INQUIETANTE AUGMENTATION DU NOMBRE DES DEPLACES IRAKIENS

Le nombre des déplacés irakiens, en augmentation

 

Sep 10, 2015 18:06 UTC

Le nombre des déplacés irakiens, en augmentation

IRIB- Raad al-Dahalaki, parlementaire irakien, issu de la coalition des forces irakiennes, a mis en garde contre l’augmentation du nombre des déplacés irakiens.

Le terrorisme et les déplacés constituent les deux problématiques majeurs de l’Irak, tandis qu’en raison de la poursuite des crimes commis par le groupe terroriste takfiri Daech, le nombre des déplacés irakiens a dépassé la barre des 4 millions», a affirmé le parlementaire irakien.
Les autorités irakiennes sont, vivement, préoccupées par l’augmentation du nombre des déplacés irakiens, qui aura de dangereuses répercussions, pour leur pays.
A la suite de la pénétration de Daech, dans certaines régions de l’Ouest et du Nord de l’Irak, un grand nombre d’habitants de ces régions ont été déplacés.
Les attaques de ce groupe terroriste contre les différentes villes irakiennes ont déplacé, jusqu’à présent, plus de 2 millions d'Irakiens.
Lors de la Conférence internationale sur les victimes de la violence raciale et confessionnelle, au Moyen-Orient, à Paris, le ministre irakien des Affaires étrangères a déclaré que son pays est en première ligne de la confrontation avec le terrorisme mondial.
Lors d’une conférence de presse, à Paris, Ibrahim al-Jaafari, le ministre irakien des Affaires étrangères, a précisé que la guerre contre le groupe terroriste Daech était une guerre internationale, et que l’Irak est en première ligne de cette confrontation.
Selon Ibrahim al-Jaafari, les Daechistes, en Syrie et en Irak, sont des ressortissants de plus de 80 pays su monde.
Cette autorité irakienne a critiqué les prises de position contradictoires de certains pays arabes, qui soutiennent les terroristes, en Syrie et en Irak.
«Certains pays limitrophes de l’Irak ont opté pour des prises de position ambiguës envers Daech. Alors qu’ils aident ce groupe terroriste, certaines de leurs autorités condamnent ses attaques», a indiqué cette autorité irakienne.
Ces dernières années, en soutenant les groupes terroristes, notamment, Daech, la Turquie a suscité la violence et l’insécurité, dans la région. Selon les chiffres officiels, le nombre de réfugiés et de migrants, à l’intérieur de l’Irak, est de plus de 3 millions.
Certains des déplacés sont logés, dans des camps de fortune, et vivent dans des conditions très dures.
«Les familles les plus pauvres viennent à pied, à Abu Ghoraïb, dans l’Ouest de Bagdad. Ils ont, et, notamment les enfants, besoin d’être secourus, d'urgence», a averti Fabio Forgione, le Président de "Médecins sans Frontières", (MSF).
«Plusieurs de ces déplacés souffrent d'infections respiratoires et de maladies chroniques. Ayant été témoins d'actes d'une férocité et d'une sauvagerie extrêmes, ils sont atteints de problèmes psychologiques», a ajouté le président de "Médecins sans Frontières".
La difficulté de trouver un refuge, dans les autres villes irakiennes, est devenue, actuellement, une autre problématique, à la fois, pour les déplacés et les hommes d’Etat de ce pays. Les autorités irakiennes s’emploient à mettre un terme à l’aide de la communauté mondiale à cette crise et catastrophe humanitaire
 

 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau