IRAN : POUR L'IMAM KHAMENEI, LE DEAL DU SIÈCLE EST VOUE A L'ECHEC. PAS QUESTION DE NÉGOCIER AVEC LES USA

Im. Khamenei : le Deal du siècle sera voué à l’échec. Pas question de négocier avec les US

 Depuis 8 heures  30 mai 2019

khamenei

 Iran - Monde islamique - Spécial notre site

Rédaction du site

Le numéro un iranien l’imam Ali Khamenei a déclaré que les efforts déployés par les Etats-Unis et leurs larbins dans la région pour imposer le Deal du siècle seront sont voués a l’échec.

S’exprimant lors d’un discours le mercredi 29 mai devant un parterre de professeurs et de chercheurs universitaires, il a assuré que la célébration de la journée mondiale d’al-Quds cette année-ci devrait acquérir une grande importance. celle-ci est célébrée depuis l’appel de l’Imam Khomeiny tous les derniers vendredis du mois de Ramadan.

« La journée d’al-Quds cette année doit être beaucoup plus importante que dans les années précédentes, et pour cause les mesures traitresses des Etats-Unis et de leurs larbins dans la région pour faire passer le Deal du siècle », a-t-il affirmé. En allusion sans doute aux pays arabes qui avancent vers la normalisation avec l’entité sioniste, dans le cadre de cet accord mis au point par les Etats-Unis, à l’instar de l’Arabie saoudite et des Emirats arabes Unis, le Bahreïn, Oman et autres.
Tous les protagonistes palestiniens, toutes tendances confondues dont le Fatah, s’attendent à ce qu’il soit conçu pour usurper leurs derniers droits et liquider leur cause à leur insu.

Les 25 et 26 juin prochain, devrait se tenir à Manama une rencontre économique, considérée comme la première phase de cet accord, pour encourager les investissements en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Une mesure considérée par ces protagonistes palestiniens comment étant destinée à leur acheter des concessions douloureuses auxquelles ils s’attendent lors de l’annonce de l’accord.

Et l’imam Khamenei de poursuivre : «  les circonstances de la cause palestinienne aujourd’hui sont différentes de celles dans le passé. Et pour cause, le nouveau langage des Etats-Unis et de leurs larbins qui affichent ouvertement qu’ils veulent en finir avec la cause palestinienne »
Selon lui, « les manifestations de la journée d’al-Quds pour défendre Al-Quds via une grande participation populaire doivent être beaucoup plus importante cette année ».

Il a conclu que la défense de la Palestine n’est pas seulement une cause islamique mais « une question humaine et une affaire de conscience ».

La stratégie des pressions puis de négociations ne marchera pas

L’Imam Khamenei a en outre opposé une énième fois une fin de non-recevoir à la tenue des négociations avec les Etats-Unis, estimant qu’elles étaient inutiles.
« L’Iran ne négociera jamais avec les Etats-Unis… comme je l’avais dit dans le passé le fait de refuser de négocier avec les Etats-Unis est du à deux choses: premièrement les pourparlers seront vains, deuxièmement ils seront nuisibles », a-t-il expliqué.

Selon lui, les Américains suivent la stratégie des pressions pour épuiser leurs adversaires puis ils recourent aux négociations comme moyen complémentaire aux pressions pour parvenir à leurs fins.
Et de poursuivre : «  ces pourparlers n’auront rien à voir avec les négociations en réalité. C’est un moyen pour cueillir les fruits des pressions. Le fait de s’assoir à une table de négociations avec les Américains veut dire qu’il faut leur faire des concessions qui n’auraient pu  avoir lieu sans les pressions ».
L’ayatollah Khamenei estime que « pour faire face à ce leurre, il faut utiliser les moyens de pression que nos détenons,…, faute de quoi notre perte serait irrémédiable ».

Il a toutefois indiqué que son pays était ouvert aux négociations avec les autres États, dont ceux d’Europe, à condition que les différentes questions discutées ne soient pas liées au potentiel militaire iranien et aux principes clés de la révolution.
Les Etats-Unis insistent pour que l’Iran abandonne son programme balistique édifié de ses propres capacités internes. Ce que Téhéran refuse catégoriquement au motif que c’est son principal bouclier de défense contre les attaques ennemies.

Après avoir dépêché un porte-avions et des bombardiers B-52, le Président américain a annoncé lundi 27 mai sa volonté d’engager des pourparlers avec Téhéran précisant ne pas vouloir que «des choses terribles se produisent».

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/1380403


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire