IRAK

LE MINISTRE IRAKIEN DE LA DEFENSE : L'IRAK SOUTIENT LE LIBAN DANS SA LUTTE CONTRE LE TERRORISME

Bagdad soutient Beyrouth dans sa lutte contre le terrorisme

Sun Aug 20, 2017 4:46PM

Le ministre irakien de la défense, Irfan al-Hayali (D), a eu un entretien téléphonique avec son homologue libanais, Yaacoub al-Sarraf, le 20 août 2017.

Le ministre irakien de la défense, Irfan al-Hayali (D), a eu un entretien téléphonique avec son homologue libanais, Yaacoub al-Sarraf, le 20 août 2017.

Selon le journal El-Nashra, au cours d’un entretien téléphonique, le ministre irakien de la Défense, Irfan al-Hayali, a fait part à son homologue libanais, Yaacoub al-Sarraf, du soutien de Bagdad à Beyrouth et à l’armée libanaise dans la lutte acharnée menée en ce moment contre les terroristes présents sur le sol libanais.

Al-Hayali a affirmé aussi : « L’Irak, qui a tant souffert du terrorisme, comprend l’importance de la bataille menée actuellement par l’armée libanaise contre les terroristes. Nous sommes conscients des retombées positives pour la région de la victoire de l’armée libanaise sur les terroristes. »

Enfin, le ministre irakien de la Défense a exprimé le souhait que "nous soyons tous témoins très prochainement de cette victoire des forces libanaises.

À noter que le ministre libanais de la Défense avait effectué le mardi 8 août une visite à Bagdad où il s’est entretenu avec son homologue irakien.

Cette visite a eu pour but de renforcer la coopération entre Bagdad et Beyrouth en matière de sécurité, selon la télévision nationale irakienne.

Lors d’une réunion dans les locaux du ministère irakien de la Défense, les deux hommes avaient alors partagé leurs expériences en matière de lutte contre le terrorisme.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/08/20/532339/Bagdad-soutient-Beyrouth


 

DEBUT DE LA BATAILLE DE TAL AFAR : A JUSTE RAISON, LES HACHD AL-CHAABI REFUSENT LA PARTICIPATION DES USA

Irak: début de la bataille de Tal Afar. Le Hachd refuse la participation des Américains

 Depuis 2 heures  20 août 2017

bataille_talafar_hachd1

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

 

 

Rédaction du site

bataille_talafar_ebadi

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé dans la nuit de samedi à dimanche le début de la bataille pour reprendre de la milice wahhabite terroriste Daech (Etat islamique-EI) la ville de Tal Afar, son dernier bastion dans la province septentrionale de Ninive.

Dans une allocution télévisée, M. Abadi, qui avait revêtu un uniforme militaire, a annoncé le « début de l’opération de libération de Tal Afar ». « Je dis aux (hommes de) Daech qu’ils n’ont pas d’autre choix que de se rendre ou d’être tués », a-t-il poursuivi, devant une carte et un drapeau irakiens.

Tal Afar est située à 450 km de Bagdad, et à 70 km à l’ouest de Mossoul, qui vient d’être libérée de Daech début juillet après une offensive de plusieurs mois. Selon l’AFP, c’est une

Les chars du Hachd al-Chaabi

Les chars du Hachd al-Chaabi

enclave turkmène et chiite située dans une région à majorité arabe sunnite et stratégique pour le « califat » autoproclamé par l’EI en Irak et en Syrie.

M. Abadi a précisé qu’outre les différentes unités de l’armée, de la police, fédérale et locale, et des unités du contre-terrorisme, le Hachd al-Chaabi, « unités de mobilisation populaire »,  participera également aux opérations militaires à Tal Afar.

Sans les Américains

mohyi

Selon le porte-parole du Hezbollah d’Irak, un des groupes du Hachd al-Chaabi, ce dernier refuse la participation des Américains dans la bataille de Tal Afar.

Précisant que cela fait 9 mois que le Hachd encercle cette ville de tous les axes à l’exception de celui contrôlé par les Kurdes, au nord, Mohammad Mohyi a accusé la Coalition de ne pas être sérieuse dans le combat contre Daesh et « de vouloir voler aux Irakiens leur victoire », a rapporté l’agence iranienne araophone Tasnim News.

Selon lui, les Irakiens de par toutes leurs forces sont capables de diriger cette bataille et de la remporter.

L’enjeu des frontières

Les Américains avaient eux aussi fait part aux Autorités irakiennes qu’ils ne veulent pas que le Hachd al-Chaabi participent à cette bataille. Sans manifestement obtenir gain de cause.

zadeh

Selon l’analyste iranien Hassan Hadi Zadeh, la raison en est qu’ils craignent que le Hachd puisse prendre le contrôle des frontières communes entre la Syrie et l’Irak.

« Les Américains ne veulent que le Hachd al-Chaabi se confonde avec l’armée syrienne et le Hezbollah, par crainte qu’il ne devienne à son tour un hezbollah irakien et ne fasse partie de l’axe de la Résistance », a expliqué M. Zadeh.

Selon l’AFP, outre Tal Afar, Daech contrôle encore Hawija dans la province de Kirkouk, à 300 km au nord de Bagdad. Il est également toujours présent dans la province occidentale d’Al-Anbar, notamment dans la région d’Al-Qaïm frontalière de la Syrie.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/538107


 

MISE EN GARDE DES HACHD AL-CHAABI CONTRE LES ACCUSATIONS VEHICULEES CONTRE SES UNITES

Pourquoi les Hachd font l'objet d'une campagne de dénigrement?

Sat Aug 19, 2017 7:54AM

Entraînement des Hachd al-Chaabi, à Najaf, en Irak, 18 juillet 2017. ©AP

Entraînement des Hachd al-Chaabi, à Najaf, en Irak, 18 juillet 2017. ©AP

Le porte-parole des Unités de mobilisation populaire d’Irak a déclaré que les accusations véhiculées contre ces unités faisaient partie d’une guerre des nerfs.

Le porte-parole des Unités de mobilisation populaire d’Irak (Hachd al-Chaabi) a déclaré, ce vendredi 18 août, que les combattants de cette organisation prendraient part définitivement à l’opération de libération de Tal Afar.

« Juste avant le début de cette opération, on subit une nouvelle vague d’accusations et de pressions. Avant les opérations de libération de Mossoul, de Salahuddin et de Tikrit, une telle guerre des nerfs avait déjà été déclenchée, mais elle ne nous dissuadera pas par rapport à l’opération de libération de Tal Afar. Toutes les tergiversations et les interventions, visant à bloquer la contribution des Hachd dans sa lutte contre Daech, signifient un soutien indirect aux groupes terroristes », a déclaré Ahmed al-Assadi.

Il a affirmé que Daech était instrumentalisé par certains pays pour concrétiser un complot visant l’Irak et la Syrie.

« Les nations irakienne et syrienne déjoueront, par leur résistance et leur persévérance, ce grand complot », a-t-il martelé.

Le porte-parole des Unités de mobilisation populaire d'Irak, Ahmed al-Assadi. (Photo d'archives)

Le porte-parole des Unités de mobilisation populaire a souligné que l’idée de la fusion des Hachd al-Chaabi avec d’autres organisations militaires signifiait implicitement la dissolution de cette organisation.

« Les Hachd al-Chaabi ont été mises sur pied pour durer et non pas pour disparaître. »

Ahmed al-Assadi a expliqué que les Hachd étaient composées de 35.000 forces sunnites, de 7.000 Turkmènes et des milliers de yézidis et de chrétiens.

« Certains accusent les Hachd al-Chaabi de suivre les planifications de l’Iran, mais cette accusation fait partie d’une guerre des nerfs lancée avant toutes les opérations antiterroristes. Les Hachd al-Chaabi ne suivent qu’un seul objectif, celle d’assurer la sécurité du peuple irakien », a-t-il conclu.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/08/19/532199/Syrie-Yzidis-Iran-Hachd-alChaabi-Tal-Afar-Irak-terroristes-Daech


 

LE HEZBOLLAH IRAKIEN MET EN GARDE LES USA CONTRE TOUTE TENTATIVE PROVOCATRICE

Al-Nujaba met en garde les USA contre toute tentative provocatrice

Sat Aug 19, 2017 9:29AM

Le secrétaire général du Hezbollah irakien, Akram al-Kaabi. ©IRNA

Le secrétaire général du Hezbollah irakien, Akram al-Kaabi. ©IRNA

Le secrétaire général du Hezbollah irakien, Akram al-Kaabi a évoqué le soutien des États-Unis à Israël dans l’objectif de créer une zone tampon entre l’Irak et la Syrie.

Lors d’un entretien télévisé, le leader du Hezbollah irakien a demandé au gouvernement irakien de s’appuyer sur les Hachd al-Chaabi et de se méfier des agences de sécurité derrière lesquelles se cachent les États-Unis et le régime israélien.

Akram al-Kaabi a annoncé :

« Certaines parties tentent d’éloigner les Hachd de Tal Afar, afin d’aider les commandants de Daech de s’échapper de cette région. Le mouvement al-Nujaba en Syrie n’est pas lié aux Hachd al-Chaabi et malgré les pressions américaines, turques et saoudiennes, les Hachd contribueront à l’opération de la libération de Tal Afar.»

Il poursuit ses déclarations en accusant les États-Unis de soutenir financièrement les organisations terroristes rappelant que pour éviter le retour de Daech en Irak, il faudrait imposer un cadre politique assez fort dans le pays. L’opération de libération de Tal Afar durera un mois et toutes les parties sont prêtes à s’organiser afin de libérer cette région.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/08/19/532208/AlNujba-met-en-garde-les-USA


 

TAL AFAR : LA BATAILLE TERRESTRE EST IMMINENTE

Des effectifs et des équipements débarquent à Tal Afar

Fri Aug 18, 2017 12:14PM

Des effectifs et des équipements militaires irakiens débarquent à Tal Afar. (Photo d’illustration)

Des effectifs et des équipements militaires irakiens débarquent à Tal Afar. (Photo d’illustration)

Des effectifs et des équipements militaires de l’armée irakienne ont été envoyés à Tal Afar afin de lancer bientôt l’opération terrestre destinée à libérer cette ville.

Selon l’agence de presse iranienne Fars, à l’approche du lancement de l’opération terrestre anti-Daech à Tal Afar, des effectifs de l’armée, de la police fédérale et des Hachd al-Chaabi, dotés d’équipements complets, ont débarqué, ce vendredi 18 août, à Tal Afar, dans la province irakienne de Ninive.

Les combattants des Hachd al-Chaabi en Irak. (Archives)

Maysam al-Zaïdi, observateur en chef de la brigade 26 des Hachd al-Chaabi a déclaré, le jeudi 17 août, que l’unité blindée des Hachd avait été envoyée à Tal Afar et que les dernières unités de la brigade 26 des Hachd débarqueraient vendredi à Tal Afar.

Après sa défaite totale à Mossoul et la perte de son premier fief en Irak, le groupe terroriste Daech a déclaré Tal Afar comme l’un de ses bastions indépendants.

Située au nord-ouest de Mossoul, Tal Afar fait partie de rares villes importantes toujours occupées par Daech.

Mohammed al-Khezri, porte-parole du ministère irakien de la Défense a fait part, le lundi 14 août, du lancement de l’opération aérienne visant à libérer Tal Afar, disant que l’aviation irakienne avait commencé la bataille de Tal Afar en bombardant les positions de Daech dans cette ville et que les forces conjointes irakiennes attendaient le lancement de l’offensive terrestre contre les positions des takfiristes.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/08/18/532134/Irak-Tal-Afar-Daech-Hachd-al-Chaabi-quipements


 

LES FORCES DE L'ORDRE IRAKIENNES PRETES A L'ASSAUT DE TAL AFAR

une colonne des forces de l'ordre partie en direction de Tel Afar

Exclusif: les forces de l’ordre irakiennes prêtes à partir à l'assaut de Tal Afar

© Sputnik. NAZEK MOHAMMED

INTERNATIONAL

URL courte

 0 1 0  0

Bien que l’opération de libération de la ville irakienne de Tal Afar n’ait pas encore été lancée officiellement, tous les préparatifs sont déjà terminés. Sputnik s'est procuré quelques photos et une vidéo de la colonne des forces de l’ordre se dirigeant vers la ville occupée par Daech depuis 2014.

Les forces de l'ordre irakiennes sont prêtes à partir à l'assaut de la ville de Tal Afar, située à 60 km à l'ouest de Mossoul, qui abrite des centaines de terroristes de Daech originaires d'Irak et d'autres pays.

Selon le chef de la police fédérale Shakir Jaudat, toutes les préparations pour la réalisation de l'opération antiterroriste sont terminées et une colonne des forces de l'ordre est déjà partie le 15 août en direction de Tel Afar afin de libérer la région des djihadistes.

La police fédérale a également transmis à Sputnik des photos et une vidéo de la colonne.

Selon le général irakien Yahii Rasul, l'opération n'est pas encore lancée: «Nous attendons un ordre approprié de notre commandement général».

Pourtant, comme l'a indiqué M.Rasul, le quartier général a déjà dressé le plan des principales attaques sur les objets stratégiquement importants des terroristes, qui avaient été déterminés sur la base des données de renseignement fournies par l'armée de l'air irakienne.

une colonne des forces de l'ordre partie en direction de Tel Afar

© SPUTNIK. NAZEK MOHAMMED

Une colonne des forces de l'ordre partie en direction de Tel Afar

Le 10 juillet dernier, le Premier ministre irakien Haïder al-Abadi a annoncé la libération de Mossoul, le fief des djihadistes de Daech en Irak. Selon l'Onu, au moins 15.000 civils ont été blessés et plus de 900.000 personnes ont dû quitter leurs foyers pendant la campagne de libération de Mossoul.

Tel Afar est la dernière région contrôlée par Daech dans la province de Ninive, après la reprise de Mossoul. Située à environ 60 km à l'ouest de Mossoul, Tel Afar est actuellement la cible d'une offensive majeure des forces irakiennes et de leurs partenaires internationaux.

https://fr.sputniknews.com/international/201708161032664511/


 

LES HACHD CHAABI DANS LE VISEUR AFIN DE REDUIRE L'INFLUENCE IRANIENNE EN IRAK

Irak: les Hachd Chaabi dans l’œil du viseur

 Depuis 2 heures  16 août 2017

hachd12

 Irak - Monde arabe

 

Un ancien responsable des Nations unies en Irak a proposé, dans une note publiée par le New York Times, aux États-Unis et à l’Arabie saoudite d’affaiblir les Hachd al-Chaabi afin de réduire l’influence iranienne en Irak.

« Influence » est bien évidemment un terme dont la presse pro-américaine use et abuse pour expliquer les liens de fraternité et de solidarité qui unissent les deux peuples iranien et irakien, surtout après la victoire presque totale de l’armée et des Unités de Mobilisation populaire (Hachd) sur Daech.

Zaid Al-Ali, ancien conseiller de l’ONU en Irak (2005-2010) et proche des Américains a proposé à Washington et à Riyad de renforcer leur coopération avec les services de lutte antiterroriste de l’Irak au détriment des Unités de Mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi).

Il s’agit d’une méthode que les États-Unis utilisent en Irak depuis 2003 et qui consiste à semer la discorde entre les différents groupes ethniques et religieux ou parfois au sein même d’un groupe.

Dans une note publiée par le New York Times, cet expert, produit des officines US, regrette de manière à peine voilée la victoire du peuple irakien à Mossoul, prétendant que cette victoire « ne ferait qu’approfondir l’influence de Téhéran en Irak ».

L’auteur pointe ensuite sa flèche en direction des commandants des Hachd al-Chaabi dont le charismatique Abu Mahdi al-Muhandis, en essayant de tracer de lui le portrait d’un personnage « récalcitrant », plus proche de Téhéran que de Bagdad : « Un commandant des Hachd al-Chaabi proche allié de l’Iran avait déclaré le 4 juillet que les Hachd al-Chaabi ne seraient pas démantelées même si le gouvernement aurait appelé à sa dissolution ».

Et de conclure : « Cela signifie que l’Iran a l’intention de préserver ses intérêts en Irak dans les prochaines années ».

Mais qu’est-ce qui est mijoté contre les Hachd?

Les allégations de cet ancien responsable de l’ONU contredisent en effet la loi irakienne selon laquelle les Unités de mobilisation populaire font partie des institutions légales de l’Irak.

Les députés irakiens ont adopté, l’an dernier, une loi selon laquelle les Hachd al-Chaabi travailleront sous la supervision du quartier général des forces armées irakiennes et toutes leurs opérations seront réalisées sous l’ordre de ce QG.

Zaid Al-Ali qui accuse les « Hachd al-Chaabi » de « ramer pour Téhéran » a sans doute oublié la décision américaine de dissoudre l’armée nationale irakienne en 2003 au lendemain de l’invasion de ce pays par les troupes US.

Il semble aussi ne plus se souvenir de cette autre invasion, celle des hordes de Daech, qui a visé en 2014 les villes irakiennes et qui allait faire tomber la capitale Bagdad.

L’expert n’a visiblement pas, non plus, la moindre idée des souffrances infligées aux civils irakiens tout au long de trois années d’emprise de Daech sur une grande partie du pays.

En réalité, la crainte de ce soi-disant spécialiste est celle des Américains et de leurs alliés de voir l’Irak être doté d’une « force de défense nationale » digne de ce non qui puisse protéger le pays et en préserver l’unité.

D’où les accusations gratuites contre les « Hachd al-Chaabi » qui bien conscientes des risques d’une résurgence des terroristes se déploient sur les frontières communes avec la Syrie pour éviter toute infiltration.

Enfin l’expert n’oublie pas d’évoquer les prochaines législatives en Irak et de ramener encore le tout sur cette prétendue « influence iranienne » : « Le système électoral irakien ne permettait à aucune alliance d’obtenir plus de 20% des voix. Ni les États-Unis, ni l’Arabie saoudite ni aucun autre pays ne sauraient accéder à une influence totale et pleine en Irak ».

« Si les parties étrangères cherchent à couper court à l’influence de l’Iran en Irak, il leur revient de contribuer aux instances sécuritaires irakiennes dont les services de lutte antiterroriste qui ont été, jusqu’ici, les forces les plus efficaces dans la lutte contre Daech », a-t-il précisé.

Or cet argument va parfaitement dans le droit fil des plans américains : diviser les rangs des forces de sécurité irakiennes et les Hachd al-Chaabi, faire remonter les unes contre les autres.

Les Hachd al-Chaabi ont été formées en 2014, après l’occupation par Daech de Mossoul et suite à des Fatwas de grandes sources d’imitation d’Irak notamment celle de l’Ayatollah Ali Sistani.

Les Hachd al-Chaabi ont joué un rôle essentiel dans l’opération de libération de Mossoul et coopéré avec les forces de l’armée et de la police irakiennes, les combattants chrétiens et les Peshmergas kurdes.

Source: PressTV

https://french.almanar.com.lb/533498


 

ARABIE/IRAK : APRES 26 ANS DE FERMETURE, REOUVERTURE DU PASSAGE "ARAR"

Arabie/Irak: réouverture du passage « Arar » après 26 ans de fermeture

 Depuis 7 heures  15 août 2017

passage-arar

 Irak - Monde arabe

 

 

L’Irak et l’Arabie saoudite ont fait part lundi 14 août de la réouverture permanente d’un passage frontalier commun.

Le gouverneur de la province d’al-Anbar a annoncé, lundi, l’ouverture du passage frontalier d’Arar avec l’Arabie saoudite, pour faciliter l’échange commercial.

Le point de passage frontalier avait été fermé suite aux tensions diplomatiques dans les relations des deux pays.

Le gouverneur de la province d’Al Anbar, Suhaib al-Rawi a déclaré que le passage frontalier d’Arar, situé à 430 km au sud-ouest de Ramadi, a été ouvert de façon permanente pour des fins d’échanges commerciaux entre Bagdad et Riyad.

« Le chargé d’affaire de l’ambassade saoudienne à Bagdad et son homologue irakien en poste à Riyad étaient présents dans la cérémonie de réouverture du passage d’Arar », a-t-il ajouté.

Le prince héritier saoudien Mohammad Ben Salmane a pour part annoncé officiellement cette nouvelle dans la dernière réunion des ministres.

Par ailleurs, il a exprimé la volonté de Riyad d’élargir les relations bilatérales avec Bagdad.

Le déplacement en février 2017 du ministre saoudien des Affaires étrangères à Bagdad semble avoir donné un nouveau souffle aux rapports des deux pays, quoique le peuple et divers groupes irakiens critiquent toujours Adel al-Jubeir pour son interventionnisme et ses offenses faites aux responsables du pays.

L’ancien ambassadeur saoudien à Bagdad a été expulsé après avoir offensé à plusieurs reprises les responsables et les forces irakiennes au plus fort de l’attaque de Daech contre l’Irak.

Source: Avec PressTV

https://french.almanar.com.lb/532255


 

COMBATTANTES KURDES ENGAGEES CONTRE LES TERRORISTES DE DAECH

 

Soldates kurdes engagées contre Daech: «J'ignore combien j'en ai tué. Mais beaucoup»

© Photo. Sarah Noureddine

INTERNATIONAL

URL courte

233600444

Courage, résolution et combativité - tel est le slogan des femmes kurdes engagées dans la lutte contre le terrorisme dans le sud de la province irakienne de Kirkuk. Un correspondant de Sputnik a rendu visite aux jeunes guerrières déployées près de la ville de Hawija où elles se préparent à combattre les djihadistes. Témoignages.

 

Bataillon féminin kurde YPJ

© AFP 2017 DELIL SOULEIMAN

Ce bataillon féminin kurde qui lutte contre Daech

Certaines d'entre elles ont déjà pris part à des combats ailleurs, d'autres viennent de s'engager: des centaines de jeunes femmes sont venues des régions frontalières de l'Iran pour protéger le Kurdistan irakien et libérer les territoires occupées par Daech.

 

Hamanou Nakchabandi est une guerrière expérimentée. Elle avoue que c'est l'exemple de ses parents, qui avaient rejoint les Peshmerga en 1979, qui l'a guidée vers le Parti de la liberté du Kurdistan (PAK). Depuis, elle et tant d'autres Kurdes perfectionnent au jour le jour leur maîtrise l'art militaire pour protéger leur région du «khalifat» islamiste.

les femmes irakiennes

© PHOTO. SARAH NOUREDDINE

Des combattantes kurdes

«Depuis la libération de cette région en 2015, ce point a été le dernier à être repris dans la zone de la ville de Dubz. Les villes de Daech sont juste en face de nous», confie-t-elle, ajoutant que ces terres appartenaient aux Kurdes qui y ont vécu pendant des siècles.

Hamanou confie qu'en trois ans de guerre elle a appris non seulement à maîtriser l'art militaire, mais a aussi la langue arabe qu'elle ne parlait pas avant.

«Je n'ai pas appris l'arabe en 40 ans de ma vie, mais la guerre, l'accueil que nous réservons aux réfugiés ayant fui les régions contrôlées par Daech nous ont contraints à apprendre l'arabe pour comprendre les gens qui s'adressent à nous, après avoir fui la guerre, les meurtres et les viols», avoue-t-elle.

Sur un pied d'égalité avec les hommes

«J'ai 20 ans et je suis ici pour être fière de ma vie et défendre le rêve kurde», explique Ayrine Ahmadi, jeune combattante du PAK.

Elle a passé un an et demi sur la ligne de front près de Mossoul et, aujourd'hui, elle est à Kirkuk. Ayrine avoue avoir osé prendre un fusil dans ses mains après avoir lu l'histoire des Yézidies que les terroristes enlevaient, capturaient et violaient. «Je devais faire un choix et prendre une arme pour éviter que ces faits ne se répètent», dit-elle.

les femmes irakiennes

© PHOTO. SARAH NOUREDDINE

Des soldates kurdes

«Je ne vois pas de différence entre les hommes et les femmes, je peux défendre mon pays et les Kurdes une arme en main», poursuit celle qui a failli périr en novembre dernier dans un pilonnage de Daech. Un mois plus tard, sortie de l'hôpital, elle est retournée sur le champ de bataille.

«J'ignore combien j'en ai tué»

Mani Leïlahi, 22 ans, dit avoir pris une arme pour être fière d'elle-même. Cette jeune femme a d'ores et déjà pris part à quatre opérations militaires, mais avoue n'avoir jamais eu peur d'affronter l'ennemi.

les femmes irakiennes

© PHOTO. SARAH NOUREDDINE

Une soldate kurde

«Je tirais sur eux et eux sur moi et je n'avais pas peur d'eux. J'ignore combien de terroristes de Daech j'ai tué. Mais beaucoup. Pendant les combats on sentait comment ils perdaient leurs forces, devenant de plus en plus faibles», se souvient-t-elle.

https://fr.sputniknews.com/international/201708141032642671-irak-kurdes-daech-femmes-combat/


 

LES HACHD AL-CHAABI PARTICIPENT ACTIVEMENT A LA BATAILLE DE TAL AFAR

Irak: les Hachd al-Chaabi participent activement à la bataille de Tal Afar

 Depuis 2 heures  15 août 2017

Ahmed al-Assadi, porte-parole des Hachd Chaabi

Ahmed al-Assadi, porte-parole des Hachd Chaabi

 Irak - Monde arabe

 

Un membre haut gradé des Unités de mobilisation populaire irakiennes (Hachd al-Chaabi) a affirmé que les combattants des Hachd participeraient activement aux côtés des forces armées irakiennes à l’opération de la libération de Tal Afar.

« Aujourd’hui, nous tenons à annoncer clairement que les Hachd al-Chaabi sont activement impliquées dans l’opération pour reprendre Tal Afar à Daech et y participeront de tous côtés », a affirmé Ahmed al-Assadi, porte-parole des Forces de mobilisation populaire, lors d’une conférence de presse, lundi 14 août, à Bagdad.

Assadi a qualifié d’essentielle la participation des Hachd al-Chaabi, à la prochaine bataille de Tal Afar, située à 63 kilomètres à l’ouest de Mossoul, chef-lieu de la province de Ninive.

Il a ajouté que les commandants des Hachd avaient déjà eu des consultations avec des responsables de l’armée irakienne pour échanger leurs points de vue sur le plan de l’opération à Tal Afar.

« Nous avons fixé un calendrier initial pour ces opérations qui sera à l’heure zéro annoncé par le Premier ministre Haïder al-Abadi, une fois que toutes les unités concernées seront préparées », a souligné ce responsable des Unités de mobilisation populaire d’Irak.

Daech emploie tous les moyens à sa portée pour détruire Tal Afar

Par ailleurs, le site irakien al-Soumariya News a révélé que: « Daech a commencé à entreprendre quelques actions particulières à Tal Afar, dont la fermeture des routes, et l’entrepose d’obstacles comme les châssis des vieilles voitures dans les rues. Daech a confisqué en plus des dizaines de voitures des habitants de la ville (…) Daech est arrivé à la conclusion que les opérations de libération de Tal Afar vont commencer dans les jours à venir et il prend à ce titre des mesures pour assurer sa défense. »

Par ailleurs, des sources affiliées aux Unités de mobilisation populaires irakiennes, les Hachd al-Chaabi, ont rapporté que Daech se servait des habitants de Tal Afar comme boucliers humains, rapporte al-Soumariya qui cite une source locale de la province de Ninive.

Source: Avec PressTV

https://french.almanar.com.lb/532090