LE PROJET DE PARTAGE DE L'IRAK : LE PEUPLE LE FERA AVORTER

“Le projet du partage de l’Irak plus clair que jamais,mais le peuple l’avortera"   
 
 

 Cheikh Qays Khaz’ali, secrétaire général du mouvement « brigades Ahlul haq », a averti que « l’Irak va du mal en pis ».

« La souveraineté de l’Irak a été transgressée, et le projet du partage du pays se fait voir plus clairement sur le terrain. Mais le peuple irakien qui a tant souffert de la crise confessionnelle ne permettra pas la reprise de cette dure épreuve », a déclaré cheikh Khaz’ali dans une intervention télévisée au sujet des derniers développements et complots qui se trament contre les forces de la mobilisation populaire, ou Hached Chaabi.

Le projet US: la division sectaire

Accusant les Etats-Unis, cet « Etat du mal », de « se tenir derrière la corruption dans le pays et d’avoir créé Daech, l’outil militaire takfiriste dont le but est de provoquer la division sectaire », ce dirigeant militaire irakien a averti que l’Irak "va du mal en pis malgré sa capacité à réussir et à surmonter la crise ».

« La souveraineté de l’Irak a été transgressée et nous craignons la poursuite de la mauvaise politique dans la gouvernance de l’Etat, ce qui  menace son existence et son unité. Le projet du partage se fait voir de plus en plus sur le terrain, mais le peuple irakien ne permettra pas le retour de la situation confessionnelle », a-t-il martelé.

Le Hached Chaabi: seule planche du salut

Son éminence a par ailleurs souligné que « la majorité des Irakiens ont perdu tout espoir mais croient toujours à la seule planche du salut, le Hached Chaabi. Ces forces populaires ont libéré la terre, restitué la dignité du peuple, et ébranlé le complot de la division confessionnelle. Le Hached Chaabi est sur le point d’avorter les complots et les efforts d’un siècle, entrepris par les ennemis de l’Islam et de l’Irak ».

Et de poursuivre : « Les forces populaires ont instauré la sécurité et la tranquillité dans le pays, elles ont éloigné le danger de la capitale Bagdad et protégé le processus politique tout comme l’Etat ».

« Lorsque le Hached Chaabi a voulu libérer Ramadi, l’Etat du mal a fait pression pour interdire sa participation aux opérations militaires. La Turquie a déployé son armée et s’est alliée avec l’Arabie Saoudite. Ensuite, l’Etat du mal a envoyé ses forces spéciales et des forces terrestres. La coalition saoudienne confessionnelle constitue un alibi pour défendre les arabes sunnites contre les « groupes terroristes » et non pas contre Daech. L’Irak est désormais une proie que se déchirent les pays le convoitant », a-t-il déploré.

Mauvaise gouvernance en Irak

Tout en assurant que « le véritable problème réside dans l’absence de la décision souveraine », son éminence s’est interrogé qu’a fait le gouvernement irakien pour contrecarrer l’intervention terrestre turco-américaine et les ingérences de l’ambassadeur saoudien ?

Selon lui, « l’Irak n’a pas besoin de ces forces étrangères sur son sol. L’Irak n’a perdu aucune bataille contre Daech à laquelle ont participé conjointement l’armée et le Hached Chaabi. L’Irak possède des ressources humaines et naturelles qui lui permettent de se défendre et de surmonter la crise mais le problème réside dans la gouvernance de l’Etat. Les décisions souveraines ne doivent pas être prises par une seule personne, elles doivent être soumises au Parlement, sinon elles seront une transgression de la Constitution. Malheureusement les forces étrangères se déploient et s’ingèrent dans le pays sans aucune réaction ni position de la part du Parlement irakien. Personne ne connait le nombre des forces étrangères présentes sur le sol irakien ».

Le Hached avorte le projet de division

Au sujet de la politique US contre Daech, il a indiqué que « les élections américaines s’approchent, et les Américains cherchent à en finir avec Daech avant l’échéance électorale.  Les Etats-Unis ne savent pas quel serait le sort de leur projet en Irak en présence des forces de la mobilisation populaire qui gagnent en force et popularité. Pour cette raison, la décision US stipule d’en finir rapidement avec le Hached Chaabi. Les Etats-Unis tentent de leurrer les Irakiens en cherchant à les convaincre que l’armée irakienne est suffisamment forte pour renoncer au Hached ».

« Sachez que le projet US du partage de l’Irak et de la région ne réussira pas en présence des forces populaires », a-t-il insisté.
 
Traduit du site Tasnim news

 

Source: Agences

09-03-2016 - 10:02 Dernière mise à jour 09-03-2016 - 10:09 | 177 vus
 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau