ISRAËL

ISRAËL

"ISRAËL" JOUE AVEC LE FEU...

Le régime de Tel-Aviv provoque la Résistance

Sun Aug 18, 2019 12:34PM

Une fusée éclairante tirée par l'armée israélienne au dessus d'une zone au nord de Gaza, le 17 août 2019. © Fars News

Une fusée éclairante tirée par l'armée israélienne au dessus d'une zone au nord de Gaza, le 17 août 2019. © Fars News

"Les Palestiniens s'infiltrent de partout", c'est ce qui ressort de la lecture de la presse israélienne ces jours-ci. Dans la nuit de samedi à dimanche, le 18 août, l'armée israélienne a cru avoir été prise pour cible d'une opération d'infiltration depuis le sud de Gaza. Croyant avoir à faire à un remake des spectaculaires opérations de Khan Younes, les soldats sionistes ont ouvert le feu. 3 jeunes palestiniens sont tombés en martyr. La crainte des commandos palestiniens gagne les colonies du sud d'Israël, ceci est un fait indéniable tout comme la connexion "armée" qui vient enfin de se faire entre la Cisjordanie et Gaza: depuis le début août deux opérations commando ont visé Gush Etzion au sud de la Cisjordanie. 

PressTV-G. Persique: le message à Israël?

PressTV-G. Persique: le message à Israël?

La Cisjordanie emboîte le pas à Gaza dans la résistance à l'occupation.

Face à cette incontrôlable flambée de la révolte, le régime israélien ne fait que ce qu'il sait mieux faire, frapper du ciel ou avoir recours à l'artillerie.Dimanche à l’aube, le régime israélien a lancé ses hélicoptères à l'assaut de Beit Lahia et de Beit Hanoun. Puisque dans la nuit, la Résistance palestinienne avait tiré des roquettes en direction des colonies du sud des territoires occupés rien que pour venger le sang de cinq jeunes tués quelques heures auparavant. Israël prétend avoir visé des cibles "souterraines", appartenant à la Résistance palestiniens. Trois combattants sont tombés en martyr au cours de ces raids qui seront vengés, selon les deux communiqués émis par le Hamas et le Jihad islamique. 

PressTV-Israël, la panique à bord ...

PressTV-Israël, la panique à bord ...

L’aviation israélienne a bombardé des positions de la Résistance palestinienne dans le nord de la bande de Gaza.

Samedi soir, des médias israéliens ont effectivement fait part des frappes au missile du Hamas sur la colonie de Sderot en Israël. Suite à cette attaque, les sirènes d’alerte ont retenti et elles risquent de retentir encore et pour longtemps. Dans son communiqué le Jihad islamique affirme se réserver le droit de la riposte de la manière la plus ferme qui soit, puisqu"Israël est le principal responsable de tous les crimes commis contre les palestiniens". Le communiqué du Hamas met en garde quant à lui contre une flambée destructrice des violences qui affectera irréversiblement des occupants. Les tirs de roquettes palestiniens du samedi soir auraient fait au moins six blessés dans les rangs des colons et ont plongé les colonies dans un état d'angoisse total. Interrogé par Ynet, un colon sioniste de Sderot affirme : "J'ai pris deux semaines de congé et nous devions partir en excursion demain, mais le Hamas en a décidé autrement".  La Resistance palestinienne impose désormais les règles du jeu et c'est à elle de décider quand et comment sera déclenchée la prochaine guerre.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/08/17/603796/Ymen-la-guerre-finira-par-renforcer-lIran


 

"ISRAËL" INTERDIT L'ENTREE EN PALESTINE OCCUPÉE A DEUX ÉLUES AMÉRICAINES ANTI-ISRAÉLIENNES. TRUMP SOUTIENT "ISRAËL"

Israël interdit l’entrée à deux élues américaines anti-israéliennes. Trump le soutient

 Depuis 2 heures  15 août 2019

tlaib_omar

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Les autorités israéliennes de l’occupation ont annoncé ce jeudi 15 aout interdire à deux élues américaines d’entrer en Palestine occupée en raison de leur soutien à la campagne de boycott à Israël.

Ilhan Omar et Rashida Tlaib, deux membres de l’aile gauche du Parti démocrate américain, devaient atterrir ce week-end à Tel-Aviv afin de visiter les Territoires palestiniens occupés, mais le ministère israélien de l’Intérieur a décidé de leur interdire l’entrée en Israël, estimant que leur visite s’inscrivait dans le cadre « d’activités de boycott anti-israélien », selon un communiqué.

Une haute responsable palestinienne a dénoncé jeudi cette decision la qualifiant d’ »acte scandaleux ».
« La décision israélienne d’interdire aux élues du Congrès Rashida Tlaib et Ilhan Omar de visiter la Palestine est un acte d’hostilité scandaleux contre le peuple américain et ses représentants », a déclaré dans un communiqué Hanane Achraoui, membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).
« Il s’agit d’un précédent dangereux », a-t-elle ajouté, « et d’une attaque contre le droit du peuple palestinien à nouer un dialogue avec le reste du monde ».

Le mercredi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a tenu  des consultations au sujet de cette visite et les discussions se poursuivent avant une décision finale, a déclaré un responsable du gouvernement israélien sous le couvert de l’anonymat.
« Il est possible qu’Israël n’autorise pas la visite dans le format proposé actuellement », a-t-il précisé, indiquant que plusieurs équipes et juristes de différents ministères étudiaient la question avant une éventuelle décision du ministère de l’Intérieur.
Il a ajouté que « si la membre du Congrès (Rashida) Tlaib émet une demande humanitaire pour rendre visite à sa famille, la décision la concernant sera considérée favorablement ».

En 2017, Israël a adopté une loi qui permet d’interdire l’entrée dans le pays aux partisans du mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) appelant au boycott économique, culturel ou scientifique d’Israël pour protester contre l’occupation des Territoires palestiniens.

Violant sans limite les droits du peuple palestinien, le gouvernement israélien de l’occupation combat farouchement tout ce qui ressemble à une entreprise de boycott et le présente comme une menace stratégique qui remet en cause de la légitimité d’Israël.

Il accuse le BDS d’antisémitisme, ce que le mouvement dément.
« Un Etat qui n’a rien à cacher ne penserait pas à empêcher la venue de deux membres du Congrès. Il s’agit encore d’une tentative désespérée de cacher la réalité au monde », a réagi sur Twitter Ayman Odeh, député arabe israélien élu à la Knesset.

Ilhan Omar d’origine somalaise et Rashida Tlaib, d’origine palestinienne , membres de l’aile gauche du Parti démocrate à la Chambre des représentants, ont publiquement appuyé le mouvement BDS et dénoncé la politique israélienne face aux Palestiniens.
Elles ont été accusées d’antisémitisme ce qu’elles réfutent, assurant critiquer la politique israélienne contre les Palestiniens et non les juifs en tant que juifs.

Elles sont toutes les deux des adversaires politiques acharnées du président américain républicain Donald Trump, qui entretient d’excellents rapports avec Benjamin Netanyahu.

Donald Trump a estimé qu’Israël ferait preuve d’une « grande faiblesse » s’il acceptait de laisser entrer les deux femmes musulmanes.
Elles « détestent Israël et tous les juifs, et il n’y a rien qui puisse être dit ou fait pour les faire changer d’avis », a affirmé le président américain sur Twitter.

https://french.almanar.com.lb/1463486


 

GAZA : LES SOLDATS ISRAÉLIENS EXPOSES OU NON AU DANGER DEPRIMENT. CETTE TERRIBLE DEPRESSION EST UN TRAUMATISME DE GUERRE

Gaza : les militaires israéliens souffrent de la dépression

Wed Aug 14, 2019 5:28PM

Les militaires israéliens souffrent de la dépression. (Photo d'illustration)

Les militaires israéliens souffrent de la dépression. (Photo d'illustration)

Des sources israéliennes rapportent régulièrement le refus des jeunes soldats israéliens de servir en Cisjordanie ou encore la bande de Gaza. Les opérations commandos du début d'août lancées depuis Khan Younes dans le sud de la bande de Gaza ou de la Cisjordanie, visant toutes les territoires occupés ont porté au grand jour à quel point il est désormais impossible pour l'armée sioniste de déployer autre effectifs que ceux des forces spéciales pour contrer une Résistance dont les capacités ne cessent de s'élargir. 

Yediot Ahronot revient sur cette faille particulièrement grave qui fait du service militaire en Israël un véritable enfer. 

Le journal israélien, Yediot Ahronot, rapporte qu’un nombre de militaires ayant récemment rejoint les unités de l’armée israélienne, stationnées près des frontières de la bande de Gaza, souffrent d’une dépression très sévère, n’étant plus capable de faire partie de l’armée.

"Nés en 2001, l’année où les brigades Qassam, l'aile armée du Hamas, a effectué ses premiers tirs de roquettes contre les colonies sionistes, ces militaires fraîchement recrutés voient leurs 18 années de vie marquées par des tensions constantes avec la bande de Gaza, a écrit le journal.

Paniqués par ces événements, les responsables militaires des colonies avoisinantes de la bande de Gaza ont donné lieu à une réunion d’urgence, faisant appel à des psychanalystes. L’état de santé mentale de certains militaires est tellement grave qu’ils ne sont plus en mesure d’assumer leur présence ou l’accomplissement de leurs tâches au sein de l’armée, a fait savoir le journal.

Au cours de la guerre de 2014, qui a duré 50 jours, plusieurs rapports ont fait état d’une forte dépression chez les militaires sionistes, dont un grand nombre s’étaient délibérément blessés pour ainsi fuir le champ de bataille. L'an dernier, 18 cas de suicides ont été recensés au sein de l'armée israélienne. Le journal revient par ailleurs sur des protestations régulières des juifs dits orthodoxes contre le service militaire qui remettent régulièrement en cause les fondements militaristes de l'entité israélienne: "Comment faire alors pour protéger les colons? on leur promet la "sécurité" mais est-ce possible sans une armée qui soit prête à combattre? " 

PressTV-L'armée israélienne attaquée!

PressTV-L'armée israélienne attaquée!

Un militaire israélien a été retrouvé poignardé à mort dans le sud de la Cisjordanie.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/08/14/603490/Isral--tat-dplorable-de-larme


 

"ISRAËL" RALLIE LA COALITION US DANS LE GOLFE PERSIQUE

« Israël » rallie la coalition US dans le Golfe : un expert iranien scrute ses objectifs

 Depuis 5 heures  13 août 2019

vedette_iranienne

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

expert_ghahramanpor

Rahman Ghahremanpour

Tactique amphibie du régime israélien l’aidera-t-il à endiguer l’Iran? Sur fond des spéculations au sujet du ralliement du régime d’Israël à la coalition militaire proposée par les États-Unis dans le golfe Persique, Rahman Ghahremanpour, un expert iranien suggère deux raisons qui pourraient pousser Israël à le faire.

« Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu est en pleine campagne pour des élections qui auront lieu au mois de septembre dans les territoires palestiniens occupés. Il n’a toujours pas réussi à former son gouvernement, la campagne électorale est donc rude entre la gauche et la droite et il cherche des sujets à faire de la surenchère et à attirer des voix. La perspective d’une force navale israélienne qui irait droit au front, quitte à affronter l’Iran sur son terrain a évidemment de quoi flatter l’orgueil du colon israélien lambda, bien qu’il y ait là-dedans une grosse part d’affabulation ».

Pour l’expert, les différends au sein du Likoud ont compliqué les conditions pour Netanyahu qui n’a cessé de perpétuer son règne en surfant sur la vague de la panique des israéliens à l’idée de se trouver face à une offensive d’envergure avec l’Iran et l’axe de la Résistance.

En l’absence d’un bilan défendable, la rhétorique « sécuritaire » est pour ainsi dire, le seul argument auquel l’intéressé pourrait s’accrocher pour effacer les lacunes très graves de son bilan. Les 10 premiers jours du mois d’août ont été catastrophiques pour l’armée israélienne, la Cisjordanie ayant lancé sa première opération commando contre Israël ( Gush Etzion), laquelle a coûté la vie à un soldat sioniste, et ce, en pleins territoires occupés.
A ceci s’ajoutent les trois opérations palestiniennes en provenance du sud de la bande de Gaza (Khan Younès) visant là aussi les militaires israéliens. Et bien les colons en tiendront compte en allant glisser leur bulletin de vote et Netanyahu devra à tout prix masquer l’incapacité de son armée à faire face à la Résistance palestinienne »
Mais il existe, une autre raison qui explique le coup de bluff israélien et qui semble inquiéter davantage le régime de Tel-Aviv :

« Toute la stratégie israélienne a consisté ces dernières années à tenter de se rapprocher des régimes arabes du golfe Persique. Or dans la foulée du tournant balistique pro-Ansarallah qu’a connu la guerre au Yémen, tournant suivi des événements récents au golfe Persique, Tel-Aviv sent le vent tourner : il est préoccupé par la propension des Émirats et de l’Arabie saoudite à opter pour une désescalade dans leurs liens avec Téhéran. La récente visite d’une délégation militaire émiratie à Téhéran a tiré les sonnettes d’alarme. Une baisse des tensions dans la région mettra fin à l’iranophobie ambiante, cet excellent fond de commerce qui a si largement profité à Israël, faisant passer l’Iran, en lieu et place de l’entité sioniste, pour l’ennemi juré des Arabes. D’où l’annonce de la participation d’Israël dans la coalition de guerre dans le golfe Persique. Tel-Aviv cherche à envoyer un message implicite à Riyad et à Abou Dhabi, les appelant à ne pas « baisser les bras », et à ne pas se soustraire à [la confrontation] avec l’Iran », fait noter l’expert qui ajoute :

« Pour ce qui est de la sécurité dans le golfe Persique, Israël ne s’en préoccupe guère. Sa stratégie « sécuritaire » se borne à éliminer les menaces sur ses frontières. Israël est une entité géographiquement cernée qui n’a jamais eu d’influence dans le golfe Persique ni ailleurs. À vrai dire, Israël n’est pas en mesure d’avoir une présence sécuritaire et militaire au-delà de ses frontières et il tente de poursuivre ses propres objectifs en faisant partie de la dite coalition. À cet égard, Tel-Aviv est incapable d’assumer une réelle présence pour rejoindre la coalition dans le golfe Persique », souligne M. Ghahremanpour.

Et l’expert de conclure :  » Les annonces des sionistes laissant croire qu’ils sont prêts à rejoindre la coalition maritime américaine contre l’Iran semblent constituer davantage une tactique visant d’un côté à encourager les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite à poursuivre leurs politiques hostiles à l’égard de l’Iran et de l’autre, à influencer l’opinion publique interne qui juge très sévèrement les 12 ans de Netanyahu en Israël », conclut l’expert iranien des questions internationales.

Source: Press TV

https://french.almanar.com.lb/1461913


 

DE QUELLES SURPRISES A PEUR "ISRAËL"?

le missile "Fateh 110" en route pour Gaza?

Sun Jul 28, 2019 10:54AM

Le missile iranien Fateh 110. ©Wikimedia Commons

Le missile iranien Fateh 110. ©Wikimedia Commons

À quoi devra s'attendre Israël après la visite de la haute délégation du Hamas à Téhéran? Le rédacteur en chef du journal Rai al-Youm, Abdel Bari Atwan, a écrit que la récente visite de hauts dirigeants de la Résistance palestinienne, Hamas, à Téhéran, avait vivement inquiété les autorités du régime israélien.

Ce qui inquiète le plus, précise-t-il, les experts militaires israéliens sont la coordination et la coopération entre les mouvements Hamas et Jihad islamique d’une part et de l’autre les visites des responsables de ces deux mouvements en Iran ainsi que leur alliance stratégique et le transfert de technologies militaires plus avancées aux groupes de résistance dans la bande de Gaza.

"Nous allons prier à Al-Aqsa"

Le chef adjoint du Bureau politique du Hamas: la Résistance islamique de la Palestine est prête à apporter son soutien à l'Iran en cas de guerre.

 Nir Dvori, l’analyste militaire et de sécurité de la chaîne 12 d’Israël, connu pour ses liens avec les experts militaires au sein de l’armée israélienne, fait état d'un véritable cauchemar que vivent les dirigeants israéliens ainsi que les institutions militaires du régime. Ce cauchemar est dû aux informations importantes auxquelles ils auraient eu accès :  

-La première porte sur la possibilité d'une confrontation simultanée sur les deux fronts, à savoir le sud du Liban (Nord) et la bande de Gaza (Sud) en même temps, un événement qui ne s'est produit dans aucune des guerres précédentes ; car le Hezbollah et le Hamas ont tous deux combattu seuls et séparément Israël.

-La seconde crainte est l’accès du Hezbollah et bientôt du Hamas à des armes sophistiquées et des missiles que sont les Fateh 110. DEBKAfile, site proche du renseignement de l'armée israélienne a même prétendu que la délégation du Hamas avait demandé expressément aux Iraniens, de livrer à Gaza les missiles Fateh 110 dont la portée varie entre 250 et 300 kilomètres. Le Hamas aurait aussi demandé à ce que l'Iran fournisse à Gaza des missiles antichars, des missiles portatifs propres à viser les hélicoptères d'attaque, Apache, ainsi que des drones kamikazes.

Au cours de sa visite à Téhéran, Saleh al-Aarouri, chef adjoint du bureau politique du mouvement Hamas, a rencontré la plus haute instance décisionnelle du pays à savoir le Leader de la Révolution islamique l’Ayatollah Khamenei. Ce n'est pas à n'importe qui que le Leader iranien accorde une audience. Cette rencontre témoigne du caractère désormais stratégique des relations entre l'Iran et Gaza, caractère qui pourrait s'avérer riche en surprises pour Israël. Les experts militaires israéliens parlent ces derniers jours de surprises auxquelles se heurtera Israël au cours de la prochaine guerre, guerre qui se déroulera sur un double front, alors que les dirigeants politiques et militaires de Tel-Aviv ne semblent pas y être prêts », a-t-il indiqué.

Iran/ Gaza : le tournant stratégique

Iran/ Gaza : le tournant stratégique

Le vice-président du bureau politique du Hamas, Saleh al-Arouri a qualifié sa récente visite en Iran de stratégique et d'historique, rappelant que Téhéran a toujours soutenu la cause palestinienne.

 Et Atwan d’ajouter : « Le secrétaire général du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, a été bien direct lors de sa récente interview accordé à la chaîne Al-Manar quand il a évoqué l'existence dans l'arsenal de la Résistance des missiles de haute précision, capables d'atteindre n'importe quel point de la Palestine occupée et de détruire des réservoirs d'ammoniac toxiques du port de Haïfa. Mais la crainte la plus vive d'Israël n'est pas là. Sa crainte la plus vive est causée par les énormes capacités militaires et opérationnelles des composantes de l'axe de la Résistance qui du Liban à l'Irak en passant par Gaza et le Yémen opèrent en totale synergie et sous un seul et même commandement. Les dirigeants militaires israéliens sont bien conscients de ce problème et tentent au moins à présent d'éviter tout conflit militaire propre à les prendre de court. D’où la demande expresse du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à l’Égypte d'offrir sa médiation pour mettre fin à la dernière guerre à Gaza et surtout pour éviter tout nouvel embrasement…»

Mystérieux code militaire du Hezbollah?

Mystérieux code militaire du Hezbollah?

Avec les missiles dont dispose le Hezbollah, il compte frapper la profondeur stratégique d'Israël qui abrite quartiers généraux, usines, aéroports, centrales électriques...

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/07/28/602052/De-quelles-surprises-atil-peur-Isral


 

LE NAZI NETANYAHOU COMPARE L'IRAN A L'ALLEMAGNE DU CHEF NAZI ADOLF HITLER

Netanyahou compare l’Iran à l’Allemagne d’Adolf Hitler en fustigeant l’Europe

 Depuis 25 minutes  17 juillet 2019

netan1

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Le chef du gouvernement israélien a condamné la réponse de l’Union européenne aux violations de l’accord nucléaire par l’Iran, l’assimilant à l’échec de la diplomatie avec l’Allemagne d’Adolf Hitler.

L’actuelle politique de Bruxelles à l’égard de l’Iran rappelle la «conciliation européenne» des années 1930 face à l’Allemagne nazie, estime le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou.

Précédemment, la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, avait indiqué qu’aucune des parties signataires de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien «ne considérait son enrichissement accru en uranium comme non-conforme».

«La réponse apportée par l’Union européenne aux violations faites par l’Iran me rappelle la conciliation européenne des années 1930», a déclaré le chef du gouvernement hébreu dans une vidéo postée sur son compte Twitter.

Selon lui, «certains Européens» ne se réveilleront pas «avant que les missiles nucléaires iraniens ne leur tombent dessus».

«Mais il sera alors trop tard, bien sûr», souligne M.Netanyahou.

Après le retrait des États-Unis de l’accord de Vienne, l’Union européenne cherche à prévenir sa dissolution totale, le considérant comme le meilleur moyen d’empêcher Téhéran de se doter de l’arme nucléaire.

Pour sa part, Israël plaide pour une approche plus dure par rapport à la République islamique et demande aux puissances européennes de réimposer des sanctions à son encontre. Ceci dans le but de pousser Téhéran à entamer des négociations sur un accord plus restrictif.
L’enrichissement d’uranium

La semaine dernière, l’Iran a annoncé produire désormais de l’uranium enrichi à au moins 4,5%, un niveau prohibé par l’accord international de 2015 sur son programme nucléaire.

Selon Téhéran, cette décision ne vise qu’à sauver l’accord en question et constitue un élément de la riposte à la décision de Donald Trump de sortir unilatéralement de ce pacte.

Dans ce contexte, l’Iran exige que les Européens prennent des mesures pour lui permettre d’exporter son pétrole et d’avoir des relations bancaires et commerciales avec le reste du monde en dépit des sanctions américaines.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/1430343


 

UNE NOUVELLE CRISE EN PLEIN COEUR DE L'ARMEE ISRAELIENNE

Mon Jul 15, 2019 12:11PM

Manifestation à Tel-Aviv après le décès d'un jeune Israélien d'origine éthiopienne, tué par un policier, le 3 juillet 2019. ©AFP

Manifestation à Tel-Aviv après le décès d'un jeune Israélien d'origine éthiopienne, tué par un policier, le 3 juillet 2019. ©AFP

Une source israélienne fait part de la nouvelle crise en plein coeur de l’armée du régime de Tel-Aviv, après de multiples attitudes racistes des militaires israéliens envers les Juifs d’origine éthiopienne.

C'est une chaîne d'Israël qui a diffusé la nouvelle dans un reportage télévisé. La crise aurait été déclenchée, après le récit d'une altercation entre un jeune militaire d’origine éthiopienne et plusieurs officiers en charge dans la base militaire où il fait son service militaire obligatoire. 

Le jeune homme a écrit sur Facebook qu’en pleine querelle avec des soldats israéliens concernant une manifestation de protestation des Éthiopiens, déroulée il y a une semaine dans les territoires occupés, l’un des officiers l'a ainsi insulté : « Vous (les Juifs Falachas) êtes pires que les Arabes. Vous n’êtes pas de sang juif. »

Bien que les hauts responsables de l’armée israélienne n'aient pas réagi à l’événement, les médias israéliens ont pourtant prétendu qu'une enquête avait été lancée.

PressTV-Israël: les éthiopiens  se révoltent

PressTV-Israël: les Éthiopiens se révoltent

Les colons israéliens d’origine africaine sont descendus dans la rue en protestation contre le racisme et la violence des militaires israéliens.

La chaîne 7 de la télévision israélienne a fait état des échanges de vues entre certains responsables israéliens et Yoël Strickle commandant en chef de la région Nord. Le commandant israélien, qui s'était basé sur des estimations des services de renseignement, avait précisé qu'en cas d'une éventuelle guerre, Israël serait anéanti par les armes de haute précision.

Par ailleurs, Shlomi Gabi Naaman, le directeur du conseil régional de Shlomi, dans le nord d’Israël, a dit à la chaîne 7 que Benjamin Netanyahu et son ministre des Finances Moshe Kahlon ont conclu que le commandement du Nord avait été négligé contrairement au front Sud (frontière d’Israël avec la bande de Gaza) où beaucoup de dispositifs de sécurité ont été mis en place. En 2018, le régime de Tel-Aviv a entériné un projet de fortification des colonies du Nord et 500 millions de shekels devaient être déboursés à cet effet. Le projet n'a pas abouti.

« Dans la colonie de Shlomi vivent environ mille familles qui ne bénéficient d'aucun soutien. Nous sommes prêts à affronter la guerre qui se prépare selon les dires du commandant du commandement du Nord. Les colonies situées à la frontière de la bande de Gaza en subiront des répercussions dix fois supérieures que celles qu’elles avaient connues à l’époque de la guerre de 33 jours en 2006 », a indiqué Naaman.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/07/15/600983/Nouveau-scandale-de-larme-isralienne


 

LA PLUS GRANDE CRAINTE D' "ISRAËL"?

Herzliya : le talon d’Achille d’Israël

Fri Jul 5, 2019 6:8PM

Tel-Aviv craint une extension de la lutte et de la résistance en Cisjordanie. ©AFP

Tel-Aviv craint une extension de la lutte et de la résistance en Cisjordanie. ©AFP

Le président du régime israélien, Reuven Rivlin, a fait part de son inquiétude quant à une éventuelle extension de la résistance et de la lutte vers la Cisjordanie. 

« Comme tous les citoyens, je crains de vivre dans un gouvernement non démocratique. La Knesset doit comprendre ces inquiétudes. Mais en ce qui concerne les menaces en provenance de l’étranger, il faut dire que ce qui se passe aujourd’hui dans la bande de Gaza pourrait s’étendre en Cisjordanie. Nous ne pouvons pas résoudre le conflit avec les Palestiniens sur la base du droit de retour, mais nous devrions nous rassembler autour d’une table, nous parler et comprendre que nous vivons tous ensemble au même endroit », a déclaré, Reuven Rivlin, lors de la 19e édition de la Conférence de Herzliya.

Le chef du Mossad, Yossi Cohen, a pour sa part exprimé, à l’occasion de cette conférence, sa préoccupation quant à l’influence croissante et la présence grandissante de la République islamique d’Iran dans la région. Il a prétendu lors d’un long discours que le Mossad est à la recherche d’un moyen de contrer Téhéran dans la région.

« Le Mossad a créé une unité spéciale pour renforcer sa capacité à conclure des accords de paix dans la région et s’efforce d’identifier les rares occasions de parvenir à des accords régionaux apportant une paix globale et ouvrant peut-être immédiatement de nouvelles opportunités », a-t-il affirmé.

Mais le général Benny Gantz, ancien chef d’état-major du régime israélien et président du parti Bleu Blanc, a parlé à la tribune de cette conférence de l’affaiblissement la capacité de dissuasion de ce régime. À cette occasion, il a critiqué Benjamin Netanyahu, son rival, à l’approche des élections.

« Les critères et indicateurs laissent penser que la force de dissuasion israélienne s’est récemment effondrée, à cause de l’incertitude manifestée par Israël quant à l’utilisation de sa force de frappe. Les actions sur le terrain affectent négativement la sécurité d’Israël, en particulier celle des habitants des alentours de la bande de Gaza qui sont exposés depuis deux ans à des menaces sécuritaires », a ajouté Benny Gantz.

« Les dégâts ne se limiteront pas aux zones de la bande de Gaza, mais peuvent également s’étendre aux fronts et à d’autres zones. Les Iraniens suivent cette politique en raison de la faiblesse des dirigeants israéliens, et en particulier de Netanyahu, face au Hamas à Gaza. Il envoie des messages aux autres parties de la région, en particulier celui qu’Israël n’est pas prêt à utiliser la force », a précisé Gantz.

Le général Gadi Eisenkot, ancien chef d’état-major du régime israélien, a lui aussi déclaré lors de cette conférence que 2 millions de personnes vivaient dans la bande de Gaza et que 2,8 millions de personnes vivaient en Cisjordanie. Ces Palestiniens utilisent la résistance armée comme un moyen essentiel pour faire respecter leurs droits politiques, religieux et sociaux, et Israël s’est ainsi retrouvé confronté à un défi très complexe.

« Au contraire de ce qui se passe sur les autres fronts, la question palestinienne est très complexe. Après l’opération “Roc inébranlable” contre Gaza à l’été 2014, nous avons obtenu une capacité de dissuasion qui est restée efficace pendant trois ans et demi, jusqu’à ce que la Marche du grand retour commence à la frontière de la bande de Gaza », a ajouté Gadi Eisenkot.

« Bien qu’Israël ait passé ces dernières années sans aucune guerre déclarée, nous avons eu des affrontements pouvant déboucher sur une véritable bataille. Nous avons besoin d’évaluer la situation en profondeur et de l’analyser de manière appropriée », a-t-il indiqué.

Guerre USA/Iran: Israël se prépare

Guerre USA/Iran : Israël se prépare

Jusqu’ici Israël a laissé entendre qu’il ne souhaite pas une guerre USA/Iran puisqu’il sera la première partie à en subir les contrecoups ; mais cette guerre lui paraît inévitable. Que fait-il pour y faire face ?

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/07/05/600239/Isral-Reuven-Rivlin-Yossi-Cohen-transfert-lutte-rsistance-Gaza-Cisjordanie-confrence-Herzliya-Benny-Gantz-Gadi-Eisenkot


 

EN "ISRAËL", ON LIQUIDE LES JUIFS NOIRS

Israël : les juifs éthiopiens ne décolèrent pas

Thu Jul 4, 2019 5:46PM

Heurts entre forces de l’ordre et manifestants après une mobilisation d’Israéliens d'origine éthiopienne contre les violences policières, le 30 avril 2015. ©Reuters

Heurts entre forces de l’ordre et manifestants après une mobilisation d’Israéliens d'origine éthiopienne contre les violences policières, le 30 avril 2015. ©Reuters

Les protestations se poursuivent toujours à Haïfa, dans les territoires occupés, où un jeune Israélien de 18 ans a été abattu par un policier israélien, le 29 juin. Cette bavure policière a provoqué la colère des juifs d’origine éthiopienne - descendants des « communautés falasha » - qui s’estiment déjà maltraités et mal considérés.

Selon le site de la chaîne Al-Jazeera, le lundi 1er juillet au soir, un millier de personnes se sont rassemblées près du poste de police de Kiryat Haim et ont essayé de le prendre d’assaut. Les manifestants ont lancé pierres et bouteilles et tiré des engins pyrotechniques, rapporte la police. Trois policiers ont été blessés. La vague de protestation a aussi touché les villes de Tel-Aviv et Haïfa.

Deux manifestants qui transportaient des cocktails Molotov ont été arrêtés mercredi soir.

La police avait fait état d’opérations de blocages routiers dans le nord et le sud des territoires occupés par Israël. Les axes routiers menant à Ayalon ont été rouverts. Suite aux heurts avec les forces de la police, cinq manifestants ont été arrêtés.

À Kiryat-Ata, des protestataires se sont rassemblés contre les violences policières et ont tenté d’obstruer les routes.

La mort du jeune Israélien d’origine éthiopienne Salomon Tikka a provoqué la colère dans sa communauté, dont beaucoup de membres disent que les jeunes vivent dans la crainte permanente de mauvais traitements policiers, parce qu’ils sont noirs.

PressTV-Israël: les éthiopiens  se révoltent

PressTV-Israël: les éthiopiens se révoltent

Les colons israéliens d’origine africaine sont descendus dans la rue en protestation contre le racisme et la violence des militaires israéliens.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/07/04/600155/Israel-les-juifs-ethiopiens-ne-decolerent-pas


 

LES "COLONS" FUIENT "ISRAËL"

Depuis la frappe au missile de la Résistance, Israël n'est plus viable

Sun Jun 2, 2019 10:45AM

L'émigration en Israël est une source d’inquiétude. AFP

L'émigration en Israël est une source d’inquiétude. AFP

Depuis le 4 mai où des centaines de missiles de la Résistance se sont abattus sur les colonies du sud d'Israël pour se diriger étape par étape vers Tel-Aviv, les colons ont compris que la "terre promise" n'est que du vent : ils quittent désormais par centaines les territoires occupés de la Palestine. Cette vague d'immigration inverse, déclenchée en dépit d'efforts inlassables des agences pour l'immigration juive, commencent à faire réellement peur aux milieux israéliens. C'est une fuite en masse dont la faute revient à Netanyahu, affirment ces mêmes milieux israéliens. Mais est-ce le cas? S'il est vrai que les politiques de Tel-Aviv n'ont pas conforté l'implantation des colonies sionistes, il est aussi vrai que la donne commence à changer depuis que l'axe de la Résistance s'est nettement renforcé, quitte à presque encercler Israël. Les colons sont les premiers à pressentir ce danger et à vouloir l'éviter à tout prix. 

« Les manifestations des Israéliens contre Netanyahu pour les difficultés économiques n’ont mené nulle part. Après ces manifestations, le cabinet de Netanyahu a formé un comité qui a fait des promesses restées jusqu'ici lettre morte. Le désenchantement est total depuis la dernière guerre contre Gaza début mai. Les Israéliens commencent à rentrer chez eux, c'est à dire aux pays européens notamment l’Allemagne », a écrit Raï al-Yaoum.

Israël: l’après-Netanyahu?

Israël: l’après-Netanyahu?

La mise au grand jour de la corruption du Premier ministre israélien a réactivé les courants extrémistes en Israël.

« Cette fuite s'explique aussi par la hausse du prix des produits de première nécessité et le non-attachement à un territoire où un régime factice a été créé en commettant les crimes les plus horribles de l’histoire pour anéantir le peuple palestinien. De moins en moins de jeunes issus de l'immigration européenne s'apprêtent à s'engager dans l'armée israélienne, à se battre et c'est cela le cœur du problème pour Israël », a précisé ce quotidien. Le journal Yediot Aharonot reconnait ce phénomène d'immigration inverse et souligne : " ce sont les israéliens les plus éduqués qui quittent Israël». 

Citant Dan Ben David, économiste israélien, Haaretz, journal de gauche, tente d'expliquer le sauve qui-peut général en Israël par les "politiques erronées " de Netanyahu et pourtant il s'agit des problèmes plus organiques liés à un Israël dont la présence en Asie de l'ouest est la principale source d'insécurité. 

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/06/02/597534/Isral-fuite-isralien-Ra-alYaoum-Netanyahu