ISRAËL

ISRAËL

TORTURES EN "ISRAËL" : CHIENS D'ATTAQUE POUR INTERROGER LES ENFANTS PALESTINIENS

18 octobre 2017

Chiens d’attaque pour interroger les enfants palestiniens en israel

Un officier de police israélien est mis en cause pour avoir amené un chien d’attaque de la police dans la pièce lors d’une enquête sur des mineurs, à Jérusalem.


"Le rapport n’a donné aucun détail sur l’identité des mineurs", indique le Times of Israel, qui rapporte que deux autres policiers israéliens auraient battu un suspect alors qu’il se trouvait dans une cellule de détention et ont continué à le frapper au poste de police alors que ses mains et ses pieds étaient menottés.

Une enquête aurait été ouverte contre eux, ce qui est assez exceptionnel, mais ils sont été laissés en liberté.

"La police israélienne a déclaré dans le passé qu’elle prévoyait d’équiper ses officiers de caméras corporelles pour aider à réduire les cas de violence policière et pour renforcer la confiance du public envers les services de police.Il n’était pas précisé si cela s’étendrait aux policiers dans les lieux de détention ou les postes de police.", écrit le journal.

"La décision d’installer des caméras sur les officiers survient après que des images d’amateur en avril 2015 ont montré que la police avait battu un soldat éthiopien, Damas Pakada, apparemment sans raison. Cela avait déclenché des manifestations de masse à l’échelle nationale contre la brutalité policière et le racisme systématique présumé", indique-t-on de même source.



Image de la vidéo montrant des policiers rouant de coups un soldat d’origine éthiopienne, (Crédit : capture d’écran YouTube)

Source : http://fr.timesofisrael.com/un-policier-soupconne-davoir-amene-un-chien-dattaque-pour-un-interrogatoire-de-mineurs/#.WecA_YYVHyU.email

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article13537


 

APRES LES USA, "ISRAËL" SE RETIRE DE L'UNESCO

Israël

Après les États-Unis, Israël décide de se retirer de l'Unesco

CC0 / Pixabay

INTERNATIONAL

URL courte

271872283

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a ordonné jeudi au ministère des Affaires étrangères de préparer la sortie de l’État hébreu de l’Unesco dans les mêmes délais que les États-Unis.

 

Logo de l'Unesco

© AFP 2017 MIGUEL MEDINA

Les USA annoncent leur sortie de l'Unesco

Le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahou  a demandé au ministère des Affaires étrangères de préparer la sortie d'Israël de l'Unesco parallèlement à celle des Etats-Unis, annonce le quotidien Haaretz.

 

Netanyahou a salué la décision de Trump de se retirer de l'Unesco.

«C'est une décision morale et courageuse parce que l'Unesco est devenue un théâtre de l'absurde. Au lieu de préserver l'histoire, elle la déforme», a-t-il déclaré.

Les États-Unis ont annoncé ce jeudi quitter l'Unesco. Le département d'État américain a motivé cette décision par les arriérés de contribution de certains pays membres ainsi que par la nécessité de réformer cette organisation de l'Onu. Les États-Unis reprochent en outre à l'Unesco ses positions «anti-israéliennes».

La décision entrera en vigueur le 31 décembre 2018. Les États-Unis conserveront pourtant un statut d'observateur, a précisé la diplomatie américaine.

https://fr.sputniknews.com/international/201710121033431676-usa-israel-unesco/


 

L'ARMEE ISRAELIENNE, UNE GRANDE INCAPABLE !

Bases militaires en Israël ou des foires d'empoigne

Thu Oct 12, 2017 8:8AM

Les soldats israéliens sont des fans du jeu vidéo pour les smartphones Pokémon Go. ©Sputniknews

Les soldats israéliens sont des fans du jeu vidéo pour les smartphones Pokémon Go. ©Sputniknews

Les bases militaires d’Israël qui se disent prêt à « mener à la fois et sur trois fronts différents » une guerre sans merci contre ses ennemis, ressemblent de plus en plus à une foire d’empoigne : pour la seconde fois en l’espace d’une semaine, l’une des bases de l’armée israélienne a fait l’objet d’un « méga racket ».

Plus de 2.000 roquettes M-16 et 24 grenades ont disparu des entrepôts d’armes situés à l’intérieur de la base, selon Sputnik qui ne communique aucun autre détail. Le 4 octobre dernier, une grosse quantité d’armes et de munition « a été subtilisée » au nombre desquels figuraient entre autres des explosifs, des armes de guerre, des obus de 40 mm, des mines antichars. L’armée israélienne a déclaré le 4 octobre avoir ouvert une enquête pour tirer au clair les circonstances de la disparition de ces armements.

L’armée israélienne souffre depuis longtemps de l’apathie de ses effectifs les plus jeunes qui tendent de moins en moins à se faire engager. Le trafic d’armes qui implique souvent les soldats israéliens risque toutefois ne pas être la seule cause de la disparition des armements israéliens.

Les armements en question ont disparu d’une base située dans le Golan syrien qu’Israël occupe depuis plus de 40 ans. L’armée syrienne qui est proche de la victoire en Syrie pourrait faire appel à ses alliés, une fois la guerre contre Daech fini, pour reprendre le contrôle d’une partie du territoire syrien qu’Israël occupe illégalement.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/10/12/538320/Isral-bases-militaires-oires-dempoigne


 

NETANYAHU MET EN GARDE CONTRE LES DANGERS QUI MENACENT L'EXISTENCE D' "ISRAËL"

Netanyahu met en garde contre la disparition d »Israël »

 Depuis 3 minutes  11 octobre 2017

Benjamin Netanyahu

Benjamin Netanyahu

 Entité sioniste - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a mis en garde contre les dangers qui menacent l’existence de l’entité sioniste, a rapporté la chaine satellitaire iranienne alAlam.

M.Netanyahu a  insisté sur la nécessité pour « Israël de se préparer à affronter ces dangers aujourdhui, avant demain, afin qu’il puisse célébrer  Jour de l’Indépendance  centenaire,  dans trois décennies ».

Citant le journal Haaretz, M. Netanyahu a exprimé lors d’un séminaire religieux, ses craintes de la disparition d’Israël dans les prochaines années ».

M.Netanyahu a souligné lors du séminaire qui a été organisé à l’occasion du festival juif, qu’il « travaille pour  préserver  la sécurité et la paix en Israël afin qu’il fêté  soncentenaire, sans avoir à s’inquieter d’aucune menace ».

M.Netanyahu a déclaré que « notre présence n’est pas évidente, c’est pourquoi je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour défendre l’Etat »,selon ses termes.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/605768



 

LES MEDECINS "VOLANTS" AUSTRALIENS ANNULENT UN CONTRAT AVEC LA FIRME ISRAELIENNE ELBIT

Les « médecins volants » australiens annulent un contrat avec la firme israélienne Elbit

 Depuis 7 heures  10 octobre 2017

autralie_flying_doctors

 Australie

 

Le  » Royal Flying Doctor Service » (RFDS), Service de médecins « volants’ réputé pour ses capacités de secours en cas de détresse dans toute l’Australie, vient de renoncer à un contrat avec la firme israélienne Elbit Systems, se réjouit le réseau australien de solidarité avec la Palestine (Palestine Support Network Australia).

Alors que la plus grosse entreprise d’armement israélienne avait annoncé un contrat avec le RFDS pour un système de simulation de vol, le service australien va finalement se tourner vers d’autres fournisseurs.

Les militants australiens ont mené une campagne de 18 mois pour souligner qu’un groupe aussi éthqiue et dévoué que celui des médecins volants australiens ne pouvait s’associer avec une entreprise qui se vante de « tester sur le terrain » ses armements et moyens de répression, avant de les vendre.

C’est pourquoi, rapporte Electronic Intifada, « ils remercient tout particulièrement les médecins et les élus qui ont exprimé leur préoccupation à l’annonce d’un tel partenariat, comme tous ceux qui ont signé la pétition et envoyé des cartes postales au service des médecins volants pour les en dissuader ».

Pendant leur campagne, ils ont rappelé qu’Elbit est « l’un des plus promoteurs les plus agressifs de l’utilisation de drones contre les populations civiles et fournit les moyens de répression contre les Palestiniens de Cisjordanie, de Jérusalem est et de la bande de Gaza ».

Mais ils se gardent de tout triomphalisme face à cette décision qui fait perdre un contrat de 8 millions de dollars à Elbit, en faisant remarquer que la firme israélienne fait des affaires autrement plus lucratives avec le ministère de la défense et la police fédérale en Australie.

Il en va de même avec d’autres gouvernements occidentaux, dont ceux du Royaume Uni, ainsi qu’avec l’Union Européenne qui accorde des « bourses de recherche » à Elbit, malgré les révélations récentes selon lesquelles ce fabricant d’armes permettrait au gouvernement israélien de contourner les restrictions existantes sur l’utilisation des bombes à fragmentation.

En Irlande, des militants ont ainsi remis aux dirigeants de Dublin, mercredi dernier, une pétition signée par 23.000 personnes réclamant que leur pays mette un terme à la collaboration militaire avec « Israël ».

Source : Electronic Intifada

CAPJPO-EuroPalestine

 

LA DER DES DER D' "ISRAËL" ?

« Que les juifs quittent Israël » (Nasrallah)

Tue Oct 3, 2017 1:33PM

Le Hezbollah appelle les juifs à quitter Israël. ( Photo d’illustration)

Le Hezbollah appelle les juifs à quitter Israël. ( Photo d’illustration)

Le célèbre analyste arabe, Abdel Bari Atwan, revient dans les colonnes de Raï al-Youm sur le récent discours du secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, discours qui appelle les « juifs » à se démarquer des « sionistes » et à quitter « Israël tant qu’il en est encore temps ». 

Atwan écrit :

« C’est la première fois que Nasrallah fait la distinction entre le judaïsme et le sionisme, soit une secte raciste qui fait l’ombre à l’une des plus respectables religions monothéistes qui soit. Nasrallah a affirmé n’avoir rien contre les juifs, qu’il ne veut surtout pas voir finir au “bûcher” lors d’une guerre à venir. Certes, entendre le chef du Hezbollah parler de la guerre n’est pas chose nouvelle ; ce qui est nouveau par contre, c’est le ton de son discours. Nasrallah a évoqué la guerre comme si elle était imminente. Il a pointé de doigt Netanyahu pour “avoir cherché à faire échec à l’accord nucléaire (Iran/5+1) et poussé à une guerre totale au Moyen-Orient” sans avoir la moindre idée vers où “risque de conduire cette guerre” ». 

Plus loin dans son article, Atwan relève les « solides alliances » qui unissent le Hezbollah aux « puissances régionales », rappelle la stratégie à la fois défensive et offensive qui est celle de la Résistance et écrit :

« Quand Nasrallah demande aux juifs de quitter Israël avant qu’il ne soit trop tard, car il n’y aurait aucun lieu sûr pour les Israéliens, si jamais la guerre venait à avoir lieu, c’est qu’il prévoit une guerre à venir [...]. Les mises en garde de Nasrallah ne sont pas sans rapport avec la politique iranienne de Trump, ses menaces pour revenir sur l’accord nucléaire et son probable refus de confirmer d’ici quelques jours le respect par l’Iran de ses engagements nucléaires. Or, le retrait US de l’accord en question constituerait un casus belli à l’adresse de l’Iran. 

Pourquoi ? Car ce retrait signifie le retour de larges sanctions contre l’Iran et par ricochet, la reprise par l’Iran de ses activités d’enrichissement. Tout cela ne ferait que renforcer les risques de guerre au Moyen-Orient, surtout que le terrorisme y vit ses dernières heures. 

L’armée israélienne reconnaît l’existence d’un arsenal du Hezbollah composé de plusieurs centaines de milliers de missiles et de roquettes, un arsenal qui dans le cas de l’Iran, serait deux voire trois fois plus grand. Une première étincelle, et ce serait un déluge de feu qui s’abattrait sur Israël ! Et c’est à cette terrifiante perspective que renvoie le dernier discours de Nasrallah et son appel à l’adresse des juifs non sionistes à qui il demande de partir. La question kurde n’a pas laissé le chef du Hezbollah indifférent, ce dernier y voyant un “projet de plus” destiné à dépecer les pays de la région. À ce dépeçage en bonne et due forme, les États arabes, y compris l’Arabie saoudite, ne pourraient échapper, mais c’est Israël qui se trouverait au cœur de la prochaine guerre. 

Le “dangereux” discours que nous commentons ici a été tenu par un homme dont les actes et les paroles sont en parfaite concordance, un homme qui ne s’est engagé dans aucune guerre sans en sortir vainqueur. Depuis l’an 2000, date à laquelle Israël s’est retiré du Liban du Sud, jusqu’en 2006 et la mémorable et humiliante défaite israélienne, Nasrallah n’a jamais été battu.

Au crépuscule de sa carrière politique, Netanyahu est sur le point commettre l’irréparable : pousser Trump à déclarer la guerre à l’Iran, à inciter les Kurdes d’Irak à faire sécession, et tout cela pour sauver son image. C’est pousser les Israéliens à un suicide collectif. Mais Netanyahu sait-il un seul instant que la guerre qu’il tente de déclencher pourrait être de loin la plus sanglante de toutes les guerres, pour ne pas dire la dernière d’entre celles qu’ait connues le Moyen-Orient ? »

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/10/03/537332/La-dernire-guerre-dIsral


 

"ISRAËL" CENSURE LES PAROLES DE SAYED NASRALLAH ADRESSEES AUX JUIFS NON SIONISTES

Israël censure les paroles de Nasrallah à l'adresse des juifs non-sionistes  

Tue Oct 3, 2017 10:16AM

Le secrétaire général du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah prend la parole à l'occasion de l'Achoura, le 1er octobre 2017. ©Al Manar

Le secrétaire général du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah prend la parole à l'occasion de l'Achoura, le 1er octobre 2017. ©Al Manar

Le discours du secrétaire général du Hezbollah libanais à l'occasion de l'Achoura, marquant la mort en martyr de l'Imam Hossein (béni soit-il), a provoqué un déferlement d'inquiétudes parmi les responsables israéliens. Hassan Nasrallah, dans son dernier discours, a appelé les juifs non-sionistes à "quitter les territoires occupés" et à "retourner dans leur pays natal".

Le secrétaire général du Hezbollah a demandé aux juifs non-sionistes en Palestine occupée de regagner le plus tôt possible leur pays natal pour réduire ainsi tout risque d'une prochaine guerre que voudrait déclencher "leur fou gouvernement".

"Le gouvernement de Netanyahu vous conduit vers la destruction et l’anéantissement. Si Netanyahu, son gouvernement et ses dirigeants militaires déclenchent une guerre, ils ne sauront pas comment cette guerre se terminera. De plus, ils n'ont aucune idée claire de ce qui les attendra et de comment cette guerre finira", a affirmé Nasrallah.

Et d'ajouter : "Vous savez que tout ce que disent vos dirigeants politiques sur leurs capacités dans une prochaine guerre, sont des mensonges et des illusions, car vous connaissez très bien leurs défauts. Ne permettez pas à un gouvernement stupide de vous jeter dans l’aventure."

A en croire plusieurs analystes politiques, les propos du secrétaire général de la Résistance libanaise sont porteurs de messages sans précédent. Nasrallah dévoile en effet la nouvelle tentative d'Israël de changer les équations régionales en sa faveur.

Dès les premières heures suivant ce discours, les sites israéliens ont commencé à diffuser d'une manière large les propos de Nasrallah. Peu de temps après, ils ont censuré des parties importantes du discours.   

Le réservoir d’ammoniac de Haïfa. ©Al Manar

 

De nombreux analystes politiques croient que les propos de Nasrallah ont pesé sur l'opinion publique israélienne. Nasrallah est, au regard des colons israéliens, plus fidèle que les politiciens israéliens.

La preuve en est la menace proférée en 2016 par Nasrallah quant au réservoir d'ammoniac de Haïfa. Hassan Nasrallah avait affirmé qu'une attaque au missile contre le réservoir d'ammoniaque de Haïfa pourrait avoir l'effet d'une "bombe nucléaire".

Après cette mise en garde, le clan de Netanyahu a fini par céder aux pressions de l'opinion publique israélienne. Il s'est vu contraint de vider le réservoir d'ammoniaque de Haïfa, en août dernier.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/10/03/537314/Isral-censure-Nasrallah


 

"ISRAËL" REDOUTE LA PRECISION DES MISSILES DES COMBATTANTS DU HEZBOLLAH

«Israël» redoute la précision des missiles du Hezbollah

L'Iran œuvre actuellement pour fournir au Hezbollah des missiles plus précis en vue d’une prochaine guerre avec «Israël», et qui pourraient avoir d'importantes conséquences sur le conflit israélo-arabe, a indiqué mercredi l'appareil militaire israélien.

«Israël» redoute la précision des missiles du Hezbollah

Selon l'armée israélienne, l'Iran compte également poursuivre ses efforts pour établir une présence en Syrie grâce à des groupes qui lui sont affiliés, et qui pourraient soutenir le Hezbollah, dans le cadre de l’ouverture d’un front syrien contre «Israël».

Par ailleurs, elle estime qu'en cas de guerre avec le Hezbollah qui dispose actuellement d'environ 120.000 missiles et roquettes au Liban, pourrait lancer plus de mille projectiles par jour sur «Israël».

L’entité sioniste redoute que la précision des missiles fournis au Hezbollah par l'Iran permettent au groupe de viser des sites stratégiques en «Israël».

Si l'armée et le ministère de la Guerre israélien ont investi des ressources importantes dans le domaine de la défense aérienne, des officiers ont déclaré à plusieurs reprises que les systèmes anti-missiles ne seraient pas en mesure d'arrêter tous les projectiles.

Source : sites web et rédaction

28-09-2017 | 13:18

https://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=24631&cid=293#.Wc0xUmi0NPY


 

HAUSSE DES SUICIDES DANS L'ARMEE ISRAELIENNE DONT SIX CES DEUX DERNIERS MOIS

Le nombre des cas de suicides en hausse chez l’armée israélienne

Wed Sep 27, 2017 4:15PM

De plus en plus de soldats israéliens se suicident. (Photo d’archives)

De plus en plus de soldats israéliens se suicident. (Photo d’archives)

Six militaires israéliens se sont donné la mort pendant les deux derniers mois.

Les six soldats de l’armée israélienne qui se sont suicidés pendant les deux derniers mois ont alourdi le nombre des militaires israéliens qui se sont donné la mort depuis le début de l’année en cours, nombre qui a connu une hausse vertigineuse par rapport à l’année dernière.

Selon une source au sein de l’armée israélienne, celle-ci prévoit un plan destiné à empêcher ses soldats de mettre fin à leur vie ou au moins à réduire le nombre de ceux qui le font.

Dans la foulée, le porte-parole de l’armée israélienne a confirmé la hausse sans précédent du nombre des soldats qui se suicident durant les trois dernières années.

En 2016, 41 militaires israéliens se sont donné la mort alors que ce nombre passait à 36 en 2015.

Au mois de juin 2017, le site web libanais al-Ahed a fait état de la hausse considérable des cas de suicides au sein de l’armée israélienne.

Selon al-Ahed, la multiplication du nombre des soldats qui se donnent la mort inquiète vivement l’état-major de l’armée israélienne, surtout que les enquêtes n’ont permis de définir aucune cause précise à cette tendance.

Israël, dont l’armée a été vaincue en 2006 par le Hezbollah, se targue d’avoir l’une des armées les plus performantes de la région. Et pourtant, l’état-major israélien est bien conscient des failles organiques dont souffre son armée, notamment l’absence de motivation des jeunes soldats qui préfèrent s’amuser plutôt que se battre.

La perspective d’une offensive terrestre du Hezbollah dans le nord d’Israël inquiète toujours l’armée israélienne.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/09/27/536690/suicide-Isral-arme-isralienne-Hezbollah-soldats-militaires-mort



 

LE CHEF D'ETAT-MAJOR DE L'ARMEE ISRAELIENNE RECONNAIT LA CAPACITE DISSUASIVE DU HEZBOLLAH

Eisenkot reconnaît la capacité dissuasive du Hezbollah

Il n'est pas un hasard que le chef d'état-major de l'armée israélienne, Gadi Eizenkot, admet que ce qui empêche «Israël» d'étendre la «bataille entre les guerres» au Liban est la capacité dissuasive du Hezbollah, bien qu'il ait essayé de dissimuler ce fait en parlant des tentatives de «contrecarrer les menaces stratégiques et de préserver le calme des deux côtés de la frontière», mais a reconnu que la riposte du Hezbollah était fortement présente dans les calculs des chefs politiques et militaires lors de l’étude des options opérationnelles.

Eisenkot reconnaît la capacité dissuasive du Hezbollah

Eisenkot à travers ces déclarations faites lors d'un entretien avec le site internet de Yedioth Ahronoth à l'occasion de la nouvelle année juive, a explicitement souligné que pour faire face aux menaces stratégiques il était impérativement nécessaire de frapper le Liban. Cela a été clair dans ses paroles lorsqu’il a dit que «le défi auquel nous sommes confrontés est de faire face à la menace stratégique, et en même temps de maintenir la situation sécuritaire qui dure depuis 11 ans, pour le bien des citoyens des deux côtés».

Mais si nous prenons le critère fixé par Eisenkot pour indiquer le pouvoir dissuasif d’«Israël» (bien qu'il ait beaucoup de détails à ce sujet) le chef d’état-major s’est basé sur le fait qu’«Israël» n'a subi aucune riposte aux attaques qu’elle a menées sur la scène syrienne. On peut signaler d’autre part que le manque de courage de la part des dirigeants israéliens à lancer une seule attaque militaire contre le Liban, malgré la reconnaissance par Israël des capacités militaires du Hezbollah et la nécessité d'empêcher la poursuite de leurs évolutions, est dû à leur connaissance que le Hezbollah répondra de manière appropriée…

Il est nécessaire de comprendre que cet aveu a été fait par le chef d’état-major après des manœuvres légionnaires menées pour la première fois en 19 ans, ce qui porte de nombreuses significations importantes, y compris la lecture adoptée par les dirigeants israéliens au plus haut niveau politique et militaire, que le Hezbollah a la capacité et la volonté de répondre d'une manière conforme à toute agression dans ce domaine et que tous les messages d'intimidation directes et indirectes n'ont pas pu influencer les choix du Hezbollah et ses décisions en matière de dissuasion et de défense.

Bien que l'ennemi ait tenté d'insister sur la politique de destruction massive en cas de confrontation entre les deux parties, en espérant que cela affecte la volonté de riposte et de défense chez les dirigeants du Hezbollah, les résultats des différentes batailles durant le conflit ont prouvé que le Hezbollah a gagné dans la «bataille des volontés», cela a conduit au renforcement de la sécurité au Liban, et a préservé la stabilité du pays.

L'importance de cette reconnaissance réside également dans son timing. Eisenkot a avoué l'incapacité d'Israël à exploiter la situation syrienne pour étendre les attaques contre le Liban, en disant que «la situation au Liban est plus complexe», bien que le Hezbollah soit occupé depuis plusieurs années à mener des batailles contre les groupes armés et terroristes.

Mais il faut aussi comprendre que ce concept ne s'est gravé dans la conscience des décideurs à «Tel Aviv», qu’à la suite de l’échec des options au bord de l'abîme adoptées par «Israël», en échange, le Hezbollah a pu saboter toutes ces tentatives, jusqu'à présent, sans  devoir mener une large confrontation militaire contre l'armée de l’ennemi.

Ainsi, il est clair que l'adaptation israélienne à l'équation imposée par le Hezbollah pour protéger le Liban n'a pas été établie par des estimations théoriques ou des calculs quantitatifs des capacités, mais sur la base d'une lecture complète de plusieurs éléments, y compris – en particulier - les messages déclarés par le Secrétaire général du Hezbollah sayed Hassan Nasrallah dans de nombreuses occasions, tous ces éléments affectent la décision israélienne, et les calculs et les estimations du coût et de la faisabilité de toute action offensive, en échange de réalisations limitées. Ces faits confirment que le niveau de dissuasion efficace du Hezbollah a été construit dans tous ses aspects et ses caractéristiques. Les chefs politiques et militaires israéliens ne l’ont reconnu qu'après l'échec des options alternatives et des paris qui ont duré des années de conflit direct et indirect.

Source: Alahednews

27-09-2017 | 15:36

https://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=24621&cid=293#.Wcvxs2i0NPY