ISRAËL

ISRAËL

UN PREMIER DEPUTE ISRAELIEN APPELLE OFFICIELLEMENT NETANYAHU A DEMISSIONNER

 

Un premier député «Likoud» appelle officiellement Netanyahou à démissionner

Le député israélien Oren Hazan, proche de Benjamin Netanyahou, a appelé mercredi le chef du «gouvernement», menacé d'inculpation, à démissionner.

LUn premier député «Likoud» appelle officiellement Netanyahou à démissionner

Des propos tenus sur les ondes de la radio israélienne Kan qui interviennent après que Shlomo Filber, ancien directeur général du «ministère des Communications» a signé, hier mardi, comme nouveau témoin dans «l’affaire 4000», mettant en cause le Premier ministre pour corruption présumée.

Dans cette affaire, les investigations portent sur le soupçon de faveurs accordées au patron du groupe de télécommunications Bezeq, en échange d'une couverture favorable de l'action du «Premier ministre» par Walla, un des plus importants sites d'information de l’entité sioniste détenu par le dirigeant de Bezeq, selon la presse.

Les «faveurs gouvernementales» pourraient avoir rapporté des centaines de millions de dollars au plus grand groupe de télécommunications d'«Israël», selon la même source.

Connu pour ses frasques et ses propos sulfureux, Oren Hazan est le premier député «Likoud» à demander au «Premier ministre» israélien de quitter ses fonctions, indiquant qu’il «parle au nom de ceux qui sont pour le moment restés silencieux».

Pression de la gauche sur le «Premier ministre»

Avi Gabay s’est lui aussi exprimé suite à ces nouvelles révélations dans «l’Affaire 4000».

Le chef du principal parti d’opposition en «Israël» a indiqué, mardi soir, qu’il était temps que le «Premier ministre» démissionne et que les membres de sa coalition quittent le «gouvernement».

«L’ère Netanyahou est terminée», a répété Avi Gabbay, qui avait déjà tenu les mêmes propos lorsque la police avait fait ses recommandations à «la justice».

«Le château de cartes criminel construit par le Premier ministre ces dernières années - la corruption de la fonction publique, les dommages à l'état de droit, la menace à la liberté de la presse, et surtout l’incitation aux différentes factions de la société israélienne de se diviser - s'effondre sur lui et sur son environnement», a précisé le chef de «l’Union Sioniste».

Avi Gabbay a également déclaré qu’il croyait que des élections anticipées se tiendraient très bientôt.

Benjamin Netanyahou est soupçonné dans plusieurs affaires, notamment d’avoir reçu des cadeaux de personnalités très riches, de façon illégale.

Le «Premier ministre» israélien aurait également tenté de monnayer une couverture favorable à sa personne, à la une du quotidien Yediot Aharonot.

Netanyahou a toujours clamé son innocence. Mardi, il a qualifié les nouvelles enquêtes menées contre lui de «folie».

Source: agences et rédaction

21-02-2018 | 11:33

https://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=26260&cid=293#.Wo2UcqjOVPY


 

UN GENERAL ISRAELIEN ESTIME QUE LA GUERRE AVEC LA SYRIE EST IMMINENTE

Un général israélien: la guerre contre Assad est aux portes

 Depuis 14 minutes  20 février 2018

alone

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Un général israélien en poste dans l’armée d’occupation estime que la guerre avec la Syrie est plus iminente que jamais.

“la guerre pourrait très bien être aux portes”, a dit le chef des opérations de Tsahal, le général Nitzan Alon , lors d’une interview avec la radio israélienne, a rapporté le site en ligne de la télévision iranienne arabophone al-Alam.

Selon lui, “les victoires réalisées par le président syrien Bachar al-Assad avec le soutien de l’Iran et du Hezbollah ont augmenté les risques d’une nouvelle guerre, sur les hauteurs du Golan”, a-t-il précisé.

Il a ajouté: “ durant l’année en cours, les possibilités d’escalade sont grandes. Non pas nécessairement parce que les deux protagonistes veulent l’escalade, mais en raison de la détérioration progressive sur les frontières, et l’amplification de la puissance de l’un d’entre eux. Ce qui nous a poussés à hausser le niveau d’alerte. Tel Aviv appréhende serieusement que Téhéran ne soit plus ancré qu’elle ne le pense en Syrie, avec la consolidation de sa présence à la frontière avec Israël”.

Et le haut-officier syrien de poursuivre: “ sur le théatre au nord, il y a des changements considérables en raison des évolutions stratégiques perçues sur les front de bataille avec la Syrie”.

Selon Alon, la guerre avec le Hezbollah pourrait très bien apporter de nouveaux acteurs dans les zones de combat.

https://french.almanar.com.lb/788126


 

''ISRAËL" VEUT LE MAINTIEN DE L'EXISTENCE DE SES AMIS DE LA MOUVANCE TERRORISTE DAECH

‘Israël’ ne veut pas la disparition de Daech ; ce dernier aurait installé un camp à la frontière

 Depuis 7 heures  20 février 2018

neftali

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Bennett

Sous prétexte d’une soi-disant montée en puissance de l’Iran en Syrie, le ministre israélien de l’Education qui fait également partie du haut membre du cabinet de sécurité, Naftali Bennett a soutenu lundi la pérennité de Daech en Syrie.

Lors de la conférence organisée par Arutz Sheva à Jérusalem AlQuds occupée, le ministre a abordé les récents incidents liés à la sécurité israélienne dans le sud des territoires occupés de la Palestine, s’en prenant à l’Iran et à sa présence légale en Syrie.

« C’est bien l’Iran qui est à l’origine de tous les événements qui se sont produits dans le Sud et le Nord » de la Palestine occupée, a-t-il lancé dans un état de quasi hystérie.

«  Le Hamas et le Hezbollah ainsi que les milices chiites en Syrie font partie des alliés de l’Iran qui sont prêts à battre Israël jusqu’à leur dernière goutte de sang », a-t-il expliqué encore.

Mais si l’Iran se trouve derrière tous les actes hostiles contre Israël, ce dernier aura-t-il réellement la force de le vaincre? Le ministre ne semble pas avoir autre réponse que celle exprimée par le PM israélien à Munich.

« Actuellement il est temps de confronter l’Iran en matière de renseignement, d’économie et de diplomatie et d’autres moyens ».

Pour Bennett, Daech est un allié indirect d’Israël dans sa sempiternelle guerre contre l’Iran.

La télévision israélienne a par ailleurs déclaré qu’un grand nombre de hauts commandants du groupe terroriste Daech, ayant fui l’Irak et la Syrie, s’étaient installés dans les hauteurs du Golan occupé et qu’ils étaient en train de recruter de nouveaux membres. La TV israélienne n’a pas évoqué par contre le rôle des USA dans cette réorganisation des forces terroristes.

La chaîne 2 de la télévision israélienne a également poursuivi que ces hauts chefs daechistes y avaient fait monter un camp d’entraînement.

À en croire ces informations, Daech a établi un camp à la frontière avec la Palestine occupée, et ce, alors que Netanyahu avait déjà souligné qu’il ne permettrait pas que Daech s’approche des frontières des territoires occupés.

De nombreux rapports ont été déjà publiés sur les aides médicales de l’armée israélienne octroyées depuis 2011 aux terroristes en Syrie.

Plus loin dans ses propos le ministre israélien de l’Éducation n’a pas manqué de continuer de proférer les menaces anti-iraniennes avant de prétendre :

«  L’Iran envisage de créer un passage pour atteindre la Méditerranée. Nous le réduirons à néant. Nous l’avons déjà dit que nous ne permettront jamais à l’Iran de consolider ses bases en Syrie et nous le prouverons ».

A Munich, le ministre iranien des Affaires Etrangères a affirmé que l’Iran ne disposait d’aucune base militaire en Syrie mais que cette possibilité n’est pas à écarter dans la mesure où l’Iran se trouve en Syrie à la demande du gouvernement syrien.

Source: Avec PressTV

https://french.almanar.com.lb/787543


 

"ISRAËL" VA EXPORTER DU GAZ VERS L'EGYPTE

Israël va exporter du gaz vers l’Égypte

 Depuis 2 heures  20 février 2018

plateforme

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé hier, lundi 19 février, la signature d’un contrat «historique » pour la fourniture de gaz naturel à l’Égypte. « Cela va rapporter des milliards dans les coffres de l’État », a-t-il assuré.

Selon le correspondant d’Al-Jazeera à Ramallah, conformément à cet accord, Israël exportera 64 milliards de mètres cubes de gaz vers l’Égypte.

“Après la signature de l’accord, la question de l’itinéraire emprunté pour transporter le gaz et des infrastructures nécessaires devrait être examinée au cours de futures négociations », a-t-il ajouté

L’une des options est de recourir à un pipeline qui était utilisé jusqu’en 2011 et via lequel l’Égypte exportait du gaz vers Israël. Cette ligne peut être restaurée et réutilisée. Il se peut également qu’un nouveau pipeline soit créé, comme celui qui est en train d’être construit entre l’Égypte et la Jordanie.

Il y a pour le moment des discussions sur les infrastructures de transport de gaz et il est possible que les exportations de gaz commencent à partir de l’année prochaine et qu’elles se poursuivent jusqu’en 2030.

Source: Avec Press Tv

https://french.almanar.com.lb/787719


 

CRASH DU F-16 : "ISRAËL" LIMOGE 4 PILOTES. "ISRAËL" VA-T-IL LIMOGER LES DEUX PILOTES RESCAPES?

À la suite de l’interception d’un F-16, l’armée israélienne a limogé 4 pilotes

Sat Feb 17, 2018 6:53PM

Les restes d’un missile antiaérien syrien, qui a visé le 10 février 2018 un F-16 israélien. ©Reuters

Les restes d’un missile antiaérien syrien, qui a visé le 10 février 2018 un F-16 israélien. ©Reuters

L’armée israélienne a limogé 4 pilotes à la suite du raid aérien ayant entraîné la destruction d’un chasseur F-16 par la DCA syrienne. 

Cette décision a été prise après qu’une enquête a été menée sur les circonstances de l’interception du F-16 israélien, a rapporté le journal Raï al-Youm citant les médias du régime sioniste.

Selon les médias israéliens, les éclats des missiles tirés par la DCA syrienne avaient touché l’avion de deux de ces pilotes, un F-15.

Au moins un F-15 israélien a été endommagé en plus du F-16 détruit. (Photo d’archives)

Les pilotes avaient réussi à faire atterrir leur avion sur la base militaire d’al-Jalil. Ils sont accusés de n’avoir pas utilisé le système de brouilleur ni effectué les manœuvres nécessaires pour échapper à ce missile.

Par ailleurs, selon les résultats de l’enquête menée, un problème technique serait le responsable du crash du F-16 israélien, mais les autorités de ce régime n’ont donné aucune précision sur cette prétendue avarie technique.

Alors que tous les avions de combat volaient à haute altitude et prenaient pour cible leurs objectifs de loin, ce F-16 volait à basse altitude pour s’assurer que son missile atteindrait sa cible.

La DCA syrienne a tiré 20 missiles de moyenne portée SA-17 et SA-5 en direction du F-16 israélien.

Les résultats définitifs seront divulgués mardi prochain par le commandant de l’armée de l’air israélienne.

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/02/17/552724/Isral-systme-de-brouilleur-F16-isralien-pilote-expulsion-base-militaire-alJalil


 

MANIFESTATION ANTI-NETANYAHU A TEL-AVIV

Les Israéliens manifestent contre Netanyahu

Fri Feb 16, 2018 6:29PM

Des milliers de personnes ont organisé une manifestation en Palestine occupée pour demander la démission du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, après que la police a recommandé à la justice de l’inculper pour corruption, fraude et abus de confiance, en raison des pots-de-vin illégaux qu’il a reçus d’un certain nombre d’hommes d’affaires fortunés.

Entre 1 000 et 2 000 manifestants se sont rassemblés sur une place de Tel-Aviv, certains avec des pancartes sur lesquelles était libellé : « L’escroc, rentre chez toi » et « ministre du crime ».

« Après que la police a recommandé à la justice israélienne d’inculper pour corruption le Premier ministre, nous pensons qu’il ne peut plus être Premier ministre d’Israël et qu’il doit démissionner de son poste », a dit Shlomit Bar, 63 ans, professeur de musique à la retraite.

Manifestation anti-Netanyahu à Tel-Aviv, le 16 février 2018. ©Fars News

L’étau se resserre un peu plus autour de Benyamin Netanyahu, notamment accusé d’avoir reçu des pots-de-vin de la part de riches personnalités. Mardi, la police israélienne a recommandé à la justice d’inculper pour corruption, fraude et abus de confiance le Premier ministre.

Cette recommandation est une étape pouvant mener à la mise en examen de Netanyahu. La décision revient désormais au procureur général Avishaï Mandelblit, qui pourrait mettre plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant de trancher.

La police a déclaré avoir trouvé suffisamment de preuves pour que le chef du Likoud, âgé de 68 ans, soit inculpé.

Manif anti-Netanyahu, à Tel-Aviv, le 16 février 2018. ©Fars News

Selon la police, Netanyahu et sa famille se sont vu offrir des cadeaux de la part de personnalités comme le milliardaire James Packer ou encore Arnon Milchan, un producteur israélien à Hollywood.

Le montant des cadeaux s’élève à un million de shekels (environ 230 000 euros) entre 2007 et 2016, sous forme de cigares, bouteilles de champagne et bijoux.

En échange, Benyamin Netanyahu aurait tenté de faire voter une loi fiscale qui aurait profité à Arnon Milchan, tout en essayant de lui obtenir un visa pour les États-Unis et en accordant un traitement de faveur à certaines de ses entreprises.

On parle également de corruption dans le cadre d’un accord secret que Netanyahu a tenté de passer avec le propriétaire du journal israélien Yediot Aharonot, Arnon Moses, pour une couverture favorable de la part de ce journal, le plus grand quotidien israélien payant.

Netanyahu est aussi accusé d’avoir accepté 1 million d’euros du fraudeur français Arnaud Mimran pour les fonds de sa campagne électorale lors des élections de 2009.

Il y a également des appels pour que Netanyahu fasse l’objet d’une enquête pour son rôle dans un marché d’un milliard de dollars pour l’achat de trois sous-marins auprès du constructeur naval allemand ThyssenKrupp Marine Systems GmbH.

PressTV-Tel-Aviv : manifestation anti-Netanyahu

Des milliers de personnes sont descendues, le samedi 20 janvier au soir, dans la rue à Tel-Aviv organisant une marche de protestation contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/02/16/552584/Isral-Netanyahu-manifestations-corruption-TelAviv


 

EMBARRAS D' "ISRAËL" : LES MISSILES SYRIENS ONT TRAVERSE LA PALESTINE OCCUPEE

Israël embarrassé plus que jamais : « les missiles syriens ont traversé » la Palestine occupée

 Depuis 1 heure  16 février 2018

defenses-1

 Moyent-Orient - Spécial notre site - Syrie

 

Rédaction du site

Des médias israéliens ont indiqué ce vendredi qu’il leur a été permis de révéler que les missiles antiaériens syriens qui avaient riposté à leur escadrille dans l’espace aérien syrien  ont traversé les régions centrales de la Palestine occupée, et volé au dessus de Tel Aviv et Haïfa, avant d’échouer en mer, a rapporté al-Mayadeen Tv.

Le 10 février dernier, la DCA a syrienne a abattu un F-16 israélien qui violait l’espace aérien syrien avec 7 autres avions de chasse. Il s’était écrasé en Galilée, en Palestine occupée.

Plus que la chute de l’appareil israélien, c’est le moyen par lequel il a été abattu qui embarrasse le plus les responsables sionistes.

Il s’agit d’un S-200 ou Sa-5 datant des années 60 du siècle dernier, de l’époque soviétique, alors que l’appareil israélien abattu appartient à la 4ème génération, et est entré en action au début du 21ème siècle.

Commentant cet incident majeur, le chroniqueur du quotidien israélien Yediot Aharonot Alex Fischman a pour sa part estimé qu’Israël avait perdu dans la guerre psychologique en raison d’un missile syrien caduque et stupide qui est parvenu à abattre un avion sophistiqué».

«Avec la perte d’un avion intelligent via un missile vieux et aveugle, Israël s’est trouvé perdant, dans la guerre psychologique, parce c’est comme si un caillou a cassé un ordinateur super développé », a-t-il expliqué.

Selon l’agence russe Mordovie, ces S-200 sont « des dinosaures balistiques » qui avaient presque été abandonnés par l’armée syrienne. Signe de leur vétusté.

Visiblement, depuis cet incident,  Israël s’attelle pour améliorer son image, d’autant qu’il altère sa supériorité aérienne, son principal atout de force.
Dans les médias, les responsables militaires véhiculent que leurs avions ont détruit la moitié de la DCA syrienne.

https://french.almanar.com.lb/783440


 

AIDA TOUMA SOULEIMAN, DEPUTEE A LA KNESSET AFFIRME QU' "ISRAËL" ACHETE DU PETROLE DE DAECH

Députée à la Knesset : ‘Israël’ achète du pétrole de Daesh

 Depuis 11 heures  15 février 2018

aida-souleiman

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Aida Touma Souleiman

La député à la Knesset, Aida Touma Souleiman, a fait état d’une coopération entre ‘Israël’ et le groupe terroriste Daesh. Lors d’une session organisée lundi soir dans l’enceinte du parlement israélien, Mme Souleiman Touma a affirmé qu’Israël achète du pétrole de Daesh, a rapporté le quotidien israélien Yediot Aharonot.

La député, faisant partie de la liste arabe unifiée, a expliqué que ses propos sont fondés sur des rapports publiés par les Nations Unies.

Mme Souleiman Touma répondait aux critiques d’un député israélien, Reftal Soueid, visant les députés arabes qui se sont fermement opposés aux raids israéliens menés samedi dernier contre la Syrie.

Source: Traduit d'AlQuds al-Arabi

https://french.almanar.com.lb/781834


 

"ISRAËL" CHERCHE-T-IL LA GUERRE CONTRE L'IRAN EN SYRIE POUR QU'ELLE DEGENERE EN CONFLIT MAJEUR ?

Israël dérive-t-il vers une guerre contre l'Iran sur le territoire syrien?

Israël dérive-t-il vers une guerre contre l'Iran sur le territoire syrien?

© AP Photo/ Ariel Schalit

LU DANS LA PRESSE

URL courte

Vzgliad

Dossier:

Traduction de la presse russe (février 2018) (35)

8110

Confrontations à la frontière, interception d'un drone iranien et riposte contre un F-16 israélien: les frappes de Tsahal contre des cibles en Syrie ont mis en évidence que le conflit dissimulé entre Israël et l'Iran risquait de dégénérer en conflit majeur.

Pire encore: cette escalade est pratiquement inévitable, et un nouveau front risque de faire son apparition dans la guerre en Syrie.

Des militaires syriens ont ouvert le feu sur des avions de reconnaissance israéliens qui avaient franchi la frontière au sud-ouest du pays, près de la ville de Quneitra. Sous les tirs des forces de défense antiaérienne, l'aviation israélienne a dû battre en retraite — mais l'issue aurait pu être bien pire, écrit jeudi le site d'information Vzgliad.

 

Frontière syro-israélienne

© REUTERS/ AMMAR AWAD

La DCA syrienne aurait arrêté la progression d'avions israéliens dans le ciel syrien

Tant que la Syrie était aux prises avec la guerre civile, Israël était relativement en sécurité. Il maintenait l'équilibre sans s'ingérer dans le conflit chez ses voisins, et contrait seulement périodiquement les menaces cruciales pour le pays.

 

Par ailleurs, le conflit multilatéral en Syrie et le renforcement de Daech ont représenté une opportunité pour l'Iran, principal adversaire d'Israël, d'accroître son influence dans la région. Pendant toute la guerre Téhéran a soutenu al-Assad tant militairement que financièrement. Bénéficiant du droit d'allié, les Iraniens se seraient affirmés en Syrie en se basant sur les groupes chiites combattant aux côtés des forces gouvernementales, selon certaines informations.

 

RQ-170 Sentinel (image d'illustration)

CC BY-SA 3.0 / WIKIPEDIA/TRUTHDOWSER

Armée de l’air israélienne: le drone iranien abattu serait une copie du Sentinel US

Le représentant permanent d'Israël à l'Onu Danny Danon a évoqué également la présence des bases militaires iraniennes en Syrie, les infos pas d'ailleurs confirmées par Téhéran. Par contre, les représentants officiels de l'Iran évoquaient déjà en 2016 la nécessité d'une base navale sur la côte syrienne.

 

Les Israéliens n'avaient pas l'intention de rester simples spectateurs d'un tel renforcement de leurs ennemis, et ils ont lancé des avertissements avant de passer à l'action. Début décembre 2017, Tsahal a porté des frappes chirurgicales avec des missiles sol-sol contre un site militaire près d'al-Kiswa dans la région de Damas. Selon les renseignements israéliens et occidentaux, l'objectif était précisément une soi-disant base iranienne qui se trouvait à 50 km du plateau du Golan contrôlé par les Israéliens. En février 2018, les frappes israéliennes ont visé cette fois une «base» iranienne située, selon Tsahal, près de Palmyre dans un désert à l'est du pays.

 

Militaires syriens

© SPUTNIK. MICHAEL ALAEDDIN

F-16 israélien abattu: l'armée syrienne semble prête à «contrer toute agression»

Du point de vue de l'influence, l'Iran fait partie des vainqueurs évidents du «jeu» syrien. Il a considérablement augmenté sa puissance non seulement en Syrie, mais également dans la région. Son influence s'étend sur l'Irak et le Liban et, selon toujours les renseignements israéliens, les Iraniens cherchent à obtenir un «couloir» vers la Méditerranée et la population chiite des pays du Golfe pour renforcer davantage leur influence politique, militaire et économique.

 

Sans intervention diplomatique d'un tiers il sera impossible d'éviter la confrontation entre ces deux adversaires. Une guerre entre l'Iran et Israël sur le territoire syrien changerait à coup sûr le rapport de forces dans la région et enterrerait le processus de paix.

https://fr.sputniknews.com/presse/201802151035162156-israel-syrie-iran-guerre/


 

LA POLICE RECOMMANDE L'INCULPATION DE NETANYAHU POUR CORRUPTION, FRAUDE ET ABUS DE CONFIANCE

Israël : la police recommande l'inculpation de Benyamin Nétanyahou

 

Le premier ministre israélien est mis en cause pour des faits de «corruption», de «fraude» et d'«abus de confiance».

Correspondant à Jérusalem

Benyamin Nétanyahou prédisait que les soupçons de corruption formulés à son encontre accoucheraient d'une souris. Arrivée au terme d'une enquête qui durait depuis plus d'un an, la police israélienne a néanmoins recommandé, mardi, son inculpation pour «corruption», «fraude» et «abus de confiance» dans deux dossiers distincts. Le premier ministre, son épouse et leur fils sont notamment soupçonnés de s'être fait offrir du champagne, des cigares, des bijoux et des vêtements pour un montant total évalué à un million de shekels (250.000 euros). Il appartient désormais au procureur général Avichai Mandelblit de valider, ou non, l'analyse des policiers.

Benyamin Nétanyahou s'est empressé de balayer leurs accusations et a promis de «continuer à gouverner Israël avec responsabilité et loyauté». «Tout ce que je fais, je le fais pour le bien de l'Etat - et pas pour des cigares», a-t-il martelé. Mais plusieurs voix, dont celle de l'ancien premier ministre travailliste Ehud Barak, l'ont appelé à se mettre en retrait jusqu'à son éventuel procès.

» LIRE AUSSI - La Maison-Blanche recadre Nétanyahou sur les colonies

L'«affaire 1000», qui porte principalement sur les libéralités consenties par le producteur de cinéma Arnon Milchan, était depuis plusieurs mois présentée comme la plus embarrassante. En contrepartie de cadeaux qu'il n'hésitait à l'occasion pas à solliciter, le premier ministre est soupçonné d'avoir appuyé l'adoption d'une loi accordant une réduction d'impôts aux ressortissants israéliens qui, à l'instar du magnat d'Hollywood, envisagent de rentrer au pays après un séjour à l'étranger. Le centriste Yaïr Lapid, qui était alors ministre des Finances et que l'on présente aujourd'hui comme l'un des principaux candidats à la succession de Benyamin Nétanyahou, a témoigné en ce sens.

Contre-feu

Selon les enquêteurs, le premier ministre serait intervenu auprès de dirigeants américains en vue d'obtenir une extension de visa au bénéfice d'Arnon Milchan. Il aurait aussi défendu ses intérêts en empêchant le naufrage de la dixième chaîne de télévision, dont le producteur était actionnaire, ainsi qu'en facilitant son rapprochement avec un industriel indien. La police, contrairement à ce que pronostiquaient ces derniers jours les médias israéliens, préconise également d'engager des poursuites dans l'«affaire 2000». Celle-ci porte sur des tractations secrètes entre Benyamin Nétanyahou et le patron de presse Arnon Mozes. Propriétaire du quotidien Yedioth Ahronoth, celui-ci est depuis longtemps la bête noire du premier ministre.

A en croire un enregistrement pirate tombé entre les mains des enquêteurs, Nétanyahou aurait promis de faire voter une loi limitant la distribution gratuite du journal rival, Israel Hayom, dont le lancement en 2008 avait torpillé les ventes du Yedioth, en contrepartie d'un traitement plus favorable. «Si on tombe d'accord, lui aurait à l'époque répondu Mozes, je ferai tout mon possible pour que tu restes à ce poste aussi longtemps que tu le souhaites.» Le premier ministre, pour sa défense, plaide que le projet de texte a été enterré.

Avant même de connaître les conclusions des enquêteurs, Nétanyahou et son entourage ont allumé un contre-feu en accusant la police de chercher à le renverser. «Ces conclusions n'ont aucune valeur juridique dans un pays démocratique», a affirmé le premier ministre, que rien n'oblige à démissionner. Mais mardi soir, dès que les recommandations ont été rendues publiques, les spéculations sur son avenir politique ont redoublé. Et les regards se sont tournés vers le ministre centriste Moshe Kahlon, que les analystes israéliens présentent à la fois comme la clé de voûte et le maillon faible de la coalition gouvernementale.

http://www.lefigaro.fr/international/2018/02/13/01003-20180213ARTFIG00371-israel-la-police-recommande-l-inculpation-de-benyamin-netanyahou.php