IRAN

IRAN

LES USA DEMANDENT LA SAISIE DU PÉTROLIER IRANIEN RELÂCHE PAR GIBRALTAR SUR DECISION DE LA COUR SUPREME BRITANNIQUE

https://francais.rt.com/international/65037-etats-unis-demandent-saisie-petrolier-iranien-relache-gibraltar

Les Etats-Unis demandent la saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar

Les Etats-Unis demandent la saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar

© Jorge Guerrero Source: AFP

Le Grace 1, le 15 août 2019, au large des côte de Gibraltar (image d'illustration).

 

Le Département américain de la Justice a fait savoir qu'il lançait un mandat de saisie contre le pétrolier détenu par Gibraltar depuis le 4 juillet dernier. La Cour suprême du territoire britannique venait d'autoriser le navire à lever l'ancre.

Le Département américain de la Justice a émis, le 16 août, un «mandat de saisie» à l’encontre du pétrolier iranien arraisonné par Gibraltar le 4 juillet dernier, et dont la Cour suprême du territoire britannique avait autorisé la libération le 15 août. «Le pétrolier "Grace 1" […] est passible de saisie pour violation de l’International Emergency Economic Powers Act, de la loi sur la fraude bancaire et le blanchiment d’argent», peut-on lire dans un communiqué du Département.

Justice Department@TheJusticeDept

 

Unsealed Warrant and Forfeiture Complaint Seek Seizure of Oil Tanker "Grace 1" for Unlawful Use of U.S. Financial System to Support and Finance IRGC's Sale of Oil Products to Syria https://www.justice.gov/opa/pr/unsealed-warrant-and-forfeiture-complaint-seek-seizure-oil-tanker-grace-1-unlawful-use-us …

Unsealed Warrant and Forfeiture Complaint Seek Seizure of Oil Tanker

A seizure warrant and forfeiture complaint were unsealed today in the U.S. District Court for the District of Columbia alleging that Oil Tanker “Grace 1,” all petroleum aboard it and $995,000.00 are

justice.gov

1 030

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

788 personnes parlent à ce sujet

Le Grace 1 était jusqu’alors suspecté de transporter plus de deux millions de barils de pétrole que les autorités gibraltariennes, comme américaines, pensaient destinés à la Syrie – frappée d’un embargo de la part de l’Union européenne – ce que l’Iran a jusqu’à maintenant démenti. Mais le 15 août, le chef gouvernement de Gibraltar, Fabian Picardo, a affirmé, dans un communiqué ainsi que dans une vidéo, avoir reçu «l’assurance écrite de la part de la République d’Iran que, si le navire était relâché, sa destination ne serait pas un territoire soumis à des sanctions européennes».

HM Govt of Gibraltar@GibraltarGov

 

The Chief Minister has recorded a video statement on the release of Grace 1.https://youtu.be/yg8kreiNoJo 

22

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

17 personnes parlent à ce sujet

La Cour suprême de Gibraltar avait donc logiquement levé l’immobilisation du bâtiment. Une décision dont a pris note le ministère des Affaires étrangères britannique dans un communiqué daté du 15 août. «Nous notons que le gouvernement de Gibraltar a reçu de l’Iran l’assurance que le Grace 1 ne se rendrait pas en Syrie. L’Iran doit respecter les assurances qu’il a fournies», a précisé le ministère.

https://francais.rt.com/international/65037-etats-unis-demandent-saisie-petrolier-iranien-relache-gibraltar

 

VERS LA CREATION D'UN FRONT DE RESISTANCE NAVAL DANS LE GOLFE PERSIQUE ?

Les ennemis doivent quitter le golfe Persique

Thu Aug 15, 2019 2:23PM

Il est dans l’intérêt des ennemis de quitter le golfe persique sinon ils le regretteront.  ©europe-israel.org

Il est dans l’intérêt des ennemis de quitter le golfe persique sinon ils le regretteront. ©europe-israel.org

Le commandant de la marine de l’armée iranienne a mis en garde les ennemis contre leur présence dans le golfe Persique.

L’ère des démonstrations de force et des spectacles hypocrites dans le golfe Persique est révolue et les ennemis doivent quitter rapidement cette région, a averti l’amiral Hossein Khanzadi, commandant de la Marine de l’armée iranienne

« Maintenant, les nations libres de la région sont plus conscientes que jamais de leurs intérêts. Les ennemis de la région, les États-Unis, le Royaume-Uni, le régime sioniste et leurs alliés, doivent savoir qu’un front de résistance maritime islamique est en train de naître et de se consolider et que le pillage des sources de la région touche à sa fin. Les voleurs doivent donc quitter la zone dès que possible, sinon ils vont être expulsés de manière humiliante », a averti l’amiral Hossein Khanzadi, le jeudi 15 août 2019 août à l’occasion de la cérémonie de clôture du tournoi international de plongée profonde à Kish.

Israël au G.Persique: Bagdad réagit

Israël au G.Persique : Bagdad réagit

L’Irak s’oppose, à toute participation israélienne à une quelconque coalition militaire dans le golfe Persique.

« Aujourd’hui, les peuples libres de la région sont plus conscients de leurs intérêts que jamais. Ils ont donc opté pour la solidarité et l’unanimité en vue d’une jouissance collective des intérêts maritimes, et ce grâce à leur solidarité », a-t-il assuré.

« La paix et la sécurité en mer exigent de l’amitié, de la coopération, de la solidarité et une compréhension partagée de l’environnement maritime, ce que certaines puissances arrogantes ne comprennent pas. Elles exploitent malheureusement la mer pour intimider et imposer des arrangements de sécurité illégaux », a-t-il ajouté en faisant référence à la nécessité de maintenir la paix et la sécurité dans la région.

PressTV-La marine iranienne sort ses « VLS »

PressTV-La marine iranienne sort ses « VLS »

Le destroyer Damavand va être équipé d’un système de lancement vertical de missile, a affirmé le commandant de la marine iranienne.

L’amiral Amiral Khanzadi, soulignant qu’être présent en mer et y jouer un rôle nécessitent des connaissances, un engagement et une puissance militaire, et qu’il faut aller plus loin, a déclaré aux plongeurs de la marine : « La mer est une arène difficile et risquée au plus haut niveau de complexité et son exploitation nécessite votre talent et votre courage. »

« La sécurité n’est pas le fruit du hasard. Elle est assurée grâce à vos sacrifices en mer et à votre confrontation avec les ennemis et leurs jeux politiques. Le maintien de la sécurité nationale et collective dans la région et dans le monde a permis le développement national sous la pression des sanctions et renforcé la sécurité des eaux nationales et régionales », a-t-il ajouté.

« Alors que nos ennemis poursuivent désespérément leur hostilité, nous avons assisté à un beau spectacle sur l’île de Kish, une région plus sûre et stable que jamais en dépit des hostilités des puissances hégémoniques dans le golfe Persique. Des équipes de plongeurs militaires venues des quatre continents ont participé à ce tournoi. »

« En tant qu’ambassadeurs de la paix et de la sécurité de leurs pays, les équipes participant à cette compétition ont rivalisé au plus haut niveau tout en maintenant des relations amicales. Ils ont montré que la sécurité collective ne sera assurée que par des efforts collectifs. À cet effet, il faut élever le niveau des compétences et partager les connaissances. »

Le commandant de la marine a déclaré que la mer offrait une occasion de coopérer avec les pays amis et de bénéficier de toutes les bénédictions qu’elle recèle. « Les compétitions internationales de plongée militaire en eaux profondes requièrent coopération, interaction et amitié entre les pays participants », a-t-il ajouté.

Cette compétition internationale s’est tenue avec la participation d’équipes venues de tous les continents du monde. L’équipe russe est montée sur la première marche du podium avec 7 416,04 points, suivie de la Chine et de la RII avec respectivement 4 922,19 et 4 754,88 points.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/08/15/603605/Iran-EtatsUnis-Tel-Aviv-mis-en-garde-mise-en-garde-golfe-Persique


 

L'IRAN A DÉSARMÉ LES USA

L’Iran a fait preuve d’inventivité pour contourner les sanctions US (Haaretz)

Thu Aug 15, 2019 2:8PM

Des marins américains détenus par le Corps des gardiens de la Révolution islamique dans le golfe Persique. ©IRIB

Des marins américains détenus par le Corps des gardiens de la Révolution islamique dans le golfe Persique. ©IRIB

Représentant des défis majeurs notamment pour le président américain, les évolutions les plus récentes révèlent, selon un média israélien, l’inventivité iranienne à contourner les obstacles. Et ce, alors que les sanctions américaines contre Téhéran sont à leur paroxysme.

Alors que le monde était frappé par la crise économique, les investisseurs étrangers ont retiré leur argent des banques des Émirats arabes unis. Mais les Iraniens n’ont pas touché leur argent aux Émirats arabes unis, ce qui a donné à ces derniers la marge de manœuvre nécessaire, du moins jusqu’à la crise économique de Dubaï en 2009, évoque le journal israélien Haartez dans un article qui, publié le 12 août, a pour titre : « L’inventivité dont fait preuve l’Iran pour contourner les sanctions américaines ».

USA: les mains liées face à l’Iran?

USA : les mains liées face à l’Iran ?

Les sanctions imposées unilatéralement par les États-Unis à l’Iran n’ont pas pu atteindre leurs objectifs et Washington est désormais déboussolé et ne sait plus que faire face à l’Iran.

Le journal israélien rappelle qu’au cours des trois dernières années, les Émirats arabes unis ont rejeté des demandes de crédit de l’Iran et qu’environ 50 000 Iraniens ont quitté le pays. Maintenant, Dubaï est en proie à une nouvelle crise économique : le prix de l’immobilier a chuté de plus de 24 %, les hôtels connaissent leur plus bas taux d’occupation depuis une décennie et les investisseurs étrangers ne se bousculent pas au portillon. Dubaï cherche à nouveau une bouée de sauvetage en Iran.

Haaretz poursuit en disant que les Émirats arabes unis ont déjà commencé à forger des liens plus étroits avec l’Iran lorsqu’ils ont réduit leur présence militaire au Yémen et commencé à détricoter leur alliance militaire avec l’Arabie saoudite. Dubaï a également récemment envoyé une délégation d’hommes d’affaires en Iran pour renforcer la coopération économique et trouver des moyens juridiques de maintenir le commerce malgré les sanctions. Sous la pression des hommes d’affaires, le dirigeant émirien a accepté d’accorder de nouveaux visas aux investisseurs iraniens et d’autoriser les banques à leur ouvrir des comptes. Selon un rapport du New York Times, ces liens, ainsi que les achats continus de pétrole iranien par la Chine, mettent en évidence que l’Iran n’a pas encore épuisé ses options pour contourner les sanctions malgré l’énorme difficulté à le faire.

PressTV-

PressTV — « Les USA seront chassés par l’Iran"

La revue américaine Foreign Policy a fait allusion dans un article à la volonté du président américain Donald Trump de se retirer de la région du Moyen-Orient, ajoutant que « Trump est en train d’appliquer un plan dont avaient parlé Obama et Bush ».

Washington, qui tente de ne laisser aucune échappatoire aux pays cherchant à contourner ses sanctions, peut en imposer de nouvelles aux Émirats arabes unis ou élargir celles visant la Chine. Mais à en croire la politique du président américain Donald Trump, il préférera la voie diplomatique aux sanctions qui pourraient amener les États-Unis à entrer en conflit avec l’un de leurs principaux alliés arabes au Moyen-Orient, estime Haaretz.

Trump a de même conçu une politique de conciliation à l’égard de la Turquie au moyen d’un accord sur un système de surveillance dans la zone de désescalade en Syrie, et le ton agressif adopté envers Ankara sur la question de l’achat des missiles russes S-400 s’est progressivement adouci. Il a également permis à l’Irak de retarder l’application des sanctions contre l’Iran jusqu’en septembre et discute indirectement avec les Iraniens par le biais du sénateur Rand Paul, a-t-il indiqué.

Haaretz s’intéresse également à la question des pourparlers avec l’Iran et des différends qui ont opposé la semaine dernière Trump et le président français Emmanuel Macron, alors que le locataire de la Maison-Blanche avait tweeté : « L’Iran a de graves problèmes financiers. Ils veulent désespérément parler aux États-Unis, mais reçoivent de la part de tous ceux qui prétendent nous représenter, y compris le président français Macron, des signaux contradictoires. » Macron ne pouvait rester indifférent face à cet assaut verbal dirigé contre ses efforts pour présenter un nouveau programme diplomatique vis-à-vis de l’Iran lors de la réunion du G7 en France le 24 août.

« La France parle en toute souveraineté sur l’Iran... La France n’a pas besoin d’une autorisation pour le faire », a rétorqué le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. La France, comme l’Allemagne et le Royaume-Uni, n’a pas l’intention de participer à l’alliance navale annoncée par Trump pour empêcher d’éventuelles attaques de la part de l’Iran contre la navigation dans le golfe Persique, a rappelé Haaretz en guise de conclusion.

L'Iran saura couler un navire US?

L’Iran saura couler un navire US ?

L’un des plans iraniens pour combattre les États-Unis pourrait être le fait de couler un porte-avions US.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/08/15/603601/Isral--lIran-a-dsarm-les-USA


 

L'IRAN SE PREPARE A TRANSPORTER SON PÉTROLE EN CONTOURNANT LE DETROIT D'HORMUZ

L’Iran se prépare à transporter du pétrole en contournant le détroit d’Ormuz

 Depuis 57 minutes  15 août 2019

oleoduc_iranien

 Iran - Monde islamique

 

Un nouvel oléoduc, dont la construction devrait s’achever dans deux ans, est censé assurer le transport de pétrole sur le territoire iranien par voie terrestre, et ainsi d’éviter le détroit d’Ormuz, affirme la société nationale pétrolière iranienne.

La construction de l’oléoduc, qui permettra à l’Iran de transporter jusqu’à un million de barils de pétrole quotidiennement en contournant le détroit d’Ormuz, se terminera en 2021, rapporte l’agence iranienne Tansim, citant Touraj Dehghani, chef de Petroleum Engineering and Development Co.

Selon le responsable, la route terrestre, longue de 1.000 kilomètres, reliera le hub pétrolier de Gurreh, proche de la province de Bouchehr longeant la partie orientale du golfe Persique, au port de Jask, dans le sud iranien.

Le coût du projet est évalué à 2 milliards de dollars.

«Il sera possible de transporter le premier lot du brut iranien [par la voie terrestre], à l’est du détroit d’Ormuz, à la fin de l’année [islamique] 1399 [soit d’ici mars 2021, ndlr]», a indiqué M. Dehghani cité par Tansim.

La construction de l’oléoduc Gurreh-Jask intervient sur fond de montée de tensions dans le détroit d’Ormuz, depuis que les Etats-Unis se sont retirés unilatéralement de l’accord nucléaire, ont réimposé de nouvelle sanctions contre l’Iran et se sont employés pour réduire à zéro ses exportations en pétrole.

Source: Avec Sputnik

https://french.almanar.com.lb/1463684


 

LA COUR SUPREME DE GIBRALTAR AUTORISE LE PÉTROLIER IRANIEN A PARTIR MALGRÉ LA TENTATIVE US DE BLOCAGE

Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage

 Depuis 20 minutes  15 août 2019

grace1

 Amérique et Europe - Gibraltar

La Cour suprême de Gibraltar a autorisé jeudi le pétrolier iranien arraisonné début juillet à quitter les eaux de ce territoire britannique malgré la demande américaine de prolonger l’immobilisation du navire, qui était soupçonné de vouloir livrer sa cargaison à la Syrie.

L’Iran a garanti par écrit que la cargaison du Grace 1 ne serait pas envoyée en Syrie, frappée par un embargo de l’Union européenne, et le gouvernement de Gibraltar a donc demandé à la Cour de lever l’immobilisation dans un document rendu public.
« Le navire n’est plus détenu », a déclaré le président de la Cour, le juge Anthony Dudley.

Il a en revanche déclaré qu’il n’avait pas été saisi par écrit d’une demande américaine de retenir le pétrolier, annoncée dans la matinée par le ministère public de Gibraltar.
« Cela ne m’a pas été soumis », a-t-il déclaré.

La décision de la Cour n’empêche pas les Etats-Unis de formuler leur demande ultérieurement afin de bloquer le navire avant qu’il ne quitte les eaux territoriales de Gibraltar, dans les heures ou les jours qui viennent.

Selon le chef de la diplomatie iranienne, Mohamad Jawad Zarif, la libération du tanker iranien libéré est le signe que l’acte de « piraterie » américain a échoué

Même son de cloche de la part de l’ambassadeur iranien au Royaume-Uni qui a affirmé que le Grace 1 quittera bientôt Gibraltar, mettant l’accent sur «  la défaite misérable des tentatives américaines d’empêcher la libération du pétrolier », d’après le site en ligne de la télévision iranienne Press TV.

Sources: AFP+ Press TV

https://french.almanar.com.lb/1463420


 

LE COMMANDANT DE LA FORCE DE DEFENSE AÉRIENNE DE L’ARMÉE DE L'AIR IRANIENNE : "NE METTEZ PAS A L’ÉPREUVE LA DCA IRANIENNE"

"La puissance défensive de l'Iran ne peut être mise à l’épreuve" (général Sabahi Fard)

Wed Aug 14, 2019 5:50PM

Le brigadier général Alireza Sabahi Fard, commandant de la Force de défense aérienne de l'armée iranienne. ©Fars News

Le brigadier général Alireza Sabahi Fard, commandant de la Force de défense aérienne de l'armée iranienne. ©Fars News

Le brigadier général Alireza Sabahi Fard, commandant de la Force de défense aérienne de l'armée iranienne, a déclaré lors du 17e tour préliminaire des entraînements au combat des Académies militaires au centre de formation Hazrat Jawad al-Aemah de NEZAJA (Force terrestre de la RII): « Nous devons être reconnaissants envers les bénédictions de Dieu. Une de ces bénédictions est le Velayat-e Faqih qui est en charge du commandement des forces armées. »

« Avant la victoire de la Révolution islamique, l'armée était dirigée par des conseillers étrangers qui exploitaient notre matériel militaire. En réalité, le personnel de l’armée n’était pas autorisé à y accéder et de ce fait, était privé des sciences et du savoir militaires. Mais après la victoire de la Révolution islamique, l'armée s'est relevée et a repris le contrôle de tous ses secteurs après l’expulsion des forces étrangères. Ses performances d’aujourd’hui lui ont assigné une place de haut niveau sur la scène mondiale. 

Contrairement aux armées des puissances de l’Arrogance qui usent de leurs pouvoirs pour imposer leur despotisme, semer la tyrannie, l'oppression et la corruption, l’armée de la République islamique d'Iran se sert de sa puissance pour secourir les opprimés, restituer la dignité des nations éprises de liberté et restaurer la paix et la sécurité dans la région.

Aujourd'hui, l’armée iranienne, grâce à sa force de dissuasion, est devenue un puissant bouclier. Elle défend les frontières de la République islamique d'Iran avec une telle autorité que les ennemis ne songeraient jamais à violer son intégrité territoriale.

Si nos ennemis se sont posés à moins de 200 miles du détroit d'Hormuz en retirant leurs navires du golfe Persique, c'est bien à cause du pouvoir de dissuasion de nos forces armées ; ils savent que la puissance défensive de l'Iran ne peut être mise à l'épreuve », a-t-il fait remarquer.

Faisant allusion à l’installation de la défense antimissile à travers tout le pays, le brigadier général Alireza Sabahi Fard a ajouté que la DCA scrute tout le ciel iranien, au-delà même de nos frontières.  

PressTV-Les drones iraniens en Russie

PressTV-Les drones iraniens en Russie

La 5e édition de ces « olympiades militaires » débutera le 3 août, à Patriot Park, et se poursuivra jusqu’au 17 août.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/08/14/603544/Les-capacits-dfensives-de-lIran-sont-inbranlables


 

JAVAD ZARIF : «LES PEUPLES DE LA REGION SONT REDEVABLES AU PEUPLE LIBANAIS ET AU HEZBOLLAH QUI SE SONT DRESSES FACE A L’ARROGANCE SIONISTE »

Zarif : Les peuples de la région sont redevables au peuple libanais et au Hezbollah qui se sont dressés face à l’arrogance sioniste

 Depuis 5 heures  14 août 2019

zarif10

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré mardi que la nation libanaise et le mouvement Hezbollah contredisaient le mythe de « l’invincibilité » d’Israël, a rapporté la chaîne Press TV.

« Le peuple libanais et le front de résistance islamique ont prouvé au monde le fait que le régime sioniste peut être vaincu », a déclaré M. Zarif, cité par Press TV.

Soulignant la victoire du Liban dans la guerre de 2006 contre ‘Israël’, il a déclaré que « c’était un triomphe pour toute la région (du Moyen-Orient), pour le droit international et pour les relations internationales ».

« Les peuples de la région et du monde sont redevables à la résistance du peuple libanais, du front de résistance islamique et du Hezbollah, qui se sont dressés face à l’arrogance du régime sioniste », a-t-il dit.

Zarif a tenu ces propos à l’occasion de la victoire du Liban sur Israël lors de sa guerre en 2006.

 

Source: Avec Xinhua

https://french.almanar.com.lb/1462782


 

L'IRAN RÉITÈRE SON REFUS DU PROJET US D'UNE MISSION DANS LE GOLFE PERSIQUE

An Iranian water storage tanker sails off the coast of Qeshm Island 14 February 2001 in the Strait of Hormuz

L’Iran étrille le projet US d’une mission dans le détroit d’Ormuz

© AFP 2019 HENGHAMEH FAHIMI

INTERNATIONAL

URL courte

Dossier:

Escalade des tensions entre les États-Unis et l'Iran (2019) (36)

3100

Le Président iranien Hassan Rohani a réitéré son rejet du projet américain de créer une coalition maritime dans le golfe Persique, mettant en garde contre les éventuelles conséquences de cette démarche.

L’Iran et les pays côtiers du golfe Persique sont en mesure d’assurer la sécurité maritime de la région et n’ont pas besoin d’une force étrangère, a déclaré le chef d’État iranien, Hassan Rohani. Il a ainsi réitéré son rejet de toute mission maritime américaine dans cette zone.

 

Une vedette des Royal Marines britanniques se dirige vers le pétrolier Grace 1

© AP PHOTO / MARCOS MORENO

L'Iran fait le point sur les négociations avec Londres concernant son pétrolier immobilisé à Gibraltar

«La République islamique d'Iran est prête à assurer la sécurité de la région aux côtés des autres des États côtiers, comme elle l'a fait tout au long de son histoire», a-t-il indiqué dans un discours prononcé lors d’une réunion du cabinet et publié sur le site du Président.

 

Qualifiant de «propagande» les déclarations américaines concernant la mission maritime sous sa direction, le Président iranien a prévenu qu’en cas de mise en pratique de ces initiatives, les conséquences pour la sécurité seraient néfastes.

«Toute propagande au sujet d’une nouvelle coalition dans le golfe Persique et dans la mer d'Oman est impraticable et superficielle. Sans aucun doute, si une partie de cette propagande est mise en œuvre, elle ne sera pas bénéfique pour la sécurité de la région», a-t-il ajouté.

Mission US dans le détroit d’Ormuz

Les États-Unis cherchent depuis à mettre sur pied une coalition internationale pour escorter les navires de commerce dans le golfe Persique.

 

Un spécialiste du nucléaire iranien au site d'Ispahan (archive photo)

© AP PHOTO / VAHID SALEMI

L’Iran aurait lancé la construction d’un centre technologique nucléaire

La Grande-Bretagne a annoncé qu'elle y prendrait part, mais de nombreux alliés de Washington, notamment européens, ne souhaitent pas se laisser entraîner dans un conflit ouvert dans cette région par laquelle transite le tiers du pétrole acheminé par voie maritime au monde.

 

Le site d'information israélien Ynet a rapporté début août les propos chef de la diplomatie Israel Katz qui a déclaré qu'Israël était impliqué dans la mission, notamment concernant le renseignement.

Selon le ministre iranien de la Défense, Amir Hatami, une participation israélienne serait «extrêmement provocatrice» et pourrait avoir des «conséquences désastreuses dans la région».

Tensions dans le détroit d'Ormuz

Le golfe Persique et les zones adjacentes sont sujets à de vives tensions depuis plusieurs semaines.

Les Gardiens de la révolution ont arraisonné le 19 juillet le pétrolier britannique Stena Impero dans le détroit d'Ormuz «pour violation des règles internationales». 23 marins se trouvaient à bord, dont trois Russes, d'après Northern Marine Management Ltd, qui gère le pétrolier. Le Royaume-Uni avait auparavant arraisonné un pétrolier iranien à Gibraltar, accusé de livrer illégalement du pétrole à la Syrie.

https://fr.sputniknews.com/international/201908141041926817-liran-etrille-le-projet-us-dune-mission-dans-le-detroit-dormuz/


 

IRAN : LA FATALE ERREUR D' "ISRAËL"?

Tactique amphibie du régime israélien l'aidera-t-il à endiguer l'Iran?

Tue Aug 13, 2019 9:38AM

Israël n'est pas en mesure d'avoir une présence militaire efficace dans le golfe Persique. (Photo d'illustration)

Israël n'est pas en mesure d'avoir une présence militaire efficace dans le golfe Persique. (Photo d'illustration)

Sur fond des spéculations au sujet du ralliement du régime d’Israël à la coalition militaire proposée par les États-Unis dans le golfe Persique, Rahman Ghahremanpour, un expert iranien suggère deux raisons qui pourraient pousser Israël à le faire.

« Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu est en pleine campagne pour des élections qui auront lieu au mois de septembre dans les territoires occupés. Il n’a toujours pas réussi à former son gouvernement, la campagne électorale est donc rude entre la gauche et la droite et il cherche des sujets à faire de la surenchère et à attirer des voix. La perspective d'une force navale israélienne qui irait droit au front, quitte à affronter l'Iran sur son terrain a évidemment de quoi flatter l'orgueil du colon israélien lambda, bien qu'il y ait là dedans une grosse part d'affabulation ».

Pour l’expert, les différends au sein du Likoud ont compliqué les conditions pour Netanyahu qui n'a cessé de perpétuer son règne en surfant sur la vague de la panique des israéliens à l'idée d'avoir à face face à une offensive d'envergure de l'Iran et de l'axe de la Résistance. En l'absence d'un bilan défendable, la rhétorique "sécuritaire" est pour ainsi dire, le seul argument auquel l'intéressé pourrait s'accrocher pour effacer les lacunes très graves de son bilan. Les 10 premiers jours du mois d'août ont été catastrophiques pour l'armée israélienne, la Cisjordanie ayant lancé sa première opération commando contre Israël ( Gush Etzion), laquelle a coûté la vie à un soldat sioniste, et ce, en pleins territoires occupés. A ceci s'ajoutent les trois opérations palestiniennes en provenance du sud de la bande de Gaza (Khan Younès) visant là aussi les militaires israéliens. Et bien les colons en tiendront compte en allant glisser leur bulletin de vote et Netanyahu devra à tout prix masquer l'incapacité de son armée à faire face à la Résistance palestinienne" 

Lire aussi : Israël : les dessous de l’exercice militaire à Haïfa

Israël au golfe Persique: l'Iran ripostera

Israël au golfe Persique: l'Iran ripostera

L'Iran se réserve le droit de contrer une éventuelle participation d'Israël à la coalition américaine dans le golfe Persique.

Mais il existe, une autre raison qui explique le coup de bluff israélien et qui semble inquiéter davantage le régime de Tel-Aviv : 

 « Toute la stratégie israélienne a consisté ces dernières années à tenter de se rapprocher des régimes arabes du golfe Persique. Or dans la foulée du tournant balistique pro-Ansarallah qu'a connu la guerre au Yémen, tournant suivi des événements récents au golfe Persique,Tel-Aviv sent le vent tourner : il est préoccupé par la propension des Émirats et de l’Arabie saoudite à opter pour une désescalade dans leurs liens avec Téhéran. La récente visite d'une délégation militaire émiratie à Téhéran a tiré les sonnettes d'alarme. Une baisse des tensions dans la région mettra fin à l’iranophobie ambiante, cet excellent fond de commerce qui a si largement profité à Israël, faisant passer l'Iran, en lieu et place de l'entité sioniste, pour l'ennemi juré des Arabes. D’où l'annonce de la participation d’Israël dans la coalition de guerre dans le golfe Persique. Tel-Aviv cherche à envoyer un message implicite à Riyad et à Abou Dhabi, les appelant à ne pas "baisser les bras", et à ne pas se soustraire à [la confrontation] avec l’Iran », fait noter l’expert qui ajoute :

« Pour ce qui est de la sécurité dans le golfe Persique, Israël ne s'en préoccupe guère. Sa stratégie "sécuritaire" se borne à éliminer les menaces sur ses frontières. Israël est une entité géographiquement cernée qui n'a jamais eu d’influence dans le golfe Persique ni ailleurs . À vrai dire, Israël n’est pas en mesure d’avoir une présence sécuritaire et militaire au-delà de ses frontières et il tente de poursuivre ses propres objectifs en faisant partie de la dite coalition. À cet égard, Tel-Aviv est incapable d’assumer une réelle présence pour rejoindre la coalition dans le golfe Persique », souligne M. Ghahremanpour. 

Et l'expert de conclure : " Les annonces des sionistes laissant croire qu'ils sont prêts à rejoindre la coalition maritime américaine contre l’Iran semblent constituer davantage une tactique visant d’un côté à encourager les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite à poursuivre leurs politiques hostiles à l’égard de l’Iran et de l’autre, à influencer l’opinion publique interne qui juge très sévèrement les 12 ans de Netanyahu en Israël », conclut l’expert iranien des questions internationales.

PressTV-G. Persique: Londres choisit la guerre!

PressTV-G. Persique: Londres choisit la guerre!

Après des semaines d’hésitation, la Grande Bretagne a fini par rejoindre la coalition maritime US dirigée contre l’Iran. Que risque-t-elle désormais?

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/08/13/603393/Golfe-Persique--le-double-jeu-dIsral


COMMENT L'IRAN S'INSCRIT DANS LA STRATEGIE RUSSIE-CHINE : LA LIGNE ROUGE

Comment Téhéran s’inscrit dans la stratégie Russie-Chine : la ligne rouge (Par Pepe Escobar)

 Depuis 57 minutes  13 août 2019

Le port iranien de Tchabahar

Le port iranien de Tchabahar

 Iran - Monde islamique

 

L’Iran continue de vendre du pétrole, principalement à la Chine.

Complexe ne définirait même pas le positionnement de l’Iran-Russie dans l’échiquier géopolitique. Ce qui est clair dans notre moment instable actuel, c’est qu’ils sont partenaires, comme je l’ai déjà dit. Bien qu’il ne s’agisse pas de partenaires stratégiques, comme c’est le cas pour le rapprochement entre la Russie et la Chine, Russie-Chine-Iran demeure la triade cruciale dans le processus d’intégration eurasiatique en cours, à plusieurs niveaux et à long terme.

Quelques jours après notre rapport du Asia Times, un article – basé sur des « sources de haut niveau proches du régime iranien » et truffé de fausses accusations de corruption sans preuve sur des questions militaires clés – affirmait que la Russie allait transformer les ports iraniens de Bandar Abbas et Tchabahar en bases militaires avancées avec sous-marins, forces spéciales Spetsnaz et chasseur Su-57, appliquant ainsi un « étau sur le Golfe Persique ».

Pour commencer, des « sources de haut niveau proches du régime iranien » ne révéleraient jamais des détails aussi sensibles en matière de sécurité nationale, et encore moins aux médias étrangers anglo-américains. Dans mon propre cas, même si j’ai effectué plusieurs visites en Iran tout en faisant régulièrement des reportages sur l’Iran pour Asia Times, et même si les autorités à des niveaux innombrables savent d’où je viens, je n’ai pas réussi à obtenir de réponses des généraux des Gardiens de la Révolution Islamique à 16 questions détaillées que j’ai envoyées il y a presque un mois. Selon mes interlocuteurs, celles-ci sont jugés « trop sensibles » et, oui, relèvent de la sécurité nationale.

Comme on pouvait s’y attendre, le rapport a été entièrement démystifié. L’une de mes meilleures sources de Téhéran, interrogée sur sa véracité, a été directe : « Absolument pas ». Après tout, la constitution iranienne interdit de manière décisive les troupes étrangères stationnées sur le sol national. Le Majlis – le parlement iranien – n’approuverait jamais une telle décision, sauf cas extrême, comme le prolongement d’une attaque militaire américaine.

Quant à la coopération militaire russo-iranienne, les prochains exercices militaires conjoints dans la « partie nord de l’océan Indien », notamment dans le Détroit d’Ormuz, sont une première, rendue possible uniquement par un accord spécial.

L’analyste Gennady Nechaev est plus proche de la réalité lorsqu’il note que dans le cas d’une coopération russo-iranienne croissante, la possibilité serait ouverte « d’installer en permanence la marine russe dans l’un des ports iraniens avec un aérodrome à proximité – le même type d’arrangement que Tartous et Hmeïmim sur la côte méditerranéenne de Syrie » .  Pour y arriver, cependant, la route serait longue et sinueuse.

Ce qui nous amène à Tchabahar qui pose une question intéressante. Tchabahar est un port en eau profonde, situé dans le Golfe d’Oman et le point clé de la mini-route de la soie de l’Inde. L’Inde a beaucoup investi à Tchabahar, pour la relier par autoroute à l’Afghanistan et à l’Asie Centrale et, à l’avenir, par rail vers le Caucase. Tout cela pour que l’Inde puisse contourner le Pakistan en ce qui concerne les routes commerciales.

Tchabahar, cependant, peut aussi devenir un nœud important des Nouvelles Routes de la Soie, ou Initiative Ceinture et Route. L’Inde et la Chine – ainsi que la Russie – sont membres de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS). Tôt ou tard, l’Iran deviendra également membre à part entière de l’OCS. Ce n’est qu’alors que la possibilité d’accoster « pourrait » – et l’accent est mis sur « pourrait » – s’offrir occasionnellement à la marine russe ou chinoise à Tchabahar, mais toujours pas de l’utiliser comme base militaire avancée.

En ce qui concerne l’Iran, le partenariat stratégique Russie-Chine fonctionne en parallèle. La priorité de la Chine est l’approvisionnement énergétique – et Pékin positionne des pions sur l’échiquier en conséquence.
L’ambassadeur de Chine aux Émirats Arabes Unis vient d’émettre un ballon d’essai, mentionnant que Pékin pourrait envisager d’escorter des pétroliers à travers le Golfe Persique et le Détroit d’Ormuz. Cela pourrait se produire indépendamment ou dans le cadre de l’opération Sentinel de Washington, qui pour le moment n’a réussi à trouver qu’un seul membre « de la coalition des volontaires » : le Royaume-Uni.

Ce qui se passe actuellement dans le Golfe Persique est beaucoup plus divertissant. Comme je l’ai confirmé avec les négociants en énergie à Doha à la fin du mois dernier, la demande actuelle de pétrole est supérieure à celle de 2018. En conséquence, l’Iran continue de vendre la majeure partie de son pétrole.

Un pétrolier quitte l’Iran sans transpondeur ; le pétrole est transféré vers un autre pétrolier en haute mer, puis il est réétiqueté. Selon un négociant, « si vous prenez deux à trois millions de barils par jour sur le marché en appliquant des sanctions au Venezuela et à l’Iran, plus les réductions de l’OPEP, vous devriez voir un prix supérieur ».

Il n’y a pas de prix plus élevé. Le pétrole brut Brent reste au plus bas niveau depuis sept mois, autour de 60 $US le baril. Cela signifie que l’Iran continue de vendre, principalement à la Chine. Ce ballon d’essai aux Émirats Arabes Unis pourrait bien être la Chine camouflant son achat continu de pétrole iranien.

Le Ministre iranien des Affaires Étrangères Mohamad Javad Zarif n’a cessé de prouver sa maîtrise diplomatique, faisant tourner en rond l’administration Trump. Mais toutes les décisions importantes en Iran viennent du Guide Suprême l’Ayatollah Khamenei. Cela vaut également pour la position de Téhéran en ce qui concerne les formes de soutien à plusieurs niveaux du partenariat stratégique Russie-Chine.

Ce que les derniers mois ont montré clairement, c’est comment l’attraction magnétique de la Russie et de la Chine attire les principaux acteurs de l’Eurasie, l’Iran, la Turquie et le Pakistan. Et ne vous y trompez pas : Téhéran peut être extrêmement fier de son indépendance politique, mais il est rassurant de savoir que l’Iran est, et continuera d’être, une ligne rouge définitive pour la Russie et la Chine.

Par Pepe Escobar: Journaliste à Asia Times et l’auteur de plusieurs ouvrages , dont “Globalistan : How the Globalized World is Dissolving into Liquid War”.
Sources : Asia Times, Traduit par Réseau international

https://french.almanar.com.lb/1461517