PRES DE 100 000 COMBATTANTS VONT SE LANCER A L’ASSAUT DE MOSSOUL

Mossoul, comme Carthage, sera-t-elle détruite?
 

Si vous avez aimé les batailles d’Alep, Homs, Tikrit, Sinjar, Ramadi, Falloujah… vous adorerez celle de Mossoul.

Face à 10 à 15 000 miliciens de Daech qui ont eu deux ans pour organiser leur défense, la coalition anti-Daech aligne 50 000 soldats gouvernementaux, 20 000 peshmerga, une force d’environ 10 000 miliciens comprenant des Turkmènes et des Assyriens, et Hashd al-Watani, des volontaires de tribus sunnites locales commandés par Atheel Nujaifi , ancien gouverneur de la province de Ninive, réfugié au Kurdistan.

« Cibler » aussi les troupes américaines…

A cette impressionnante coalition militaire, il faut ajouter les milices chiites d’Hashd al-Shaabi, fortes de plusieurs milliers de combattants soutenus par l’Iran. Leur chef, Hadi al-Amiri, vient de déclarer qu’elles participeront à l’offensive.
Saraya al-Salam, les Brigades de la paix de Moqtada al-Sadr ne seront pas en reste, mais marqueront leur différence : le leader religieux a ordonné à ses hommes de « cibler » également les troupes américaines présentes dans la région (environ 4 600 « conseillers militaires », sans compter les forces spéciales et les « contractors »)…

Près de 100 000 soldats vont donc se lancer à l’assaut de Mossoul, un nombre équivalent à celui des troupes gouvernementales qui se sont débandées, en juin 2014, lors de l’entrée des terroristes dans la ville. On sait maintenant qu’ils étaient 106 0000, du moins sur les fiches de paye…

« Libération » ou nouvelle « occupation » ?

On se souvient que la population de Mossoul avait accueilli les miliciens en libérateurs, ne faisant pas la différence entre ceux appartenant à Daech et à l’Armée des hommes de la Naqshbandiyya, proche du parti Baas clandestin d’Izzat Ibrahim al-Douri. Pour les mossouliotes, l’important était d’être débarrassé des forces gouvernementales qui se comportaient en occupants et en racketteurs.

A l’époque, il était encore question de proclamer un Gouvernements provisoire de la République irakienne. Mais, Daech a pris le dessus et imposé sa loi, sans partage.

Un exode massif

En mars, le compte à rebours a commencé. Des avions irakiens ont largué des millions de tracts sur la province d’Al-Anbar pour prévenir la population que l’heure de la « libération » était proche. Le « Commandement militaire opérationnel de la région de Ninive » a diffusé un prospectus comportant 19 directives conseillant aux habitants de Mossoul et de ses environs de stocker de l’eau et de la nourriture, d’avoir un éclairage de secours, d’éviter de circuler en automobile, et d’écouter les radios des forces gouvernementales plutôt que celles de « l’ennemi ».

L’annonce faite par le Pentagone que des B-52 surnommés « Big Ugly Fat Fella’ » (BUFF) – pour « Gros Salaud Gras et Moche » – participeront aux bombardements dits ciblés n’a évidemment rassuré personne. On estime à 1 million le nombre d’habitants résidant encore à Mossoul. Comment réagiront-ils à l’entrée des troupes de la coalition dans leur ville ? Certainement pas en leur offrant des fleurs. L’exode des populations de la région de Ninive est déjà important. Le Jour J, il sera massif.
L’issue des combats ne fait aucun doute : Mossoul sera reconquise, mais à quel prix et pour quoi faire ensuite ? Aucun projet sérieux de réconciliation n’est proposé…

Source: France-Irak-actualité 

 

Source: Sites web

19-08-2016 - 13:41 Dernière mise à jour 19-08-2016 - 13:41 | 204 vus

http://french.almanar.com.lb/adetails.php?eid=321297&cid=76&fromval=1&frid=76&seccatid=29&s1=1


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau