ISRAËL

ISRAËL

REVELATION D'UN EX-MINISTRE ISRAELIEN SUR L'ALLIANCE DE TEL-AVIV AVEC DAECH

Révélation d’un ex-ministre israélien sur la coalition entre Tel-Aviv et Daech

Mon Apr 24, 2017 4:6PM

Moshe Yaalon, ancien ministre israélien des Affaires militaires. ©AFP

Moshe Yaalon, ancien ministre israélien des Affaires militaires. ©AFP

L’ex-ministre israélien des Affaires militaires, Moshe Yaalon, jette la lumière sur l’alliance du régime de Tel-Aviv avec Daech.

« Le groupe takfiriste a attaqué une fois Israël par erreur et s’est aussitôt excusé », a-t-il indiqué.

Les médias internationaux avaient déjà fait état de la coopération et de l’assistance apportée aux terroristes en Syrie par les commandos israéliens ; mais les révélations d’un ancien ministre du régime sont inédites.  

Moshe Yaalon a révélé sur la chaîne 10 de la télévision israélienne que Daech avait par erreur tiré sur les forces israéliennes dans les hauteurs du Golan – occupées par le régime de Tel-Aviv suite à la guerre des Six Jours en 1967 – et présenté des excuses aussitôt après.

Les observateurs ont déduit de ces déclarations que le régime israélien a établi une coalition avec Daech.

Rappelons que vendredi dernier, trois mortiers ont été tirés du sol syrien vers les territoires occupés palestiniens, sans laisser de victimes. Dimanche 23 avril, l’armée israélienne a lancé un assaut contre une caserne militaire de l’armée syrienne au nord-ouest de Quneïtra. Trois soldats syriens ont été tués et deux autres blessés.

http://presstv.com/DetailFr/2017/04/24/519312/Rvlation-dun-exministre-isralien-sur-la-coalition-entre-TelAviv-et-Daech



 

"ISRAËL" REDOUTE LA VICTOIRE D'ASSAD, DE L'ARMEE ET DU PEUPLE SYRIEN

« Israël » craint la victoire d’Assad sur ses opposants

 Depuis 2 heures  14 avril 2017

armeesyrienne

 Entité sioniste - Moyent-Orient

L’offensive américaine contre la base syrienne, vendredi dernier, a donné beaucoup de crédit au président américain dans sa lutte contre ses opposants aux Etats-Unis, c’est ce qu’ont affirmé de hauts dirigeants militaires israéliens, cités par l’analyste militaire dans le quotidien israélien Haaretz, Amos Harel.

Et d’ajouter : « on entend beaucoup parler en Israël des menaces proférées par l’axe Irano-russe contre quiconque osera à frapper de nouveau des institutions militaires syriennes ».

Amos Harel a précisé que « les responsables israéliens craignent la victoire de l’armée syrienne contre l’opposition armée, notamment sur le front sud, ou la conclusion d’un accord de cessez-le-feu entre les deux parties ».

Et de poursuivre : « Une telle victoire restituera au président Bachar Assad le contrôle de la partie libérée du Golan. L’armée syrienne sera en face de l’armée syrienne ce qui implique que le Hezbollah libanais ou les gardiens de la révolution iranienne s’approcheront de plus en plus des frontières » avec l’entité sioniste.

L’entité sioniste craint l’ouverture d’un nouveau front au Golan occupé, semblable au scénario libanais. Les forces d’occupation israéliennes se sont retirées du sud Liban en mai 2000, suite aux opérations héroïques de la résistance islamique du Hezbollah.

Traduit par la rédaction à partir de Rai al-Yom

http://french.almanar.com.lb/356046


 

"ISRAËL" AU SECOURS DE SES AMIS TERRORISTES SYRIENS

« Israël » au secours des terroristes syriens

 Depuis 1 heure  10 avril 2017

"Israël" au secours des terroristes syriens
"Israël" au secours des terroristes syriens

 Entité sioniste - Moyent-Orient

terro2Pendant les six dernières années où la guerre a déchiré la Syrie, les militaires israéliens n’ont ménagé aucun effort pour accorder des soins médicaux aux terroristes opérant en Syrie. Dimanche 9 avril, le cabinet du régime de Tel-Aviv s’est dit explicitement pour le traitement des terroristes en Syrie.

Prétextant l’attaque chimique contre Khan Cheikhoun dans le sud d’Idlib attribuée au gouvernement syrien, le cabinent israélien présidé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu a débattu de l’octroi des soins médicaux aux terroristes et à leurs proches.

Netanyahu n’a pas manqué d’annoncer encore une fois son soutien aux frappes américaines contre la base aérienne de Shayrat dans la province de Homs, avant de faire part de l’acheminement et de la poursuite des services médicaux aux terroristes qui avaient été blessés en Syrie.

Cette réunion symbolique a eu lieu alors que depuis l’éclatement de la crise en Syrie, les militaires du régime israélien s’occupent des terroristes et les soignent sur les hauteurs du Golan. Une fois soignés, ils regagnent  les champs de bataille pour combattre les militaires syriens.

Selon le site web i24NEWS, un responsable du secteur médical de l’armée israélienne a reconnu qu’environ 2.800 terroristes avaient reçu des soins médicaux dans les territoires occupés de la Palestine, chiffre qui ne cesse de s’alourdir.

PressTV

http://french.almanar.com.lb/349512


 

LES FOUS DE GUERRES ISRAELIENS ONT LANCE UN ASSAUT CONTRE UN VILLAGE FICTIF DU HEZBOLLAH !

Obsédé par la guerre : « Israël » mène un assaut contre un village fictif du Hezbollah

 Depuis 3 minutes  31 mars 2017

village1

 Entité sioniste - Moyent-Orient

village2Obsédée par l’idée d’une confrontation imminente avec le Hezbollah, l’armée israélienne vient de lancer un assaut contre « un village fictif du Hezbollah »!

Les exercices militaires en question viennent de se dérouler dans un village « fabriqué » dont les murs et les maisons sont couverts de portraits du secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah ou encore d’inscriptions anti-israéliennes.

« Israël » dit avoir mené ces exercices en prévision « d’une guerre qui aura lieu contre le Hezbollah ».

village3Selon le website Shashanewsps qui cite les sources israéliennes, « les tensions s’amplifient dans la région et la possibilité d’une guerre n’est plus à écarter. C’est dans ce même sens que l’armée israélienne vient de lancer à l’improviste une manœuvre militaire dans un village construit à cette fin. C’est un village dont les bâtiments sont en béton et sont couvert de graffitis et d’image pro-Hezbollah ».

En 2006, le Hezbollah, attaqué par « Israël », s’est défendu en tirant plus de 4000 missiles contre des cibles en « Israël ».

Les stratèges israéliens ne cessent de mettre en garde contre un « arsenal balistique Hezbollah qui contiendrait des milliers de missiles ».

Ils craignent aussi avoir à découvrir « un autre visage du Hezbollah » émergé des suites de sa présence militaire en Syrie, un visage qui permettrait au mouvement de mener des opérations dans le nord d’ « Israël » et d’occuper la région de la Galilée.

« Israël » prétend que les arsenaux balistiques du Hezbollah se trouveraient dans les villages du sud du Liban, dans des maisons et des habitations, une version que des stratèges militaires remettent souvent en cause.

Avec PressTV

http://french.almanar.com.lb/331120


 

MAIN DANS LA MAIN AVEC DAECH VOILA POURQUOI "ISRAËL" VEUT CONTINUER A BOMBARDER LA SYRIE

Pourquoi Israël n’est pas prête à stopper les bombardements sur la Syrie?

Pourquoi Israël n’est pas prêt à stopper les bombardements sur la Syrie

© REUTERS/ Ronen Zvulun

INTERNATIONAL

URL courte

274523452

Alors qu’Israël continue ses bombardements en Syrie, un expert de l'université Paris-IV commente la situation pour Sputnik. Pour lui, il s’agit plutôt d’une bonne entente entre Israël et Daech, qui serait intéressé par le chaos dans cette région.

La tension est à son comble entre la Syrie et Israël, qui continue ses raids meurtriers sur le territoire syrien. Thomas Flichy, historien et membre du Centre Roland Mousnier de la Sorbonne présente pour Sputnik sa vision des choses.

Frappes israéliennes en Syrie: Moscou convoque l’ambassadeur d’Israël

© SPUTNIK.

Frappes israéliennes en Syrie: Moscou convoque l’ambassadeur d’Israël

 

D'après lui, Israël mène une politique assez opportuniste au Moyen-Orient et cherche ainsi à assurer sa propre survie politique dans un environnement assez dangereux pour lui. Dans cette logique, la coopération avec Daech pourrait bénéficier au gouvernement israélien.

« Il [Israël, ndlr] a une politique d'équilibre, il n'a pas véritablement souhaité que Daech disparaisse. D'ailleurs, Daech ne s'est jamais véritablement attaqué à Israël du point de vue militaire ou idéologique, ce qui montre bien qu'Israël ne représentait pas un véritable ennemi pour Daech », a déclaré M. Flichy.

D'ailleurs, pour assurer cette tranquillité politique, le gouvernement israélien, avait, selon l'expert, accepté d'accueillir des terroristes de Daech et de les soigner avant de les renvoyer sur le front. De son côté, Daech est particulièrement intéressé par l'instabilité dans son environnement régional, notamment en Syrie.

« Israël a joué en sous-main l'État islamique parce qu'il avait intérêt finalement à un chaos dans cette région et au maximum d'instabilité autour de lui afin de pérenniser sa propre stabilité. C'est une politique assez cynique, mais elle existe», a conclu l'expert.

Auparavant, le Premier ministre israélien avait déclaré qu'Israël continuerait d'effectuer des raids aériens sur les convois syriens transportant des armes pour le mouvement Hezbollah en Syrie.

Netanyahou: Israël continuera de bombarder les convois d’armes pour le Hezbollah en Syrie

© SPUTNIK. SERGEY GUNEEV

Netanyahou: Israël continuera de bombarder les convois d’armes pour le Hezbollah en Syrie

 

En guise de réponse, le Président syrien a souligné que la protection des frontières nationales était le devoir des autorités syriennes même si Israël entendait détruire des systèmes sol-air syriens.

https://fr.sputniknews.com/international/201703241030606123-israel-syrie-bombardement-raid-daech/


 

LE PIRE DES SCENARIOS POUR "ISRAËL", MENER UNE GUERRE A LA FOIS CONTRE LE HEZBOLLAH ET CONTRE GAZA

Israël se prépare à une bataille sur deux fronts

Tue Mar 21, 2017 10:48AM

Les soldats israéliens défaits et de retour de la deuxième guerre contre le Liban©La Croix

Les soldats israéliens défaits et de retour de la deuxième guerre contre le Liban©La Croix

Israël a lancé une vaste campagne médiatique contre l'Iran, le Hezbollah et le Hamas en prélude à une troisième guerre que Tel-Aviv compte lancer : ce serait une double guerre à la fois contre le Hezbollah et contre Gaza, ce qui selon les commandants de l'armée israélienne, est le pire des scénarios pour le régime israélien. 

Le site Al Ahed News, proche du Hezbollah, se penche sur la perspective d'une double agression israélienne contre le Liban et Gaza et s'intéresse aux analyses faites par les hauts gradés de l'armée israélienne : selon ces derniers, "le fait que l'armée israélienne parte en guerre à la fois sur le front nord (Liban) et sud (Gaza) est le pire scénario qui pourrait lui arriver"

Mais Netanyahu a-t-il oui ou non le feu vert de Donald Trump pour déclencher une troisième guerre contre le Liban? 

Alex Wishman, expert militaire au journal Yediot Aharonot, souligne que l'armée israélienne, de l'aveu de ses commandants, est prête à attaquer le Liban mais elle attend l'aval des instances politiques israéliennes. En 2006, ce furent en effet les États-Unis qui avaient vivement encouragé Israël à s'en prendre au Liban et au Hezbollah. A l'époque, les régimes arabes alliés de Washington s'étaient eux aussi arrangés du côté d'Israël, l'exhortant à "en finir avec le Hezbollah" 

Al Ahed ajoute : " il suffit de se rappeler des premiers jours de la guerre de 2006 et de ce fameux communiqué publié par Riyad où ce dernier accusait le Hezbollah d'avoir entraîné le Liban dans une "aventure sans lendemain".

Le site fait remarquer l'évolution qui a eu lieu depuis 2006 et souligne qu'à l'époque "les régimes arabes n'entretenaient pas des liens aussi patents avec Israël et que "tout se passait en coulisse" . Or ces régimes arabes n'ont plus honte aujourd'hui de dire qu'ils partagent les mêmes intérêts qu'Israël et qu'ils sont prêts à combattre l'Iran pour faire plaisir à Israël. 

Mais qui est derrière cette situation? 

L'ancienne et surtout la nouvelle administration américaine ont largement contribué à ce que les masques soient tombés et que des alliances soient portées au grand jour. "Trump se dit très clairement architecte d'une coalition arabo-israélienne contre l'Iran et le Hezbollah, une coalition dont l'action est largement favorisée par la décision du Conseil de Coopération du golfe Persique du mois de mars 2016 qui inscrit le nom du Hezbollah sur sa liste noire. Ceci revient à dire qu'une attaque israélienne contre le Liban revêt désormais aux yeux de Riyad et de ses satellites la même légitimité que la guerre contre Daech" 

Al Ahed fait remarquer que la source d'autant de tensions se trouve en Syrie où " l'axe de la Résistance est sur le point de remporter la grande victoire". Il écrit : C'est à la lumière de cette nouvelle donne qu'il convient d'interpréter les commentaires des experts militaires israéliens. Amos Harel, chroniqueur militaire à Haaretz, reconnait les "tensions sans précédent entre Israël d'une part et la Syrie, le Hezbollah et le Hamas de l'autre" et dit : " il est vrai qu'Israël ne dispose de grandes marges de manœuvre"

Mais pourquoi cette colère israélienne contre la Syrie? 

Selon Harel, "les succès militaires du régime syrien ont renversé la donne militaire et ce retournement de la situation est en grande partie dû à la présence militaire de la Russie. Les victoires de l'armée syrienne ont aussi contribué à renforcer le Hezbollah et c'est ce dont Israël a terriblement peur."

Al Ahed met en garde contre l'intensité de la guerre qui pourrait être déclenchée au Liban : "les ministres israéliens ont menacé de ramener le Liban à l'âge de pierre mais le Hezbollah et son secrétaire général ont à mainte reprise affirmé réserver de grandes surprises pour Israël" 

http://presstv.com/DetailFr/2017/03/21/515132/Le-pire-scnario-pour-Isral


 

LE MESSAGE DE LA RIPOSTE SYRIENNE A "ISRAËL" TOUJOURS EN ETAT DE CHOC

Les messages de la riposte syrienne

Sat Mar 18, 2017 10:12AM

L'armée syrienne a abattu l'un des avions de combat israéliens ayant mené des raids dans la nuit sur le territoire syrien. ©AFP

L'armée syrienne a abattu l'un des avions de combat israéliens ayant mené des raids dans la nuit sur le territoire syrien. ©AFP

24 heures après le raid aérien israélien contre une base militaire syrienne dans la banlieue de Palmyre, Israël est toujours en état de choc. La presse israélienne regorge de commentaires qui évoquent tous la fin de la suprématie "de l'Armée de l'Air" israélienne dans la région. Mais outre cet aspect, il existe d'autres dimensions de la riposte de la DCA syrienne aux frappes d'Israël.

Ron Ben-Yishai, expert en questions militaires et sécuritaires au journal Yediot Aharonot

Ron Ben-Yishai, expert en questions militaires et sécuritaires au journal Yediot Aharonot relève surtout les " missiles qui ont servi à la riposte syrienne et ont provoqué la chute de l'un des quatre chasseurs israéliens ": " Assad semble avoir une totale confiance en soi. Si cette fois, il a riposté au raid israélien, c'est parce qu'il avait l'aval de Poutine. Et d'ailleurs pour la première fois, le régime syrien a tiré des missiles S200 en direction des avions israéliens" , avions qui selon l'Israélien devaient bombarder des "missiles de longue portée du Hezbollah."

Pour justifier les frappes israéliennes qui se sont avérées un véritable fiasco et qui ont provoqué même une convocation de l'ambassadeur israélien au ministère russe des Affaires étrangères, Ben-Yishai a prétendu : " Une usine est située à proximité d'Al Safira dans le sud-est d'Alep. C'est une usine qui fabrique des missiles Scud-D d'une portée de 700 kilomètres". L'expert israélien se sentait particulièrement gêné de reconnaître que "le régime syrien utilise les missiles de fabrication russe S200, capables de traverser des distances de plusieurs centaines de kilomètres" bien qu'ils ne soient pas aussi "performants que les S300 et les S400 que possède aussi le régime syrien".

Pour Ben-Yishai, " l'emploi par le régime syrien des S200 pour riposter contre Israël marque un tournant : la présence russe et iranienne et la victoire à Alep ont permis à Assad d'avoir recours aux armes stratégiques contre ses ennemis et n'avoir plus aucune peur".

Ben-Yishai a avoué l'incapacité d'Israël à riposter "à la riposte syrienne" puisque cette fois Moscou s'est pleinement engagé aux côtés de Damas : "Le tir des S200 russes alors que les avions israéliens se trouvaient loin du territoire syrien est un avertissement. Tout peut basculer en l'espace de quelques secondes et une vraie confrontation pourrait avoir lieu."

Un autre journal israélien, Haaretz, estime de son côté que "Bachar al-Assad tente de changer les règles du jeu de façon pas trop criante". Le journal écrit : "Il est peu probable qu'Assad veuille impliquer Israël dans la guerre où de nombreuses parties sont présentes, mais il y a une nouveauté qui est fort dangereuse. Un missile antimissile syrien a pénétré dans l'espace aérien israélien, un missile qui aurait pu provoquer des dizaines de morts, s'il s'écrasait sur le sol". Israël prétend avoir abattu le missile antimissile syrien, via son bouclier antimissile Arrow.

"Mais une chose est sûre : en ripostant au raid aérien israélien, Damas et ses alliés ont fait passer un message à Israël: la politique de retenue adoptée par Damas face à Tel-Aviv n'est plus d'actualité et Israël devra choisir : viser les positions du Hezbollah en territoire syrien ou se préparer à une intervention plus large dans la guerre en Syrie."

http://presstv.com/DetailFr/2017/03/18/514801/Vendredi-noir-pour-Isral-


 

"ISRAËL" VERS UN NOUVEL ECHEC DONT L'AMPLEUR SERA CATASTROPHIQUE SUR L'EXISTENCE ET LA SECURITE DE L'ENTITE SIONISTE

«Israël» en voie d’un nouvel échec

Les médias israéliens ont évoqué récemment, l'intérêt accordé par les services de sécurité aux développements en cours dans la confrontation avec «Daech» à Mossoul. Ces médias ont précisé que ce fait est dû au côté professionnel, dans la mesure où l'Israélien pourrait en bénéficier dans la confrontation avec les mouvements de résistance à Gaza et au Liban.

«Israël» en voie d'un nouvel échec.

La seconde raison est liée aux retombées de l'écrasement de «Daech», notamment de ses extensions vers la frontière sud de la Syrie, dans le Sinaï.

Concernant le volet professionnel de la question:

- Les dires sur le suivi de près par les services de sécurité israéliens de la bataille de Mossoul, ne signifient pas nécessairement que les forces israéliennes réussiront à tirer les leçons et à les appliquer concrètement. A rappeler que lors des anciennes confrontations, le Hezbollah et la résistance en Palestine ont prouvé leur aptitude à développer leur potentiel et les tactiques de leur action.

- La tentative israélienne de tirer des leçons est essentiellement basée sur la nature de la bataille, dans la mesure où elle se déroule entre des armées et une organisation militaire ayant proclamé un état. Par la suite, l'Israélien suppose bénéficier des étapes de la guerre et de ses résultats, en faveur de ses préparatifs contre le Hezbollah et la résistance dans la Bande de Gaza.

- Par contre, il faut rappeler le revers israélien, lorsque l'ennemi a payé le prix, après avoir échoué à tirer les leçons des guerres américaines contre la Yougoslavie en 1999 et contre l'Irak en 2003. En effet, l'ennemi a payé un lourd tribut en matière de prestige, de dissuasion et du sang de ses soldats, puisque ses tactiques ont été vaines face au Hezbollah en 2006 et face aux factions de la résistance à Gaza, en 2014.

- L'échec israélien n'a pas résulté du manque du potentiel militaire, ni du développement  technologique, ni de l'inexistence d'armes de haute précision. Cet échec revient notamment au fait que le Hezbollah était d'avance au courant des plans israéliens, ce qui lui a permis d'élaborer des plans de confrontation. Ainsi, ce fut le Hezbollah, non «Israël», qui a prouvé son aptitude à tirer les leçons des anciennes guerres et de traduire ces leçons en actes.

- Par ailleurs, plusieurs données constituent un obstacle devant la bonne exploitation, par «Israël», des leçons tirées des guerres en cours dans la région. De fait, la bataille est déchainée contre une organisation terroriste, rejetée par une position populaire et politique. Par contre, les factions de la résistance au Liban et en Palestine font partie inhérente de leur milieu populaire. Sur le plan opérationnel, il serait facile de déraciner une organisation terroriste qui s'impose sur un peuple. Mais lorsque le mouvement de résistance exprime la volonté du peuple de se défendre et de libérer son territoire, on ne peut l'écraser qu'en épuisant la population.

- En plus, le Hezbollah possède désormais des capacités énormes en matière de roquettes et de missiles. Un fait qui lui permet de pilonner la profondeur du front interne ainsi que les installations délicates et assure au parti une large marge de défense et de dissuasion lors de toute offensive israélienne.
Une autre donnée consolide la montée en puissance du Hezbollah et des factions de la résistance palestinienne, à savoir, la présence du parti à la frontière des territoires occupés, au moment où la résistance palestinienne se trouve dans le cœur de Palestine, ce qui lui assure une large marge d'action.

- A la lumière des données précitées, on ne peut écarter le fait qu'«Israël» est en voie d'un nouvel échec, s'il juge exploiter les leçons tirées d'une bataille contre le terrorisme, dans une bataille contre les factions d'une résistance populaire. Mais en comparaison avec le revers essuyé par l'ennemi en 2006, l'ampleur de celui prévu aura des effets catastrophiques sur l'existence et la sécurité de l'entité  ennemie.

Source: Al-Ahednews, traduit par l'équipe du site

16-03-2017 | 15:26

"ISRAËL" INTERDIT L'ENTREE DE SON TERRITOIRE A UN BRITANNIQUE MILITANT DU BOYCOTT

« Israël » interdit l’entrée d’un Britannique militant du boycott

 Depuis 5 heures  13 mars 2017

Hugh Lanning
Hugh Lanning

 Entité sioniste - Moyent-Orient

« Israël » a interdit l’entrée de son territoire à un activiste britannique pro-palestinien qui milite pour le boycott d' »Israël », a indiqué lundi une porte-parole au ministère de l’Intérieur.

Hugh Lanning, directeur de l’organisation Palestine Solidarity Campaign, a été refoulé dimanche soir à son arrivée à l’aéroport de Tel-Aviv et renvoyé vers Londres lundi matin, a dit la porte-parole de l’Autorité de la population au ministère de l’Intérieur, Sabin Hadad.

« L’organisation dirigée par M. Lanning est l’une des plus importantes oeuvrant à la délégitimation d’Israël et à la campagne BDS (Boycott désinvestissement et sanctions) en Grande-Bretagne, et une des plus influentes en Europe », indiquent les ministères de l’Intérieur et des Affaires stratégiques dans un communiqué commun.

« Israël » est en butte à une campagne globale de boycott économique, culturel ou scientifique destinée à obtenir la fin de l’occupation et de la colonisation des Territoires palestiniens. Le gouvernement sioniste se bat farouchement contre tout ce qui ressemble à une entreprise de boycott.

Le Parlement israélien vient d’adopter une loi interdisant l’entrée du territoire à tout non Israélien ou non résident permanent qui aurait appelé au boycott. Des organisations de défense des droits de l’Homme et d’opposition ont dénoncé cette loi.

Hugh Lanning n’a pas été refoulé en vertu de cette loi mais sur décision des ministres de l’Intérieur Aryé Deri et des Affaires stratégiques Gilad Erdan, qui « disposent du droit d’interdire l’accès d' »Israël » à toute personne jugée indésirable », a dit la porte-parole Sabin Hadad.

Le gouvernement israélien est engagé dans une vaste offensive contre des ONG de gauche opposées à l’occupation et la colonisation.

Avec AFP

http://french.almanar.com.lb/297636


 

"ISRAËL" FAIT BLOC CONTRE LES PRO-BDS

Israël fait bloc aux pro-BDS

Tue Mar 7, 2017 5:39PM

Une manifestation des partisans de BDS, dans le sud de France. (Photo d'archives) ©AP

Une manifestation des partisans de BDS, dans le sud de France. (Photo d'archives) ©AP

Le Parlement du régime israélien a adopté, lundi 6 mars, une loi interdisant l’entrée aux territoires occupés des sympathisants de la campagne internationale BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions).

Cette loi interdit également la délivrance de visa ou le séjour permanent pour tout ressortissant étranger qui soutient le BDS ou qui travaille dans une société pro-BDS.

Dans un communiqué, la Knesset a annoncé que les demandes de boycotter Israël avaient multiplié ces dernières années.

« Le BDS est un nouveau front pour combattre Israël », ajoute le communiqué.

Pour les groupes de défense des droits de l’Homme, cette nouvelle loi israélienne révélera de plus en plus le vrai visage de ce régime auprès de la communauté internationale.

L’appel à boycotter Israël sur le mur d’une rue à Bethléem, en Cisjordanie. (Photo d’archives) ©AFP

La campagne BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) a été formellement lancée en 2005 par 171 organisations non gouvernementales palestiniennes, avec pour mission d’imposer toute forme de boycotts et de sanctions contre le régime israélien afin de le contraindre à se soumettre aux lois internationales.

Cette campagne s’est vue rapidement élargir grâce à l’adhésion de milliers de personnes issues de toute couche sociale. Le BDS connaît également une hausse de popularité aux États-Unis, au Canada, en Norvège, au Danemark, en Roumanie, en Afrique du Sud, en Australie et au Royaume-Uni.

Israël a consacré, en 2016, un budget de 32 millions de dollars pour lutter contre ce mouvement.

http://presstv.com/DetailFr/2017/03/07/513400/Canada-EtatsUnis-loi-Boycott-dsinvestissement-et-sanctions-Isral-BDS-Knesset-Parlement