LES TERRIFIANTES BOMBES D"ISRAËL" SONT LA CAUSE D'UN CANCER RARE !

Un cancer rare causé par les bombes de l’armée israélienne
 

Pendant le massacre perpétré par l’armée occupante israélienne en novembre 2012 à Gaza, appelé «Opération Pilier de Défense », de nombreux immeubles proches du domicile de Mohamed ont été bombardés.

Moins d’un an après l’attaque, alors qu’elle jouait avec lui, sa mère lui a trouvé une grosseur au cou. Il avait 8 ans à l’époque. Ils sont allés à l’hôpital Shifa où on a diagnostiqué un cancer de la thyroïde. Mohamed a subi une première opération, mais elle n’a pas réussi.

Ensuite, il a été autorisé à aller dans les « Territoires palestiniens » occupés en 1948 [en Cisjordanie] pour être traité à l’hôpital d’Haifa, où il a été opéré une seconde fois et où il a reçu une radiothérapie non disponible à Gaza. L’Autorité palestinienne paie le traitement à l’hôpital israélien. C’est pour cette raison, pense la famille de Mohamed, qu’elle essaie d’empêcher chaque voyage de Mohamed de Gaza à l’hôpital d’Haifa.

Comme le dit la mère de Mohamed, les médecins israéliens ont confirmé que ce type de cancer est dû aux bombardements près de leur maison. Ils lui ont également dit qu’en 2016, le taux de cancer à Gaza va augmenter de 70%, et qu’il continuera à croître pendant les 4 années suivantes.

Depuis l’agression de 2012, le père de Mohamed a, lui, développé de l’asthme.

En 2014, la maison de Mohamed a été attaquée par les navires de guerre israéliens. Par chance ils n’étaient pas chez eux à ce moment-là.

La famille de Mohamed a parlé à ISM de sa voisine Fatima, une femme de 50 ans, mère de six enfants. Pendant le massacre de 2008, une mosquée, un immeuble du gouvernement et une maison ont été bombardés près de sa maison. Il y a quatre ans, on lui a diagnostiqué une cancer de la thyroïde.

Les deux oncologues interviewés par ISM à l’hôpital Shifa et à l’hôpital des enfants Rantissi, à Gaza, ont convenu que ces types de cancer sont dus aux bombes israéliennes ; ils ont expliqué qu’ils étaient très rares avant les attaques massives contre la Bande de Gaza.
 

Note : les noms ont été changés, car Mohamed et Fatima craignent de perdre leur autorisation de quitter la Bande de Gaza pour recevoir leur traitement.

Sources: Palsolidarity; Traduction : MR pour ISM

 

Source: Sites web

26-07-2015 - 19:50 Dernière mise à jour 26-07-2015 - 19:50 | 875 vus

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau