NIGERIA : L'IRAN PROTESTE CONTRE LE MASSACRE DE MUSULMANS CHIITES

Nigeria: l’Iran proteste contre le massacre des musulmans chiites par l’armée
L’équipe du site

L'Iran a officiellement protesté auprès du Nigeria après le massacre perpétré dans ce pays par l'armée contre des musulmans chiites à Zaria (nord), a rapporté mardi l'agence officielle Irna.

Le chargé d'affaires du Nigeria a ainsi été convoqué lundi à Téhéran au ministère des Affaires étrangères qui a exigé des autorités nigérianes qu'elles fassent "immédiatement la lumière" sur les violences à Zaria, "soignent les blessés et compensent (les victimes) des dégâts" matériels, selon Irna, cité par l'AFP.

L'agence rapporte en outre que le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a téléphoné à son homologue nigérian, Geoffrey Onyeama, pour lui demander que son gouvernement "agisse immédiatement et sérieusement pour rétablir le calme et la stabilité et pour stopper la violence et préserver la vie des musulmans au Nigeria".

L'armée a tué et blessé samedi et dimanche à Zaria des centaines de partisans du Mouvement islamique du Nigeria (MIN), sous prétexte qu’ils avaient barré la route au convoi du chef d’état-major nigérian.

L'armée a attaqué et détruit une mosquée et la maison du chef du MIN, le cheikh Ibrahim Zakzaky (voir photo), qui était défendue par des centaines de militants accourus pour la protéger.

Mais le chef du MIN a été gravement blessé lors de l'assaut et se trouvait lundi "dans un état critique", selon le médecin qui le soigne à Kaduna (nord du Nigeria). Son épouse et l'un de ses fils ont été tués, ainsi que le numéro 2 du mouvement, Muhammad Turi, selon le porte-parole du MIN.

A l’antenne de la chaîne iranienne arabophone Al-Alam, le dignitaire religieux nigérian Saleh Mohammad Thani a regretté l’assassinat des musulmans au Nigéria et demandé aux organisations internationales des droits de l’Homme d'y agir rapidement.

L'assaut de l'armée a fait des centaines de victimes, selon des sources locales. Mais aucun bilan précis n'a été donné, l'armée qui impose un black-out a seulement fait état dimanche de "pertes humaines".

Les relations entre les autorités nigérianes et le MIN sont tendues depuis longtemps et le cheikh Zakzaky a déjà été emprisonné plusieurs fois. Il accuse l’armée d’avoir des liens avec le groupe takfiriste Boko Haram, et critique le gouvernement pour sa relation avec « Israël ».

 

Source: Divers

15-12-2015 - 11:08 Dernière mise à jour 15-12-2015 - 11:18 | 653 vus
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau