L'OCCIDENT VEUT LES ZONES PETROLIFERES D'IRAK ET DE SYRIE

 

IRIB- Cela fait longtemps que les Etats occidentaux rêvent le démembrement du Moyen-Orient et de l’Afrique… Faisant partie de leurs intérêts géopolitiques, ils s’attèlent à séparer les régions pétrolifères des Etats.

Selon l’analyste russe, Alexei Baliev, le projet du refondement de l'atlas du Moyen-Orient, se faisant ou bien sous le drapeau du « printemps arabe » que sous le drapeau de la « lutte contre Daech », sent le gaz et le pétrole ! Et dans ce projet géopolitique, l’Irak et la Syrie sont certainement les deux principaux protagonistes.


« Le projet du démembrement de l’Irak a été conçu depuis longtemps, avant même l’occupation américaine de ce pays. Or, le premier pas en était la résolution 1991 qui a décrété la zone d’exclusion aérienne, contraignant l’armée irakienne à quitter le Kurdistan et le sud de l’Irak. Ainsi, les avions irakiens qui survolaient le nord de Tikrit et le sud de Nasseriya, n’avaient d'autre sort que que l’anéantissement ! » explique l’analyste russe.


« Sur ce fond, toutes les négociations déroulées actuellement à Washington ou à Ankara, portent sur la création des zones d’exclusion aérienne, qui visent à préparer le terrain au démembrement de la Syrie. En tant que zone de transit du pétrole et du gaz, via le nord de l’Irak (le Kurdistan irakien), la péninsule saoudienne et les pays du bassin du golfe Persique, tous les développements qu’elle subit, ont une influence directe sur le transport des hydrocarbures. », poursuit Baliev.


En effet « la Syrie ressemble en une mer bouclée qui englobe d’importantes ressources en gaz et en pétrole », comme l’a dit le chef du centre de développement énergétique d’Eurasia. A cela s’ajoute la situation géographique de la Syrie. Le 27 août 2015, le comité du dialogue national du gouvernement syrien a souligné lors de la conférence de Moscou que les forces armées de l’opposition ont investi une partie des zones de transit du gaz et du pétrole, qui constitue une opportunité stratégique pour la Syrie car elle transfère le gaz et le pétrole de l’Irak et de la péninsule saoudienne vers la Turquie et l’Europe.


L’analyste russe ajoute que le groupe terroriste Daech a récemment annoncé qu’il exporte le pétrole syrien et des régions du nord et du nord-ouest de l’Irak, via la Turquie vers l’Ukraine et les autres pays. Et cela alors que la coalition anti-Daech dirigée par les Etats-Unis n’empêchent absolument pas les activités de ce groupe. Le marché mondial du pétrole s’est accoutumé de ce nouvel exportateur de brut qu’est Daech !


Il est à noter, poursuite Baliev, que les Etats occidentaux ont déjà essayé dans les années 40, 50 et 60 de démembrer la Syrie. Entre 1950-1960 la Turquie a essayé d’investir les régions du nord de la Syrie par où passent les oléoducs du nord de l’Irak au port de Ceyhan, Banias et Lattaquié. Cette même opération s’est intensifiée lors de la guerre israélo-arabe en juin 1967 aussi bien qu’à l’époque de la détéroriation des relations syro-irakiennes dans les années 60 et 70.


Il est vrai que le démembrement du Moyen-Orient voire de l’Afrique est suivi depuis des lustres, selon cet expert russe qui, à l’appui de son analyse, évoque le cas récent qui concerne la séparation du Soudan du sud du Soudan, se transformant en un Etat indépendant. Un autre exemple de ce démembrement souhaité par l’Occident, est la séparation du Canal Suez de l’Egypte en 1920 et au milieu de 1950, canal stratégique qui était cogérée par la France et la Grande-Bretagne.


Selon Baliev, l’Occident cherche à séparer les zones pétrolifères de l’Irak et de la Syrie qui bénéficient des revenues considérables. Or, il a fait installer les groupes terroristes dans ces régions pour d’une part faire pression financière sur les gouvernements syrien et irakien et de l’autre rendre de plus en plus puissant les terroristes dont Daech. Ce n’est pas toutefois une réussite définitive car les peuples et les gouvernements irakien et syrien ont su jusqu’à présent résister devant ces terroristes et ces complots occidentaux, résolus à faire finalement chasser tous ces criminels de leur patrie.
 

 

 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau