ISRAËL

ISRAËL

LA JORDANIE PORTE UN COUP SEVERE A "ISRAËL"

Amman ne renouvelle plus le bail de Ghumar et de Baqoura

Wed Oct 16, 2019 4:38PM

Vue aérienne de la frontière entre la Jordanie et la Palestine occupée. (Photo d'archives)

Vue aérienne de la frontière entre la Jordanie et la Palestine occupée. (Photo d'archives)

Israël va bientôt rendre à la Jordanie le contrôle de deux parcelles de terres car Amman a refusé d’en prolonger le bail issu d’un accord de paix.

Dans une interview accordée à l’agence de presse jordanienne, la porte-parole du gouvernement jordanien, Jumana Ghanimat, a démenti les informations diffusées par la presse israélienne concernant la prolongation d’un an du bail des localités jordaniennes de Baqoura et de Ghumar.

Une clause spéciale dans le traité de paix signé entre Amman et Tel-Aviv en 1994 autorisait le régime israélien d’utiliser pendant 25 ans les localités de Baqoura (dans le nord de la Jordanie) et de Ghumar (dans le sud du pays), avec l’idée sous-jacente que ce bail pourrait être renouvelé pour une nouvelle période de 25 ans, sauf si l’une des parties signalait son refus de renouveler un an avant l’échéance.

PressTV-La Jordanie se tourne le dos à Israël

PressTV-La Jordanie tourne le dos à Israël

Le roi Abdallah II abolit le traité de paix entre la Jordanie et Israël, tout en réorientant sa politique avec la Turquie, la Syrie et le Qatar. Et ce n'est pas un mince changement de cap...

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/10/16/608819/La-Jordanie-porte-un-coup-svre--Isral


 

"ISRAËL" : ANSARULLAH FAIT DES EMULES A GAZA

Les drones palestiniens constituent une grave menace pour Israël (Commandant israélien)

Thu Oct 10, 2019 5:53PM

Les combattants de la Résistance palestinienne, le Hamas, exposent leur drone de combat construit en 2014. ©Reuters

Les combattants de la Résistance palestinienne, le Hamas, exposent leur drone de combat construit en 2014. ©Reuters

Selon le site web de la chaîne de télévision Palestine al-Yawm (Paltoday), dans une interview accordée au journal israélien Yediot Aharonot, Eliezer Toledano, un général de brigade israélien a déclaré que les drones de Gaza constituaient une menace sérieuse pour Israël évoquant que ces quadrirotors pouvaient transporter des explosifs.

Le commandant israélien a déclaré que l'armée du régime de Tel Aviv prenait cette menace au sérieux, ajoutant : « Nous avons récemment constaté trois de ces drones à la frontière de Gaza ». Et ces systèmes sont selon lui aussi dangereux que des missiles antichars.

Toledano a souligné que les tirs de missiles et de roquettes constituaient une menace sérieuse et croissante et que l'armée israélienne se servirait de tous ses moyens pour y faire face.

Le commandant israélien a déclaré que le chef d’état-major de l’armée israélienne exerçait une pression intense sur les forces de l’armée pour contrer ces drones.

Des missiles et des roquettes continuent d'être tirés depuis la bande de Gaza contre les colonies israéliennes et c'est un sujet de préoccupation pour les autorités israéliennes, a ajouté Toledano.

 

Résistance : un

Résistance : un "kit" qui détruira Israël...

Kits balistiques, missiles de croisière reconvertis en drone, la Résistance aura la peau d'Israël: mauvaise nouvelle" pour Israël ?

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/10/10/608360/Isral-Ansarallah-fait-des-mules--Gaza


LÉGISLATIVES EN ISRAËL : LE NAZI NETANYAHU QUI JOUE SA SURVIE POLITIQUE PEUT COMPTER SUR LA BENEDICTION ET LE SOUTIEN DE SES AMIS TRUMP ET POUTINE

Israël: Netanyahu joue sa survie politique, à une semaine des législatives (Papier général de l’AFP)

 Depuis 6 heures  9 septembre 2019

legislatives_isr

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Affiches géantes de Benjamin Netanyahu avec Donald Trump et Vladimir Poutine, cascades de clips à la radio, multiplication des meetings: Israël entre dans sa dernière semaine de campagne avant des législatives clé pour la survie politique de son Premier ministre.

Après un mois d’août en mode vacances pour une part de l’électorat, et monopolisé dans les médias par les échanges de tirs à la frontière avec Gaza puis début septembre à la frontière libanaise, la classe politique israélienne entre dans un sprint final qui doit déterminer du sort de M. Netanyahu, le plus pérenne des Premiers ministres israéliens.

Dans ce sprint électoral, le chef du gouvernement tente notamment de convaincre les parlementaires d’autoriser la présence de caméras dans les bureaux de vote afin, dit-il, d’éviter les « fraudes » et de garantir la « transparence » du scrutin.
Pour ses adversaires, il s’agit plutôt d’une tentative d’intimidation des électeurs hostiles à sa candidature, notamment chez la population arabe du pays, voire une stratégie pour remettre en cause un résultat qui ne lui serait pas favorable.
Un comité parlementaire n’a toutefois pas réussi lundi à s’entendre afin de forcer la Knesset (le Parlement israélien, NDLR), à étudier ce projet de loi dès lundi.

« La seule fraude dans notre système politique, c’est Netanyahu », a rétorqué son grand rival Benny Gantz, ancien chef de l’armée à la tête du parti centriste « Bleu-Blanc », couleur du drapeau israélien.
« Ces élections ne sont pas à propos des caméras, mais à propos de l’indépendance de la justice « , a-t-il fait valoir en référence aux accusations qui pèsent contre le Premier ministre.

M. Netanyahu doit être entendu en octobre par la justice pour répondre d’accusations de « corruption », « fraude », « malversations » et « abus de confiance » dans différentes affaires.
Dans l’une d’elles, les policiers soupçonnent le couple Netanyahu d’avoir reçu pour un million de shekels (environ 250.000 euros) de cigares de luxe, bouteilles de champagne et bijoux de la part de richissimes personnalités, en échange de faveurs financières ou personnelles.

« Allez Trump, allez Poutine »

M. Netanyahu n’aurait pas à démissionner s’il était inculpé, mais seulement s’il était reconnu coupable. Son rival Benny Gantz rejette toutefois l’idée de participer à un éventuel gouvernement d’union si M. Netanyahu est inculpé au terme d’élections qui s’annoncent âprement disputées.
Des alliés politiques de M. Netanyahu souhaitent eux faire voter, après le scrutin, une loi lui accordant l’immunité, d’où l’importance, selon certains analystes, d’une victoire électorale.

Selon les projections des sondages locaux, le Likoud (droite) de M. Netanyahu et le parti « Bleu-Blanc » de Benny Gantz sont au coude-à-coude avec une trentaine de sièges chacun, sur les 120 de la Knesset.

Chaque camp compte aussi sur des alliés, des partis à droite ou religieux pour le Likoud, et plus à gauche ou séculier pour la formation de M. Gantz, tandis que des partis comme celui d’Avigdor Lieberman, un ancien ministre né en ex-URSS et à la tête d’Israel Beiteinou (droite) cherche à s’imposer comme « faiseur de roi ».

Sur les grands boulevards de Tel-Aviv et Jérusalem, les partis rivalisent d’affiches pour tenter d’attirer l’attention d’électeurs encore indécis, avec M. Netanyahu qui apparaît serrant la main de son allié américain Donald Trump, qui a reconnu Jérusalem comme capitale de l’Etat hébreu et reconnu la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan. Ou encore celle de Vladimir Poutine, à qui il a dit avoir « l’intention » de rendre visite cette semaine à Moscou.

« Allez Poutine, allez Trump, venez à Jérusalem. L’armée y est très très forte: sur terre, dans les airs et sur mer. Demain, les Likoudniks (partisans du Likoud) vont accourir aux bureaux de vote », souligne une publicité de M. Netanyahu diffusée sur les médias sociaux, qui le montre avec une armada de jeunes dansant sur de la techno un brin convenue.

Source: AFP

https://french.almanar.com.lb/1489875


 

ALORS QUE LE HEZBOLLAH ALLAIT FRAPPER «ISRAËL», LA RUSSIE VOLE AU SECOURS DE NETANYAHU EN APPELANT A UNE DÉSESCALADE DES TENSIONS

La Russie appelle à une désescalade de tensions à la frontière libanaise

Wed Sep 4, 2019 1:46PM

Le président russe Vladimir Poutine (D) s'entretient avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Moscou, le 4 avril 2019. ©AFP

Le président russe Vladimir Poutine (D) s'entretient avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Moscou, le 4 avril 2019. ©AFP

Israël a promis de ne plus attaquer les forces de la Résistance libanaise. Le quotidien libanais Aliwaa citant des sources diplomatiques rapporte qu’Israël a demandé à la Russie de convaincre le Hezbollah de revenir sur les principes de la résolution 1701.

« Tel-Aviv a promis aux Russes de ne plus prendre pour cible les combattants du Hezbollah en Syrie et de ne plus violer la résolution 1701 à condition que le Hezbollah, lui aussi, respecte les principes de cette résolution », ont confié des sources diplomatiques au quotidien Aliwaa, ajoutant que les États-Unis, la France, la Russie et l’Égypte assuraient une médiation pour faire respecter de nouveau la résolution 1701.

« Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a contacté des hauts responsables libanais, dont le Premier ministre Saad Hariri en espérant que ces derniers fassent pression sur le Hezbollah pour qu’il ne mène plus d’opérations militaires contre Israël et qu’il se contente de la destruction du véhicule militaire israélien près d’Avivim en représailles à l’attaque au drone israélienne », a-t-on appris des mêmes sources diplomatiques.

Le quotidien a ensuite révélé une série d’offres faites par l’administration Trump au Hezbollah et au gouvernement libanais via les médiateurs européens. À travers ces offres, les États-Unis promettent au Hezbollah de pousser Israël à respecter les résolutions internationales d’une part et de renoncer, pour le moment, à l’imposition de nouvelles sanctions contre les alliés du Hezbollah à condition que celui-ci revienne encore une fois à la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies et ne prenne plus pour cible l’aviation israélienne.

Hezbollah : la contre-riposte d'Israël?

Hezbollah : la contre-riposte d'Israël?

Les impacts du premier acte de la riposte du Hezbollah risquent de s'avérer fatal pour Netanyahu et son régime. Son plan B?

Par ailleurs, le représentant permanent de la Russie auprès des Nations unies a déclaré que les attaques d’Israël contre le Liban et l’escalade des tensions dans cette région déstabiliseraient le Moyen-Orient.

Vassili Nebenzia a déclaré, mardi 3 septembre, lors d’une conférence de presse: « Pendant les derniers jours, nous étions témoins d’une escalade de tensions à la frontière entre le Liban et Israël. On s’est presque laissé entraîner dans une autre guerre. Pourquoi la Russie ne fait rien pour prévenir les attaques israéliennes depuis qu’elle a pris le contrôle d’une grande partie du ciel syrien ? Vous ne pensez pas que si chacune de ces deux parties commet une erreur de calcul, une nouvelle confrontation, encore plus grande, risque d’éclater ? Comment vous attendez-vous à ce que la Russie prévienne les attaques visant le territoire libanais ? Nous ne surveillons pas l’espace aérien du Liban. Nous n’assurons pas la sécurité de l’espace aérien libanais. Je ne suis pas sûr qu’on fasse partie de cette affaire. »

Vassili Nebenzia a ajouté que le Conseil de sécurité surveillait de près les évolutions au Liban. « La Russie n’a pas donné son feu vert à Israël pour attaquer le Liban. Ces attaques pourront-elles entraîner un affrontement d’envergure ? Oui, c’est possible. Si la situation s’embrase dans cette région, cela mettra de l’huile sur le feu des tensions déjà en cours au Moyen-Orient. Ce que nous voulons est d’empêcher une escalade des tensions. Des messages ont été reçus de la part de toutes les deux parties et aucune ne veut une escalade des tensions. Ça, c’est au moins positif », a-t-il déclaré.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/09/04/605316/La-Russie-appelle-a-une-desescalade-de-tensions-a-la-frontiere-libanaise


 

LA PEUR N’ÉVITE PAS LE DANGER. LES SOLDATS COUCHE-CULOTTES ISRAÉLIENS REMPLACES PAR DES POUPÉES

Le nouveau truc d’Israël pour cacher sa crainte des attaques de représailles du Hezbollah

Thu Aug 29, 2019 2:11PM

Une marionnette déguisée en militaire qui a été placée par l’armée israélienne dans un véhicule garé à la frontière libanaise, le 29 août 2019. ©Palestine Info Center

Une marionnette déguisée en militaire qui a été placée par l’armée israélienne dans un véhicule garé à la frontière libanaise, le 29 août 2019. ©Palestine Info Center

Prise d’affolement, l’armée israélienne a eu recours à des poupées pour cacher sa crainte après le récent discours du secrétaire général du Hezbollah.

L’armée israélienne a commencé à placer des poupées déguisées en militaire dans des véhicules garés à la frontière libanaise afin de faire croire que ses militaires patrouillent dans la région.

À l’issue d’une réunion du Conseil de sécurité israélien, l’armée a interdit la circulation des voitures civiles près de la frontière du Liban. Des forces spéciales israéliennes ont été également déployées dans la région et les drones d’espionnage ont multiplié leurs vols.

Le lundi 26 août, trois attaques ont été menées contre des localités dans l’est du Liban et près de la frontière syrienne. Selon les médias, les drones israéliens ont bombardé une position du Front populaire de libération de la Palestine dans la région de Bekaa, au Liban.

À la veille de cette triple attaque, deux drones de l’armée israélienne se sont écrasés dans le sud de Beyrouth. Selon le Hezbollah, les drones, chargés d’explosifs, avaient pour mission d’assassiner des membres de la Résistance libanaise.

Quelques heures après cet événement, le secrétaire général du Hezbollah libanais Seyyed Hassan Nasrallah a souligné, dans un discours, que la Résistance abattrait désormais tous les drones et les avions d’Israël violant l’espace aérien du Liban.

A quoi ressemble la DCA du Hezbollah?

A quoi ressemble la DCA du Hezbollah?

Nouvelles révélations sur les capacités d'interception du Hezbollah.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/08/29/604791/Liban-Hezbollah-Israel-armee-israelienne-Resistance-Nasrallah-menace-drone-attaque


 

LE NAZI NETANYAHOU COMPARE L'IRAN A L'ALLEMAGNE DU CHEF NAZI ADOLF HITLER

Netanyahou compare l’Iran à l’Allemagne d’Adolf Hitler en fustigeant l’Europe

 Depuis 25 minutes  17 juillet 2019

netan1

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Le chef du gouvernement israélien a condamné la réponse de l’Union européenne aux violations de l’accord nucléaire par l’Iran, l’assimilant à l’échec de la diplomatie avec l’Allemagne d’Adolf Hitler.

L’actuelle politique de Bruxelles à l’égard de l’Iran rappelle la «conciliation européenne» des années 1930 face à l’Allemagne nazie, estime le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou.

Précédemment, la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, avait indiqué qu’aucune des parties signataires de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien «ne considérait son enrichissement accru en uranium comme non-conforme».

«La réponse apportée par l’Union européenne aux violations faites par l’Iran me rappelle la conciliation européenne des années 1930», a déclaré le chef du gouvernement hébreu dans une vidéo postée sur son compte Twitter.

Selon lui, «certains Européens» ne se réveilleront pas «avant que les missiles nucléaires iraniens ne leur tombent dessus».

«Mais il sera alors trop tard, bien sûr», souligne M.Netanyahou.

Après le retrait des États-Unis de l’accord de Vienne, l’Union européenne cherche à prévenir sa dissolution totale, le considérant comme le meilleur moyen d’empêcher Téhéran de se doter de l’arme nucléaire.

Pour sa part, Israël plaide pour une approche plus dure par rapport à la République islamique et demande aux puissances européennes de réimposer des sanctions à son encontre. Ceci dans le but de pousser Téhéran à entamer des négociations sur un accord plus restrictif.
L’enrichissement d’uranium

La semaine dernière, l’Iran a annoncé produire désormais de l’uranium enrichi à au moins 4,5%, un niveau prohibé par l’accord international de 2015 sur son programme nucléaire.

Selon Téhéran, cette décision ne vise qu’à sauver l’accord en question et constitue un élément de la riposte à la décision de Donald Trump de sortir unilatéralement de ce pacte.

Dans ce contexte, l’Iran exige que les Européens prennent des mesures pour lui permettre d’exporter son pétrole et d’avoir des relations bancaires et commerciales avec le reste du monde en dépit des sanctions américaines.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/1430343


 

EN "ISRAËL", ON LIQUIDE LES JUIFS NOIRS

Israël : les juifs éthiopiens ne décolèrent pas

Thu Jul 4, 2019 5:46PM

Heurts entre forces de l’ordre et manifestants après une mobilisation d’Israéliens d'origine éthiopienne contre les violences policières, le 30 avril 2015. ©Reuters

Heurts entre forces de l’ordre et manifestants après une mobilisation d’Israéliens d'origine éthiopienne contre les violences policières, le 30 avril 2015. ©Reuters

Les protestations se poursuivent toujours à Haïfa, dans les territoires occupés, où un jeune Israélien de 18 ans a été abattu par un policier israélien, le 29 juin. Cette bavure policière a provoqué la colère des juifs d’origine éthiopienne - descendants des « communautés falasha » - qui s’estiment déjà maltraités et mal considérés.

Selon le site de la chaîne Al-Jazeera, le lundi 1er juillet au soir, un millier de personnes se sont rassemblées près du poste de police de Kiryat Haim et ont essayé de le prendre d’assaut. Les manifestants ont lancé pierres et bouteilles et tiré des engins pyrotechniques, rapporte la police. Trois policiers ont été blessés. La vague de protestation a aussi touché les villes de Tel-Aviv et Haïfa.

Deux manifestants qui transportaient des cocktails Molotov ont été arrêtés mercredi soir.

La police avait fait état d’opérations de blocages routiers dans le nord et le sud des territoires occupés par Israël. Les axes routiers menant à Ayalon ont été rouverts. Suite aux heurts avec les forces de la police, cinq manifestants ont été arrêtés.

À Kiryat-Ata, des protestataires se sont rassemblés contre les violences policières et ont tenté d’obstruer les routes.

La mort du jeune Israélien d’origine éthiopienne Salomon Tikka a provoqué la colère dans sa communauté, dont beaucoup de membres disent que les jeunes vivent dans la crainte permanente de mauvais traitements policiers, parce qu’ils sont noirs.

PressTV-Israël: les éthiopiens  se révoltent

PressTV-Israël: les éthiopiens se révoltent

Les colons israéliens d’origine africaine sont descendus dans la rue en protestation contre le racisme et la violence des militaires israéliens.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/07/04/600155/Israel-les-juifs-ethiopiens-ne-decolerent-pas


 

LES "COLONS" FUIENT "ISRAËL"

Depuis la frappe au missile de la Résistance, Israël n'est plus viable

Sun Jun 2, 2019 10:45AM

L'émigration en Israël est une source d’inquiétude. AFP

L'émigration en Israël est une source d’inquiétude. AFP

Depuis le 4 mai où des centaines de missiles de la Résistance se sont abattus sur les colonies du sud d'Israël pour se diriger étape par étape vers Tel-Aviv, les colons ont compris que la "terre promise" n'est que du vent : ils quittent désormais par centaines les territoires occupés de la Palestine. Cette vague d'immigration inverse, déclenchée en dépit d'efforts inlassables des agences pour l'immigration juive, commencent à faire réellement peur aux milieux israéliens. C'est une fuite en masse dont la faute revient à Netanyahu, affirment ces mêmes milieux israéliens. Mais est-ce le cas? S'il est vrai que les politiques de Tel-Aviv n'ont pas conforté l'implantation des colonies sionistes, il est aussi vrai que la donne commence à changer depuis que l'axe de la Résistance s'est nettement renforcé, quitte à presque encercler Israël. Les colons sont les premiers à pressentir ce danger et à vouloir l'éviter à tout prix. 

« Les manifestations des Israéliens contre Netanyahu pour les difficultés économiques n’ont mené nulle part. Après ces manifestations, le cabinet de Netanyahu a formé un comité qui a fait des promesses restées jusqu'ici lettre morte. Le désenchantement est total depuis la dernière guerre contre Gaza début mai. Les Israéliens commencent à rentrer chez eux, c'est à dire aux pays européens notamment l’Allemagne », a écrit Raï al-Yaoum.

Israël: l’après-Netanyahu?

Israël: l’après-Netanyahu?

La mise au grand jour de la corruption du Premier ministre israélien a réactivé les courants extrémistes en Israël.

« Cette fuite s'explique aussi par la hausse du prix des produits de première nécessité et le non-attachement à un territoire où un régime factice a été créé en commettant les crimes les plus horribles de l’histoire pour anéantir le peuple palestinien. De moins en moins de jeunes issus de l'immigration européenne s'apprêtent à s'engager dans l'armée israélienne, à se battre et c'est cela le cœur du problème pour Israël », a précisé ce quotidien. Le journal Yediot Aharonot reconnait ce phénomène d'immigration inverse et souligne : " ce sont les israéliens les plus éduqués qui quittent Israël». 

Citant Dan Ben David, économiste israélien, Haaretz, journal de gauche, tente d'expliquer le sauve qui-peut général en Israël par les "politiques erronées " de Netanyahu et pourtant il s'agit des problèmes plus organiques liés à un Israël dont la présence en Asie de l'ouest est la principale source d'insécurité. 

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/06/02/597534/Isral-fuite-isralien-Ra-alYaoum-Netanyahu


 

NEUF SOLDATS ISRAELIENS CONDAMNES POUR LEUR REFUS DE PARTICIPER A DES EXERCICES SIMULANT UNE GUERRE CONTRE GAZA

Des soldats israéliens refusent de participer à des exercices contre Gaza

 Depuis 9 heures  3 avril 2019

soldats-israeliens2

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Une peine de prison a été émise contre les soldats israéliens coupables d’avoir refusé de participer à des exercices simulant une guerre contre Gaza.

Neuf soldats de la 51e brigade du Golan ont été condamnés à 20 jours de prison pour avoir refusé de participer à des exercices de simulation de guerre contre la bande de Gaza.

Les soldats ont refusé de prendre part aux exercices alors qu’ils étaient en état d’alerte sur une base militaire dans le sud des territoires occupés.

Le samedi 30 mars, Israël a subi un cuisant échec face à la solidarité impressionnante des millions de Palestiniens qui se sont réunis sur la frontière de Gaza pour célébrer le premier anniversaire de la Marche du grand retour ainsi que la Journée de la terre. Le rassemblement était tellement immense et les manifestants tellement soudés que l’armée israélienne a dû reconsidérer ses annonces précédentes sur le lancement d’une attaque contre Gaza si nécessaire. Frustrés, les responsables israéliens songent désormais à éliminer physiquement les dirigeants de la Résistance palestinienne.

Naftali Bennett, ministre israélien de l’Éducation, a exprimé sa colère contre Yahya al-Sinouar, chef du Hamas, pour avoir pris part à l’anniversaire de la Marche du grand retour et à la Journée de la terre aux côtés de plusieurs millions de Palestiniens.

« Après le tir de plus de mille missiles et les ballons incendiaires qui ont amené les Israéliens à se réfugier dans des abris, Yahya al-Sinouar devait être éliminé physiquement plutôt qu’être libre de nous dicter ses conditions et de nous narguer en se promenant en toute insouciance », a-t-il déclaré.

 

Source: PressTV

https://french.almanar.com.lb/1309871



 

ALGERIE : DE NOMBREUX MANIFESTANTS BRANDISSENT DES PANCARTES CONTRE MACRON ET UNE FRANCE QUI SOUTIENT BOUTEFLIKA ET A LAQUELLE JE NE M'IDENTIFIE PAS

Alger: nombreuses pancartes contre la France et Macron, accusés de soutenir Bouteflika

folder_openAfrique access_timedepuis 14 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Pour le 4e vendredi consécutif, de nombreux manifestants étaient rassemblés à Alger pour montrer leur désaccord avec le président en place, Abdelaziz Bouteflika. Cette fois-ci, de plus en plus de pancartes incriminant la France étaient brandies, accusant l'ex-puissance coloniale de soutenir le maintien au pouvoir du chef de l'Etat algérien.

Renonçant lundi à sa candidature à un 5e mandat, contestée dans la rue, Abdelaziz Bouteflika a reporté l'élection présidentielle jusqu'à l'issue d'une prochaine «conférence nationale» censée réformer le pays, prolongeant de fait son actuel mandat au-delà de son expiration le 28 avril.

Une décision «saluée» quelques heures plus tard par le président français Emmanuel Macron qui a aussi appelé à «une transition d'une durée raisonnable».

«Halte à l'ingérence»

Vendredi, les manifestants portaient plusieurs pancartes rappelant les 132 ans de domination coloniale française, entre 1832 et 1962, année de l'indépendance du pays, conquise au prix de huit ans de guerre sanglante.

«La France, 132 ans ça suffit, halte à l'ingérence», indique une pancarte. «L'Elysée, stop! On est en 2019, pas en 1830», date de la conquête de l'Algérie par la France, souligne une autre.

D'autres dénoncent une présumée collusion entre Paris et le pouvoir algérien. «Résistance à l'alternance désignée par la France», peut-on lire sur une grande banderole.

«Non à un système béni par la France!», dénonce une pancarte. «FLN = Réseau de lobbying de la France», indique une autre en anglais, en référence au Front de Libération nationale (FLN) au pouvoir depuis l'indépendance de l'Algérie.

Certaines pancartes ironiques s'adressent directement au président français: «Macron, tu es trop petit pour l'Algérie d'aujourd'hui».

«Macron, occupe-toi de tes Gilets jaunes», peut-on lire sur une grande banderole qui fait référence à la contestation en France des «Gilets jaunes» qui critiquent la politique du président Macron.

https://french.alahednews.com.lb/30496/307