

Les coopérations avec le renseignement syrien, russe et iranien sont directes, ce qui permet une totale imperméabilité de la frontière :  «Les forces de sécurité ont mis en place un grand nombre de points de contrôle sur les routes principales et secondaires pour empêcher toute faille de sécurité». L'ambassadeur syrien à Bagdad a discuté samedi avec le ministre irakien de l'Intérieur d'un accroissement de l'échange des données et informations.

Selon le Hezbollah irakien, les USA forment et entraînent les terroristes dans leurs bases en Syrie ( Deir ez Zor, Hassaké, Qamichli), à la frontière syro-irakienne et jordano-irakienne avant de les envoyer à l'assaut des frontières. La base US à al-Tanf est le point de départ d'un couloir aérien et terrestre qui finit à Aïn al-Asad en Irak et par où sont transités les terroristes.  L'ennui est que les Daechistes n'arrivent plus à s'implanter !

Lire: Karbala se dote d'un aéroport où l'armée de l'air US risquerait sa peau

Les forces irakiennes détruisent automatiquement tous les repaires et QG terroristes : " C'est une course poursuite contre les terroristes de Daech  que nous traquons, et éliminons souvent et mais aussi contre les forces spéciales US qui tentent à chaque fois de sauver les daechistes à bord des hélicoptères, juste avant que nous n'arrivions. Les zones désertiques de l'ouest de la province d'al-Anbar sont situées près des frontières avec la Syrie, la Jordanie et l'Arabie saoudite, et c'est là que le QG de l'axe US/Riyad/Israël. Le gros des terroristes sont réunis et formés dans la banlieue d'al-Rutba. C'est sur le même axe que Homs en Syrie et surtout al-Tanf. De plus en plus de voix exigent au sein de la Résistance des missiles anti-blindé car à ce rythme il faut en découdre directement avec les chars et blindés US qui servent de paravents aux terroristes de Daech. 

La Résistance irakienne ouvrira les portes de ses stocks d'armes et de missiles? Le missile antichar le plus puissant, fabriqué par les industries militaires iraniennes, Dehlaviyaeh, fera largement l'affaire dans les zones désertiques d'al-Anbar surtout qu'il a été récemment équipé d'un fusible laser. C'est la version iranienne du missile russe Kornet, avec une portée maximale de 5 500 mètres. Il est doté d’un système de guidage laser semi-actif et d’un désignateur laser. Le désignateur laser sert à illuminer la cible afin de guider le missile vers son but. Cette illumination doit être maintenue jusqu’à ce que le missile atteigne sa cible.

L’avantage de ce système c’est que le laser n’opère pas nécessairement dans le spectre visible, ce qui réduit le risque de déclenchement des systèmes de défense de la cible. Le missile peut avancer sur une vague de rayons laser projetée par le lanceur et rester à l’abri de la réaction défensive de la cible. Et puis, le missile Dehlaviyeh porte une charge explosive de 6,8 kg et peut percer le blindage d’une épaisseur de 1 000 à 1 200 millimètres sans compter le blindage réactif des véhicules ou des chars. La charge explosive à deux temps permet au missile Dehlaviyeh de devenir une arme très efficace contre les blindages multicouches. Le missile et le lanceur pèse 27 kg. Deux ou trois soldats peuvent porter facilement chaque missile emballé dans un lanceur cylindrique jetable. Le missile est chargé sur le lanceur en 30 secondes.  Le missile Dehlaviyeh  équipé  de nouveaux fusibles lasers, d'ailleurs inexistants sur les Kornet russes est capable selon les experts militaires de prendre pour cible des hélicoptères. Bref, Dehlaviyeh a tout pour faire revenir le duo Biden-Austin sur l'idée d'un Daech bis à implanter en Irak 

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/07/644718/Irak--m%C3%A9ga-chasse-des-troupes-US-au-sud-et-au-centre

Dans IRAK

RENSEIGNEMENT : NOUVELLE STRATEGIE DES HACHD AL-CHAABI

Par Le 31/01/2021

D’importantes opérations de renseignement contre les supplétifs US

Sunday, 31 January 2021 7:28 PM  [ Last Update: Sunday, 31 January 2021 9:25 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des combattants des Hachd al-Chaabi d'Irak. ©Fars News/Archives

Après l’attentat terroriste sur la place Tayran, à Bagdad qui a précédé une offensive visant les combattants des Hachd al-Chaabi, ces derniers, en coopération avec les forces de sécurité irakiennes, ont lancé une nouvelle série d’opérations anti-Daech dans les différentes régions d’Irak. 
Parmi ces opérations, Thar al-Shodaha est l’une des plus importantes et sa deuxième phase a commencé aujourd’hui dimanche 31 janvier.  
La première phase de Thar al-Shodaha a été lancée le 20 janvier dans les provinces d’al-Anbar, de Kirkouk et de Salah ad-Din. 

Lire aussi : Opérations préventives contre Daech à Samara : les détails

La première phase de l’opération Thar al-Shodaha, qui impliquait les 22e, 88e et 9e brigades des Hachd al-Chaabi ainsi que l’unité spéciale de cette organisation et le commandement de l’opération de Salah ad-Din chez l’armée irakienne, a été soutenue par l’aviation irakienne. Lors de cette opération, plusieurs fiefs des terroristes de Daech au sud de Kirkouk ont été découverts et détruits d’autant plus qu’Abou Yasser al-Issaoui, numéro deux de Daech, a été abattu. 

Irak: les Hachd arrêtent des daechistes

Irak : les Hachd arrêtent des daechistes

Les Hachd al-Chaabi ont capturé de hauts membres de Dach à Kirkouk.

En plus, les repaires de terroristes de Daech ont été détruits dans la ville d’al-Routbah, à l’ouest d’al-Anbar, et un commandant de Daech a été arrêté dans un piège tendu par les forces irakiennes. Le terroriste arrêté se déplaçait entre les provinces de Salah ad-Din, d’al-Anbar et de Ninive et il était impliqué dans des attentats à Abou Kamal et Baqouz en Syrie. 
Les forces irakiennes ont au total sécurisé 450 kilomètres de la frontière irako-syrienne afin d’empêcher les terroristes de s’infiltrer en Irak depuis la Syrie. 

Lire aussi: Réseaux de la CIA infiltrés, GI’s peinent à piloter Daech

Les Irakiens passent à l’offensive : 

Les forces irakiennes ont renoncé à leur stratégie de défense et sont passées à l’offensive en menant neuf opérations antiterroristes à Kirkouk, à Salah ad-Din et à al-Anbar. Un grand nombre de terroristes ont été tués ou arrêtés lors de ces opérations. 
Par ailleurs, les combattants des Hachd al-Chaabi se sont déployés aux alentours du désert de Najaf afin d’empêcher les terroristes de s’infiltrer dans cette région. 

Méga opération anti-US à al-Anbar

Méga opération anti-US à al-Anbar

Une opération militaire conjointe a commencé dans la province irakienne d’al-Anbar pour éradiquer les terroristes de Daech.

Ailleurs à Bassora, une opération a commencé au nord et au sud impliquant les militaires de l’armée, les effectifs de police, les agents des services de sécurité, les forces sécuritaires et les combattants des Hachd al-Chaabi. L’opération vise à arrêter les terroristes, récupérer les armes illégales et rétablir la sécurité dans la province de Bassora. 

Lire aussi: Les Hachd repoussent une offensive contre le pétrole irakien

Attaque de drones des Hachd contre Daech :

Les combattants des Hachd ont lancé trois attaques au drone simultanées depuis trois directions contre les cellules dormantes de Daech, qui se cachaient dans des régions difficiles d’accès de l’est de Salah ad-Din. Trois repaires et un tunnel appartenant aux terroristes ont été détruits. 
Selon Ali al-Husseini, en charge des opérations du nord des Hachd al-Chaabi, « les opérations surprises se poursuivent pour éradiquer les terroristes dans les provinces déjà libérées ». 

Irak: base US criblée de missiles

Irak : base US criblée de missiles

En Irak, un autre convoi logistique de l’armée américaine a été attaqué.

Par ailleurs, d’importantes opérations de renseignement se poursuivent contre les terroristes et 17 commandants de Daech ont été tués grâce à ces opérations dans un laps de temps allant du mois de septembre jusqu’à la fin de janvier 2021. 

Lire aussi: Irak : le coup de massue anti-US (Débat)

Après avoir détecté les fiefs des terroristes, lors des opérations de surveillance, plusieurs entre eux ont été détruits par les forces irakiennes. 
Par ailleurs, une ceinture sécuritaire a été placée par les Hachd al-Chaabi autour de la ville de Jalula dans la province de Diyala afin d’empêcher toute infiltration terroriste et de protéger les habitants de cette ville. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/31/644259/Irak-Hachd-Chaabi-terroriste-Daech-attaque-

Dans IRAK

IRAK : L'OFFENSIVE ANTI-US DE LA CHINE

Par Le 31/01/2021

 

La Résistance chasse les pilleurs du pétrole irakien

Sunday, 31 January 2021 5:20 PM  [ Last Update: Sunday, 31 January 2021 5:59 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les compagnies pétrolières américaines en Irak cèdent leur place aux Russes et Chinois. ©Huge questions/Illustration

Depuis samedi soir deux convois logistiques militaires américains ont été pris pour cible dans le sud de l'Irak, à Diwaniyah et à Babel. C'est la chaîne Telegram « Sabreen News » qui a rapporté que le premier convoi avait été visé dans la province d'al-Diwaniya et le second à Hilla. Mardi dernier, les médias irakiens ont rapporté qu'un convoi logistique militaire américain avait été pris pour cible alors qu'il traversait une route de Samarra au nord de Bagdad.

C'est la 15ème attaque anti-US depuis que Biden est arrivé à la Maison Blanche avec le dessein totalement avoué de vouloir ramener l'Irak à 2014, date à laquelle le pays a été pris pour cible de l'armée daechiste des États-Unis dit Daech qui a eu pour mission de faire ramener les GI's en Mésopotamie. Depuis le 20 janvier des convois transportant du matériel logistique pour les troupes américaines stationnées dans différentes bases militaires en Irak et surtout transitant les principales voies de communication comme Nassiriya, Diwaniya, Salaheddine, ou Bassora sont visés par la Résistance qui semble suivre une visée très particulière.

Irak: 5e convoi US attaqué

Irak: 
​​5e convoi US attaqué

Un cinquième convoi logistique de troupes américaines en Irak a été visé en ce vendredi 22 janvier.En plus d'avoir à mettre à la porte de l'Irak, les troupes US, à l'origine de l'instabilité chronique du pays, la Résistance irakienne est sur le point de faire place nette en termes de l'énergie. En effet les attaques sont menées de façon à pousser les Américains à quitter les champs et les gisements pétroliers et l'exemple de Kirkuk où les Américains mènent par Daech interposé un combat perdu d'avance en apporte la preuve. En effet, les nouveaux contrats pétroliers de l'Irak tendent à signifier un virage géostratégique avec en toile de fond le français Total qui jette l'éponge au profit du russe Lukoil ou du Chinois Zhenhua Oil .

Lire aussi: Contrat de deux milliards, Pekin ne veut pas se laisser faire

Vers le début du mois de décembre, des sources de Bloomberg ont suggéré que le géant pétrolier français Total SA cherchait à se débarrasser de sa participation de 18% dans le bloc d'exploration de Sarsang, au nord du Kurdistan irakien. Mais à présent, le ministère irakien du Pétrole a signé un protocole d’accord avec le géant pétrolier pour exécuter des « projets importants et prometteurs » en Irak, en particulier dans le domaine du gaz naturel et des énergies propres, a déclaré mercredi le ministère du pétrole du pays.

Irak: Patriot chassé par Bavar-373?

Irak: Patriot chassé par Bavar-373?

Le PDG de Total, Patrick Pouyanne, était dans le pays au moment de la signature. Total détient déjà une participation de 22,5% dans le champ pétrolifère irakien de Halfaya, dans le sud de l’Irak, et il conserve encore, pour l’instant, cet actif de 18% de Sarsang dont il était censé sortir. Au profit de la Chine. La Chine se fraye en effet un chemin dans l’industrie pétrolière irakienne, notamment via un accord d’approvisionnement en pétrole de 2 milliards de dollars sur cinq ans entre le gouvernement fédéral irakien et la société chinoise Zhenhua Oil.

Et puis il y a la Russie. Selon Reuters, la société russe Litasco, filiale du pétrolier Lukoil, financera le projet pétrolier irakien de Nassiriya pour doubler sa capacité de production à 200 000 barils par jour (b / j), a déclaré mercredi la société d'État irakienne Dhiqar Oil Co dans un communiqué. L'accord qui a été approuvé par le cabinet irakien comprend la construction d'une installation de production de pétrole de 100000 b / j et d'un oléoduc de 42 km par une coentreprise entre la société d'État pour les projets pétroliers (SCOP), une branche du ministère du Pétrole supervisant le projet, et l'Italien Progetti Europa. & Global. Le projet prendra 28 mois, selon le communiqué. La Résistance est-elle sur le point de tirer le tapis « énergétique » sous les pieds US/OTAN au profit de ses alliés? Cela en a l'air... 

Irak: l'offensive anti-US de la Chine!

Irak: l'offensive anti-US de la Chine!

Des groupes de la Résistance irakienne appellent le gouvernement à accélérer la mise en application du projet d’Al-Faw.

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/31/644211/Irak-convois-US-p%C3%A9trole-attaque-Russie-Chine-Syrie

Dans IRAK

IRAK : ATTAQUES ANTI-US TOUS AZIMUTS DE LA RESISTANCE

Par Le 26/01/2021

Les maîtres américains de Daech en sont pour leurs frais, 9 attaques visant les convois US en 5 jours

Tuesday, 26 January 2021 10:34 AM  [ Last Update: Tuesday, 26 January 2021 1:18 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un convoi logistique américain visé en Irak. (Photo d'illustration)

A ce rythme, Biden saura difficilement maintenir le cap, et appliquer comme il semble le croire possible le plan d'une résurrection de Daech en Irak même si selon certaines sources quelques 4000 terroristes auraient été infiltrés à bord des convois militaires américains en Irak, convois que depuis l'invasion américaine de 2003, aucune force militaire irakienne n'a le droit d'inspecter. La Résistance irakienne composée désormais d'une myriade de groupe et éparpillée à travers tout l'Irak l'exigent, il faut que les forces armées du pays aient le droit d'inspecter les convois militaires US! C'est d'ailleurs parfaitement naturel dans la mesure où les troupes US auraient du quitter le pays suivant la loi du Parlement déjà depuis une belle lurette et qu'elles continuent leur trafic au contraire d'une loi du Parlement sur le retrait US. Depuis le jeudi 19 janvier, les attaques visant les convois logistiques s'amplifient à un rythme effréné, la Résistance affirmant qu'elle viserait désormais les convois non pas seulement logistique mais aussi militaire.  

Un convoi logistique américain a été visé hier soir dans la région de Batha dans la province Dhi Qar en Irak. C’est en effet le deuxième convoi militaire US à être attaqué, en ce lundi 25 janvier, sur le territoire irakien, le premier ayant été pris pour cible, quelques heures plutôt, sur l’autoroute Bassora-Nassiriya, selon des sources irakiennes qui n'ont pas donné de détails supplémentaires.

 

Au cours des derniers mois, les convois transportant des équipements logistiques pour les troupes américaines déployées sur des bases US en Irak faisaient l’objet, presque quotidiennement, des attaques à la roquette ou bien des attentats à la bombe ; des bombes placées en bordure des routes. Les convois US entraient en Irak pour la plupart, depuis des frontières syriennes (ouest) ou bien des frontières avec le Koweït (sud) en Irak.

Irak: la bazooka anti-US sort!

Irak: le bazooka anti-US sort!

Les Américains auraient dû effectuer et achever leur retrait d’Irak, le Parlement irakien ayant catégoriquement voté pour la fin de leur présence militaire en Irak. Or, le délai fixé au gouvernement du Premier ministre, Moustafa al-Kazimi pour expulser toutes les troupes américaines a déjà expiré. Les forces américaines continuent à soutenir les résidus des groupes terroristes en Irak pour saper la sécurité et reprendre le contrôle des zones dont certaines sont situées dans la province de Salaheddine dans le nord de l’Irak. Une source de sécurité irakienne a révélé que c’était par l’aide d’une puissance étrangère que Daech est parvenu à mener l’attaque contre les Hachd al-Chaabi à Salaheddine.

Irak: combat au corps à corps GI's/Hachd

Irak: combat au corps à corps GI's/Hachd

En Irak, plusieurs rapports et sources concordantes font part de l’implication des Américains dans l’offensive de Daech contre les Hachd al-Chaabi.

La source précise que l’attaque contre les forces de la 22e brigade des Hachd, dans le nord de Salaheddine, avait été planifiée directement par les Américains qui avaient aussi soutenu les terroristes dans l’exécution de l’opération.

« Les caméras thermiques des Hachd ont filmé, il y a quelques jours, l’atterrissage des hélicoptères américains dans la région montagneuse de Hamrin. Il semble que ces hélicoptères transportaient des armes et du matériel pour soutenir les groupes terroristes », a noté la source, citée par Al-Ahed News irakien, affirmant que Daech avait transféré diverses armes lourdes pour attaquer les unités militaires à Hamrin.

Dans la nuit du samedi 23 janvier, les daechistes ont attaqué les forces de la 22e brigade des Hachd aux alentours de la zone d'al-Aith dans la zone de Hamrin dans la province de Salahhedine. 11 combattants des Hachd ont été tués et 12 autres blessés.

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/26/643871/Irak%C2%A0--un-autre-convoi-US-vis%C3%A9

Dans IRAK

IRAK : L'US ARMY ATTAQUEE A BASSORA

Par Le 26/01/2021

Le Sud chiite d’Irak se réarme contre les troupes US

Monday, 25 January 2021 6:47 PM  [ Last Update: Monday, 25 January 2021 6:47 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Irak : 7ème attaque contre les convois US. (Photo d'archives)

Un nouveau convoi américain a été pris pour cible sur l’autoroute Bassora-Nassiriya. Un convoi faisant partie des nombreuses autres qui entrent en Irak, depuis principalement la frontière syrienne et qui transportent du matériel logistique pour les troupes américaines.

Au cours des derniers mois, les attaques contre les bases et convois américains se sont multipliéesIl s'agit d'attaques à la roquette tout comme d'attaques à la bombe, déposée en général en bordure de route, qui explosent au passage des convois. Ce sont ces attaques qui ont fini par contraindre les Américains à évacuer certaines de leurs bases et à déplacer leurs troupes vers d’autres lieux.

Des groupes irakiens ont précédemment annoncé que le délai fixé au gouvernement du Premier ministre irakien, Mostafa al-Kazemi avait expiré ; ce délai lui avait été donné pour expulser toutes les troupes américaines.

De son côté et dans le cadre du renforcement des combats des forces de sécurité irakiennes et les combattants des Hachd al-Chaabi contre les terroristes interposés, l’organisation Badr a exigé au gouvernement irakien l’installation de systèmes avancés de défense aérienne afin de protéger le ciel irakien contre toute infiltration de chasseurs sionistes et américains.

Le responsable de l’organisation Badr dans la province d’al-Anbar, Qusay al-Anbari a évoqué l’insécurité qui touche les régions frontalières et a affirmé que les Américains et les sionistes cherchaient à affaiblir les forces de sécurité irakiennes et de semer la terreur dans la région.

« Les forces aériennes israélo-américaines s'imaginent que le ciel irakien leur appartient. Ces forces sont impliquées dans les bombardements contre les forces populaires et les régions frontalières et cherchent surtout à faciliter le transfert des terroristes depuis et vers l’Irak », a-t-il ajouté.

Irak: combat au corps à corps GI's/Hachd

Irak: combat au corps à corps GI's/Hachd

En Irak, plusieurs rapports et sources concordantes font part de l’implication des Américains dans l’offensive de Daech contre les Hachd al-Chaabi.

Al-Anbari a ensuite insisté sur l’importance de l’installation des systèmes avancés de défense aérienne afin de pouvoir contrer tout acte terroriste ainsi que la pénétration de tous les chasseurs qui sillonnent le ciel irakien et bombardent le territoire et le peuple irakiens.

En effet, les chasseurs israélo-américaines ont à maintes reprises bombardé les positions des Hachd al-Chaabi (Unités de mobilisation populaire) et de l’armée irakienne causant la mort de plusieurs militaires irakiens.

Bagdad: le compte a rebours US terminé?

Bagdad: le compte a rebours US terminé?

Près de 30 personnes ont été tuées jeudi 21 janvier dans un double attentat sur un marché à la place Tayaran au centre de Bagdad.

Toujours en Irak, un terroriste de Daech a avoué lors de ses interrogatoires qu’un groupe d’éléments suicidaires attendaient l’ordre pour accomplir leur mission. Dans le même temps, Sabah al-Akili, expert des questions sécuritaires en Irak, a révélé que les militaires américains avaient transféré quelque 4 000 terroristes de Daech sur le sol irakien par les véhicules portant le drapeau des États-Unis. 

Il a ajouté que la présence des militaires américains en Irak ne permettrait pas aux Irakiens de déraciner les terroristes de Daech. « Avec les Américains en Irak, des attaques telles que celle de samedi visant les forces de sécurité et les Hachd al-Chaabi à l’est de Salah ad-Din pourraient se reproduire », a-t-il indiqué. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/25/643821/Irak:-7%C3%A8me-attaque-anti-US

Dans IRAK

IRAK : ATTAQUE D'UN 5ème CONVOI MILITAIRE US

Par Le 22/01/2021

Les GI's visés à travers tout l'Irak

Friday, 22 January 2021 7:26 PM  [ Last Update: Friday, 22 January 2021 7:32 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des sources irakiennes rapportent une 5ème attaque visant les convois militaires américains en Irak en cette journée de 22 janvier 2021. (Photo à titre d'illustration de RT)

Un cinquième convoi logistique de troupes américaines en Irak a été visé en ce vendredi 22 janvier. 

La chaîne Telegram « Sabreen News » a rapporté vendredi soir que le convoi logistique militaire américain avait été pris pour cible dans la région d'Abou Ghraib, à l'ouest de Bagdad. C'était le cinquième convoi logistique américain ciblé en ce vendredi 22 janvier.

Des sources irakiennes avaient également rapporté hier jeudi que deux convois américains avaient été visés en Irak.

Bagdad frappée: la méga erreur US?

Bagdad frappée: la méga erreur US?

Le contrôle sécuritaire de Bagdad bientôt aux mains des Hachd ?

Les convois, qui transportent du matériel logistique pour les troupes américaines stationnées dans des bases, entrent en Irak principalement depuis la frontière syrienne à l'ouest ou la frontière koweïtienne au sud, et ont été la cible de bombes déposées en bordure de route de façon hebdomadaire ou quotidienne.

Des groupes irakiens ont précédemment déclaré que le délai fixé au gouvernement du Premier ministre irakien Mustafa al-Kazemi pour expulser les troupes américaines était expiré.

Différentes couches de la société irakienne et diverses factions parlementaires du pays réitèrent régulièrement leur revendication pour mettre fin à la présence américaine en Irak, une présence illégitime et indéfendable que certains cherchent à faire perdurer, quitte à tuer des civils innicents par des attentats terroristes. 

À ce sujet, un porte-parole des Kataeb Hezbollah en Irak a fait allusion aux attentats meurtriers de jeudi 21 janvier à Bagdad, et d'ajouter que les explosions visaient à maintenir les forces américaines sur le sol irakien sous prétexte d’y rétablir la sécurité.

Selon l’agence de presse iranienne Fars, Mohammad Mohi, le porte-parole des Kataeb Hezbollah, a déclaré dans une interview avec la chaîne Al-Masirah : « Derrière les explosions d'hier, il y a une conspiration liée à l'axe du mal américano-israélo-saoudien, et le but de cet axe est de soutenir les groupes terroristes et takfiristes dont Daech. »

Attaque au missile sol-air anti-US !

Attaque au missile sol-air anti-US !

Selon ce dernier, les attentats de jeudi ont été perpétrés pour tenter de mettre en œuvre le plan américain dans la région qui consiste à maintenir les forces US en Irak sous prétexte d’assurer la sécurité.

« Faire entrer la guerre en Irak est un objectif saoudien conforme au « Deal du siècle » et dans le sens d’inciter l’Irak à normaliser ses relations [avec le régime sioniste]», a-t-il ajouté.

 « Nous sommes face à de nouvelles étapes de confrontation auxquelles il faut résister. Cette bataille sera portée à la maison de celui qui l'a déclenchée », a-t-il averti.

« Il y a des groupes takfiristes qui sont entraînés dans des bases américaines en Syrie, à la frontière irako-syrienne ou à la frontière irako-jordanienne », a fait savoir le porte-parole du Hezbollah irakien.

Pour mémoire, deux attentats terroristes ont eu lieu, jeudi 21 janvier, dans le quartier de Bab al-Sharqi de Bagdad, tuant au moins 32 personnes et en blessant 110 autres, selon les derniers chiffres fournis par le ministère irakien de la Santé.

Des missiles

Des missiles

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/22/643625/Irak-explosion-Hezbollah-convois-US-attentat

Dans IRAK

IRAK : DEUXIEME ATTAQUE CONTRE UN CONVOI AMERICAIN EN MOINS DE 48 HEURES

Par Le 22/01/2021

Irak : deuxième opération contre un convoi US en moins de 48 heures

 Depuis 9 minutes  22 janvier 2021

(Archives)

(Archives)

 Irak - Monde arabe

 

Rédaction du site

Des sources irakiennes ont rapporté le vendredi 22 janvier qu’un convoi militaire américain avait été pris pour cible dans la ville de Nassiriya dans le sud-est du pays. C’est le deuxième convoi attaqué en moins de 48 heures.

Selon Saberin News Telegram Channel, le convoi a été pris pour cible près du champ pétrolifère de Sabah sur la route internationale dans la ville de Souq al-Cheikh. Il était formé de 18 conteneurs.
« Une voiture a été prise pour la cible et cinq conteneurs ont été complètement détruits », a précisé la chaine irakienne sur Telegram. Selon laquelle au moins trois personnes ont été blessées dans l’attaque.

Le jeudi 21 janvier, deux convois américains avaient été visés selon des sources irakiennes.
Transportant du matériel logistique pour les troupes américaines stationnées dans des bases, ils étaient entrés en Irak principalement depuis la frontière syrienne.

Depuis l’assassinat le 3 janvier 2020 dans un raid américain du chef de la force al-Qods des gardiens de la révolution iranienne le général Qassem Soleimani au côté du chef-adjoint des forces populaires du Hachd al-Chaabi qui ont combattu Daech avec l’aide des conseillers iraniens, les appels pour le retrait américain d’Irak se sont multipliés.

Avec le refus américain, des opérations de résistance ont été lancées contre les bases US, à la roquette et quelques fois par le biais d’engins explosifs posés en bordure de route. Elles ont contraint les Américains à évacuer certaines de leurs bases et à déplacer leurs troupes vers d’autres lieux.

Source: Avec Press

https://french.almanar.com.lb/1992630

Dans IRAK

BAGDAD : UN DOUBLE ATTENTAT SUICIDE FAIT 32 MARTYRS ET 110 BLESSES CIVILS

Par Le 22/01/2021

Bagdad secouée par un double attentat suicide : 32 tués et 110 blessés

21/01/2021

FacebookTwitterPartager

Bagdad a été frappée ce jeudi matin par un double attentat-suicide qui a fait trente deux morts.( premier bilan )

Trente-deux personnes ont perdu la vie dans un double attentat suicide sur un marché de Bagdad. Cela faisait trois ans qu’il n’y avait pas eu un attentat aussi meurtrier dans la capitale irakienne.

Trente-deux personnes ont été tuées et 110 autres blessées ce 21 janvier dans un double attentat suicide sur un marché de Bagdad, a indiqué le ministre de la Santé Hassan al-Tamimi dans des propos rapportés par l’AFP. Il s’agit de l’attaque la plus meurtrière depuis plus de trois ans dans la capitale irakienne.

Le ministre a assuré que toutes les personnes décédées avaient été tuées sur place, assurant qu’aucune n’avait succombé à ses blessures dans l’un des hôpitaux de la capitale, tous placés en état d’alerte maximale depuis le matin.

L’attentat s’est produit en deux temps. Un premier homme a d’abord déclenché sa ceinture explosive au beau milieu de vendeurs et de badauds sur le marché de vêtements d’occasion de la place Tayaran, a expliqué le ministère de l’Intérieur.

Alors qu’un attroupement se formait pour tenter de venir en aide aux victimes, un second kamikaze a fait détoner ses explosifs, a-t-il ajouté.

Sur la place, carrefour très passant de Bagdad, des flaques de sang étaient visibles, de même que des lambeaux de vêtements déchiquetés par les explosions, a constaté un photographe de l’AFP.

Soldats et ambulanciers étaient déployés en masse sur la place, les premiers bloquant les accès et les seconds s’activant à déplacer des corps ou à aider des blessés.

Un attentat avec exactement le même mode opératoire avait déjà endeuillé cette même place, faisant 31 morts, il y a trois ans quasiment jour pour jour.

Avant un scrutin législatif

Comme en 2018, cette attaque intervient alors que les autorités discutent de l’organisation d’un scrutin législatif, une échéance régulièrement accompagnée de violences en Irak.

Le gouvernement avait promis des élections anticipées d’un nouveau Parlement pour juin mais les autorités proposent maintenant de les reporter à octobre afin de donner plus de temps à la Commission électorale pour organiser ce scrutin.

« Un acte de brutalité insensé »

De nombreux politiciens disent toutefois douter de la tenue d’une élection anticipée – en juin comme en octobre – car la condition sine qua non est une dissolution du Parlement. Or, seuls les députés peuvent voter leur propre dissolution et aucun n’a donné d’assurance en ce sens.

Le président Barham Saleh a dénoncé sur Twitter des «tentatives malignes d’ébranler la stabilité du pays».

«Un acte aussi horrible n’attaquera pas la marche de l’Irak vers la stabilité et la prospérité», a indiqué de son côté la mission de l’ONU en Irak.

Le pape François a, lui, dénoncé un «acte de brutalité insensé»

Des cellules djihadistes encore dans le pays

Le double attentat suicide n’a pas été revendiqué encore, mais ce mode opératoire a déjà été utilisé par le passé par le groupe Etat islamique (EI), qui a occupé près du tiers de l’Irak en 2014 avant que Bagdad ne déclare avoir gagné sa guerre contre les jihadistes fin 2017.

Depuis, comme le souligne l’AFP, des cellules djihadistes se terrent dans les nombreuses zones montagneuses et désertiques du pays. Jusqu’ici toutefois, l’EI n’a revendiqué que des attaques de faible envergure, menées généralement de nuit contre des positions militaires dans des zones isolées, loin des villes.

Les derniers attentats ayant fait plusieurs morts à Bagdad remontent à juin 2019.

Cette attaque intervient alors que les Etats-Unis ont réduit le nombre de leurs soldats en Irak à 2 500 hommes, une baisse qui «reflète la hausse des capacités de l’armée irakienne», selon les mots du chef du Pentagone Christopher Miller.

Cette réduction «ne signifie pas un changement dans la politique des Etats-Unis», a-t-il souligné. «Les Etats-Unis et les forces de la coalition restent en Irak pour assurer une défaite durable» de l’EI. Les Etats-Unis sont à la tête d’une coalition internationale déployée en Irak depuis 2014 pour lutter contre l’EI. La quasi-totalité des troupes des autres Etats membres de la coalition ont quitté le pays en 2020 au début de la pandémie de nouveau coronavirus.

Source : RT et agences

https://www.tunisiefocus.com/politique/bagdad-secouee-par-un-double-attentat-suicide-32-tues-et-110-blesses-245527/

Dans IRAK

IRAK : L'ARME SECRETE DES HACHD AL-CHAABI?

Par Le 19/01/2021

Les USA commencent-ils à redouter des armes des Hachd autres que des missiles ?

Monday, 18 January 2021 4:48 PM  [ Last Update: Monday, 18 January 2021 4:48 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un drone de reconnaissance fabriqué par les Hachd al-Chaabi. ©Mashregh News/Photo à titre d'illustration

« Un jour, le secrétaire général du Hezbollah libanais a fait remarquer que la Résistance avait rendu le Liban de plus en plus fort ; il avait fort raison, car c’est aujourd’hui le cas de l’Irak que les Hachd al-Chaabi (Unités de mobilisation populaire) ont rendu plus fort. C’est en ces termes que l’analyste irakien Ahmed Abdel-Sadah a loué le rôle des Hachd en vue d'assurer la sécurité en Irak et dans le cadre de la lutte contre les ennemis. « Ce groupe de résistance a fait de l’Irak un pays de plus en plus puissant comme le Liban. Les puissances étrangères savent désormais que l’Irak n’est plus une simple proie à arracher », a noté l’analyste irakien qui avertit que les sanctions imposées par les États-Unis contre les commandants des Hachd ne pourraient jamais l'affaiblir.

« C'est une force qui fait peur et qui inquiète parce qu'elle pourchasse partout les troupes US et qu'elle a de quoi les faire plier non seulement à travers le territoire irakien mais encore dans leurs propres bases où les GI's tremblent à l'idée d'avoir à subir les nuées de drones irakiens un de ces quatre », dit l'analyste. 

«La Résistance irakienne passera à la phase de tension, si les USA refusent de retirer leurs troupes»

«La Résistance irakienne passera à la phase de tension, si les USA refusent de retirer leurs troupes»

La Résistance irakienne a menacé les États-Unis d’une action militaire.

Et l'analyste ne croit pas si bien dire : alors même que les informations continuent de faire état des « menaces » et de « chantages » américains à l'encontre de l'Irak à qui ils interdisent de se procurer une DCA décente à savoir souveraine et capable de défendre le ciel du pays, le site d’information irakien Sabreen News rapporte un tweet de la colaition dite anti-Daech, largement critiquée par les Irakiens pour avoir empêché que le pays se dote des systèmes S-300 ou S-400, vient de chercher à se faire racheter aux yeux de l'opinoon irakienne et à prétendre avoir financé à « hauteur de 14 millions de dollars des équipements de surveillance à l'intention des forces armées irakiennes » et ce, « pour les aider à faire face à Daech ». 

L'information n'a pas été confirmée de sources irakiennes mais les images diffusées sur des réseaux sociaux mettent plutôt en scène des « grues » que les Américains veulent faire passer pour des radars. L'hypothèse est d'autant plus plausible que l'ambassadeur US aurait même menacé Bagdad de « sanctions » s'il achète des radars russes et des batteries S-400 et aurait même poussé ce dernier à se procurer six radars de type Ground Master 400 auprès de la France, infiniment plus faible que les systèmes de défense balistiques russes. Mais les USA sont-ils réellement en mesure de menacer l'Irak désormais ? Plus d'un analyste répondraient « non » et affirmeraient que les stocks d'armes et de munitions des Hachd contiendraient de quoi défendre le ciel irakien si les USA se mettaient un jour à vouloir refaire l'expérience de 2019 où il a bombardé les positions des Hachd à Abou Kamal. D'ailleurs le tout récent raid israélo-US contre Abou Kamal/Qaem a soigneusement évité de se rapprocher des positions du Hezbollah d'Irak. 

Abou Kamal: le méga flop US/Israël

Abou Kamal: le méga flop US/Israël

Face à une Résistance irakienne qui agit désormais par anticipation et par prévention, les Américains n'ont d'autre choix que de faire profil bas, d'où d'ailleurs la réduction du nombre de leurs troupes. Le porte-parole du commandant en chef des forces armées irakiennes, le général de division Yahya Rassoul, affirme que les forces de sécurité poursuivaient aussi fermes que résolues leur mission de contrôle et de protection des frontières surtout de celles avec la Syrie : « Les opérations de contrôle des frontières ont comme objectif d’éliminer tous les terroristes dont ceux opérant en Irak. »

« Les forces de sécurité ont concentré leurs opérations préventives sur les régions avoisinantes du nord-ouest de la Syrie où les forces de l’armée syrienne ne se trouvaient pas et où les groupes terroristes étaient de plus en plus actifs », a-t-il précisé. Certains experts de sécurité et hommes politiques irakiens ont averti que les forces américaines planifiaient l'évacuation de la zone frontalière entre l’Irak et la Syrie pour ainsi en faire un terrain propice aux activités des terroristes daehcistes. Peine perdue, les Hachd y font puissamment barrage. 

Une DCA à Abou Kamal?

Une DCA à Abou Kamal?

Il est vrai que les États-Unis ne voulaient pas retirer ses troupes militaires d’Irak. La présence des daechistes, l’œuvre d’eux-mêmes, leur fournit le bon prétexte pour pouvoir continuer leur ingérence en Irak.

Le Parlement irakien a émis, il y a un an, un projet de loi exigeant le départ de toutes les forces étrangères dont et surtout les troupes US.

Les GI's fuient l'Irak

Les GI's fuient l'Irak

Le retrait de militaires américains d’Irak et d’Afghanistan témoigne de l’échec des projets de Washington au Moyen-Orient.

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/18/643276/Irak%C2%A0les-USA-accablees-par-la-Resistance

Dans IRAK

IRAK : DOUBLE ATTAQUE DE LA RESISTANCE CONTRE DES CONVOIS MILITAIRES US

Par Le 19/01/2021

Irak: double attaque contre les convois militaires US

Monday, 18 January 2021 7:28 PM  [ Last Update: Monday, 18 January 2021 7:28 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Deux convois logistiques américains ont été attaqués, le 18 janvier en Irak. (Photo d'archives)

En Irak, deux convois logistiques américains ont été attaqués à Nassiriya et à Samawa, a-t-on appris d’Al-Mayadeen. 

Selon le correspondant de la chaîne de télévision Al-Mayadeen à Bagdad, un convoi américain a été touché par l’explosion d’une bombe qui avait été placée au bord d’une route à Nassiriya. 
Quelques minutes plus tard, Al-Mayadeen a fait part d’une autre explosion à Samawa touchant un deuxième convoi logistique. 

Lire aussi: Irak : 3ème attaque contre les sociétés américaines liées à la CIA

Le 20 décembre, un convoi logistique américain a été pris pour cible lorsqu’il circulait sur la route internationale de Nassiriya.
Un groupe fraîchement fondé qui se fait appeler Qassem al-Jabbarin a revendiqué cette opération. Qassem al-Jabbarin a jusqu’ici revendiqué des attaques visant les convois militaires américains en Irak. Le groupe de résistance réaffirme qu’il entend faire pression sur les occupants américains pour qu’ils quittent l’Irak.

Lire aussi: Deux convois militaires américains ont été attaqués au sud et à l’est de Bagdad

Un camion, qui faisait partie d’un convoi logistique américain, roulant sur la route internationale de Nassiriya, a été saboté par les forces de la Résistance irakienne.

Irak: l'US Army frappée

Irak: l'US Army frappée

Un convoi logistique américain a été pris pour cible par la Résistance irakienne.

Le Parlement irakien a ratifié, en janvier 2020, une loi exigeant l’expulsion des militaires américains d’Irak, en réaction à l’assassinat par les Américains du général de corps d’armée Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique, et d’Abou Mahdi al-Mohandes, le numéro deux des Hachd al-Chaabi, non loin de l’aéroport international de Bagdad. 

Lire aussi: Irak: explosion d'une bombe sur le passage d'un convoi US

Or, les militaires américains ne se sont toujours pas retirés complètement du sol irakien. 
Depuis le jour où le Parlement irakien a décidé le départ des troupes américaines d’Irak, ce que les Américains n’ont absolument pas réalisé, les attaques anti US se sont multipliées comme promis. Les bases et convois militaires américains sont les cibles de ces attaques. L’Irak veut chasser l’occupant américain et bien sûr venger le sang des martyrs Soleimani et Mohandes. 
Un convoi logistique américain a été pris pour cible, lundi 21 septembre tard dans la nuit, dans la province de Salaheddine dans le nord de l’Irak.

Irak: les Patriot «neutralisés»?

Irak: les Patriot «neutralisés»?

Depuis le jour où le Parlement irakien a décidé du départ des troupes américaines, les attaques anti-US ne cessent de se multiplier en Irak.

Sur le plan militaire, les GI's sont totalement encerclés en Irak : les frontières syro-irakiennes sont barricadées par les Hachd al-Chaabi qui viennent d'annoncer la formation de plusieurs postes d’observation à Abou Kamal-Qaëm à l'ouest d'al- Anbar. Il est loin le temps où l'Amérique pouvait se permettre de bombarder comme en décembre 2019 les bases de Kataëb Hezbollah et de tuer plus de 30 soldats de la Résistance et de s'en vanter. Désormais, le moindre agissement lui referait vivre le cauchemar d'Aïn al-Asad puisque les Hachd ont promis de riposter avec la même intensité sinon plus que l'Iran.

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/18/643338/Irak-Nassiriya-Samawa-convoi-attaque-americain-

Dans IRAK

LES GI's FUIENT L'IRAK

Par Le 18/01/2021

Ce n'est pas une réduction mais une disparition

Sunday, 17 January 2021 7:10 PM  [ Last Update: Sunday, 17 January 2021 7:10 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des soldats américains en janvier 2019. ©Reuters

Le retrait de militaires américains d’Irak et d’Afghanistan témoigne de l’échec des projets de Washington au Moyen-Orient, souligne un analyste irakien. 
Anis Naqach, analyste en chef des questions du Moyen-Orient, a déclaré lors d’un entretien avec la chaîne de télévision al-Ahed que les États-Unis projetaient d’affaiblir la Résistance en assassinant le général Soleimani et Abou Mahdi al-Mohandes alors que les grandioses funérailles pour les commémorer et les marches par million à l’anniversaire de leur martyre avaient prouvé que la Résistance s’était même renforcée

Lire aussi: Iran : les USA bientôt expulsés de toute la région ?

« Le retrait n’est pas ce que souhaitent vraiment les États-Unis, mais l’échec de leurs plans ainsi que les pressions accrues de la Résistance les ont obligés de prendre cette décision », a déclaré Anis Naqach. 
Et d’ajouter : « L’attaque au missile contre la base américaine d’Aïn al-Asad et les capacités en pleine croissance des Hachd al-Chaabi prouvent comment les Américains se sentent incapables d’affaiblir la Résistance ». 

«La Résistance irakienne passera à la phase de tension, si les USA refusent de retirer leurs troupes»

« La Résistance irakienne passera à la phase de tension, si les USA refusent de retirer leurs troupes»

La Résistance irakienne a menacé les États-Unis d’une action militaire.

Les forces d’occupation américaines sont présentes en Irak depuis 2003.
Le peuple et les responsables irakiens réclament à toute occasion le retrait des militaires américains de leur pays.
Suite à l’assassinat des deux commandants de la Résistance, le Parlement irakien a ratifié une loi exigeant l’expulsion d’Irak de tous les soldats américains. En effet, cela fait longtemps que la Résistance irakienne se montre anticipatrice face aux conspirations et agissements des forces américaines y compris le transfet de terroristes à la frontière avec la Syrie.

Lire aussi: La bataille de l’influence nous l’avons perdue face à l’Iran 

Pour sa part, le porte-parole du commandant en chef des Forces armées irakiennes a fait part des efforts inlassables de ces forces pour protéger la frontière irako-syrienne. 
Selon Yahya Rassoul, « les forces de sécurité irakiennes font de leur mieux pour protéger toutes les frontières de l’Irak, notamment celles qu’il partage avec la Syrie, dans le cadre des instructions du commandant en chef ». 

Bilan catastrophique des crimes US en Syrie

Bilan catastrophique des crimes US en Syrie

Un média syrien dresse un tableau accablant des crimes des États-Unis et des terroristes affiliés à la coalition US en Syrie.

Il a déclaré que les forces de sécurité irakiennes avaient focalisé leurs opérations dissuasives sur les régions situées au nord-est de la Syrie où opéraient des groupes terroristes. 
« L’Irak coopère avec Damas pour identifier et arrêter des terroristes venant de la Syrie qui se trouvent sur le sol irakien », a-t-il indiqué. 
Dans la foulée, le général de brigade Tahsin al-Khafaji, porte-parole des Opérations conjointes, a déclaré que les forces de sécurité déployées sur la frontière syro-irakienne empêchaient les terroristes de Daech de traverser la frontière. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/17/643236/Irak-Etats-Unis-retrait-militaires-americains-Syrie-terroristes-Resistance-

 

Dans IRAK

IRAK : CE SAMEDI, DEUX CONVOIS MILITAIRES US ATTAQUES A PEU D'INTERVALLE A COUPS DE BOMBES IMPROVISEES

Par Le 09/01/2021

Hachd sanctionnées, accords militaires bousillés, Trump a-t-il tiré le tapis sous le pieds des troupes US?

Saturday, 09 January 2021 1:15 PM  [ Last Update: Saturday, 09 January 2021 1:38 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Deux convois militaires US attaqués ce samedi à peu d'intervalle à coup de bombes improvisées./AFP

Le coup d'Etat anti-système de Donald Trump, le jeudi 7 janvier contre les Etats "désunis" d'Amérique a occulté un terrifiant tournant géostratégique que les troupes US viennent de connaitre en Mésopotamie : le mandat d'arrêt que la justice irakienne a émis à l'encontre d'un Trump en fin de mandat ... Qu'Interpol le capture ou pas pour le livrer à la justice irakienne, cela revient au même la cette dernière a agi courageusement contre le commandant en chef des forces armées US qui bien que lâché par la quasi totalité de la planète a toujours le droit de décider de la guerre.

Nouveaux missiles iraniens contre Ain al-Asad?

Nouveaux missiles iraniens contre Ain al-Asad?

« L’échec de l’hégémonie américaine et l’anéantissement du régime sioniste », telle est la vengeance réservée au lâche assassinat du général Soleimani.

Le séisme géopolitique qu'a provoqué le verdict irakien et qui fait du criminel de guerre qu'est Trump une cible de la Résistance irakienne à abattre, n'a pas tardé à faire réagir le Trésor US... Vendredi le commandant en chef de la Résistance irakienne, Ali Fayyad qui a très clairement exigé à Al Kazemi, le retrait des troupes US, a été sanctionné. Ce qui revient à dire que les Etats "désunis" dont les troupes continuent à circuler à travers l'Irak a visé une partie de l'armée irakienne qui suivant les accords militaires passés entre l'Irak et les USA, est partenaire de l'US Army. Coup fourré de Trump à la présence militaire US en Irak? Toujours est-il que la mesure sert largement la cause de la Résistance qui semble avoir acculé au mur une Amérique qui n'est plus que l'ombre d'elle-même. 
 Deux convois logistiques de la coalition américaine dans le sud de Bagdad et dans la ville d’al-Samawah,, là où l'armée irakienne a combattu en 2003 les marines US, ont été visés par des engins improvisé
s. 

Deux convois logistique de la coalition américaine ont été la cible des bombes en bordure de route ; l’un dans le district d’al-Yousefia dans le sud de la capitale irakienne Bagdad tandis que l’autre dans la ville d’al-Samawah, centre du gouvernorat d’al-Muthanna, à 280 km au sud-est de Bagdad, d’après la chaîne de télévision Al-Mayadeen.

Lire aussi : Convois militaires US partout attaqués et bloqués ; 1ère plainte portée contre les USA depuis 2003

Pour l’heure, on ignore les pertes infligées par les attaques qui font suite à l’explosion sont 11ème et 12ème attaque anti US en l'espace de deux semaines, lesquelles attaques ont presque rendu impraticable les principales artères de transit des armes et des munitions US entre la Syrie et l'Irak. Mais ces attaques risquent de sortir de ce cadre "non sanglant" dans les jours à venir. Vendredi à Bassorah où une nouvelle cérémonie se tenait en mémoire des hauts commandants de la Résistance, Fayyad a été catégorique : les Irakiens veulent le retrait des troupes US. Et puisque leur commandant est désormais "blacklisté", qu'est -ce qui les empêchent désormais de sortir la bazooka?  Après tout, l'enquête sur les assassinant du 3 janvier 2020 à l'aéroport de Bagdad, a débouché sur une liste de 48 noms tous impliquées dans les meurtres, et ce, en plus du nom d'une société israélo-britannique chargée à l'époque des faits  comme aujourd'hui encore de "la sécurité" de l'aéroport. 

Terrorisme: l'Irak traque Trump...

Terrorisme: l'Irak traque Trump...

« Inscrire le nom de Faleh Al-Fayaz sur la liste des sanctions du département américain du Trésor, montre la frustration et l'incapacité des États-Unis et ne méritent pas de réponse ni de commentaire.  L’administration US sait qu'il Faleh al-Fayaz a derrière lui des milliers de combattants qui piétinent les feuilles de sanctions obsolètes américaines. Après leur incapacité à dissoudre les Hachd al-Chaabi, l'élimination physique des haut commandants de la Résistance, les Américains sont à court de moyen. Cette sanction veut dire que les USA capitulent militairement. L'Organisation irakienne Hachd al-Chaabi est une entité officielle et légale placée sous le commandement général des forces armées irakiennes. En inscrivant Faleh al-Fayaz sur la liste des sanctions du département US du Trésor, l'inimitié de l'administration Trump n’a pas manqué au cours des derniers jours qui lui sont restés, à monter un autre complot à l’encontre des combattants qui se battent inlassablement contre le terrorisme. Mais ce faisant, le Trésor US n'a fait en effet que pousser davantage les USA vers la porte », a déclaré Hachem al-Moussaoui, porte-parole du mouvement de Résistance islamique de l’Irak, al-Nujaba.

Lire aussi : Dissuasion: Washington était incapable de répondre à la frappe balistique contre Aïn al-Asad

" La soi-disant coalition internationale anti-Daech a récemment estimé le nombre total de militaires américains sur le sol irakien à 3 000. Cependant, certaines sources politiques et sécuritaires irakiennes affirment que le nombre réel de soldats déployés dans leur pays est plus élevé que celui annoncé et appelle à la transparence. Mais une chose est désormais indéniable : des millions d'Irakiens exigent le retrait US d'Irak,, ce qui a été prouvé lors des commémorations des commandants de la Résistance. D'ores et déjà il n'est plus facile pour les convois militaires US de circuler entre la Syrie et l'Irak ou entre l'Irak ou le Koweït. Sur le sol irakien, les deux opérations quasi simultanée de ce samedi ont prouvé que la situation pourrait s'empirer. Les prochaines pourraient s'avérer sanglantes pour Biden en Irak, note un expert. 

Les Hachd avertissent, les USA tremblent…

Les Hachd avertissent, les USA tremblent…

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/09/642606/Irak-bombe-convoi-coalition-americaine

Dans IRAK

IRAK : MANDAT D'ARRET NATIONAL CONTRE TRUMP POUR L'ASSASSINAT D'ABOU MEHDI AL-MOUHANDIS

Par Le 07/01/2021

Irak: mandat d’arrêt contre Trump pour l’assassinat d’Abou Mehdi al-Mouhandis

Irak: mandat d’arrêt contre Trump pour l’assassinat d’Abou Mehdi al-Mouhandis

folder_openMoyen Orient access_timedepuis 6 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Un tribunal irakien a délivré jeudi 7 janvier un mandat d'arrêt national contre le président américain sortant Donald Trump dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat d'Abou Mehdi al-Mouhandis, vice-président du comité d’Al Hachd Al Chaabi en Irak, tué l'année dernière aux côtés du général iranien Qassem Soleimani.

En juin déjà, l'Iran avait émis un mandat d'arrêt et réclamé l'émission d'une «notice rouge» auprès d'Interpol contre Trump pour l'assassinat du général Soleimani, une procédure qui n'a jusqu'ici pas abouti.

Le drone qui a pulvérisé les véhicules des deux hommes le 3 janvier 2020 à l'aéroport de Bagdad avait décollé sur ordre de Trump qui s'était réjoui quelques jours plus tard d'avoir «éliminé deux (hommes) pour le prix d'un».

Ces assassinats ont été qualifiés d'«illégaux» et «arbitraires» par Agnès Callamard, Rapporteuse spéciale sur les exécutions extrajudiciaires de l'ONU.

Le tribunal des enquêtes de Roussafa, le secteur oriental de Bagdad, «a décidé de délivrer un mandat d'arrêt contre le président sortant des États-Unis d'Amérique Donald Trump conformément à l'article 406 du Code pénal irakien», détaille un communiqué de l'Autorité judiciaire.

Cet article prévoit la peine de mort pour tout meurtre avec préméditation.

Le tribunal assure avoir conclu l'enquête préliminaire mais «les investigations se poursuivent pour démasquer les autres auteurs de ce crime, qu'ils soient Irakiens ou étrangers».

https://french.alahednews.com.lb/38213/304

 

 

Dans IRAK

L'IRAK PUBLIE UNE COPIE DU RAPPORT DE L'ENQUETE SUR L'ASSASSINAT DE SOLEIMANI ET MOHANDES

Par Le 07/01/2021

Irak: rapport de l’enquête menée sur l’assassinat de Soleimani et Mohandes

 Depuis 6 heures  6 janvier 2021

assassinat_soleimani_mohandes

 Irak - Monde arabe

Le site d’information irakienne Al-Forat News vient de publier une copie de l’enquête confidentielle du ministère irakien de l’Intérieur sur l’assassinat par l’armée américaine le 3 janvier 2020 de l’ancien commandant de la Force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique, le général Qassem Soleimani, et du chef adjoint des Unités de mobilisation populaire d’Irak (Hachd al-Chaabi) Abou Mahdi Mohandes.

Selon ce document, la commission d’enquête a été créée le 8 janvier 2020 sur ordre de l’ancien Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi.

Membres de la commission d’enquête :

Étaient membres de cette commission le ministre de l’Intérieur, le commandant adjoint des opérations des forces armées, le directeur du renseignement militaire, le commandant de la DCA, le commandant de l’armée de l’air, le directeur adjoint de la sécurité nationale, le directeur du service du renseignement national, le directeur du renseignement des Hachd al-Chaabi, le directeur du centre de la lutte contre les crimes à Bagdad, le directeur de l’aviation civile et le vice-ministre des Transports chargé de l’aviation civile.

Mission de la commission d’enquête :

La commission a été chargée d’enquêter sur la façon dont des missiles ont atterri à l’aéroport international de Bagdad visant les véhicules de Hachd al-Chaabi sur la route extérieure de l’aéroport le 3 janvier 2020. La commission a reçu l’ordre d’élucider tous les détails de l’incident et présenter un rapport détaillé comprenant des suggestions et des recommandations nécessaires pour la poursuite des recherches.

Travaux de la commission :

La commission d’enquête a commencé ses travaux à l’aéroport de Bagdad afin d’examiner les circonstances de l’incident et de recueillir des preuves, mais aussi pour enregistrer les déclarations des personnes présentes à l’aéroport et des employés de la compagnie responsable des services de navigation aérienne et du secteur du contrôle du trafic aérien.

Faits :

– Jeudi 3 juin, à 06h00, deux véhicules sont entrés à l’aéroport international de Bagdad et s’y sont stationnés jusqu’à 00h11. Le premier était une Toyota Avalon immatriculée 20566/F Bagdad et l’autre un taxi Hyundai Starex immatriculé 20921/F Bagdad. Après être soumises à l’inspection, les deux véhicules se sont dirigés vers la piste via le pont de fret 1.

– À 00h26, un avion de la compagnie Cham Wings Airlines en provenance de Damas a atterri à l’aéroport international de Bagdad. Un véhicule appartenant à la société de sécurité G4S s’est arrêté près de l’avion pour accomplir ses tâches habituelles.

– À 00h28, les deux véhicules précités se sont arrêtés près de l’escalier de l’avion et deux agents des Hachd al-Chaabi en sont descendus : Hassan Abdel-Hadi al-Saadi et Mohammad Abdel-Reza al-Jaberi. Ces deux hommes ont accueilli cinq individus qui sont descendus de l’avion, les deux plus âgés portaient chacun un masque et une cagoule. Ces deux personnes sont montées à bord de la Toyota, tandis que les trois autres sont montées à bord du taxi Hyundai.

– À 00h31, les deux véhicules sont partis et deux minutes plus tard, les autres passagers sont descendus de l’avion.

– À 00h37, trois fortes explosions ont été entendues près de l’aéroport international de Bagdad. Il y a eu un écart de 6 minutes seulement entre le départ des deux véhicules qui avaient pris les martyrs près de l’avion et le tir des missiles.

– À 00h45, les premières unités des forces de sécurité sont arrivées sur les lieux et il s’est avéré que les deux véhicules avaient été pris pour cible d’une attaque aérienne avec des missiles. Cette frappe a entraîné la mort en martyr de tous les dix passagers à bord des deux véhicules, dont le général Qassem Soleimani. Cinq martyrs ont été identifiés par leurs passeports et leurs documents. Les cinq autres martyrs de nationalité irakienne étaient Abou Mahdi al-Mohandes, Hassan Abdel-Hadi al-Saadi et Mohammad Abdel-Reza al-Jaberi, Mohammad Rachid al-Shaibani et Ali Haider.

Les dépouilles des martyrs ont été transportées par les ambulances des Hachd al-Chaabi et les matériaux saisis sur les lieux de l’incident ont été soumis à une enquête préliminaire au centre de la police de l’aéroport de Bagdad.

Ce document précise qu’après une attaque aérienne contre la 45e brigade des Hachd al-Chaabi dans la région d’al-Qaëm (ouest) qui avait tué ou blessé plus de 90 combattants des Hachd al-Chaabi près de la frontière de la Syrie, le Conseil de la sécurité nationale irakienne a pris une décision lors d’une réunion d’urgence, le 20 décembre 2019 selon laquelle :

– Bagdad a cessé d’accorder des autorisations aux avions de la Coalition internationale de survoler les zones réglementées des provinces de Bagdad, Karbala et Babylone à partir du 31 décembre 2019 ;

– Bagdad a interdit aux forces de la Coalition internationale d’avoir accès au signal radar du commandement de la défense aérienne irakienne ;

– Bagdad a autorisé la poursuite de l’action conjointe entre les services antiterroristes irakiens et les forces de la Coalition internationale contre les organisations terroristes.

Le document a recommandé ensuite la formation d’une équipe d’enquête conjointe avec l’Iran, la Syrie et le Liban afin de déterminer les circonstances de l’incident criminel et d’identifier les points de failles de sécurité. Les résultats de l’enquête ont été soumis au Premier ministre irakien.

Source: Press TV

https://french.almanar.com.lb/1979837

Dans IRAK

IRAK : DES CONVOIS MILITAIRES US ATTAQUES ET BLOQUES PARTOUT

Par Le 06/01/2021

Convois militaires US partout attaqués et bloqués ; 1ère plainte portée contre les USA depuis 2003

Tuesday, 05 January 2021 11:04 AM  [ Last Update: Tuesday, 05 January 2021 11:04 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un convoi logistique militaire américain ciblé par le groupe de Résistance "Qassim al-Jabbarin" dans la province irakienne de Salaheddine, le 5 janvier 2021. @Presstv, photo d'archives

A peine quelques heures après la fin des commémorations des martyrs Soleimani et Abou Mohandes, double attaque visant les convois militaires US en Irak : Une première attaque s'est produite ce mardi matin à l'aube, à Doujaïl, dans la province irakienne de Salaheddine, au nord de Bagdad, détruisant un convoi logistique de l'armée américaine. La seconde, survenue à peine quelques heures plus tard toujours à Salaheddine n'est pas encore revendiquée, au contraire de la première que revendique haut et fort le groupe pro- Résistance, Qasim al Jabarin. Quant aux bilans, ils restent pour le moment non déterminés. 

Putsch anti-US à l'aéroport de Bagdad...

Putsch anti-US à l'aéroport de Bagdad...

 Ces 9 millions d'irakiens venus le 3 janvier sur la place Tahrir de Bagdad commémorer le grand général Soleimani et ses lieutenants et dont la méga marche a rapidement pris l'allure d'une manif anti-occupation semblent donc avoir tiré la sonnette : la fin de la récrée s'approche pour les Américains en Irak : Plus de 90 attaques à compter depuis janvier 2020 et toujours bien calibrées de façon à ce qu'il n'y ait pas de morts, ce qui n'est pas sûr une fois le 20 janvier, date de la passation du pouvoir à Washington expirée comme l'ont promis les groupes de la Résistance au gouvernement Kazemi. 

Mais dans les faits, les États-Unis se trouvent presque mis au pas : les attaques consécutives à la bombe visant systématiquement les convois militaires US à travers tout Irak, et surtout ciblant les principales artères de transit d'armes et de munitions en provenance du Koweït et de la Syrie, et bloquant ainsi les vannes militaires aux troupes US. La paralysie est si grande que les Américains se voient dans l'obligation de faire escorter les gros convois par leur armée de l'air! Ce fut le cas de ce convoi d’équipements militaires composé de 200 véhicules Hummer, qui est entré dans la base d’Aïn al-Asad depuis la ville de Bassora, escorté par des chasseurs qui n'ont cessé de survoler la région jusqu'à ce que le convoi atteigne la base aérienne dans la ville de Hit, à l'ouest de la province d'al-Anbar. C'est dire à quel point l’étau se resserre sur les Yankee. 

Surtout que le coup de Daech bis, héliporté depuis la Syrie à Al Anbar ,à Salaheddine, à Kirkuk ou encore à Diayala est un fiasco total plus de huit mois après son déclenchement. Sadegh al Hosseini, porte-parole des Hachd al-Chaabi à Diyala vient de l'annoncer, "les États-Unis ont échoué à enfanter la seconde génération de Daech". Cité par Malouma, le commandant fait état de la capitulation des dizaines voire des centaines de commandants daechistes, venus de Syrie et ailleurs et ce sans aucune forme de résister, "signe que cette seconde génération des agents US a totalement perdu foi et confiance aux Américains" : " 90% des kamikazes, que les Hachd al-Chaabi ont capturés, menaçaient au moment de l'arrestation de capturer leur ceinture explosive, mais ils ne l'ont pas fait. C'est un pion totalement brûlé des Américains qui pour rester en Irak n'ont désormais d'autres choix que de faire face directement aux Irakiens. 

L'Iran réarme le ciel irakien?

L'Iran réarme le ciel irakien?

Et le commandant ne croit si bien dire : pour la première fois depuis l'invasion de l'Irak en 2003 le gouvernement irakien a déposé une plainte contre les Etats Unis pour avoir fait l'usage de l'uranium appauvri contre les civils. La thématique a refait surface il y a quelques temps quand les députés irakiens ont dénoncé des exercices militaires constants des troupes US dans l'ambassade américaine dans la Zone verte, exercices menés en présence des batteries de DCA et des C-RAM qui diffusent de grosses quantités de radiation dans l'environnement. La plainte a été déposée auprès d'un tribunal suédoise et elle est datée de 26 décembre 2020. Une équipe d'avocats irakiens résident en France, au Canada, au Copenhague, et en Belgique ont aidé les familles irakiennes ciblées par des sous-munitions à déposer la plainte. Les Américains ont bombardé à l'uranium appauvri l'Irak en 1991, 1998 et 2003. 

Lire aussi : Soleimani: des milliers d'Irakiens prêts à retourner des armes contre les troupes US

Signe des temps, la Résistance irakienne est sur le point de faire un lent mais un sûr déplacement : après avoir encerclé les troupes US à travers tout Irak, leur resserrer la vis sur les principales voies de transit d'armes et de munitions, puis viser le ciel irakien avec de claires exigences de le doter de DCA russe, iranienne ou ukrainienne, elle passe au terrain politique. Les victimes de l'usage par US de l'uranium appauvri ne pourraient être indemnisées que si l'Irak revient pleinement sur ses accords militaires signés avec les Yankee. ce sera un supplément à ces 7  trillons de dollars que Trump regrette d'avoir perdu en Mésopotamie, région où " un président US n'ose pas s'afficher sans escorte de ses drones et chasseurs F-16" . 

 

Bassora: les USA piègent un pétrolier

Bassora: les USA piègent un pétrolier

Une mine de 30 kilogrammes attachée à la coque 

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/05/642294/Irak--l-US-Army-dans-le-collimateur-%C3%A0-Salaheddine

Dans IRAK

USA : L'IRAK D'EN BAS FAIT PEUR !

Par Le 03/01/2021

Soleimani: des milliers d'Irakiens prêts à retourner des armes contre les troupes US

Sunday, 03 January 2021 4:36 PM  [ Last Update: Sunday, 03 January 2021 6:58 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La place Tahrir de Bagdad était ce dimanche 3 janvier le théâtre d'une manifestation grandiose pour rendre hommage aux martyrs de la Résistance. ©Fars News

Dans la capitale irakienne, Bagdad, une grande foule de gens s’est précipitée ce matin vers la place Tahrir afin de participer à la cérémonie de commémoration ayant lieu à l’occasion du 1er anniversaire de la mort en martyr du général Soleimani et d’Abou Mahdi al-Mohandes. La place Tahrir ne se vidait pas aujourd’hui des manifestants qui demandaient à haute voix à travers leurs slogans le retrait des occupants américains de leur pays et la mise en application de la résolution du Parlement irakien à ce sujet.

Selon l’agence de presse Fars News, les participants à ce grandiose rassemblement intitulé « Martyr et Souveraineté » ont rendu hommage aux deux commandants martyrs de la Résistance, à savoir, le commandant en chef de la Force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), le général de corps d’armée Qassem Soleimani, et le chef adjoint Unités de mobilisation populaire d’Irak (Hachd al-Chaabi), Abou Mahdi al-Mohandes, qui étaient lâchement assassinés le 3 janvier 2020 par les forces américaines près de l’aéroport de Bagdad. Parmi les manifestants, Fars News a constaté beaucoup de citoyens irakiens venus d’autres villes du pays, rien que pour participer à la cérémonie et renouveler l’allégeance avec les commandants martyrs et leur cause sublime.

Les chaînes satellitaires et les médias nationaux irakiens ont largement couvert la manifestation.

Dans un communiqué, la police de la capitale a annoncé l’établissement de mesures particulières afin d’assurer la sécurité des rassemblements tenus à Bagdad au premier anniversaire de la mort en martyr du général Soleimani et du numéro 2 des Hachd al-Chaabi, Abou Mahdi al-Mohandes. « Toutes les unités de commandement d’opérations ont été chargées d’assurer la sécurité des cérémonies et rassemblements de commémoration, sous le commandement de Majed al-Moussaoui, chef de police de Bagdad ».

Nouveaux missiles iraniens contre Ain al-Asad?

Nouveaux missiles iraniens contre Ain al-Asad?

« L’échec de l’hégémonie américaine et l’anéantissement du régime sioniste », telle est la vengeance réservée au lâche assassinat du général Soleimani.

Le chef de police de la circulation de Bagdad, Tareq Esmaïl, a fait état samedi de la fermeture de certaines avenues près des régions d’Al-Karkh et d’al-Rasafa dans la capitale. Les médias irakiens ont rapporté un embouteillage et un encombrement sans précédent aux entrées de la capitale, depuis la route internationale et la base Kalsu al-Hilla jusqu’au poste 57 de Bagdad. Ces scènes, on a l’habitude de les voir uniquement aux jours de grandes cérémonies de commémoration religieuses, indiquent les médias irakiens. Bien que ce dimanche 3 janvier ait été annoncé jour férié, un grand embouteillage a été provoqué à l’entrée sud de Bagdad avec l’arrivée de cortèges de manifestants.

La présence des minorités ethniques ou religieuses dans cette manifestation était considérable

Un grand nombre d’habitants d’Amerli, de Tal Afar et de la Plaine de Ninive, étaient venus ce dimanche à Bagdad, place Tahrir, signe de renouveler l’allégeance avec les commandants martyrs de la Résistance. Sur les images montrant les manifestants réunis place Tahrir, se voient ainsi beaucoup de Yézidi, de Turkmènes et de Shabakis de Tal Afar, ainsi que des citoyens chrétiens habitant la Plaine de Ninive. Parmi les manifestants, on constatait surtout un groupe de jeunes irakiens qui est entré de l’est sur la place Tahrir de Bagdad, en scandant des slogans antiaméricains et anti-israéliens, et qui vocalisaient à haute voix « Salawat » (formule spéciale contenant une salutation adressée au Prophète de l’islam). D’autres slogans, comme « Allahu Akbar » (Dieu est grand) et « L’Amérique est le Grand Satan » retentissaient dans les rangs des manifestants.

Des responsables irakiens à la tribune de la cérémonie de commémoration des commandants martyrs de la Résistance

Le chef du quartier général Hachd al-Chaabi, Faleh al-Fayaz, était le premier responsable irakien à prendre le discours ce dimanche place Tahrir de Bagdad. « La manifestation d’aujourd’hui à laquelle ont participé des millions de personnes fait partie de notre riposte, la vengeance du sang de nos commandants martyrs. Nous resterons fidèles au sang de nos martyrs, tout en insistant sur l’exigence du “Qissas” de tous ceux qui ont été impliqués dans l’assassinat criminel des “commandants de la victoire”. » [Le Qissas veut dire dans la loi islamique la punition correspondant au crime de meurtre.]

Riposte: l’Iran frappera le territoire américain?

Riposte: l’Iran frappera le territoire américain?

« La riposte à l’assassinat de Qassem Soleimani pourrait même avoir lieu à l’intérieur des États-Unis ».

Le chef des Hachd al-Chaabi a ajouté : « Nous défendrons tous nos droits et tous nos intérêts avec dignité et souveraineté. Des agissements divisionnistes et des tentatives de fomenter les conflits ethniques et religieux auraient causé une régression en Irak au cours des dernières décennies ; mais le peuple qui se réclame partisan des Hachd al-Chaabi est plus grand que cette organisation même, et nous allons combattre par vous-mêmes [le peuple partisan des Hachd] quiconque se permet de viser les fils de la nation. Le secret du pouvoir de l’Irak résume dans son unité et je vous demande de rester unis sous la bannière de la patrie et de la Marjaiya [source d’imitation religieuse]. »

Ailleurs dans son discours Faleh al-Fayaz a affirmé que la hâte des capitulards pour normaliser leurs relations avec le régime sioniste est le résultat de leur faiblesse.  

L’autre responsable irakien à avoir pris la parole à cette cérémonie était le chef de l’alliance al-Fath au sein du Parlement irakien, Hadi al-Ameri, qui a particulièrement appelé aux « efforts censés expulser les occupants américains d’Irak ».

Irak : 11ème attaque anti-US

Irak : 11ème attaque anti-US

Un convoi de troupes américaines en Irak aurait été visé au cours des 24 dernières heures.

« Les martyrs Soleimani et al-Mohandes ont eu un rôle axial dans la défaite de Daech et du terrorisme en Irak. Le martyr Soleimani était une personne qui pour défendre l’Humanité, allait au-delà de tous les clichés sur des concepts tels que la race et l’ethnie. Sur la voie de la lutte contre la tyrannie, le martyr Soleimani le martyr Al-Mohandes étaient toujours deux fidèles camarades de combat, l’un de l’autre. Et ces deux martyrs avaient certes un objectif commun : venir en aide à tous les peuples opprimés du monde. »

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/03/642165/bagdad-place-tahrir-manifestation-martyr-soleimani-al-mohandes

 

Dans IRAK

LE MOUVEMENT IRAKIEN NUJABA : NOUS MENONS UNE CONFRONTATION OUVERTE AVEC LES FORCES US

Par Le 03/01/2021

Le porte-parole du mouvement irakien Nujaba à AlAhed: nous menons une confrontation ouverte avec les forces US

Le porte-parole du mouvement irakien Nujaba à AlAhed: nous menons une confrontation ouverte avec les forces US

folder_openRapports access_timedepuis un jour

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

La première commémoration du martyre de haj Qaasem Soleimani et d'Abou Mahdi Al-Mohandes, est survenue pour rappeler à l'occupant américain, que sa présence dans la région ne se prolongera point.

Dans le contexte de cette commémoration, AlAhed a interviewé le porte-parole officiel du mouvement irakien Nujaba, Nasr Al-Chamri qui a affirmé que la résistance irakienne mène une confrontation ouverte contre les forces de l'occupation et l'hégémonie américaine, affirmant que l'objectif de cette lutte est la présence américaine dans la région.

En réponse à une question sur la riposte au crime de l'assassinat du chef de la force Al-Qods et du chef du Hached Chaabi, il a expliqué:

«La résistance irakienne mène une lutte ouverte contre les forces de l'occupation et de l'hégémonie américaines depuis 2003. Cette confrontation n'a jamais cessé. Elle a été couronnée en 2011 par l'expulsion des toutes les forces de l'occupation américaine de l'Irak, qui ont supplié les Irakiens pour assurer un retrait sûr.

Cependant, les forces américaines ont été contraintes de se retirer sous le feu de la résistance qui a mené une dernière frappe près du passage frontalier avec le Koweït, durant le retrait.

Plus tard en 2014, ces forces sont revenues sous le prétexte de combattre «Daech», qui est leur produit, comme avait reconnu le président américain, Donald Trump.

A la suite de l'horrible crime qui a couté la vie aux leaders de la victoire, la riposte populaire fut immédiate, notamment lors des funérailles massives des martyrs et puis par la publication de la décision du parlement irakien, consistant à expulser les forces étrangères. Plus tard, ont eu les manifestations populaires réclamant le départ des forces de l'occupation américaine. Un fait qui a ouvert une nouvelle page de la confrontation ouverte entre la résistance et les forces de l'occupation.

Ainsi, la prise pour cible des convois militaires des forces américaines, de ses sièges de commandement et de ses camps a eu lieu quotidiennement, jusqu'à ce qu'elles soient contraintes de reculer vers des bases situées dans la profondeur du désert. Des lieux que les armes des moujahidines ont atteint afin de les fermer prochainement comme les autres bases militaires en Irak».

Interrogé sur la signification du martyre des deux chefs Soleimani et Al-Mohandes ensemble, il a expliqué que ces deux hommes buvaient de la même source intellectuelle, dans la mesure où ils adoptaient la même doctrine en matière d'approche et morale. Ces deux hommes sont humbles, proches des gens, courageux et aimés par les croyants.

Leurs martyres ensemble fut un message sur le mélange du sang et du sort de tous les fils de l'axe de la résistance, depuis la Palestine arrivant jusqu’à l’Afghanistan. L'ennemi nous perçoit comme une entité et c'est ainsi que nous devons nous considérer».

Il a rappelé dans ce contexte les propos de sayed Hassan Nasrallah, selon lequel ce sang béni accélèrera la date de la victoire, dont les premiers signes sont apparus.

Concernant les effets du martyre des deux chefs sur les Irakiens et les factions de la résistance irakienne, le porte-parole de Nujaba a affirmé qu'«il n'a jamais perçu une telle compassion comme celle qui a eu lieu lors du départ des deux martyrs glorieux».

Il a affirmé avoir remarqué l'étouffement et les larmes chez toutes les factions populaires irakiennes, qui ont exprimé leur malheur et leur affliction, notant que ceux qui suivent la situation sur la scène irakienne ne doivent pas être dupés par quelques mercenaires ayant tenté de ternir l'image de la position irakienne unanime à l'égard des deux martyrs.

Selon ses dires, le départ béni des deux chefs éminents a unifié tous les fronts de la résistance et consolidé la lutte, pour que les Etats-Unis payent un lourd tribut pour ce crime.

«Le grand coût sera dans la réalisation de l'espoir des deux chefs. Libérer Al-Qods sainte», a-t-il conclu.

https://french.alahednews.com.lb/38162/323

Dans IRAK

IRAK : L'AMBASSADE US A BAGDAD LANCE DES PROJECTILES A ACTION RADIOACTIVE

Par Le 01/01/2021

L’ambassade US à Bagdad lance des projectiles à l’action radioactive

 Depuis 1 jour  31 décembre 2020

ambassadeus

 Irak - Monde arabe

 

 

 

 

Un expert irakien des questions sécuritaires a mis en garde contre « le danger que représentent les projectiles lancés de temps à autre depuis l’ambassade américaine à Bagdad, projectiles à l’action radioactive qui menacent la vie des civils dans diverses régions».

« Les munitions utilisées par les forces américaines contiennent souvent une matière radioactive et de ce fait, causent des dommages graves dans les zones où ils sont lancés », a souligné Amir Abdel Monem al-Saaedi Dans une interview accordée au site d’information Al-Maalomah.

L’expert irakien a expliqué : « Des entraînements et formations militaires ont lieu régulièrement à l’intérieur des bases sous contrôle des forces américaines, notamment à l’ambassade des États-Unis dans la zone verte de Bagdad. Des éclats d’obus lancés par l’activation du système de DCA installé dans cette ambassade vers les zones environnantes représentent un danger sérieux pour les habitants de Bagdad. »

D’après l’expert irakien, des systèmes de défense anti-aérienne de ce type ne doivent pas, en principe, être déployés dans les zones d’habitation et il est indispensable que le gouvernement irakien trouve une solution à ce problème.

M. Saaedi a évoqué la nécessité pour les responsables irakiens concernés surtout dans le secteur de la santé de se focaliser sur cette question. « Ces types d’équipements militaires ne doivent être installés que dans les endroits déterminés, et la partie américaine doit s’engager à utiliser d’autres sortes de munitions et d’équipements et éviter de mettre en danger la santé des citoyens irakiens », a ajouté l’expert irakien des questions sécuritaires cité par Al-Maalomah.

Dans leur ambassade à Bagdad, qui ressemble plutôt à une base militaire qu’à un site diplomatique, et selon de nombreux observateurs, les États-Unis ont déployé une batterie de DCA qui est activée de temps en temps sous prétexte de réagir à des tirs de roquettes que personne n’a jusqu’ici revendiqués.

Les Américains seraient-ils tentés par « irradier » les Irakiens qui exigent leur retrait ? Une chose est sûre : les USA ont largement eu recours entre 2003 et 2010 aux bombes à l’uranium appauvri.

30 terroristes arrêtés

En outre, le responsable des communications des Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi) d’Irak, sur l’axe du nord, Ali al-Hosseini, a révélé que 30 terroristes ont été arrêtés dans les deux provinces de Salaheddine et Kirkouk, grâce à la coopération de leurs proches et de certains membres de tribus locaux.

« Des membres de tribus, des proches et des membres de familles de terroristes recherchés ont fourni aux forces sécuritaires et aux Hachd al-Chaabi des informations permettant d’identifier et d’arrêter 30 d’entre eux», a-t-il déclaré au site d’information Al-Maalomah.

Dans la province d’al-Anbar, aussi, un responsable sécuritaire au sein du commandement des Hachd a fait part de l’arrestation de deux terroristes de Daech qui cherchaient à entrer dans la ville de Falloujah. « Les deux individus sont accusés d’implication dans les attaques terroristes contre les unités militaires participant aux opérations de libération des villes et villages irakiens ».

Bombardement de 4 positions de Daech

Par ailleurs, Moustafa Mohammad, le responsable des Hachd al-Chaabi dans la province de Diyala, a déclaré à Al-Maalomah que la force aérienne de l’armée irakienne a bombardé quatre positions de Daech aux profondeurs des vergers du village Um al-Hanta au nord-est de Baakouba. Des dégâts considérables ont été occasionnés au cours de cette attaque censée empêcher les éléments de Daech de s’enfuir.

Et à Kirkouk, chef-lieu de la province homonyme, une bombe a explosé mardi soir sans provoquer de pertes en vies humaines, selon le site d’information Shafaq.

Source: Avec Press Tv

https://french.almanar.com.lb/1976295

Dans IRAK

IRAK : LA RESISTANCE OPTE POUR LA CHINE

Par Le 31/12/2020

Port de Faw: Asaïb al-Haq expulsera Séoul

Thursday, 31 December 2020 5:31 PM  [ Last Update: Thursday, 31 December 2020 5:31 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Projet de Faw : l’Irak opte pour la Chine.

Hadi al-Ameri, chef de la coalition al-Fath au Parlement irakien, a souligné la nécessité de l’expulsion des éléments terroristes américains, affirmant que les protestations d’octobre 2019 étaient un plan conjoint des États-Unis et des résidus du régime Baath pour déclencher une guerre parmi les chiites.

S’exprimant lors d’un discours tenu ce jeudi à Miqdadiyah à l’occasion du premier anniversaire du lâche assassinat du général Qassem Soleimani, commandant en chef de la Force Qods du CGRI, et d’Abou Mahdi al-Mohandes, chef adjoint des Hachd al-Chaabi, al-Ameri a réitéré la nécessité de l’expulsion des occupants étrangers.

« Al-Mohandes s’est battu à la fois pour renverser le régime Baath et pour éradiquer le terrorisme », a souligné al-Ameri lors de son discours avant d’ajouter que la fatwa de l’autorité suprême irakienne, la volonté du peuple et la participation de la République islamique d’Iran ont conduit à la victoire contre le groupe terroriste Daech.

Lire aussi : 8ème attaque à a bombe contre deux convois militaires US, la route Syrie-Irak coupée pour les Yankée

Irak: l’ambassade US « irradie » les civils

Irak : l’ambassade US « irradie » les civils

« Les munitions utilisées par les forces américaines en Irak contiennent souvent des matières radioactives », a affirmé un expert irakien des questions sécuritaires.

Le parlementaire irakien a également souligné : « Nous demandons l’établissement de la souveraineté nationale et l’expulsion des forces étrangères d’Irak [...] La violation de la souveraineté irakienne est inacceptable et la nation s’oppose au maintien de cette présence étrangère. »

« Nous avons eu de nombreux martyrs pour le bien de l’Irak et pour échapper au cauchemar [du terrorisme] », a déclaré al-Ameri soulignant que le but des protestations de 2019 était de créer un « conflit chiite-chiite ».

Le chef de la coalition al-Fath a également qualifié les événements de 2019 de « séditions d’octobre » et a déclaré que le parti Baath et les États-Unis avaient l’intention de conduire l’Irak dans le chaos.

Pour conclure, il a souligné le rôle important des martyrs Soleimani et al-Mohandes dans l’expulsion de l’occupant, le rétablissement de la sécurité et la formation d’un gouvernement.

Qais al-Khazali, le secrétaire général du mouvement Asaïb Ahl al-Haq, réagissant à la signature d’un contrat avec la société coréenne Daewoo pour la mise en œuvre du projet du port de Faw, a déclaré ce jeudi qu’il essaierait de toutes ses forces pour annuler le contrat.

Des

La seule façon de mettre en œuvre le projet du port de Faw est de compter sur des investissements.

Il a écrit dans un message sur Twitter : « En nous adressant aux fonctionnaires corrompues qui ont signé un contrat avec la société sud-coréenne Daewoo, nous disons que le jour viendra où le peuple vous demandera compte pour ce grand délit que vous avez commis contre ses intérêts pour assurer vos propres intérêts personnels. Nous ferons de notre mieux pour contrer ce grand crime contre l’Irak. »

Lire aussi : Après le pétrole, la Résistance exige le retour de la Chine dans les ports

Plus tôt, Adnan Feyhan, chef de la faction al-Sadiqun du Parlement irakien, avait déclaré que si le ministre des Transports signait un contrat pour le développement du port de Faw avec la société sud-coréenne Daewoo, il serait interrogé officiellement par le Parlement, car « signer un contrat avec cette société sud-coréenne retardera l’achèvement du projet portuaire de Faw ».

Lors d’une réunion tenue le 21 décembre, le gouvernement irakien a chargé le ministère du Transport de mettre en œvure le contrat avec la société Daewoo pour faire avancer le projet portuaire de Faw. Mercredi, le contrat d’une valeur de 2,65 milliards de dollars a été signé pour la mise en œuvre de la première phase de développement du port de Faw (Bassorah).

Le grand projet de la reconstruction et du développement du port irakien de Faw a débuté en avril 2010. Aujourd’hui, après plus de 10 ans, le projet n’a pas beaucoup progressé et les Irakiens considèrent le gouvernement américain et certains pays arabes du golfe Persique responsables, en partie, de ce retard.

Le gouvernement irakien espère franchir une étape majeure vers le développement économique avec l’inauguration du projet de reconstruction du port de Faw d’ici 2024. Une fois terminé, le port de Faw sera l’un des dix plus grands ports du monde. Le développement du port de Faw et le grand projet « Al-Qanat al-Jafa » (un tunnel terrestre qui transporte des marchandises du golfe Persique vers la Turquie, la Jordanie, la Syrie et l’Europe) font l’objet de discussions en Irak depuis de nombreuses années. Pourtant, les deux projets ont été suspendus raison des obstructions faites par les États-Unis et leurs alliés dans le golfe Persique, notamment les Émirats arabes unis qui subiront des pertes après la réalisation de ces projets.

Deux entreprises chinoise et sud-coréenne étaient en compétition pour le projet. Les Irakiens qui s’opposent à la conclusion d’un contrat avec Daewoo disent que la Corée du Sud est soumise aux ordres du gouvernement américain et que sa proposition se base sur un budget du gouvernement irakien et un prêt de 2,65 milliards de dollars sur quatre ans. Alors que le prix proposé par la société chinoise est de 2,16 milliards de dollars. D’autant plus que la société chinoise n’oblige pas l’Irak à payer à l’avance et lui accorde un délai d’au moins 10 ans.

Des militaires chinois en Irak?!

Des militaires chinois en Irak?!

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/31/641956/les-occupants-US-doivent-etre-expulses-d-Irak

Dans IRAK

IRAK : 8e RAID ANTI-US EN 4 JOURS...

Par Le 30/12/2020

8ème attaque à a bombe contre deux convois militaires US, la route Syrie-Irak coupée pour les Yankée

Tuesday, 29 December 2020 2:22 PM  [ Last Update: Tuesday, 29 December 2020 2:25 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo) 8 attaques à la bombe visant les convois militaires US à travers toutes les principales artères du pays et ce, en mois de 5 jours/FARS

 

Avec ces deux nouvelles attaques visant les convois militaires US, le bilan des attaques anti-américains passe à 8 en à peine 4 jours à compter de
puis le vendredi 24 décembre! Selon une toute dernière information, la route stratégique d'Al Divaniya qui sert de voie de transit aux convois militaires US en provenance ou en direction de la Syrie, n'est presque plus praticable, tant est multiple le nombre d'assaut visant les véhicules blindés, les chars et les équipements américains l'empruntant. Al Sumeira fait état d'un septième attaque à la bombe ce mardi visant un convoi américain, attaque qui n'a pas fait de morts ni blessés mais qui fait des GI's une proie trop facile. Selon des informations, des entreprises irakiennes que les Américains mobilisent pour servir d'eux d'à titre de bouclier, coopèrent parfaitement avec les groupes de Résistance irakienne, leur transmettant l'heure et le lieu de transit des convois. Mais ce mardi, le coup de Divaniyah n'en a pas été le dernier, un autre convoi américain ayant été pris pour cible dans la province de  Dhi Qar!  

Irak: 6eme attaque contre les GI's

Irak: 6eme attaque contre les GI's

Un convoi logistique US a été visé par un engin explosif 

Là encore pas de missiles mais des bombes... A l'approche du premier anniversaire de l'assassinant ne plein aéroport de Bagdad des hauts commandants de la Résistance, Soleimani et Abou Mahdi Mohandes, les Etats Unis d'Amérique qui refusent de se soumettre à la volonté des Irakiens de faire place nette et de se retirer militairement d'Irak se trouve dans une situation de total désarrois sur fond des révélations particulièrement embarrassantes pour ses troupes en Irak. 
ainsi Al Asadi l'un des hauts députés d'Al Fath, courant parlementaire majoritaire ne Irak a révélé samedi que les drones ayant participé dans le raid du 4 janvier 2020 qui a coûté la vie aux commandants de la Résistance avaient survolé pendant toute la journée soit une vingtaine d'heure et sans l'autorisation de l'Etat irakien le ciel de Bagdad. 

Lire aussi : Route Syrie-Irak coupée : 5ème connvoi militaire US attaqué en 3 jours

Lors d’une interview accordée au site web Al-Maaloumah, il a affirmé que la partie américaine empêche le gouvernement irakien de faire l’acquisition de tout le système de contrôle aérien ou de défense aérienne afin d'empêcher l’interception des d'aéronefs américains. Il a souligné que l'espace aérien irakien est entièrement sous le contrôle des forces de l’air américaines et de ses drones, qui mènent des opérations de reconnaissance 24 heures sur 24.  L’expert militaire déplore que les opérations aérienne américaines, qu’elles soient menées à l’insu du gouvernement irakien ou sous ses yeux, l’US Air Force n’a aucun compte à rendre au gouvernement de Bagdad indifférent face à la violation de la souveraineté irakienne.

L'Iran réarme le ciel irakien?

L'Iran réarme le ciel irakien?

La pression est énorme sur le gouvernement Kazemi pour qu'il change la situation aérienne de l'Irak. pour la première depuis de longues années,  l'armée irakienne a célébré son 100ème anniversaire, lundi en mettant en scène la puissance de ses forces de l'air lors d'une manœuvre aérienne.  Les forces armées irakiennes ont célébré lundi 28 décembre le 100ème anniversaire de sa formation, un nombre d’avions et d’hélicoptères ayant réalisé une  manœuvre aérienne dans le ciel de Bagdad, capitale irakienne. Certaines sources affirment que les avions de combat F-16, Sukhoi, divers hélicoptères de combat et de transport, ainsi qu'un nombre d’avions de ravitaillement C-5 Galaxy irakiens ont pris part dans la manœuvre, tandis que d’autres entrent plus dans les détails et font état du déploiement de 24 avions de chasse de 30 hélicoptères russes MI-17 et de 35 hélicoptères dont dispose l'armée irakienne. Depuis le 4 janvier, les USA ont boycotté l'entretien des F-16 irakiens. Leur participation dans cette parade aérienne fait état d'un début de souveraineté retrouvé dans le ciel du pays, note un expert. 

Disposant des -16 IQ de Block 52, l'Irak a commandé, convient-il de noter, 36 avions F-16 d'une valeur de plus de 2 milliards de dollars aux États-Unis et en a reçu quatre il y a quatre ans, et ce dans le cadre de la soi-disant lutte contre Daech. Afin de se préparer au défilé aérien du lundi, les hélicoptères de l'armée irakienne ont effectué la veille des vols d'entraînement dans le ciel de la capitale. Mais, la cérémonie du 100ème anniversaire de la fondation de l’armée irakienne a eu lieu, alors que les experts militaires critiquent les opérations effectuées par les drones américains avec pour mission de prendre le contrôle de l’espace aérien irakien.

Irak: l'armée de l'air fait peur aux USA?

Irak: l'armée de l'air fait peur aux USA?

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/29/641767/L-Irak-montre-ses-muscles-aux-USA--

 

Dans IRAK

CE QUE LES USA REDOUTENT EN IRAK

Par Le 27/12/2020

Pourquoi les USA transfèrent leurs troupes à al-Harir près d'Erbil?

Saturday, 26 December 2020 4:53 PM  [ Last Update: Saturday, 26 December 2020 6:28 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les forces irakiennes ont déjoué une attaque au missile non loin des positions US. (Illustration)

Alors qu’une attaque au missile contre la province de Salah ad-Din vient d’être déjouée, un peu plus loin à Erbil, les troupes américaines soumises à des mesures de sécurité sans précédent érigent de nouvelles fortifications.

La direction du renseignement militaire du ministère irakien de la Défense a déclaré dans un communiqué que ses militaires, en coordination avec les forces de sécurité locales, avaient mené des opérations préventives et déjoué des tirs de roquettes dans la région de Talul al-Baj de Wadi al-Tharthar dans la province de Salah ad-Din.

Lire aussi : Irak/Syrie la sécurité s’établit sur les frontières

Les forces irakiennes ont découvert puis saisi l’arme, un lance-roquettes, que les terroristes avaient l’intention d’utiliser contre les forces de sécurité, mais aussi les zones résidentielles de la province de Salah al-Din, indique le communiqué de la Défense irakienne.

Sans révéler l’identité des terroristes qui prévoyaient de mener l’attaque au missile, le communiqué souligne que les terroristes de Daech sont toujours actifs dans les provinces de Salah al-Din, Al-Anbar, Kirkouk et Diyala.

Parallèlement, une source irakienne bien informée, citée par Al-Malouma a révélé ce samedi 26 décembre, la mise en place des mesures préventives de sécurité sans précédent par les forces américaines à la base militaire al-Harir à Erbil dans le Kurdistan irakien.

Irak : l'ultime faux pas de Trump?

Irak : l’ultime faux pas de Trump ?

Les Hachd al-Chaabi ont repoussé une offensive lancée par les terroristes de Daech contre Jurf al-Nasr.

« Le consulat américain du district d’Ainkawah à Erbil assiste également à la création de nouvelles fortifications et au déploiement de nouvelles forces de sécurité sur la route y menant », toujours selon la même source.

De même, un convoi militaire américain venu du nord de la Syrie est arrivé à Erbil et vient de s’installer dans la base d’al-Harir alors que les troupes US effectuent des missions de reconnaissance aérienne nocturne depuis plus d’une semaine, d’après Al-Malouma.

Lire aussi : À quoi riment les agissements US à al-Anbar ?

Pour rappel, Al-Malouma a fait état la semaine dernière de l’entrée d’un convoi de véhicules blindés américains sur le territoire irakien depuis le nord-est de la Syrie en passant par le poste-frontière de Simalka.

Dans la foulée, les médias rapportent le transfert des employés de l’ambassade US à Erbil. Une nouvelle que l’ambassade américaine a démentie en insistant que son ambassadeur reste toujours dans la capitale irakienne, Bagdad.

Dans ce contexte, les sources d’information irakiennes ont rapporté le vendredi 25 décembre la destruction de quatre convois appartenant aux forces américaines dans les provinces de Muthanna, Dhi Qar, al-Diwaniyah et Babel. Le groupe « Qassem al-Jabarin » a revendiqué ces explosions.

La source a déclaré dans une interview à Alsumaria News, qu’« un engin explosif planté sur le bord de la route internationale dans la ville de Samawah, a explosé cet après-midi lors du passage d’un convoi de soutien logistique de la coalition internationale ».

Irak: la DCA russe contre les USA?

Irak: la DCA russe contre les USA?

Pour en finir avec les terroristes, l’Irak poursuit ses coopérations dans le domaine de la sécurité et du renseignement avec l’Iran, la Syrie et la Russie.

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/26/641555/Irak-USA-Erbil-attaque-missile

Dans IRAK

IRAK : DESTRUCTION DE QUATRE CONVOIS AMERICAINS DANS QUATRE PROVINCES DIFFERENTES

Par Le 25/12/2020

Quatre convois militaires americains ciblés a Babel, al-Diwaniyah, Dhi Qar et Muthanna

Friday, 25 December 2020 6:23 PM  [ Last Update: Friday, 25 December 2020 6:23 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Attaque contre un convoi militaire US en Irak en juillet 2020. ©Twitter

Des sources d'information irakiennes ont rapporté ce vendredi 25 décembre la destruction de quatre convois appartenant aux forces américaines dans les provinces de Muthanna, Dhi Qar, al-Diwaniyah et Babel. Le groupe « Qassem al-Jabarin » a revendiqué ces explosions. 

 La chaîne Telegram « Sabreen News » a rapporté qu'un convoi, transportant du matériel logistique américain, a été détruit dans la ville de Samawah de la province d'al-Muthanna dans le sud de l'Irak.

Irak: l'US Army frappée

Irak: l'US Army frappée

Un convoi logistique américain a été pris pour cible par la Résistance irakienne.

À ce propos, une source sécuritaire a déclaré vendredi qu'une explosion avait visé un convoi de la soi-disant coalition internationale dirigée par les États-Unis, dans la ville de Samawah.

La source a déclaré dans une interview à Alsumaria News, qu’ « un engin explosif planté sur le bord de la route internationale dans la ville de Samawah, a explosé cet après-midi lors du passage d'un convoi de soutien logistique de la coalition internationale ».

 La source, qui a gardé l’anonymat, a ajouté: « L'explosion n'a fait ni mort ni blessé, mais a causé des dommages matériels à un certain nombre de roues de véhicules ».

 Une autre source de sécurité a rapporté une autre explosion sur l'itinéraire d'un convoi appartenant à la coalition américaine cette fois, dans le sud de l'Irak.

Irak: 2ème frappe anti-Gi’s en 24h

Irak: 2ème frappe anti-Gi’s en 24h

L’attaque sous fausse bannière contre l’ambassade US fait flop ; la Résistance paralyse le trafic d’armes US.

La source a déclaré à Alsumaria News que l'explosion avait eu lieu sur la route internationale dans la province d'al-Diwaniyah.

Elle a souligné qu'un engin explosif avait explosé sur le passage d'un convoi transportant du matériel logistique américain à al-Diwaniyah, blessant un conducteur et endommageant les véhicules du convoi.

Cela intervient alors que Sabreen News a rapporté que « trois explosions ont eu lieu aujourd'hui sur la route où passent les convois américains dans les provinces d'al-Diwaniyah, Dhi Qar et Muthanna ».

La chaîne Telegram a cité des sources spéciales disant que le groupe « Qassem al-Jabarin » avait pris pour cible ces trois convois américains dans les provinces irakiennes dans le but « d'imposer un blocus économique à l'armée d’occupation américaine ».

La chaîne d'information Al-Mayadeen a également rapporté qu'en plus de l'explosion de Muthanna, deux autres explosions avaient eu lieu dans les provinces de Dhi Qar et d'al-Diwaniyah.

De même, Sabreen News a annoncé qu’un quatrième convoi américain avait été pris pour cible, ce vendredi, dans la province irakienne de Babel.

La source a rapporté que les forces de sauvetage n'ont pas encore été en mesure d'éteindre l'incendie qui s'est déclaré à la suite de l’explosion.

Selon ce rapport, suite à ces explosions en série, les forces américaines ont suspendu jusqu'à nouvel ordre, le mouvement des convois logistiques depuis le passage de Jerishan.

Des sources irakiennes ont également annoncé le 11 décembre qu'un convoi de la coalition américaine en route depuis le Koweït vers le centre de l'Irak avait été visé par une explosion à Samawah.

Irak : double frappe anti-US

Irak : double frappe anti-US

Selon ces sources, deux camions de la coalition américaine ont été endommagés sur la route de Samawah. Le groupe « Qassem al-Jabarin » a également revendiqué la responsabilité de l'explosion. Certaines sources internes irakiennes ont également déclaré que les explosions avaient été provoquées par des bombes en bordure de route.

Jennie Carignan, commandante de la mission de l'OTAN en Irak (NMI) a récemment déclaré lors d'une vidéoconférence que les forces de la coalition pourraient rester en Irak pendant encore cinq ans sous prétexte « d'activer le programme de réforme et le système de défense et de sécurité ».

Par ailleurs, le groupe « Ashab al-Kahf » a annoncé que si le gouvernement de Bagdad était incapable de saisir l'opportunité offerte par les groupes de résistance pour chasser les forces américaines d’Irak, il lancerait davantage d'attaques contre les bases américaines d'al-Dhafra à Aïn al-Asad et al-Harir.

CentCom frappé en plein cœur ...

CentCom frappé en plein cœur ...

Riposte : spectaculaire défaite de la DCA américaine en Irak et en Syrie ; Mc Kenzie perd la bataille ...

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/25/641508/Irak-USA-explosion-convoi-frappes

Dans IRAK

IRAK/SYRIE : LES USA ASSIEGES ?

Par Le 23/12/2020

 

Irak/Syrie la sécurité s’établit sur les frontières

Wednesday, 23 December 2020 3:50 PM  [ Last Update: Wednesday, 23 December 2020 4:56 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'armée irakienne assure la sécurité des frontières avec la Syrie. ©AP/Archives

Sur fond des tentatives de Daech de s’infiltrer en Irak, les forces de l’armée irakienne se déploient pour assurer la sécurité des frontières du pays avec la Syrie où les FDS, soutenues par Washington, poursuivent le pillage du pétrole.

Étendue sur une superficie longue de 610 km, la plupart des zones frontalières syro-irakiennes sont sécurisées, selon Tahsin al-Khafaji, porte-parole du Commandement des opérations conjointes irakiennes, cité par la chaîne Al-Sumaria ce mercredi 23 décembre.

“ Disposant d'équipements de pointe, les Unités de mobilisation populaires, l'armée et la police irakiennes déploient des efforts considérables pour établir la sécurité sur les frontières avec la Syrie ”, a déclaré le porte-parole soulignant une coordination étendue entre les forces armées pour empêcher l'infiltration des terroristes de Daech par l'est de l'Euphrate et les régions d’al-Jazira et de Wadi al-Tharthar.

Lire aussi : 1re attaque au drone anti US ?

En référence aux opérations menées sur les montagnes de Makhoul, au sud de Kirkouk, au nord de Salah ad-Din et à l'est de Diyala, il a affirmé : “ Les opérations à grande échelle ont été menées et nous avons réussi à entraver les agissements de Daech, à éliminer les cellules terroristes dont les éléments sont poursuivis dans les montagnes, les plaines et les déserts.”

Al-Sumaria rapporte que le service de renseignement militaire irakien a fait état de la neutralisation d’une opération d’infiltration de Daech dans la province de Ninive dans le nord-ouest de l’Irak.

Les forces du renseignement irakien, ainsi que celle de la 72e brigade d'infanterie de l’armée, ont contrecarré l'infiltration des membres de famille des terroristes de Daech qui en provenance de Syrie, tentaient de se rendre dans la ville sunnite de Sinjar dans l’ouest de la province de Ninive. Ils ont tous les neuf été arrêtés et remis aux autorités, a rapporté Al-Sumaria.

Par ailleurs dans la province d’al-Anbar, les forces de renseignement de la 10e division, en coopération avec la 40e brigade d’infanterie de l’armée irakienne, ont réussi à arrêter un terroriste à un poste de contrôle de la ville d’al-Karma alors qu'il tentait de s’y infiltrer. Plus loin vers le nord, un autre terroriste affilié à Daech a été arrêté dans le quartier de Sumar à l’est de la ville de Mossoul.

Lire aussi : À quoi riment les agissements US à al-Anbar?

Le déploiement massif des forces irakiennes s’effectue alors que les habitants de la banlieue Est de la province de Deir ez-Zor ont organisé pour la deuxième journée consécutive, des manifestations à grande échelle contre les actions des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis.

Drones syrien à la chasse des GI's!

Drones syrien à la chasse des GI's!

Les USA dissimulent de plus en plus le réseau de contrebande pétrolier par crainte des attaques au missile syro-Résistance.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, les manifestations ont été spécifiquement organisées contre le déploiement forcé de jeunes pour qu’ils se battent à côté des FDS. Les manifestants dénonçaient également les actes de sédition et l'enlèvement des jeunes de la région, appelant les FDS à les libérer.

Lire aussi : L’attaque sous fausse bannière contre l’ambassade US fait flop ; la Résistance paralyse le trafic d’armes US

Les habitants en banlieue de Deir ez-Zor déclarent que les agents de FDS ont forcé les fonctionnaires et les enseignants de la région à s'unir à eux, empêchant les enseignants de se présenter dans les salles de cours à l’école.

Les employés de la région se disent prêts à démissionner plutôt que de rejoindre les FDS.

Irak: la DCA russe contre les USA?

Irak: la DCA russe contre les USA?

Pour en finir avec les terroristes, l’Irak poursuit ses coopérations dans le domaine de la sécurité et du renseignement avec l’Iran, la Syrie et la Russie.

C’est dans ce contexte que l’OSDH a fait état jeudi dernier d’une attaque à l’obus de mortier lancée depuis la ville de Diban contre la base militaire américaine située sur le champ pétrolier d’al-Omar à Deir ez-Zor à l’est de la Syrie. Après l'attaque, les troupes américaines et les FDS se sont mises en état d’alerte.

Les forces américaines et leur allié FDS contrôlent la plupart des champs pétrolifères dans les provinces de Hassaké et de Deir ez-Zor. Fin 2019, le président américain Donald Trump a annoncé sa décision de retirer ses troupes de Syrie. Mais plus tard, sous la pression des membres de sa propre administration, il a maintenu près de 1000 soldats en Syrie pour garantir le contrôle américain des champs pétrolifères du nord-est de la Syrie.

Comme quoi, l’arrivée cette semaine, de convois américains de Syrie en Irak a coïncidé avec la décision de Trump de réduire les troupes américaines en Syrie de 3 000 à 2 500.

Aïn al-Asad: les USA préparent la fuit!

Aïn al-Asad: les USA préparent la fuit!

Alors que Washington tente de réactiver Daech en Irak, un commandant américain débarque à Aïn al-Asad.

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/23/641364/Irak-Syrie-Daech-infiltration

Dans IRAK

IRAK : LA DCA RUSSE CONTRE LES USA?

Par Le 22/12/2020

Et si la Russie traitait les USA en Irak au meme titre que Daech

Tuesday, 22 December 2020 7:25 PM  [ Last Update: Tuesday, 22 December 2020 7:25 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La chasse aux terroristes se poursuit en Irak. (Photo d'archives)

Il y a peu les agences de presse faisaient état du déploiement des unités de l'armée russe à Abou kamal /Qaem, point de passage stratégique et haut lieu de la Résistance, sur l'est de l'Euphrate et la frontière irakienne. 

Ce mardi  22 décembre, le conseiller à la sécurité nationale irakienne s’est entretenu avec l’ambassadeur de Syrie à Bagdad des voies permettant l’essor de leur coopération dans les domaines de la sécurité et du renseignement.
« Qassim al-Araji, conseiller à la sécurité nationale irakienne, et Satam Jadaan al-Dandah, ambassadeur de Syrie, se sont rencontrés lundi à Bagdad », a annoncé le bureau de M. Araji. Les deux hommes ont discuté des plus importants développements sécuritaires et politiques de la région, des coopérations et coordinations dans le sens de la sécurité des frontières communes syro-irakiennes, de la lutte contre le terrorisme, de l’échange de renseignements et de la poursuite des résidus de Daech.

Le responsable irakien a réitéré la volonté de son pays de préserver les acquis sécuritaires et empêcher des infiltrations  terroristes dans les deux pays : « L’Irak procédera à toutes les mesures nécessaires pour que la paix soit ďefintive en Irak et renforce la sécurité et la stabilité dans la région. »

L'ambassadeur syrien, Satam Jadaan al-Dandah (G) et le conseiller à la sécurité nationale irakienne, le 21 décembre 2020, à Bagdad. (Photo via rumaf.net)

Une vaste opération a été lancée, lundi 21 décembre, par les Hachd (Unités de mobilisation populaire) dans la province de Salaheddine où des résidus de Daech sont toujours actifs.
« Une méga opération de sécurité a été lancée ce lundi matin en collaboration avec les brigades 9, 22 et 88 des Hachd al-Chaabi, l’armée irakienne et les forces de l’opération de Salaheddine, celles de Kirkouk et de l’est de l’Euphrate. L’opération s’effectue avec l’aide de l’aviation et de l’artillerie », a annoncé le commandant de la brigade 88 des Hachd al-Chaabi. Son objectif est de chasser les résidus de Daech, nettoyer al-Aïs et Mutaibija et stabiliser les centres de sécurité, les postes de contrôle et les patrouilles pour ainsi assurer la sécurité de la route principale, l’ultime but étant le retour des déplacés à Salaheddine.

CentCom frappé en plein cœur ...

CentCom frappé en plein cœur ...

Riposte : spectaculaire défaite de la DCA américaine en Irak et en Syrie ; Mc Kenzie perd la bataille ...

Dans le même sens, le Commandement des opérations interarmées irakien fait état de la poursuite de l’échange de renseignements entre Bagdad, Téhéran, Damas et Moscou  dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.
 

1ères ventes d’armes iraniennes?

1ères ventes d’armes iraniennes?


Le porte-parole du Commandement des opérations interarmées irakien, Tahsin al-Khafaji, a confirmé une nouvelle lundi selon laquelle le comité quadripartite anti-terroriste, composé de l’Irak, l’Iran, la Syrie et la Russie poursuit ses travaux au sein du ministère irakien. 
Interrogé par Sputnik sur l'avenir du comité après la victoire de l'Irak sur Daech, le porte-parole de la diplomatie irakienne, Ahmad al-Sahaf, a expliqué que « le ministre des Affaires étrangères, Fouad Hussein, lors de sa récente visite à Moscou, a rendu hommage à la Russie pour son soutien de longue date à Bagdad ; ce soutien, la Russie continue de l’apporter au gouvernement irakien via le comité quadripartite et nous essayons de le maintenir ».

Le comité quadripartite anti-terroriste Irak-Syrie-Russie-Iran a été crée en 2015 avec l’objectif de fournir des renseignements aux forces irakiennes et syriennes pour repérer et viser les positions sensibles et importantes des terroristes actifs dans ces deux pays. Il a accompli, de la meilleure des manières, sa mission dans cette lutte.
L'activité de cette comité est d'autant plus important que selon des informations les USA ont repris le trafic des terroristes a destination de l'Irak et en provenance de Syrie et ce alors meme que les tensions anti US en Irak bat leur plein avec en toile de fond deux attaques visant les convois logistiques US qui servent souvent de paravent au trafic de terroristes . Mais l'implication russe pourraït avoir d'autres apects: « en envoyant l'USS Georgia dans les eaux du golfe Persique les USA ont très clairement menacé l'Iran et ses alliés et les Irakiens en font parie. Les patrouilles ces derniers jours des bombardiers B-52 US le long des frontières syro-irakiennes font partie de ces mêmes provocations. Or la Russie semble décidée à ne plus y rester indifférente. La DCA russe largement installée a Qamishli saurait bien prevenir l'Irak et la Résistance irakienne des agissements US », note un analyste.

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/22/641266/Irak-la-chasse-aux-terroristes-se-poursuit

 

Dans IRAK

IRAK : OFFENSIVE ANTI-US DE LA CHINE !

Par Le 17/12/2020

Après le pétrole, la Résistance exige le retour de la Chine dans les ports

Wednesday, 16 December 2020 6:54 PM  [ Last Update: Wednesday, 16 December 2020 6:54 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le port irakien d'Al-Faw en cours de construction dans le sud-est d'Irak. (Photo d'archives)

ll y a peu, les députés irakiens exigeaient l'ouverture d'enquêtes sur les attaques terroristes visant les investissements pétroliers chinois au sud de l'Irak à Bassora; investissements qui sont effectivement visés par les USA pour empêcher l'Irak, second producteur mondial du pétrole, d'échapper à l'emprise des pétroliers US.

Kamal al-Bayati, analyste irakien de renom, a averti que le gouvernement américain entravait la coopération de certains pays avec l'Irak pour le développement de la ville portuaire d’Al-Faw, dans le sud-est du pays.
Les sociétés chinoise et sud-coréenne se seraient retirées du partenariat pour le développement du port d’Al-Faw.
Les États-Unis veulent que les entreprises américaines prennent la tête des opérations de construction du port d’Al-Faw et pour ce faire, ils mettent des bâtons dans les roues des autres partenaires de l'Irak.

Les responsables irakiens ont déclaré que le financement du « Grand port Al-Faw » coûterait environ 3,36 milliards de dollars au gouvernement et aux investisseurs. Il aura la capacité de transiter  99 millions de tonnes de marchandises par an.

Le projet a été lancé en 2010, mais il a été freiné par des problèmes internes et des pénuries de liquidités en raison de la réduction des prix du pétrole.

Irak: 1er coup anti-US de Pékin!

Irak: 1er coup anti-US de Pékin!

En septembre, le Premier ministre irakien, Moustafa al-Kazimi, a déclaré qu'il y avait un « vrai problème » et que le projet d'Al-Faw a été « manipulé pendant 17 ans ».

« Nous travaillerons sérieusement pour que le projet soit achevé et nous ne permettrons à personne de violer notre droit de construire un port souverain », a-t-il réaffirmé.

Le chef de la coalition, État de droit, Nouri Al-Maliki, a appelé le gouvernement irakien à définir un « contrat transparent » qui ouvrirait la porte aux entreprises désireuses de soumettre leurs offres pour le projet.

Il a écrit mardi dans un tweet que « le Grand port Al-Faw est un projet stratégique, et le contrat pour sa mise en œuvre doit être exécuté par le gouvernement et le ministère concerné pour qu'il puisse permettre aux entreprises chinoises, coréennes ou autres de soumettre leurs offres d'investissement. Le but étant de contenir les remarques négatives sur telle ou telle entreprise.

Irak: la Chine attaquée!

Irak: la Chine attaquée!

Dix ans se sont écoulés depuis le lancement de la construction du Grand port d'Al-Faw et il est encore loin d'être achevé. Cependant, la volonté du gouvernement irakien de poursuivre le projet ne se faiblit pas en dépit des ingérences US. 

Faw se situe à quelques kilomètres du port stratégique iranien Imam Khomeini où la Chine est bien présente. Voir l'Irak s'engager dans une dynamique relationnelle gagnant-gagnant avec la Chine, dynamique qui s'adapte parfaitement aux objectifs anti-hégémoniques de la Résistance effraye tout bonnement les USA.

Syrie: Pékin s'engagera militairement?

Syrie: Pékin s'engagera militairement?

Plus l’Iran, l’Irak et la Syrie approfondissent leurs relations et coopérations, plus Washington et son allié israélien sont déçus et dépités de voir leurs complots visant à les diviser tomber à l’eau.

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/16/640844/Irak-Al-Faw-les-USA-entravent-le-projet

 

Dans IRAK

NUCLEAIRE IRAKIEN : LA RUSSIE DEBARQUE

Par Le 16/12/2020

Énergie: Bagdad envisage une coopération nucléaire avec la Russie

Wednesday, 16 December 2020 7:03 PM  [ Last Update: Wednesday, 16 December 2020 7:03 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Bagdad semble préférer conclure un contrat de coopération nucléaire plutôt avec la Russie qu'avec les pays occidentaux. (Photo d'illustration)

L’Irak envisage la conclusion d’un contrat avec la Russie pour la construction des réacteurs nucléaires afin de développer la production d’électricité.

Le Dr Kamal Hussein Latif, chef de la Commission irakienne du contrôle des sources radioactives, a annoncé, mercredi 16 décembre, qu’un consensus existait à Bagdad en ce qui concerne la nécessité pour le pays d’accéder à l’énergie nucléaire pacifique pour produire de l’électricité.

Lors d’un entretien avec l’agence de presse officielle irakienne, Kamal Hussein Latif a précisé que l’Irak pourrait envisager d’adopter la même politique que l’Égypte dans ce domaine.

Il a déclaré : « Les Égyptiens ont profité d’un prêt à intérêt réduit de la Russie pour faire construire leur réacteur en décidant de rembourser les Russes sur une période de 10 à 20 ans. Après cette période, le réacteur appartiendrait définitivement à l’Égypte. C’est une affaire gagnant-gagnant étant donné qu'un réacteur nucléaire a une durée de vie utile de plus de 60 ans. »

Poutine va armer l’Irak!

Poutine va armer l’Irak!

« Nous sommes prêts à équiper les forces armées irakiennes et fournir des armes et du matériel militaire à Bagdad », a souligné le chef de la diplomatie russe.

Auparavant, Kamal Hussein Latif avait déclaré à la presse que Bagdad étudiait la possibilité de la conclusion d’un tel contrat avec des pays comme la Russie, l’Argentine, la Corée du Sud, la France et les États-Unis.  

Il a souligné que la construction d’un réacteur nucléaire en Irak pourrait donner un élan aux activités de nombreux secteurs comme l’énergie, la médecine et l’agriculture, en faisant état de la possibilité d’investissement dans ces activités tant par le secteur public que le secteur privé.

https://www.jacques-tourtaux.com/blog/iran/si-les-usa-attaquent-l-iran-israel-sera-raye-de-la-carte.html

 

Dans IRAK

IRAK : L'ARME A SOUS-MUNITIONS DE RETOUR!

Par Le 15/12/2020

Usage de bombes US a uranium appauvri: les Irakiens portent plainte

Monday, 14 December 2020 5:02 PM  [ Last Update: Monday, 14 December 2020 6:04 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Explosion après un raid américain sur le ministère de l'Information à Bagdad, le 8 avril 2003. ©Reuters

Hatef al-Rekabi, conseiller de la Commission des relations étrangères du Parlement irakien, a annoncé son intention de porter plainte contre les États-Unis pour violation de la souveraineté irakienne et utilisation d'armes contenant de l'uranium.

Dans une interview accordée au site d'information al-Maalomah, il a déclaré qu’il intenterait une action en justice contre les États-Unis devant les tribunaux suédois et allemands, ce lundi 14 décembre, pour porter plainte contre leurs crimes majeurs en Irak, entre autres l'utilisation d'uranium dans ce pays.

Al-Rekabi a ajouté que le dépôt de plainte devant les tribunaux suédois et allemands garantirait l’ouverture d’une enquête contre les États-Unis.

Le responsable irakien a expliqué que le bilan de centaines d'Irakiens infectés en un mois seulement est une preuve claire des dommages causés à l'Irak par les forces d'occupation américaines.

Irak: Aïn al-Asad tombe déjà!

Irak: Aïn al-Asad tombe déjà!

Le commandant de la Force terrestre irakienne a rencontré des commandants des Hachd al-Chaabi à Aïn al-Asad.

Il a en outre appelé le ministère irakien de la Santé à clarifier les détails des pertes causées par les bombardements américains dans diverses régions d'Irak.

Lire aussi : 1re attaque au drone anti US ?

De nombreux rapports ont été publiés jusqu’à présent montrant l’utilisation d'occupants américains des centaines de tonnes de munitions à l'uranium appauvri durant les guerres de 1991 et 2003 en Irak. Des sources médicales informées considèrent cet incident comme la cause principale de la propagation du cancer et la naissance de bébés malformés en Irak.

Les États-Unis ont envahi l'Irak en 2003 avec leurs alliés sous prétexte de détruire les armes de destruction massive de Saddam. Ces armes n'ont jamais été retrouvées en Irak, mais selon les recherches menées par divers centres à l’Irak et à l’étranger, les États-Unis ont utilisé des armes contenant de l'uranium dans leurs attaques contre diverses régions de l'Irak. La société néerlandaise, Base Group, a rapporté il y a quelques années que le rayonnement des armements non conventionnels américains utilisés en Irak était plusieurs fois plus élevé que lors de l'explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl en Russie.

Lire aussi : Syrie: les USA avouent avoir utilisé des munitions à uranium appauvri

Selon le rapport, environ 60% des familles dans diverses villes irakiennes ont été contaminées par des polluants chimique et uranifère, ce qui est considéré comme un problème sanitaire majeur pour l'Irak.

Lire aussi : Irak: fin de partie pour les USA...

Irak: les troupes US frappées

Irak: les troupes US frappées

un convoi militaire de la coalition américaine en Irak a été la cible de l’explosion de plusieurs bombes.

En Irak, les malformations congénitales sont une incarnation visible de l’héritage toxique et durable de la guerre pour les générations futures et l’environnement. La page Facebook des malformations congénitales de l’hôpital de Falloujah (province d’Al-Anbar), où le personnel médical répertorie les cas, révèle la diversité et la quantité frappantes des anomalies congénitales. Les bébés de Falloujah naissent avec une hydrocéphalie, des fentes palatines, des tumeurs, des têtes allongées, des membres en surnombre, des membres courts et des oreilles, nez et épines malformés.

Les rapports de cas sont brefs et contiennent souvent des pronostics comme «incompatible avec la vie» ou «mort-né». L’histoire de la reproduction de la mère est parfois également incluse. Si la plupart de ces enfants ne survivent pas, certains vivent pendant des semaines, des mois ou des années, souvent dans la douleur et avec de graves handicaps.

Malgré des recherches épidémiologiques spécifiques pour déterminer les causes des malformations congénitales en Irak, il n’y en a pas qu’une. Des études conduites à Falloujah, qui a subi des dommages importants lors des attaques américaines entre 2004 et 2008, montrent un taux élevé de malformations congénitales (15% de toutes les naissances), des taux de cancer et de mortalité infantile plus élevés que prévu et un rapport anormal entre hommes et femmes chez les enfants de moins de cinq ans. En 2010, Chris Busby, un scientifique britannique qui étudie les effets des radiations sur la santé, a publié une étude qui a montré que le nombre de cancers infantiles à Falloujah avait été multiplié par 12 depuis les attentats de 2004.

L’uranium appauvri est l’un des contaminants les plus discutés en ce qui concerne les malformations congénitales. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié en 2003 un rapport intitulé «Impact potentiel du conflit sur la santé en Irak», qui suggérait que l’uranium appauvri pourrait être lié aux rapports faisant état d’une augmentation des cancers, des anomalies congénitales, des problèmes de santé reproductive et des maladies rénales dans la population irakienne depuis 2003.

Des activistes internationaux ont accusé le département américain de la Défense de négligence pour avoir utilisé en Irak une arme qui disperse des déchets toxiques là où les civils vivent, cultivent de la nourriture et puisent de l’eau.

Irak :

Irak :

"500 soldats sur 17 000?! vous plaisantez. On veut le départ de tous les militaires US"

Telle est la vraie image des États-Unis dont divers groupes politiques irakiens demandent le retrait le plus tôt possible d'Irak, sans manquer d'exiger du gouvernement d'Al-Kazemi qu'il remplisse ses engagements envers le peuple et les élus irakiens dans ce sens. La faction parlementaire Badr en Irak a déclaré que le Parlement prendrait une position ferme si Mustafa al-Kazemi ignorait le dossier d'expulsion des militaires américaines du pays.

Le chef de la faction parlementaire Badr, Hassan Shaker al-Kaabi a déclaré à al-Maalomah : « En Irak les forces de sécurité, l'armée et les Hachd al-Chaabi, sont capables de défendre leur terre, il n'est donc pas nécessaire que des forces étrangères soient présentes dans le pays. »

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/14/640718/Arme-a-l-uranium--l-Irak-porte-plainte-contre-les-USA

Dans IRAK

LES ETATS-UNIS REDUISENT LEUR PERSONNEL DIPLOMATIQUE EN IRAK

Par Le 03/12/2020

Les États-Unis réduisent leur personnel diplomatique en Irak

Les États-Unis réduisent leur personnel diplomatique en Irak

folder_openMoyen Orient access_timedepuis 5 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

L'ambassade des États-Unis à Bagdad a décidé de retirer une partie de son personnel «pour des raisons de sécurité», alors que les intérêts américains dans le pays ont été visés par une série d'attaques à la roquette ces derniers mois, ont annoncé à l'AFP des responsables irakiens.

«C'est un retrait mineur basé sur des craintes d'ordre sécuritaire de la part des Américains, ils devraient revenir, c'est simplement une mesure de précaution», a expliqué une source irakienne, s'exprimant anonymement.

«Ils nous en avaient informé et les principaux diplomates, dont l'ambassadeur, restent sur place. Il n'y a pas de rupture diplomatique», a ajouté cette source.

Selon un second responsable irakien, ce retrait partiel vise à «minimiser les risques», sans précision sur le nombre de diplomates Américains, sur les quelques centaines présents dans le pays, en partance.

Le département d'État américain s'est pour sa part refusé à tout commentaire, rappelant que la sécurité des représentants Américains, ainsi que de ses citoyens et installations «reste notre priorité majeure», tout en précisant que l'ambassadeur Matthew Tueller était toujours à Bagdad.

Alors que ses personnels et intérêts ont été la cible d'attaques à la roquette et de bombes sur les routes, Washington a pointé la responsabilité de groupes de la résistance irakienne, bombardant à deux reprises l'un d'entre eux, Kataeb Hezbollah.

Face à la récurrence des attaques, les États-Unis ont posé un ultimatum à Bagdad, menaçant de fermer sa représentation sur place, conduisant à une «trêve» mi-octobre et entraînant l'arrêt des attaques.

Tous s'attendent à plusieurs semaines difficiles avant la passation de pouvoir à la Maison Blanche, alors que Donald Trump a poursuivi une stratégie de «pression maximale» à l'égard de l'Iran qui a également concerné ses alliés dans l'Irak voisin.

Ils n'écartent pas la possibilité d'une action militaire de dernière minute de la part du président américain sortant contre des intérêts iraniens en Irak, alors que Donald Trump doit quitter le pouvoir le 20 janvier prochain au profit de Joe Biden, élu 46e président des États-Unis il y a un mois.

https://french.alahednews.com.lb/37796/304

Dans IRAK

LES USA FUIENT L'IRAK...

Par Le 03/12/2020

Panique à Aïn al-Asad: et si le désert d’Al-Anbar se transformait soudain en un "infini champ à missile"?

Thursday, 03 December 2020 10:43 AM  [ Last Update: Thursday, 03 December 2020 10:43 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La photo de l’intérieur de la base d’Aïn al-Asad, le soir du 8 janvier 2020, peu après la frappe balistique iranienne. (Twitter)

Sale temps pour l’axe US/Israël : à quelques encablures du premier anniversaire de l’attentat terroriste à l’aéroport de Bagdad lequel a coûté la vie au haut commandant en chef de l’axe de la Résistance, Ghassem Soleimani, les États-Unis d’Amérique occupés à apaiser la panique en Israël où armée, colons attendent d’un moment à l’autre la riposte de l’Iran à l’assassinat du savant atomiste Fakrizadeh, viennent de tirer une partie de leur « personnel diplomatique » dans le cadre de ce qu’ils qualifient, au risque de provoquer le rire de plus d’un au Moyen-Orient de « mesure de sécurité temporaire » !

Le message du CGRI à Israël?

Le message du CGRI à Israël ?

Les champs à missiles « souterrains » du CGRI se sont-ils déjà multipliés à travers le Moyen-Orient ?

Évidemment, personne n’est dupe, pas même le journal Politico qui rapporte l’information, son journaliste affirmant que la « riposte iranienne à l’assassinat de Fakhrizaden... alors que l’Iran s’apprête à commémorer le 1er anniversaire de l’assassinant de Soleimani le 4 janvier pourrait ne pas se limiter à Israël » car si d’aventure, les Américains s’y fourraient le nez « ce serait les troupes US qui devraient eux aussi en payer le prix » avec en toile de fond « de nouveaux cas de commotions cérébrales » à rapporter par le président Trump, alors même qu’il est sur le point de départ de la Maison-Blanche. 

" Patriot » activé à Aïn al-Asad, USA se retirent de Tajji : une frappe au missile de la Résistance, en vue ?

Patriot activé à Aïn al-Asad, USA se retirent de Tajji : une frappe au missile de la Résistance, en vue ?

Au QG USA-Israël, rapporte Politico, « l’US Army travaille à l’extension des coordinations avec l’armée israélienne », ce qui revient à dire que les généraux du CentCom, eux-mêmes terrifiés à l’idée d’avoir à vivre un autre « Ain al-Asad du 8 janvier 2020 » se démènent à rassurer leurs acolytes israéliens. Sauf que pour les Israéliens, la nouvelle d’un retrait des « diplomates US » d’Irak n’a rien de rassurant, l’absence du personnel civil US signifiant le refus de « contribuer militairement à contrer la riposte iranienne ». Interviewé par Al Jazeera, un porte-parole de Pompeo, dans le temps bien plus prolixe, s’est refusé à commenter les informations concernant cette fuite en masse des diplomates-agents de la CIA US basés depuis 16 ans dans un Irak où au lieu de l’ambassade ils tiennent et animent un complexe militaire planté dans la Zone verte, équipée de Patriot !

Aïn al-Asad vacille, les GI's visé

Aïn al-Asad vacille, les GI's visé

Al-Nujaba a diffusé une vidéo mettant en scène un hélicoptère US étant à portée de main de la Résistance irakienne.

Bref c’est bien parti pour les festivités de Noel des « boys » qui depuis le janvier 2020, sont engagés dans un jeu du chat et de la souris avec une Résistance irakienne réclamant le départ des forces d’occupation et la vengeance de la mort de son haut commandant Abou Mahdi Mohandes, tué en compagnie du général Soleimani. 

Lire plus: Pentagone : « l’armée irakienne est plus forte que Daech : elle n’a pas besoin de nous »

Al-Malouma affirme que depuis le 27 novembre, date de l’assassinat de Fakhrizadeh, les troupes US retranchées à Aïn al-Asad ont redoublé d’efforts pour fortifier la base qui a subi le 8 janvier 13 missiles balistiques de haute précision chacun ayant une mission bien précise : les premiers missiles ont coupé les fibres optiques chargées de connecter les sept drones de surveillance survolant la base avec leur base de commande. Les autres engins s’étant abattus un à un sur des carrés bien précis à l’intérieur de la base, un peu comme ce Qods-2 d’Ansarallah qui a même choisi le numéro du réservoir qu’il allait abattre, le 22 novembre quand il s’est dirigé vers le port stratégique de Djeddah.

Le message du CGRI à Israël?

Le message du CGRI à Israël ?

Les champs à missiles « souterrains » du CGRI se sont-ils déjà multipliés à travers le Moyen-Orient ?

Située à 130 kilomètres de la ville d’al-Qaïm, haut lieu de la Résistance irakienne, à la frontière irako-syrienne, la base d’Aïn al-Asad s’étend sur 50 kilomètres carrés. Les unités chargées de former les terroristes de Daech venus à bord des hélicoptères ou des convois militaires US en provenance de la Syrie ayant été, en attentat des évolutions à venir, amenés à mettre le frein sur leurs activités, les « boys » continuent à mettre du béton pour échapper aux éventuels missiles « iraniens » si par hasard « la riposte anti-Israël dérapait ». 

Selon Al-Malouma les forces américaines auraient apporté « des changements fondamentaux aux bâtiments de la base d’Aïn al-Asad et ce, à l’insu du gouvernement de Bagdad. “Ces changements concernent la piste d’atterrissage, des bâtiments de la base”. Mais si le gouvernement al-Kazémi n’a pas été mis au courant de ces changements, la Résistance irakienne, elle, en est bien consciente jusqu’aux moindres des détails vu que ses drones de surveillance et ses “agents” se baladent à l’intérieur d’Ain al-Asad très aisément.

À lire: Seconde vidéo tournée à l’intérieur de la base par la Résistance

Bref, le jour J+1 de la riposte anti-Israël de l’Iran, il se pourrait que les infinis déserts d’al-Anbar que l’Arabie saoudite tente depuis 16 ans de transformer en un émirat terroriste, devenir un vaste “champ à missile” : Un nombre impressionnant de tirs de missiles balistiques de haute précision, tactiques, et de courte portée, soit des missiles très précis, équipés d’une tête à caractère hautement explosif comme Qiam, Fateh-110 ou encore le Fateh 313 pourraient alors sortir des profondeurs de la terre d’al-Anbar pour faire d’Ain al-Asad ou de Harar au Kurdistan irakien, un tas de cendres. Ce jour-là, les avions US ne seraient pas de grand recours, car ce concept de champ à missile, inauguré en août par le CGRI, consiste à faire tirer des engins à partir des cartouches enterrés et faire l’économie du personnel et des lance-missiles. Pas besoin de base ni de positions fixes. Cela s’appelle le génie militaire asymétrique qui finira par mettre à la porte de l’Irak, les troupes d’occupation US. Le reste n’est que de la littérature... 

Patriot US : la surprise des Hachd?

Patriot US : la surprise des Hachd?

Irak : une attaque au drone simultanée contre Aïn al-Asad?

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/03/639900/Irak-Syrie-Etats-Unis-Transfert-Terroristes-A%C3%AFn-al-Asad

Dans IRAK

IRAK : LES USA FRAPPENT UNE RAFFINERIE CHINOISE

Par Le 29/11/2020

La raffinerie chinoise ciblée par des roquettes US

Sunday, 29 November 2020 7:17 PM  [ Last Update: Sunday, 29 November 2020 7:17 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Une raffinerie de pétrole chinoise frappée dans le nord de l'Irak. (Illustration)

Des sources d’information ont rapporté qu’au moins une roquette Katioucha avait frappé une raffinerie de pétrole chinoise dans la province irakienne de Salaheddine.

Des responsables irakiens ont déclaré à Reuters dimanche soir qu’une roquette avait frappé une petite raffinerie chinoise dans la province, provoquant un incendie et des dégâts mineurs.

Des photos et des vidéos sont également publiées sur les réseaux sociaux confirmant l’incendie de la raffinerie.

Irak: 1er coup anti-US de Pékin!

Irak : 1er coup anti-US de Pékin !

The Voice of Iraq a également signalé que la raffinerie ciblée était la raffinerie de Baiji. L’attaque à la roquette contre la raffinerie n’aurait fait aucune victime.

Aucun groupe ou individu n’a revendiqué cette attaque. Cependant, Sky News Arabiya, basée aux Émirats arabes unis, a prétendu qu’un certain nombre de terroristes de Daech avaient attaqué l’est de la province de Salaheddine.

Bagdad Today a également cité une source de sécurité qui a déclaré que la raffinerie brûlait toujours et que des forces de défense civile avaient été envoyées sur les lieux pour éteindre l’incendie.

« Les pompiers tentent toujours de contenir les incendies, qui ont éclaté après que la roquette a frappé un dépôt de stockage de carburant à l’intérieur de la raffinerie de Siniya », a ajouté la même source.

Irak: la Chine se pointe le bout du nez...

Irak : la Chine pointe le bout du nez...

Les membres du Parlement irakien appellent le Premier ministre à travailler dans le sens de l’accord Bagdad-Pékin.

Récemment, le gouvernement irakien est sous pression pour qu’il annule les contrats avec la Chine.

Lors de sa visite en Chine l’année dernière, l’ancien gouvernement irakien présidé par Adel Abdel Mahdi a signé un important mémorandum d’accord avec la Chine dans le domaine des projets économiques et des transports, etc. Environ un an plus tard, Mustafa al-Kazemi a effectué un voyage similaire aux États-Unis cet été, signant des accords économiques et commerciaux avec des responsables américains.

Certains partis politiques ont critiqué le gouvernement al-Kazemi pour avoir cédé aux pressions des États-Unis qui exigeaient de Bagdad qu'il annule les accords avec Pékin. Cependant, il a démenti les informations sur une annulation des contrats avec les Chinois.

Irak: le coup de maître Iran-Chine?

Irak: le coup de maître Iran-Chine?

Le parlement irakien appelle la diplomatie du pays de clarifier le sort de l’accord Irak-Chine.

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/29/639626/Irak-frappe-raffinerie-p%C3%A9trole-Katioucha

Dans IRAK

L’IRAK VEUT CONFIER A LA CHINE LE PROJET DU PORT FAW DANS LE GOUVERNORAT DE BASSORA, DANS LE SUD DU PAYS

Par Le 23/11/2020

Projet du port Faw : l’Irak s’approche de la Chine et repousse les USA

Monday, 23 November 2020 3:33 PM  [ Last Update: Monday, 23 November 2020 3:33 PM ]

Une plate-forme pétrolière flottante au large de la ville portuaire de Faw, au sud de l'Irak. ©AFP/Archives

Le ministère irakien des Affaires étrangères a adressé ce dimanche une lettre à l'ambassade chinoise à Bagdad appelant la Chine à mettre en œuvre le projet du port de Faw dans le gouvernorat de Bassora, dans le sud du pays. « Le ministère irakien des Affaires étrangères a joint une lettre envoyée par le représentant technique du ministère des Transports à l'ambassade de Chine en Irak pour s'informer de la position de la société chinoise souhaitant mettre en œuvre le projet Faw Grand Port », précise la lettre. Cette instance a ajouté dans sa lettre qu’elle serait reconnaissante envers l'ambassade de bien vouloir contacter les autorités chinoises compétentes à cette fin et de les informer. Cette lettre marque l’échec de deux ans d'efforts US censés écarter la Chine de l'Irak.

En effet, les géants pétroliers chinois China National Petroleum Corp. et CNOOC Ltd. envisagent d'acquérir la participation restante d'Exxon Mobil Corp. dans un champ pétrolier en Irak, qui pourrait rapporter au moins 500 millions de dollars, selon des personnes proches du dossier. Un accord marquerait la sortie d'Exxon du projet et un nouveau retrait d'Irak par les majors du pétrole mondial, suite au départ de Royal Dutch Shell Plc du champ géant de Majnoon il y a trois ans. Les conditions contractuelles difficiles, les retards de paiement et l’instabilité politique ont émoussé l’attrait de ce qui était autrefois le prix du pétrole à qualité étincelante du Moyen-Orient.

Irak: le coup de maître Iran-Chine?

Le parlement irakien appelle la diplomatie du pays de clarifier le sort de l’accord Irak-Chine.

« L’Irak ne s’est pas avéré aussi attrayant qu’on l’espérait il y a dix ans », a déclaré Richard Bronze, cofondateur du consultant Energy Aspects Ltd. « Les entreprises américaines et européennes ne recherchent pas ces grandes opportunités en amont - ce qui est une mauvaise nouvelle pour les nouveaux plans d'expansion de l'Irak. Les entreprises chinoises sont, en revanche, toujours intéressées. »

Lire plus : Pourquoi Washington s'oppose-t-il à l'accord Bagdad-Pékin ?

CNPC et CNOOC, tous deux appartenant à l'État chinois, envisagent un accord potentiel pour acheter la participation de 32,7% d'Exxon dans le champ irakien de West Qurna 1. Les risques géopolitiques en Irak pourraient apporter des incertitudes à tout accord potentiel, ont déclaré certaines sources bien informées. Le départ d’Exxon du terrain, où elle était autrefois l’acteur dominant et reste le principal contractant, jetterait un doute supplémentaire sur un projet majeur d’injection d’eau jugé essentiel pour accroître la capacité de production de l’Irak. La société américaine est en pourparlers sur le projet commun d'approvisionnement en eau de mer pour les champs pétrolifères du sud, qui a connu de multiples retards.

Alors que le gouvernement de Bagdad a fait d'énormes progrès dans la reconstruction de son industrie pétrolière meurtrie par la guerre au cours de la dernière décennie - doublant effectivement la production entre 2010 et 2015 malgré la guerre déclenchée par Daech et d'autres défis - il a été contraint à plusieurs reprises de repousser ses objectifs de production les plus élevés. Le pays pompait environ 4,8 millions de barils par jour en septembre dernier, juste avant une nouvelle série de coupures d'approvisionnement convenues avec les autres membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole. Il vise à atteindre 7 millions de barils par jour d'ici 2027, a déclaré le mois dernier le ministre du Pétrole Ihsan Abdul Jabbar. En 2010, Exxon a signé un accord avec la société d'État irakienne South Oil Co. pour réhabiliter et réaménager le champ pétrolifère de West Qurna. Trois ans plus tard, Exxon a réduit sa participation en vendant une participation à PetroChina, l’unité cotée de CNPC, et à PT Pertamina. Itochu Corp. a acquis la participation de 19,6% de Shell dans le domaine en 2018.

Irak: la Chine pointe le bout du nez...

Les membres du Parlement irakien appellent le Premier ministre à travailler dans le sens de l’accord Bagdad-Pékin.

L’Irak a attribué un contrat de développement du champ pétrolifère de West Qurna à Exxon et Shell en 2009. Le champ pétrolifère est l’un des plus importants au monde avec des réserves récupérables attendues de plus de 20 milliards de barils, selon le site web d’Itochu. Le site produit un peu moins de 500 000 barils par jour, a déclaré une source proche du dossier. L'année dernière, le personnel d'Exxon a quitté le terrain irakien après que les États-Unis ont retiré du personnel non essentiel de leur ambassade à Bagdad. Les États-Unis prévoient d'accélérer la réduction des troupes en Irak à 2 500, contre environ 3 000 actuellement, a annoncé mardi le secrétaire à la Défense par intérim Christopher Miller au Pentagone.

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/23/639193/Projet-du-port-Faw-la-Chine-s%E2%80%99impose-aux-USA

 

 

L’Irak veut confier à la Chine le projet du port Faw

 Depuis 4 heures  23 novembre 2020

 Irak - Monde arabe

 

Le ministère irakien des Affaires étrangères a adressé le dimanche 22 novembre une lettre à l’ambassade chinoise à Bagdad appelant la Chine à mettre en œuvre le projet du port de Faw dans le gouvernorat de Bassora, dans le sud du pays.

« Le ministère irakien des Affaires étrangères a joint une lettre envoyée par le représentant technique du ministère des Transports à l’ambassade de Chine en Irak pour s’informer de la position de la société chinoise souhaitant mettre en œuvre le projet Faw Grand Port», précise la lettre.Cette instance a ajouté dans sa lettre qu’elle serait reconnaissante envers l’ambassade de bien vouloir contacter les autorités chinoises compétentes à cette fin et de les informer.

Cette lettre marque l’échec de deux ans d’efforts US censés écarter la Chine de l’Irak.

En effet, les géants pétroliers chinois China National Petroleum Corp. et CNOOC Ltd. envisagent d’acquérir la participation restante d’Exxon Mobil Corp. dans un champ pétrolier en Irak, qui pourrait rapporter au moins 500 millions de dollars, selon des personnes proches du dossier.

Un accord marquerait la sortie d’Exxon du projet et un nouveau retrait d’Irak par les majors du pétrole mondial, suite au départ de Royal Dutch Shell Plc du champ géant de Majnoon il y a trois ans.

Les conditions contractuelles difficiles, les retards de paiement et l’instabilité politique ont émoussé l’attrait de ce qui était autrefois le prix du pétrole à qualité étincelante du Moyen-Orient.« L’Irak ne s’est pas avéré aussi attrayant qu’on l’espérait il y a dix ans», a déclaré Richard Bronze, cofondateur du consultant Energy Aspects Ltd.« Les entreprises américaines et européennes ne recherchent pas ces grandes opportunités en amont – ce qui est une mauvaise nouvelle pour les nouveaux plans d’expansion de l’Irak. Les entreprises chinoises sont, en revanche, toujours intéressées. »

CNPC et CNOOC, tous deux appartenant à l’État chinois, envisagent un accord potentiel pour acheter la participation de 32,7% d’Exxon dans le champ irakien de West Qurna 1.

Les risques géopolitiques en Irak pourraient apporter des incertitudes à tout accord potentiel, ont déclaré certaines sources bien informées. Le départ d’Exxon du terrain, où elle était autrefois l’acteur dominant et reste le principal contractant, jetterait un doute supplémentaire sur un projet majeur d’injection d’eau jugé essentiel pour accroître la capacité de production de l’Irak.

La société américaine est en pourparlers sur le projet commun d’approvisionnement en eau de mer pour les champs pétrolifères du sud, qui a connu de multiples retards.

Alors que le gouvernement de Bagdad a fait d’énormes progrès dans la reconstruction de son industrie pétrolière meurtrie par la guerre au cours de la dernière décennie – doublant effectivement la production entre 2010 et 2015 malgré la guerre déclenchée par Daech et d’autres défis – il a été contraint à plusieurs reprises de repousser ses objectifs de production les plus élevés.

Le pays pompait environ 4,8 millions de barils par jour en septembre dernier, juste avant une nouvelle série de coupures d’approvisionnement convenues avec les autres membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole.

Il vise à atteindre 7 millions de barils par jour d’ici 2027, a déclaré le mois dernier le ministre du Pétrole Ihsan Abdul Jabbar.

En 2010, Exxon a signé un accord avec la société d’État irakienne South Oil Co. pour réhabiliter et réaménager le champ pétrolifère de West Qurna. Trois ans plus tard, Exxon a réduit sa participation en vendant une participation à PetroChina, l’unité cotée de CNPC, et à PT Pertamina. Itochu Corp. a acquis la participation de 19,6% de Shell dans le domaine en 2018.

L’Irak a attribué un contrat de développement du champ pétrolifère de West Qurna à Exxon et Shell en 2009.

Le champ pétrolifère est l’un des plus importants au monde avec des réserves récupérables attendues de plus de 20 milliards de barils, selon le site web d’Itochu. Le site produit un peu moins de 500 000 barils par jour, a déclaré une source proche du dossier.L’année dernière, le personnel d’Exxon a quitté le terrain irakien après que les États-Unis ont retiré du personnel non essentiel de leur ambassade à Bagdad.

Les États-Unis prévoient d’accélérer la réduction des troupes en Irak à 2 500, contre environ 3 000 actuellement, a annoncé mardi le secrétaire à la Défense par intérim Christopher Miller au Pentagone.

Source: Press TV

https://french.almanar.com.lb/1939885

 

Dans IRAK

IRAK : LES FORCES IRAKIENNES NETTOIENT LES PORTES ORIENTALES DE BAGDAD DES TERRORISTES DE DAECH

Par Le 20/11/2020

Guerre contre Daech : les forces irakiennes nettoient les portes orientales de Bagdad

 Depuis 2 heures  20 novembre 2020

 Irak - Monde arabe

 

Ayant lancé des opérations sur les axes est et ouest de la province d’al-Anbar contre les cellules dormantes de Daech, les forces irakiennes tâchent à présent de nettoyer les portes orientales de Bagdad du joug des terroristes et assurer la sécurité de la capitale.

Après avoir reçu des informations détaillées à l’issue d’une opération de renseignement, les forces de l’armée irakienne et des combattants des Hachd al-Chaabi ont lancé de nouvelles opérations pour identifier les cellules dormantes du groupe terroriste Daech et ainsi assurer la sécurité de la région, a rapporté Mashregh News ce vendredi 20 novembre.

Les opérations se déroulent à al-Sarsar sur l’axe oriental de la province d’al-Anbar, dans une zone étendue entre le pont connu sous le nom de Général Hassan Abbas Toufan et les régions soupçonnées d’être menacées par les agissements de Daech.

Accompagné de combattants des Unités de mobilisation populaire des (al-Hachd al-Chaabi), un autre groupe conjoint des forces de sécurité et de l’armée irakienne ont mené des opérations visant à surveiller les mouvements des cellules dormantes de Daech dans une zone située entre al-Sarsar et l’île d’al-Karama, d’après les sources sur le terrain.

Les opérations de recherches minutieuses au cours desquelles les forces irakiennes fouillent chaque parcelle de terre à l’est de la province d’al-Anbar notamment les zones d’accès difficiles sont effectuées par l’appui des forces aériennes, des unités de renseignement et d’élite de l’armée irakienne, spécialiste du déminage.

Les zones menacées par la présence de Daech dans l’est de la province d’al-Anbar, concernent les portes orientales de la capitale Bagdad qui sont également liées à des régions stratégiques telles que Balad, al-Dajil et Samarra. L’insécurité dans ces régions représente une menace pour les villes de Falloujah, de Habbaniyah et de Ramadi.

Selon Mashregh News, la route stratégique Bagdad-Fallujah-Ramadi-Hit-Haditha-Qaim-AlbouKamal, passe par le sud de la zone où se déroulent les opérations des forces irakiennes, ce qui rend d’autant plus important l’axe est de la province d’al-Anbar.

Par ailleurs, les nouvelles provenant de l’ouest d’al-Anbar font état des opérations lancées par les Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi) et qui ont conduit à l’identification puis à l’anéantissement de trois bastions terroristes dans la région de Wadi al-Halkoum. Ainsi les tentatives des daechistes qui attendaient le moment propice pour lancer des attaques contre les forces irakiennes, ont fini par échouer.

Les opérations des Hachd al-Chaabi à Wadi al-Halkoum ont également conduit à bloquer les routes d’approvisionnement des terroristes de Daech. Ces derniers ont sauté sur l’occasion et se sont installés dans les régions de l’ouest de la province d’al-Anbar, notamment à Wadi al-Halkoum, pour se former à nouveau et se ravitailler loin des forces de sécurité irakienne.

Les opérations des forces irakiennes sur l’axe ouest de la province d’al-Anbar se poursuivront jusqu’à ce que les résultats escomptés soient atteints. En raison de leur proximité avec des frontières syriennes, les zones désertiques de la province d’al-Anbar s’étaient avérées favorables à la formation et l’entrainement des terroristes.

De leur côté, les troupes américaines déployées dans la province d’al-Anbar, principaux soutiens des éléments de Daech, s’efforcent de mettre en œuvre divers scénarios pour faire retirer les combattants des Hachd al-Chaabi et du Kataeb Hezbollah des frontières irako-syriennes et du point de passage Qaïm-AlbouKamal.

Hormis ses frontières avec la Syrie, la Jordanie et l’Arabie saoudite, al-Anbar se situe à l’ouest des provinces de Najaf et Karbala mais aussi au point de jonction de la route stratégique Téhéran-Méditerranée, ce qui suscite l’inquiétude des Américains.

Source: Avec Press Tv

https://french.almanar.com.lb/1937883

 

Dans IRAK

IRAK : LA FETE EST FINIE POUR L'AMERIQUE!

Par Le 18/11/2020

Fin de la trêve de la Résistance avec les Yankees; 7 premiers missiles rien que pour commencer !

Wednesday, 18 November 2020 2:02 PM  [ Last Update: Wednesday, 18 November 2020 2:21 PM ]

 30 

Plusieurs missiles ont été tirés vers la Zone verte de Bagdad où siègent les missions diplomatiques, le 17 novembre 2020. ©Akhbar Al-Aan

La fête est finie : quelques heures après que les forces US, en plein sabotage dans des régions du centre de l'Irak eurent arrêté trois membres de la Résistance irakienne, cette dernière a mis fin au cessez-le-feu, décidé il y a deux mois dans ses attaques contre un État américain terroriste qui ne veut guère lâcher prise. L'annonce spectacle d'un retrait US d'Irak et d'Afghanistan que le 4e secrétaire à la Défense de Trump, Miller a annoncé, ne semble donc pas avoir convaincu la Résistance irakienne qui s'en est pris à la base-ambassade US située dans la zone verte. 7 missiles ont été tirés dont 4 s'étant superbement abattus dans l'enceinte de l'ambassade, dans le centre de Bagdad. 

Ces explosions ont évidemment déclenché les sirènes d'alarme puis la DCA US que les Yankees avaient testée tout au long de l'été et à plusieurs reprises allant même jusqu'à y ajouter des batteries de Patriot ; cette fois il s'est agi des C-RAM mais aucun des sept missiles tirés soigneusement calibrés n'a été intercepté, un méga revers pour une puissance militaire de premier ordre dont les convois continuent à quitter précipitamment la Syrie pour venir échouer à Al-Anbar ou au Kurdistan irakien. 

Pour le reste, les médias altantistes ont compris le message : la trêve est finie et si les USA continuent à tuer le temps, ils se trouveront confrontés à une vague d'attaques croissante jusqu'à ce qu'ils comprennent que le vote du Parlement irakien est à respecter, que la Mésopotamie après tous les crimes qu'ils y ont commis n'est pas un lieu à maintenir leur présence. Des engins auraient été lancés depuis l'est de la capitale, selon des sources sécuritaires. Et la Résistance n'a pas tardé à revendiquer l'attaque.

Irak : la CIA attaquée...

Les forces américaines ne sont plus à l’abri des attaques de la Résistance irakienne.

Son site web Saberin a annoncé dans un communiqué de presse que six missiles avaient bien frappé l’ambassade américaine et ce en réponse de l'outrecuidance US à arrêter trois de ses membres, alors qu'ils participaient aux opérations anti-Daech à Falloujah aux côtés de l'armée irakienne. Le système de défense anti-missile C-RAM de l’ambassade américaine n’a pas pu intercepter les missiles, souligne le site qui ne manque pas de s'en féliciter. Le nom du groupe n'est d'ailleurs pas inconnu. il s'agit d'As'hab al-Kahf (Compagnons de la grotte) qui affirme qu'il n'hésiterait pas reproduire le coup si les forces d'occupation américaines continuent comme elles l'ont toujours fait à « soutenir d'une manière ou d'une autre les terroristes de Daech ».  

Au fait ce soutien, en dépit des prétentions de Miller et de son chef ne tarit pas : alors même que les Hachd al Chaabi poursuivent leurs opérations de nettoyage à Diyala, à Salaheddine, et à Al Anbar, non loin des frontières avec la Syrie, l'aviation américaine mène des vols de reconnaissance au-dessus d'al-Anbar, en soutien aux cellules isolées de Daech. Le centre de commandement des troupes US justifient ces manœuvres en ces termes : « Des hélicoptères de combat de l'armée américaine ont mené des opérations de prospection au-dessus de la province d'al-Anbar afin de connaître l'état de préparation de ses forces en cas d'urgence ». On peut être sûr que cette urgence ne concerne pas la lutte contre les terroristes daechistes que les Kurdes de FDS continuent à relâcher de la prison d'Al Hol à Hassaké avant de les envoyer forcer les dispositifs des gardes-frontières irakiennes. Au fait, tout indique que les USA se préparent à un face-à-face à Ain al-Asad dans l'ouest d'Al Anbar, « puisque les opérations des forces armées irakiennes sont amples, fulgurantes, privant les Américains de toute initiative ». 

Irak : le Pentagone lâche prise...?

Les États-Unis prévoient de réduire la présence de troupes en Irak.

Le Pentagone a annoncé mardi que Trump réduirait les forces américaines en Afghanistan de 4 500 à 2 500 d'ici le 15 janvier, cinq jours seulement avant la fin de son mandat, et les forces américaines en Irak de 500. Comparé aux 10 000 à 17 000 GI's que l'Amérique tient en Irak, ce chiffre frôle le ridicule. Ce mercredi, divers groupes de la Résistance dont le mouvement d'al Nujaba ont exigé un retrait « complet » à défaut de quoi les attaques gagneraient en intensité et en nombre.

Lire aussi : Syrie/Irak/Afghanistan : les attaques simultanées contre les bases US 

Cette semaine, le ministre irakien de la Défense et ses commandants en chef aérien et naval ont été en visite à Téhéran et les parties ont évoqué la « présence des forces armées iraniennes » au sein des forces de lutte contre Daech. Evidemment il ne s'agit pas d'un mariage de la carpe et du lapin mais un lapin qui supprime la carpe : « le commandant en chef de l'Armée de l'air irakien a été reçu par son homologue iranien et ont parlé de la protection du ciel irakien. l'Irak a besoin d'armes iraniennes pour protéger son espace aérien des infiltrations de l'aviation israélienne entre autres. 

Source des photos : Twitter

Embargo : l'Iran démocratisera ses missiles

Ce qui fait peur aux États-Unis, c’est que l’Iran va démocratiser ses armements...

Les commandants des forces aériennes de l'Iran et de l'Irak ont ​​aussi pesé les plans lors d'une réunion à Téhéran pour des opérations conjointes, une première, dans la bataille contre les terroristes Takfiri et d'autres sources de menace pour la sécurité des deux nations. Le commandant de l'armée de l'air iranienne, le général de brigade Aziz Nasirzadeh et son homologue irakien, le Lt. général Shahab Jahid Ali Al Shakarachi ont abordé surtout des moyens de coopération opérationnelle dans la lutte contre les terroristes takfiri et “d'autres forces” qui menacent la sécurité durable en Iran et en Irak. L'Iran est prêt à équiper et entretenir la flotte de combat aérienne, les hélicoptères irakiens dans la lutte contre Daech et ce, en lieu et place des Américains et de l'OTAN. L'arsenal balistique et la DCA iranienne ont eux aussi de quoi satisfaire les besoins militaires de l'Irak, membre actif de l'axe de la Résistance. Bref l'expansionnisme US en Irak est dans l'impasse, le ciel irakien s'apprête à s'affranchir de l'Occupant. 

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/18/638845/Irak-tir-de-missiles-sur-l%E2%80%99ambassade-US

 

Dans IRAK

MISSILES FRANCAIS EN IRAK!

Par Le 14/11/2020

«Le ciel irakien n’est pas la chasse gardée US/OTAN»

Friday, 13 November 2020 10:59 AM  [ Last Update: Friday, 13 November 2020 10:59 AM ]

Des soldats américains en Irak. (Photo d'archives)

La Résistance irakienne a dénoncé la violation de l’espace aérien de l’Irak par les États-Unis. 

Mahmoud al-Rabii, membre du bureau politique d’Assaïb Ahl al-Haq, a condamné la violation de l’espace aérien de l’Irak par les avions américains. 

« Les Américains exploitent officieusement l’espace aérien de l’Irak pour déstabiliser ce pays ainsi que d’autres pays de la région », a déclaré Mahmoud al-Rabii, ajoutant que de tels cas de violation se produisaient en raison de l’inaction du gouvernement irakien. « Le silence observé par le gouvernement irakien envers la violation de l’espace aérien de l’Irak est étrange », a-t-il souligné. 

Irak: les USA se préparent à la guerre?

Un nouveau convoi militaire américain vient d’arriver à la base d’Aïn al-Assad, en Irak.

Selon le membre d’Assaïb Ahl al-Haq, « la violation de la souveraineté de l’Irak par les militaires américains est totalement inacceptable ». Auparavant, Mohammed al-Baldawi, député du bloc parlementaire de Sadeqoun, a déclaré qu’il fallait mettre un terme aux cas de violations américaines. Par ailleurs, le ministre irakien de la Défense a annoncé que le pays entendait acheter à la France des avions de chasse Rafale et des missiles à longue portée. 

Lire aussi: Irak : les voix s’élèvent contre l’infiltration saoudienne

Juma Anad, ministre irakien de la Défense, a déclaré, lors d’un enregistrement vidéo, paru sur le site web officiel du ministère, que sa récente visite en France était destinée à acheter des avions Rafale et des missiles à longue portée. « Il existe une volonté pour signer un accord permettant l’achat des avions de quatrième génération de Rafale, des missiles à longue portée et des canons sophistiqués », a-t-il ajouté.

Syrie-Irak: clash USA/Résistance

Opération simultanée de la Résistance contre les agents US en Syrie et en Irak

Le ministre a également mis en exergue la décision de l’Irak de diversifier ses armements. « La décision de Bagdad d’acheter des armes à la France sera examinée au conseil de ministres », a-t-il indiqué. 

Le Premier ministre irakien, Mustafa al-Kadhimi, s’est récemment rendu en France, où il a rencontré le président Emmanuel Macron, en tête d’une délégation de haut rang et dans le cadre d’une tournée européenne. 

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/13/638509/Irak-Etats-Unis-Otan-France-Rafale-violation-espace-Resistance

 

Dans IRAK

IRAK : LES USA SE PREPARENT A LA GUERRE?

Par Le 12/11/2020

Un convoi militaire US arrive à Aïn al-Assad

Wednesday, 11 November 2020 6:01 PM  [ Last Update: Wednesday, 11 November 2020 6:01 PM ]

La base aérienne d'Aïn al-Assad en Irak. (Photo d'archives)

Un nouveau convoi militaire américain vient d’arriver à la base d’Aïn al-Assad, en Irak. 

Une source concordante irakienne a confié à l’agence de presse al-Maalomah qu’un convoi militaire, composé d’une centaine de véhicules blindés et des ambulances, était arrivé à la base aérienne d’Aïn al-Assad, dans la province irakienne d’al-Anbar. « Personne ne connaît encore la raison de l’arrivée de ce convoi », a-t-elle ajouté. 

Lire aussi: Des centaines d’officiers US débarquent à Aïn al-Asad

« D’importants dispositifs de sécurité ont été rétablis sur la base d’Aïn al-Assad et des installations sécuritaires ont été récemment ajoutées à un certain nombre des bâtiments de la base », a déclaré la source irakienne, ajoutant que les commandants américains avaient qualifié ces mesures de « précaution ». 

Iran: 60 000 GI's..... et la mort!

"La riposte militaire de l’Iran à l’assassinat de son commandant est prodigieuse. Elle a prouvé que la plus puissance armée du monde est comme une souris face aux missiles"(Brown)

Selon la même source, « les drones américains ne cessent de survoler la base alors qu’un autre convoi de 200 véhicules militaires y est arrivé le 4 novembre ». 

Des sociétés de sécurité américaines assument la responsabilité du transfert des équipements militaires à Aïn al-Assad et les soldats se déplacent par avion pour s’installer sur cette base aérienne ainsi que dans d’autres endroits où sont présentes les forces américaines.  

Les soldats américains ont déjà évacué des bases militaires réparties dans la province d’al-Anbar. 

Lire aussi: "Le Pentagone veut sauver Trump par une guerre... la Résistance anticipe"

Des sources sécuritaires et politiques concordantes avaient auparavant mis en garde contre de nouveaux plans des États-Unis pour Aïn al-Assad, après le déploiement du système de défense antiaérienne Patriot et le développement de son aérodrome. 

Début septembre, les Américains ont installé les batteries de Patriot dans les quatre coins d’Aïn al-Assad. Selon une source bien informée depuis la province d’al-Anbar, les tirs d’essai des batteries ont été déjà effectués et le système anti-missile est installé sur un géant dôme de fer qui dégage une importante quantité d’ondes électroniques autour de la base. 

Aïn al-Asad:

La base aérienne d’Aïn al-Assad se situe à 160 kilomètres à l’ouest de Bagdad, dans la province d’al-Anbar. Il s’agit jusqu'ici de la plus grande base occupée par les forces américaines. Une partie d’Aïn al-Assad abrite également des forces irakiennes. 

En janvier 2020, le Corps des gardiens de la Révolution islamique a tiré des dizaines de missiles balistiques en direction de la base d’Aïn al-Assad afin de venger le sang du général de corps d’armée Qassem Soleimani, assassiné quelques jours auparavant, par les Américains. 

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/11/638404/Irak-Etats-Unis-Ain-al-Assad-base-militaire-convoi-CGRI

 

Dans IRAK

DES CENTAINES DE MANIFESTANTS IRAKIENS EXIGENT LE DEPART DES TROUPES AMERICAINES

Par Le 07/11/2020

 

Irak: des centaines de manifestants réclament le départ des troupes américaines

 
manif_irak_antius-jpg1
Rédaction du site

Plusieurs centaines de manifestants ont conspué samedi 7 novembre les Etats-Unis devant la Zone verte de Bagdad, où se trouve leur ambassade, exigeant l’expulsion des troupes de Washington, dont le retrait est réclamé par le Parlement et d’importantes factions du Hachd al-Chaabi, la coalition qui combat Daech avec l’aide de conseillers iraniens.

manif_irak_antius-jpg2« L’Amérique dehors, Bagdad libre! », « Partez ou on vous sort avec nos roquettes », ont notamment scandé les protestataires, mobilisés par Rabaa Allah, la dernière-née des factions armées en Irak, et la plus puissante, selon l’AFP. Des bannières du Hachd al-Chaabi ont été brandies durant le rassemblement.

Les appels à manifester évoquaient « l’occupant américain » à « bouter hors d’Irak », dix mois après qu’une manifestation anti-américaine a tourné à l’émeute, les pro-Iran encerclant la chancellerie et saccageant l’une de ses entrées.

Après l’assassinat en janvier 2020 dans un raid américain le numéro deux du Hachd al-Chaabi, Abou Mahdi al-Mohandes, au côté du général iranien des Gardiens de la révolution Qassem Soleimani, le Parlement irakien a voté à la majorité en faveur du retrait des forces étrangères présentes sur leur sol dont le militaires américains.

L’ex-Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi a envoyé deux messages réclamant la même chose au Conseil de sécurité et au commandement de la coalition internationale.

Mais les Américains refusent de le faire au motif que certains protagonistes irakiens, dont les Kurdes, n’ont pas voté en faveur de leur retrait.

Le cabinet actuel de Moustafa al-Kazimi, nommé en mai, plaide pour donner « trois ans » aux Américains pour quitter le territoire.

manif_irak_antiusDepuis plusieurs factions militaires irakiennes ont juré de lancer des opérations de résistance contre les troupes américaines. En un an, il y a eu près de 90 attaques, selon l’AFP, notamment à la roquette contre l’ambassade américaine, des bases irakiennes abritant des soldats américains et des convois logistiques de sous-traitants irakiens travaillant pour l’armée américaine.

A la mi-octobre toutefois, elles ont cessé, les factions irakiennes indiquant qu’elles n’attaqueraient plus l’ambassade à condition que Washington annonce le retrait de ses troupes d’ici la fin de l’année.

Selon l’AFP, l’Irak est suspendu aux résultats de l’élection présidentielle américaine, alors que l’administration de Donald Trump a déjà menacé Bagdad de rappeler ses diplomates et ses soldats si les tirs de roquettes ne cessaient pas.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/1924199

 

Dans IRAK

LE HEZBOLLAH IRAKIEN MENACE LES USA D'UNE GRANDE CONFRONTATION AVEC DE NOUVELLES ARMES

Par Le 06/11/2020

 

Irak : Kataeb Hezbollah menace les USA d’une grande confrontation avec de nouvelles armes

 
kataeb_hezbollah
Rédaction du site

Le groupe de la Résistance irakienne Kataeb Hezbollah, a menacé d’une grande confrontation contre les Américains, avec de nouveaux armements, au cas où ils ne respectaient pas le délai de sortie de leurs forces d’Irak.

« La trêve conditionnelle qui a été présentée au gouvernement irakien et aux forces étrangères doit être prise au sérieux, car la résistance a fixé des conditions et des limites, après quoi il y aura une confrontation», a déclaré le mercredi 5 novembre le porte-parole du Kataëb Hezbollah, Mohammed Mohi, dans un communiqué.
Il a expliqué que « cette étape serait peut être plus féroce et puissante, et de nouveaux types d’armes y seront utilisés », notant que « les Américains n’appréciront peut-être pas ces capacités, mais ils devraient comprendre que la résistance irakienne est capable de les affronter et de renverser leurs plans ».

M. Mohi a souligné que « le gouvernement doit prêter attention à la souveraineté de l’Irak et contrôler sa terre et son ciel, sinon il tombera dans la catégorie de ceux accusés de collusion avec les Américains ».

Mercredi, une source de sécurité a révélé qu’environ 200 véhicules américains étaient arrivés à la base aérienne d’Aïn al-Asad, à l’ouest d’al-Anbar en Irak.
« L’arrivée du convoi a coïncidé avec les mesures de précaution imposées par les forces américaines sur la base », ajoute la source, citee par le site web irakien al-Maaloumah.
Notant que les véhicules sont destinés au transport des forces américaines dans les régions occidentales de l’Irak.

« La semaine dernière, des mesures draconiennes de sécurité ont été prises pour assurer la sécurité de l’arrivée d’un deuxième convoi comportant des blocs et des murs en béton », a-t-on appris d’une source de sécurité irakienne.

Suite au retrait de plusieurs de leurs bases dans la province d’al-Anbar, les forces américaines ont lancé une opération sans précédent pour fortifier les sites qu’elles ont construits, et ce, malgré le déploiement du système de défense Patriot à Aïn al-Asad.

Depuis l’assassinat le 3 janvier 2020, dans un raid américain près de l’aéroport de Bagdad d’Abou Mahdi al-Mohandes, le numéro deux du Hachd al-Chaabi, coalition de factions militaires qui a combattu Daech avec l’aide de conseillers iraniens, au côté du chef de l’unité al-Qods des gardiens de la révolution iranien, le général Qassem Soleimani, le Parlement irakien a voté à la majorité une résolution réclamant le retrait de toutes les forces étrangères. Par la suite, l’ex-Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi a envoyé deux messages dans ce sens au Conseil de sécurité des Nations unies et à la Coalition internationale.
Mais les Etats-Unis refusent d’obtempérer, opérant des redéploiements de certaines bases et concentrant leurs forces dans les plus importantes d’entre elles dont celle de Aïn al-Asad. Cette dernière avait fait l’objet de tirs de missiles iraniens en représailles au double assassinat. Mais pour les Iraniens, la riposte à l’assassinat du général Soleimani n’est pas accomplie.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/1922461

Dans IRAK

LA GRANDE-BRETAGNE CONVOITE LE CIEL IRAKIEN

Par Le 01/11/2020

Chassé du sol, Londres convoite le ciel

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Irak: les chasseurs britanniques volent quotidiennement dans le ciel irakien. ©RT

Après avoir subi des échecs cuisants face à l’axe de la Résistance sur le sol irakien, la Grande-Bretagne a essayé en vain de prendre le contrôle du ciel irakien, le mouvement irakien d’al-Nujaba a insisté sur la lutte contre les tentatives britanniques de maintenir le contrôle de l’espace aérien du pays.

Le secrétaire général adjoint du mouvement al-Nujaba, Nasr al-Chammari, s’est opposé aux efforts visant à prolonger le contrat de la société britannique de services de navigation « Serco » en Irak.

Al-Chammari a écrit dans un tweet : « Nous nous opposerons constamment aux efforts visant à prolonger le contrat de la société privée Serco qui contrôle l’espace aérien irakien. »

« En Irak, il y a du personnel national formé, qualifié et prêt à l’emploi, et nous n’avons pas besoin d’étrangers pour contrôler l’espace aérien du pays », a affirmé le responsable d’al-Nujaba.

« La question du renouvellement du contrat signifie, affirme al-Chammari, la légitimité de l’occupation britannique à long terme, et c’est ce que nous ne le permettrons jamais ».

La société britannique Serco a pour mission de donner de vastes services dans le domaine sécuritaire, militaire, du transport, de la logistique, de la gestion des centres de détention, des prisons et des écoles et en même temps des contrats en tant qu’opérateurs dans plusieurs métros et aéroports à travers le monde.

Un certain nombre d’experts irakiens du contrôle du trafic aérien ont écrit, il y a deux mois, une lettre ouverte au ministre du Transport, l’appelant à mettre fin à la domination de la compagnie britannique sur l’espace aérien, soulignant que le prolongement du contrat mentionné imposerait des frais gigantesques à l’économie du pays continuerait d’opérer au prix coûtant, mais que le pays lui-même disposait d’une force capable de fournir des services de navigation.

L’espace aérien irakien est sous le contrôle de Serco depuis 2011 et date à laquelle il a signé un contrat de 15 ans avec l’Irak.

Selon un autre rapport, un porte-parole de la Coalition irakienne Fath au sein du Parlement irakien a déclaré que les attaques des avions de combat américains contre l’espace aérien irakien s’étaient multipliées à l’insu des forces irakiennes.

« C’est une question très dangereuse et nous mettons en garde contre la violation continue de l’espace aérien du pays par les avions de chasse américains au mépris de l’opposition des Irakiens en la matière », a-t-il ajouté.

Le parlementaire irakien a en outre souligné :

« Nous avons vérifié les informations selon lesquelles des avions de combat américains ont survolé l’espace aérien irakien sans le feu vert ni même la notification des principaux commandants de sécurité du pays ».

Selon Al-Fatlawi, « c’est une violation de la souveraineté territoriale irakienne et c’est ce qui semble inquiétant, d’autant plus que les Américains auraient l’intention d’attaquer des bases militaires irakiennes ou de cibler des individus.

Auparavant, les experts en sécurité irakiens avaient mis en garde contre la possibilité de frappes des chasseurs des forces aériennes des États-Unis contre le quartier général des Hachd al-Chaabi, en Irak.

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/01/637707/Irak---Sa-Majest%C3%A9-convoite-le-ciel-T2

 

Dans IRAK

L'ARMEE DE L'AIR IRAKIENNE ATTAQUEE. DEUX PILOTES TUES.

Par Le 31/10/2020

Un avion irakien s’écrase, deux pilotes tués

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un avion irakien s’écrase, deux pilotes tués. (Photo d’illustration)

Des sources médiatiques ont rapporté ce samedi 31 octobre qu’un avion militaire de l’armée de l’air irakienne s’était écrasé, pendant un vol d’entraînement. Les deux pilotes de l’avion ont été tués lors de l’incident.

Il s’agit d’un Cessna-172, avion militaire qui se serait écrasé au sol, dans la province de Salaheddin suite à un défaut technique, d’après le site web Aviation Safety, citant des médias irakiens. Les deux pilotes de l’avion ont été tués dans ce crash.

L’armée irakienne est en possession des Cessna-172 et Cessna-208, avion monomoteur fabriqué aux États-Unis tout comme les F-16. L’armée de l’air irakienne est également équipée des avions de combat F-16 de fabrication américaine.

Lire aussi : Risques de « captures d’agents US » en Irak, les USA paniquent...

Le ministère irakien de la Défense a récemment annoncé la livraison de nouveaux avions de combat américains dans le pays. Le ministère a déclaré dans un communiqué qu’il avait acheté six nouveaux avions de combat F-16 aux États-Unis dans le cadre d’un contrat militaire. Le ministère irakien de la Défense avait déjà acheté des avions de combat à la République tchèque et aux États-Unis à plusieurs reprises pendant le conflit du pays avec le groupe terroriste Daech.

Dans IRAK

IRAK : LE RUSSE LUKOIL DEBARQUE...

Par Le 24/10/2020

 

La percée pétrolière russe dans le Sud irakien à l'aide des Hachd!

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Champ pétrolifère West Qurna-2 dans le sud d’Irak. ©Reuters

L’entreprise russe Lukoil prévoit une augmentation de la production pétrolière en Irak.

« Le deuxième producteur russe, Lukoil, est impatient d’augmenter sa production de pétrole en Irak une fois que les réductions de production du groupe OPEP+ prendront fin », a déclaré Egor Zubarev, directeur général de Lukoil Mid-East.

La production actuelle de pétrole brut de l'Irak est plafonnée à environ 3,6 millions de barils par jour dans le cadre du pacte OPEP+, mais le pays doit procéder à des réductions supplémentaires plus importantes d'ici la fin de l'année pour compenser le non-respect de l'accord au cours des mois précédents.

En raison de l'accord OPEP+, l'Irak a appelé les compagnies pétrolières internationales travaillant sur ses grands champs pétrolifères à réduire la production de pétrole brut. Exxon, BP et Lukoil sont parmi les plus grands producteurs étrangers en Irak, et tous ont été invités à réduire leur production.

Pourtant, l'Irak n'a pas réussi à se conformer pleinement aux coupes, tandis que la chute des prix du pétrole a fortement limité son budget, les ventes de pétrole étant la principale source de revenus du gouvernement.

Pour en savoir plus : Riyad, mandaté pour faire plier Poutine à Idlib ?

« En raison du manque de fonds, certains projets ont été retardés », a rapporté le site de Bloomberg citant le ministre irakien du Pétrole, Ihsan Abdul Jabbar, lors d'une conférence en ligne le 20 octobre.

Lukoil, qui exploite le grand champ pétrolifère West Qurna-2 en Irak, prévoit d'augmenter sa production dans ce qui est une région clé pour la société russe.

En 2019, West Qurna-2 produisait 400 000 b/j et Lukoil a commencé à forer de nouveaux puits de production dans le cadre de la deuxième phase de développement du champ pétrolifère. L'objectif de la société russe était de porter la production de West Qurna-2 à 480 000 b/j cette année.

À lire : Pétrole : la Chine largue Riyad et se rallie à la Russie

Cependant, en raison de la pandémie et de la chute des prix du pétrole, qui ont entraîné de nouvelles réductions de production de l'OPEP+, Lukoil a réduit la production du champ pétrolifère West Qurna-2 à 280 000 b/j, selon Egor Zubarev de Lukoil.

« La situation actuelle nous oblige, ainsi que nos partenaires, à revoir nos plans pour voir comment ils correspondent aux besoins de l'époque », a-t-il déclaré à Bloomberg dans un e-mail. Et de poursuivre : « Lukoil prévoit de déposer prochainement des propositions aux autorités irakiennes pour développer une zone distincte dans le sud de l’Irak, connue sous le nom de bloc 10. »

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/23/637037/Irak-Lukoil-prevoit-d-augmenter-la-production-

 

 

Dans IRAK

IRAK : L'IRAN SANCTIONNE L'AMBASSADEUR US

Par Le 23/10/2020

Irak : les USA sanctionnent avant d'être sanctionnés

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Cette photo à titre d'illustration de Getty Images montre l'ambassade US à Bagdad, une base militaire déguisée avec quelques 3.000 effectifs, tous des agents et des lobbyistes.

L’Iran a sanctionné l'ambassadeur américain en Irak, impliqué dans l'assassinat du général Soleimani et en riposte à la décision US de placer sur la liste des sanctionnés l'ambassadeur iranien en poste à Bagdad. 

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a déclaré que Matthew Toller, l'ambassadeur des États-Unis en Irak, a toujours eu un rôle clé dans l’organisation des actes terroristes en Irak, dans la région et était impliqué dans l'assassinat criminel du général Soleimani ainsi que dans le durcissement de sanctions contre le peuple iranien.

Le porte-parole de la Diplomatie iranienne a écrit sur Twitter: « L’ambassadeur des États-Unis en poste à Bagdad a joué un rôle central dans l’assassinat du haut commandant de la Force de Qods, de même que dans le durcissement des embargos anti-iraniens. »

 «Aujourd'hui, l'Iran a sanctionné le plus haut diplomate US en Irak et deux autres hommes politiques de l’administration américaine impliqués dans ces actes terroristes. Les crimes visant la nation iranienne ne resteront jamais impunis », a affirmé le haut diplomate du ministère des Affaires étrangères.

Cette mesure prise par l'Iran est une riposte à la récente décision des États-Unis d’inscrire le nom de l’ambassadeur de la RII en Irak sur la liste des figures politiques sanctionnées par l’administration Trump. À propos des sanctions qui le touche, l'ambassadeur de la République islamique d'Iran en Irak a souligné : « Je suis très heureux d'entendre cette nouvelle ».

« Le régime terroriste et criminel des États-Unis m'a de nouveau mis sur sa liste de sanctions pénales avec 80 millions d'Iraniens et a privé mon peuple, ses milliers d'enfants et de malades, de médicaments et de nourriture en pleine forte pandémie de Covid-19 », a renchéri Iraj Masjedi.

Cet acte des États-Unis m'a rendu plus déterminé que jamais à suivre ma mission consistant à la concrétisation des objectifs sacrés de la République islamique d'Iran et du peuple de mon pays, selon le haut diplomate iranien.

Lire : L'Iran essaie ses chasseurs sous l'œil vigilant des radars à longue portée

Il a par ailleurs précisé que le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) et la Force de Qods étaient une fierté pour tous ceux épris de liberté ainsi que pour ceux qui combattant les ennemis par amour de Dieu. « Il va de soi que l'axe de la résistance islamique, avec le soutien implacable de la République islamique, poursuivra la voie de la liberté et de la lutte acharnée contre les États-Unis et l'usurpateur israélien, et obtiendra sa victoire divine », selon Masjedi.

Le département du Trésor américain a imposé des sanctions à l'ambassadeur iranien en Irak ainsi qu'à deux hauts responsables du Hezbollah libanais.

Dans une déclaration jeudi, le département américain du Trésor a annoncé que la Maison-Blanche avait imposé des sanctions à l'ambassadeur iranien à Bagdad Iraj Masjedi, et à deux autres hauts responsables du Hezbollah libanais. La déclaration prétend que Masjedi, un proche conseiller de l'ancien commandant du CGRI, le lieutenant général Qassem Soleimani, avait joué un rôle déterminant dans la politique irakienne des forces Qods du CGRI.

Le ministère américain a également prétendu dans un communiqué séparé que les États-Unis avaient imposé des sanctions à deux membres du Conseil central du Hezbollah libanais.

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/23/637050/Irak%C2%A0--l-Iran-sanctionne-l-ambassadeur%C2%A0-US

 

Dans IRAK

L'IRAK RENONCE A UN CONTRAT GAZIER AVEC LA TURQUIE AU PROFIT DU GROUPE GAZIER RUSSE GAZPROM

Par Le 16/10/2020

L’Irak renonce à un contrat avec la Turquie au profit du russe Gazprom

 
 Depuis 11 minutes  16 octobre 2020
L'Allemagne, principale bénéficiaire du gazoduc russe, y voit une source stable d'approvisionnement en énergie.
 

Le groupe gazier russe Gazprom pourrait prochainement obtenir jusqu’à 51% du projet d’exploitation du champ de gaz irakien Mansuriya après la rupture par Bagdad d’un contrat avec le groupe dirigé par Türkiye Petrolleri Anonim Ortakligi, relatent les médias.

Les autorités irakiennes ont rompu un contrat avec un groupe mené par la société publique turque Türkiye Petrolleri Anonim Ortakligi (TPAO) qui portait sur l’exploitation du champ gazier Mansuriya, a annoncé le ministre irakien du Pétrole, Ihsan Abdul Jabbar, sans expliquer les raisons de la rupture du contrat.

Fin 2019, son prédécesseur au poste de ministre du Pétrole, Thamer al-Ghadban, avait indiqué que le groupe russe GazpromNeft, filiale de Gazprom, pourraient se voir confier jusqu’à 51% du projet d’exploitation du champ Mansuriya, selon les médias.

M.el-Ghadban avait alors précisé que la part finale de GazpromNeft dépendrait de sa décision d’entrer dans le projet au sein d’un consortium ou tout seul.

Selon GazpromNeft Razvitie, les autorités irakiennes devraient s’exprimer sur leur choix d’ici la fin de 2020.
Champ gazier Mansuriya

Le champ de gaz irakien Mansuriya est situé à la frontière avec l’Iran. Ses réserves sont évaluées à 130 milliards de mètres cubes. La réalisation du contrat précédent, signé en 2010, a été interrompue par TPAO en 2014 pour des raisons de sécurité sur fond de combats contre Daech*.

À présent, l’Irak compte trouver un partenaire qui offrira les meilleures solutions techniques pour l’exploitation de Mansuriya. Les autorités du pays pourraient choisir entre les sociétés déjà présentes dans la région comme ExxonMobil, Shell, BP, Eni, Total, CNOOC, CNPC, Korea Gas Corp (KOGAS), Inpex ou Itochu. D’ailleurs, des analystes estiment que les opérateurs européens ne manifesteront pas d’intérêt pour ce projet en raison de risques militaires et politiques, note le journal russe Kommersant.

GazpromNeft en Irak

Le groupe GazpromNeft est déjà présent en Irak où il exploite le gisement pétrolier de Badra, dans l’est du pays.

Aux termes de l’accord signé en 2010, sa part s’élève à 30% du projet, alors que le coréen KOGAS détient 22,5%, le malaisien Petronas 15% et le turc TPAO 7,5%, tandis que le gouvernement irakien en possède 25%.

Le contrat court sur 20 ans et pourra être prolongé de cinq ans, selon un communiqué de GazpromNeft.

Source: Sputnik

http://french.almanar.com.lb/1902397

 

Dans IRAK

IRAK : LES COMMANDOS DES HACHD AL CHAABI DEBARQUENT A KIRKOUK

Par Le 12/10/2020

Irak : les forces spéciales des Hachd al-Chaabi se déploient à Kirkouk

 
 

Un membre des Hachd al-Chaabi porte à l'épaule un lance-roquettes. ©Reuters/Archives

Les brigades Al-Ataba al-Alawiya, composante des Hachd al-Chaabi, ont envoyé des forces ce lundi 12 octobre dans le nord de l’Irak.

En Irak, des unités « missions spéciales » des Hachd al-Chaabi se sont déployées dans la province de Kirkouk afin de combattre les résidus de Daech. Sur l’ordre des commandants des Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi), le régiment des missions spéciales a été envoyé à la province de Kirkouk, afin de combattre les résidus du groupe terroriste Daech et détruire ses ressources financières, a écrit le site d’information Shafaq.

Lire aussi : Frappes de la Résistance : on ne veut d'aucun face-à-face avec l'Iran (McKenzie)

Les forces de ce régiment se sont déployées dans les positions névralgiques et vitales et vont bientôt débuter leur mission consistant à soutenir les forces sécuritaires du pays en vue de renforcer la sécurité et la stabilité à Kirkouk, ajoute le communiqué.

Sept personnes ont été tuées ou blessées à la suite des agissements des éléments de Daech la semaine dernière à Huwaija dans la province de Kirkouk au nord de l’Irak.

L’information tombe alors que le gouvernement central de Bagdad, avec Mustafa al-Kazemi comme Premier ministre, et la région autonome du Kurdistan irakien, ont convenu vendredi dernier un accord au sujet du district de Sinjar dans la province de Ninive dans le Nord-Ouest irakien, pas loin des frontières de la Syrie. L’accord prévoit que les forces kurdes connues sous le nom des Peshmergas se chargent d'assurer la sécurité de Sinjar conjointement avec les forces de la police irakienne.

Bagdad ayant annoncé que « ledit accord contribuait à la lutte contre les groupes terroristes, dont le PKK », différents groupes irakiens dénoncent « un accord qui vise à faire sortir les Hachd al-Chaabi de cette zone frontalière ». Or, les Hachd al-Chaabi, épaulées par d’autres composantes des forces armées irakiennes, ont largement contribué ces dernières années à la libération de cette région de l’occupation des terroristes de Daech. Ces trois dernières années, les Hachd al-Chaabi ont mené des opérations consécutives de surveillance frontalière visant à empêcher la circulation de terroristes en provenance de Syrie vers l’Irak.

L’accord Bagdad-Erbil s’est répercuté négativement auprès de différents groupes et partis politiques irakiens. Un membre de la commission « sécurité et défense » du Parlement irakien et membre de l’Alliance Fath, Mahdi Amerdli, a déclaré au site d’information Baghdad Today que le récent accord conclu entre le gouvernement fédéral et la région autonome du Kurdistan ferait empirer la situation sécuritaire à Sinjar :

« La nouvelle sur l’accord Bagdad-Erbil nous a surpris… Les habitants de Sinjar, les représentants de Ninive et la population locale yézidie sont contre cet accord. Cet accord n’aboutira à l’instauration de la sécurité dans cette région, tant que les habitants locaux seront contre l’arrivée des Peshmergas. Il n’est pas raisonnable que les forces des Hachd al-Chaabi, qui ont joué un rôle important dans la libération de ce district [Sinjar] soient expulsées et remplacées par d’autres forces qui ont préféré s’enfuir dès l'arrivée de Daech à Sinjar. L’accord que le gouvernement a signé n’a rien à voir avec le Parlement. Nous sommes d’avis que cet accord est un prélude à l’application de l’article 140 de la Constitution irakienne sur les zones controversées, en échange de concessions accordées aux Kurdes. »

De même, le secrétaire général du groupe Asaïb Ahl al-Haq, Qais al-Khazali, a mis en garde lui aussi contre les conséquences de cet accord qu’il a qualifié de « compliment politique et récompense électorale aux dépens des Yézidies, ceux-là mêmes qui ont tant souffert auparavant, et qui, avec ce nouvel accord, risquent de voir leurs problèmes augmenter encore plus ».

Le secrétaire général d’Asaïb Ahl al-Haq a appelé tous les groupes irakiens à briser leur silence et à prendre une position adéquate envers cette « question névralgique et très importante ».

Le récent accord Bagdad-Erbil a également provoqué les critiques des Turkmènes d’Irak. « Cela m’étonne que les habitants de Sinjar n’aient pas été pris en compte dans les négociations établies entre le gouvernement central et l’autorité autonome du Kurdistan », a affirmé le chef du Front turkmène irakien, Arshad Salehi, cité par l’agence de presse irakienne Al-Ahed News.

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/12/636234/irak-accord-bagdad-erbil-sinjar-forces-haschd-kirkuk


 

Dans IRAK

IRAK : LE "CALME" AVANT LA TEMPETE !

Par Le 12/10/2020

Résistance irakienne : Trêve "conditionnelle" avant d'envoyer les "boys" en cercueil chez eux ....

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les différents groupes de Résistance irakiens fixent une date butoir pour le retrait des forces US d'Irak, le 11 octobre 2020. ©ANA

A peine quelques heures après l'annonce d'un cessez-le-feu dans les attaques visant les convois militaires US en Irak, attaques qui a balayé d'un revers de main le mythe d'invincibilité US en Irak et partant au Moyen Orient, une "mini attaque" a eu lieu dimanche contre un convoi logistique US laquelle n'a fait ni dégât ni perte, histoire de rappeler aux Américains que la trêve "conditionnelle" que vient d’annoncer l'alliance de tous les groupes de la Résistance irakienne ne tient qu'une file et qu'au moindre agissement perfide US,  ce ne sera plus des "attaques sporadiques" mais "une vraie guerre". La trêve que les Américains quémandent depuis deux semaines en envoyant des émissaires européens frapper à la porte de la Résistance, celle-ci la refusait energiquement avant que les forces irakiennes ne s'emmêlent. C'est pr esprit patriotique et respect pour l'Irak et les médiateurs irakiens, que le cessez-le-feu a eu lieu. Les USA cesseront-ils leurs agissements? bien sûr que non mais cette trêve servira de temps de préparation avant l'ultime face-à-face ....  

Dans un communiqué publié hier, samedi 10 octobre, les groupes de la Résistance ont indiqué qu’afin de faire prévaloir les efforts positifs de certaines personnalités nationales et politiques visant à fixer une date butoir pour la mise en œuvre de la décision de la nation, du parlement et du gouvernement irakiens, l’axe de la Résistance donnerait une nouvelle opportunité aux troupes américaines pour se retirer du pays.

En revanche, le communiqué a mis en garde les Américains contre les conséquences de toute tentative  ou atermoiement qui ignoreraient la réclamation du peuple irakien. Et d’avertir à cet égard : « Si la demande du peuple n'est pas satisfaite, ils [les groupes de la Résistance] seront obligés de recourir à l’option militaire mais aussi à toutes les possibilités quantitatives et qualitatives leur permettant de confronter les forces d’occupation étrangères. »

Irak: le CentCom s'essouffle…

Irak: le CentCom s'essouffle…

Face aux frappes de la Résistance, les Américains renoncent à toute confrontation 

Ayant revendiqué les attaques contre les troupes américaines en Irak, les groupes de Résistance ont ajouté dans le même communiqué que certains d’entre eux avaient d’ores et déjà franchi les premières étapes de la mise en vigueur du plan du retrait des occupants étrangers du pays pour refouler les agresseurs dans le cadre d’un projet prévu à long terme, tout en rappelant qu’ils sont passés à l’acte  contre les forces d’occupation dirigée par les Etats-Unis, après que Washington a ignoré la décision du parlement irakien exigeant le retrait des troupes américaines du pays.

« Les forces d’occupation américaines se sont retrouvées incapables de faire face aux attaques de la Résistance, elles ont donc recouru à la guerre de nerfs  pour induire en erreur l'opinion publique irakienne, en menaçant que la fermeture de l’ambassade américaine à Bagdad pourrait entraîner des conséquences politiques et économiques pour les Irakiens », peut-on lire dans le communiqué de la Résistance.

Irak: le coup de maître Iran-Chine?

Irak: le coup de maître Iran-Chine?

Le parlement irakien appelle la diplomatie du pays de clarifier le sort de l’accord Irak-Chine.

« Les occupants américains sont convaincus, a affirmé la Résistance, qu'ils ne peuvent plus protéger leurs troupes, même sur leurs bases militaires équipés des armements les plus sophistiqués et de dernière crie. C’est pourquoi, ils se sont mis à envoyer des médiateurs dans l’espoir de mettre fin aux opérations de la Résistance, même pour une courte période. »

Le 4 janvier 2019, le Parlement irakien a voté lors d'une session extraordinaire en présence de l'ancien Premier ministre, Adel Abdol Mahdi, l'expulsion des troupes étrangères du pays. Ceci étant, les forces américaines sont toujours sur le sol irakien sous le faux prétexte de contrecarrer la menace de Daech.

Les sources américaines ont annoncé que Washington avait déployé 5 200 soldats sur le sol irakien. Le président américain, Donald Trump, a annoncé lors d'une conférence de presse en septembre dernier que son pays réduirait le nombre de soldats américains déployés en Irak à 2 000 dans un court délai.

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/11/636114/Ultimatum-des-Hachd-%C3%A0-US-Army


 

Dans IRAK

LE HEZBOLLAH IRAKIEN : LES AMERICAINS DOIVENT PARTIR DE GRE OU DE FORCE

Par Le 10/10/2020

"Soit les troupes américaines quittent l’Irak de leur plein gré, soit elles seront expulsées" (Hezbollah)

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le retrait des troupes américaines d'Irak. ©Reuters(Illustration)

Tout en expliquant les objectifs US de rester en Irak, le porte-parole des Brigades du Hezbollah irakien a déclaré : « Soit les troupes américaines quittent l’Irak de leur plein gré, soit elles seront expulsées. »

Selon le site d’information Al-Masirah, le porte-parole des Brigades irakiennes du Hezbollah, Muhammad Mohi, a déclaré que « les Américains doivent quitter l’Irak, et s’ils ne le font pas, ils repartiront en "position horizontale"(les pieds devant). »

Il a souligné que la Résistance deviendrait plus forte si les États-Unis s'obstinent à ne pas vouloir quitter l’Irak.

Irak: la méga capitulation US!

Irak: la méga capitulation US!

La 3ème attaque anti-US à la bombe en deux semaines 

« La Résistance ne compte pas sur l’actuel Premier ministre Mustafa al-Kadhimi, qui n’est pas en droit de priver le peuple irakien de ses droits et de maintenir les forces américaines en Irak ; les États-Unis sont pour nous un ennemi terroriste qui tente en vain de dissoudre les Hachd al-Chaabi », a-t-il ajouté.

« Le Parlement irakien a approuvé le retrait des troupes américaines d'Irak et les forces irakiennes sont en mesure de mettre fin à toute menace », a déclaré Mohammed Mohi, ajoutant qu'en restant en Irak, l'Amérique veut assurer la sécurité de l'ennemi israélien, mettre en œuvre « le Deal du siècle » et couper la route entre l'Iran, la Syrie et le Liban.

Ce membre des Brigades du Hezbollah a souligné que la cause des crises dans la région est l'arrogance américaine et sa tentative de dominer le monde, soulignant que l'Amérique doit comprendre qu'elle doit respecter la volonté de l'Irak et qu'elle ne pourra en aucune manière s'y installer.

Irak : un convoi militaire US attaqué!

Irak : un convoi militaire US attaqué!

« L'Amérique vit dans un grand dilemme en Irak après l'escalade des opérations de résistance et s'emploie à réduire la pression sur elle ; de nombreux messages ont été envoyés qui incluent un plaidoyer américain pour arrêter les frappes contre ses forces, au moins pendant la période des élections américaines », a-t-il ajouté.

Mohi a souligné que « le peuple irakien a le droit de résister à la présence américaine occupante, et nous connaissons les objectifs et la nature de cette présence », notant que certains responsables d’État irakiens travaillent à mettre en œuvre l'agenda américain comme s'ils étaient des employés de l'ambassade américaine.

« Les États-Unis sont incapables de faire face à la volonté du peuple. Ils ont déjà testé la force de la Résistance irakienne en 2003, et aujourd’hui cette Résistance a beaucoup plus de capacités et d’expérience de combat. »

« Nous insistons pour que les forces américaines se retirent d'Irak et aujourd'hui nous appelons le Parlement irakien à activer sa décision, et c'est alors que l'Amérique verra que des millions d'Irakiens y feront face », ajoutant: « L'Amérique nous connaît bien, connaît nos capacités et notre détermination, et nous poursuivons notre décision d'expulser l'ennemi américain d'Irak », a fait remarquer le porte-parole du Hezbollah irakien.

Irak: la CIA saigne grave

Irak: la CIA saigne grave

Que se passe-t-il en Irak? frappes anti-US quotidiennes, les artères logistiques coupées, les bases US sur les frontières menacées... la CIA mise échec et mat

Dans ce droit fil, les groupes de résistance irakiens ont publié un communiqué annonçant l'arrêt des opérations militaires contre les forces américaines et étrangères en Irak pour leur permettre de quitter le pays.

« Afin de respecter les bons efforts de certaines personnalités nationales et politiques pour établir un calendrier clair et précis pour la mise en œuvre de la décision du peuple, du Parlement et du gouvernement irakiens de retirer les forces étrangères d'Irak, nous donnons à ces forces une opportunité conditionnelle », indique le communiqué.

Le communiqué a mis en garde les Américains contre les conséquences de toute tromperie, procrastination ou retard dans l’exécution de la demande du peuple irakien et a déclaré : « Si cette demande du peuple irakien n’est pas réalisée, nous serons contraints d’entrer dans la phase avancée de combat et d’utiliser les possibilités quantitatives et qualitatives de la Résistance contre les forces étrangères. »

« Les occupants américains se trouvent dans une position où ils ne peuvent pas protéger leurs troupes, même dans des bases équipées des derniers systèmes de défense aérienne, ils ont donc commencé à envoyer des médiateurs pour arrêter l’opération de la Résistance, même pour une courte période », a précisé le texte.

Les bataillons Asaeb Ahl al-Haqq, Ansar Allah al-Awfiya, Jund al-Imam, al-Nujaba, les Brigades Sayyid al-Shuhada, le bataillon Imam Ali, Saraya Ashura et al-Khorasani font partie des groupes de «résistance irakienne».

Les Hachd frappés, frappent!

Les Hachd frappés, frappent!

Fin de la logique " tir et oublie" : la Résistance irakienne répond désormais à chaque frappe Us par une contre-frappe.

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/10/636069/Irak-retrait-US-troupes-am%C3%A9ricaines-R%C3%A9sistance-Hezbollah-irakien-


 

Dans IRAK

LE HEZBOLLAH IRAKIEN APPELLE TRUMP A RETIRER SES TROUPES D'IRAK

Par Le 03/10/2020

La libération de la Palestine mobilisera l'Irak

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des combattants du Kataeb Hezbollah portent des drapeau de ce groupe à côté d'un portrait du général de corps d'armée Qassem Soleimani. (Archives)

Le Hezbollah irakien appelle Donald Trump à retirer ses troupes d’Irak. Lors d’une interview exclusive avec la chaîne de télévision Al-Mayadeen, le porte-parole du Kataeb Hezbollah, Jaafar al-Hosseini, a déclaré que le président américain devait mettre fin à ses sottises en retirant ses militaires d’Irak.

« Maintenant, les Irakiens savent bel et bien que la présence des Américains dans leur pays représente un très grand danger. Ce qui s’est récemment passé à Erbil ainsi que les événements qui se sont produits à Bagdad et dans d’autres régions, témoignent de l’emprise de la Résistance sur toutes les régions irakiennes où sont présents les Américains », a ajouté al-Hosseini. 

Irak: les USA ont perdu le pétrole!

Irak: les USA ont perdu le pétrole!

En cas de durcissement de sanctions américaines contre l’Irak le Hezbollah bloquerait le transport de pétrole depuis le golfe Persique.

« Après l’assassinat de deux de ses hauts commandants à savoir le général Qassem Soleimani et Abou Mahdi al-Mohandes, la Résistance s’est engagée à expulser les Américains de toute la région de l’Asie de l’Ouest », a-t-il indiqué.

Jaafar al-Hosseini a souligné que les groupes de résistance dont et surtout le Kataeb Hezbollah, porteraient des coups durs aux États-Unis en Irak : « Trump doit cesser ses sottises, il faut qu’il en retire ses soldats. Nous ne revendiquons pas les opérations qui sont lancées ces jours-ci en Irak, mais nous parlons des opérations que mènent différents groupes de résistance. »

Le porte-parole du Kataeb Hezbollah souligne que les Américains sont bien conscients du fait que les capacités de la Résistance irakienne se sont considérablement élargies dans de nombreux domaines : « Alors que l’axe de la Résistance est composé des nations, l’axe adverse est composé de régimes. »

Irak: la guerre contre Aïn al-Asad!

Irak: la guerre contre Aïn al-Asad!

Pourquoi la Résistance irakienne attaque régulièrement les convois militaires américains?

En Irak, aucune normalisation n’est prévue avec Israël

Quant à la cause palestinienne, Jaafar al-Hosseini a déclaré que le Kataeb Hezbollah resterait engagé à la libération entière des terres palestiniennes, rappelant que le régime occupant sioniste n’avait aucune place en Palestine qui était un territoire arabe et qui abritait des lieux saints du culte musulman.

« Le peuple, les dirigeants et les sources religieuses d'Irak réclament unanimement la libération entière des territoires palestiniens », a-t-il poursuivi. 

Lire plus: Le Hezbollah d'Irak conditionne toute reprise avec l'Arabie

Le porte-parole du Hezbollah irakien a souligné qu’aucun plan de normalisation avec Israël n’avait été envisagé par Bagdad : « Pour les Irakiens, la libération de Qods passe par Karbala et c’est ce que les Américains savent aussi. » 

«Palestiniens, prenez des armes!»

«Palestiniens, prenez des armes!»

Condamnant « le plan de paix de Trump » connu sous le nom du « Deal du siècle », les brigades du Hezbollah irakien ont déclaré que la seule façon de contrer le plan imposé était la résistance armée.

Al-Hosseini a réaffirmé que l’Irak faisait partie intégrante de l’axe de la Résistance qui luttait contre le régime occupant israélien : « Ce régime a tenté d’affaiblir la Résistance, il a créé des problèmes à l’intérieur de l’Irak pour ainsi détourner l’attention du peuple de sa lutte. »

Le porte-parole du Hezbollah irakien a indiqué que l’axe de la Résistance était beaucoup plus puissant que l’ennemi ne l’imaginait : « Les frappes israéliennes contre l’Irak ne mèneront à rien, car la Résistance est trop puissante pour se laisser influencer par des drones. »

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/03/635536/Le-Hezbollah-irakien-lance-un-avertissement-aux-USA


 

Dans IRAK

L’ATTAQUE D’AL-REDWANIYAT A TUE 2 FEMMES ET 3 ENFANTS. LES USA LANCENT DES ATTAQUES SOUS FAUSSE BANNIERE AFIN D’EN ACCUSER LA RESISTANCE IRAKIENNE

Par Le 03/10/2020

Attaque meurtrière d’al-Redwaniyat : pour affronter la résistance irakienne, les USA lancent les opérations false flag

 Depuis 6 heures  3 octobre 2020

attaque_redwaniyat

attaque_redwaniyat

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Depuis l’attaque meurtrière d’al-Redwaniyat qui a coûté la vie à deux femmes et trois enfants le lundi 28 septembre, il semble que la confrontation entre les Etats-Unis la résistance irakienne a pris une nouvelle tournure, plus pernicieuse et plus dangereuse.
Pour faire face à ces factions qui refusent ouvertement la présence militaire américaine sur leur sol, Washington semble opter, entre autre, pour des attaques sous fausse bannière, afin de les leur imputer et justifier leur répression. D’après ce dont ces factions sont persuadées.

Pour les Kataeb Hezbollah d’Irak, l’une des factions irakiennes qui affichent le plus d’animosité à l’encontre de la présence militaire américaine dans son pays « cette opération criminelle porte les empreintes des services des renseignements américains ».
Cette faction qui fait partie du Hachd al-Chaabi qui a combattu Daech avec l’aide de conseillers iraniens a assuré détenir des éléments scientifiques qui le confirment. Elle a révélé la formation d’un comité conjoint entre le Hachd al-Chaabi et le ministère de l’intérieur pour enquêter sur l’attaque.

Dans la nuit de lundi 28 septembre à mardi, une roquette s’était abattue sur une maison situé à proximité de l’aéroport et tué 3 enfants et deux femmes, selon l’armée irakienne.
Cette dernière a accusé « des clans criminels et des groupuscules hors-la-loi de perpétrer des actions féroces et de commettre des crimes à l’égard des citoyens ».
Alors qu’un groupuscule encore inconnu a revendiqué l’attaque « pour sortir l’occupant américain » d’Irak.

Un autre poids lourd de la résistance irakienne, le secrétaire général du mouvement al-Noujaba, Akram al-Kaabi est aussi d’avis que ce sont les Etats-Unis qui sont derrière cette attaque mais voudraient néanmoins imputer à la résistance irakienne pour la discréditer aux yeux de la population irakienne et justifier leur répression.
« Il est clair que les Américains ont ordonné à leurs collaborateurs parmi les groupuscules qu’ils ont formés et équipés de bombarder les maisons autour de l’ambassade » a assuré M. Kaabi.
Et de souligner que « les factions n’ont pas encore pris la décision de s’en prendre à l’ambassade pour la simple raison qu’elle se trouve au milieu de sièges gouvernementaux et de quartiers résidentiels ».
« Quoique l’ambassade américaine est une base militaire énorme », a-t-il fait remarquer.

L’ex-Premier ministre Nouri al-Maliki et chef de la Coalition de l’Etat de droit a lui aussi estimé que l’acte contre al-Redwaniyat est « la confirmation que les ennemis de l’Irak poursuivent leurs actes de sabotage contre son pays ».

Cette attaque suspecte est intervenue au moment où les Etats-Unis multipliaient leur mise en garde qu’ils allaient fermer leur ambassade à Bagdad, pour protester contre les opérations de résistance, réalisées principalement contre les convois logistiques de l’armée américaine. Mêmes ceux confiés à des sociétés irakiennes sous-traitantes. L’AFP faisant état qu’elle en a recensé une quarantaine.

Ces opérations se sont multipliées depuis que le Parlement irakien a voté à la majorité le retrait des forces étrangères, après l’assassinat dans un raid américain du dirigeant du Hachd al-Chaabi Abou Mahdi al-Mohandes, au côté du chef de la force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique en Iran le général Qassem Soleimani, le mois de janvier dernier.

Auparavant, les drones américains bombardaient régulièrement les positions et les sièges des différentes factions du Hachd al-Chaabi dans les provinces d’Al-Anbar et de Salaheddine. L’attaque américaine la plus meurtrière avait eu lieu fin décembre 2019 dans la région d’al-Qaem, frontalière avec la Syrie et au cours de laquelle des dizaines de combattants des Kataeb Hezbollah d’Irak étaient tombés en martyrs ou blessés.

Il était clair que les Américains n’allaient pas permettre à ces factions soutenues par l’Iran de contrôler les zones frontalières avec la Syrie. Comme il est clair aujourd’hui, selon de nombreux observateurs que les Américains n’allaient pas non plus fermer leur ambassade aussi facilement.

« Washington perpètre des actions dangereuses sur le sol irakien qu’il faut à tout prix stopper », a affirmé Kazem al-Haj, le chercheur dans le Centre al-Hadaf pour les études stratégiques, en commentant l’attaque meurtrière d’al-Redwaniyat.

Interrogé par la télévision libanaise d’information al-Mayadeen Tv, il a souligné que « lorsque les forces américaines veulent en finir avec un chef du Hachd al-Chaabi ou un officier de l’armée irakienne, elles lui imputent une attaque fabriquée ».

Selon lui, l’occupation américaine voudrait que l’Irak consente entièrement que la sécurité ne peut être établie sans la présence américaine.
Assurant que Washington voudrait que les Irakiens soit leurs pions dans la confrontation contre l’Iran, ce qui ne peut être admis par les Irakiens, M. Al-Haj a prévenu que « la prochaine phase est celle des prix que l’Irak aura à payer pour se débarrasser de l’occupation ».

« Il est impossible que l’Irak puisse être dans un axe hostile à l’axe de la résistance », a-t-il conclu.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/1891067


 

Dans IRAK

IRAK : LES USA S'ESSOUFFLENT...

Par Le 30/09/2020

Huit mois de batailles de la Résistance, les USA ne peuvent plus tenir !

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des marines américains dans le complexe de l'ambassade des États-Unis à Bagdad, en Irak. ©Reuters/Archives

En Irak, les USA émettent des signes d'essoufflement et cherchent à cacher une royale marche arrière : après avoir menacé de fermer leur ambassade-base militaire et de liquider un à un les commandants du Hezbollah d'Irak et d'Asaïb al-Haq, les opérations anti-US ont gagné en ampleur! Au sud et au nord de Bagdad des convois militaires US ont passé un sale temps ces dernières heures et on dit même qu'à al-Anbar où se situe Aïn al-Asad, l'heure est à une extension des agissements des troupes US qui quittent les quatre coins de l'Irak pour se mettre à l'abri dans la plus grande base militaire US dans le pays.

Aïn al-Asad: les USA ont peur!

Aïn al-Asad: les USA ont peur!

Alors que Washington tente de réactiver Daech en Irak, un commandant américain débarque à Aïn al-Asad.

Visiblement, ce moyen de chantage qu'a été "le spectre brandi d'une ambassade US fermée" et partant une rupture des relations diplomatiques "Irak-USA" et enfin, de possibles frappes à lancer contre les forces militaires irakiennes n'a pas fonctionné du tout! Au fait, avec tous les arts du monde, les courants pro US en Irak ne sauraient convaincre les Irakiens du bien-fondé de la présence d'une ambassade US à Bagdad qui juste quelques heures avant l'attaque terroriste de lundi ayant coûté la vie aux cinq membres d'une famille à Radwaniyah, un quartier de la capitale, s'était livrée aux tirs de missiles antimissiles rien que pour terroriser la population. 

En Irak, des Brigades du Hezbollah (Kataëb Hezbollah) ont ​​dénoncé mardi dans la soirée l’implication des services secrets US et surtout de la CIA, trop active en ce moment en Irak bien que de plus en plus limitée dans l'attaque à la roquette contre Radwaniyah, zone résidentielle située près de l'aéroport de Bagdad. « L'opération criminelle à Radwaniyah porte les traces des services de renseignement américains, et il existe de nombreuses preuves scientifiques à l’appui », lit-on dans le communiqué appelant d'ailleurs et de manière la plus ferme à la création d'une un comité conjoint des Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi) et du ministère de l'Intérieur pour ouvrir une enquête sur ce crime.

Irak: la triple impasse US?

Irak: la triple impasse US?

Dans un article publié ce vendredi, Raï al-Youm s’est penché sur la stratégie suivie par les États-Unis en Irak depuis l’occupation du pays en 2003. Selon le site d’information arabophone, cette stratégie est basée sur trois piliers...

Pour l'heure, le PM Kazemi n'a pas répondu mais on sait que mardi l'ambassade US ou mieux dit la base américaine à Bagdad accueillait les représentants de 33 pays alliés ou membres de l'OTAN et la montagne a fini par accoucher d'une souris : Un communiqué vient ce mercredi d'être publié à Bagdad où les pays de la coalition remercient Kazemi de sa réaction sécuritaire à l'incident d'al Rizwaniyah. 

Au fait, le blocage est total : incapables de se livrer à des frappes aériennes massives des positions de la Résistance puisque totalement désarmée par les opérations croissantes et parfaitement calibrées au sol des Résistants lesquelles ont de facto coupé toutes les artères d'approvisionnement des troupes américaines, Washington est dans l'impasse. Et la menace de fermer l'ambassade US n'a fait qu'empirer les choses.  

Lire plus: McKenzie s'inquiète de ce qui se passe en Irak

Ce mercredi, la presse US a rapporté le choc qu'a gagné les rangs des généraux US à la médiatisation de la menace US à l'encontre de l'Irak : " A quoi rime de fermer l'ambassade américaine après 16 ans de dépenses militaires et ce, alors même que la Chine et la Russie attendent leur heure pour remplacer les USA et l'Iran n'attend que notre retrait pour rire dans sa barbe, auraient réagi certains généraux cités par la presse.

Le mois dernier, al-Kazimi a rencontré le président américain Donald Trump à Washington pour le persuader de maintenir les troupes américaines en Irak. Des semaines plus tard, l'administration Trump a annoncé qu'elle réduirait presque de moitié le nombre de ses forces installées en Irak à 3 000, d'ici la fin octobre. Et ce fut un premier retrait. Au fait Trump semble avoir réalisé que la tache est désormais impossible, celle de vouloir maintenir l'Irak sous l'occupation.

" La menace de Pompeo pourrait être en partie des fanfaronnades visant à forcer le gouvernement à choisir entre les États-Unis ou l’Iran.Mais il se peut qu'il y ait derrière une réelle marche arrière. Depuis huit mois les troupes US vivent dans l'angoisse et fuient sans cesse les forces pro Iran. C'est infernal que d'attendre des roquettes qui ne tuent pas mais qui vous donnent l'impression de vouloir vous tuer. En Irak l'Amérique émet des signes d’essoufflement! , note un analyste avant d'évoquer : " Le plan déplacerait l'ambassadeur américain en Irak, Matthew H.Tueller, soit au consulat américain à Erbil, une ville du nord de l'Irak, dans la région du Kurdistan irakien, soit dans la base aérienne d'al-Asad, dans l'ouest de la province d'al-Anbar, où se trouvent les troupes américaines.

Alors pourquoi l'attaque de Radwaniyah?

"Il va sans dire que l'ambassade des États-Unis est un nid d'espionnage et un entrepôt d'armes lourdes. Washington utilise son ambassade comme un site d'espionnage et depuis peu un site militaire et il lui est impossible de la fermer et de quitter pour de bon l'Irak. Autant embraser l'Irak avant de le quitter". 

Irak: la CIA saigne grave

Irak: la CIA saigne grave

Que se passe-t-il en Irak? frappes anti-US quotidiennes, les artères logistiques coupées, les bases US sur les frontières menacées... la CIA mise échec et mat

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/30/635340/Irak-attaque-Hezbollah--US


 

Dans IRAK

IRAK : LES USA VEULENT FERMER LEUR AMBASSADE A BAGDAD

Par Le 28/09/2020

Washington veut fermer son ambassade à Bagdad. Des factions critiquent son rôle suspect

 Depuis 17 minutes  28 septembre 2020

ambassadeus

ambassadeus

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

 

Rédaction du site

La décision prise par Washington de fermer son ambassade à Bagdad ne semble pas affecter les factions de la résistance irakienne qui réclament le retrait des troupes de la coalition de leur pays.  Elles ont critiqué le rôle suspect de cette ambassade, la plus grande dans le monde avec une superficie de 42 hectares.

Selon l‘une de ces factions, Asaïb Ahl Alhaq,  l’ambassade américaine en Irak « joue un rôle qui torpille la culture et les valeurs irakiennes ».
« Il est certes plus dangereux que son rôle militaire, sécuritaire et d’espionnage », a déploré dans un communiqué publié ce lundi 28 septembre ce groupe qui fait partie de la coalition du Hachd al-Chaabi qui combat Daech avec l’aide de conseillers iraniens.

Des sources diplomatiques ont assuré pour la télévision libanaise d’information satellitaire al-Mayadeen Tv que les Américains ont informé leur alliés que « la décision de fermer l’ambassade à Bagdad est tranchée ».

Le chef d’une autre faction irakienne, le mouvement al-Noujaba, a également critiqué le rôle suspect de l’ambassade américaine dans son pays.
« L’ambassade américaine est un groupe de colonisateurs pour qui l’ambassade n’est qu’une couverture à leurs crimes », a déclaré cheikh Akram al-Kaabi.
Selon lui, c’est aussi « une énorme base militaire édifiée au cœur des maisons pour se protéger des frappes de la résistance ».
« Tout acte contre l’occupation est reconnu par les lois célestes, les constates éthiques et les principes nationaux », a-t-il ajouté.

La présence militaire américaine en Irak est contesté depuis le raid américain qui a tué le mois de janvier dernier le numéro deux du Hachd al-Chaabi, Abou Mahdi al-Mohandes, au côté du chef de la force al-Quds au sein des gardiens de la révolution iranienne le général Qassem Soleimani.

Auparavant, les forces américaines avaient multiplié leurs raids meurtriers contre les forces du Hachd al-Chaabi qui combattaient Daech à la frontière avec la Syrie, notamment dans la région stratégique d’al-Qaïm. C’est à ce moment-là qu’ont eu lieu les premières manifestations farouchement hostiles à la présence américaine, l’une d’entre elles était alors arrivée aux portes de l’ambassade et avait incendiée son entrée.

Le retrait des forces américaines et de la coalition a été voté à la majorité par le parlement irakien puis réclamé dans un double message adressé parle gouvernement précédent de Adel Abdel Mahdi au Conseil de sécurité et à la Coalition internationale menée par les Etats-Unis. Et par des manifestations auxquelles ont participé des centaines de milliers d’Irakiens en colère.

Depuis des dizaines d’opérations de résistance ont été menées contre des patrouilles des forces américaines qui se sont retirées de plusieurs positions et se sont redéployées vers la base de Ain al-Asad, à Al-Anbar. Des roquettes se sont aussi abattues sur certaines de ces positions et sur les alentours de l’ambassade américaine.

Selon les sources diplomatiques précitées, les Américains réviseront leur décision de fermer leur ambassade après une réévaluation.
Le Washington post a pour sa part assuré que les USA pourraient fermer leur ambassade pour une durée de 90 jours.
C’est le secrétaire d’état américain Mike Pompeo qui a menacé de la fermer « si le gouvernement irakien n’agit pas pour stopper les attaques des factions soutenues par Téhéran contre les intérêts américains ».
« La présence des milices hors-la-loi et soutenues par l’Iran au moment où les Etats-Unis tentent d’assurer un soutien financier à l’Irak de la part de la communauté internationale et du secteur privé demeure le plus grand empêchement singulier aux investissements supplémentaires en Irak », a en outre averti la porte-parole du département américain des Affaires étrangères.

Selon le WP, citant des responsables irakiens, « le Premier ministre Moustapha al-Kazimi a tenté de réprimer les milices en visant leurs sources de financement et en restructurant les forces de sécurité irakiennes, désignant à leur tête des alliés fiables. Mais les milices ont multiplié leurs attaques contre les délégations diplomatiques ».

Un haut responsable du bureau de Kazimi a déclaré le dimanche 27 septembre que ce dernier fait pressions sur les Européens pour convaincre Washington de changer de décision, appréhendant des conséquences négatives qui en découleraient sur le pays.
Les dirigeants de trois ambassades européennes en Irak ont assuré qu’ils ne quitteront pas ce pays, si les USA le quittent.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/1886843


 

Dans IRAK

SOMMATION DU HEZBOLLAH IRAKIEN AUX SOLDATS AMERICAINS DE QUITTER L'IRAK

Par Le 26/09/2020

La mise en garde du Hezbollah aux États-Unis

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le Hezbollah prêt à agir contre les USA. (Photo d'illustration)

Le chef de la sécurité des Brigades du Hezbollah irakien, Abu Ali al-Askari, a sommé les militaires américains de quitter l’Irak.

« Voici notre réponse au stupide Pompeo (secrétaire d’État américain) qui s’est habitué au langage des menaces et de l’intimidation : “Continue ta supercherie, essaies autant que tu le peux et poursuit tes hostilités. Je le jure devant Dieu, vous ne pourrez pas effacer la mémoire des combattants de la Résistance ni affaiblir leur volonté. Ces menaces retourneront contre toi !” », a posté sur Twitter, Abu Ali al-Askari.