IRAK

IRAK : NOUVELLE EXPLOSION DANS UNE BASE MILITAIRE DES HACHD AL-CHAABI AU NORD DE BAGDAD

Irak: nouvelle explosion dans une base militaire au nord de Bagdad. Echec US dans l’élimination des Hachd Chaabi

 Depuis 13 heures  21 août 2019

explosion-base

 Irak - Monde arabe

 

Une base militaire des Hachd al-Chaabi, située au nord de Bagdad, a été attaquée le mardi 20 aout.

Des photos postées sur les réseaux sociaux montrent une épaisse fumée noire s’échappant de la base al-Bakr dans la province de Salaheddine.

Les explosions ont eu lieu dans des entrepôts d’armes appartenant aux forces des Hachd al-Chaabi, sanctionnées par les USA.

Entre-temps, le membre du Conseil politique du Hezbollah irakien (al-Nujaba), Firas al-Yasir, s’est félicité, le mardi 20 août, du revers US dans leurs tentatives d’éliminer « cette composante faisant partie des forces armées irakiennes ».

Les membres du Hachd al-Chaabi ont combattu aux côtés des forces armées irakiennes contre le groupe takfiro-wahhabite Daesh.

« Recourant à tous les moyens à leur disposition, les États-Unis n’ont lésiné sur rien depuis 2014 pour liquider les Hachd. Mais les puissantes Unités de mobilisation populaire, fortes du soutien et de la coopération de leurs frères chargés de la sécurité, ont su aussitôt neutraliser complètement le projet américain», a expliqué M.al-Yasir.

Ce responsable du mouvement al-Nujaba a poursuivi : « Les États-Unis cherchent à s’emparer des zones occidentales, particulièrement celles qui sont ouvertes et qui se trouvent aux frontières syrienne et jordanienne afin de servir leurs propres intérêts, qui ne pourraient pas être assurés sans l’élimination des groupes de la Résistance. »

« Mais leur projet a échoué et ils finiront par subir une nouvelle défaite dans les jours qui viennent », a-t-il promis.

Il a aussi exhorté le gouvernement de Bagdad à mettre fin à la présence de la coalition US et d’autres troupes militaires étrangères en Irak dans les plus brefs délais.

Sources: AFP + PressTV

https://french.almanar.com.lb/1469690


 

GOLFE PERSIQUE : L'IRAK VA CREER SA PLUS GRANDE BASE MILITAIRE NAVALE A BASSORA

L’Irak construira sa plus grande base navale à Bassora

Sun Jul 28, 2019 5:40PM

Bagdad a fait état de la construction de la plus grande base militaire navale du pays à Bassora. (Photo d'archives)

Bagdad a fait état de la construction de la plus grande base militaire navale du pays à Bassora. (Photo d'archives)

Le ministère irakien de la Défense a annoncé la création de la plus grande base militaire navale de l’armée irakienne à Bassora dans le sud du pays, pour la première fois depuis 1990.

Le ministre irakien de la Défense, Najah al-Shammari, s’est rendu samedi soir dans la province de Bassora en compagnie du ministre du Transport, du président du Comité de la sécurité et du chef d’état-major adjoint des opérations de l’armée, a rapporté l’agence de presse turque Anadolu.  

Après cette visite, le ministère irakien de la Défense a fait état de la construction de la plus grande base militaire navale du pays à Bassora.

Le communiqué n’a précisé ni la date du lancement du projet ni l’emplacement exact de cette base navale, mais le site internet de la chaîne de télévision Al-Sumeria News cite une source sécuritaire selon laquelle cette base serait construite entre les eaux territoriales de l’Iran et du Koweït.  

Selon le communiqué, le ministre irakien de la Défense a également rencontré les commandants de la base navale d’Umm Qasr et de la base aérienne d’al-Shaibah, et a souligné la nécessité de développer et de moderniser les infrastructures et les institutions militaires du pays.

Le port de Bassora, dans le sud de l’Irak, a une importance stratégique pour le pays, car il est le seul port d’Irak permettant d’exporter du pétrole. Selon des sources sécuritaires, la future base navale de Bassora devra assurer la sécurité du port et défendre la souveraineté irakienne sur ses eaux territoriales.

L’Irak ne possède aucune île dans le golfe Persique et il n’a qu’un littoral très restreint, ce qui prive l’Irak d’une profondeur stratégique important dans cette zone maritime.

L’ancien dictateur irakien, Saddam Hussein, pensait à envahir ou même à louer trois îles koweïtiennes (Bubiyan, Failaka et Warbah) pour compenser l’accès limité de l’Irak au golfe Persique. En 1984, il a réussi à convaincre le gouvernement koweïtien de louer ces trois îles à l’Irak. Les bases militaires irakiennes sur ces îles étaient actives jusqu’à l’attaque de Saddam Hussein contre le Koweït.

Amerli: les 1ers commandos US quittent l’Irak

Amerli : les 1ers commandos US quittent l’Irak

L’armée américaine a décidé de retirer un groupe de Navy SEALs d’Irak sous prétexte de l’abus d’alcool par les soldats qui a causé « l’incapacité de l’équipe à mener à bien sa mission ».

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/07/28/602102/Golfe-Persique-premire-base-navale-irakienne


 

AMERLI, LA BASE DE LA RESISTANCE IRAKIENNE FRAPPEE PAR "ISRAËL"

Irak : en frappant Amerli, l'axe USA/Israël ont mis les pieds dans le plat

Wed Jul 24, 2019 11:50AM

Un convoi de combattants des Hachd al-Chaabi en Irak. (Archives)

Un convoi de combattants des Hachd al-Chaabi en Irak. (Archives)

Certaines sources citées par le journal koweïtien al-Jarida suggèrent que la base de la Résistance irakienne à Amerli au nord ouest de Bagdad aurait été prise pour cible des missiles utilisés contre la Syrie par Israël. Al-Jarida qui n'avance aucune preuve à l'appui de ses dires, renvoie aux menaces proférées par le secrétaire d'Etat, Mike Pompeo lors sa visite en Irak en mai. Ce dernier s'était permis de menacer les responsables irakiens affirmant qu'Israël pouvait frapper « des cibles en Irak à tout moment ». Selon cette source, "la frappe aurait été perpétrée par un avion volant en provenance d'une base américaine située pas très loin de la Syrie, à la frontière irako-jordanienne ; cette base pouvant être celle d’al-Tanf".

PressTV-Israël a-t-il frappé les Hachd?

PressTV-Israël a-t-il frappé les Hachd?

Selon Al Ahed, c'est Israël qui aurait frappé la base des Hachd à Amérli. Que risque Israël si l'information s'avère juste?

Bien que les résultats d'une enquête ouverte sur l'ordre du gouvernement irakien ne reconnaisse pas une frappe aux missiles depuis l'extérieur, se contentant de souligner des explosions et des incendies visant la base d'Amérli, mais le journal indique « la situation délicate » du pays et surtout " la colère populaire qui bat son plein contre les Etats-Unis après le scandale de l'espionnage de la CIA contre les forces des Hachd" mais qui commence à s'étendre au cas d'Israël : " les Irakiens exigent désormais et très clairement la reconstruction de leurs forces armées et se réfèrent sans cesse aux agressions américaines. Si une frappe israélienne contre la base des forces nationales des Hachd est prouvée, il serait alors bien difficile de contrer la colère populaire et de vouloir contenir une action des Hachd qui pourrait aller bien au-delà des frontières irakiennes, en Israël, affirme un analyste. 

Aucun pays ni groupe n’a revendiqué la responsabilité de l’attaque de jeudi soir qui a provoqué la mort d'un combattant des Hachd en en blessant aussi deux autres. Les États-Unis ont immédiatement nié toute implication, un porte-parole du Pentagone ayant déclaré que «les forces américaines n'étaient pas impliquées» . 

L’attaque intervient alors que les combattants des Hachd al-Chaabi mènent depuis deux semaines une vaste offensive à Salaheddine, à Ninive et à al-Anbar contre les cellules de Daech ; ce qui selon les sources irakiennes est propre à renforcer l'hypothèse d'une implication américaine dans l'attaque. 

Le Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi a rejeté mardi les allégations sur une quelconque dissolution des Hachd al-Chaabi et leur fusion dans le corps de l'armée,  rappelant que l’organisation des Hachd al-Chaabi est une « réalité » et que personne n'a le droit d’œuvrer dans le sens de son affaiblissement ou de son abandon.  « Ceux qui pensent au démantèlement des Hachd al-Chaabi n’accordent aucune importance à la sécurité de l’Irak et ils ne souhaitent pas non plus le rétablissement de la sécurité dans le pays », a-t-il précisé, dans des propos qui ont visé très clairement les Américains et leurs exigences illégales. 

Le Premier ministre irakien, également commandant en chef des forces armées du pays a ajouté que « les Hachd al-Chaabi doivent être comme l'armée et la police, et avoir une structure et des réglementations internes. De telles mesures seront prises pour soutenir les Hachd et protéger pleinement les forces armées ».

Amerli frappée: la riposte anti-US?

Amerli frappée: la riposte anti-US?

4 jours après une attaque aux missiles contre une base des Hachd à Salaheddine, les États-Unis retirent leurs troupes d'une base d'al-Abar. Que se passe-t-il sur les frontières irako-saoudiennes?

« Les Hachd al-Chaabi ne fusionneront pas avec les forces armées, pourtant, elles feront partie des groupes armés irakiens. L'Iran aura ainsi une armée régulière et un corps spécialisé dans des combats asymétrique », a ajouté le Premier ministre irakien.

En allusion au fait que certaines parties veulent que le gouvernement irakien soit miné par des conflits internes, Adel Abdel Mahdi a affirmé : « Sans les Hachd, on ne pourrait pas combler le vide au sein des forces armées dans le contexte particulièrement tendu de la région".  

Dans un décret composé de 10 clauses, le Premier ministre irakien a insisté sur l’impératif des liens officiels entre les Hachd al-Chaabi et le commandement général des forces armées, la suppression des noms utilisés pour désigner les différentes branches des Hachd durant la guerre menée par ces derniers contre Daech,: remplacement de ces noms par une dénomination militaire commune et officielle comme: armée, brigade, bataillon. Pour les observateurs, ce nouveau statut acquis par les Hachd pourrait s'avérer particulièrement embarrassant pour les troupes US en Irak. Suivant des pactes qui permettent aux Etats-Unis une présence militaire sur le sol irakien, les forces irakiennes devront bénéficier du soutien militaire US. Or les frappes américaines contre ces dernières pourraient servir de justificatif à une rupture de ces pactes. 

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/07/24/601718/Irak-Hachd-alChaabi-Amerli-Isral


 

L'AMBASSADE US A BAGDAD : UN NID DU MOSSAD ET DE DAECH?

L’ambassade américaine à Bagdad est devenue un nid du Mossad et de Daech

Sat Jul 13, 2019 2:41PM

L’ambassade américaine en Irak a été inaugurée en janvier 2009. ©AFP

L’ambassade américaine en Irak a été inaugurée en janvier 2009. ©AFP

De l’avis d’un parlementaire irakien, l’ambassade américaine en Irak est devenue un refuge pour le Mossad et pour Daech.

« L’ambassade américaine à Bagdad est devenue un nid du Mossad et de Daech », a déploré Hassan Salam, représentant de la fraction Sadeqoun au Parlement iranien.

« Cette ambassade doit être fermée pour avoir violé le droit international », a souligné Hassan Salam.

« L’ambassade américaine piétine les critères internationaux en ce qui concerne les ambassades des pays », a-t-il précisé.

« L’ambassade américaine a quitté ses obligations diplomatiques et s’ingère dans les affaires intérieures irakiennes. Cette ambassade doit donc être fermée », a souligné le parlementaire irakien.

Irak: l’ambassade US va vaciller?

Irak : l’ambassade US va vaciller ?

Alors qu’une vague de demandes de la part du peuple irakien et des groupes de Résistance dans le pays s’était déjà constituée pour réclamer la fermeture de l’ambassade américaine à Bagdad, un autre groupe rejoint le mouvement.

Selon une autre information, le ministre irakien de la Défense, Najah al-Shemmari, a salué le sacrifice des combattants. 

« Al-Hachd est un nom glorieux aux yeux du peuple irakien », a affirmé al-Shemmari.

« Al-Hachd n’appartient pas à une couche sociale ou à une zone particulière, il appartient à tout le peuple irakien », a-t-il souligné.

« Les Hachd al-Chaabi se sont montrés héroïques sur les champs de bataille en mettant fin aux conflits », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne le récent décret en 10 points du Premier ministre irakien, Adel Abdel-Mahdi, le ministre irakien s’est exprimé en ces termes : « Ce décret a été émis pour saluer le rôle des Hachd al-Chaabi et pour les soutenir face aux allégations fallacieuses. »

« Les Hachd al-Chaabi font partie intégrante des forces armées irakiennes », a affirmé le ministre irakien de la Défense.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/07/13/600841/EtatsUnis-Irak-ambassade-nid-Mossad-Daech-Hachd-alChaabi-Najah-alShemmari-Adel-alMahdi


LES HACHD AL-CHAABI : "L'IRAK NE DOIT PAS RESTER NEUTRE DANS LE CONFLIT IRAN-USA"

L’Irak ne doit pas rester neutre dans le conflit irano-américain

Thu May 23, 2019 6:8PM

Les Hachd aideront l’Iran dans sa confrontation avec les États-Unis. ©Réseau international

Les Hachd aideront l’Iran dans sa confrontation avec les États-Unis. ©Réseau international

Une haute autorité des Hachd al-Chaabi a jugé insignifiantes les déclarations de certains dirigeants irakiens qui disent que l’Irak doit rester neutre dans la crise que les États-Unis ont déclenchée contre l’Iran.

Seyyed Hachem al-Haïdari, responsable adjoint des affaires culturelles des Hachd al-Chaabi, a déclaré lors d’une cérémonie commémorant les martyrs à Bagdad, capitale irakienne : « Dans la crise actuelle que les États-Unis ont créée contre la République islamique d’Iran, certains dirigeants irakiens disent qu’il faut rester neutre. »

« Nous respectons ces personnes, mais nous n’acceptons pas leur point de vue, car il contredit la religion musulmane, le chiisme et même le nationalisme irakien », a ajouté al-Haïdari.

« Comment peut-on rester neutre dans la lutte entre le vrai et le faux et entre l’oppresseur et l’opprimé ? Est-ce compatible avec les enseignements de l’école de l’imam Hossein (que le salut de Dieu soit sur lui) et l’attente de l’Imam Mahdi (que le salut de Dieu soit sur lui) ? Comment pouvons-nous parler de neutralité sur le territoire irakien, qui est le territoire de l’Imam Hossein et du gouvernement mondial de l’Imam Mahdi (que le salut de Dieu soit sur lui) ? », s’est-il interrogé.

« Même s’il y a des gens qui ne voient pas cette question d’un point de vue religieux, ils ne peuvent pas rester neutres sur la question du nationalisme irakien », a-t-il poursuivi.

« Le nationalisme irakien exige que nous nous nous rangions du côté de ceux qui nous ont aidés dans des moments difficiles en nous fournissant des armes et des renforts et en nous offrant des martyrs, et non pas du côté de ceux qui ont introduit les terroristes en Irak pour massacrer le peuple », a-t-il souligné.

PressTV-Irak : missiles braqués sur Aïn al-Assad?

PressTV-Irak : missiles braqués sur Aïn al-Assad?

L’Iran et l’Irak restent solidaires pour contrer les menaces et complots des États-Unis qui nuisent aux intérêts de tous les pays de la région. 

« L’ancien Premier ministre irakien, Haïder al-Abadi, avait annoncé lors de son mandat que plus de cinq mille Saoudiens s’étaient rendus en Irak et y avaient mené des opérations suicides », a rappelé al-Haïdari.

« Aujourd’hui, certains parlent du retour dans le giron des pays arabes, d’amitié et de fraternité avec tous les pays. Cela n’est ni raisonnable ni cohérent avec nos principes religieux et notre nationalisme », a-t-il déploré.

Dans le même temps, de nombreux dirigeants et personnalités politiques et religieuses d’Irak, issus de divers groupes religieux et ethniques, ont mis l’accent dans un communiqué, lors de leurs discours ou dans des interviews accordées aux médias ces derniers mois sur la solidarité avec le peuple iranien face aux États-Unis, tout en condamnant les actions unilatérales de Washington contre Téhéran.

Il convient de noter que ces évolutions interviennent simultanément à la multiplication des provocations et des menaces américaines contre les pays de la région, notamment l’Iran et l’Irak, et la campagne d’intoxication de Washington et de certains pays arabes de la région dans le but d’accentuer la pression sur l’Iran.

Après la multiplication de provocations et des menaces proférées par les autorités américaines ces dernières semaines dans la région, y compris en Irak, nombre de dirigeants politiques de ce pays ont critiqué les conséquences dangereuses de la violation de la souveraineté irakienne par les États-Unis et les conséquences désastreuses de la montée des tensions en Irak et dans toute la région.

PressTV-Irak : vers le clash USA/Résistance ?

PressTV-Irak : vers le clash USA/Résistance ?

L’Irak s’est transformé en la scène de confrontation Iran/États-Unis, c’est du moins l’avis du site web Middle East Eye.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/05/23/596726/Iran-Irak-Hachd-alChaabi-politique-impartiale-tension


 

QUEL ROLE JOUE LA RUSSIE EN IRAK?

Quel rôle joue la Russie en Irak?

 Depuis 2 heures  22 mai 2019

frontiere_irak_syrie

 Irak - Monde arabe

 

no author

La Russie et l’Irak continuent de développer leurs relations bilatérales. Le site Al-Monitor considère cet intérêt de la Russie comme le désir d’être présentée dans le pays comme elle l’est en Syrie mais avec des moyens pacifiques.

Le 25 avril, l’Irak et la Russie ont signé 16 accords dans les domaines du commerce, de l’énergie, de l’économie, des télécommunications, de la technologie, des transports, de l’agriculture, de la construction, du tourisme et de la culture. Le 26 avril, le vice-Premier ministre russe Youri Borissov a rencontré le premier ministre irakien Adel Abdel-Mehdi et, à l’issue de la réunion, a déclaré que «le nombre d’entreprises russes en Irak était en augmentation». Le 9 mai, Hakim al-Zamili, membre de la commission de la sécurité et de la défense au parlement irakien, a annoncé la tenue de négociations pour acheter des systèmes de missiles S-400 à la Russie.

Al-Monitor a aussi cité le responsable du Centre irakien pour la pensée politique, Ihsan al-Shammari, qui a déclaré que «la Russie s’efforçait de faire concurrence aux entreprises multinationales dans le centre et le sud de l’Irak en particulier dans le domaine de l’énergie». Il a ajouté que «la Russie voulait également concurrencer les entreprises américaines en Irak et de nombreux investisseurs et capitaux russes ont commencé à affluer en Irak ces derniers mois».

Le désire de renforcer la présence russe en Irak dans le domaine économique est aussi confirmée par le fait que le 25 avril la Russie a ouvert un bureau économique dans son ambassade à Bagdad. Un autre signe sur ce plan est l’augmentation des investissements de l’entreprise russe Lukoil de huit à 45 milliards de dollars (7 à 40 mds EUR). Selon les experts, la Russie vise à consolider sa puissance au Moyen-Orient mais cherche aussi à réduire l’impact des États-Unis.

Selon le site Al-Monitor, l’Irak peut bénéficier de la présence russe, pas seulement dans le domaine économique, mais aussi du point de vue stratégique. Le partenariat avec la Russie en tant que grand et puissant pays est plus facile à entretenir qu’avec les États-Unis ou d’autres pays occidentaux.

Source: Sputnik

http://french.almanar.com.lb/1372626


 

LE PARLEMENT IRAKIEN PREPARE UNE LOI EXIGEANT L'INDEMNISATION POUR LES VICTIMES DES GUERRES IMPOSEES AUX IRAKIENS PAR LES USA ET "ISRAËL"

Le Parlement irakien se penche sur une loi d’indemnisation des victimes de guerre

Sun May 19, 2019 6:17PM

Le Parlement irakien se penche sur une loi d’indemnisation des victimes des guerres successives imposées depuis 25 ans aux Irakiens par les États-Unis et Israël. (Photo d’archives)

Le Parlement irakien se penche sur une loi d’indemnisation des victimes des guerres successives imposées depuis 25 ans aux Irakiens par les États-Unis et Israël. (Photo d’archives)

Le Parlement irakien se prépare à adopter une loi qui prévoit une indemnisation à réclamer à Washington et à Tel-Aviv pour utilisation d’armes prohibées en Irak.

Un membre de la commission des relations extérieures du Parlement irakien a déclaré lors d’une conférence de presse aujourd’hui, dimanche 19 mai 2019, que cette commission s’emploie à préparer cette loi importante qui aura des implications d’ordre international.

Rami al-Sakini a ajouté que cette loi prévoit la mise en place d’un comité chargé de fixer une indemnité à obtenir de la part des États-Unis et de ses alliés pour les victimes irakiennes des agressions militaires de 1981 (bombardement des installations nucléaires par le régime israélien), de 1991 (la guerre du golfe Persique) et de 2003 (l’occupation de l’Irak).

Par ailleurs, un porte-parole du Hezbollah irakien a réagi aux récentes excuses présentées par Washington concernant la mort d’un membre de la police fédérale en affirmant que ces excuses ne suffisent pas et qu’il faut avant tout une indemnisation de la famille de la victime.

Mohammed Mohaï a en effet déclaré dans un entretien avec le site Al-Itijah Press que le Hezbollah irakien n’accepte pas ces excuses et qu’il faut que ceux qui ont commis le crime soient jugés conformément à la loi irakienne.

« Le fait de cibler les forces irakiennes à Kirkouk a prouvé la nature suspecte de la mission américaine en Irak. Ce crime a mis en lumière le fait que les forces américaines en Irak sont des troupes de guerre et non des conseillers. Cet incident constitue aussi une violation flagrante du pacte de sécurité Washington-Bagdad.

Aucune excuse n’est acceptable sans la possibilité d’une action en justice contre les auteurs du crime et sans la possibilité d’un procès mené conformément à la loi irakienne. Les États-Unis doivent nous indemniser en vertu du principe de réciprocité. Ils nous ont eux-mêmes imposé de lourdes sommes en indemnisation de leurs victimes. Les autorités irakiennes ne doivent pas prendre cette question à la légère. Le sang des Irakiens n’est pas sans valeur.

 

"Et puis cet incident prouve aussi quelque chose de plus important : il est temps que les troupes US sortent d’Irak, car elles constituent une menace sérieuse pour la sécurité des Irakiens. Et nous avons fait cette demande à maintes reprises", a-t-il déclaré.

Des sources de sécurité irakiennes ont récemment rapporté que des chasseurs de la coalition internationale avaient ciblé un poste de contrôle de la police irakienne dans la région d’al-Riyaz, près de Kirkouk. Cette attaque a coûté la vie à un policier fédéral. Deux de ses collègues ont également été blessés.

Par ailleurs, le dernier rapport officiel du ministère irakien de la Santé datant de 2011 indique qu’il y a plus de 20 260 cas de cancer en Irak.

Des rapports élaborés par des experts médicaux indiquent que les guerres dévastatrices et successives imposées depuis 25 années à l’Irak font partie des causes de la recrudescence des cas de cancer parmi les Irakiens.

Le nombre d’Irakiens atteints de cancer aurait même atteint 25 000 selon certains et les habitants de Bassora, la ville la plus exposée aux guerres, seraient les plus touchés.

Il est utile de rappeler aussi ici que le régime israélien a causé une importante pollution de l’environnement en Irak avec ses bombardements des installations nucléaires de Tuwaitha en 1981

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/05/19/596368/Irak-une-loi-demandant-des-indemnisations--Washington


LA LOURDE DEFAITE US EN IRAK

L’échec politique de Washington en Irak est encore plus cuisant que la défaite militaire

Sun Mar 17, 2019 5:14PM

Deux combattants des Hachd al-Chaabi. (Archives)

Deux combattants des Hachd al-Chaabi. (Archives)

Mahmoud al-Rabi’i, porte-parole du mouvement Asaib Ahl al-Haq en Irak, lié au Hachd al-Chaabi, a réagi le samedi 16 mars au rapport du département d’État américain qui a accusé les combattants des Hachd al-Chaabi de meurtres.

« Le récent rapport du département d’État américain dans lequel ce dernier a insulté les Hachd al-Chaabi montre que les États-Unis sont arrivés à la conclusion que leur défaite politique lors des récentes élections irakiennes [les fractions de la résistance ayant remporté la victoire, NDLR] est encore plus grave que celle sur la scène militaire », a affirmé Mahmoud al-Rabi’i.

PressTV-Les USA, pays non grata en Irak?

PressTV-Les USA, persona non grata en Irak ?

Opposées à la présence militaire US, les autorités irakiennes réclament la mise au vote du retrait de toutes les forces étrangères du pays.

« De tels rapports ainsi que les prises de positions américaines ne peuvent en rien affecter la volonté des Hachd al-Chaabi et des fractions politiques de ne jamais remettre en question leurs objectifs. Les Hachd al-Chaabi ne feront jamais partie de l’axe américain, dont l’objectif est d’affaiblir l’Irak », a-t-il souligné.

 

PressTV-Irak:

PressTV-Irak : "les Marines US sous surveillance"

Le Parlement irakien est en train d’élaborer un projet de loi sur l’expulsion des troupes US du pays.

Le porte-parole officiel des Hachd al-Chaabi pour l’axe du nord, Ali al-Hosseini, a pour sa part réagi à ce rapport lors d’un entretien avec l’agence de presse irakienne Al-Maalouma, en demandant au Premier ministre irakien, Adel Abdel-Mahdi, de convoquer l’ambassadeur américain en vue de lui remettre la lettre de protestation de Bagdad concernant la récente prise de position de Washington envers cette formation populaire.

Le département d’État américain a accusé le vendredi 15 mars, dans un rapport sur la situation des droits de l’homme en 2018, les Hachd al-Chaabi d’avoir commis des crimes.

Les autorités et les dirigeants politiques irakiens ont à maintes reprises réagi aux accusations portées par les États-Unis contre les Hachd al-Chaabi, qui ont joué un rôle essentiel dans la lutte contre Daech en Irak, en affirmant que cette force populaire est une organisation légale, reconnue officiellement par un décret du commandant en chef des forces armées.

PressTV-Irak: le temps joue contre les USA!

PressTV-Irak : le temps joue contre les USA !

Les Hachd al-Chaabi appellent Bagdad à riposter aux ingérences US en Irak.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/03/17/591282/Irak-EtatsUnis-Asaib-Ahl-alHaq-dfaite-Mahmoud-alRabiei-Hachd-alChaabi-Ali-alHosseini-Adel-AbdulMahdi


 

LE HACHD AL-CHAABI: L'IRAK N'A BESOIN D'AUCUNE FORCE ETRANGERE, QU'ELLE SOIT TERRESTRE OU AERIENNE

L’Irak n’a besoin d’aucune force étrangère, réitère le Hachd

 Depuis 4 heures  11 février 2019

ameri

 Irak - Monde arabe

 

« L’Irak n’a besoin d’aucune force étrangère », a réitéré le chef de l’Organisation Badr, une des composantes du Hachd al-Chaabi (groupe luttant contre les takfiristes et les forces étrangères en Irak).

« L’Irak n’a besoin d’aucune force étrangère, que celle-ci soit terrestre ou aérienne », a affirmé Hadi al-Ameri, lors d’une visite dans la province de Diyala.

« Les capacités irakiennes suffisent pour assurer la sécurité et la stabilité du pays », a-t-il souligné.

Le président américain, Donald Trump, a récemment déclaré que Washington avait dépensé beaucoup d’argent pour construire sa base militaire en Irak et qu’il n’envisageait donc pas de retirer ses troupes d’Irak, souhaitant le maintien de ces bases.

Il a prétendu que si les États-Unis veulent maintenir leurs bases en Irak, c’est pour pouvoir surveiller l’Iran : « La seule chose que je veux est de surveiller l’Iran. Nous avons construit une base militaire incroyable et coûteuse en Irak. Cette base peut parfaitement surveiller les différentes régions du Moyen-Orient, qui posent de nombreux problèmes. C’est ce que beaucoup de gens ne comprennent pas. Nous voulons surveiller et observer tous les agissements pour savoir à l’avance si un quelconque pays envisage de se doter d’une bombe atomique ou d’autre chose. »

Les déclarations de Trump ont suscité une vive réaction des responsables politiques et militaires irakiens, dont la plupart ont réclamé le retrait des troupes américaines.

Par ailleurs au niveau local, M.Ameri a en outre précisé que « le prochain combat aura pour objectif de lutter contre la corruption, de renforcer le respect des principes humains et de prendre conscience des besoins prioritaires de l’Irak ».

Soulignant l’importance de garder le moral et d’avoir bon espoir, le chef de l’Organisation irakienne Badr a déclaré qu’il était nécessaire de faire taire les voix qui affirment que l’Irak ne peut plus se relever.

Al-Ameri a finalement souligné que ce qui est dit à propos des capacités irakiennes s’inscrit dans le cadre d’une guerre douce contre le peuple irakien et qu’il faut rester optimiste quant à l’avenir du pays.

Source: Avec PressTV

https://french.almanar.com.lb/1248315


 

IRAK: DEUX BLOCS PARLEMENTAIRES SE PENCHENT SUR L'EXPULSION DES TROUPES US DU PAYS

Irak : deux blocs parlementaires se penchent sur l’expulsion des troupes US

 Depuis 12 heures  9 février 2019

us-irak2

 Irak - Monde arabe

 

Deux blocs du Parlement irakien, nommés respectivement Islah et Binaa, doivent se pencher bientôt sur la question de l’expulsion des troupes américaines d’Irak.

Selon l’agence de presse iranienne Fars News citant le journal saoudien Al-Hayat, d’importants hommes politiques irakiens envisagent de faire adopter au Parlement la loi sur l’expulsion des militaires américains de leur pays.

Dans ce cadre, le bloc Binaa mené par Hadi al-Ameri, président de l’Organisation Badr, doit s’entretenir avec le leader du bloc Islah, Moqtada Sadr.

Le journal saoudien a écrit que le président américain Donald Trump avait récemment dit vouloir conserver la base aérienne d’al-Assad en Irak pour « être en mesure de surveiller l’Iran », ce qui a provoqué l’ire de nombreux groupes politiques irakiens.

Mansour al-Baeeji, membre de la coalition Binaa au Parlement irakien, a annoncé dans un communiqué que « l’Irak est un pays indépendant et souverain » et qu’il n’a jamais été un des 50 États américains ni une institution dépendant de Washington, comme le dit Donald Trump pour ainsi fourvoyer l’opinion publique.

« La présence de troupes américaines ou turques sur le sol irakien compliquera la mission des forces de sécurité, notamment après la libération de nos territoires en versant le sang des Irakiens. Tout cela rend impossible l’acceptation de la présence des forces américaines en Irak », a-t-il ajouté.

Le député irakien a souligné qu’« il revient au Parlement irakien de décider du sort des troupes étrangères en Irak, puisqu’il en est le représentant et la maison du peuple et qu’il votera bientôt sur la loi portant sur le retrait des forces étrangères du pays ».

« La présence des forces des États-Unis et d’autres pays en Irak est inacceptable, d’autant plus qu’en vertu de l’accord de sécurité irako-américain, les soldats US devraient avoir quitté l’Irak en 2011 et leur présence est donc inadmissible. En effet, la présence des Américains déstabilise la région, et c’est ça l’objectif recherché par les USA », a indiqué le député du Parlement irakien.

Il a affirmé que le Parlement ne permettrait jamais aux forces US de rester en Irak et que Bagdad ne se laisserait pas influencer par les propos de Trump. « Nous chasserons les forces américaines et nous ne permettrons à aucun soldat US de rester en Irak », a-t-il ajouté.

Badr al-Ziyadi, membre de la commission de la sécurité et de la défense du Parlement a proposé hier la tenue de beaucoup de réunions par les blocs Binaa et Islah afin de parvenir à un terrain d’entente concernant la loi sur l’expulsion des forces étrangères. Il a par ailleurs fait part de la volonté de la majorité des députés pour adopter cette loi, sans manquer de préciser qu’une décision unanime serait prise dans les prochains jours en la matière.

 

Source: PressTV

https://french.almanar.com.lb/