IRAN

IRAN

L'IRAN TACLE TRUMP APRES SES DECLARATIONS INCENDIAIRES ANTI-IRANIENNES

L’Iran réagit aux déclarations anti-iraniennes de Trump

 Depuis 45 minutes  24 mai 2017

Behram Qassemi
Behram Qassemi

 Iran - Monde islamique

Lors de sa visite en Palestine occupée, Trump a déclaré qu’il empêcherait l’Iran de se doter de l’arme nucléaire et l’a accusé de soutenir le terrorisme.

« La République Islamique d’Iran n’a jamais cherché à se doter de l’arme nucléaire et aucun pays ne peut prétendre le contraire pour mettre à exécution leurs velléités anti-iraniennes. Il doit savoir que les instances internationales compétentes ont à maintes reprises affirmé l’attachement de l’Iran à ses engagements. Il doit savoir que l’iranophobie et la répétition d’allégations périmées sont une politique vouée à l’échec et inefficace », a déclaré le porte-parole du ministre iranien des Affaires étrangères, Bahram Qassemi.

« L’ironie amère de l’histoire c’est que ces déclarations ont été prononcées chez des personnes qui ne respectent aucunement le droit international, notamment concernant l’interdiction de la prolifération des armes nucléaires, et dont l’arsenal est plein d’ogives nucléaires dans les territoires occupés », a ajouté Qassemi.

« Tout le monde est au courant de la lutte ferme et constante que mène la République Islamique d’Iran contre le terrorisme. Si l’Iran cessait sa lutte, la communauté internationale se verrait confrontée à d’horribles catastrophes et des groupes terroristes sanguinaires comme Daech mettraient la main sur des États et des territoires et sèmeraient la terreur dans le monde en commettant des crimes. Le terrorisme n’a pas de limite et les frontières européennes et asiatiques ne sauraient constituer le moindre obstacle à sa propagation », a-t-il averti, avant de souligner : « C’est la fierté de la RII que de faire face aux terroristes incontrôlables qui commettent chaque jour des crimes aux quatre coins du monde. »

Source: Avec PressTV

http://french.almanar.com.lb/416007


 

INA WADDANI : L’OTAN SUNNITE, DES DIRIGEANTS ILLEGITIMES : POSITION ILLEGITIME

L'OTAN sunnite, des dirigeants illégitimes : position illégitime.

En ce prélude du mois béni du ramadan, l'Arabie Saoudite dévoile encore et davantage son animosité viscérale à l'égard de la république islamique d'Iran. En accueillant le très controversé président américain D. Trump pour signer plusieurs centaines de milliards de contrats d'armement pour ensuite exposer les termes de l'union des États arabes sunnites contre ce que la théocratie wahhabite appelle "l'expansionnisme chiite". En réalité, de plus en plus les peuples arabo-musulmans découvrent les desseins auxquels leurs États se joignent. Et ce n'est autre que la fortification de la sécurité et la stabilité d’Israël afin de maintenir sa puissance militaire face aux forces de la résistance. Ces centaines de milliards de dollars auraient, au lieu de bien garnir les réseaux financiers sionistes en Amérique, pu servir à éradiquer la faim et le chômage dans nos pays meurtris par plusieurs siècles d'exploitation occidentale. Peine perdue, les saoud ont tranché pour alimenter davantage le complexe militaro-industriel. Qu'importe la famine si des somaliens ou des soudanais crèvent de faim. 
A priori et dans le cas actuel, le pouvoir politique des États arabo-musulmans reste t-il souvent incohérent face aux réalités des intérêts nationaux et islamiques?
En évidence Oui!  Car le cynisme inhérent à l'exercice du pouvoir qui mêle souvent intérêt politique partial et calculs opérationnels immédiats empêche ces décideurs politiques, ces "petits roi" à la tête des pays arabes, à se conformer à l'évidence des intérêts de la nation islamique. En effet, soyons serieux! Quel est l'ennemi de l'Islam et du monde arabo-musulman aujourd'hui? Est ce la république islamique d'Iran? Non. L'ennemi stratégique des musulmans et des arabes restent l'entité sioniste d'Israël. Et ceux rassemblés à Ryad sous les auspices de Trump sont des hypocrites illégitimes, qui en sachant bien la vérité profonde de la dangerosité existentielle d'Israël, tournent leur frustration sur la république islamique d'Iran.  
Par conséquent, les peuples arabo-musulmans meurtris par une décennie de guerres contre l'extrémisme islamique, créé par les mêmes qui montent ces peuples contre l'Iran, n'ont point déclaré l'Iran comme leur menace stratégique et ne sont guère intéressés par le tribalisme sectaire au nom du sunnisme dicté par l'Arabie saoudite à leurs marionnettes dirigeants arabo-musulmans. L'OTAN arabo-musulmane sous supervision israélo-US consiste à rapprocher davantage l'entité sioniste aux États arabes pour une prochaine normalisation des relations. 
Enfin, il est secret de polichinelle que les peuples arabo-musulmans sont soumis, à quelques exception près, aux diktats des hommes au pouvoir mis sur orbite par ceux qui songent à détruire la république islamique d'Iran pour réaliser le "grand Israél". Et ce faisant, les positions de leurs dirigeants à l'encontre de l'Iran ne peuvent être imputées aux  peuples arabo-musulmans, qui depuis la révolution islamique de 1979 admirent, apprécient le courage et la détermination du peuple frère et de l'Etat islamique de la république islamique d'Iran.


 

LE GENERAL SULEIMANI FELICITE ISMAIL HANIYYEH, ELU A LA TETE DU HAMAS

Suleimani félicite Haniyyeh

 Depuis 48 minutes  24 mai 2017

suleimani_haniyeh

 Moyent-Orient - Palestine - Spécial notre site

Rédaction du site

Le dirigeant de l’unité d’élite al-Quds du corps des gardiens de la révolution islamique en Iran le général Qassem Suleimani a adressé un message de félicitations au dirigeant palestinien Ismaïl Haniyeh pour avoir été élu à la tête du bureau politique du Hamas, dans la bande de Gaza.

« Nous souhaitons que vos efforts enracineront la résistance ,…, et renforceront la complémentarité avec les alliés de l’axe de la résistance pour redonner à la cause palestinienne toute sa splendeur », est-il écrit dans ce message publié par le site de la télévision libanais al-Mayadeen TV.

Et de poursuivre : « nous espérons que tout le bien et l’intérêt du peuple palestinien découlera de vos mains »

Selon M. Suleimani, « les puissances de l’arrogance et ses sbires sionistes s’emploient pour détourner la lutte de la nation de sa boussole islamique pour kidnapper Jérusalem al-Quds a un moment propice au cours duquel les amis seraient absents ou dépourvus de volonté ».

« Tous devraient se consacrer au service de la Palestine et ne doivent pas permettre qu’elle devienne l’otage des intérêts des autres et de leurs tiraillements », a-t-il ajouté.

Et M. Suleimani de conclure : « dans les circonstances difficiles , les grandes causes ne peuvent être assumées que par les vrais hommes ».

http://french.almanar.com.lb/415578


 

LE MINISTRE IRANIEN DES AE RECOMMANDE A TRUMP D'EVITER D'AUTRES 11 SEPTEMBRE

Iran: Trump devrait empêcher les Saoudiens de créer de nouveaux "11 septembre"

Sun May 21, 2017 3:29PM

Le roi d'Arabie saoudite Salmane ben Abdelaziz Al-Saoud (D) et le président américain Donald Trump à la Cour royale de Riyad, en Arabie saoudite, le 20 mai 2017. ©Reuters

Le roi d'Arabie saoudite Salmane ben Abdelaziz Al-Saoud (D) et le président américain Donald Trump à la Cour royale de Riyad, en Arabie saoudite, le 20 mai 2017. ©Reuters

Le ministre iranien des Affaires étrangères recommande à Donald Trump de discuter avec les Saoudiens des moyens pouvant « prévenir d’autres attentats du 11 septembre ».

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a rédigé un article pour l’édition arabophone du site web Al-Araby Al-Jadeed. L’article exclusif, paru ce samedi 20 mai, évoque la disponibilité de la République islamique d’Iran à coopérer avec les pays de la région.

« L’Asie de l’Ouest et l’Afrique du Nord vivent toutes les deux une période sensible et épineuse. Plus la crise prend racine en Syrie, au Yémen et à Bahreïn, dans un contexte déjà miné par les ingérences militaires en Afghanistan, en Irak et en Libye, plus le monde entier fait face aux souffrances qu’endurent les musulmans.

Pire encore, cette région sérieusement vulnérable souffre d’une instabilité croissante, due aux politiques dévastatrices des États arabes, multipliées pendant ces dernières années. Propager et soutenir les pensées extrémistes, suggérer une image violente et irréelle de l’islam, sacrifier les intérêts des nations de la région, déstabiliser la région et encourager le massacre et le fratricide, voici des extraits desdites politiques dévastatrices dont l’ensemble assurera les intérêts des plus grands ennemis des nations arabo-musulmanes.

Là, il ne faudrait pas oublier un aspect remarquable de ces politiques qui se cristallise dans un projet dit “l’iranophobie”. Ce projet, pure initiative du régime israélien, s’est vu grossir pendant les dernières années. Au contraire de ce que le projet de l’iranophobie entend suggérer, la République islamique d’Iran est en parfaite disponibilité pour se mettre à la table d’un dialogue de nature constructive.

Dans la foulée, le gouvernement de Hassan Rohani a déjà mis en avant trois initiatives : au niveau international, nous avons proposé le plan d’un “monde sans violence” et sur le plan régional, nous avons avancé un plan en quatre points pour régler la crise en Syrie et une idée destinée à la formation d’un forum de dialogue régional.

Les peuples ainsi que les gouvernements d’Irak et d’Afghanistan peuvent bien témoigner du partenariat solide dont Téhéran continue de faire preuve en vue de les aider à connaître de meilleures conditions de vie, tout en goûtant à la sécurité et à la paix. Les efforts constructifs qu’a déployés la République islamique d’Iran à ce propos, ont même poussé les autorités américaines, étant elles-mêmes à l’origine des problèmes des peuples afghans et irakiens, à reconnaître, plus qu’une fois, le rôle majeur de l’Iran dans la lutte antiterroriste, la reconstruction d’infrastructures, le rétablissement des corridors de transit et le développement des pays voisins », lit-on dans l’article.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, le 19 avril 2017 à Bichkek au Kirghizistan. ©AFP

« Aujourd’hui, j’annonce officiellement, au nom du gouvernement iranien, que nous sommes totalement prêts à offrir la paix à toute la région et à l’Arabie saoudite, avant tout. Cependant, cela ne se concrétisera pas jusqu’à ce que le gouvernement saoudien continue sa guerre d’usure qui a déjà coûté la vie à des milliers de Yéménites.

Le président des États-Unis, s’il se croit un grand ami de Riyad et s’il se rappelle encore de ses promesses électorales, aura à discuter avec les Saoudiens des méthodes pouvant empêcher les terroristes takfiristes de faire la guerre dans la région, des méthodes qui pourraient aussi prévenir d’autres 11 septembre dans d’autres pays occidentaux », ajoute M. Zarif.

Le chef de la diplomatie iranienne a ensuite rappelé que l’Iran était prêt à coopérer avec les puissances régionales et extrarégionales pour éradiquer le terrorisme et l’extrémisme, et restaurer la paix en Syrie.

http://presstv.com/DetailFr/2017/05/21/522710/Hassan-Rohani-Mohammad-Javad-Zarif--Donald-Trump-Etats-Unis-Arabie-saoudite-Iran-terrorisme


 

PLUIE DE MESSAGES DE FELICITATIONS POUR LE PRESIDENT ROHANI

Rohani réélu : les messages de félicitation pleuvent

Sun May 21, 2017 6:26AM

Le président élu iranien, Hassan Rohani.©AFP

Le président élu iranien, Hassan Rohani.©AFP

Une fois les résultats définitifs de la 12e présidentielle iranienne annoncés , les présidents russe, syrien, chinois, irakien, le Premier ministre japonais, ainsi que le secrétaire général du Hezbollah libanais, le Ministre britannique des Affaires étrangères et la chef de la diplomatie de l’Union européenne ont présenté leurs félicitations à Hassan Rohani pour sa réélection à la présidentielle iranienne.

 

Seyyed Hassan Nasrallah adresse un message de félicitation au  président élu iranien, Hassan Rohani. ©Al-Manar

Citée par la chaîne d’information libanaise al-Manar, Nasrallah a souligné que la participation d’envergure du peuple iranien à ces élections avait confirmé une fois de plus la grandeur de cette nation ainsi que de l’Ordre islamique.

Les  présidents syrien et russe, respectivement Bachar Assad et Vladimir Poutine, ont également félicité le samedi 20 mai leur homologue iranien pour sa réélection.

En allusion à la démocratie et à l’engagement affichés par la nation iranienne, le président syrien a souhaité que cet événement soit un modèle à suivre par le monde entier.  

Assad souhaite la poursuite de coopération entre Damas et Téhéran. ©SANA

Il a espéré davantage de succès au président et au peuple iraniens. Bachar Assad n’a pas manqué de prôner la poursuite de coopération entre Damas et Téhéran dans le sens de renforcer la sécurité et la stabilité dans la région et dans le monde.

Vladimir Poutine s’est aussi dit, pour sa part, confiant de la volonté  de la Russie et de coopérer et d’œuvrer ensemble pour le maintien de la stabilité et de la sécurité au Moyen-Orient et dans le monde.

Vladimir Poutine et Hassan Rohani, le 28 mars 2017. © AFP

Le chef du Kremlin a fait part de la disponibilité de Moscou pour élargir sa coopération avec Téhéran, tout en insistant sur la nécessité de mettre en application des accords bilatéraux déjà signés.

http://presstv.com/DetailFr/2017/05/21/522649/Flicitations-aprs-la-victoire-de-Rohani


 

POURQUOI TRUMP NE FELICITE PAS LE PRESIDENT ROHANI POUR SA REELECTION ?

Réponse démocratique des Iraniens à l’animosité américaine

Sat May 20, 2017 5:36PM

L'analyste arabe, Abdel Bari Atwan. ©Electronic Intifada

L'analyste arabe, Abdel Bari Atwan. ©Electronic Intifada

L’analyste arabe de renom, Abdel Bari Atwan, s’attarde sur l’attitude du président américain Donald Trump qui n’a pas félicité à Hassan Rohani, à l’occasion de sa réélection à la présidence iranienne pour un deuxième mandat, alors que les dirigeants de beaucoup de pays de la région voire du monde, de la Chine, jusqu’à la Russie, l’ont fait.

En visite à Riyad pour participer, entre autres, à un sommet des dirigeants des pays islamiques, en tant que « leader de la démocratie libérale dans le monde », le président américain Donald Trump n’a pas félicité le président Hassan Rohani pour « sa victoire électorale à l’issue d’un scrutin reconduit à 3 reprises et avec un taux de participation élevé ». L’éditorialiste du journal Rai al-Youm affirme qu’il n’en est pas étonné et par contre, il affirme bien connaître la raison de cette attitude.

« La raison en est très simple : cet homme, c’est-à-dire, Donald Trump, et ses soi-disant hôtes démocrates, s’occupent exactement de créer une alliance qu’on pourrait aussi appeler “l’Otan arabe” avec la participation d’Israël, pour combattre l’Iran. »

Selon Abdel Bari Atwan, la victoire de Rohani au scrutin présidentiel sans qu’il y ait besoin d’un second tour montre qu’en Iran, ce sont les urnes électorales et vox populi qui déterminent le président du pays. « En choisissant Rohani, les Iraniens ont montré leur volonté de poursuivre la politique d’ouverture qui a abouti à la signature de l’accord sur le nucléaire avec les 6 grandes puissances, malgré toutes les critiques sur le bilan économique de son gouvernement », précise l’analyste arabe.

« L’élection de Rohani reflète la réaction populaire et à la fois officielle des Iraniens à la vaste campagne menée par Trump et ses alliés contre l’Iran ; et cette réaction est d’une grande importance, parce qu’elle est démocratique et moderne et puisqu’elle sort des urnes électorales. »

L’analyste arabe de renom, Abdel Bari Atwan, s’attarde sur l’attitude du président américain Donald Trump qui n’a pas félicité Hassan Rohani, à l’occasion de sa réélection à la présidence iranienne pour un deuxième mandat, alors que les dirigeants de beaucoup de pays de la région voire du monde, l’ont fait.

En visite à Riyad pour participer, entre autres, à un sommet des dirigeants des pays islamiques, en tant que « leader de la démocratie libérale dans le monde », le président américain Donald Trump n’a pas félicité le président Hassan Rohani pour « sa victoire électorale à l’issue d’un scrutin reconduit à 3 reprises et avec un taux de participation élevé ». L’éditorialiste du journal Rai al-Youm affirme qu’il n’en est pas étonné et par contre, il affirme bien connaître la raison de cette attitude.

« La raison en est très simple : cet homme, c’est-à-dire, Donald Trump, et ses soi-disant hôtes démocrates, s’occupent exactement de créer une alliance qu’on pourrait aussi appeler “l’Otan arabe” avec la participation d’Israël, pour combattre l’Iran. »

Selon Abdel Bari Atwan, la victoire de Rohani au scrutin présidentiel sans qu’il y ait besoin d’un second tour montre qu’en Iran, ce sont les urnes électorales et la voix du peuple qui déterminent le président du pays. « En choisissant Rohani, les Iraniens ont montré leur volonté de poursuivre la politique d’ouverture qui a abouti à la signature de l’accord sur le nucléaire avec les 6 grandes puissances, malgré toutes les critiques sur le bilan économique de son gouvernement », précise l’analyste arabe.

« L’élection de Rohani reflète la réaction populaire et à la fois officielle des Iraniens à la vaste campagne menée par Trump et ses alliés contre l’Iran ; et cette réaction est d’une grande importance, parce qu’elle est démocratique et moderne et puisqu’elle sort des urnes électorales. »

Cette approche interprète, selon l’analyste arabe, un penchant auprès des Iraniens de préférer l’équilibre et éviter l’extrémisme. « Ce qui est aux antipodes du discours du prince saoudien Mohammad ben Salmane qui bat sur le tambour de la guerre contre l’Iran », a-t-il précisé.

« Mais si le président des États-Unis a manqué de féliciter Rohani, son homologue russe, Vladimir Poutine, a compensé ce fait, surtout, là où il réitère que Moscou et Téhéran vont poursuivre leur coopération pour assurer la sécurité de la région et dans le monde, en ajoutant que tous les accords signés au cours de la récente visite de Rohani à Moscou vont être complètement réalisés y compris l’accord de construction de 45 centrales atomiques, sans oublier les missiles S-300 sophistiqués que les Russes ont prévu de fournir à l’Iran », conclut l’analyste arabe Abdel Bari Atwan.

 

Cette approche interprète, selon l’analyste arabe, un penchant auprès des Iraniens dans le sens de préférer l’équilibre et éviter l’extrémisme. « Ce qui est aux antipodes du discours du prince saoudien Mohammad ben Salmane qui bat sur le tambour de la guerre contre l’Iran », a-t-il précisé.

« Mais si le président des États-Unis a manqué de féliciter Rohani, son homologue russe, Vladimir Poutine, a tout compensé, surtout, là où il réitère que Moscou et Téhéran vont poursuivre leur coopération pour assurer la sécurité de la région et dans le monde, en ajoutant que tous les accords signés au cours de la récente visite de Rohani à Moscou vont être complètement réalisés y compris l’accord de construction de 45 centrales atomique, sans oublier les missiles S-300 sophistiqués que les Russes devront fournir à l’Iran », conclut l’analyste arabe Abdel Bari Atwan.

http://presstv.com/DetailFr/2017/05/20/522614/Pourquoi-Trump-ne-flicite-pas-Rohani


 

PARTICIPATION MASSIVE ET REELECTION DU PRESIDENT IRANIEN ROHANI AVEC 57% DES VOIX

Iran: Cheikh Rohani réélu président avec 57% des voix

 Depuis 57 minutes  20 mai 2017

rohano_vainqueur

 Iran - Monde islamique

Rédaction du site

Le président iranien Hassan Rohani a été réélu pour quatre ans avec 57% des voix au premier tour en devançant le conservateur Ebrahim Raissi, crédité de 38,3% des voix, a annoncé samedi le ministre de l’Intérieur.

« Le président sortant Hassan Rohani a été élu président de la République avec 23,5 millions de voix, soit 57% des votes exprimés », a annoncé Abdolreza Rahmani Fazli en direct à la télévision d’Etat Irib.
Il a précisé que « 41,2 millions d’Iraniens ont participé (vendredi) à l’élection » présidentielle, soit un taux de participation de 73%. Parmi les votes collectés, 1 190 401 sont invalides.

M. Rohani augmente considérablement le nombre de ses électeurs par rapport à sa première élection en 2013: il avait alors obtenu 18,6 millions de voix (50,7%) sur 36 millions de votants.

Pendant la campagne électorale, il avait demandé aux Iraniens de lui accorder plus de voix pour pouvoir poursuivre ses réformes sur le plan intérieur et sa politique d’ouverture vers le monde.

Un plébiscite en faveur du pouvoir islamique

Le vendredi 19 mai, les Iraniens, à l’intérieur du pays ainsi que dans 102 autres pays, se sont massivement rendus aux urnes pour élire leur président ainsi que leurs représentants aux conseils municipaux.
Au total 56 410 236 Iraniens étaient en mesure de voter, ce qui rend doublement important le taux de participation à un scrutin qui s’est transformé en un plébiscite populaire en faveur du régime politique islamique en Iran.

L’une des particularités de ce vote aura été la participation massive de la diaspora qui s’est massée devant les bureaux de vote et de longues files d’attentes.
Les 250 journalistes étrangers venus spécialement couvrir l’événement ont évoqué dans leur majorité un « raz de marrée » électoral en Iran qui a poussé le ministère de l’Intérieur à prolonger l’ouverture des bureaux à trois reprises jusqu’à minuit. Même après 18 heures de vote d’affilée, des électeurs attendaient encore leur tour de voter et certains n’ont pas pu le faire.

Mercredi, le Guide suprême de la Révolution islamique, l’honorable Ayatollah Khamenei, avait appelé les Iraniens à une participation massive.

 

Sources: AFP, Press TV

http://french.almanar.com.lb/408659


 

PARTICIPATION MASSIVE DE L’ELECTORAT IRANIEN. PROLONGATION DU VOTE JUSQU'A MINUIT

Les élections présidentielles et municipales ont été prolongées

Fri May 19, 2017 6:33PM

Abdolreza Rahmani-Fazli, ministre iranien de l'Intérieur. ©Tasnim

Abdolreza Rahmani-Fazli, ministre iranien de l'Intérieur. ©Tasnim

Le ministre iranien de l’Intérieur, Abdolreza Rahmani-Fazli a déclaré que les élections ne pouvaient être prolongées que jusqu’à minuit de ce vendredi 19 mai car selon la Constitution elles doivent prendre fin le vendredi même.

Rahmani-Fazli a demandé aux électeurs iraniens de se rendre au bureaux de vote qui sont les moins fréquentés pour accélérer ce processus car à 00 heures locales tous les bureaux fermeront leur porte.

La 12e présidentielle iranienne se déroule en Iran ainsi que dans 102 pays, 133 représentations et 310 circonscriptions.

Selon les estimations, le taux de participation à ce tour du scrutin est très élevé.

http://presstv.com/DetailFr/2017/05/19/522508/Iran--lections-prsidentielle-prolongation


 

L'IRAN CONDAMNE LES NOUVELLES SANCTIONS US

Programme balistique: l’Iran condamne les nouvelles sanctions américaines

 Depuis 3 heures  18 mai 2017

logo_ministere_renseignements

 Iran - Monde islamique - Spécial notre site

Rédaction du site

Le Ministère iranien des Affaires étrangères a condamné la nouvelle liste de sanctions qui visent des personnalités et des sociétés iraniennes , établie par les États-Unis dans le cadre des sanctions contre son programme balistique , qualifiant ce genre d’action d' »illégale », a rapporté la chaine satellitaire libanaise alMayadeen.

Dans son communiqué, le ministère iranien des Affaires étrangères  a dénoncé « la mauvaise foi de l’administration américaine destinée à empêcher l’Iran de tirer parti des conséquences positives de l’accord nucléaire ».

Le texte a souligné que « le programme de missiles de l’Iran ne contredit pas les lois internationales ni  la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU », notant que  « l’Iran poursuivra son programme comme planifié dans le cadre du maintien de sa souveraineté , de son indépendance politique et de son intégrité territoriale ».

Cela dit, le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que « Téhéran a ajouté 9 personnalités et entreprises US sur sa liste des sanctions de violation des droits de l’Homme. Cette liste dénonce le soutien à Israël directement ou indirectement, à des mouvements terroristes dans la région ou aux mouvements qui veulent saboter la sécurité nationale de l’Iran, sans compter ses crimes contre l’Humanité en Palestine occupée ».

Source: Médias

http://french.almanar.com.lb/405330


 

TESTS REUSSIS POUR DE NOUVEAUX MISSILES IRANIENS

Iran: nouveaux systèmes de missiles

 Depuis 1 minute  16 mai 2017

missilesijjile

 Iran - Monde islamique - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le commandant du quartier général de la base aérienne du Sceau des Prophètes (r) , le général Farzad  Esmaeili a annoncé que  » les essais effectués sur de nouveaux systèmes de missiles ont réussi le permettant d’entrer en fonction opérationnel pour  exécuter ses tâches dans le domaine de la défense aérienne » a rapporté l’agence d’informations iraniennes alAlam.

Le général Esmaeili a souligné que « la défense aérienne a fait des progrès impressionnants dans le domaine de la détection et de la reconnaissance, ainsi que dans le domaine de l’équipement en radar et des systèmes d’écoute électronique , afin de  distinguer les amis des ennemis ».

Il a ajouté que « l’introduction de ces systèmes dans la structure de la défense aérienne a renforcé nos frontières aériennes de manièr constante et efficace ».

Il a poursuivi que « dans le domaine des capacités de défense aérienne, les systèmes de défense aérienne d’artillerie et de missiles répondent à nos besoins et nous donnent la capacité de participer dans n’importe quelle bataille aérienne. »

Source: Médias

http://french.almanar.com.lb/402118