ISRAËL

ISRAËL

NOUVEAU CINEMA DE NETANYAHU A L'ONU

Le Premier ministre israélien fait un nouveau show anti-Iran à l’ONU

Thu Sep 27, 2018 7:29PM

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, devant l’Assemblée générale des Nations unies, le 27 septembre à New York. ©AFP

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, devant l’Assemblée générale des Nations unies, le 27 septembre à New York. ©AFP

Lors de son discours à 73e session de l’Assemblée générale des Nations unies, le Premier ministre israélien a lancé des critiques à l’emporte-pièce contre l’Iran et l’Union européenne, coupables selon lui de vouloir contourner des sanctions américaines.

Dans la continuité de ses spectacles anti-Iraniens à l’Assemblée générale de l’ONU, Benyamin Netanyahu a fait un nouveau show en présentant une image qui représenterait selon lui un « dépôt de matériaux radioactifs ».

Les nouvelles allégations du Premier ministre israélien interviennent alors que l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a affirmé dans son dernier rapport datant du 30 août le respect par l’Iran de ses engagements dans le cadre de l’accord nucléaire signé en 2015 avec le groupe des pays 5+1 (Chine, Russie, États-Unis, France, Royaume-Uni plus Allemagne).

Dans son rapport, l’AIEA déclare qu’elle a eu accès en Iran « à tous les sites et emplacements qu’elle souhaitait » inspecter.

L’AIEA indique que les stocks iraniens d’uranium faiblement enrichi et d’eau lourde ont augmenté légèrement depuis le dernier rapport en mai, tout en restant dans les limites convenues dans l’accord de 2015.

Plus loin dans son discours, Netanyahu a accusé l’Union européenne d’aider l’Iran à contourner les sanctions américaines rétablies après le retrait des États-Unis de l’accord nucléaire iranien en mai.

La République islamique et les autres signataires du Plan global d’action conjoint estiment que le retrait américain de l’accord est illégal et contrevient à la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies. Les pays européens tentent de créer un mécanisme financier spécial pour sauver le PGAC et continuer à commercer avec les entreprises iraniennes malgré les pressions de l’administration Trump.

Netanyahu a sacrifié Israël

La mise en scène de Netanyahu au sujet du programme nucléaire iranien était un acte déplacé et irréfléchi.

À la fin du mois d’avril, Netanyahu, en direct à la télévision, avait exposé ce qu’il prétendait être des vidéos d’un entrepôt secret à Téhéran.

Netanyahu avait affirmé que des agents israéliens avaient réussi à pénétrer dans l’entrepôt lors d’un raid nocturne et à ramener « une demi-tonne de matériel » composé de 55 000 pages et 55 000 autres fichiers sur 183 disques durs.

Ce show du Premier ministre israélien — qui est intervenu quelques jours avant que les États-Unis n’annoncent leur retrait de l’accord multilatéral sur le nucléaire iranien conclu en 2015 — visait à persuader le monde que l’Iran mentait sur son programme nucléaire, sans fournir une seule preuve.

Quand Netanyahu "crie au loup"

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a affirmé que les dirigeants israéliens voient leur survie dans le fait de présenter l’Iran comme une menace constante pour eux.

Le porte-parole de la diplomatie iranienne, Bahram Qassemi, avait qualifié à l’époque la ridicule mise en scène de Netanyahu sur le programme nucléaire iranien d’acte désespéré d’un régime agonisant qui ne fait que de répandre désespérément des informations mensongères.

« Les dirigeants israéliens cherchent la survie de leur régime illégitime qui est basé sur le mensonge en présentant les autres comme une menace et en recourant à la tromperie, une méthode dont l’inefficacité a été prouvée par le passé », avait affirmé Qassemi.

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/09/27/575404/ONUIran-Netanyahu-seul-contre-tous


 

GIDEON LEVY: "ISRAËL A DESORMAIS UNE LOI RACIALE"

24 septembre 2018

Gideon Levy : "Israël a désormais une Loi Raciale"

 

"Dorénavant, par décret de la Cour de Justice, deux sortes de sang existent en Israël : Le sang juif et le sang non-juif", s’indigne le journaliste israélien dans le quotidien Haaretz.

"Même jusqu’à la fin des temps, ni Israël, ni la nation juive ne seront jamais capables de compenser la nation palestinienne pour le mal qui lui a été fait : Pas pour l’aspect matériel, intellectuel, physique ou intellectuel. Ni pour le pillage de leur terre et de leurs maisons, ni pour leur liberté et leur dignité piétinées. Pas pour les meurtres et les deuils, ni pour les blessés et les infirmes dont la vie est irrévocablement détruite. Pas pour les centaines de mille d’innocents torturés et emprisonnés, ni pour les générations privées d’une véritable possibilité de jouir d’une vie normale.

Rien d’autre que Yom Kippour ne peut exprimer cette possibilité. Évidemment, Israël n’a au grand jamais envisagé d’initier une seule compensation, une seule réparation, ni de prendre ses responsabilités. Il ne faut s’attendre à rien d’un occupant qui se considère comme une victime, ne s’en prend qu’aux autres, surtout pas à lui-même. Pourtant, ça ne suffit pas.

De temps en temps, on bat un record : L’Etat, une association ou des personnes, en Israël ou dans la société juive, intente(nt) un procès contre les Palestiniens pour des dommages causés par leurs « actes de terrorisme ». Ainsi, le Centre juridique Shurat HaDin, association qui se dit « Association juive des droits humains », remue ciel et terre en Israël et à l’étranger pour intenter des procès contre des personnes ou des associations palestiniennes, au nom de « victimes juives ».

Cet acte méprisable et indigne, par lequel la victime est le criminel, et seul le sang juif est rouge, méritant ainsi une réparation, a parfois du succès, principalement dans le domaine des relations publiques. Tandis qu’Israël évite de payer des compensations pour la destruction et les meurtres dans les territoires palestiniens depuis 1948, il y a ceux qui ont l’incroyable audace d’exiger des compensations de la part des Palestiniens. La bande de Gaza a été sans cesse horriblement détruite, mais Israël n’a pas une seule fois aidé à sa reconstruction. Depuis des années, Israël tue des dizaines de milliers de personnes, y compris d’innombrables innocents, y compris des enfants, des femmes et des personnes âgées. Cependant, on demande aux Palestiniens de verser des compensations.

Dans cette folie, les maisons que possédaient des Juifs avant 1948 sont rendues aux propriétaires d’origine par le biais du système juridique israélien : Des gens qui y demeurent depuis des dizaines d’années sont ainsi expropriés. En même temps, aucune maison palestinienne volée en 1948 n’a jamais été rendue à ses propriétaires légaux.

À Silwan et à Sheikh Jarrah, à Jérusalem Est, et dans d’autres quartiers, les drapeaux israéliens se multiplient, de pair avec les centaines de Palestiniens rendus sans-abri, après avoir été chassés - humiliés, de leur maison, sur ordre des tribunaux égalitaires et équitables de l’état d’Israël. Si on trouve dans son cœur le moyen de comprendre le degré de pourriture morale du système juridique israélien, et son éloignement des principes d’égalité et de justice, en voici la preuve.

Pourtant, tout ça ne suffit pas : Cette semaine, un nouveau record a été établi. Le juge du tribunal de première instance de Jérusalem, Moshe Drori a décidé qu’un Juif, victime d’une blessure au cours d’une attaque terroriste, a droit à une compensation supplémentaire, parce qu’il est juif, sans preuve d’atteinte, sur la base de la loi de l’état-nation, qui déclare que le gouvernement a l’intention de protéger le bien-être des Juifs.

La boucle est bouclée, terminée, perfectionnée. Il s’agit maintenant d’une véritable loi raciale, conforme à l’interprétation inévitable par la Cour, de la loi de l’état-nation. Dès à présent, on trouve deux groupes sanguins en Israël : du sang juif et du sang non-juif, c’est bien inscrit dans la loi. Le prix de ces deux groupes sanguins est également différent. Le sang juif est inestimable. Il faut donc le protéger par tous les moyens possibles. Le sang non-juif est incroyablement bon marché : on peut le faire couler comme de l’eau. À partir d’aujourd’hui, la situation qui, jusqu’à présent, n’existait que de fait, avec des normes et des punitions différentes entre les Juifs et les autres, est validée par un décret de la Cour.

Le nationalisme et le racisme à l’égard des victimes, vieux de soixante-dix ans, sont actuellement devenus loi : C’est officiel. La loi de l’état-nation, disait-on, n’était que déclarative, mais, comme l’interprète bien Drori, elle a obtenu son véritable sens : C’est la loi fondamentale qui entérine la supériorité du sang juif. Désormais, Israël possède une loi raciale."

Gideon Levy

(Traduit par Chantal C. pour CAPJPO-EuroPalestine)

Source : https://www.haaretz.com/opinion/.premium-now-israel-has-a-race-law-1.6492061?utm_term=20180921-01%3A55&utm_campaign=Gideon+Levy&utm_medium=email&writerAlerts=true&utm_content=www.haaretz.com%2Fopinion%2F1.6492061&utm_source=smartfocus

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article14689


 

"L'ETAT D'ISRAËL CONTRE LE PEUPLE JUIF"

21 septembre 2018

Eva Illouz : "L’état d’Israël contre le peuple juif"

Dans un article intitulé "L’état d’Israël contre le peuple juif", et publié par Haaretz, Eva Illouz* analyse les raisons pour lesquelles Israël s’aligne sur des régimes nationalistes et antisémites, l’un après l’autre, de Trump à Orban, en passant par celui de Mateusz Morawieck en Pologne. Ci-dessous ses conclusions.

(...) "Jouer avec les dirigeants antisémites peut sembler contredire la loi de l’État-nation, mais elle est motivée par la même logique d’état et de logique schmittienne selon laquelle l’État ne se considère plus comme un représentant de tous ses citoyens, mais vise à étendre son territoire, à augmenter son pouvoir en désignant des ennemis, à définir qui appartient ou pas, à restreindre la définition de la citoyenneté, à durcir les limites du corps collectif, et à saper l’ordre international.

Courtiser Orban ou Morawiecki signifie avoir des alliés au sein du Conseil et de la Commission européenne, ce qui aiderait Israël à bloquer les votes indésirables, à affaiblir les stratégies internationales palestiniennes et à créer un bloc politique qui pourrait imposer un nouvel ordre international.

Netanyahu et ses amis ont une stratégie et tentent de remodeler l’ordre international pour atteindre leurs propres objectifs nationaux. Ils comptent sur la victoire finale des forces réactionnaires pour avoir la liberté de faire ce qu’ils veulent à l’intérieur de l’État.

Mais ce qui est le plus surprenant, c’est que pour promouvoir ses politiques illibérales, Netanyahu est prêt à snober et à rejeter la plus grande partie du peuple juif, ses rabbins et intellectuels les plus reconnus, et le grand nombre de Juifs qui ont soutenu par de l’argent ou l’action politique, l’Etat d’Israël. Cela suggère un changement clair et indéniable d’une politique basée sur le peuple à une politique basée sur la terre.

Pour la majorité des Juifs à l’extérieur d’Israël, les droits de l’homme et la lutte contre l’antisémitisme sont des valeurs fondamentales. Le soutien enthousiaste de Netanyahu aux dirigeants autoritaires et antisémites est l’expression d’un changement profond dans l’identité de l’État en tant que représentant du peuple juif dans un État qui vise à promouvoir sa propre expansion en saisissant des terres, en violant le droit international, par l’exclusion et la discrimination. Si ce n’est pas le fascisme en soi, c’est certainement l’une de ses caractéristiques les plus distinctives.

Cet état de fait est inquiétant mais il est également probable que deux évolutions intéressantes et même positives se produisent. La première est que, de la même manière qu’Israël s’est libéré de son « complexe juif » – abandonnant son rôle de chef et de centre du peuple juif dans son ensemble – beaucoup ou la plupart des Juifs vont maintenant se libérer de leur complexe israélien, comprenant finalement que les valeurs d’Israël et les leurs sont profondément en conflit.

Le 13 août 2018, le président du Congrès juif mondial, Ron Lauder, cité dans le New York Times, était sur le point de désavouer Israël, en est un puissant témoignage. Lauder était très clair : la perte du statut moral d’Israël signifie qu’il ne pourra pas exiger la loyauté inconditionnelle de la communauté juive mondiale. Ce qui était vécu dans le passé par de nombreux Juifs comme un conflit intérieur se résorbe lentement : beaucoup ou la plupart des membres des communautés juives accorderont leur préférence à leur engagement envers les constitutions de leurs pays, c’est-à-dire aux droits humains universels.

Israël a déjà cessé d’être le centre de gravité du monde juif et, à ce titre, il ne pourra compter que sur le soutien d’une poignée de milliardaires et d’ultra-orthodoxes.

Cela signifie que dans un avenir prévisible, l’effet de levier d’Israël sur la politique américaine sera considérablement affaibli. Le trumpisme est une phase transitoire de la politique américaine. Les Latinos et les démocrates de gauche seront de plus en plus impliqués dans la politique du pays et ces politiciens auront de plus en plus de difficultés à justifier le soutien américain continu aux politiques israéliennes odieuses aux démocraties libérales. Contrairement au passé, cependant, les Juifs ne les forceront plus à regarder ailleurs.

Le deuxième développement intéressant concerne l’Europe. L’Union européenne ne sait plus quelle était sa mission. Mais les Netanyahu, les Trumps, les Orbans et Morawieckis aideront l’Europe à réinventer sa vocation : le bloc social-démocrate de l’UE aura pour mission de s’opposer à l’antisémitisme et à toutes les formes de racisme des valeurs pour lesquelles nous, Juifs et non-Juifs, sionistes et antisionistes, avons tant lutté. Israël, hélas, n’est plus parmi ceux qui ènent ce combat."

Eva Illouz

  • EVA Illouz est née le 30 avril 1961 à Fès au Maroc et est allée vivre en France avant l’âge de 10 ans, puis en Israel où elle a été professeur de sociologie à l’Université hébraïque et directrice de l’École des beaux-arts de Bezalel, à Jérusalem. Diplômée de l’université de Paris X et de l’Université de Pennsylvanie, elle a également enseigné à l’Université de Princeton aux USA. Depuis 2015, elle est directrice d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris.

Source : Haaretz

(Traduction : CSPRN)

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article14681


 

LA COUR PENALE INTERNATIONALE (CPI) ET ISRAËL : UNE INTERVIEW DE MAITRE GILLES DEVERS (VIDEO)

18 septembre 2018

La Cour Pénale Internationale (CPI) et Israël : une interview de M° Gilles Devers (Vidéo)

Les Etats-Unis de Trump menacent des pires foudres les magistrats de la Cour Pénale Internationale (CPI), qui osent apparemment s’intéresser à des cas de crimes états-uniens en Afghanistan et israéliens en Palestine.

Le comportement de l’institution onusienne, qui jusqu’à présent s’est focalisée exclusivement sur les agissements de dirigeants africains, serait-il en train d’évoluer ?

Le Collectif Palestine 69 a demandé son point de vue à notre ami Gilles Devers, avocat lyonnais actif de longue date dans la défense des droits du peuple palestinien. A regarder, la vidéo ci-dessous.

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article14665

 

L'ACTEUR ISRAELIEN ITAY TIRAN DENONCE LE FASCISME ISRAELIEN ET QUITTE LE PAYS

12 septembre 2018

L’acteur israélien Itay Tiran dénonce le fascisme israélien et quitte le pays

L’acteur israélien Itay Tiran, qui a joué dans l’excellente série anglaise "La promesse"*, vient à la fois d’émigrer en Allemagne et de dire tout le mal qu’il pense de l’Etat d’Israël, expliquant pourquoi le sionisme est du racisme, et apportant publiquement son soutien à la campagne BDS.

Itay Tiran vient de donner une interview à Haaretz dans laquelle il ne mâche pas ses mots, des mots que les sionistes combattent à travers le monde entier, essayant coûte que coûte de les frapper d’interdit.

Il parle du fascisme d’Israël, et de son déni.

"Tu te lèves le matin, tu bois ton café et lis ton journal. Tu tombes sur un évènement, un fait, une histoire, et tu te dis, est ce que nous sommes maintenant arrivés à un point où nous voilà fascistes, ou pas encore ? Alors te voilà assis tout seul, en train de te prendre la tête, à jouer à ce petit jeu. Et petit à petit, tu réalises que tout ce que tu es en train de faire c’est gamberger, sans prendre la moindre décision."

Il dit aussi la récente loi fondamentale promulguant Israël Etat Nation du peuple juif, et valorisant officiellement la colonisation," si elle n’a rien de nouveau dans les faits, peut avoir au moins un effet positif : celui de nous réveiller."

"Si la loi de l’ETAT JUIF est le point de référence à partir duquel tu calcules où en est la société israélienne, alors c’est clairement une loi raciste, inégalitaire, une étape supplémentaire franchie dans le basculement nationaliste qui s’opère ici. D’un autre côté, je me dis que ce n’est pas si mal. Parce que de cette façon, c’est tout un subconscient, qui a toujours existé ici, qui se voit extirpé. La déclaration d’indépendance, les discours sur l’égalité et les valeurs, tout cela n’était rien d’autre que l’auto brosse à reluire d’un libéralisme éclairé et vantard. Il y a des gens qui se considèrent toujours de centre gauche, et qui continuent à penser que si l’on arrive à inscrire le mot " égalité" dans la loi alors tout ira bien. Je ne le pense pas. Et vraiment, l’argument imparable à leur opposer peut se formuler ainsi : Un instant, mais permettez moi, que faites vous de la Loi du Retour ?"

"Oui, insiste-t-il le sionisme est une forme de racisme, comme tout colonialisme.
Il nous faut tous voir la réalité en face, et agir en conséquence. "

Pour rappel, l’’ancien ambassadeur israélien aux Nations Unies avait sorti la grosse artillerie, tirant à boulets rouges lorsque ce sujet était venu sur la table, jusqu’à mettre en pièces la résolution onusienne qui tirait un trait d’égalité entre sionisme et racisme. De son côté, l’ambassadeur américain avait dénoncé cette résolution comme étant "l’oeuvre de nazis".

A propos de la campagne BDS, iItay Tiran déclare :

"La campagne BDS est une forme de résistance parfaitement légitime. Et si nous voulons promouvoir une discussion qui soit non-violente, nous devons amplifier ces voix, même si cela doit s’avérer difficile. Je pense qu’il faut soutenir le BDS. Après tout, quoi que fasse un Palestinien, cela ne compte guère. Il sera toujours qualifié de terroriste, y compris s’il agit de manière pacifique. Si au bout du compte, ce qui mène à une solution est le fruit de pressions exercées de manière non violente, conduites selon un discours politique rationnel, alors pourquoi ne pas soutenir le boycott d’Israel ? C’est une approche humaniste, pragmatique, et je pense que cela est de nature à prévenir de prochaines guerres."

"C’est libre comme l’oiseau hors de sa cage que Tiran s’exprime sur ce sujet, commente Jonathan Ofir pour Mondoweiss. J’imagine qu’il s’est retenu jusqu’à son arrivée en Allemagne, car si on ose tenir de tels propos en Israël, le retour de bâton peut faire du dégât, beaucoup de dégâts..."

  • " La Promesse", dirigée par Peter Kominsky. La série s’articule autour de la question Israël-Palestine, en faisant des allers-retour dans le temps, entre flash-backs depuis les années précédant la création de l’Etat d’Israël et des évènements récents. Tiran y incarne le rôle d’un Israélien juif de gauche ayant rejoint les Combattants pour la Paix, sa soeur le considérant comme anti-sioniste. Il semble vraiment authentique dans ce rôle où on le voit défier ses parents, des "sionistes libéraux", en mettant à jour leur hypocrisie.

(Traduit par Lionel R. pour CAPJPO-EuroPalestine)

Source : https://mondoweiss.net/2018/09/israeli-endorses-zionism/?utm_source=Mondoweiss+List&utm_campaign=9038f86452-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_b86bace129-9038f86452-398519573&mc_cid=9038f86452&mc_eid=6335570bf8

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article14637


 

"ISRAËL" CENSURE UN ARTICLE SUR SON ARMEMENT DE GROUPES TERRORISTES EN SYRIE

7 septembre 2018

Israel censure un article sur son armement de groupes "rebelles" en Syrie

Pour les discours sur la lutte contre le terrorisme Israël se pose là, mais dans la pratique, elle arme les groupes terroristes syriens. C’est un secret de Polichinelle, mais Netanyahou vient néanmoins d’interdire au Jérusalem Post la publication d’un article sur ce sujet.

Cet article, interdit de publication, affirmait que l’armée israélienne a procédé à des transferts d’argent, d’armes et de munitions à des combattants syriens basés près de la frontière syro-israélienne. Ces aides auraient été décidées dans le cadre de l’opération « Bon voisin », officiellement présentée comme une « opération d’aide humanitaire massive à la Syrie » par le gouvernement israélien et de nombreux médias.

Au total, pas moins de sept groupes rebelles auraient reçu de l’aide militaire israélienne. L’article affirme que les militaires israéliens considéraient cette opération comme une « décision appropriée » afin d’endiguer l’influence du Hezbollah et de l’Iran dans la région.

Mais Israel ne s’est pas gêné en revanche pour annoncer le 4 septembre dernier, lors d’une conférence de presse, que son armée avait "frappé à 202 reprises le territoire syrien depuis 2017 et largué un total de 792 missiles et bombes". S

Source : https://francais.rt.com/international/53739-tsahal-censure-article-annoncant-que-armee-israelienne-arme-groupes-rebelles-syrie

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article14623


 

SYRIE : "ISRAËL" RENFLOUE LES TERRORISTES

Israël arme et finance 12 groupes terroristes en Syrie (Foreign Policy)

Thu Sep 6, 2018 5:49PM


Des soldats israéliens sont stationnés près de la frontière syrienne dans le Golan occupé par Israël le 10 mai 2018. ©AFP

Des soldats israéliens sont stationnés près de la frontière syrienne dans le Golan occupé par Israël le 10 mai 2018. ©AFP

Plus de 20 chefs et membres des groupes terroristes en Syrie ont révélé ce jeudi au magazine américain Foreign Policy les détails d’un plan secret d’Israël.

Israël a discrètement financé et armé au moins 12 groupes terroristes dans le sud de la Syrie afin de garder les milices soutenues par l’Iran loin de la frontière israélienne, a rapporté le magazine.

Selon le rapport, les cargaisons d’armes transférées comprenaient des fusils d’assaut, des mitrailleuses, des mortiers et des véhicules de transport et ont été toutes livrées à travers trois postes frontaliers reliant les hauteurs du Golan et la Syrie.

Ces passages sont les mêmes par lesquels Israël a transféré l’aide humanitaire en Syrie.

Israël aurait versé à chaque terroriste environ 75 dollars par mois. Ils auraient perçu des sommes d’argent supplémentaires pour permettre aux groupes d’acheter des armes sur le marché noir syrien.

Malgré la volonté du régime israélien de dissimuler son aide aux groupes terroristes, des rapports similaires ont déjà été publiés en 2017.

Syrie: Israël a froid dans le dos

Après la défaite cuisante des terroristes takfiristes en Syrie, les Israéliens craignent un retour en force du président syrien.

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/09/06/573378/Isral-arme-et-financ-12-groupes-rebelles-syriens-rapporte-Foreign-Policy


 

"ISRAËL" : LES BEDOUINS NE SONT PAS A VENDRE !

4 septembre 2018

Les Bedouins ne sont pas à vendre !

!Le ministre israélien du logement vient d’inaugurer une piscine et un "country club" dans la ville de Rahat, dans le Neguev, en prévenant les Bédouins que c’était un cadeau pour les amener à comprendre les bénéfices d’aller s’installer en ville, et par ailleurs à ne plus critiquer la nouvelle loi qui fait de tous les non-Juifs des parias. Le tout assorti de menaces contre les parlementaires qui ont dénoncé cette loi institutionnalisant l’apartheid.

“Les Bedouins doivent se mettre dans la tête qu’ils sont dans un Etat de droit (sic), et chacun doit s’installer dans les villes reconnues par cet Etat et arrêter les constructions illégales", a dit Yoav Galant, le ministre en question.

“J’appelle les députés arabes à cesser leur incitation à la haine contre notre Etat, en allant se plaindre aux Nations Unies de nos lois, sinon ils seront virés du parlement, et je vous invite à choisir également votre camp", a-t-il déclaré en ajoutant que "L’Etat considère que les colonies juives sont une valeur nationale".

Amer el Huzail, le maire adjoint de Rahat, a aussitôt répondu au ministre que "les Bédouins ne sont pas à vendre", qu’ "il n y a pas de constructions illégales dans le Neguev, mais des villages qui ne sont toujours pas reconnus par l’Etat, et qui doivent l’être".

"Les Bédouins refusent d’être concentrés sur un espace minimum. Le Neguev est assez grand pour inclure leurs villages. Pourquoi ne les laissez-vous pas vivre comme leurs voisins juifs ?", a-t-il également rétorqué.

"Votre argent ne peut pas nous acheter. Nous sommes des citoyens arabes palestiniens de cet Etat et nous avons le droit d’exiger l’égalité des droits avec les autres citoyens. Ma citoyenneté doit être égale à la vôtre, Monsieur Galant, et vous devez changer votre loi d’apartheid".

Pour rappel, il y a 40 villages bedouins qu’Israel refuse de reconnaître depuis sa création. Sa politique de "judaïzation" du Neguev l’amène à des opérations de nettoyage ethnique comme à Umm al-Hiran, où Israël veut remplacer le village bédouin par une population exclusivement juive, allant pour cela jusqu’à l’assassinat l’an dernier d’un enseignant respecté comme Yaqoub Mousa Abu al Qia’an.

Par ailleurs, le cadeau d’une piscine et d’un club aux Bédouins de la ville de Rahat, répond sournoisement à une demande des Juifs qui y habitent et qui ne veulent pas partager leurs piscines et leurs clubs avec des Arabes....

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : Mondoweiss

CAPJPO-EuroPalestine)

http://www.europalestine.com/spip.php?article14606


 

SELON LE MAGAZINE US THE ATLANTIC, ISRAËL SERA LE GRAND PERDANT EN SYRIE

The Atlantic: Israël perdra son pari en Syrie

 Depuis 4 heures  31 août 2018

golan

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Selon le magazine américain The Atlantic, peu importe qui gagnera la guerre en Syrie; Israël en sera le grand perdant.

En allusion à l’échec diplomatique du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui n’a pas réussi à solliciter la coopération de Vladimir Poutine pour maîtriser les risques qui menacent les frontières d’Israël, The Atlantic a écrit: « Les autorité israéliennes ne se fient plus aux promesses de Moscou qui s’est dit engagé à empêcher les troupes iraniennes de s’approcher des frontières d’Israël. »

Selon ce magazine, l’accès des forces iraniennes aux frontières nord de la Palestine occupée et aux positions de l’armée syrienne, permettant ainsi l’acheminement d’armes à destination du mouvement du Hezbollah libanais, est une menace pour les intérêts d’Israël en Syrie.

The Atlantic a évoqué la politique de deux poids deux mesures menée par Washington en Syrie avant de souligner: « Israël a mis en œuvre une série de ses plans visant à protéger ses intérêts. Il a lancé une offensive contre la Syrie pour que l’Iran ne puisse pas y implanter des bases militaires permanentes ou fournir des missiles au Hezbollah. Le régime de Tel-Aviv soutient les groupes armés opérant en Syrie dans le but d’éloigner les forces iraniennes de ses frontières. »

Évoquant la signature d’un accord de coopération militaire entre la Syrie et l’Iran, il a ajouté: « Depuis le début de la guerre en Syrie, Israël a bombardé une centaine de fois les convois d’armes du Hezbollah. L’assassinat par le Mossad du scientifique syrien Aziz Asbar qui a joué un rôle important dans le programme balistique de Syrie, s’inscrit dans le même cadre. »

« Grâce aux soutiens sans précédent de l’Iran, Assad peut renforcer son contrôle sur la Syrie », précise le magazine. « L’Iran et ses alliés sont prêts à faire face à Israël. Le Hezbollah est équipé d’un impressionnant arsenal… Il existe une menace croissante, celle de l’Iran qui entend reprendre son programme nucléaire après le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire de 2005. »

Source: PressTV

https://french.almanar.com.lb/1022991


 

LA RESISTANCE FAIT PEUR A "ISRAËL"

Les capacités militaires de la Résistance font peur à Israël

Mon Aug 27, 2018 4:10PM

Sur cette photo de Reuters, un missile sol-sol israélien est tiré vers le sud du Liban. Une opération qui s'annonce bien difficile lors d'une éventuelle nouvelle guerre avec la Résistance.

Sur cette photo de Reuters, un missile sol-sol israélien est tiré vers le sud du Liban. Une opération qui s'annonce bien difficile lors d'une éventuelle nouvelle guerre avec la Résistance.

Le ministère des Affaires militaires israélien a signé ce lundi 27 août un accord pour développer et acquérir de nouveaux systèmes de missiles de haute précision.

Cette décision fait suite à la décision du ministre des Affaires militaires israélien, Avigdor Lieberman, d’équiper les forces israéliennes de missiles de haute précision.

D’après l’agence de presse iranienne Fars News qui cite le journal israélien Jerusalem Post, il s’agit d’un accord avec l’IMI (Industrie militaire israélienne) pour développer et acquérir des missiles à courte et longue portée d'une valeur de plusieurs centaines de millions de shekels (monnaie israélienne).

Lors d’un discours à l’occasion de la signature de cet accord, le ministre des Affaires militaires du régime israélien, Avigdor Lieberman a prétendu que cet accord permettrait d’améliorer de manière significative les capacités de l’armée israélienne à frapper avec précision toute cible à distance, avec un coût moins élevé par rapport aux autres systèmes de combat.

« Certains de ces missiles sont déjà en phase de production et d’autres passent les dernières phases de recherche et développement », ajoute Lieberman.

Lieberman prétend aussi que ces nouveaux systèmes de missile permettront de couvrir tous les points à court et à long terme d'ici quelques années, avec une portée de 30 à 150 km grâce à une nouvelle technologie pouvant s'adapter aux batailles modernes.

PressTV-Syrie: le message du Hezbollah aux USA

Douze ans après la guerre de 33 jours, l’équilibre des pouvoirs dans la région a été renversé en faveur du Hezbollah libanais.

Cela fait deux ans, l’armée israélienne a acquis et mis en service les missiles surface-surface à guidage laser Romach de l’IMI.

Début août, un officier haut gradé de l’armée israélienne avait indiqué que cette dernière envisageait le remplacement, dans un proche avenir, de 50% de tous ses roquettes et missiles sol-sol, par des prototypes à haute précision.

Plus tôt en février, le journal israélien Yediot Aharonot avait fait allusion à un plan de l’armée israélienne, consistant à équiper, à long terme, tous les bataillons, de missiles sol-sol à haute précision. « L’armée israélienne vise ainsi à acquérir la capacité à affronter le mouvement Hezbollah en cas d’une éventuelle nouvelle guerre », avait alors écrit le journal.

Des experts en sécurité et des autorités militaires israéliens estiment probable que le Hezbollah dispose à l’heure actuelle d’environ 130 missiles et roquettes d’une portée de 10 à 500 km. En adoptant les missiles à haute précision, l’armée israélienne compte pouvoir mieux viser les positions de la Résistance au Liban ainsi que dans la bande de Gaza.

Lire aussi :

PressTV-"Kheibar1" prend de court Israël

Le Hezbollah libanais a dévoilé pour la première fois le missile « Kheibar1 » utilisé lors de la guerre de 33 jours en 2006.

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/08/27/572407/arme-Isral-missile-haute-prcision-Rsistance