"ISRAËL" NE PEUT PAS ADMETTRE QUE LES ETATS-UNIS SONT A LA DERIVE

tourtaux-jacques Par Le 06/07/2022 0

Dans ISRAËL

Israël ne peut pas admettre que les États-Unis sont à la dérive

Par Alastair Crooke
Arrêt sur info — 06 juillet 2022

Facebook

 

Israël est à la fois contre et pour un accord et ne peut pas admettre que les États-Unis sont à la dérive.

Alastair Crooke
Publié le 19 Juin 2022 sur Al Mayadeen

Vous l’avez compris ? C’est clair comme de l’eau de roche ? Israël est habituellement contre, mais la qualité de son « non » est bidirectionnelle. Il peut aller dans une direction, ou au contraire dans la direction opposée.

Après plus d’un an, et huit cycles de négociations, sur le retour des États-Unis dans l’accord sur le nucléaire iranien, il semblait que les États-Unis, sans drame, s’éloignaient tranquillement d’un accord JCPOA et concédaient qu’un accord est irréalisable. « Nous n’avons pas d’accord et les perspectives d’en conclure un sont, au mieux, ténues », a déclaré Rob Malley, l’envoyé spécial de Biden pour l’Iran, devant la commission des affaires étrangères du Sénat le mois dernier.

Cela semblait suggérer que les États-Unis, faute de mieux, sont prêts à accepter l’Iran comme un « État proche du seuil nucléaire ». Une perspective qui n’est pas considérée comme urgente au point de justifier la dépense de capitaux américains ou le détournement de la « bande passante » limitée de la Maison Blanche, alors que toute l’attention est concentrée sur l’Ukraine et le pivot vers l’Asie.

Mais un mois, c’est long en politique – et les choses changent. Le conseil d’administration de l’AIEA vient de censurer l’Iran pour n’avoir pas fourni d’explications sur de vieilles déclarations de particules enrichies errantes, (apparemment) trouvées sur des sites en Iran, bien que ce dernier ait fourni des détails écrits supplémentaires expliquant les violations (qui remontent à l’époque où l’Iran a obtenu la technologie des centrifugeuses du Pakistan dans les années 1970).

L’AIEA a fait part de son mécontentement et a formellement censuré l’Iran. À la suite de cette résolution, l’Iran a déconnecté 27 caméras de surveillance de l’AIEA, en laissant une quarantaine encore actives et in situ. L’AIEA affirme maintenant que l’Iran prévoit d’installer deux nouvelles cascades de centrifugeuses IR-6, dans ce qui, selon son directeur général Grossi, pourrait être un « coup fatal » à un accord JCPOA.

Alors, que se passe-t-il ? Ces « violations possibles non résolues » sont vraiment des futilités, mais ce que cette censure de l’AIEA indique, c’est qu’Israël fait pression pour que l’Occident mette l’Iran au pied du mur. La question est d’autant plus pertinente qu’Israel n’a jamais eu de politique cohérente en matière d’accord nucléaire.

Israël a également déclaré qu’il était contre le retrait des États-Unis du JCPOA à l’ère Trump, même s’il a poussé les États-Unis à se retirer précisément de cet accord contre lequel il disait être « contre ». Maintenant, Israël est contre un nouvel accord, mais il est aussi contre le fait de ne pas avoir d’accord.

Vous avez compris ? Clair comme de l’eau de roche ? Israël est habituellement « contre », mais la qualité de son « non » est bidirectionnelle. Il peut aller dans une direction, ou au contraire dans la direction opposée. Alors pourquoi Israël est-il maintenant soudainement « contre » et cherche-t-il à pousser les choses à un conflit majeur ?

Ce n’est pas la pile croissante d’uranium enrichi à 60 % de l’Iran. Non. L’Iran, même s’il voulait se doter d’une arme (ce qui, selon les services de renseignement américains, n’est pas le cas), est considéré comme étant à 1,5-2 ans d’une ogive ou d’un système de livraison. Et personne ne prétend sérieusement que l’Iran se dirige vers l’un ou l’autre. Il se trouve manifestement au seuil du nucléaire, mais pas de l’armement.

Trois choses ont changé, et donc Israël, à son tour, redéfinit son « contre » sur un mode beaucoup plus belliqueux :

Tout d’abord, le gouvernement Bennett pourrait tomber, et les sondages nationaux indiquent provisoirement que lors de nouvelles élections nationales, la coalition actuelle pourrait être évincée – et même remplacée par un bloc du Likoud comprenant, et éventuellement dirigé par, Netanyahou (car il semble que l’inculpation de l’ancien Premier ministre pourrait échouer).

Que faire dans une telle situation ? Eh bien, Bennett et ses alliés savent que la politique israélienne sur l’Iran a été le jouet personnel de Netanyahou « depuis toujours ». Et « cela » peut revenir comme une attaque contre Bennett. La seule défense possible est donc pour l’équipe Bennett de « surpasser » Netanyahou. Bennet est donc devenu un faucon. Sa ligne de conduite est qu’Israël (avec l’Amérique à ses côtés) attaque l’Iran.

Deuxièmement, l’Iran, le Hezbollah, le Hash’d a-Shaabi et les Palestiniens voient clairement la désintégration et la volatilité à venir qui vont submerger Israël. Ils voient que tous les échafaudages structurels destinés à contenir les tensions, qui ont été mis en place depuis les années 1990, ne sont plus adaptés. Ces mécanismes ne contiennent plus les conflits latents. En revanche, ils nous font foncer vers eux. Par conséquent, tous les acteurs régionaux se préparent contingemment à l’éventualité d’une guerre cette année.

Troisièmement, et c’est peut-être moins sûr, l’Ukraine passe à la vitesse de l’éclair d’un atout politique à un handicap pour l’équipe Biden. Elle menace de devenir – potentiellement – une débâcle au même titre que l’Afghanistan pour les démocrates. En désespoir de cause, une « guerre » qui menace Israël pourrait-elle devenir la « distraction salvatrice » d’une aggravation des difficultés intérieures d’un parti assiégé ?

Elle est incertaine parce que l’establishment américain est en désaccord avec lui-même. Les querelles intestines ont commencé. Certaines factions de l’élite ne veulent pas se détourner de la mise hors d’état de nuire de la Russie (à presque, mais pas tout à fait, n’importe quel prix). Pour cela, elles veulent que l’Europe soit fermement sous le contrôle de l’OTAN, alors qu’une guerre au Moyen-Orient serait source de division. Le Pentagone ne serait pas non plus favorable à une telle diversion, tout comme il s’efforce de canaliser toutes les ressources vers la « menace chinoise ».

Le Pentagone a déjà déployé des ressources à l’OTAN en Europe de l’Est en réponse à l’Ukraine, et ces ressources ne sont pas sur le point d’être retirées. Il répugnerait à accroitre maintenant à ses engagements à l’étranger.

Même au sein de « Biden-Washington », il y aura des doutes. Le « virage » de Bennett laisse donc potentiellement Israël seul face à l’Iran. Il n’y a pas de véritable « coalition sunnite-israélienne », et parler d’un front israélo-saoudien-émirati pour faire face à l’Iran relève plus de la fiction stratégique que de la réalité pratique ». Biden veut-il encourager cette « imposture » à un moment où personne dans le monde n’a l’énergie nécessaire pour aborder une confrontation au Moyen-Orient ?

Lorsque vous avez convaincu le monde (comme l’ont fait Bennett et Netanyahou) qu’un Iran nucléaire est un grave danger, et lorsque les Israéliens promettent de « s’occuper de cette fin » (c’est-à-dire de s’occuper eux-mêmes du programme nucléaire iranien), il y a forcément un profond scepticisme à Washington. Bennett reprend le flambeau de Netanyahou, sans fard : Netanyahou s’est vanté d’opérations secrètes qui ont permis d’atteindre une « dissuasion sans précédent », et de la capacité d’Israël à agir seul. Il en va de même pour Bennett aujourd’hui. Bien qu’il ait plus de 20 ans de moins, il n’y a rien de nouveau ou de changé dans la politique d’Israël vis-à-vis de l’Iran.

Pourtant, quelque chose a radicalement changé – non pas en Israël mais en Iran. Aujourd’hui, l’Iran peut « mettre la pilule rouge » à Israël, s’il est attaqué stratégiquement par Israël ou les États-Unis. Vous ne le croyez pas ? Vous devriez. C’est une réalité désagréable sur laquelle les États-Unis préfèrent fermer les yeux.

« Nous sommes à la dérive », a déclaré l’ancien envoyé Aaron David Miller, « en espérant que l’Iran ne pousse pas l’enveloppe nucléaire, qu’Israël ne fasse pas quelque chose de vraiment important et que l’Iran et ses mandataires ne tuent pas beaucoup d’Américains en Irak ou ailleurs ».

« Ce n’est pas une stratégie« .

Alastair Crooke 

Traduction Arrêt sur info

https://arretsurinfo.ch/israel-ne-peut-pas-admettre-que-les-etats-unis-sont-a-la-derive/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=israel-ne-peut-pas-admettre-que-les-etats-unis-sont-a-la-derive

 Imprimer

 

ETATS-UNISINGÉRENCEIRANISRAËL

AIEANAFTALI BENNETNETANYAHOUOTAN

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire