fabius

Laurent Fabius (G) et Mohammad Javad Zarid (D) à Vienne lors des négociations avec l’Iran
***

Alors qu’une visite officielle du ministre des Affaires étrangères est prévue, mercredi 29 juillet, les critiques se multiplient à son encontre.

On parle de sa position lors de l’accord sur le programme nucléaire iranien, mais aussi de son implication dans le scandale du sang contaminé. Deux dossiers radicalement différents mais avec un dénominateur commun : ils rendent l’Iran hostile à la présence du ministre des Affaires étrangères français.

Cette visite doit parachever l’accord «historique», obtenu entre Téhéran et les puissances du 5+1 (USA, France, Royaume-Uni, Russie, Allemagne et Chine) sur le programme nucléaire iranien. Validé à l’unanimité par le Conseil de sécurité de l’ONU le 20 juillet 2015, cet accord met fin à plus de vingt mois de négociations au cours desquelles la position française a mainte fois été décriée. Considérée comme intransigeante et allant à l’encontre de l’avancée des pourparlers, la «ligne dure adoptée par la France lors des négociations» a laissé de la rancœur dans les rapports entre Paris et Téhéran, d’après le site d’information conservateur Jahan News.

En savoir plus : Le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé à l’unanimité l’accord sur le nucléaire iranien

D’après le média, Laurent Fabius est une figure bien connue des Iraniens pour son rôle dans l’affaire du sang contaminé. Alors qu’il était Premier ministre, un scandale sanitaire avait conduit à la contamination de plusieurs milliers d’hémophiles par le virus du sida lors de transfusions. Une affaire qui a profondément inscrit le nom de Laurent Fabius dans l’opinion iranienne, toujours d’après le site.

Le scandale du sang contaminé n’a jamais été oublié par l’Iran, selon le site iranien Al-Monitor, qui écrit que «d’après le ministre de la Santé, environ 300 Iraniens avaient été infectés par du sang contaminé», ajoutant que «certain iraniens n’ont pas tiré un trait sur cette affaire».

Manque de chance : la visite officielle du chef de la diplomatie française coïncide avec la semaine de soutien aux hémophiles. Pour l’analyste iranien Mojtaba Zolnour, cette semaine sera l’occasion de se souvenir des compatriotes disparus dans le scandale du sang contaminé, qui avait été importé en Iran. «Le principal responsable de tout cela, c’est Fabius», affirme-t-il.