LES IRAKIENS DETERMINES A COMBATTRE DAESH JUSQU'A SON ERADICATION

 

IRIB- Les rapports parvenus font part des dimensions horribles des crimes du groupe terroriste Takfiri Daech, Irak.

Dans un rapport publié ce mardi, l'ONU dresse un bilan effrayant des exactions commises par les djihadistes de Daech en Irak. Plus de 18 000 civils ont été tués depuis janvier 2014, et 3500 esclaves sont actuellement aux mains du groupe terroriste.

C'est un rapport édifiant que vient de publier l'ONU ce mardi sur les crimes commis par les djihadistes de Daech en Irak. La Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Irak (MANUI) et le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme déplorent la détention de plus de 3500 personnes, réduites au rang d'esclaves, et provenant en premier lieu de la communauté des Yézidis. Plus largement, l'ONU dénonce des actes pouvant équivaloir à "des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité, et peut-être à un génocide"

L'ONU a déploré mardi des "pertes civiles effarantes" en Irak, avec près de 19 000 civils tué en près de deux ans. Dans un rapport, les Nations unies dénoncent l'impact "grave et étendu" du conflit en Irak sur les civils, avec 18 802 civils tués et 36 245 blessés entre le 1er janvier 2014 et le 31 octobre 2015. Par ailleurs, 3,2 millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays depuis janvier 2014, dont plus d'un million d'enfants. Et les chiffres réels pourraient être beaucoup plus élevés que ceux documentés, prévient l'ONU.

Les souffrances endurées par les civils en Irak sont "terribles", souligne le rapport. Ceux-ci estiment que le groupe Etat islamique (EI) "continue à perpétrer des violences et des abus du droit international des droits de l'Homme ou du droit international humanitaire de manière systématique et à grande échelle".

La découverte de plusieurs charniers est également documentée dans le rapport, y compris dans des zones qui étaient sous le contrôle de l'EI et qui ont été ensuite reprises par le gouvernement. Certains charniers dateraient de l'époque de Saddam Hussein. L'un d'entre eux contiendrait 377 corps, dont des dépouilles de femmes et d'enfants qui auraient été tués lors des soulèvements chiites de 1991 contre Saddam Hussein dans la région de Bassora.

Mais les actes terroristes n’ont pu rien affecté la volonté du peuple irakien de lutter contre les terroristes. Dans ce droit file Ammar Hakim, le Président de de l'Assemblée suprême islamique d'Irak a mis l’accent sur la nécessité de l’intégrité de toutes les couches sociales et des Partis de ce pays.

Et ce alors que le premier ministre irakien a mis en garde contre les complots visant à semer la sédition ethniques dans ce pays.

« A la suite des échecs consécutifs enregistrés face aux forces de l’armée et aux forces populaires les terroristes ont eu actuellement recours à semer la sédition et la discorde entre les ethnies », a affirmé Haïdar Alabadi, le Premier ministre irakien.

Et ce, alors que les responsables irakiens ont fait part, ces derniers jours du lancement de 2ème étape des opérations pour nettoyer la province de Diyala de la présence des terroristes.

Selon le rapport de Sumeria news, citant Karim Abdallah al-Jabouri, le membre du conseil provincial de cette province, 600 hommes tribaux irakiens participeront aux opérations pour nettoyer Ezour, dans le Nord de Baqouba, de la présence des daechistes.

Jan 20, 2016 16:44 UTC
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau