L'IRAN VEUT UN FRONT DE RESISTANCE A L'EXPANTIONNISME US

vendredi, 17 avril 2015 18:20

L’Iran veut un “front de résistance à l’expansionnisme US”

 
IRIB-Les nouvelles s’enchaînent lorsqu’il s’agit des liens internationaux

et stratégiques que l’Iran veut mettre en place, après le pré-accord de Lausanne sur le nucléaire. Les Iraniens, comme les Russes avec le S-300 (voir le 14 avril 2015) n’attendent pas l’accord final de juin prochain, si cet accord est effectivement signé d’ailleurs. (L’évaluation générale est que les dirigeants iraniens doutent profondément, et chaque jour davantage, qu’un accord fin juin sur le nucléaire puisse tenir aux USA face à l’opposition du Congrès. Cela explique évidemment en bonne partie l’orientation qu’ils montrent dans ces dernières nouvelles.)

Le 16 avril 2015, RT signale que le ministre iranien de la défense Dehqan a parlé lors d’un symposium à Moscou d’un possible accord de défense entre l’Iran, la Chine, l’Inde et la Russie, destiné à contrer le réseau antimissile de l’OTAN mis en place, officiellement et grotesquement, contre des missiles balistiques iraniens à grande portée inexistants, notamment équipés de l’arme nucléaire qui n’a jamais existé et que l’accord de Lausanne est destiné à empêcher. Entretemps, l’OTAN a déclaré qu’on continuait plus que jamais à produire ce réseau BMDE, d’où les Russes ont conclu ce qui leur paraissait évident depuis 2005, à savoir que ce réseau BMDE est déployé contre eux. Après sa déclaration au symposium, Dehqan a rencontré le ministre russe de la défense Choïgou, pour ensuite faire une déclaration selon laquelle avait été proposée une rencontre trilatérale Iran-Chine-Russie sur la question générale d’une coopération de sécurité.

«Iran has announced its readiness to cooperate with Russia, China and India on the issue of NATO’s missile shield and related threats from the military bloc, the head of its defense ministry said in Moscow. “I'd like to support the idea of developing multifaceted defense cooperation between China, Iran, India and Russia to counter NATO eastwards expansion and installing a missile shield in Europe,” Hossein Dehghan said on Thursday, at an international security conference in Moscow.

»Hours later Dehghan was cited by RIA Novosti as saying that Russia, China and Iran may hold tri-party defense talks. “We discussed certain aspects of regional security. It was proposed to hold a trilateral meeting of Russia, Iran and China,” Dehghan said after meeting with Russian Defense Minister Sergey Shoigu.

»Despite a deal on Tehran's nuclear program, the US is still going to site its missile defense installations in Europe. They are being deployed over a perceived threat from “nuclear Iran” – a pretext which Moscow called a “fairytale.” “The threat to NATO countries posed by the proliferation of ballistic missiles continues to increase… the framework[of the Iran nuclear programagreement does not change that fact,” NATO spokeswoman Oana Lungescu told Sputnik.»

On a déjà vu la problématique, ou la problématique de l’inversion que le pré-accord de Lausanne posait à propos de la cohérence de la rhétorique justifiant le développement du BMDE (voir le 4 avril 2015). On a vu d’autre part la décision russe de rétablir le contrat avec l’Iran sur les missiles S-300 avec les possibles conséquences diplomatiques (voir le 14 avril 2015). La proposition Dehqan s’inscrit sur l’arrière-plan de ces deux questions. On observera que Dehqan est passé d’une proposition quadripartite (avec l’Inde) à une proposition tripartite (sans l’Inde) ; cela ne signifie pas que l’Inde ne s’intéresse pas à la question ou a d’ores et déjà refusé de l’envisager, mais plutôt qu’elle reste dans une attitude de prudence à propos de cette question, et qu’elle rejoindra ou pas ces négociations, selon ses propres analyses et la tournure que prendraient ces négociations si elles donnent lieu à un développement.

Ce qui est remarquable, bien entendu, c’est que le pré-accord de Lausanne agit comme un libérateur pour l’Iran, mais aussi pour d’autres partenaires potentiels (dont la Russie) dont aucun n’est membre du bloc BAO puisqu’ils sont tous ou neutres, ou adversaires (plus probable) du bloc BAO. Comme “retour de l’Iran dans la communauté internationale”, c’est-à-dire sous la houlette du bloc BAO, comme le souhaitent les USA, c’est une étrange réussite. C’est donc bien que le résultat est exactement inverse : l’Iran se tourne, et en plus dans le domaine essentiel et stratégique de la sécurité militaire, vers une “communauté internationale“ qui est l’inverse, sinon antagoniste de celle du bloc BAO. Car de son côté, en complément, le bloc BAO, assuré par sa tranquille arrogance de faire entrer l’Iran dans le rang d’un claquement de doigt, par ailleurs terrorisé (le bloc) dans le chef de ses membres entre les uns et les autres, et les USA surtout, par la perspective de renouer trop vite les liens avec ce pays qui reste absolument suspect et composé d’hommes barbares et sans civilisation puisque non-Occidentaux, le bloc BAO ne se presse pas avec l’Iran, se contentant de quelques contrats commerciaux plus ou moins licites. Il est donc complètement pris de vitesse, et par les Russes, et par les Iraniens, et par conséquent par les pays qui sont du même groupe que ces deux.

Pire encore, ces diverses initiatives qui ont d’ailleurs d’ores et déjà des prolongements (Russes et Iraniens sont déjà en négociation active pour le contrat S-300 qui pourrait déboucher sur des choses bien différentes que ce qui était initialement prévu), se développent dans le domaine fondamental de la sécurité, et autour du refus d’un projet stratégique majeur qui est le réseau BMDE US devenu OTAN par pure proximité amicale. Dans ce cas, non seulement le Bloc BAO est pris de vitesse, mais il se retrouve en position d’antagonisme avec l’Iran, c’est-à-dire dans une situation potentiellement pire que celle qui l’opposait à l’Iran sur le nucléaire. De ce côté, le bloc BAO est complètement englué dans ses narrative grotesques inspirées par le Système, dont la courroie de transmission CMI (Complexe-Militaro-Industriel) a imposé le développement du BMDE. Ce système devait contrer les missiles iraniens chargés d’armes nucléaires, alors qu’il n’y a ni missiles ni armes nucléaires (ce dernier cas, selon le futur accord, s’il est signé) ; pourtant, l’OTAN, comme on l’a compris selon sa déclaration standard, confirme cette évidence qu’on ne voit aucune raison de modifier la politique de développement du BMDE puisque cette politique est parfaitement accordée à la stupidité du cas et à la sottise de l’argument ; on annonce donc que rien n’est changé et que tout continue comme avant. Les Russes peuvent alors déclarer que le réseau BMDE, c’est contre eux, et les Iraniens, que le réseau BMDE montre que le bloc BAO n’a en rien désarmé contre eux. Moyennant quoi, le résultat de l’aventure à ce point, pré-accord atteint et nucléaire militaire iranien en théorie éliminé, est de rassembler Russes et Iraniens (avec les Chinois pas très loin et le reste en embuscade) dans une posture sécuritaire commune, anti-bloc BAO.

Là-dessus, on peut, on doit ajouter une déclaration du ministre iranien de la défense. Le fait que la proposition de cette rencontre, de cette sorte d’alliance, vienne de l’Iran, est renforcé dans sa singularité et sa signification par la présentation qui est faite, sur le site du groupe iranien TVPress. Il n’est plus question des antimissiles BMDE qu’il faut contrer, mais d’une attitude générale, d’un “front” à établir, et un “front de résistance contre l’expansionnisme US”. La rhétorique monte encore d’un cran... (Dans TVPress du 17 avril 2015.)

«The Iranian defense minister has called for the establishment of a united front against the expansionist policies of the United States and its allies, describing it as a necessity. Brigadier General Hossein Dehqan on Thursday hailed Russia for not trusting the United States, saying Tehran and Moscow should insist on adopting policies to foil security threats facing them. “We support Russia’s correct understanding at the strategic level that the US government could not be a reliable friend and partner,” said Dehqan in a meeting with Russian Defense Minister Sergey Shoygu.

»Dehqan, who was in the Russian capital to attend the fourth Moscow International Security Conference, also hailed Moscow's stance in appreciating the necessity for the establishment of a new global order. The Russian defense minister, for his part, urged the expansion of ties between Tehran and Moscow, saying constructive relations between the two sides can play an important role in securing regional and global stability.»

... Effectivement, étrange retour de l’Iran dans “la communauté internationale” et bizarre illustration des prévisions de ceux qui vous annonçaient que l’Iran n’attendait que ce consentement du bloc BAO à un accord pour se précipiter dans les bras du susdit bloc. Même si le ministre Dehqan représente par définition l’aile dure du gouvernement iranien, il n’en reste pas moins ministre, et donc avec mandat de parler au nom de son gouvernement. Ce qu’il dit n’est rien moins qu’une déclaration ouverte de résistance aux entreprises US, en Europe, éventuellement dans le monde. La rentrée de l’Iran dans “la communauté internationale” se fait sur un rythme antiaméricaniste et antiSystème irrésistible        dedefensa.org

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau