IRAK

UNE NOUVELLE FRAPPE US « PAR ERREUR » FAIT 90 MORTS ET 100 BLESSES

Irak: nouvelle frappe US «par erreur», 90 morts, 100 blessés

Après avoir bombardé l’armée gouvernementale syrienne en septembre, l’armée américaine se trompe une fois de plus, cette fois en Irak. Faut-il s’attendre à une nouvelle vague de désinformation aux dépens de l’armée russe pour faire oublier cet incident?

 

Irak: nouvelle frappe US «par erreur», 90 morts, 100 blessés.

Une nouvelle bourde de l’armée de l’air américaine à Mossoul a coûté la vie à 90 soldats irakiens, environ 100 militaires ont été blessés, déclare le portail d’information irakien Factiniraq.

Interrogée par Sputnik, une source dans l’armée irakienne a confirmé cette information.

La frappe qui a eu lieu vendredi visait un groupe de véhicules blindés et a détruit huit véhicules d’infanterie et quatre camions militaires Humvee.

L’opération visant à libérer la ville de Mossoul des extrémistes de «Daech» se poursuit depuis le 17 octobre.

Ce n’est pas le premier cas de ce genre durant la campagne militaire américain contre «Daech» au Proche Orient.

Le 17 septembre, quatre avions de la coalition internationale «anti-Daech» (deux F-16 et deux A-10) avaient réalisé quatre frappes contre les forces de l'armée syrienne régulière, encerclées dans la région de Der-ez-Zor par les extrémistes de «Daech». Le raid aérien avait coûté la vie à 62 militaires et avait fait une centaine de blessés. En outre, l’armée syrienne avait perdu près de 20 unités de matériel militaire.

Les États-Unis ont par la suite confirmé avoir effectué ce raid. Selon la partie américaine, des données erronées auraient été à l'origine de la frappe.

Par ailleurs, les États-Unis ont trouvé un moyen efficace de détourner l’attention de la communauté internationale de leurs erreurs fatales. Les Américains et leurs alliés accusent la Russie de bombarder régulièrement des quartiers «civils» ou les positions de la soi-disant «opposition modérée», qui ne sont rien d’autres que des groupes terroristes, comme c’était le cas à Alep.

Reste à voir quel nouveau «fake» sera utilisé par l’administration américaine sortante pour se dédouaner suite à l’incident de vendredi.

Source: agences et rédaction

10-12-2016 | 15:37


http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=21235&cid=304#.WEwI4PnhA2w


 

NOUVEL EXPLOIT DU HACHED CHAABI AVEC LA REPRISE DE TAL - ABTA

Le Hached chaabi libère Tal Abta, vers la frontière syrienne

 Depuis 1 heure  9 décembre 2016

french-default

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

Rédaction du site

Le Hached Chaabi a réalisé jeudi un nouvel exploit avec la reprise du village Tal Abta, à l’ouest de Mossoul, après un siège de plusieurs jours. Ce qui pave la voie vers les frontières syriennes, et empêche les miliciens de Daech de s’infiltrer vers l’Irak.

Dans un communiqué, le Hached a souligné que « la libération de Tal Abta signifie la prise du contrôle du centre de commandement de Daech dans la région ».
Cette libération permettra de couper les voies de ravitaillement de Daech entre les deux axes, sud et ouest, de Mossoul.

De son côté, le porte-parole du Hached Ahmad Assadi, a expliqué que « la localité de Tal Abta sera le point de départ pour la libération des régions situées sur la route vers la frontière syrienne », soulignant que « le Hached a mené des batailles féroces en vue de libérer ladite localité de Daech ».

Parallèlement à la progression du Hached Chaabi, le commandement des opérations conjointes s’est dit surpris de l’histoire imaginaire relatée par l’agence Reuters, à propos du changement de la situation à Mossoul par l’Iran.

« C’est une histoire fictive sans aucun fondement. C’est une pure fabrication.  L’analyse s’est basée sur des sources marginales qui n’ont rien à voir ni de près ni de loin avec les opérations de libération de Ninive. Aucune direction militaire ayant un lien avec les opérations en cours n’a confirmé cette analyse », a expliqué le commandement dans un communiqué.

Et de poursuivre: « Tous les axes, dont l’axe où combat le Hached Chaabi, suivent le même plan dressé il y a quelques mois par le Premier ministre et le commandant général des forces armée, Haidar Abadi.
Le rapport de Reuters a prétendu que « l’Iran a changé le cours de la bataille de Mossoul, en déployant le Hached Chaabi à l’ouest de Mossoul pour encercler Daech et lui couper la route vers la Syrie ».

Par ailleurs, le bureau de presse de la présidence irakienne a démenti l’approbation du président Fouad Maassoum de la loi visant à fixer les frontières administratives de la province de Ninive.
Une information qui a émané par le député de Ninive, Ahmad el-Jarba.

D’après le bureau de presse de la présidence, Maassoum a bien dit: « Toutes les positions et les revendications seront débattues après la libération totale et le retour de tous les déplacés », appelant « tout le monde à concentrer les efforts pour libérer la province de Ninive du terrorisme de Daech ».

Appel à enquêter dans les raids présumés de Qaëm

Sur le terrain, l’armée irakienne a tué le responsable militaire de Daech dans l’Est de Charqate à 280 km au nord de Bagdad, Mazen Daoud Sabhaoui, et quatre de ses compagnons, dans un raid aérien dans le village Kanous.

Entretemps, des sites de presse irakiens ont rapporté l’enlèvement du commandant du bataillon « le hached tribal » à Amiriyat Soumoud, à 50 km au sud de Falloujah, le colonel Khamis Issaoui, et le représentant du commandement des opérations conjointes, le colonel Ali Jabbouri, par des miliciens inconnus à l’ouest de Bagdad.

Sur un autre plan, le commandement des opérations conjointes a démenti les informations de certains médias sur  » des dizaines de morts et de blessés civils dans un bombardement de l’aviation irakienne sur la ville de Qaëm à l’ouest du pays ».

Dans un communiqué, « les avions de la force aérienne irakienne ont mené deux raids, le premier a frappé une maison abritant 25 terroristes de nationalités étrangères, alors que le deuxième raid a frappé une maison dans laquelle se réfugiaient 30 à 40 terroristes étrangers ».

« La détermination de cibles a eu lieu à la base de renseignements précis », ajoute le communiqué, au moment où le chef du Parlement Salim Jabbouri a appelé à « une enquête officielle dans les raids aériens contre des centres commerciaux à Qaëm dans la province d’al-Anbar, et à sanctionner les responsables ».
Traduit du site al-Akhbar

Source: Sites

http://french.almanar.com.lb/137744


 

UNE NOUVELLE BAVURE DE LA COALITION DANS UN MARCHE TUE ET BLESSE DES DIZAINES DE CIVILS

Irak: nouvelle bavure de la coalition dans un marché, percée des forces irakiennes à Mossoul

 Depuis 3 heures  8 décembre 2016

al-qaem

 Irak - Monde arabe

Un raid de la coalition dirigée par les Etats-Unis a tué et blessé mercredi des dizaines de civils à Al-Qaïm, une ville de l’ouest de l’Irak qui est aux mains du groupe takfiro-wahhabite Daesh (EI), selon des responsables irakiens.

Le chef du Parlement irakien, Salim Joubouri, a affirmé qu’une frappe aérienne sur Al-Qaïm avait « visé un marché destiné aux civils et tué ou blessé des dizaines d’entre eux ».

Des responsables de la province d’Anbar, dans laquelle se trouve Al-Qaïm, ont déclaré que des dizaines de civils avaient été tués dans le raid effectué dans l’après-midi sur la ville située sur l’Euphrate et tout près de la frontière entre l’Irak et la Syrie.

Maath al-Joughaifi, un leader tribal à Haditha, non loin d’Al-Qaïm, a évoqué un bilan de « 70 à 80 morts » dans le raid. Il a affirmé que la frappe avait été menée par la coalition dirigée par les Etats-Unis.

‘Des familles entières tuées’    

« La frappe a atteint un marché à une heure d’affluence, il y avait des retraités qui faisaient la queue pour toucher leur pension, des gens qui touchaient leur salaire et des versements de la sécurité sociale », a pour sa part déclaré un responsable provincial d’al-Anbar, Eid Ammash. « Des familles entières ont été tuées », a-t-il affirmé, rapporte l’AFP.

Un autre responsable local, parlant sous le couvert de l’anonymat, a accusé la coalition internationale d’être responsable du raid sur Al-Qaïm.

Par ailleurs, l’un des membres de la commission de la sécurité et de la défense au Parlement irakien a demandé au gouvernement d’ouvrir une enquête pour mettre fin au massacre de la population irakienne suite aux bavures de la coalition internationale.

Nouvelle percée à Mossoul

tal-abtaEntre-temps, dans le nord de l’Irak, les forces irakiennes qui mènent depuis la mi-octobre une offensive pour libérer la ville de Mossoul des miliciens de Daesh ont effectué une percée mercredi, se rapprochant du fleuve Tigre qui traverse la deuxième ville d’Irak.

La progression de l’armée irakienne mercredi est la plus profonde jamais enregistrée dans la partie orientale de Mossoul depuis le début le 17 octobre de la vaste offensive pour reprendre la ville aux takfiristes.

Les opérations sont menées en partie par les forces d’élite irakiennes du Service du contre-terrorisme (CTS), qui ont repris plusieurs quartiers de la partie Est de la ville. Elles ont ainsi reconquis mercredi celui d’Ilam, a annoncé le centre de commandement.

Les Unités de mobilisation populaire du Hachd al-Chaabi, force paramilitaire progouvernementale, ont pour leur part conquis du terrain à l’ouest de Mossoul.

Les combattants du Hachd al-Chaabi ont fait exploser mercredi une voiture piégée de Daesh qui tentait de briser le blocus qu’ils ont contre les takfiristes dans la région de Tal-Abta, à l’ouest de Mossoul, rapporte la chaine iranienne panarabe AlAlam.

Les forces irakiennes avaient engrangé des gains rapides au sud et au nord de la ville au début de l’offensive. Mais leur progression s’est ralentie ces derniers jours, l’un des principaux obstacles étant la présence de plusieurs centaines de milliers d’habitants restés dans la ville.

Le nombre des déplacés de l’offensive s’élève désormais à plus de 82.000, a indiqué l’ONU.

Pénurie d’eau    

Dans son nouveau rapport, l’ONU fait état d’un nombre croissant de victimes civiles, alors que les forces irakiennes mènent leurs opérations de maison en maison à la recherche des takfiristes en tentant dans le même temps de protéger les civils.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Ocha), « des partenaires s’emploient à fournir des soins traumatologiques plus près des lignes de front afin de donner la meilleure chance de survie aux civils blessés ».

Des travaux sont par ailleurs en cours pour réparer les infrastructures d’eau et d’électricité dans l’Est de Mossoul, a ajouté l’Ocha en jugeant « critique » la pénurie d’eau actuelle.

Plusieurs centaines de milliers de personnes sont privées d’eau potable depuis plusieurs jours, et sont contraintes de bouillir l’eau de puits pour pouvoir survivre.

La situation des déplacés dans les camps disséminés autour de Mossoul est elle aussi inquiétante, avec l’arrivée de l’hiver.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/134935


 

APRES LA LIBERATION DE MOSSOUL PLUS AUCUNE TROUPE ETRANGERE NE SERA TOLEREE EN IRAK

Al-Abadi: après la libération de Mossoul plus aucune présence militaire étrangère en Irak

Wed Dec 7, 2016 3:8PM

Le Premier ministre irakien Haïder al-Abadi. (Photo d'archives)

Le Premier ministre irakien Haïder al-Abadi. (Photo d'archives)

Lors de la réunion hebdomadaire du gouvernement irakien à Bagdad, le Premier ministre Haïder al-Abadi a annoncé que plus aucune présence militaire étrangère ne sera tolérée sur le sol irakien, après la libération de Mossoul.

"Les forces étrangères ne sont plus les bienvenues en Irak", a fait savoir al-Abadi qui a rassuré les journalistes que l'Irak ne bénéficierait d’aucun appui extérieur pour la libération de Mossoul, avant d'ajouter que les combats à Mossoul se poursuivaient comme prévu.

" Une fois l’opération de libération de Mossoul terminée, aucune force militaire étrangère n’aura le droit d'être stationnée sur le sol irakien", a fustigé le Premier ministre n'excluant aucun pays, surtout pas les troupes américaines qui sont actuellement déployées en Irak.

"L’Irak est entré en guerre contre le terrorisme au nom de toutes les nations", a conclu al-Abadi.

http://presstv.com/DetailFr/2016/12/07/496861/Aprs-la-libration-de-Mossoul-By-by-Irak


 

DAECH CAPITALISE EN LAISSANT PARTIR DES CIVILS CONTRE UNE RANCON DE 1000 DOLLARS

Daech laisse partir les civils moyennant une rançon de 1.000 dollars

 Depuis 14 heures  3 décembre 2016

civilsirak

 Irak - Monde arabe

Il semble que les terroristes de Daech aient besoin d’argent. Ils laissent partir les civils de leurs territoires en échange d’une rançon. De plus, les personnes libérées ne sont pas au bout de leurs peines dans une région dévastée par la guerre.

Pour sortir du territoire contrôlé par les terroristes de Daech, les Irakiens doivent payer une rançon de 500 à 1000 dollars (470 à 938 euros), ont déclaré à l’agence Sputnik des réfugiés du camp d’Al-Hol, dans l’est de la province d’Al-Hasaka.

Après avoir payé leur rançon, les réfugiés doivent traverser 30 km pour atteindre un camp de tentes où ils sont plus ou moins en sécurité.

C’est un voyage dangereux à cause des combats qui se déroulent sans cesse entre l’armée irakienne et les terroristes, selon le représentant du camp Birifan Husein.

Actuellement, 9 000 Irakiens vivent dans ce camp improvisé. Après le début de l’opération pour la libération de Mossoul, le camp a commencé à recevoir l’assistance de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), du Croissant-Rouge au Kurdistan et d’autres organisations.

Les réfugiés ont déjà reçu une partie des biens de première nécessité comme du carburant, du gaz, des couvertures, de La direction du camp élabore actuellement un plan d’élargissement de sa capacité jusqu’à 50 000 avec la HCR.

A terme, l’objectif est de pouvoir accueillir 100 000 personnes. Il est nécessaire de fournir aux réfugiés des soins médicaux, des médicaments, d’assurer la sécurité sanitaire. Il est important de donner aux enfants la possibilité d’apprendre, de faire du sport, de jouer, a-t-elle ajouté.

Sur la vidéo, des réfugiés demandent aux personnes responsables via l’agence Sputnik d’aider à accueillir les réfugiés qui n’ont pas trouvé de place dans le camp. De nombreuses familles ont quitté le territoire contrôlé par les terroristes, mais ils n’ont nulle part où aller. Plusieurs cas de décès chez les enfants et les personnes âgées ont été enregistrés.

Des réfugiés témoignent:

« Je suis de la région de Sinjar. Pendant trois jours on a entendu des explosions. Nous avons marché 20 km. On a mis 6 jours pour arriver ici. Nous sommes très fatigués. »

« Nous avons été bien accueillis. Ici, il y a des médecins, des militaires, l’Onu, tout ce qu’il faut. Nous sommes arrivés en voiture. »

Les réfugiés sont heureux d’avoir pu quitter Mossoul, et expliquent les conditions de vie dans le camp: « Auparavant, dans le camp de réfugiés, il n’y avait pas d’organisations susceptibles de nous aider. Parmi les organisations caritatives il n’y avait que Mercy Corps et ARD. Ils aidaient un peu ici, dans le camp. Avec le début de l’opération à Mossoul l’aide s’est accrue. Comme c’est l’hiver, on a surtout besoin de pouvoir vivre au chaud. Il n’y a pas de chauffage, de vêtements chauds. On a besoin de médicaments, de médecins, il y en a très peu. Le Croissant-Rouge kurde fait ce qu’il peut. Il nous aide, mes ses moyens sont limités. »

Source: Sputnik

 http://french.almanar.com.lb/127730


 

IRAK : BILAN DES EXPLOITS DES FORCES ARMEES CONTRE DAECH

Irak: bilan des exploits des forces armées contre Daech, la coalition US tue les civils

 Depuis 1 jour  2 décembre 2016

soldats US, Irak
Des soldats américains en Irak

 Irak - Monde arabe - Spécial notre site

Rédaction du site

Le commandant des opérations « Nous viendrons Ninive » en Irak, le colonel AbdelAmir Rachid Yarallah a fait état de la libération de 361 localités du groupe terroriste wahhabite Daech.

Cité par le site irakien Sumaria news, Yarallah a assuré que les forces irakiennes ont détruit 632 voitures piégées dans les derniers 45 jours, soulignant que plus de 3500 raids ont été menés contre des cibles appartenant à Daech depuis le début des opérations militaires pour la libération de Mossoul.

Dans un  communiqué, le colonel en question a dressé le bilan des exploits des forces de la police fédérale et des corps militaires adjoints: « Sur l’axe de Qayyara vers le littoral Est de la ville de Mossoul, ces forces ont nettoyé 96 villages. Parmi eux figurent Shoura et Hammam alAlil. Elles ont pris le contrôle de 56 puits de pétrole, et détruit 239 voitures piégées avec l’aide de l’armée de l’air irakienne et de la coalition internationale ».

D’après Yarallah, « les forces irakiennes ont nettoyé 1855 km² et libéré la route Qayyarah-Hammad alAlil ».
Sur le littoral de l’Ouest de Mossoul, le responsable militaire irakien a expliqué que « depuis l’avancée des pièces militaires le 17 octobre dernier, les forces irakiennes ont pu libérer 54 villages dont le chef-lieu de la province de Hamdaniyah, Karamlès, Nimroud, Salamiya et ont nettoyé quatre quartiers sur le littoral de l’Ouest. Par ailleurs, les forces armées ont pulvérisé 77 voitures piégées en coordination avec l’armée de l’air irakienne et les avions de la coalition, ont nettoyé une superficie de 950 km² et sécurisé la route Kweir vers l’usine de l’asphalte ».
Dans son communiqué, où il énumère toutes les régions libérées et les routes sécurisées à Mossoul, le colonel irakien a fait état du nettoyage de 320 km² au sud du fleuve de Zab, de 112 km² au nord de Talkif, de 140 km² sur le littoral de l’Est de Mossoul, alors que les peshmergas ont libéré 28 villages dont Bachiqa, nettoyé une superficie de 500 km² et détruit 55 véhicules piégés ».

Quant aux exploits des forces du Hached Chaabi, qui ont lancé leurs opérations le 29 octobre dernier, « elles ont libéré 130 villages, et pris le contrôle de la totalité de l’aéroport de Tallafar. Elles ont nettoyé une superficie de 1800 km² et détruit 75 véhicules piégés avec l’aide de l’aviation irakienne. De plus, elles ont libéré et sécurisé la route stratégique reliant Toloul al-Baj vers Adaya, et ont également sécurisé la route ers Sinjar, rejoignant ainsi les peshmergas ».

S’agissant de la force aérienne irakienne, celle-ci « a effectué 165 raids aériens, 92 survols de reconnaissance, et 381 vols de transport. Quant à l’aviation de l’armée, elle a mené 677 raids aériens, 23 survols de reconnaissance, et 632 raids de transport. La coalition internationale a effectué 1584 raids aériens », a-t-il expliqué.

Dizaines de civils tués « par erreur »

Alors que les forces irakiennes font tout leur possible pour épargner tout danger aux civils irakiens, la coalition dirigée par les Etats-Unis ne s’en soucie pas, que ce soit en Syrie ou en Irak.

Dans un communiqué, la coalition américaine a reconnu avoir tué 24 civils lors d’un raid aérien survenu le 18 juillet dernier dans la ville syrienne de Manbej au nord de la Syrie, et 15 autres civils dans une zone résidentielle en Syrie. En Irak, la coalition a admis la mort de huit Irakiens durant une offensive datant de 22 octobre dernier.

Dans une tentative de justifier ces actes, la coalition a avancé que les victimes ont été tuées « par erreur »!
En effet, des rapports de presse internationaux et des organisations humanitaires confirment que le nombre des victimes est de loin plus élevé que les chiffres annoncés, certains rapports avancent le chiffre de 1900 personnes tuées.

Traduit du site AlAlam

Source: Sites

http://french.almanar.com.lb/126766


 

LE CHEF CHIITE MOQTADA SADR EXIGE QUE L’ARABIE DIRIGE SON ARMEE VERS QODS ET LA LIBERE D’ISRAEL

Irak: Moqtada Sadr envoit un message à l'Arabie saoudite

Sat Dec 3, 2016 4:33PM

Moqtada Sadr, chef du mouvement sadriste en Irak. ©Tasnim

Moqtada Sadr, chef du mouvement sadriste en Irak. ©Tasnim

Le chef du mouvement sadriste a demandé à Riyad de diriger ses armées vers Qods (Jérusalem) pour la libérer des mains du régime israélien, au lieu de les garder au Yémen et à Bahreïn.

Moqtada Sadr, chef politique et religieux chiite du mouvement qui porte son nom, a exigé, samedi 3 décembre, du royaume saoudien qu’il dépêche ses armées à Qods occupée, rapporte l’agence de presse Tasnim.

« Je demande au royaume saoudien de protéger le mausolée du prophète Mohammad face à l’extrémisme wahhabite », a-t-il écrit dans son message.

« Je demande aussi à l’Arabie saoudite de reconstruire le cimetière d’al-Baqi à Médine et les tombes des membres de la famille du prophète de l’islam, Ahl Al-Bayt. Nous serons prêts à coopérer pleinement dans cette initiative », a-t-il poursuivi.

D’autre part, Moqtada Sadr a demandé à l’État égyptien et à l’Université Al-Azhar de protéger la mosquée de Ra’s al-Hussein au Caire.

Il a aussi appelé l’Université Al-Azhar à mettre en œuvre un dialogue entre tous les oulémas de différentes écoles islamiques dans l’objectif de renforcer leur unité et dépouiller le monde musulman des pensées extrémistes.

Il n’a pas manqué de présenter ses vœux à l’occasion de la semaine de l’unité islamique qui coïncide avec l’anniversaire de la naissance du prophète de l’islam. « En Irak, nous défendons les Lieux saints à Nadjaf, Karbala ou Kazemieh. C’est pour nous une fierté dans le monde d'ici-bas et dans l’au-delà », a-t-il ajouté.

http://presstv.com/DetailFr/2016/12/03/496302/Irak-Moqtada-Sadr-Riyad-Arabie-Qods


 

21 VILLAGES COUVRANT 310 KM CARRES LIBERES PAR LES FORCES POPULAIRES DU HACH AL-CHAABI

Irak: 310 km libérés par les Hachd Al-Chaabi

Fri Dec 2, 2016 10:9AM

Les Forces de mobilisation populaire irakienne, Hachd Al-Chaabi, participent à une opération militaire contre les terroristes de Daech en banlieue de la ville de Hammam Al-Alil, au sud de Mossoul, en Irak, le 31 octobre 2016. ©REUTERS

Les Forces de mobilisation populaire irakienne, Hachd Al-Chaabi, participent à une opération militaire contre les terroristes de Daech en banlieue de la ville de Hammam Al-Alil, au sud de Mossoul, en Irak, le 31 octobre 2016. ©REUTERS

En Irak, 21 villages ont été libérés des mains de Daech depuis le début de la cinquième étape de la bataille pour la libération de l'ouest de Mossoul.

Les Forces de mobilisation populaire irakienne ont libéré 21 villages, couvrant 310 kilomètres carrés, des mains des terroristes de Daech, depuis le début de la cinquième phase de l’opération de libération de l'ouest Mossoul.

Selon le bureau médiatique des Forces de mobilisation populaire irakienne, Hachd Al-Chaabi, Tal Abta, située à l’ouest de Mossoul, est la première ville où sont pénétrées ces forces.

« La ville de Tal Abta revêtait une importance stratégique pour Daech. La libération de cette ville a permis aux forces de Hachd Al-Chaabi de bloquer la route d’approvisionnement la plus importante de Daech reliant le désert occidental d’Al-Anbar au désert d’Al-Hadar et à Tal Afar. La libération de cette ville a également rendu le terrain propice à celle de Tal Afar et de Hadar », indique le communiqué de Hachd Al-Chaabi.

Les Forces de mobilisation populaire irakienne ont annoncé, vendredi 25 novembre, le début de la cinquième phase de leur opération militaire destinée à repousser les terroristes de Daech de l’ouest de Mossoul.

A peine lancée cette opération, les forces des Hachd Al-Chaabi ont libéré un certain nombre de villages.

La ville irakienne de Tal Afar, occupée en 2014 par le groupe terroriste Daech, se situe à 65 kilomètres du centre de Mossoul et la mission de sa libération a été confiée aux Hachd Al-Chaabi.

Il s’agit d’un important fief des terroristes de Daech qui sert aussi d’un point de passage pour circuler entre Mossoul et la Syrie.

En plus, c’est à partir de Tal Afar que toutes les aides logistiques sont envoyées à Daech.

Le Premier ministre irakien Haïder Al-Abadi s'exprime par la vidéoconférence lors d'un sommet ministériel pour discuter de l'avenir de la ville de Mossoul, à Paris, France, le 20 octobre 2016. ©REUTERS

Le Premier ministre irakien Haïder Al-Abadi a fait part, le 17 octobre 2016, du début de l’opération de libération de Mossoul.

Les forces irakiennes, composées des soldats de l’armée, des agents de la police fédérale, des volontaires des Hachd Al-Chaabi et des Peshmergas, ont repris, à Daech, le contrôle des centaines de kilomètres carrés de terres et des dizaines de villages et leur progression se poursuit sur tous les fronts de l’opération.

D'al-Anbar à Raqqa 

Selon les sources irakiennes, les terroristes de Daech évacuent en ce moment leurs armes lourdes et autres équipements de l'Ouest d'Al Anbar vers la Syrie. il s'agit de lance-roquettes, de chars et de véhicules blindés qui quiitent la localité de Al Ghaem pour Raqqa. 

http://presstv.com/DetailFr/2016/12/02/496102/Hader-AlAbadi-Irak-Hachd-AlChaabi-Tal-Atba-Tal-Afar-Syrie-Daech-Mossoul


 

MOSSOUL : PENURIE D’EAU POTABLE ET CRISE HUMANITAIRE IMMINENTE

 

Mossoul: pénurie d’eau potable et crise humanitaire en vue

Wed Nov 30, 2016 5:25PM

Une femme ayant fui Mossoul porte des bouteilles d'eau, au camp de Khazer, le 28 novembre 2016. ©REUTERS

Une femme ayant fui Mossoul porte des bouteilles d'eau, au camp de Khazer, le 28 novembre 2016. ©REUTERS

Avec la poursuite de l'offensive de Mossoul, les habitants de la ville sont désormais confrontés à une pénurie d’eau potable.

On lit sur le site libanais Al-Ahed que « l’ONU a mis en garde contre l'émergence d’une catastrophe humanitaire à Mossoul en raison du manque d’eau potable ! »

La chaîne de télévision américaine CBS a aussi annoncé que des milliers d'habitants de Mossoul n’avaient plus accès à l’eau potable. Cela fait déjà quelques jours que la plupart des habitants des quartiersest de Mossoul, privés d'eau potable; ont été amenés à prendre de l’eau des puits. Plus d’un demi-million de personnes habitent dans la partie-est du Tigre.

« Après les lourds dégâts causés par les attaques aériennes de la coalition internationale sur les principaux canaux de transfert d’eau de l’ouest à l’est de la ville, le manque d’eau a commencé à se faire sentir à Mossoul. Mais, il n’est pas impossible que Daech ait volontairement coupé l’eau potable », a rapporté un des habitants de la ville à CBS. 

 Des Irakiens en file indienne attendent une distribution de nourriture, dans un quartier du centre de Mossoul, le 29 novembre 2016. ©AFP

http://presstv.com/DetailFr/2016/11/30/495885/Irak-Mossoul-Pnurie-Eau


L’IRAK REFUSE DE PAYER L’AIDE US AVEC SON PETROLE

L’Irak ne veut pas payer l’aide américaine avec son pétrole

 Depuis 4 heures  29 novembre 2016

ebadi2

 Irak - Monde arabe

Le premier ministre irakien Haider al-Abadi a refusé de considérer le pétrole irakien comme moyen de paiement pour l’appui américain dans le domaine de la lutte contre la milice wahhabite terroriste Daesh (État islamique-EI), apprend-on de l’agence Associated Press, rapporte Sputnik.

L’idée a été proposée par Donald Trump lors de sa campagne électorale. En parallèle, le Premier ministre irakien, qui affirme avoir eu une conversation téléphonique avec M. Trump, a déclaré compter sur une augmentation du soutien logistique et technique américain à l’Irak.

Haider al-Abadi a également prédit une rapide défaite des djihadistes de Daech à Mossoul, ces derniers, selon lui, manquant de courage et de motivation pour résister longtemps dans cette ville irakienne. Il a indiqué que la ville était actuellement encerclée par les troupes et que sa libération se déroulait plus rapidement que prévu. L’opération visant à libérer la ville de Mossoul est menée par plusieurs organismes irakiens de sécurité appuyés par l’aviation de la coalition dirigée par les États-Unis.

L’armée et une unité spécialisée dans la lutte antiterroriste prennent la ville d’assaut depuis le nord et l’est du pays. Ils ont déjà réussi à entrer dans plusieurs quartiers dans l’est de Mossoul. Les troupes de police attaquent les positions terroristes depuis le sud du pays. Les groupes du Hachd al-Chaabi, formés de volontaires ont pour mission de déloger les terroristes de la ville stratégiquement importante de Tall Afar, ainsi que de couper les voies d’approvisionnement avec la Syrie.

http://french.almanar.com.lb/120151