IRAK : INGERENCES US POUR COMPLOTER CONTRE LE HEZBOLLAH IRAKIEN

 

 

IRIB – En Irak, le bloc parlementaire de l’Organisation Badr voit un plan américain en l’avant-projet de la « loi de la garde nationale ».

Dans un communiqué cité par la chaîne Sumaria, le bloc parlementaire de l’Organisation Badr a mis en garde l’ambassadeur américain à Bagdad, Stuart Jones, contre la poursuite des ingérences dans les affaires intérieures et le processus politique en Irak. « Sans nul doute, les Etats-Unis et la Grande Bretagne se cachent derrière l’avant-projet de la loi de la garde nationale irakienne qui doit être examiné mardi au parlement », précise le communiqué de l’Organisation irakienne Badr. « L’Irak est un pays souverain indépendant », rappelle aussi le communiqué, qualifiant d’inadmissible l’attitude de l’ambassadeur américain à Bagdad, consistant à exercer les pressions en faveur de l’adoption de la loi de la garde nationale, ce qui vise, selon le communiqué, à créer des forces censées conduire l’Irak au démembrement. « La rédaction de la loi de la garde nationale constitue l’une des priorités du gouvernement de Bagdad et qui pourrait être considérée comme partie intégrante du paquet de réformes du pays », a affirmé, pour sa part, l’ambassadeur des Etats-Unis en Irak, Stuart Jones, lors d’une conférence sur les réformes sécuritaires et défensives tenue dimanche dans la capitale Bagdad. Les parlementaires irakiens restent divisés sur l’avant-projet de cette loi, sur différents points, y compris, le fait que les effectifs de la garde nationale, dans chaque province irakienne, doivent, oui ou non, être choisis, parmi les habitants de la même province, ou encore, le fait que le commandant de la garde nationale doive être, oui ou non, désigné par la personne du Premier ministre.
 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau