IRAK

MOSSOUL : BLESSEE EN REPORTAGE, LA JOURNALISTE VERONIQUE ROBERT EST DECEDEE

Actualités, info, news en direct - Radio France Internationale - RFI

 

Irak: blessée en reportage à Mossoul, la journaliste Véronique Robert est décédée (communiqué de France Télévisions)

«C'est avec une très grande tristesse que la direction de l'information de France Télévisions vient d'apprendre le décès de la journaliste Véronique Robert suite aux blessures subies lors de l'explosion d'une mine à Mossoul, en Irak», indique le groupe audiovisuel français ce samedi. Opérée à Bagdad, Véronique Robert, 54 ans, avait été transférée dans la nuit de jeudi à vendredi dans l'hôpital militaire de Percy, près de Paris. Deux autres journalistes, le Français Stéphan Villeneuve et l'Irakien Bakhtiyar Addad, avaient perdu la vie dans l'explosion survenue lundi. Notre consœur était en reportage pour l'émission «Envoyé Spécial».

http://www.rfi.fr/contenu/ticker/irak-blessee-reportage-mossoul-journaliste-suisse-veronique-robert-est-decedee-commun/?ns_mchannel=fidelisation&ns_source=newsletter


 

DAECH A DETRUIT L'EMBLEME DU VIEUX MOSSOUL, LA MOSQUEE AL-NOURI

«Daech» a détruit la mosquée Al-Nouri, emblème du vieux Mossoul

Les terroristes de «Daech» ont fait sauter ce mercredi la grande mosquée Al Nouri de Mossoul, où leur chef de file Abou Bakr al Baghadi a proclamé l’instauration de son soi-disant «califat» en 2014, rapporte l’armée irakienne dans un communiqué. «Daech» a rapidement réagi via son agence de propagande «Amaq» en accusant l’aviation américaine d’avoir détruit le monument par un bombardement.

«Daech» a détruit la mosquée Al-Nouri, emblème du vieux Mossoul

«Nos forces étaient en train d’avancer […] dans la vieille ville et lorsqu’elles sont arrivées à 50 mètres de la mosquée al-Nouri, Daech a commis un nouveau crime historique en faisant exploser la mosquée al-Nouri et al-Hadba», le minaret penché qui lui est adjacent, a déclaré dans un communiqué le général Abdulamir Yarallah, le commandant irakien responsable de l’offensive de Mossoul.

La coalition a abondé dans ce sens en accusant «Daech» d’avoir «détruit l’un des plus grands trésors de Mossoul et de l’Irak alors que les forces irakiennes s’en approchaient».

«C’est un crime contre le peuple de Mossoul et d’Irak, et un des exemples montrant pourquoi cette organisation doit être annihilée», a-t-elle estimé dans un communiqué. En détruisant ces monuments emblématiques, «Daech» a «officiellement reconnu sa défaite», a estimé peu après le Premier ministre irakien Haider al-Abadi.

Le territoire contrôlé par «Daech» n’a cessé de rétrécir ces deux dernières années au fil des offensives menées contre lui par une mosaïque de forces régionales.

Offensive de l’armée irakienne

La destruction de la mosquée intervient au quatrième jour de l’offensive de l’armée irakienne dans la vieille ville de Mossoul où les terroristes sont retranchés et opposent une farouche résistance.

Délimité historiquement par des remparts du XIe siècle (détruits au XXe siècle) et adossé au Tigre sur sa partie orientale, le vieux Mossoul était le coeur vivant de la deuxième ville d’Irak, qui fut durant plusieurs siècles un carrefour commercial entre l’Inde, la Perse et la Méditerranée.

Tour de Pise irakienne

Le minaret penché, surnommé «la tour de Pise irakienne» et que les habitants de Mossoul appellent «la bossue» (al-Hadba), est un des seuls vestiges du bâtiment d’origine. Achevé en 1172 et décoré de motifs géométriques en briques, il était un emblème de la ville, imprimé sur les billets de 10 000 dinars irakiens, avant de devenir aussi un symbole du règne de «Daech» lorsque les terroristes y ont planté leur drapeau noir à son sommet, à 45 m de hauteur.

Après avoir pris le contrôle de Mossoul il y a trois ans, «Daech» y a détruit plusieurs monuments historiques, dont le principal musée et plusieurs mausolées.

Le minaret penché, qu’il considérait comme une perversion de l’islam, était également dans son collimateur, mais la population locale l’avait jusque-là empêché de le détruire.

Le général Abdulwahab al-Saadi, l’un des dirigeants des forces d’élite anti terroristes irakiennes (CTS), avait craint lundi que la destruction de la mosquée al-Nouri et du minaret penché ne soit inévitable.

«Daech pourrait les détruire pour des raisons psychologiques» car «ils ne voudront peut-être pas laisser debout ce lieu qu’Abou Bakr al-Baghdadi avait investi». «Et peut-être accuseront-ils les forces irakiennes de l’avoir détruit», avait-il prédit.

Source : agences et rédaction

 

22-06-2017 | 11:10

https://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=23464&cid=304#.WUvcKLKLQ2w


 

L'IMMINENTE DEFAITE DE DAECH A MOSSOUL PREND LES USA AU DEPOURVU

Mossoul

Les USA pris au dépourvu par la défaite imminente de Daech

© AFP 2017 Aris Messinis

LU DANS LA PRESSE

URL courte

Vzgliad

234266610

Le monde chiite est en mouvement: l'armée irakienne a percé à Mossoul les premières lignes de défense des djihadistes de l’État islamique qui protègent la mosquée où le «nouveau califat» est né.

La résistance chiite de l'Irak a connu son propre «Jour de l'Elbe» avec les troupes d'Assadà la frontière, et l'Iran a soudainement utilisé des missiles de croisière contre Daech. Le Pentagone est pris au dépourvu.

 

L'armée irakienne

© REUTERS/ ALAA AL-MARJANI

L'armée irakienne encercle Daech dans la vieille ville de Mossoul

Selon la chaîne Al-Sumaria, les forces irakiennes ont déjà avancé de 150 mètres dans la vielle ville de Mossoul en perçant les deux premières lignes de défense de l'EI.

 

Actuellement, Daech contrôle uniquement la partie centrale de la vielle ville sur la rive ouest du Tigre autour de la mosquée al-Nuri — sur le balcon de laquelle Abou al-Baghdadiavait proclamé le califat et appelé tous les musulmans au djihad en 2014. Selon la revue en ligne Vzgliad.

Sur une autre partie du front chiite, le groupe irakien Hachd al-Chaabi a occupé derrière la ville d'al-Rutba le poste frontalier al-Walid où il a rencontré les forces gouvernementales syriennes. Les premières images de fraternisation des chiites irakiens et des soldats syriens ont été diffusées par la chaîne iranienne Alalam, ce qui montre une fois de plus le rattachement des groupes chiites à Téhéran — et ce aussi bien en Irak qu'en Syrie. L'établissement d'une communication routière directe entre Damas et Bagdad est une très bonne nouvelle pour les habitants.

Le commandement américain ne s'attendait manifestement pas à une telle évolution de la situation: aujourd'hui, sous ses yeux, se forme lentement mais sûrement le fameux «corridor chiite» de l'Iran jusqu'à la frontière d'Israël.

 

Mossoul

© AFP 2017 ARIS MESSINIS

Le journaliste français Stephan Villeneuve, blessé à Mossoul, est mort

De son côté, Téhéran n'a pas hésité à tirer des missiles balistiques de moyenne portée contre des bases de Daech. Plus exactement, le Corps des gardiens de la Révolution islamique a tiré depuis les provinces iraniennes de Kermanshah et du Kurdistan contre des cibles à proximité de Deir ez-Zor, c'est-à-dire à 500-700 km. Selon le communiqué officiel, cette frappe était une riposte à l'attentat du 7 juin à Téhéran qui avait fait 18 morts et 50 blessés.

 

Tôt ou tard, la résistance de l'EI dans la vieille ville de Mossoul sera brisée — tout simplement à cause de la supériorité de la coalition américano-irakienne sur les djihadistes. Cela fera un problème de moins mais les autres persisteront. Et cette guerre dégénérera de plus en plus en course aux sites stratégiques à la frontière et à l'intérieur de la Syrie.

https://fr.sputniknews.com/presse/201706201031920850-daech-chiite-mossoul/


 

MOSSOUL : L'ARMEE IRAKIENNE PREND LE CONTROLE DU PC DE DAECH

Irak : l’armée prend le contrôle du centre de commandant de Daech à Mossoul

Tue Jun 20, 2017 3:17PM

Un membre du contre-terrorisme irakien dans la vieille ville de Mossoul, le 19 juin 2017. ©AFP

Un membre du contre-terrorisme irakien dans la vieille ville de Mossoul, le 19 juin 2017. ©AFP

En Irak, les forces du contre-terrorisme ont réussi à s’infiltrer dans le centre de commandement de Daech, dans la vieille ville de Mossoul.

Ce mardi 20 juin, les forces irakiennes du contre-terrorisme (CTS) ont pris le contrôle du centre de commandement de Daech, dans la vieille ville de Mossoul.

Le chef de la police fédérale irakienne, le général Raëd Chaker Jawdat, a annoncé que les forces du CTS étaient arrivées à s’infiltrer dans le centre de commandement de Daech, grâce au siège qu’elles avaient imposé au quartier de la vieille ville de Mossoul.

Le général Jawdat a ajouté que ses forces essayaient de créer des couloirs sûrs destinés à l’évacuation des civils de Mossoul.

La vieille ville de Mossoul est le dernier quartier où sont retranchés les terroristes de Daech. Ce quartier constitue 1 % de la ville stratégique de Mossoul. 

http://presstv.com/DetailFr/2017/06/20/525949/Rad-Chaker-Jawdat-CTS-Irak-commandant-de-Daech-vieille-ville-de-Mossoul


 

LES HACHD AL-CHAABI REPOUSSENT UNE ATTAQUE TERRORISTE DE DAECH PRES DE LA FRONTIERE SYRIENNE

Les Hachd al-Chaabi neutralisent une attaque de Daech à at-Tanf

Tue Jun 20, 2017 3:56PM

Les Unités de mobilisation populaire d’Irak près de la frontière irakienne avec la Syrie, à l’ouest de Mossoul, en Irak, le 12 juin 2017. ©Reuters

Les Unités de mobilisation populaire d’Irak près de la frontière irakienne avec la Syrie, à l’ouest de Mossoul, en Irak, le 12 juin 2017. ©Reuters

Les Unités de mobilisation populaire d’Irak ont repoussé une offensive de Daech contre le nord du point de passage d’al-Walid, près de la frontière syrienne.

Selon une source irakienne, les terroristes de Daech ont attaqué, ce mardi 20 juin, une position des Unités de mobilisation populaire d’Irak (Hachd al-Chaabi), depuis la ville frontalière d’al-Qaem, contrôlée par les terroristes, mais l’attaque a été tout de suite repoussée par les forces irakiennes, d’autant plus que les terroristes ont subi des pertes en vies humaines et des dégâts matériels.

Le groupe terroriste Daech a annoncé, par la voix de son organe de propagande al-Amaq, avoir lancé une attaque surprise contre les forces irakiennes, près d’at-Tanf, et avoir tué 17 d’entre elles.

Daech n’a pas mentionné le nombre de ses éléments tués lors de ces affrontements.

At-Tanf se situe à l’intérieur d’un triangle qui couvre les régions frontalières de l’Irak, de la Syrie et de la Jordanie. Les forces américaines sont installées près d’at-Tanf. 

 

http://presstv.com/DetailFr/2017/06/20/525959/atTanf-Hachd-alChaabi-al-Walid-Units-de-mobilisation-populaire-Irak-Syrie


 

DEUX JOURNALISTES KURDE ET FRANCAIS TUES, UN AUTRE BLESSE, A MOSSOUL

Mossoul: deux journalistes kurde et français tués, un autre blessé

 Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le , mis à jour le 
  • 299partages
  •  
  •  
De la fumée s'élève du vieux Mossoul, lors de combat entre l'EI et les forces irakiennes le 1er juin 2017

De la fumée s'élève du vieux Mossoul, lors de combat entre l'EI et les forces irakiennes le 1er juin 2017

 

afp.com/KARIM SAHIB

Ils étaient présents en Irak pour effectuer un reportage pour Envoyé spécial. Reporters sans frontières exprime "sa vive émotion" après le drame.

Ils sont partis à quatre mais ne seront que deux à revenir. Véronique Robert et Stéphane Villeneuve, deux journalistes de la société de production #5bis, préparaient un reportage sur la bataille de Mossoul, en Irak, pour l'émission "Envoyé spécial" de France 2. Le premier a été blessé, mais le deuxième est décédé, tout comme leur collègue journaliste et "fixeur" Bakhtiyar Haddad, lors de l'explosion d'une mine. Ils étaient accompagnés de Samuel Forey, qui travaille pour plusieurs médias. 

"Je suis immensément triste pour Bakhtiyar"

Selon France Télévisions et Reporters sans frontières, les journalistes français ont été pris en charge dans l'hôpital d'une base militaire américaine.  

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/mossoul-un-journaliste-kurde-tue-et-trois-journalistes-francais-blesses_1919397.html


 

CONFLIT EN IRAK : DEPUIS 2014, 26 JOURNALISTES ONT ETE TUES

Conflit en Irak : "Depuis 2014, il y a 26 journalistes qui ont été tués" dans ce pays

Le secrétaire général de Reporter sans frontières, Christophe Deloire, rappelle que "chaque année, il y a près de 80 journalistes tués dans l’exercice de leur fonction, certains sont sciemment visés".

De la fumée s\'échappe d\'un quartier de l\'ouest de Mossoul (Irak), le 15 juin 2017.

De la fumée s'échappe d'un quartier de l'ouest de Mossoul (Irak), le 15 juin 2017. (ERIK DE CASTRO / REUTERS)

avatar

franceinfoRadio France

Mis à jour le 
publié le 

 

imageil y a 21 minutes

La ministre des Armées, Sylvie Goulard, annonce sa démission du gouvernement

Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières a réagi, mardi 20 juin, sur franceinfo à la mort de Stephan Villeneuve, lundi soir à Mossoul, au nord de l'Irak. Le reporter a été victime selon l'Élysée et France Télévisions de l'explosion d'une mine qui a également tué, Bakhtiyar Haddadjournaliste irakien, faisant office de fixeur. Deux journalistes français ont également été blessés : Véronique Robert, grièvement touchée et Samuel Forey, choqué. Les deux ont été hospitalisés.

"Chaque année, il y a près de 80 journalistes tués dans l’exercice de leur fonction, certains sont sciemment visés", a rappelé Christophe Deloire. "Depuis 2014, il y a 26 journalistes qui ont été tués en Irak", a-t-i poursuivi. 

franceinfo : Est-ce que vous savez comment va Véronique Robert ?

Christophe Deloire : Elle a été opérée hier (ndlr : lundi 19 juin) sur une base américaine, sur laquelle avait été également emmenée Stéphane Villeneuve qui était encore vivant. C’est là qu’il est mort et c’est là qu’a été emmenée la dépouille de leur fixeur kurde, Bakhtiyar Haddad. Un grand reporter me disait il y a quelques jours, j’en ai assez de voir la liste de mes amis qui meurent s’allonger, notamment dans les conflits. C’est évidemment une grande consternation à nouveau que cette tragédie.

Combien de journalistes meurent chaque année dans l'exercice de leur fonction ?

Chaque année, il y a près de 80 journalistes tués dans l’exercice de leur fonction, certains sont sciemment visés. Dans ce cas semble-t-il, c’est leur passage sur une mine qui a été fatale. Les journalistes accompagnaient les troupes spéciales irakiennes qui tentent de reprendre le centre-ville de Mossoul aux mains de Daech. L’Irak est un pays extrêmement dangereux. Le pays est 158e sur 180 dans le classement mondial de la liberté de la presse. Depuis 2014, il y a 26 journalistes qui ont été tués en Irak. Mossoul avait été envahie par l’Etat islamique en 2014. Cela avait créé un trou noir de l’information. Les journalistes avaient été soit expulsés, soit tués, soit pour ceux qui avaient dû rester transformés en propagandistes. Les studios de radio et de télévision avaient été pris en otage par l’Etat islamique, il les avaient transformés en instruments de propagande.

Pour autant, les journalistes doivent-ils continuer à se rendre sur les terrains de conflits comme l'Irak selon vous ?

J’entends parfois qu’il ne faudrait pas couvrir certains conflits au motif que c’est dangereux. Malheureusement, les conflits font partie de la vie de millions de gens sur terre. Ce serait terrible s’il n’y avait pas de témoins et parmi les témoins les plus essentiels, il y a les journalistes. Ceux qui partent ont du courage. Il faut du courage au nom de la liberté et de la nécessité d’informer pour partir à Mossoul.

 

Christophe Deloire : "Chaque année, il y a près de 80 journalistes tués dans l’exercice de leur fonction, certains sont sciemment visés"

00:00-00:00

http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/mossoul/conflit-en-irak-depuis-2014-il-y-a-26-journalistes-qui-ont-ete-tues-dans-ce-pays_2245413.html


 

AVANCEE DES HACHD CHAABI DANS LE TRIANGLE FRONTALIER ENTRE LA SYRIE, LA JORDANIE ET L'IRAK

Les Hachd al-Chaabi s’installent dans le triangle frontalier entre la Syrie, la Jordanie et l'Irak

Sun Jun 18, 2017 4:53PM

Le poste frontalier d’al-Walid est situé entre l’Irak et la Syrie. ©Google Map

Le poste frontalier d’al-Walid est situé entre l’Irak et la Syrie. ©Google Map

Les médias irakiens ont fait état du déploiement des Unités de mobilisation populaire d’Irak, les Hachd al-Chaabi, dans le triangle frontalier entre la Syrie, la Jordanie et l’Irak.

Selon Sumaria News citant une source sécuritaire dans la province d’al-Anbar, une brigade des gardes-frontières irakiens contrôle le poste frontalier d’al-Walid et la bande limitrophe de l’Irak avec la Syrie. Les Hachd al-Chaabi y auraient intensifié leur présence.

Les forces irakiennes soutenues par les Hachd al-Chaabi supervisent la bande frontalière entre les postes d’al-Walid et de Tarayabil (près de la Jordanie). D’autres opérations vers le poste d’al-Qaem, à l’ouest de l’Irak, sont en cours.

Un commandant des Hachd al-Chaabi a déclaré à la chaîne Al-Sumaria que ses forces attendaient le lancement des opérations contre les positions de Daech dans la ville syrienne d’Abou Kamal, située sur le fleuve Euphrate près de la frontière avec l’Irak.

Les forces de la Résistance sont arrivées le 7 juin à la frontière irakienne depuis la province de Homs. Les forces irakiennes ont atteint la frontière syrienne deux jours auparavant.

http://presstv.com/DetailFr/2017/06/18/525720/Les-Hachd-alChaabi-sinstallent-dans-le-triangle-frontalier-entre-la-Syrie-la-Jordanie-et-lIrak


 

AL-ABADI, 1er MINISTRE IRAKIEN : "L'IRAK REFUSE QUE SON TERRITOIRE SOIT UTILISE POUR FRAPPER L'IRAN"

Haydar a-Abadi: Jamais nous nous dresserons contre l’Iran, même pas pour tout l’argent du monde ou pour la reconstruction gratuite de tout l’Irak

 Depuis 2 heures  18 juin 2017

Haydar Abadi
Haydar Abadi

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

Rédaction du site

Le Premier ministre irakien Hayder al-Abadi a déclaré que « l’Irak refuse de manière catégorique que  son territoire soit utilisé pour   frappé l’Iran », a rapporté la chaine satellitaire iranienne alAlam.

Selon le site alFourate news,   le Premier ministre irakien a accusé  certaines forces politiques , sans les nommer, de faire du  territoire irakien une arène pour une guerre internationale », soulignant que « le crise dans la région ne concerne pas l’Irak, d’ailleurs nous ne comptons pas nous mêler dans cette crise, voire  nous ne permettrons pas que l’Irak devienne un champ de bataille entre l’Iran et les USA ou qu’il soit utilisé pour frapper  l’Iran « .

S’exprimant au cours d’une réunion avec  un groupe de journalistes et d’analystes politiques et écrivains d’opinion le samedi soir, M.al-Abadi a ajouté: « nous tenons à préserver la neutralité de l’Irak  par rapport à cette crise, soit en adoptant le rôle de la médiation, d’ailleurs nous pensons que ce genre d’initiative a besoin d’étude ».

Et de poursuivre: »l’Irak ne veut pas être mêlé à la crisedu Golfe et ma visite en Arabie Saoudite n’a rien à voir avec la crise » soulignant que « l’Irak s’oppose à toute forme de blocus imposé contre un peuple et donc  l’agresseur doit être tenu responsable de cet acte ».

Sur la possibilité d’une guerre entre l’Iran et les USA, M.al-Abadi a déclaré: « Nous croyons que la nouvelle administration américaine ne veut pas déclencher une guerre directe contre l’Iran .Nous rejetons la politique des axes et c’est notre position depuis toujours. Car, nous estimons que les conflits dans la région , sont des conflit d’intérêts . Or, l’intérêt de l’Irak est d’adopter la neutralité et de rspecter le principe de non-ingérence ».

L’armée irakienne à l’assaut de la vieille ville de Mossoul

L’armée irakienne a lancé l’assaut sur la vieille ville de Mossoul contrôlée par les djihadistes de Daech, communique l’AFP se référant aux militaires.

Le début de l’assaut sur la vieille ville de Mossoul a été confirmé à l’AFP par le chef des opérations, le général Abdelamir Yarallah, et le commandant des forces d’élite du contre-terrorisme, le général Abdel Wahab al-Saadi.

«Les forces de l’armée, du contre-terrorisme et de la police fédérale ont lancé l’assaut sur la vieille ville», a indiqué le général Abdelamir Yarallah.

Jeudi 15 juin, les forces irakiennes ont délogé les djihadistes d’un premier quartier de la vieille ville.

Située sur la rive occidentale du Tigre, fleuve qui coupe la cité en deux, la vieille ville, dernier bastion de Daech à Mossoul, est un dédale de petites rues densément peuplées. L’avancée des blindés y est impossible et l’usage d’armes lourdes risque de mettre en péril la population civile.

Source: Médias

http://french.almanar.com.lb/456315


 

LES FORCES IRAKIENNES LIBERENT AS-SHIFAA ET LE PASSAGE FRONTALIER ENTRE LA SYRIE ET LA JORDANIE

Les forces irakiennes libèrent As-Shifaa et le passage frontalier avec la Syrie et la Jordanie

 Depuis 5 heures  17 juin 2017

quartier al-Shifaa à Mossoul
quartier al-Shifaa à Mossoul

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

Rédaction du site

Le commandant de la police fédérale le colonel Raëd Jawdat a déclaré que les pièces militaires de la police irakienne ont pris le contrôle de la rue de l’hôpital dans le quartier Shifaa, dans la partie Est de Mossoul, et libéré le bâtiment de l’hôpital Shifaa, où se déroulent depuis quelques jours de violents combats avec le groupe wahhabite terroriste Daech.

Les forces militaires y ont déployé des armes lourdes pour pulvériser les véhicules piégés et les snipers terroristes de Daech disséminés sur les toits des bâtiments.
Selon le correspondant de la chaine de télévision iranienne arabophone al-Alam, citant le colonel Jawdat, des unités spéciales irakiennes ont également progressé pour encercler l’hôpital al-Joumhouri, aidées de l’aviation irakienne et de bombardements intenses. Des camps d’entrainement de terroristes et cinq mitrailleuses ont été alors détruits.

La police fédérale a par ailleurs fait part de « l’envoi de grands renforts de véhicules de combat et de transport de troupes vers les régions Bab Jadid et Bab Sinjar, en prélude à la bataille de libération de la mosquée Nouri ».

Libération de la ligne frontalière

passage frontalier entre l'Irak, la Syrie et la Jordanie
passage frontalier

Dans le cadre des combats contre le groupe wahhabite Daech, la cellule du media militaire en Irak a annoncé dans un communiqué la libération du terminal frontalier al-Walid, et de la ligne frontalière restante entre les frontières irako-syro-jordaniennes.

Selon le texte du communiqué, « une opération d’envergure baptisée « La Nouvelle Aube » a été lancée dans le but de libérer les régions de la ligne frontalière dans la partie ouest sur trois axes, et ce, avec la participation des garde-frontières, du Hachd tribal, de l’aviation de l’armée irakienne, et de la coalition internationale. Cette opération a permis de libérer le terminal frontalier al-Walid, et de contrôler la ligne frontalière restante à la frontière de la Syrie, de l’Irak et de la Jordanie ».

De même source on indique qu’à la base de renseignements du commandement des opérations « Qadimoun Ninive » (Nous viendrons Ninive : ndlr), affilié au département général de renseignements et de la sécurité, les avions irakiens ont bombardé des positions de Daech dans la province de Ninive à Mossoul.

Suite à ces raids aériens, un centre de commandement et de logement ainsi qu’un siège principal de dirigeants arabes et étrangers de Daech ont été détruits dans la localité de Mahlabiya.

Par ailleurs, l’armée irakienne a détruit un dépôt d’armes et de munitions, et un siège du groupe terroriste dans la province de Tallafar.

Des cartes au paradis !

Alors que les combats battent leur plein à Mossoul, une source locale dans la province de Ninive a rapporté que Daech a annulé la prière et le prêche de vendredi dans toutes les mosquées de Tallafar, et distribué « des cartes au paradis » à ses miliciens !

Selon le site Sumaria news citant ladite source irakienne, « les raisons de cette mesure demeurent non élucidées, mais il s’agit de premières mesures en leur genre prises par Daech depuis le contrôle de la province de Tallafar il y a trois ans ».
S’exprimant sous le couvert de l’anonymat, on rapporte que Daech « a distribué à ses miliciens un petit papier dans lequel il leur promet d’accéder au paradis et d’avoir beaucoup de femmes au paradis s’ils participent aux affrontements militaires ».

Source: Médias

http://french.almanar.com.lb/455200