SUR LE NUCLEAIRE, "ISRAËL" A INDUIT LES USA EN ERREUR

 

Cinquante documents américains du début des années 1960 qui ont été déclassifiés par les archives du National Security aux États-Unis jeudi ont fait la lumière sur les tentatives d'«Israël» de cacher l'un de ses secrets les mieux gardés à ce jour: les détails sur son programme nucléaire. A l'époque, les Américains croyaient que les Israéliens fournissaient «des fausses pistes» sur les intentions de construire une bombe.

Les documents comprennent des documents de la Maison Blanche, le Département d'Etat, le Commissariat à l'énergie atomique et les agences de renseignement américaines. Les éditeurs sont Avner Cohen, professeur à l'Institut Middlebury d'études internationales à Monterey, et William Burr, la tête de la documentation des affaires nucléaires à la National Security Archive, qui est basé à l'Université George Washington dans la capitale.

Un document fournit les minutes d'une réunion entre le président américain John F. Kennedy et le Premier ministre David Ben Gourion en mai 1961, au Waldorf Astoria à New York.

Selon les détails de cette réunion, déjà publiés dans le passé, Ben Gourion a affirmé à Kennedy que le projet de Dimona  (Centrale atomique israélienne dans le Néguev) n'avait aucune dimension militaire et qu'il s'agissait uniquement d'un programme nucléaire à vocation civile.

La transcription américaine dit: «Notre principal - et pour l'instant seul- but est [l'énergie pas cher]. Nous ne savons pas ce qui se passera dans le futur».

La transcription israélienne dit: «Pour le moment, les seuls objectifs sont la paix ... mais nous allons voir ce qui se passe au Moyen-Orient. Il ne dépend pas de nous».

Dix jours avant cette réunion, une autre réunion clé a eu lieu. Ce fut la première visite d'inspecteurs américains (les Américains les appelaient 'inspecteurs'  - Israël les appelé 'visiteurs') au réacteur de Dimona. Les Israéliens avaient considéré la visite productive. Les inspecteurs croyaient que l'installation était en construction et en conformité avec la description des Israéliens: un réacteur de recherche à des fins pacifiques.

Le rapport complet sur la visite de la Commission américaine de l'énergie atomique fait partie du nouveau lot de documents déclassifiés. Selon le rapport, les techniciens présent à Dimona ont affirmé aux Américains que le réacteur serait probablement doublé d'un autre dans un proche avenir.

«Cela aurait pu servir comme un signal d'avertissement et un indicateur inquiétant : le réacteur était capable de produire beaucoup plus de plutonium et on l'a su à l'époque», soulignent Cohen et Burr avant dans leurs notes explicatives. En fait, les visiteurs sont rentrés chez eux satisfaits, et leur rapport positif a ouvert la voie à la réunion Kennedy-Ben-Gurion.

Un autre document intéressant du National Intelligence Estimate de la CIA sur «Israël» a été conçu en Octobre 1961, quelques mois après la réunion Kennedy-Ben-Gurion. Ceci est le seul document déclassifié publié sans suppressions. Il a été publié il y a un an, mais négligé par les chercheurs.

«La signification de ceci est que les Américains savaient que Ben Gourion les avait trompés», dit Cohen. «Ils ne pouvaient pas ou ne voulaient pas l'accuser directement de mentir. Peut-être qu'ils ne voulaient pas révéler ce qu'ils savaient. Il est clair que la communauté du renseignement savait que ce que Ben Gourion avait dit et ce que les inspecteurs ont vu à Dimona étaient loin d'être toute la vérité.»

Les Américains avaient fait pression sur «Israël» pour permettre une seconde visite à Dimona qui a tourné court, dit Cohen.

«Les inspecteurs américains ont cherché à rencontrer le directeur de Dimona mais il n'était pas là, et l'ingénieurs en chef a  organisé une tournée de 40 minutes, beaucoup plus courte que ce qui a été demandé par le protocole.

Après la visite, les Israéliens ont suggéré aux Américains de revenir le lendemain, tout en étant conscient du fait que les Américains allaient rentrer à la maison le lendemain, le prochain vol étant disponible quatre jours plus tard.

De toute façon, la visite était incomplète et «Israël» a obtenu ce qu'il voulait. Les inspecteurs ont été dûment impressionnés et leur rapport a décrit Dimona comme un réacteur à des fins de recherche, et non pas pour la production du plutonium.

«Selon les documents, citant un officier supérieur de la CIA,  les exigences de base de renseignement n'avaient pas été respectée. Et des incohérences entre les résultats de la première et de la deuxième visite étaient flagrantes.»

Le site Web des Archives de la sécurité nationale des Etats-Unis contient d'autres documents américains sur le programme nucléaire d'«Israël». On peut apprendre aussi l'arrière-plan pour la réunion 1969 entre le président Richard Nixon et le Premier ministre Golda Meir, où la doctrine de l'ambiguïté est née comme une politique binationale.

«En dépit de la politique d'ambiguïté officielle des gouvernements israéliens, ce qui signifie qu'aucune information factuelle sur Dimona n'est jamais divulguée, il y a des informations historiques abondantes sur Dimona et l'histoire du programme nucléaire d'Israël - l'un des projets les plus étudiés dans les études universitaires sur les programmes nucléaires», Cohen dit.

Source : Haaretz, traduit par Press TV

23-04-2016 | 10:46
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau