C'EST EN VAIN QUE L'AXE DU MAL MENACE L'IRAN

 

Par Akil Cheikh Hussein

Accord sur le nucléaire ou pas, sanctions imposées sur l’Iran pour ses tests de missiles balistiques ou pas, la question de fond reste inchangée : L’axe du mal dirigé par les Etats-Unis cherche inlassablement, à tout prix, à liquider l’Iran.

Restez faibles pour que nous puissions vous asservir, sinon nous ferons tout pour vous affaiblir et vous asservir. Tel est le message, direct ou indirect, que l’axe du mal étasunien adresse aux peuples épris de liberté. 

Le monstre étasunien

Depuis 1979, date de la révolution islamique en Iran, aucun moment ne s’est passé sans que le monstre étasunien et ses tentacules internationaux et régionaux  ne scrutent des opportunités pour attaquer l’Iran et en finir avec son nouveau régime. Et pour cause, il s’oppose radicalement et, surtout, efficacement, aux politiques hégémoniques et injustes d’où qu’elles viennent.

Très tôt, et pendant que l’Iran était encore en pleine révolution, la guerre de l’axe du mal dirigé par les Etats-Unis a été menée par Saddam Hussein, encouragé et appuyé financièrement, en armement et en propagande par l’Occident, l’entité sioniste et la plupart des régimes arabes et islamiques. Une guerre injuste de huit longues et dures années qui a fait plus de deux millions de morts et coûté plusieurs centaines de milliards de dollars.

Les Arabes disaient à l’époque que Saddam défendait le portail oriental de la Nation (comme si ses portails que sont des capitales religieuses comme al-Qods ‘‘Jérusalem’’, la Mecque et Médine, et politiques comme le Caire, Amman ou Rabat n’étaient pas enfoncés et souillés de manières humiliantes par les différents genres de troupes occidentales et sionistes).

De leur côté, des responsables américains et européens parmi ceux qui tirent leur légitimité et leur poids politique du soutien que leur offrent les cercles sionistes, disaient qu’ils appuyaient le régime irakien parce qu’il constitue un barrage protecteur de l’Entité sioniste face au danger que représente, à leurs yeux,  l’Iran islamique.  

En dépit de l’hermétique boycott imposé à l’Iran, mais au prix du courage, d’inouïs sacrifices  et de l’attachement des Iraniens à l’Islam, l’unique et l’authentique, la guerre se dirigeait vers la défaite de Saddam. Les Occidentaux lui ont alors livré les clés de leurs arsenaux d’armes de destruction massive, chimiques et bactériologiques, qui lui ont permis de mettre fin à la guerre et d’éviter le renversement de son régime.

Autres fronts

Parallèlement à cette guerre ratée, l’axe du mal avait, dans le même but d’éradiquer la République islamique, ouvert d’autres fronts qui ont pris des formes variées selon les circonstances ambiantes.

Intervention militaire ratée de l’armée étasunienne dans le désert de Tabas. Des perpétuels assassinats ont pendant, ces 37 années de l’âge de la République islamique, fait des milliers des martyrs dont de hauts responsables politiques comme le président de la République, Mohammad-Ali Rajai et son premier ministre Mohammad-Jawad Bahonar, précédés par le martyre du président du Parti Républicain Islamique, l’Ayatollah Muhammad Behechti avec 72 membres de la direction du parti. L’Ayatollah Khamenei, le Guide suprême de la Révolution islamique, nommé le « Martyr vivant », a été visé par un attentat qui lui a causé de graves blessures qui l’ont privé de l’usage de sa main droite. Les assassinats qui continuent à prendre pour cible des chefs militaires et de grands savants et professeurs dans les universités iraniennes sont accompagnés de sabotage visant les moyens de transport et autres infrastructures du pays.

Brutales sanctions économiques étasuniennes, européennes et internationales. Pressions et même des guerres larvées contre les alliés de l’Iran, soutien sans bords aux ennemis de l’Iran, comme dans le cas de Saddam et, après lui les Talibans qui avaient à leur tour déployé leurs troupes sur les frontières iraniennes. Efforts illimités pour semer la zizanie entre l’Iran et ses voisins arabes et pour attiser la discorde sectaire. Bradage, par les saoudiens du pétrole dans le but de nuire à l’économie iranienne. Propagande mensongère et iranophobe. Tapage quotidien durant ces dernières années au sujet de frappes militaires imminentes contre l’Iran accusé de vouloir fabriquer la bombe…

Même l’accord sur le nucléaire et la levée des sanctions économiques  imposées sur l’Iran sont mis au service de plans  hostiles concoctés par les ennemis de l’Iran.

Et maintenant, pendant que Washington et Paris brandissent des menaces  de nouvelles sanctions, et que l’Iran est accusé d’avoir joué un rôle dans les attentats du 11 septembre 2001 (qui sont l’œuvre, tout le monde le sait maintenant, de l’entreprise étasunienne, israélienne et saoudienne pour justifier les guerres d’agression contre les peuples du monde) , on veut que l’Iran laisse tomber, peut-être en les détruisant, ses missiles balistiques, seules armes de dissuasion face aux centaines de têtes nucléaires israéliennes !

Ceux qu’ils feignent ne pas savoir et que l’Iran n’est ni l’Irak de Saddam, ni la Lybie de Kadhafi. Il a le droit de s’armer pour se défendre et pour récupérer les droits des peuples de la région et, à leur tête le peuple palestinien.

Source : French.alahednews

26-03-2016 | 13:39
 
http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=17840&cid=324#.VvbPbHrXqSo

 

 
 
 
 
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau