Italie

SIX PAYS DE L'UE SONT PRÊTS A RECEVOIR DES MIGRANTS SECOURUS PAR LE NAVIRE "OPEN ARMS", ANNONCE L'ITALIE. UN REVERS POUR LE FACHO MATTEO SALVINI

Six pays de l'Union européenne sont prêts à recevoir des migrants secourus par le navire "Open Arms", annonce l'Italie

La France, l'Allemagne, la Roumanie, le Portugal, l'Espagne et le Luxembourg se disent prêts à recevoir une partie des migrants qui sont actuellemnt sur le navire de l'ONG Proactiva Open Arms, qui cherche un port d'accueil depuis plusieurs jours.

Le navire de l\'ONG espagnole Proactiva Open Arms près de l\'île de Lampedusa, le 15 août 2019.
Le navire de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms près de l'île de Lampedusa, le 15 août 2019. (PROACTIVA OPEN ARMS)

Six pays de l'UE ont accepté d'accueillir une partie des 147 migrantsembarqués sur le navire humanitaire de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms, qui se trouve depuis jeudi au large de l'île italienne de Lampedusa, a annoncé jeudi 15 août le président du Conseil italien, Giuseppe Conte. "La France, l'Allemagne, la Roumanie, le Portugal, l'Espagne et le Luxembourg viennent à peine de m'indiquer qu'il sont prêts à recevoir des migrants", a écrit Giuseppe Conte dans une lettre ouverte adressée au ministre italien de l'Intérieur, leader de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini. L'Italie, de son côté, ne souhaite pas accueillir ces migrants.

Un revers pour Matteo Salvini

Cette décision contrecarre les dernières prises de position de Matteo Salvini. Ce dernier réclame une rotation en Europe des ports de débarquement et a signé, début août, un décret interdisant, au nom de la défense de l'ordre public, les eaux italiennes à l'Open Arms. Une décision prise par un tribunal administratif, à la suite d'un recours de l'ONG Proactiva Open Arms, avait toutefois suspendu ce texte. Dans la foulée, Matteo Salvini a signé un nouveau décret pour barrer la route au bateau.

"J'ai décidé de ne pas signer le nouveau décret du ministre de l'Intérieur destiné à empêcher l'entrée, le transit et l'arrêt dans les eaux territoriales du bateau de l'ONG Open Arms", lui a rétorqué la ministre de la Défense italienne Elisabetta Trenta (membre du Mouvement 5 étoiles). Nous ne devons jamais oublier que derrière les polémiques de ces derniers jours, il y a des enfants et des jeunes qui ont souffert de violences et d'abus de tous types. La politique ne peut jamais perdre de vue l'humanité."

"C'est grâce à ce concept présumé 'd'humanité' que, dans les années de gouvernement démocrate, l'Italie est devenue le camp de réfugiés de l'Europe", a assené Matteo Salvini sur Twitter, jugeant que "l'humanité c'est investir sérieusement en Afrique, certainement pas d'ouvrir les ports italiens".

MANLIO DINUCCI : GAFFE NUCLÉAIRE DE L'OTAN

Gaffe nucléaire de l’OTAN

 

Manlio Dinucci

 

Que les États-Unis gardent des bombes nucléaires dans cinq pays de l’OTAN -Italie, Allemagne, Belgique, Pays-Bas et Turquie- est prouvé depuis longtemps (en particulier par la Fédération des scientifiques américains - FAS). Mais l’OTAN ne l’a jamais admis officiellement. Cependant quelque chose vient de déraper. 

 

   Dans le document “A new era for nuclear deterrence ? Modernisation, arms control and Alien nuclear forces”, publié par le sénateur canadien Joseph Day pour le compte du Comité Défense et Sécurité de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, le “secret” a été révélé. À travers la fonction “copié-collé”, le sénateur a par mégarde reporté dans son document le paragraphe suivant (numéro 5), extrait d’un rapport OTAN réservé : 

  “Dans le contexte OTAN, les États-Unis ont déployé dans des positions avancées en Europe environ 150 armes nucléaires, spécifiquement les bombes de gravité B61. Ces bombes sont stockées dans six bases étasuniennes et européennes -Kleine Brogel en Belgique, Buchel en Allemagne, Aviano et Ghedi Torre en Italie, Voikel aux Pays-Bas et Incirlik en Turquie. Dans l’hypothétique scénario où elles seraient nécessaires, les bombes B61 peuvent être transportées par des avions USA ou européens à double capacité”. 

 

  Accusant la Russie de garder dans son propre arsenal de nombreuses armes nucléaires tactiques, le document affirme que les armes nucléaires déployées par les USA dans des positions avancées en Europe et Anatolie (c’est-à-dire à proximité du territoire russe) servent à “assurer l’ample implication des Alliés dans la mission nucléaire de l’OTAN et la confirmation concrète de l’engagement nucléaire USA pour la sécurité des alliés européens de l’OTAN”.

 

  Dès que le document du sénateur Joseph Day a été publié en ligne, l’OTAN st intervenue en l’effaçant et en le re-publiant ensuite en version amendée. Trop tard cependant. Certains sites (avant tout le belge De Morgen) l’avaient déjà enregistré dans sa version originale complète. En ce point l’imprudent auteur a couru aux abris, en écrivant sur le Washington Post qu’il s’agissait simplement d’une ébauche pour la rédaction d’un rapport de l’Assemblée parlementaire OTAN qui sera publié en novembre. Mais il n’a pas pu nier ce qui avait été écrit dans le paragraphe reporté dans le rapport réservé OTAN.


  Ceci confirme ce que depuis des années nous documentons dans il manifesto : à Aviano (Province de Pordenone) des chasseurs USA F-16C/D sont prêts à l’attaque nucléaire avec 50 bombes B61 (nombre estimé par la Fédération des scientifiques américains) ; à Ghedi Torre (Province de Brescia) des Tornado PA-200 italiens sont prêts à l’attaque nucléaire sous commandement étasunien avec 20  bombes B61. À partir de 2020 les B61 seront remplacées par les B61-12, destinées notamment aux nouveaux chasseurs F-35.
   Tout cela en violation du Traité de non-prolifération, ratifié aussi bien par les USA que par l’Italie. Pendant que le Parlement se déchire sur le TAV mais pas sur la Bombe, que tacitement il approuve à l’unanimité.

 

Édition de vendredi 9 août 2019 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/il-segreto-nato-online-le-150-bombe-in-europa/ 

Traduit de italien par M-A P.