ISRAËL

ISRAËL

LES "COLONS" FUIENT "ISRAËL"

Depuis la frappe au missile de la Résistance, Israël n'est plus viable

Sun Jun 2, 2019 10:45AM

L'émigration en Israël est une source d’inquiétude. AFP

L'émigration en Israël est une source d’inquiétude. AFP

Depuis le 4 mai où des centaines de missiles de la Résistance se sont abattus sur les colonies du sud d'Israël pour se diriger étape par étape vers Tel-Aviv, les colons ont compris que la "terre promise" n'est que du vent : ils quittent désormais par centaines les territoires occupés de la Palestine. Cette vague d'immigration inverse, déclenchée en dépit d'efforts inlassables des agences pour l'immigration juive, commencent à faire réellement peur aux milieux israéliens. C'est une fuite en masse dont la faute revient à Netanyahu, affirment ces mêmes milieux israéliens. Mais est-ce le cas? S'il est vrai que les politiques de Tel-Aviv n'ont pas conforté l'implantation des colonies sionistes, il est aussi vrai que la donne commence à changer depuis que l'axe de la Résistance s'est nettement renforcé, quitte à presque encercler Israël. Les colons sont les premiers à pressentir ce danger et à vouloir l'éviter à tout prix. 

« Les manifestations des Israéliens contre Netanyahu pour les difficultés économiques n’ont mené nulle part. Après ces manifestations, le cabinet de Netanyahu a formé un comité qui a fait des promesses restées jusqu'ici lettre morte. Le désenchantement est total depuis la dernière guerre contre Gaza début mai. Les Israéliens commencent à rentrer chez eux, c'est à dire aux pays européens notamment l’Allemagne », a écrit Raï al-Yaoum.

Israël: l’après-Netanyahu?

Israël: l’après-Netanyahu?

La mise au grand jour de la corruption du Premier ministre israélien a réactivé les courants extrémistes en Israël.

« Cette fuite s'explique aussi par la hausse du prix des produits de première nécessité et le non-attachement à un territoire où un régime factice a été créé en commettant les crimes les plus horribles de l’histoire pour anéantir le peuple palestinien. De moins en moins de jeunes issus de l'immigration européenne s'apprêtent à s'engager dans l'armée israélienne, à se battre et c'est cela le cœur du problème pour Israël », a précisé ce quotidien. Le journal Yediot Aharonot reconnait ce phénomène d'immigration inverse et souligne : " ce sont les israéliens les plus éduqués qui quittent Israël». 

Citant Dan Ben David, économiste israélien, Haaretz, journal de gauche, tente d'expliquer le sauve qui-peut général en Israël par les "politiques erronées " de Netanyahu et pourtant il s'agit des problèmes plus organiques liés à un Israël dont la présence en Asie de l'ouest est la principale source d'insécurité. 

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/06/02/597534/Isral-fuite-isralien-Ra-alYaoum-Netanyahu


 

"ISRAËL" DONT LA STRATEGIE EST DICTEE PAR LA PEUR FACE A SES ENNEMIS A PERDU SA DISSUASION

Face à ses ennemis, notre stratégie est dictée par la peur, (haut diplomate israélien)

Tue May 28, 2019 12:25PM

A guache, système de défense aérienne Dôme de fer, à droite, les missile devant un combattants de Hamas. (Photo d'illustration)

A gauche, système de défense aérienne Dôme de fer, à droite, les missiles devant un combattant du Hamas. (Photo d'illustration)

Les démarches israéliennes contre la bande de Gaza proviennent de la peur, a déclaré un haut diplomate israélien.

L’ancien ambassadeur israélien auprès de l’ONU remarque que les démarches hostiles d’Israël contre la bande de Gaza s'enracinent dans la peur, reconnaissant que Tel-Aviv n’a plus aucune force de dissuasion.

« Le cabinet de Netanyahu n’a pas de politique claire concernant la situation dans la bande de Gaza et agît seulement sous l’emprise de la peur », a déclaré Ron Prosor, ancien ambassadeur israélien auprès de l’ONU.

Ron Prosor, ancien ambassadeur israélien auprès de l’ONU(Archives)

Affirmant le soutien de la communauté internationale au régime d’Israël et à toutes ses actions militaires ou politiques contre la bande de Gaza, Prosor a lancé : « Ce soutien n'a pas été de grand secours. Tel-Aviv continue sa politique de faire la sourde oreille et refuse de tout voir. Nous avons décidé de boucher nos oreilles et de fermer nos yeux sur la bande de Gaza, préférant depuis cinq ans de rester indifférent par rapport à la bande de Gaza », a précisé le haut à la tête de l’institut Abba Eban.

Reconnaissant l’échec de la doctrine sécuritaire du régime d’Israël, Prosor a noté : « En 2019, Israël a mis de côté sa doctrine de sécurité reposant sur trois piliers fondamentaux à savoir, la dissuasion, l’avertissement et l’achèvement décisif. Le premier pilier s’est effondré depuis que Gaza possède des missiles tandis que le deuxième s’est affaibli. Quant au troisième, on tarde à voir sa réalisation. La vérité c’est qu’Israël n'arrive plus à "achever" ses plans; il les commence sans pouvoir les finir; A Gaza, Israël procède à des frappes sporadiques; il avance pour mieux reculer».

PressTV-Gaza abattra les chasseurs israéliens?

PressTV-Gaza abattra les chasseurs israéliens?

Les groupes de Résistance palestiniens à Gaza sont désormais prêt à faire face aux chasseurs israéliens.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/05/28/597044/Isral-na-plus-de-dissuasion


 

TEL-AVIV : DES MILLIERS D'ISRAELIENS MANIFESTENT CONTRE NETANYAHOU. "ON NE VOUS LAISSERA PAS ETRE UN DICTATEUR"

«On ne vous laissera pas être un dictateur»: des milliers d'Israéliens manifestent contre Netanyahou

- Avec AFP

«On ne vous laissera pas être un dictateur»: des milliers d'Israéliens manifestent contre Netanyahou

© Jack Guez Source: AFP

Des milliers d'Israéliens défilent, à Tel Aviv, pour marquer leur opposition au Premier ministre, Benjamin Netanyahou, le 25 mai 2019.

 

L'opposition israélienne a manifesté contre Benjamin Netanyahou le 25 mai à Tel-Aviv. Elle craint que la future coalition prenne des mesures visant à affaiblir le pouvoir judiciaire, qui cherche à lancer un procès contre le Premier ministre.

Des milliers d'Israéliens ont manifesté dans la soirée du 25 mai, à Tel-Aviv, contre d'éventuels accords de coalition du Premier ministre désigné, Benjamin Netanyahou, qui pourraient constituer pour l'opposition la fin de la démocratie dans le pays. Ce dernier, qui a remporté les législatives du 9 avril, a jusqu'au 29 mai au soir pour former une nouvelle coalition.

Jusqu’à présent il n'a pas réussi à répondre aux exigences conflictuelles de ses potentiels partenaires gouvernementaux, principalement sur la question de la conscription dans l'armée des juifs ultra-orthodoxes. Si aucun accord n’a été présenté jusqu’à présent, les spéculations vont bon train sur le fait que les membres de la coalition pourraient accepter des mesures visant à affaiblir le pouvoir judiciaire, qui cherche à lancer un procès contre Benjamin Netanyahou. 

«Vous n'êtes pas au-dessus des lois, on ne vous laissera pas être un dictateur»

Le procureur général israélien Avichai Mandelblit a repoussé mercredi à début octobre la date à laquelle le Premier ministre sortant doit être entendu pour répondre des accusations de corruption pesant sur lui. En février, il avait annoncé son intention d'inculper le Premier ministre pour «corruption», «fraude» et «abus de confiance» dans trois affaires. Le Premier ministre nie en bloc les accusations et dénonce une «chasse aux sorcières».

Nous ne vous laisserons pas transformer un Israël démocratique en une cour privée d’une famille royale ou d’un sultanat

Lire aussi

Manifestation du mouvement BDS au centre commercial Killarney à Johannesburg le 25 octobre 2014. (image d'illustration)

Pour le Parlement allemand, le mouvement BDS est «antisémite»

Dans la soirée du 25 mai, des milliers de personnes ont agité le drapeau israélien, scandant des slogans tels que «un peuple, une loi». «Nous ne vous laisserons pas transformer un Israël démocratique en une cour privée d’une famille royale ou d’un sultanat», a déclaré Benny Gantz, chef de l’alliance de centre-droit Bleu-blanc, principal parti d’opposition. «Vous n'êtes pas au-dessus des lois, on ne vous laissera pas être un dictateur», a lancé pour sa part Yair Lapid, également de l'alliance Bleu-blanc. «Nous sommes ici pour combattre pour notre pays. Netanyahou va écraser la Cour suprême pour empêcher la justice [de faire son travail]», a affirmé Tamar Zandberg du parti Meretz.

Les organisateurs ont estimé que des dizaines de milliers de personnes avaient participé à la marche qui a eu lieu devant le musée de Tel-Aviv. Moins de 10 000 manifestants étaient présents, selon la police.

Si Benjamin Netanyahou ne parvient pas à former une coalition d’ici le 29 mai, le président Reuven Rivlin pourrait confier la mission à un autre député.

Lire aussi : Jérusalem : des femmes en soutien-gorge tentent de perturber une manifestation d'ultra-orthodoxes

https://francais.rt.com/international/62417-onne-vous-laissera-pas-etre-dictateur-milliers-israeliens-manifestent-netanyahou


 

NEUF SOLDATS ISRAELIENS CONDAMNES POUR LEUR REFUS DE PARTICIPER A DES EXERCICES SIMULANT UNE GUERRE CONTRE GAZA

Des soldats israéliens refusent de participer à des exercices contre Gaza

 Depuis 9 heures  3 avril 2019

soldats-israeliens2

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Une peine de prison a été émise contre les soldats israéliens coupables d’avoir refusé de participer à des exercices simulant une guerre contre Gaza.

Neuf soldats de la 51e brigade du Golan ont été condamnés à 20 jours de prison pour avoir refusé de participer à des exercices de simulation de guerre contre la bande de Gaza.

Les soldats ont refusé de prendre part aux exercices alors qu’ils étaient en état d’alerte sur une base militaire dans le sud des territoires occupés.

Le samedi 30 mars, Israël a subi un cuisant échec face à la solidarité impressionnante des millions de Palestiniens qui se sont réunis sur la frontière de Gaza pour célébrer le premier anniversaire de la Marche du grand retour ainsi que la Journée de la terre. Le rassemblement était tellement immense et les manifestants tellement soudés que l’armée israélienne a dû reconsidérer ses annonces précédentes sur le lancement d’une attaque contre Gaza si nécessaire. Frustrés, les responsables israéliens songent désormais à éliminer physiquement les dirigeants de la Résistance palestinienne.

Naftali Bennett, ministre israélien de l’Éducation, a exprimé sa colère contre Yahya al-Sinouar, chef du Hamas, pour avoir pris part à l’anniversaire de la Marche du grand retour et à la Journée de la terre aux côtés de plusieurs millions de Palestiniens.

« Après le tir de plus de mille missiles et les ballons incendiaires qui ont amené les Israéliens à se réfugier dans des abris, Yahya al-Sinouar devait être éliminé physiquement plutôt qu’être libre de nous dicter ses conditions et de nous narguer en se promenant en toute insouciance », a-t-il déclaré.

 

Source: PressTV

https://french.almanar.com.lb/1309871



 

ALGERIE : DE NOMBREUX MANIFESTANTS BRANDISSENT DES PANCARTES CONTRE MACRON ET UNE FRANCE QUI SOUTIENT BOUTEFLIKA ET A LAQUELLE JE NE M'IDENTIFIE PAS

Alger: nombreuses pancartes contre la France et Macron, accusés de soutenir Bouteflika

folder_openAfrique access_timedepuis 14 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Pour le 4e vendredi consécutif, de nombreux manifestants étaient rassemblés à Alger pour montrer leur désaccord avec le président en place, Abdelaziz Bouteflika. Cette fois-ci, de plus en plus de pancartes incriminant la France étaient brandies, accusant l'ex-puissance coloniale de soutenir le maintien au pouvoir du chef de l'Etat algérien.

Renonçant lundi à sa candidature à un 5e mandat, contestée dans la rue, Abdelaziz Bouteflika a reporté l'élection présidentielle jusqu'à l'issue d'une prochaine «conférence nationale» censée réformer le pays, prolongeant de fait son actuel mandat au-delà de son expiration le 28 avril.

Une décision «saluée» quelques heures plus tard par le président français Emmanuel Macron qui a aussi appelé à «une transition d'une durée raisonnable».

«Halte à l'ingérence»

Vendredi, les manifestants portaient plusieurs pancartes rappelant les 132 ans de domination coloniale française, entre 1832 et 1962, année de l'indépendance du pays, conquise au prix de huit ans de guerre sanglante.

«La France, 132 ans ça suffit, halte à l'ingérence», indique une pancarte. «L'Elysée, stop! On est en 2019, pas en 1830», date de la conquête de l'Algérie par la France, souligne une autre.

D'autres dénoncent une présumée collusion entre Paris et le pouvoir algérien. «Résistance à l'alternance désignée par la France», peut-on lire sur une grande banderole.

«Non à un système béni par la France!», dénonce une pancarte. «FLN = Réseau de lobbying de la France», indique une autre en anglais, en référence au Front de Libération nationale (FLN) au pouvoir depuis l'indépendance de l'Algérie.

Certaines pancartes ironiques s'adressent directement au président français: «Macron, tu es trop petit pour l'Algérie d'aujourd'hui».

«Macron, occupe-toi de tes Gilets jaunes», peut-on lire sur une grande banderole qui fait référence à la contestation en France des «Gilets jaunes» qui critiquent la politique du président Macron.

https://french.alahednews.com.lb/30496/307


 

"ISRAËL" VA INSTALLER DES SYSTEMES DE BROUILLAGE CANCERIGENES DANS TOUTES LES PRISONS OU SONT DETENUS DES PALESTINIENS

‘Israël’ va installer des systèmes de brouillage cancérigènes dans les prisons

 Depuis 6 heures  27 février 2019

prisonniers

 Moyent-Orient - Palestine

 

Le club des prisonniers dans les geôles israéliennes  de l’occupation a appelé à des protestations massives en Cisjordanie, à Gaza et à AlQuds et dans tous les territoires occupés. Il a révélé que les autorités d’occupation planifient pour l’installation de systèmes de brouillages cancérigènes dans toutes les prisons où elles incarcèrent des Palestiniens.

Dans un communiqué publié, le mardi 26 février, le club a appelé les Palestiniens à s’unifier et à resserrer leurs rangs sur la question des prisonniers et la mosquée Al-Aqsa. Il a insisté sur la nécessité de renoncer aux différends pendant cette phase délicate.

Et d’ajouter : « il incombe aux factions de la résistance une responsabilité nationale et morale d’assumer leur rôle dans cette confrontation ».

« Les menaces de l’occupation de nous frapper avec une main de fer ne nous effrayeront pas », a-t-il toutefois souligné.

Par milliers, les Palestiniens, résistants ou simples civils, croupissent dans les prisons israéliennes, en toute illégalité au regard du droit international.

‘Israël’ détient 5500 prisonniers palestiniens, dont près de 500 détenus administratifs et des centaines d’enfants, selon Al-Dameer (La Conscience) , le groupe de défense des droits des prisonniers palestiniens basé à Jérusalem AlQuds occupée.

L’emprisonnement de masse est une stratégie mise en œuvre depuis 1967 pour tenter de briser la résistance du peuple palestinien.

Depuis cette date, l’écrasante majorité des familles palestiniennes ont au moins un de leurs membres qui a été fait prisonnier par les autorités de l’occupation israélienne.

 

Sources: AlMayadeen + Agences

https://french.almanar.com.lb/1270117


 

LE PARLEMENT JORDANIEN RECLAME L'EXPULSION DE L'AMBASSADEUR ISRAELIEN ET LE RAPPEL DE L'AMBASSADEUR JORDANIEN DE TEL AVIV

Le Parlement jordanien demande l’expulsion de l’ambassadeur israélien

 Depuis 11 heures  21 février 2019

parlement-jordanie

 Jordanie - Moyent-Orient

 

En protestation contre la fermeture par les forces d’occupation israéliennes d’un des portails de la mosquée al-Aqsa, les parlementaires jordaniens ont réclamé l’expulsion de l’ambassadeur israélien d’Amman et le rappel de l’ambassadeur jordanien de Tel Aviv.

Le Comité parlementaire palestinien a salué dans un communiqué les efforts déployés par la Jordanie pour enlever les cadenas que les Israéliens avaient mis à la porte Bab al-Rahmah de la mosquée al-Aqsa.

Les forces d’occupation ont fermé dimanche soir (17 février) la porte Bab al-Rahmah de la mosquée al-Aqsa aux fidèles palestiniens avec des chaines et des cadenas qui ont été cassés par les Palestiniens pour entrer dans le lieu saint.

Le Comité parlementaire palestinien de Jordanie, tout en condamnant fermement l’agression des autorités d’occupation à AlQuds, a exprimé sa préoccupation quant aux assauts incessants des militaires israéliens et des colons contre la mosquée al-Aqsa, les fidèles et le personnel des lieux saints de la ville.

Le Parlement jordanien a donné son feu vert à la demande du Comité parlementaire palestinien qui demandait l’expulsion de l’ambassadeur jordanien d’Amman.

Les militaires et les colons israéliens tentent de détruire les identités musulmane et chrétienne de la sainte ville d’AlQuds en les remplaçant par des symboles du sionisme.

Les actions hégémoniques du régime israélien contre AlQuds et la mosquée al-Aqsa interviennent alors que l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a adopté en 2016 une résolution qui a rejeté tout lien historique, religieux ou culturel entre les juifs et les lieux saints d’AlQuds et notamment la mosquée Al-Aqsa qui a été au contraire considérée comme un lieu sacré pour les musulmans.

La ville d’AlQuds qui abrite la mosquée al-Aqsa, première qibla des musulmans, est considérée  comme une partie intégrante de la Palestine et elle est l’un des trois principaux lieux saints de l’Islam.

Source: Avec PressTV

https://french.almanar.com.lb/1262835

 

"ISRAËL" : GUAIDO SERT NOS INTERETS

Israël: Guaido sert nos intérêts

 Depuis 11 heures  6 février 2019

guaido4

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Un journal israélien a rapporté qu’il est dans l’intérêt de Tel-Aviv de reconnaître Juan Guaido comme le président du Venezuela.

Israel Hayom vient d’écrire en évoquant la situation interne au Venezuela que la reconnaissance par Tel-Aviv de Juan Guaido, le président autoproclamé du Venezuela, permettrait de « dompter le Hezbollah ».

« Nicolas Maduro et Hugo Chavez avaient auparavant pris position en faveur du Hezbollah et contre Israël », ajoute le journal, qui explique : « Le plus pour Israël dans cette affaire, c’est le fait que le Venezuela ait rejoint les autres pays de l’Amérique latine hostiles au Hezbollah. »

Le journal vient à ce titre de publier un autre article mardi, le 5 février 2019 intitulé : « Les Salvadoriens élisent un ami d’Israël à la présidence ».

Benjamin Netanyahu a été après Donald Trump, l’un des premiers responsables politiques étrangers à reconnaître l’ex-président de l’Assemblée nationale du Venezuela comme « président en exercice » de ce pays.

 

Source: PressTV

https://french.almanar.com.lb/1242001


 

UN GENERAL ISRAELIEN: "NOS FORCES TERRESTRES NE SONT PAS PRETES AU COMBAT"

Un général israélien : ‘nos forces terrestres ne sont pas prêtes au combat’

 Depuis 7 heures  3 février 2019

golan

 Entité sioniste - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Dans un document classifié obtenu par le quotidien israélien Yediot Aharonot, l’ancien chef d’état major adjoint, Yair Golan met en garde contre les « dommages irréversibles » causés par le manque de confiance au sein des forces terrestres de Tsahal. « L’armée de l’air ne peut pas gagner seule une guerre », rappelle-t-il.

Le Ynet a fait état d’un taux élevé de frustration au sein de l’armée d’occupation israélienne lors de la guerre contre Gaza en 2014.

Selon ces documents secrets, publiés samedi soir 2 février par le Yediot, l’ancien chef d’état major adjoint affirme que « les commandants de l’armée israélienne craignaient de lancer une opération terrestre à Gaza en raison de l’ampleur des pertes prévues. En même temps, il était impossible de stopper les tirs de roquettes depuis Gaza sans effectuer cette offensive terrestre ».

Golan a ajouté : « l’armée de l’air a largué 1200 missiles et roquettes de hautes précisions contre des cibles vides… Seulement pour atténuer l’état de frustration dans les rangs de nos soldats ».

Et de prévenir : « la répétition de la guerre de 2014 causera des dégâts énormes et inévitables. Vu que seule une offensive terrestre pourra véritablement éliminer la menace des missiles ».

« Israël ne pourra pas supporter les tirs des milliers de missiles au centre de son front interne », a-t-il fait savoir.

Les documents ont également cité les propos d’un des généraux de l’armée, dont le nom n’a pas été révélé. Ce dernier a lancé : « Oubliez l’offensive terrestre, elle est dangereuse ».

Sources: Ynet + AlQuds al-Arabi

https://french.almanar.com.lb/1238294


 

EN CAS DE GUERRE, "ISRAËL" RISQUE DE TOUT PERDRE

Iran : qui dit guerre, dit la fin d'Israël

Mon Jan 28, 2019 6:4PM

Le général de brigade Hossein Salami, commandant adjoint du CGRI, à la tribune de la première conférence nationale sur la structure défensive et sécuritaire de l'ordre islamique à Téhéran le 28 janvier 2019. ©Tasnim

Le général de brigade Hossein Salami, commandant adjoint du CGRI, à la tribune de la première conférence nationale sur la structure défensive et sécuritaire de l'ordre islamique à Téhéran le 28 janvier 2019. ©Tasnim

Tout le tort fait par Israël finira par le conduire à sa fin et la reprise des territoires occupés de la Palestine, a affirmé le général de brigade Hossein Salami, commandant adjoint du Corps des gardiens de la Révolution islamique.

« Notre stratégie consiste à éliminer Israël de la géographie politique du monde. Ce qui ne va pas tarder à se concrétiser », a répondu le commandant adjoint du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), le général de brigade Hossein Salami, interrogé au sujet de l’hypothèse sur une éventuelle prise pour cible des positions de l’axe de la Résistance par Israël lors d’un point de presse à l’occasion de la première conférence nationale sur l’architecture de défense et de la sécurité de la Révolution islamique.

Lire aussi : L’Iran préservera tout ce qu’il a en Syrie (Général Jaafari)

« Une guerre déclenchée par Israël conduira à son élimination et à la reprise des territoires occupés », a-t-il poursuivi.

« Il faut que les Israéliens sachent que s'ils continuent à faire le mal, ils n'auront plus aucune place en Palestine occupée ; pas même le moindre cimetière pour y être enterrés », a-t-il mis en garde.

Le commandant en chef de la Force navale du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) avait pour sa part mis en garde les ennemis contre tout calcul erroné dans le golfe Persique.

PressTV-Le CGRI met en garde les USA

PressTV-Le CGRI met en garde les USA

Le Corps des gardiens de la Révolution islamique a mis en garde les ennemis de l'Iran contre tout calcul erroné dans le golfe Persique.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/01/28/587024/En-cas-de-guerre-Isral-risque-de-tout-perdre