IRAK

LES USA ET L'ARABIE S'INGERENT DANS LES HISTOIRES INTERIEURES IRAKIENNES

« Les USA et l’Arabie s’immiscent dans la formation du gouvernement irakien »

 Depuis 3 heures  9 décembre 2018

ameri

 Irak - Monde arabe

Rédaction du site

Le chef de la coalition parlementaire irakienne al-Fatah, Hadi al-Ameri a accusé les Etats-Unis et l’Arabie saoudite de s’ingérer dans les affaires internes irakiennes et plus précisément dans la formation du gouvernement irakien qui tarde à venir.

« Les Etats-Unis menacent des personnalités sunnites et non sunnites pour imposer leur choix mais ils échouent », a affirmé M. Ameri, qui est aussi l’un des chefs des forces de mobilisation des Hachd al-Chaabi qui ont joué un rôle décisif dans la lutte contre la milice wahhabite terroriste Daech. Il a nié les accusations à l’Iran de s’immiscer dans la formation du cabinet qui sera présidé par Adel Abdel Mahdi.

Selon la chaine de télévision libanaise satellitaire al-Mayadeen Tv, Ameri a révélé l’existence d’un accord avec un autre bloc parlementaire, Saïroune (En avant), dans lequel se trouvent des députés du courant de Moqtada Sadr et d’autres du parti communiste. Les deux protagonistes se sont entendus sur la candidature de 14 ministres aux postes ministériels, dont Faleh Fayyad pour l’intérieur. La dessus,  il a assuré que la candidature de ce dernier a été proposé par le Premier ministre en charge de former le gouvernement et non pas une puissance étrangère.

https://french.almanar.com.lb/1162449


 

INGERENCE US DANS LES AFFAIRES DE L'IRAK. LES USA DEMANDENT A L'IRAK D'AVOIR UNE POSITION FERME CONTRE LE HEZBOLLAH, AFFILIE AUX HACHD AL- CHAABI

Washington demande à Bagdad une position ferme contre les Brigades du Hezbollah

 Depuis 4 heures  29 novembre 2018

siliman

 Irak - Monde arabe

 

Washington a appelé ce jeudi le Premier ministre irakien, Adel Abdel Mahdi, à prendre une position ferme contre les Brigades du Hezbollah (Kataeb Hezbollah), affiliées aux Hachd al-Chaabi, les Unités de mobilisation populaire d’Irak.

L’ambassadeur des États-Unis en Irak, Douglas Siliman, a envoyé un courrier au Premier ministre irakien pour lui communiquer les réclamations de l’administration américaine au sujet des Brigades du Hezbollah qui « menacent les forces US ». La requête prétend aussi que les Brigades « fomentent des plans d’attaque contre les bases américaines en Irak ».

Ces allégations interviennent après que le porte-parole des Brigades du Hezbollah irakien a annoncé que les États-Unis préparaient le retour des terroristes de Daech en Irak via la Syrie.
Les frontières entre l’Irak et la Syrie sont surveillées et protégées par les forces de sécurité irakiennes et les Brigades du Hezbollah.

Le 26 novembre, Mohammad Askari du ministère irakien de la Défense a déclaré que « ni le gouvernement ni la nation ne sont favorables au déploiement de bases militaires américaines en Irak ».

Pour l’heure, la cessation des frappes aériennes des avions de la coalition internationale sur l’est de la Syrie a permis à Daech de récupérer une grande partie des territoires qui étaient occupés par les FDS (Forces démocratiques syriennes, soutenues par les USA), et d’avancer jusqu’aux frontières avec l’Irak.

La coalition dirigée par les États-Unis, présente en Irak depuis 2015, aurait proposé à trois reprises de négocier avec le groupe de résistance irakien, mais chacune des propositions a été déclinée.

Source: Press TV

https://french.almanar.com.lb/1147588




 

IRAK: CONDAMNATION D'UN 2e EX-MINISTRE DU COMMERCE POUR CORRUPTION

Irak: un 2e ex-ministre du Commerce condamné pour corruption

 Depuis 26 minutes  29 novembre 2018

justice_irak

 Irak - Monde arabe

 

La justice irakienne a condamné jeudi à sept ans de prison un ancien ministre du Commerce, en fuite, pour détournement de fonds publics, le second détenteur de ce portefeuille reconnu coupable de prévarication dans l’un des pays les plus corrompus au monde.

Malas Mohammed Abdelkarim al-Kasnazani avait été poursuivi, avec deux hauts responsables de son ministère, pour le détournement de plus de 14 millions de dollars, a indiqué une source au sein de la Commission gouvernementale pour l’intégrité.
« Les trois responsables condamnés ont frauduleusement attribué deux contrats » d’une entreprise publique à « une compagnie de conditionnement de riz », peut-on lire dans un communiqué de la Commission.

Ce détournement s’élève à « 14,3 millions de dollars », précise le communiqué qui ne nomme toutefois pas le ministre Kasnazani, un allié politique de l’ancien vice-président Iyad Allawi.

Ce politicien au passé sulfureux est toujours poursuivi dans d’autres affaires et d’autres peines pourraient venir s’ajouter aux sept ans de réclusion prononcés à son encontre, a encore affirmé à l’AFP la source au sein de la Commission.

Limogé fin 2015 pour abandon de poste après l’émission d’un mandat d’arrêt le visant, il est -comme ses deux co-accusés- recherché, et la justice a autorisé le gel de ses avoirs.
Cet ancien ministre ainsi que ses deux frères, Nehru, un riche homme d’affaires basé en Jordanie, et Gandhi, avaient été arrêtés à la fin des années 1990 pour usurpation de la signature de Saddam Hussein. Libérés, ils s’étaient enfuis dans la province autonome du Kurdistan.

Malas Mohammed Abdelkarim al-Kasnazani est le 2e ex-ministre du Commerce à avoir été condamné à une peine de prison pour corruption au cours de l’année écoulée.
En février déjà, un autre ancien ministre du Commerce, Abdel Falah al-Soudani, avait été condamné à 21 ans de prison pour « forfaiture et prévarication », après avoir été remis aux autorités par Interpol.
Agé de 70 ans et possédant également la nationalité britannique, M. Soudani avait été arrêté à l’aéroport international de Beyrouth en septembre 2017.
Il est encore poursuivi dans six autres affaires et doit être rejugé, selon la loi irakienne, car condamné par contumace.

La question de la gestion des biens publics est particulièrement sensible en Irak, classé 12e par Transparency International dans sa liste des pays les plus corrompus au monde.
La corruption a coûté en 15 ans l’équivalent de 194 milliards d’euros d’argent public, soit près de trois fois le budget de l’Etat et même plus que le Produit intérieur brut (PIB) de l’Irak, selon le Parlement.

Source: AFP

https://french.almanar.com.lb/1147115


 

LE REFUS CATEGORIQUE DE L'IRAK DE SE SOUMETTRE AUX DIKTATS US ANTI-IRAN DEBOUSSOLE LES POLITICIENS AMERICAINS

Le « non » catégorique des Irakiens aux USA a déboussolé ces derniers

 Depuis 4 heures  28 novembre 2018

rohani-saleh

 Irak - Monde arabe

 

Le site internet du groupe médiatique Al-Arabi al-Jadeed, dont le siège est à Londres, s’est penché sur le refus de l’Irak de se soumettre aux diktats des États-Unis.

« Le refus par Bagdad d’accompagner Washington dans ses sanctions contre l’Iran a dérangé les politiciens américains », a écrit Al-Arabi al-Jadeed.

« Bagdad a annoncé qu’il ne suivrait pas les sanctions imposées par Washington à l’Iran. Cette prise de position de l’Irak a suscité l’ire des hommes politiques américains, notamment ceux qui voient en Adel Abdel Mahdi, Premier ministre irakien, un médiateur entre les États-Unis et l’Iran », a écrit le média panarabe ce mardi 27 novembre.

Adel Abdel Mehdi avait déclaré jeudi dernier que son gouvernement ne s’alignerait pas sur les États-Unis dans leurs nouvelles sanctions touchant les secteurs bancaire, du transport et de l’énergie.

« Les déclarations du Premier ministre irakien interviennent moins d’une semaine après la visite en Iran du président irakien, Barham Saleh. Cette visite diplomatique a été effectuée seulement deux semaines après l’entrée en vigueur des nouvelles sanctions américaines contre l’Iran », a ajouté Al-Arabi al-Jadeed.

« Les derniers communiqués émis par l’Irak témoignent que ce pays soutient l’Iran et que Bagdad risque d’être visé par des sanctions en raison de sa non-coopération internationale avec les États-Unis. En principe, l’Irak a montré à qui il est fidèle », a précisé ce site.

« Si les États-Unis ont l’intention de contrer l’influence de l’Iran en Irak, ils ne peuvent le faire avec leurs alliés régionaux comme l’Arabie saoudite, car Riyad est dépourvu de levier de pression et d’influence dont dispose l’Iran », conclut-il.

 

Source: PressTV

https://french.almanar.com.lb/1144321


 

IRAK: UN NOUVEAU PLAN US CONTRE LES HACHD AL-CHAABI

Nouveau plan US contre les Hachd al-Chaabi en Irak

Sat Nov 24, 2018 3:31PM

Des combattants des Hachd al-Chaabi. (Photo d'archives)

Des combattants des Hachd al-Chaabi. (Photo d'archives)

Karim Aliwi, un représentant de l’alliance irakienne al-Fatah, a fait part d’un plan américain visant les bases des Hachd al-Chaabi (Unités de mobilisation populaire d’Irak), selon l’agence de presse Fars News.

Dans un communiqué paru sur le site d’information Ein al-Iraq, il a déclaré que les forces américaines effectuaient des missions d’espionnage pour récolter des informations de première main sur les bases des Hachd dans toutes les provinces irakiennes.

« Cette action tire la sonnette d’alarme. Par conséquent, nous appelons le Premier ministre irakien à s’opposer à ce plan des Américains et à punir tous ceux qui coopèrent avec eux en divulguant des renseignements sur les Hachd », lit-on dans le communiqué.

D’autre part, une source informée du gouvernement local de la province d’al-Anbar a annoncé que les Américains avaient installé une caméra de surveillance moderne à l’entrée de la région de Rutbah.

« Un certain nombre de forces américaines et plusieurs hélicoptères militaires ont été déployés dans le village d’Almani, situé à l’entrée de Rutbah, à l’ouest d’al-Anbar. Elles y ont immédiatement installé une caméra moderne. Les raisons de cette mesure sont inconnues », a-t-elle indiqué au site Al-Maalumat.

L’installation de cette caméra ultra-sophistiquée est inédite dans l’ouest de l’Irak. Elle permet de scruter une superficie allant jusqu’à 20 km².

Les Hachd al-Chaabi ont réussi à maintenir la sécurité des frontières communes entre l’Irak et la Syrie et à neutraliser de nombreux complots des États-Unis visant à ramener les terroristes en Irak.

L’imposition de sanctions à plusieurs commandants des Unités de mobilisation populaire, qui ont été qualifiées de « milice » alors qu’elles sont une organisation militaire reconnue officiellement, ou encore les opérations de reconnaissance des hélicoptères pour suivre à la loupe tous leurs agissements, font partie des actions menées par les États-Unis.

Par ailleurs, les sources proches des Hachd al-Chaabi ont fait état d’un projet des États-Unis destiné à éliminer les adversaires d’Abu Bakr al-Baghdadi, le chef de Daech, qui fait figure de vassal chargé de mettre en place leurs politiques dans la région du Moyen-Orient.

Irak : qui mettra les USA à la porte ?

Après avoir attaqué les forces de Mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi), les Américains pourront-ils rester longtemps en Irak ?

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/11/24/580986/Nouveau-plan-US-contre-les-Hachd-alChaabi-en-Irak


 

IMPORTANT DEPLOIEMENT DE TROUPES IRAKIENNES ET DU HACHD AL-CHAABI SUR LES FRONTIERES IRAKO-SYRIENNES

Important déploiement d’unités militaires irakiennes et du Hachd sur les frontières irako-syriennes

 Depuis 5 heures  22 novembre 2018

charsiraki

 Irak - Monde arabe

 

Rédaction du site

Après avoir visité la bande frontalière du pays, le chef d’état-major de l’armée irakienne a ordonné le déploiement de plus d’unités militaires afin d’empêcher l’infiltration du groupe terroriste Daech depuis les frontières de la Syrie voisine. Les unités de l’armée tout comme les Hachd al-Chaabi sont aux aguets : une première tentative d’infiltration US par Daech interposé a échoué la semaine dernière quand les Hachd ont repoussé à coup de missile les terroristes.

En effet, le général de division Othman al-Ghanemi a ordonné ce jeudi 22 novembre l’envoi de plusieurs unités militaires sur les frontières afin d’affronter toute infiltration d’éléments terroristes de Daech en provenance des frontières syriennes.

Interviewé par le journal turc al-Sabah, le général al-Najm al-Jabouri, commandant de l’opération de Ninive a annoncé que le général de division Othman al-Ghanemi, le général Abdel Amir Rachid Yarallah, commandant des opérations pour libérer la ville irakienne de Hawija, les hauts responsables du ministère de la Défense et un certain nombre de représentants de Ninive avaient rendu visite aux frontières irako-syriennes pour évaluer la sécurité de la région.

« Afin de maintenir la sécurité de la province de Ninive et d’empêcher les terroristes d’y pénétrer, le chef d’état-major de l’armée irakienne a ordonné que davantage d’unités militaires soient déployées dans la région », a-t-il expliqué.

À la suite de l’attaque de Daech ayant débouché fin octobre sur l’effondrement des bases des Forces démocratiques syriennes (FDS), les Unités de mobilisation populaire d’Irak (Hachd al-Chaabi) ont intensifié les dispositifs sécuritaires sur toute la zone frontalière limitrophe avec la Syrie pour faire face à toute situation imprévisible et protéger la zone des tentatives d’infiltration de Daech depuis le territoire syrien.

À cet égard, l’armée irakienne a renforcé sa présence dans cette région. Selon plusieurs rapports, des forces américaines stationnées près des frontières irako-syriennes incitent les éléments de Daech à pénétrer à l’intérieur du territoire irakien.

Le porte-parole des bataillons du Hezbollah irakien, Jafar al-Hosseini a déclaré que des récents agissements de Daech dans cette région ont pour but de maintenir la menace d’une guerre sur cette région afin d’y préserver leur emprise.

Suite à la reprise du contrôle de la localité frontalière d’Akashat, les forces américaines se sont vues refuser l’accès à la base aérienne H3.

« Les bataillons du Hezbollah soutenus par les forces gouvernementales irakiennes se sont rendues maîtres des frontières irako-syriennes », a-t-il renchéri avant de réaffirmer : « Nous rejetons la domination de toute force étrangère sur le sol irakien et nous considérons toute présence américaine en Irak comme une occupation ».

Récemment, des daechistes ont abusé du gel intentionnel des frappes aériennes américaines contre l’est de la Syrie et ils ont pu s’emparer de vastes zones dont ils ont pris le contrôle aux FDS. C’est ainsi qu’ils se sont approchés des frontières irakiennes.

Une source bien informée auprès du Parti de l’union démocratique a évoqué un différend opposant le 12 novembre les FDS aux Américains.

En raison du déploiement des Hachd al-Chaabi sur la base aérienne abandonnée de H-3 dans l’ouest du pays et de leur proximité avec les frontières syriennes, les tensions entre ces derniers et les forces américaines présentes dans la région sont en hausse.

Poursuivant leur opération pour le troisième jour consécutif, les Unités des Hachd al-Chaabi se sont déployées dans une opération préventive sur la base aérienne de H-3 rebaptisée Abou Reza al-Baldawi (nom d’un commandant des Hachd tombé en martyr dans les combats contre Daech il y a trois ans).

« Dès que le commandement des Hachd s’est rendu compte que les États-Unis voulaient occuper cette base aérienne, la résistance irakienne a lancé une opération préemptive pour y déployer ses forces. Pendant ce temps, les avions de combat américains ont tenté de provoquer les forces irakiennes à travers des vols à basse altitude au-dessus des troupes des Hachd », a déclaré Haidar al-Qarbawi, commandant des Hachd sur le terrain.

«Pour contrer les plans américano-sionistes, a-t-il ajouté, les Hachd ont renforcé leur présence dans la région près des frontières syriennes. Sur l’ordre des autorités irakiennes, nous évitons de provoquer les Américains afin de ne pas leur fournir le prétexte d’intensifier leurs actions», a-t-il précisé.

Qassem Saleh, un autre commandant des Hachd à l’ouest d’al-Anbar, a noté que l’ambition des USA de s’implanter sur les frontières syriennes contredisaient leur prétention de former et de conseiller les forces irakiennes.

Selon un haut responsable du gouvernorat d’Al-Anbar, les militaires américains voulaient s’implanter dans la base abandonnée depuis la guerre Irak-Iran (1980-1988) afin de protéger leurs avions, car la base H-3 se situe à l’extrémité ouest des territoires irakiens, à l’abri de toute attaque au missile ou frappe aérienne.

Selon les commandants de l’armée irakienne les frontières du pays restent imperméables à l’infiltration de Daech depuis la Syrie.

Source: Avec Press Tv

https://french.almanar.com.lb/1136533


 

L'IRAK REFUSE LES DIKTATS ETRANGERS ET VEUT RENFORCER CES LIENS AVEC LA RUSSIE

L’Irak refuse les diktats étrangers… et veut un rapprochement avec la Russie

 Depuis 8 heures  21 novembre 2018

bogdanov_abdel_mahdi

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

 

Rédaction du site

L’Irak ne fera pas partie du régime des sanctions américaines imposé à l’Iran , a dit le Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi qui a aussi exprimé sa volonté de renforcer les liens de son pays avec la Russie.

Lors d’un point de presse ce mercredi 21 novembre, rapporté par la télévision libanaise al-Mayadeen Tv, M. Abdel Mahdi a dit : «  la mission du leadership irakien consiste à défendre les intérêts nationaux et à les protéger et non à se ranger au côté d’un Etat en faveur d’une guerre ». Il faisait allusion aux sanctions que les Etats-Unis veulent obliger les autres États à observer, sous peine d’être aussi sanctionnés à leur tour.
Et le chef du cabinet irakien d’ajouter que « son pays n’acceptera aucun diktat étranger ».

A noter que Bagdad a obtenu de la part de Washington une exemption de ces sanctions pour une durée de 45 jours, afin de s’acheter du gaz, de l’électricité, des produits alimentaires, des médicaments et autres, à condition que les transactions ne se fassent pas en dollars.
Les deux pays ont convenu d’utiliser le dinar irakien, a indiqué le site d’information émirati Erem News.
21% des exportations iraniennes vont pour l’Irak

Le montant des échanges commerciaux entre l’Iran et l’Irak s’est élevé en 2017 a plus de 13 milliards de dollars.
Pour les premiers six mois de l’an 2018, il a accusé une hausse de 4 milliards de dollars à 6 milliards, en comparaison avec la même période en 2017.

Le Premier ministre irakien a tenu ces propos au lendemain d’une rencontre à Bagdad avec l’envoyé spécial du Kremlin pour le Moyen-Orient et pour l’Afrique, Mikhaïl Bogdanov au cours de laquelle il a fait part de la volonté de son pays de renforcer ses liens avec la Russie.
« Notre politique étrangère vise à élargir nos relations avec Moscou », a déclaré Abdel Mahdi au cours de la rencontre avec M. Bogdanov qui lui a remis une lettre de la part du président russe Vladimir Poutine, dans laquelle il le félicitait pour sa nomination à son poste..
« L’Irak est en train de se remettre d’un conflit de trois ans contre le groupe terroriste Daech, et le pays espère jouer un rôle plus important dans la région », a-t-il ajouté.

Selon Press Tv, les deux parties ont insisté lors de la rencontre sur le renforcement des relations bilatérales sur le plan sécuritaire, économique, commercial, énergétique et éducatif.

L’émissaire spécial de Poutine a aussi transmis à son interlocuteur irakien une invitation du président russe à Moscou. Ce à quoi le Premier ministre irakien lui a rendu la pareille, conviant le président russe pour une visite officielle en Irak.

 

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/1134157


 


 

IRAK: LES HACHD AL-CHAABI CONTROLENT LA BASE H3 A AL-ANBAR, SITUEE A 110 KM DE L'ILLEGITIME BASE US D'AL-TANF EN SYRIE

Course contre les Américains : les Hachd al-Chaabi contrôlent la base H3 à Al-Anbar, non loin d’al-Tanf

 Depuis 8 heures  20 novembre 2018

hachd_chaabi

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

 

baseh3

En Irak, les forces de mobilisation populaire du Hachd al-Chaabi livrent une course contre la montre aux forces américaines pour le contrôle de la frontière avec la Syrie.
Elles ont pris le lundi 19 novembre le contrôle de la plus importante base des forces de sécurité irakiennes, H3, et empêché les Américains de la conquérir.

Située dans la région de Akachate, à proximité de la province ouest  du désert d’Al-Anbar, cette base  est d’autant plus importante qu’elle se trouve à 110 km de la base américaine installée illégitimement à al-Tanaf, en Syrie, sur le triangle frontalier avec l’Irak et la Jordanie.

Selon le correspondant de la télévision libanaise al-Mayadeen Tv, des forces américaines ont essayé de s’approcher le lundi de cette base, pour s’emparer de sa piste d’atterrissage, mais les forces irakiennes les en ont empêchées.

Un responsable militaire des Hachd et le commandant de l’axe occidental d’al-Anbar, Qassem Mosleh, a assuré pour le site d’information irakien al-Ansar que ses troupes refusent la présence des Américains dans cette région.
« Nous les avons empêchés de faire atterrir leur appareil sur la piste d’atterrissage », a-t-il souligné, rappelant que les agressions antérieures américaines contre les positions des Hachd leur ont appris à refuser leur présence.  Les forces du Hachd al-Chaabi ont aussi déployé des patrouilles dans toute cette zone.

base_hachd

Selon Mosleh, les forces américaines ont alors installé leurs troupes à 43 km, dans un point connu dans le passé sous la nomination de la Société allemande.
Dans l’après-midi, elles ont dépêché  deux hélicoptères de combat qui ont survolé à basse altitude la base H3 et les points de concentration des Hachd al-Chaabi  sur la frontière.

M. Mosleh a révélé que ces dernières ont été victimes de plusieurs provocations de la part des troupes américaines qui avaient tenté de s’emparer de l’aéroport du martyr Abou Rida al-Baldawi.
« Les tentatives d’expansion des forces américaines tout au long de la frontière irako-syrienne dans la région occidentale d’al-Anbar sont contraires à leurs allégations selon lesquelles leur rôle se limite à donner des conseils et à la formation », a fait remarquer le chef des Hachd. Il a assuré que ses forces et les forces de sécurité irakiennes collaborent entre elles dans plusieurs domaines pour établir la sécurité et la stabilité et empêcher toute infraction de la part des groupes terroristes.

Dans l’attente d’une position officielle sur ce qui s’est passé avec les forces américaines à l’ouest d’Al-Anbar, Le Hachd al-chaabi a de nouveau accusé les forces américaines de soutenir les différentes bandes terroristes de Daech. La nouvelle preuve en est selon son dirigeant Ali Husseini sa dernière demande aux forces irakiennes de se retirer du désert de Hadar, où Daech sévit encore.

« Ce genre de mises en garde qui se répètent souvent n’ont pour nous aucune importance mais elles confirment l’implication des Américains dans le soutien à Daech et l’aide qu’ils leur procurent pour se déplacer d’un endroit à un autre. De plus ils les assistent dans les opérations de pillage », a dénoncé M. Husseini pour le site al-Ansar.
« Le gouvernement irakien se doit d’être à la hauteur de la responsabilité et riposter aux violations américaines », a averti le responsable selon lequel les Hachd sont aujourd’hui garants de la sécurité pour la population.

 

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/1132012


 

OUEST IRAKIEN: EN PROVINCE D'AL-ANBAR, LES AL-CHAABI REPOUSSENT UNE ATTAQUE US

Les chasseurs US transfèrent des daechistes vers l’Irak

Tue Nov 20, 2018 7:31PM

Des combattants des Unités de mobilisation populaire d’Irak. ©AFP/archives

Des combattants des Unités de mobilisation populaire d’Irak. ©AFP/archives

Les Unités de mobilisation populaire d’Irak (Hachd al-Chaabi) ont mis en garde contre les nouveaux agissements des forces américaines à l’aéroport de Muthenna, à l’ouest de la ville d’al-Rathba, dans la province d’al-Anbar dans l’Ouest irakien.

« Les Forces américaines ont aéroporté des éléments de Daech depuis la Syrie à l’intérieur de l’Irak », a affirmé ce mardi 20 novembre le commandant des opérations des Hachd al-Chaabi pour l’axe de l’ouest.

Selon l’IRNA, le commandant des opérations sur l’axe ouest des Unités de mobilisation populaire, Qassem Mosleh, a également déclaré à l’agence de presse Al-Ghad que les forces américaines tentaient ces deux derniers jours de prendre le contrôle de l’aéroport de Muthenna. « Mais elles se sont heurtées à la résistance des Hachd », a-t-il ajouté.

Al-Tanf : les USA à la rescousse des terroristes

L’armée syrienne a saisi plusieurs convois d’aliments et de munitions américains destinés à Daech à la frontière avec l’Irak.

Selon ce commandant des Unités de mobilisation populaire d’Irak, après avoir été repris à Daech, cet aéroport militaire est depuis l’année dernière sous contrôle des Hachd al-Chaabi qui s’en servent pour mener des opérations de reconnaissance et de nettoyage dans les zones environnantes.

« Sans préavis, les avions US ont volé en direction de l’aéroport de Muthenna afin de l’occuper ; s’étant heurtés à la résistance des Hachd, ils ont changé de direction pour aller dans un endroit à 43 km de l’aéroport et qui est le siège d’une compagnie allemande », précise ce commandant des Unités de mobilisation populaire d’Irak.

Il a également reproché au QG des opérations conjointes de l’armée irakienne de ne les avoir pas informés des nouveaux agissements des forces US.

« Les Hachd al-Chaabi constituent une force officielle et légale sous le commandement général des forces armées irakiennes et il aurait fallu que nous fussions informés à ce sujet. »

À propos, il a demandé aux hommes d’État et au gouvernement irakien de prendre des mesures immédiates afin de faire sortir les Américains d’Irak et de les empêcher de s’immiscer dans les affaires sécuritaires du pays.

Lire aussi :

Des terroristes de Daech dans des bases américaines en Syrie

Ce commandant des Unités de mobilisation populaire est entré dans les détails sur les agissements des forces US à al-Anbar :

« Dans un pur acte de provocation, deux avions de chasse américains se sont envolés à basse altitude au-dessus de l’aéroport de Muthenna vers la Syrie, ce qui montre qu’ils sont en train de transférer des éléments de Daech entre la Syrie et l’Irak. »

Plusieurs responsables politico-sécuritaires ont mis en garde ces dernières semaines contre les agissements des forces américaines dans les zones frontalières entre la Syrie et l’Irak et leur tentative de favoriser l’infiltration des daechistes depuis la Syrie vers l’Irak pour y effectuer des attentats terroristes et déstabiliser le pays.

Les appels au gouvernement irakien à en finir avec la présence des forces américaines en Irak se sont multipliés ces derniers temps.

Al-Tanf: la base US exporte Daech

« La base militaire américaine d’al-Tanf réunit les terroristes dans l’est de la Syrie. »

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/11/20/580635/Hachd-alChaabi-Units-mobilisation-populaire-Irak-AlAnbar-aroport-forces-amricaines


 

IRAK: PLAN US POUR DESINTEGRER L'ARMEE IRAKIENNE

Sat Nov 17, 2018 6:52PM

Parade militaire à Bagdad pour célébrer la victoire militaire sur le groupe terroriste Daech, le 10 décembre 2017. ©AFP

Parade militaire à Bagdad pour célébrer la victoire militaire sur le groupe terroriste Daech, le 10 décembre 2017. ©AFP

L’annonce faite par le ministère irakien de la Défense de la reconstruction structurelle des forces armées avec la coopération de la coalition américaine a suscité différentes réactions des milieux politiques irakiens.

Le porte-parole du ministère irakien de la Défense, le général Tahsin al-Khafaji, avait fait état, jeudi dernier, du début du processus de reconstruction structurelle des forces armées en coopération avec la coalition américaine. 

« Le projet de la reconstruction structurelle des forces armées a commencé avec la coopération de la coalition US et sera appliqué jusqu’en 2020 », avait annoncé le général Tahsin al-Khafaji.

Selon le porte-parole du ministère irakien de la Défense, l’objectif principal de ce projet sera de former les forces armées et d’élaborer la doctrine défensive du pays. « Dans ce cadre, la coalition US aura un rôle très important à jouer pour assurer la formation des forces armées irakiennes et fournir des équipements militaires et des armements », a-t-il ajouté.

PressTV-Les USA ne veulent pas quitter l’Irak

Les Américains veulent rester sur le sol irakien. Tous les événements en cours le prouvent...

Le bloc parlementaire Saeroun, dirigé par Moqtada Sadr, s’est opposé au plan du ministère de la Défense et s’est dit contre la participation de la coalition américaine à la reconstruction des forces armées.

Raad al-Maksusi, représentant de l’alliance Saeroun, a déclaré : « Naturellement, nous sommes pour une armée puissante capable de surmonter tous les défis sécuritaires, mais nous nous opposons à l’ingérence des étrangers dans le projet de reconstruction structurelle de nos forces armées. Il faut empêcher que les autres États, même ceux qui comptent parmi les amis de l’Irak, aient accès aux secrets militaires du pays. »

Par ailleurs, l’alliance al-Fatah dirigée par Hadi al-Ameri, a annoncé que toute coopération entre l’Irak et la coalition américaine devrait se limiter à la formation, aux équipements militaires et aux armements, sans que les étrangers s’immiscent dans les affaires liées aux secrets militaires.

Le représentant de l’alliance al-Fatah, Amer al-Fayez, a annoncé que cette alliance superviserait le processus de reconstruction des forces armées pour empêcher tout accès de la coalition US aux documents classés secret défense.

Irak: les USA déclarent la guerre aux Hachd

Les États-Unis envisagent de déloger les Hachd pour rendre le terrain propice à la réorganisation des terroristes de Daech.

Force est de constater que les tentatives des États-Unis visant à participer à la reconstruction structurelle des forces armées irakiennes ne sont qu'un simple prétexte pour prolonger leur présence militaire sur le sol irakien, chasser les Hachd al-Chaabi (Unités de mobilisation populaire) d'Irak et y réactiver le groupe terroriste Daech.  

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/11/17/580325/Irak-le-plan-US-de-dsintgration-de-larme