DEUX GENERAUX ISRAELIENS AVOUENT QU’ISRAËL VA VERS LA GUERRE CIVILE

Deux généraux israéliens avouent: nous allons vers la guerre civile après avoir fait de l’occupation une œuvre artistique

Par Helmi Moussa

Deux anciens généraux israéliens ont répandu la colère dans certains milieux de droite israélienne à cause de déclarations inhabituelles récemment révélées.

Deux généraux israéliens ont avoué: nous allons vers la guerre civile après avoir fait de l’occupation une œuvre artistique

L'ancien chef du Mossad, Tamir Pardo a déclaré que «la division qui sévit en Israël pourrait conduire à une guerre civile, et nous allons dans cette direction.» Le général Gadi Shamni, qui était le commandant du Front central dans l'armée israélienne, a dit à son tour: «Nous sommes les champions du monde dans l'occupation, et nous avons atteint un niveau artistique dans cette conduite.»

Il est clair que ces deux généraux, de cadres différents, voulaient faire savoir qu’en dépit de toutes les déclarations sur la prospérité et la force de l’entité sioniste, de nombreux faits internes les préoccupent.

Pardo a souligné que ces préoccupations sont dues principalement aux lacunes et aux différends intérieurs qui menacent la société d'implosion, comme ce qui se passe dans les pays arabes. En revanche, le général Shamni soulignait l'épuisement de l'armée qui se rode à cause de l'occupation et ses conséquences désastreuses sur les valeurs humaines et la discrimination.

Lors d'une conférence de presse tenue par des généraux israéliens à l'occasion de la commémoration de la marche des soldats druzes morts dans les rangs de l'armée israélienne, Pardo a souligné le danger de polarisation faisant allusion à la fragmentation qui existe dans la société israélienne. Il a dit que la «menace interne devrait nous inquiéter plus que la menace extérieure ...Si la fragmentation au sein la société dépasse une certaine limite, nous témoignerons de grave évolutions, telle que la guerre civile dans le cas extrême, et à mon grand regret les distances diminuent. Je crains que nous allons dans cette direction».

Pardo a expliqué son point de vue notant qu’ «au sein de la société israélienne, il y a ceux qui préfèrent la fragmentation plutôt que l’union. Je ne veux pas me référer à un groupe ou un chef en particulier. Cela existe dans toutes nos communautés.» Il a ajouté «pour nos enfants et nos petits-enfants nousdevons rester optimistes, et c’est ce qui nous retient ici. L’état comprend l’union et la distinction.Chacun a des caractéristiques qui le différencient mais il y a aussi des éléments qui nous unissent.Il y a ceux qui veulent imposer leur caractère distinctif sur la société et cela échoue.»

La menace pour l’entité est interne, tout comme le danger en Irak, en Libye et au Yémen.

Pardoa souligné les facteurs de fragmentation, il a noté que «les lignes rouges ont été dépassées lors de la dernière bataille électorale, et le problème c’est qu'ils continuent à s'effilocher. La division est acceptée au sein du Conseil législatif, mais ne devrait pas déplacer les débats au niveau local.» Toutefois, le public porte également la responsabilité de la scission, et le fait d'accuserles hommes politiques de la fragmentation de la société n’est pas juste, on ne peut nier leurs responsabilités à cet égard, mais le changement doit venir du bas vers le haut. »

Le général Shamni a déclaré dans une conférence prononcée il y a deux jours au centre de Herzliya: «Nous sommes les champions du monde dans l'occupation nous en avons fait de l'art. J'étais le commandant de la région centrale, le champion de l'occupation.»

Selon Shamni, «Israël ne sera jamais d'accord pour un règlement qui ne donne pas de réponse garanteà sa sécurité, et les Palestiniens ne seront pas en mesure d'accepter la poursuite de l'occupation sans fin. La seule solution acceptable est l'accord de séparation. Les pays de la région sont intéressés à établir des relations complètes avec Israël, mais ils ne le feront pas tant que la question palestinienne n’est pas résolue. Israël doit modifier le système régional à travers ses relations avec les différents pays et à travers ses relations avec les Etats-Unis.»

Il a ajouté que «la préoccupation militaire israélienne de contrôler le nombre de population de 2,5 millions de personnes déforme les bases sur lesquelles a été fondée l'armée israélienne, il devient de plus en plus difficile pour l’armée de se préparer à faire face aux menaces. L’armée se transforme en sac de boxe pour les politiciens».

Les déclarations de Shamni ont provoqué une tempête  de frustration dans l'arène politique. Le ministre Zeev Elkin a dit «les commentaires du général Shamnisont regrettables, nous n'occupons pasnotre pays, mais nous le récupérons, en tant que résident de Gush Etzion, je me vois comme un colon fier et non un occupantd’un pays étranger, et c’est ce que j’attends des officiers de l'armée israélienne chargés de la protection des colons.»

Le député Nisan Salumyanski a ajouté, «c’est malheureux de voir la façon dont le général essaye d’accéder à la vie politique israélienne. Si le «fardeau moral» de notre présence en Judée-Samarie le picote tant, pourquoi a-t-il accepté d’être le commandant de la région centrale?».

«Aucune déclaration de quiconque ne peut réfuter le fait que la Judée et la Samarie sont le berceau de l'histoire du peuple juif, et donc toute déclaration concernant l’occupation de notre propre paysest stupide et hors de propos. Au début de l'année scolaire, je suggère à Shamni de revenir à l'école et apprendre la Torah, ou l'histoire.» A déclaré le ministre Uri Ariel.

Le général Shamni a rejeté les accusations portées contre lui et a réitéré son engagement en disant «Nous avons soulevé l'occupation au niveau artistique. J’ai dit ce que je pense et j'assume la responsabilité de mes paroles. Nous étions à une conférence sur les arrangements en matière de sûreté de l'Etat et, naturellement, nous avons parlé de la situation actuelle et j’ai donné mon avis.»

Article paru dans le quotidien libanais as-Safir, traduit par l’équipe du site

 

06-09-2016 | 13:01

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=19949&cid=359


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau