LIBAN

LIBAN

Dans LIBAN

EXPLOSIONS AU PORT DE BEYROUTH : LE HEZBOLLAH APPELLE A « FAIRE LA VERITE SANS CEDER AUX TENTATIVES D’EXPLOITATION POLITIQUE »

Par Le 04/08/2021

Explosions au port de Beyrouth : Le Hezbollah appelle à « faire la vérité sans céder aux tentatives d’exploitation politique »

 Depuis 8 heures  4 août 2021

Drapeau du Hezbollah

Drapeau du Hezbollah

 Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le Hezbollah a appelé, mardi 3 aout, la justice libanaise à « faire la vérité » sur la double explosion au port de Beyrouth, dont la première commémoration aura lieu demain mercredi, « sans céder aux pressions », mettant en garde contre les tentatives d’exploitation à des fins politiques de cette affaire.

Après avoir présenté une nouvelle fois ses condoléances aux proches des victimes de « la plus grande tragédie nationale » ayant frappé le Liban et exprimé sa sympathie aux blessés et sinistrés, le Hezbollah a exprimé l’espoir que « toute la vérité soit faite sur cette catastrophe en toute transparence et fiabilité, loin de toute récupération politique, règlement de comptes ni conflits internes étroits ».

Dans un communiqué, le Hezbollah a estimé que ces pratiques risquent d'  "empêcher toute reddition des comptes ".

« Nous demandons aux autorités judiciaires concernées de traiter cette affaire nationale avec sérieux et responsabilité, sans céder aux pressions et aux intérêts personnels et à dévoiler la vérité, devant l’opinion publique et le monde, en toute transparence », a encore appelé le parti de la résistance.

Il a aussi réclamé qu’un terme « définitif » soit mis aux « manipulations internes et à l’exploitation externe » de cette affaire, ainsi qu’aux « accusations infondées et aux détournements de la vérité ».

Près d’un an après la déflagration qui a fait plus de 200 morts et des milliers de blessés, la population libanaise dénonce la lenteur des investigations.

 

Source: Avec OLJ

https://french.almanar.com.lb/2122529

Dans LIBAN

UN HOMME POLITIQUE LIBANAIS : LES USA ONT ENCOURAGE LA FAILLITE DU LIBAN ET EMPECHENT LES CONCLUSIONS SUR L’ EXPLOSION DU PORT DE BEYROUTH

Par Le 27/07/2021

Les USA ont encouragé la faillite du Liban et empêchent les conclusions sur l’explosion du port de Beyrouth, accuse un homme politique libanais

 Depuis 1 heure  27 juillet 2021

wakim

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Selon le chef d’un parti libanais laïc et anti confessionnel, les Etats-Unis ont encouragé la corruption au Liban pour provoquer sa faillite, et empêchent  aujourd’hui d’aboutir aux conclusions dans l’enquête sur l’explosion dans le port de Beyrouth.

Dans une interview accordée à la chaine de télévision d’informations libanaise Al-Mayadeen, le chef du Mouvement populaire (MP) Najah Wakim a accusé les Etats-Unis d’intervenir pour empêcher d’aboutir à une conclusion dans l’enquête sur l’explosion dans le port de Beyrouth.

Faisant partie de ceux qui défendent la thèse selon laquelle cette explosion a été causée avec préméditation et non accidentellement par négligence, le chef de ce parti politique libanais a déclaré que « la décision de bombarder le port de Beyrouth est américaine, et qu’elle aurait pu être exécutée par Israël».
« Qui a le plus intérêt à perturber le transit, l’une des fonctions les plus importantes du Liban ? », s’est-il interrogé.

Le 4 août 2020, une énorme explosion, l’équivalent d’un dixième de la charge de l’arme atomique selon certaines estimations, a réduit en miettes le port de Beyrouth et ravagé des quartiers situés aux alentours. Tuant plus de 200 personnes et blessant plus de 5.000 autres.

A été mis en cause l’incendie qui s’était déclaré quelques minutes avant, dans un hanger où étaient stockées depuis 2013 quelque 2700 tonnes de nitrate d’ammonium et d’autres produits inflammables, mais les conclusions de l’enquête tardent à venir. Celle-ci a été essentiellement diligentée par des équipes française, britannique, allemande en plus du BI  qui sont venus directement après l’explosion.

« Washington ouvre les lignes entre Israël et les pays arabes et empêche le Liban d’ouvrir les siennes avec la Syrie », a aussi accusé M. Wakim qui a été député pendant plus de trente années.

En outre, cet homme politique chevronné et connu pour son franc parlé estime que les États-Unis ont encouragé la corruption au Liban et protègent ses symboles. L’une des raisons de la crise économique et inancière qui touche le Liban depuis in 2019
« Ce sont les instructions américaines qui ont conduit le Liban à la faillite », a-t-il ajouté.
Selon lui “les politiques économiques qui ont été mises en œuvre au Liban depuis 1992 sont américaines, et elles ont été exécutées par les sbires de Washington ».

M. Wakim fait allusion à d’innombrables responsables de la classe politique libanaise qui sont entièrement dévoués aux Etats-Unis et exécutent leurs ordres à la lettre depuis la fin de la guerre civile au Liban, au début des années 90 du siècle dernier. Le chef de la Banque du Liban Riad Salamé en fait partie. C’est grâce au soutien infaillible des Etats-Unis qu’il est maintenue à la tête de cette institution quoiqu’il a refusé de répondre à 57% des questions de la procédure d’audit juricomptable présentée le cabinet d’Alvarez & Marsal.

Le Liban connait la pire crise économique et financière de son histoire. Elle est marqué par un fort endettement, – plus de 90 miliars de $- qui a été causé par des politiques économiques et financières catastrophiques ,  et aggravé par une corruption endémique. La livre libanaise ayant perdu plus de 90% de sa valeur par rapport au dollar, l’inflation ait rage et plus de 50% de la population est désormais au dessous du seuil de pauvreté.

A cet égard, M. Wakim a opte pour une sortie de crise  que ne soit pas sous la coupe des Etats-Unis ni de l’Occident et leurs institutions internationales, mais via une ouverture vers l’Est, la Russie et la Chine entre autres.
« le Liban n’est pas sur la carte du Moyen-Orient de Washington, alors qu’il y a un intérêt russo-chinois pour sa survie…La Russie a intérêt à ne pas fragmenter le Liban », a-t-il souligné, indiquant que « les Américains ont entraîné le Liban dans une guerre civile l’année dernière », et que c’est « la Russie qui a empêché cela ».
Il a souligné que « le projet de Washington en Syrie était de renverser l’État. Et comme il a échoué là-bas, il essaie de le mettre en œuvre au Liban ».

Les Russes et les Chinois ont fait des propositions d’investissements dans plusieurs secteurs au Liban. Celle des russes a été proposée le mois dernier, et celle des Chinois quelque temps avant l’explosion du port de Beyrouth !

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2117403

Dans LIBAN

LA PLUS MORTELLE ARME DU HEZBOLLAH ?

Par Le 15/07/2021

Missiles ailés, missiles de croisière; drones tactiques et...?

Thursday, 15 July 2021 2:32 PM  [ Last Update: Thursday, 15 July 2021 6:21 PM ]

 30 

Israël menacé par l'arsenal de missiles du Hezbollah. (Illustration)

Selon les données de l’armée sioniste, le Hezbollah dispose de 150 000 missiles de différents types dans son arsenal. En cas d’affrontement possible, environ 1000 à 3000 d’entre eux seront tirés quotidiennement sur la Palestine occupée.

Quinze ans après la guerre de 33 jours menée en 2006 contre le Liban, le Hezbollah a progressé et les estimations suggèrent que dans l’arsenal balistique du Hezbollah, il existe des missiles d’une portée de 15 à 700 km, des missiles guidés d’une portée de 200 km et des drones d’une portée allant jusqu’à 400 km, a rapporté le site web sioniste Walla.

L’armée israélienne prédit que dans une éventuelle confrontation future avec le Hezbollah, environ 1000 à 3000 roquettes seront tirées quotidiennement sur la Palestine occupée.

Or, de hauts responsables de sécurité du régime sioniste estiment que la possibilité d’une guerre avec le Liban est encore faible, indique le journal Haaretz.

Malgré les efforts attribués à Israël pour attaquer le projet des missiles de précision du Hezbollah, le mouvement a pu développer cette capacité d’une manière qui suscite des inquiétudes au sein des services de sécurité israéliens, a poursuit le journal.

Lire aussi : Comment la donne s’est, soudainement, renversée en défaveur d’Israël ?

« Les estimations de sécurité en Palestine occupée montrent que le Hezbollah a jusqu’à présent réussi à stocker des centaines de missiles à moyenne et longue portée, et qu’il y a maintenant plusieurs centres au Liban qui contiennent les pièces de ces missiles », a averti Alon Ben David, analyste militaire du régime sioniste.

« Il est compliqué de penser à une frappe préventive sur le projet de missiles du Hezbollah, car cela pourrait conduire à une guerre régionale », a déclaré Tal Kalman, commandant du front iranien dans l’armée israélienne.

Lire aussi : Comment la Résistance frappera la flotte aérienne d’Israël par Israël !

Fin 2020, le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a déclaré à la chaîne Al-Mayadeen : « Le nombre de missiles de haute précision du Hezbollah a doublé l’année dernière et nous pouvons cibler avec précision n’importe quel site en Palestine occupée. »

Récemment Ishaq Brick, ancien général de l’armée sioniste, a évoqué la puissance des roquettes de la Résistance libanaise dans une interview avec la chaîne 7 de la télévision sioniste en indiquant que les missiles du Hezbollah suffisaient à faire sombrer l’ensemble des territoires occupés dans un état de ruine pendant un an.

Dans ce contexte, le régime sioniste a mené un exercice militaire à grande échelle visant à simuler des missiles du Hezbollah frappant des soldats israéliens lors d’une éventuelle guerre sur le front nord des territoires occupés à la frontière avec le Liban. Toutes les unités de l’armée de l’air et les avions de chasse étaient présents à l’exercice.

Lire aussi : à quoi riment les 18 têtes qui tombent au sein de l’armée sioniste, mesure décidée à contrecœur par Kochavi ?

Par ailleurs, le correspondant militaire de la télévision du régime sioniste a qualifié de réelle la vidéo publiée par le Hezbollah sur la capture de deux soldats sionistes en juillet 2006, soulignant que cette action du Hezbollah va dans le sens d’une guerre psychologique.

« La vidéo diffusée par le Hezbollah hier sur la captivité de deux soldats israéliens en juillet 2006 est réelle », a déclaré le correspondant de la chaîne 13 de la télévision israélienne.

« Il convient de noter que cela est lié à une guerre psychologique menée par le Hezbollah à l’occasion du 15e anniversaire de la guerre. Le Hezbollah est bien conscient que les médias israéliens, en particulier la télévision ont eu l’accès à la vidéo et la diffuseront le film », a-t-il lancé.

Lire aussi : Deux super drones israéliens chassés en moins de 24 h par la Résistance palestinienne

Après quinze ans, le site d’information Al-Alam Al-Harbi a publié de nouvelles images de l’opération nommée « Sincère promesse » qui s’est soldée par la capture de deux soldats sionistes à la frontière avec la Palestine occupée. La Résistance libanaise a mené cette opération afin de tenir sa promesse et libérer les prisonniers libanais qui étaient détenus dans les prisons du régime sioniste.

L’opération a eu lieu à 9 heures le mercredi 12 juillet 2006. Un groupe de six à huit soldats sionistes qui patrouillant près d’une région dans le sud du Liban, s’est soudainement arrêté lorsqu’une bombe a explosé. De lourds affrontements ont par la suite éclaté entre les combattants du Hezbollah et les militaires sionistes. Selon le Hezbollah, deux soldats sionistes ont été capturés lors de l’opération.

Israël: Méga coup du Hezbollah?

Israël: Méga coup du Hezbollah?

Un espion qui aurait fait fuiter les données "nucléaires" 

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/15/662303/Hezbollah-Israel-missiles-guerre

Dans LIBAN

LIBAN : LE HEZBOLLAH CONDAMNE L’INGERENCE FLAGRANTE DES ETATS-UNIS DANS LES AFFAIRES INTERIEURES CUBAINES

Par Le 14/07/2021

Le Hezbollah condamne l’ingérence américaine dans les affaires cubaines

 Depuis 38 minutes  14 juillet 2021

a2f87360-3fa9-4cd9-833d-2c9d449559d8

 Article traduit - Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Lors d’une visite à l’ambassade de la République de Cuba au Liban, le responsable des relations arabes et internationales du Hezbollah, Ammar al-Moussawi, a condamné « l’ingérence flagrante des États-Unis dans les affaires intérieures de Cuba ».

M. Ammar Al-Moussawi, a rencontré l’ambassadeur de Cuba au Liban, Alexandre Moraga, et ont passé en revue la situation et les développements sur la scène cubaine.

M.Moussawi a souligné :  » La pénurie de certains produits alimentaires, sanitaires et vitaux à Cuba est due au blocus américain injuste imposé à ce pays depuis l’avénement de la révolution cubaine ».

Il a souligné que « les appels larmoyants des responsables américains au droit du peuple cubain à la liberté n’est rien d’autre qu’un complot malveillant pour faire avorter la marche indépendante de ce pays pour résister aux complots américains et aux politiques d’embargo qui durent depuis des décennies et pour réaliser la souveraineté, l’indépendance et le progrès. »

M.Moussawi a également exprimé sa solidarité au nom du Hezbollah soulignant : » nous nous tenons aux côtés du peuple cubain ami et de ses dirigeants révolutionnaires face à la politique américaine agressive visant à déstabiliser le pays « .

M.Moussawi a appelé « les peuples du monde à être conscients des dangers des politiques américaines qui tentent de substituer leur échec en semant le chaos et la famine dans différents pays et régions du monde « .

Il est à noter que « le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez a accusé les États-Unis d’être directement impliqués dans l’organisation des manifestations et des troubles à Cuba depuis dimanche dernier ».

Plus tôt dimanche, le conseiller présidentiel américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré que « Washington soutient la liberté d’expression et de manifestation dans tout Cuba ».

Rappelons que Cuba fait l’objet d’un embargo américain depuis près de 60 ans, qui a empêché l’aide humanitaire d’atteindre le pays pendant l’épidémie, ce qui a entraîné une détérioration de la situation économique dans la période récente.

Le gouvernement cubain avait dénoncé les appels de l’étranger pour attiser le chaos et la désobéissance civile, et pour profiter de la situation difficile sur l’île des Caraïbes en raison du déclenchement de l’épidémie et de l’intensification du blocus américain.

Source: Traduit à partir d'AlMayadeen

https://french.almanar.com.lb/2112277

Dans LIBAN

COUP D'ETAT PETROLIER DU HEZBOLLAH LIBANAIS !

Par Le 11/07/2021

Conoco occupé, frappé et refrappé; pétroliers iraniens à Baniyas, que prépare le Hezbollah contre l'axe US/Israël?

Sunday, 11 July 2021 12:43 PM  [ Last Update: Sunday, 11 July 2021 1:25 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Trois pétroliers iraniens en route pour le Liban? (ISWnews)

Que se passe-t-il autour du Liban? Américains et Français courent à Riyad demander des fonds au trône Salmane dont le fils cadet, visiblement en colère après sa visite ratée à Washington, ne veut rien entendre ni de Hariri, ni des réseaux pro-Riyad au Liban ; le gourou sioniste, Bennett, verse des larmes chaudes sur le sort des « amis libanais » et met même en garde contre « les dangers qui existerait pour Israël à ce que l'État libanais s'effondre », car un tel effondrement rapprocherait l'entité à la guerre contre le Hezbollah : Étrange argument quand on se rappelle toutes ces fois où l'entité a menacé sans honte de  ramener le Liban « à l'age de pierre » si ce dernier se mettait à faire entendre sa voix balistique à un Israël qui a fréquemment besoin d'être remis à sa place. D'ailleurs, l'institut dit de sécurité israélien va même jusqu'à plaider, « en cas de faillite de l'État libanais », en faveur d'une alliance l'US Army+ Armée libanaise contre le Hezbollah. 

Syrie : USA frappés, et en débandade!...

Syrie : USA frappés, et en débandade!...

Le Kalibr-C "iranisé" a étonné les Russes et à raison .... les troupes US en débandade en Syrie orientale

Il y a évidemment la crainte de voir la Chine et la Russie qui se pointe du nez à mesure que les Occidentaux s'enfoncent dans cette crise libanaises qu'ils ont montée de toute pièce et qui selon Nasser Kandil, l'analyste d'Al-Binaa ne leur a été aucunement profitable rien que par toutes les contradictions que cette politique comporte en soi, tiraillée qu'elle est entre « la prétention d’aide aux Libanais » d'une part et « un effort fou destiné à ce que cette aide n'ait pas lieu ». C'est un contexte éminemment dangereux puisque l'offre chinoise pour investir dans n’importe quel secteur libanais en ces temps de crise se maintient et que même les anti-Est parmi les Libanais commencent à paniquer et à tourner les yeux vers la Chine et la Russie. Pour la Russie qui a timidement fait son entrée dans le secteur du gaz libanais, le pays, voisin de la Syrie, revêt une importance stratégique, situé qu'il est au confluent des grandes routes commerciales internationales et régionales.

Au fait, le fait que le Liban n'ait pas de gouvernement est la seule carte gagnante pour le camp d'en face qui depuis août 2020 a tout tenté jusqu'à « l’explosion semi- nucléaire » pour que la Résistance libanaise soit brisée, neutralisée et que le pays redevienne ce qu'il était dans le temps, à savoir un annexe aérien et terrestre d'Israël. « À bien regarder, c'est l'unique moyen qu'il leur reste en ces de crise géostratégique majeure où l'Amérique subit à chaque heure qui passe et dans toute sa prétendue grandeur d’antan des missiles et des drones de la Résistance en Irak et en Syrie et qu'Israël vivote, après ces 11 jours de batailles mortelle avec Gaza d'où il est sorti plus qu'exsangue ». 

Syrie: 1er essaim de drones anti-US frappe!

Syrie: 1er essaim de drones anti-US frappe!

Mais Kandil perd un méga détail dans ce tableau judicieusement décrit. Plus que de la Chine et de la Russie, ce sont ces trois pétroliers iraniens, Arman 114, Sam 121 et Jasmin avec à leur bord quelques 2.6 millions de barils de pétrole et de mazot qui viennent de traverser le canal de Suez et dont l'un, Jasmin, a accosté à Baniyas, le port pétrolier syrien, qui font peur. Surtout depuis qu'une certaine rumeur affirme que la cargaison d'au moins l'un d'entre eux est destinée à être livrée au Liban pour briser en mille morceau le blocus pétrolier que maintient de facto US/OTAN/Israël sur ce pays. Au Liban on dit que c'est le coup-éclair pétrolier du Hezbollah, dont le secrétaire général a affirmé a plus d'une reprise ces derniers temps qu'il n'attendrait pas indéfiniment le feu vert de l'État pour aller chercher à Baniyas de l'essence iranien et de le ramener avec lui jusqu'à Beyrouth, chose qui toute raison garder aurait deux conséquence immédiate : d'abord, briser la pénurie d'essence et dégager des stations de service de ces interminables queues d'une part, puis inverser la dynamique de dépréciation de la Livre libanaise, puisque le pays dépense chaque année quelques 5 milliards de dollars en achat d'essence et qu'un coup de pouce énergétique pareil pourrait même doubler la valeur de la Livre face au dollar. 

Guerre : Israël a peur de Gaza ...

Guerre : Israël a peur de Gaza ...

Les services de sécurité israéliens évoquent la possibilité de déclenchement de nouveaux conflits.

C'est contre une telle perspective qu’Israël appelle l'US Army à intervenir aux côtés de l'armée libanaise et ce, contre le Hezbollah qui, on s'en doute, gagnera en influence et en crédit une fois la livraison faite. Mais l'axe US/Israël est-il réellement capable d'empêcher une telle livraison? Ce dimanche deux attaques aux 4 et aux 10 missiles tactiques ont eu lieu contre le complexe militaire US au nord de Deir ez-Zor, soit ce gisement pétro-gazier d'al-Omar avec son usine de gaz Conoco. Les deux attaques ont été espacées d'à peine quelques heures et ont été lancées depuis al-Mayadin, haut lieu de la Résistance en Syrie orientale. Depuis le 4 juillet, il s'agissait de la quatrième et de la cinquième frappe anti-US en Syrie-Est où l'Amérique suce les ressources de l'énergie tout en imposant de dures sanctions aux populations syrienne et partant libanaise. 

L'axe de la Résistance est-il sur le point de faire une percée énergétique, de défier la régie des sanctions US à coup de missile? Visiblement. Sinon comment comprendre que l'axe US/Israël n'ait osé s'attaquer aux pétroliers iraniens une fois le canal de Suez passé, axe qui se targuait d'il y a peu d'avoir à son actif 13 attaques visant les pétroliers iraniens en mer Rouge et dans le golfe d'Aden? Certes il y a deux « incidents très douloureux » visant les « navires israéliens » ces derniers temps, l'un dans l’océan Indien, l'autre à Dubaï, n'empêche qu'un corridor maritime Iran-Syrie dont la prolongation s'étendrait au Liban n'est pas chose à tolérer quel qu'il en soit le prix à payer. 

Liban: la méga bombe

Liban: la méga bombe

La crise énergétique au Liban et en Syrie 

Mais il y a plus : un corridor énergétique Iran-Irak-Syrie-Liban, une fois établie, pourrait avoir son envers de médaille. Et comment? Via Gaza. La Résistance palestinienne a réussi en à peine 48 heures à commencer à partir du 11 mai à bloquer par missiles, drones et roquettes interposés, le flux énergétique à travers et en provenance d’Israël. Les milieux militaires israéliens continuent d'évaluer à s'y pencher sans réellement savoir comment ils pourraient en empêcher un remake. La capacité de guerre navale de la Résistance dotée qu'elle est de missiles anti navire, de torpilles voire de drones piégés sous-marins sont largement suffisantes pour mettre énergétiquement au pas l'entité sioniste. Et ce sera là la gage de sécurité de ce corridor énergétique que la Résistance est sur le point de faire naître à coup de missiles anti-US dans l'est de l'Euphrate. 

Golan: les USA se jouent d'Israël?

Golan: les USA se jouent d'Israël?

Le Golan transformé en une base de missiles souterraine de la Résistance; USA larguent Israël pour sauver leur peau?

Ce facteur énergétique, s'il s'ajoute au reste, ça en sera fini pour Israël dont les dépenses pétro-gazières pourraient difficilement être satisfaites par une Amérique qui en a déjà largement assez de son assistance militaire à Israël. Les Sionistes pensent que Gaza continue de donner la priorité au renforcement de la puissance militaire et que ce renforcement prendra de plus en plus un aspect naval. « Israël en est désormais à aller d'offre en offre de compromis à Gaza puis qu’après le mois de mai, c'est Gaza qui décide du quand et du comment de la guerre et pas d'Israël. Il le décide d'autant plus qu'il a trouvé Israël énergétiquement vulnérable ou ce qui revient au même exposé parfaitement aux missiles palestiniens en termes infrastructurels. Or le Hezbollah a tout fait pour faire voir à Israël cette faille infrastructurelle, rien que pour faire comprendre à lui mais aussi aux Américains qu'ils n'ont d'autre choix que de se soumettre et d'accepter l'émergence en pleine Méditerranée orientale du premier corridor énergétique maritime de la Résistance...

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/11/661982/Guerre-de-11-jours-Hamas-Isra%C3%ABl-R%C3%A9sistance-Saraya-al-Qods

Dans LIBAN

MEDIA ISRAELIEN : L’ENTREE EN ACTION DE LA CHINE ET LA RUSSIE AU LIBAN PRIVERA « ISRAËL » DE SON CONTROLE

Par Le 11/07/2021

Média israélien : l’entrée en action de la Russie et la Chine au Liban privera ‘Israël’ de son contrôle

 Depuis 2 heures  11 juillet 2021

delegation_russe_liban

 Article traduit - Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Plusieurs articles sont parus dans la presse israélienne ce dimanche 11 juillet, craignant les effets de la crise politique et du vide gouvernemental au Liban.
Selon l’un de ces articles, cette situation accordera au Hezbollah un rôle plus important à l’intérieur du pays, et pourrait par conséquence conduire à l’entrée de la Russie et La Chine dans ce pays, privant ‘Israël’ de plus de contrôle sur ce qui s’y passe.

Dans un article traitant de « l’impact de la crise libanaise sur ‘Israël’, le site hébreu MEDA a écrit un article
« Le processus d’effondrement libanais fait reculer le Liban de 100 ans, et n’est pas seulement un effondrement économique. Si nous en revenons aux racines de la crise, tout mauvais traitement pourrait entraîner d’énormes dangers pour ‘Israël’ ».

Le site Web a ajouté : « au moment où la nouvelle administration américaine retire la main de presque tous les problèmes qui ne sont pas directement liés à la relance de l’économie des États-Unis et à la lutte contre la pandémie de Corona, il semble que quelqu’un dirigera le processus de restauration de la stabilité de cet Etat désormais dispersé comme mentionné ci-dessus. Il n’y a pas de place au Moyen-Orient au vide pendant longtemps. Ainsi, la Chine et la Russie sont entrées sur le terrain de jeu libanais et ont offert au Liban de grands investissements tels que la reconstruction du port maritime, la création de raffineries de pétrole et la construction d’infrastructures électriques ».

Et de poursuivre : « une situation pareille privera Israël de plus de contrôle sur ce qui se passe au Liban, car la situation est déjà compliquée avant que la Russie et la Chine n’interviennent, surtout dans le contexte de la faiblesse du gouvernement israélien qui reçoit ses instructions de l’administration américaine ».

Le site israélien a conclu avec la recommandation suivante : « Pour cette raison, Israël doit formuler une stratégie d’action rapidement et la mettre en œuvre rapidement, fermement et prudemment ».

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2110132

Dans LIBAN

DECES DU DIRIGEANT PALESTINIEN AHMAD JIBLIL. LE HEZBOLLAH PRESENTE SES CONDOLEANCES AU PEUPLE PALESTINIEN

Par Le 08/07/2021

Décès du dirigeant palestinien Ahmad Jibril. Le Hezbollah présente ses condoléances au peuple palestinien

 Depuis 9 heures  8 juillet 2021

Sayed Hassan Nasrallah et Ahmad Jibril

Sayed Hassan Nasrallah et Ahmad Jibril

 Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

Ahmad Jibril, chef du Front populaire de libération de la Palestine-Commandant général (FPLP-CG), est décédé mercredi 7 juillet à Damas à l’âge de 83 ans.

«Il est mort de causes naturelles après avoir été malade», a déclaré son fils, Bader Jibril.

Sa mort a été confirmée par le mouvement FPLP-CG et deux de ses amis qui ont précisé qu’il était décédé dans un hôpital de Damas.

Les Brigades du martyr Jihad Jibril (branche armée du FPLP-CG) ont souligné qu’elles poursuivront « la voie de la résistance  jusqu’à la libération de la Palestine ».

Ahmad Jibril avait cofondé en 1967 le Front populaire de libération de la Palestine, historiquement marqué à l’extrême gauche, avec Georges Habache, puis s’en était détaché dès l’année suivante en créant le FPLP-CG, dont il était devenu le secrétaire-général.

Connu pour son opposition à toute négociation entre Palestiniens et ‘Israël’, le mouvement d’Ahmad Jibril s’était farouchement opposé à l’accord entre l’entité sioniste et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Après le début du conflit syrien en 2011, le FPLP-CG s’était rapproché du de Damas, en devenant un allié indéfectible. En 2012, des membres du FPLP-CG avaient ainsi combattu aux côtés de l’armée syrienne contre des insurgés à Yarmouk, un camp de réfugiés palestiniens devenu progressivement un quartier de Damas.

Le FPLP-CG a mené plusieurs opérations anti-israéliennes dans les territoires occupés. Ahmad Jibril avait par ailleurs perdu son fils aîné en mai 2002 lors d’un attentat à la voiture piégée à Beyrouth, attribué par le mouvement à ‘Israël’.

Le FPLP est considéré comme une organisation « terroriste » par ‘Israël’, les Etats-Unis et l’Union européenne.

Le Hezbollah présente ses condoléances au peuple palestinien

Le Hezbollah a présenté mercredi « ses plus sincères condoléances au peuple palestinien résistant qui a perdu une importante stature d’honneur (…) » après le décès d’Ahmad Jibril.

Le Hezbollah a salué dans un communiqué « une vie pleine de résistance et de sacrifice, offrant son fils (Jihad) sur la voie de la Palestine ».

« La Palestine et sa cause ont été toute sa vie », ajoute le communiqué du Hezbollah. « Il a passé sa vie à se déplacer entre les champs de bataille car il croyait que la lutte continue est le seul moyen de la victoire et de la libération de la Palestine ».

 

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2108383

Dans LIBAN

SEYYED NASRALLAH, SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH LIBANAIS : « LES GUERRES ISRAELIENNES SONT TOUTES AMERICAINES; LA RESISTANCE Y TIENDRA TETE »

Par Le 05/07/2021

«Les guerres israéliennes sont toutes américaines; la Résistance y tiendra tête»

Monday, 05 July 2021 2:19 PM  [ Last Update: Monday, 05 July 2021 6:16 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Seyyed Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah libanais. ©Al-Manar

Le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, a appelé ce lundi, lors d’une intervention devant la conférence « La Palestine vaincra », à une « extension du front médiatique contre les USA », un front qui est aussi important que le front de guerre.

« Je le dis très simplement, cette fermeté qui perdure n’a pas été gratuite, c'est le fruit des vies sacrifiés, des sangs versés. Daech, ce complot noir, avait été ourdi pour faire oublier la Palestine, un complot qui a échoué. En effet, le besoin d'une extension du front médiatique pro-Résistance s’explique par cette fermeté et cette intransigeance qui est celle de la Résistance et qui s’est illustrée par la grande victoire de la Palestine à l’issue de l’opération Epée de Qods ».

« Et bien chaque guerre que mène Israël, c’est une guerre américaine et c’est le droit des Palestiniens d’y faire face ; car cette contrée qui s’étend de la mer au fleuve, il revient de droit aux palestiniens. Idem pour le Liban qui a le droit de reconquérir sa terre occupée par Israël. C’est le droit de nos nations de faire face aux pillages systématiques des États-Unis et d’exploiter leurs richesses. C’est leur droit de décider de leur sort loin des diktats et des manipulations US. »

Le Hezbollah  en Cisjordanie…

Le Hezbollah en Cisjordanie…

Nouveau chef du Hamas en Cisjordanie ... un proche de l’Iran, un proche du Hezbollah!

Et d’ajouter : « Eh bien le discours de la Résistance est basé non pas sur la propagande mais sur la réalité du terrain. La Résistance est consciente des points forts de l’ennemi. Elle les reconnaît mais elle les reconnaît pour mieux les combattre. En Israël par exemple, il n’existe pas de nation ; ce sont tous des colons, des occupants venus de quatre coins du monde. Notre fiabilité médiatique est à telle point que l’ennemi a davantage de confiance dans nos médias que dans les siens. Car quand la Résistance promet quelque chose elle tient sa promesse. Elle a promis de faire libérer ses prisonniers ; elle l'a fait. Maintenant quand je dis que la Palestine va être libérée et qu’Israël va disparaître, ce n'est pas du rêve mais des espoirs bien réels. »

Plus loin, Nasrallah est revenu à la présence US dans la région : « La domination des États-Unis est l’un des plus grands dangers qui menace les peuples de notre région. Cette domination a pu par endroit manipuler les États et les armées entières. Elle place les richesses de notre région dans le sens des intérêts d’Israël. Le régime sioniste leur doit son existence, sa morgue, aux Américains et à leur soutien. »  

Lire aussi : 

-Deux frappes aériennes contre Gaza en 48 heures et les F-16 israélien évitent le ciel de Gaza! Pourquoi?

-La Cisjordanie "armée" expulse les colons...

Et de poursuivre : « Nous nous sommes confrontés à la domination et à l’occupation US en Irak où les Américains agressent les Hachd al-Chaabi ou dans l’est de la Syrie. Mais notre combat s’élargit et s’étend au domaine médiatique et inclut une royale guerre psychologique. Or notre guerre psychologique n’est pas basée sur de l’illusion et du mensonge. Le point fort des médias de la Résistance c’est leur intégrité dans la transmission des informations et des “facts” et des événements. La Résistance n’agrandit pas ses objectifs et c’est là l’un des paramètres de la force de la Résistance. À Qods, la Résistance a promis protection et soutien et elle l’a fait. Les réseaux sociaux nous ont aidés à véhiculer plus largement notre message et à faire écho à nos victoires. Certes les moyens médiatiques du camp d’en face sont beaucoup plus larges mais les médias de la Résistance ont de l’originalité, de l’innovation. L’ennemi bloque nos médias, nos chaînes télévisées, nos sites d'information. Pourquoi? Parce qu’ils touchent là où il faut. Ils vont droit au but. Nous, au sein des médias de la Résistance, nous devons échanger nos expériences et faire un plus large usage des médias sociaux. Et tout en menant notre guerre de vérité et en faisant face à cette guerre de mensonge, d’hypocrisie, de falsification qui nous est lancée. Les médias adverses cherchent avec tous leurs moyens à nous diaboliser, à ternir notre image, à faire de la Résistance un élément inféodé à l’Iran, à la décrire comme étant hostile aux Arabes et à la comparer aux mafias criminels. Notre discours médiatique devra tenir compte de ces facteurs afin d’être redéfini en fonction des menaces et des défis et les transformer en occasion. Le monde entier a reconnu la victoire de Gaza en mai, mais certains média du Golfe Persique l’ont reniée. Nos médias devront générer de la pensée, des courants car le camp d’en face cherche à effacer la Palestine et à occuper les peuples de la région à leur quotidien. Quand Israël aura compris que toute atteinte à Qods se débouchera sur une guerre régionale en bien il changera son fusil d'épaule. »

Cisjordanie: la bombe anti-Israël?

Cisjordanie: la bombe anti-Israël?

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/05/661579/Discours

 

 

Dans LIBAN

LIBAN : SELON L’UNICEF, 30% DES ENFANTS DORMENT LE VENTRE VIDE

Par Le 02/07/2021

30% des enfants au Liban dorment le ventre vide, selon l’UNICEF

30% des enfants au Liban dorment le ventre vide, selon l’UNICEF

folder_openLiban access_timedepuis un jour

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

La famine toucherait 30% des enfants au Liban, a estimé un rapport de l’UNICEF, notant que «les enfants libanais subissent de plein fouet l’un des pires effondrements économiques au monde ces derniers temps», une crise qui affecte tous les aspects de leurs vies, et face à l’impossibilité d’établir un véritable soutien social.

La représentante de l’UNICEF au Liban, Yuki Muko, indique qu’aucune amélioration n’était en vue et que de plus en plus d’enfants devaient se coucher le ventre vide.

Et de souligner: «La santé des enfants, leur éducation et leur avenir sont affectés, les prix montent en flèche et le chômage continue d’augmenter. Le nombre de familles est au Liban, qui est obligé de prendre des mesures d’adaptation négatives pour pouvoir résister, comme annuler certains repas pour économiser leur prix, envoyer leurs enfants travailler, souvent dans des conditions de travail dangereuses, ou recourir au mariage de leurs mineurs filles, ou vendre leur propriété».

Selon le communiqué, plus de 30% des enfants au Liban ont dormi dans leur lit, le mois dernier, l’estomac vide, parce qu’ils n’ont pas reçu un nombre suffisant de repas et 77 % des ménages n’ont pas assez de nourriture ou d’argent pour l’acheter.

«60% des familles sont obligées d’acheter de la nourriture en accumulant des factures impayées ou en empruntant»,  ajoute le communiqué.

Et de poursuivre: «30% des enfants au Liban ne reçoivent pas les soins de santé primaires dont ils ont besoin et 76% des ménages ont été fortement touchés par l’augmentation massive des prix des médicaments».

Un enfant sur dix au Liban travaille

Dans le même contexte, l’UNICEF indique qu’un enfant sur dix au Liban travaillait.

«40% des enfants appartiennent à des familles où personne ne travaille, et 77% de ces familles ne reçoivent d’aide sociale d’aucune partie», détaille le rapport.

Il note également que «15% des familles au Liban avaient cessé d’envoyer leurs enfants aux écoles». «80% des aidants déclarent que les enfants ont des difficultés à se concentrer sur leurs études à la maison, soit à cause de la faim, soit à cause de la détresse psychologique».

Toujours selon l’UNICEF, seraient en cause outre la crise économique, la pandémie de la Covid-19 et les conséquences de l’explosion massive qui a dévasté le port de Beyrouth en août 2020, en plus de l’instabilité politique actuelle.

L’organisation onusienne appelle les autorités locales du Liban à se développer rapidement pour répondre aux besoins urgents et fournir des mesures de protection sociale, afin d’assurer l’accès à une éducation de qualité pour chaque enfant, et de renforcer les services de soins de santé primaires et la protection de l’enfance.

Il s’agit notamment de prendre des mesures vis-à-vis des groupes les plus vulnérables.

Pour sa part, l’UNICEF étend son programme, avec l’appui des donateurs.

«Le Liban ne peut pas se permettre d’avoir des enfants privés de nutrition, contraints de quitter l’école, souffrant de la santé, ou faire face à des risques d’abus, de violence et d’exploitation. Les enfants sont l’avenir de n’importe quelle nation. Ils sont le premier et le dernier investissement», a conclu M. Muko.

https://french.alahednews.com.lb/40557/344

Dans LIBAN

LIBAN : LE COUP DE MAITRE ANTI-SANCTIONS DU HEZBOLLAH

Par Le 30/06/2021

Le coup de maître anti-sanctions du Hezbollah

Wednesday, 30 June 2021 5:29 PM  [ Last Update: Wednesday, 30 June 2021 5:38 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La photo d'un tanker publiée par l'ambassade iranienne à Beyrouth sur Twitter, le 26 juin 2021.©L'Orient-Le Jour

Membre du Conseil politique du Hezbollah libanais et ancien ministre, Mahmoud Qamati a souligné mercredi que ses compatriotes devraient rester vigilants face aux complots des États-Unis et de leurs alliés.

Le site libanais El-Nashra a rapporté que Mahmoud Qamati a souligné que « la corruption, le vol, le pillage et la fraude sont les raisons principales » de la crise économique et sociale du Liban.

« Mais cela ne nous fait pas oublier que les Américains, les Occidentaux et les pays arabes conspirent contre nous, ils nous imposent cet encerclement, confisquent nous avoirs, empêchent l’entrée des devises dans notre pays et nous assiègent de toutes leurs forces afin que nous nous rendions, mais nous le ferons jamais », a déclaré Mahmoud Qamati.

Des pétroliers iraniens à Beyrouth?

Des pétroliers iraniens à Beyrouth?

Ce membre du Conseil politique du Hezbollah a ajouté : « Nous disons aux étrangers et aux auteurs des corruptions à l’intérieur du pays que le Liban ne tombera pas, et sachez que si le Liban s’effondre, vos intérêts et les intérêts de vos alliés s’effondreront aussi. La situation se retournera contre vous avant que vous ne puissiez atteindre la Résistance et ses armes. Vous voulez que le Liban soit faible mais le Hezbollah ne laissera pas le Liban faible. »

La semaine dernière, le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah, a promis pour la deuxième fois de ne pas permettre la faillite du Liban.

Soft-guerre US: Nasrallah dénonce...

Soft-guerre US: Nasrallah dénonce...

Les 36 sites bloqués par les Américains ont contribué à la bataille balistique de mai...

Vendredi, Nasrallah a déclaré sur la chaîne Al-Manar que le Liban pourrait acheter du carburant à l’Iran ou à l’Arabie saoudite. Récemment, le secrétaire général du Hezbollah avait déclaré : « Toute la crise au Liban est due aux monopoleurs qui accaparent les produits de première nécessité. Sachez qu’il n’existe pas de solution radicale à cette crise, mais qu’il faut entreprendre des mesures pour amoindrir cette situation pressante. Il ne faut pas avoir toujours peur des Américains. Le Liban malheureusement craint les États-Unis, et ces derniers bloquent toute aide à notre pays. Si le Liban accepte d’importer le carburant de l’Iran, immédiatement, la République islamique d’Iran enverra ses navires de carburant au Liban. Nous avons de bonnes relations amicales avec la Syrie et l’Irak aussi. Si vous dites que vous êtes amis avec les États-Unis, la France, l’Arabie saoudite ou les monarchies arabes du golfe Persique, profitez-en pour assurer l’intérêt des Libanais. »

Israël implosera? Nasrallah répond...

Israël implosera? Nasrallah répond...

Si le Liban accepte d’importer du carburant iranien, la République islamique d’Iran enverra immédiatement ses pétroliers au Liban.

En réaction aux propos du secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, l’ambassade d’Iran à Beyrouth a annoncé sur Twitter : « Vous avez raison. L’arrivée des pétroliers iraniens au port de Beyrouth ne dépendant pas de l’approbation de l’ambassadeur américain au Liban. Il ne doit pas s’ingérer dans les relations fraternelles entre les Iraniens et les Libanais. »

http://french.presstv.ir/Detail/2021/06/30/661233/Hezbollah-Liban-ne-se-pliera-pas-aux-pressions-US

Dans LIBAN

BREVE BIOGRAPHIE DU SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH LIBANAIS SAEYYD NASRALLAH

Par Le 25/08/2022

Brève biographie du secrétaire général du Hezbollah sayyed Hassan Nasrallah

Brève biographie du secrétaire général du Hezbollah sayyed Hassan Nasrallah

folder_openINFOGRAPHIES access_timedepuis un jour

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Brève biographie du secrétaire général du Hezbollah sayyed Hassan Nasrallah

https://french.alahednews.com.lb/45442/297

hezbollah hassan nasrallah

Dans LIBAN

FESTIVAL DU HEZBOLLAH COURONNANT LA CELEBRATION DE SES "QUARANTE PRINTEMPS"

Par Le 23/08/2022

Festival du Hezbollah couronnant la célébration de ses « Quarante Printemps »: « L’Alphabet de la Victoire »… et le discours de S. Nasrallah (Vidéos)

 Depuis 17 heures  23 août 2022

quarante_printemps

 Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Pour la célébration des quarante années de sa création, baptisée « Quarante Printemps », le Hezbollah a organisé dans la soirée de ce lundi 22 août 2022 un festival central , dans la banlieue sud au cours duquel ont été diffusées plusieurs vidéos dont certaines reprennent les chants révolutionnaires sur l’action résistante militaire de la Résistance islamique. Ce festival s’est achevé par une scénographie panoramique multimédia intitulée « L’Alphabet de la Victoire » qui raconte l’histoire de ces 40 ans de la résistance au Liban. Il a été réalisé par l’Unité des activités médiatiques du Hezbollah.

La célébration a été couronnée par un discours du secrétaire général du Hezbollah sayyed Hassan Nasrallah.

 

Janta: les débuts de la résistance

 

« Ils ne changeront point »: les étapes de la résistance jusqu’à la libération d’al-Qods

(( Voix de cheikh Ragheb Harb : « Certains sur terre n leur vole leurs enfants, on leur vole leur pain. Nous on nous a volé nos rêves ».

Images

Janta, dans la Békaa. 1982. Le premier camp d’entrainement de la résistance islamique.

Image de la bande occupée par Israël 1994

Voix de sayed Abbas Moussawi : « ‘Israël’ est tombé »

Images

La libération du camp de séquestration de Khiam. 2000. Le retrait israélien du Liban

Wadi al-Hojeir 2006. La bataille de défaite des chars mirkavas israéliens

Al-Qousseir 2013. La guerre en Syrie contre les bandes takfiristes.

La région du mausolée de Sayed Zaynab a Damas. 2016

Al-Jalil = La Haute Galilée en Palestine occupée …

Cris : à tes ordres O Mahdi

Voix de sayed Hassan Nasrallah : cette bannière éternelle est transmise de génération en génération jusqu’à ce qu’elle soit livrée à l’Imam al-Mahdi,  que nos âmes soient au service de sa venue.))

 

L’Essence du sang: les martyrs de la Résistance islamique

 

« Cultive le basilic sur la terre de retour »: un chant pour la restitution des détenus dans les prisons israéliennes

 

« Mon arme s’enflamme dans ma main »: un chant pour les résistants

 

Images du panorama « Alphabet de la Victoire » qui raconte l’histoire de 40 ans de la Résistance islamique

Le panorama a commencé par un récital artistique de versets coraniques suivi par l’hymne national libanais puis l’hymne officiel du Hezbollah.

Panorama 1: L’invasion israélienne du Liban en 1982 s’est clairement affichée dans un mélange harmonieux entre les effets cinématographiques et théâtraux.

Panorama 2: L’assassinat par ‘Israël’ de l’ancien secrétaire général du Hezbollah Sayyed Abbas Al-Moussawi et la réaction des partisans de la Résistance

Panoroma 3: Images des opérations de la Résistance islamique contre les positions de l’ennemi israélien et de la milice pro-israélienne de Lahd (ALS)  et images  Sayyed Nasrallah menant la prière de la mort après avoir reçu le corps de son fils Sayyed Hadi, tombé en martyr en 1997.

Panorama 4: Images de la Libération en 2000 ainsi que des cérémonies organisées pour célébrer la libération de prisonniers après un accord d’échange conclu indirectement avec l’ennemi sioniste.

Panorama 5: Les funérailles du commandant militaire martyr Hajj Imad Moughniyeh et scène d’un cercueil.

Panorama 6 : extrait du discours de Sayyed Nasrallah exprimant la volonté du Hezbollah de s’engager dans la bataille anti-terroriste en Syrie et des scènes de batailles du Hezbollah dans les différentes villes syriennes.

Panorama 7 : l’appel de Sayyed Nasrallah à poursuivre sur la même voie jusqu’à la libération de la ville sainte d’al-Qods de l’occupation israélienne et la prière dans la mosquée Al-Aqsa et de l’hymne « Salam ya Mahdi » pour réitérer l’allégeance à l’Imam Al-Mahdi (P).

(FIN)

https://french.almanar.com.lb/2412918

 

Source: Al-Manar

 

Dans LIBAN

HEZBOLLLAH LIBANAIS : L'OTAN FRAPPEE...?

Par Le 22/08/2022

Face-à-face Israël/Hezbollah à Karish, inévitable ; la bataille ira plus loin

Monday, 22 August 2022 12:39 PM  [ Last Update: Monday, 22 August 2022 12:40 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Missile de croisière Ghadir, C-300 (capture)

Ca commence à chauffer à Karish ! Ce matin, L’armée du régime sioniste s’est mise en état d’alerte le long des frontières de la Palestine occupée (dit Israël) avec le Liban, une situation qui devra se poursuivre jusqu’à une date non pas encore précisée vu que d’ici premier septembre, échéance fixée par le Hezbollah il ne reste qu’à peine que dix jours . A quels scénarios s’attendre d’ici dix jours ? Certains experts en avancent déjà deux : Primo, l’Américain Hochstein mettra sur la table du Liban des propositions genre souveraineté libanaise sur la ligne 23e ligne ainsi que sur la totalité de Qana, quitte à mettre l’entité complètement hors-jeu en ce qui concerne le partage des revenus petro gaziers; secundo : le report par Lapid à l’après législative sioniste qui aura lieu au mois de novembre de toute décision, report destiné à faire trainer les choses de façon à ce que les accointances interlibanaises sionistes se mettent en branle et qu’elles cassent le consensus national extraordinaire qui existe désormais autour de l’affaire et là passer à l’action. Et bien vu que le Hezbollah exige l’arrêt de toute opération de forage d’exploration et d’exploration à Karish et dans des champs gaziers offshore voisin sous peine de quoi une guerre totale éclatera, c’est ce second scénario que Hochtein a toutes les chances de proposer au Liban.

Mais le Hezbollah jouera-t-il l’attentisme alors même que l’Europe est très rapidement en phase de remplir ses stocks de GLN, que des contrats gaziers les plus juteux ne pourront avoir lieu qu’avant septembre et surtout que le Liban lui-même, en proie a la crise énergétique ne sait, face à un projet de transfert gazier jordano égyptien en rade comment surmonter la saison froide ? Surtout qu’en matière de report et de ralentissement et des eaux troubles que les Américains en créent afin que les Israéliens puissent y pêcher tranquillement il existe déjà un long antécédent non seulement à Karish mais dans les gisements gazier libanais.

L'Ultimatum de Nasrallah touche à sa fin!

L'Ultimatum de Nasrallah touche à sa fin!

L’avertissement du Hezbollah a mis l’axe USA-Israël face à un dilemme dans l’affaire Karish.

Qu’on se rappelle la compagnie française, Total qui étant engagée à extraire et explorer pour le Liban dans ses eaux territoriales, a décidé soudain en 2020 de suspendre ses activités sur le bloc 4  et retirer ses bateaux, navires et équipements de la zone, sans donner au Liban, un quelconque compte rendu de cet arrêt net qui a basculer littéralement la donne énergétique  méditerranéenne en faveur d’Israël/ Car on n’en parle pas suffisamment mais dans cette affaire de Karish c’est n’est pas seulement d’un litige  gazier Israël/Liban dont il est question mais d’une carte qu’entend jouer l’Amérique dans le sens d’une «  normalisation » Israël/Liban, d’une mise à l’écart de la Résistance et partant de tout allié que celle-ci pourrait impliquer d’une manière ou d’une autre dans l’exploitation de  ses  ressources gazières dont rien que  celles inclues à Qana valent tous les réserves que contiennent les 10 gisements offshores « israélien ».  Disons que ce dossier de Karish il ne faudrait surtout pas qu’il soit réglé car l’Amérique compte sur lui pour : Conduire le Liban vers la normalisation avec le régime sioniste, via des propositions telles que l’extraction commune des champs gaziers contestés et créer un fond d’investissements communs et partager ses intérêts et bénéfices ; Faire Chanter le Liban en liant le dossier de la démarcation des frontières maritimes à celui de l’importation du gaz et de l’électricité d’Égypte et de Jordanie ; Essayer de faire plier le Liban devant les conditions israélo-américains par des promesses mensongères au sujet du règlement économique du pays ; Pousser le Liban à renoncer à ses intérêts dans sa zone maritime dont et surtout des blocs 8 et 9 qui sont sous sa possession.

D’ailleurs les Américains ne font aucun mystère dessus : Au mois de mai, le sous-secrétaire américain chargé du Proche-Orient, David Schenker a affirmé que l’administration US avait joué un rôle essentiel dans la crise engendrée au Liban, en parlant des sanctions imposées au Liban dans le but de nuire à l’économie de ce pays. Via ses sanctions économiques, Washington  a tenté de forcer Beyrouth à se plier et s’aligner sur les politiques américaines dans le dossier de la démarcation des frontières.

À Ashkelon, Israël perd

À Ashkelon, Israël perd

« Nasrallah sait imposer ses règles du jeu », disent les médias israéliens en allusion au mouvement de résistance libanais qui pourrait à tout moment créer des surprises sur le front de Gaza !

Mieux donc jouer aux prolongations jusqu’à ce que les Libanais finissent comme à leur habitude à y renoncer. Mais la prolongation va-t-elle sauver cette fois encore la peau d’Israël ? Au fait la guerre parait inévitable dans la mesure où Nasaralla a déjà posé une superbe équation, « extraction contre extraction ». Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah a, explicitement, ponctué que si les sionistes voulaient exploiter d’autres champs que ceux de la zone contestée, il faut que le Liban puisse lui aussi exploiter de l’énergie des blocs à sa possession ; autrement dit il faut que les États-Unis permettent aux compagnies et sociétés internationales d’avoir des activités dans les régions libanaises. Au fait dans cette affaire de Karis ce n’est pas tant à Israël qu’aux Etats Unis et à l’OTAN que le Hezbollah se mesure ce qui explique d’ailleurs cette dangereuse manœuvre otanienne il y a quelques jours de cela quand deux F-16 grecs ont intercepté un avion de ligne libanais au-dessus de la Grèce façon de lancer un premier avertissement au Hezbollah.

 

Mais l’axe US/OTAN qui liguée déjà une première fois contre la Résistance libanaise un certain 4 août 2020 lorsqu’une double explosion semi nucléaire a frappé le port de Beyrouth et a donner lieu à un véritable débarquement otanien au Liban  avant qu’il ne tourne moins d’un plus tard à un véritable fiasco avec en toile de fond le fioul iranien en partance de la Syrie pour le Liban pourra –t-il gagné ce round où il a tout capitalisé sur le facteur « temps » ?

Le Hezbollah chasse les F-16!

Le Hezbollah chasse les F-16!

Depuis le 2 juillet date à laquelle le Hezbollah a prouvé juste avant le Jihad islamique de la Palestine et sa tentative s’en prendre à Tamar ce 7 août et à coup de drone que l’entité est parfaitement vulnérable à une offensive hybride drone-missile puisque privé d’une DCA conséquente, offensive que ni les F-35 ni les F-16 et encore moins sa DCA embarquée ne saurait repousser la réponse tend à être négative et elle le tend chaque jour un peu plus.  Et puisqu’en Méditerranée  le gaz y est à la fois une affaire otano-russe, qu’on se montre bien sensible aux signes avant-coureurs.  Juste avant que la Résistance ne publie sa toute dernière vidéo où il met en scène les coordonnés très exacts des sites offshores israéliens à abattre, une autre vidéo mettait en scène de redoutable KH-55 iranisé du Hezbollah, dit Soumar. Missile en version anti navire et en côte-mer d’une portée de 1450 km soit depuis le Liban jusqu’en Grèce, pays truffé de bases US/OTAN. Puis à ARMIA 2022, cette expo militaire très significative qui vient de se dérouler à Moscou, le stand d'Iran avait tout pour une bataille navale décisive genre celle à laquelle s'apprête le Hezbollah d'ici dix jours. Que contenait le stand iranien?

 

Selon les images et les vidéos, au moins deux missiles balistiques iraniens BM200 et BM300 ont dévoilé dans cette exposition, ces derniers ayant évidemment été développés sur la base des missiles balistiques de classe Fateh 110, missile emblématique du Hezbollah. Il s'agit de missiles à combustible solide développés pour cibler des cibles terrestres ou côtières fixes à une distance entre 200 et 300 kilomètres. Mais le kit exposé qui a l'air de cadrer trop bien avec les besoins immédiats du Hezbollah, a aussi comporté  deux types de missiles antinavires CM200 et CM300 qui fonctionnent avec une combinaison de guidage inertiel et de radar, et dont la portée est de 200 et 300 km. Ces missiles sont capables d'être emportés et lancés depuis tous types d'hélicoptères, d'avions et de submersibles. Mais ce Kit trop méditerranéen comptait aussi en son sein des  missiles sol-air, ou intercepteurs, type Majid  ou  AD-08 ainsi que dt des missiles de défense AD-75 et AD-200 basés sur les missiles de la série Sayyad, de quoi dissuader le jour J drones et hélico et avions Israël/US/OTAN de s'approcher du ciel libanais. Bref,  prolongation ou pas, le face- à-face parait inévitable et il ne saurait rester dans les limites Israël/Hezbollah.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/08/22/687817/Karish%C2%A0US-Israel-vaincus-par-le-Hezbollah

Dans LIBAN

LIBAN : LES TROIS "NON" DE NASRALLAH !

Par Le 15/08/2022

Fin de partie gazière pour Israël en Méditerranée orientale

Monday, 15 August 2022 4:33 PM  [ Last Update: Monday, 15 August 2022 4:50 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Une partie d’un photomontage montrant, de gauche à droite, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, et un drone lancé par ce mouvement de résistance contre le champ gazier de Karish et la plateforme d’extraction gazière Energean dans ce champ. ©AFP via L’Orient Le Jour

Dans le dossier du différend frontalier entre le Liban et le régime sioniste, beaucoup considèrent la position du Hezbollah comme positif pour le Liban; de quoi inciter les USA à tramer de nouveaux complots contre la Résistance.

Selon des sources proches de l’affaire, suffisamment d'explications sur la position du gouvernement libanais et du Hezbollah à cet égard ont jusqu'ici été données au régime sioniste :

Tout d'abord, le délai imparti à Israël pour résoudre le différend frontalier avec le Liban n'a pas changé, et ce délai pour les sionistes est toujours jusqu'en septembre. Alors, si Tel-Aviv envisage une manœuvre politique ou même une opération militaire, elle amènera la Résistance à réduire le délai qu'elle s'est fixé pour le retrait de l'ennemi des frontières libanaises.

Armée de l'air d'Israël

Armée de l'air d'Israël

D'autre part, la Résistance n'a en aucun cas l'intention de relier la question de démarcation maritime aux élections internes du régime sioniste et aux détails liés à ce sujet.

L'équation de la Résistance n’a pas changé; cela signifie qu'Israël ne peut extraire de gaz ni à Karish ni sur aucun autre champ le long des côtes de la Palestine occupée.

Lire aussi : Le Hezbollah libanais a intercepté un drone israélien

La Résistance reste ferme sur ses positions en ce qui concerne l'agression du régime sioniste dans la zone contestée en mer et se dit prête à cibler les plates-formes gazières d'Israël si nécessaire.

Toutes les entreprises étrangères opérant en Méditerranée sont conscientes des positions du Hezbollah ainsi que des conséquences d'une participation à l'agression israélienne dans la zone maritime du Liban. Au point que la société grecque Energean, dont le navire est entré dans le champ de Karish, a même dû nier la propriété de ce navire et que seul l'équipage était de nationalité grecque. 

Karish: le

Ce qui montre que le gouvernement grec ne cherchait pas à s'impliquer dans l'affaire du différend frontalier entre le Liban et Israël et qu’il n'avait aucune responsabilité dans l'arrivée du navire de la compagnie Energean dans le champ gazier de Karish. En fait, le gouvernement grec s'est rendu compte que les garanties d'Israël ne suffisaient plus, et que même les positions de ce régime étaient dans le collimateur de la Résistance libanaise.

Lire aussi : Guerre Israël/Hezbollah: l'OTAN n'en échappera pas!

Le régime sioniste est conscient que tout agissement dans les frontières maritimes du Liban aura une réponse décisive, et qu'il ne pourra pas exploiter les champs gaziers tant que le Liban ne retrouvera pas ses droits maritimes.

Voici donc les 3 NON du Hezbollah à l'Amérique et au régime sioniste :

Non au compromis,

Non à une tentative de lier le différend frontalier aux élections du régime sioniste,

Non à l’exploitation par les sionistes du gaz; à moins que le Liban puisse également profiter de ses richesses.

Israël : des officiers US, tués?!

Israël : des officiers US, tués?!

L’opération d’al-Buraq, volet anti-US de la bataille balistique du début août contre Israël?

Des sources politiques libanaises ont annoncé que la poursuite des prises de position du Hezbollah dans le dossier de la démarcation maritime marquera des points pour le Liban et sera en faveur du président Michel Aoun au niveau politique.

Pour cette raison, les alliés de l'Amérique au Liban s'inquiètent du renforcement de la position politique du Hezbollah au Liban et de la volonté des différentes parties de dialoguer avec la Résistance.

Cependant, le régime sioniste est également confronté à des complications judiciaires dans l'affaire de démarcation de la frontière avec le Liban, et il existe de nombreuses divergences entre les dirigeants sionistes sur la possibilité d'entrer en conflit avec le Hezbollah.

L’affaire est en cours d'examen devant la Cour suprême israélienne. A cet égard, certains sionistes sont contre tout accord avec le Liban dans l'affaire de démarcation des frontières et estiment qu'un tel accord renforcera la position du Hezbollah au Liban et surtout dans l'arène politique de ce pays.

Le Hezbollah frappera aussi Eilat?

Le Hezbollah frappera aussi Eilat?

Les missiles du Hezbollah sont capables de cibler tout le territoire occupé et le régime sioniste en est conscient.

Dans ces circonstances, deux questions importantes se posent à savoir si l'envoyé américain, en retardant l'affaire du différend frontalier entre le Liban et le régime sioniste, entend agir d'une manière qui s'inscrit dans le cadre de l'approche habituelle de Washington contre le Hezbollah, ou s'il sera contraint, compte tenu des intérêts d'Israël, d’emprunter une voie empêchant toute tension militaire entre le Hezbollah et l'armée sioniste? Pour répondre à cette question, il faut attendre le retour d'Amos Hochstein à Beyrouth et les futurs développements dans le dossier de démarcation des frontières maritimes entre le Liban et la Palestine occupée

http://french.presstv.ir/Detail/2022/08/15/687416/Karish-3-grands-non-du-Hezbollah

Dans LIBAN

SAYYED NASRALLAH DENONCE LES FAUSSES PROMESSES US DE FOURNIR DU GAZ NATUREL ET DE L'ELECTRICITE AU LIBAN

Par Le 03/08/2022

Sayyed Nasrallah dénonce les fausses promesses US de fournir du gaz naturel et de l’électricité au Liban

Sayyed Nasrallah dénonce les fausses promesses US de fournir du gaz naturel et de l’électricité au Liban

folder_openRésumés des discours access_timedepuis 8 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec IQNA

Le Secrétaire Général du Hezbollah libanais sayyed Hassan Nasrallah a critiqué les fausses promesses des États-Unis concernant le transfert du gaz naturel et de l'électricité de l'Égypte et de la Jordanie vers le Liban.

Un an s'est écoulé depuis la promesse de l'ambassadrice des États-Unis, mais rien ne s'est produit dans la pratique, a déclaré sayyed Hassan Nasrallah dans un discours prononcé lors de la cérémonie de deuil organisée par le Hezbollah à la banlieue sud de Beyrouth, à l’occasion d’Ashoura.

«Après quelques jours, le souvenir de la fausse promesse de l'ambassadrice américaine de faire passer du gaz d'Egypte et de l'énergie électrique de Jordanie via la Syrie nous reviendra», a-t-il déclaré.

Sayyed Nasrallah a déclaré que les États-Unis et «Israël» sont l'incarnation du Diable et affirmé que la lutte du Hezbollah contre eux se poursuivra.

«Nous continuerons avec la méthodologie de recherche de solutions», a-t-il déclaré, notant que le mouvement avait proposé d'acheter du carburant à l'Iran pour répondre aux besoins énergétiques du Liban, mais que les États-Unis n'ont pas permis que cela se produise.

Sayyed Nasrallah a en outre dénoncé la réaction de certaines parties libanaises qui, au lieu d’avoir un sentiment national, de chercher à atténuer la souffrance du peuple et à faire réussir la proposition du Hezbollah, elles se sont moquées du sujet. «Au moins nous avons proposé une solution. De votre part, qu’est-ce que vous avez fait ? Pourquoi vous ne demandez pas du fuel et du mazout de vos alliés (de vos maitres) en Arabie saoudite ?», a lancé le secrétaire général.

Les remarques de sayyed Nasrallah sont intervenues deux jours après qu'il ait lancé un avertissement sévère à «Israël» concernant l'exploitation des ressources énergétiques offshore du Liban.

Nasrallah a déclaré que la résistance est prête à tout scénario, y compris une guerre, pour protéger ces ressources.

https://french.alahednews.com.lb/45132/342

 

israel hezbollah hassan nasrallah liban etats unis

Dans LIBAN

RETOUR DE HOCHSTEIN : POURQUOI LE HEZBOLLAH NE PARTAGE PAS L'OPTIMISME OFFICIEL

Par Le 30/07/2022

Retour de Hochstein : pourquoi le Hezbollah ne partage pas l’optimisme officiel

Retour de Hochstein : pourquoi le Hezbollah ne partage pas l’optimisme officiel

folder_openPresse occidentale access_timedepuis 9 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par OLJ, Scarlett Haddad

Alors que le Liban officiel est suspendu à la visite de l’émissaire américain Amos Hochstein prévue dimanche, considérant qu’elle devrait constituer un pas positif dans le dossier du tracé de la frontière maritime avec «Israël», les milieux proches du Hezbollah restent, eux, circonspects et méfiants. Pour eux, l’optimisme des officiels libanais est injustifié et il ne faudrait donc pas avoir de très grandes attentes au sujet de cette visite qui devrait durer deux jours. Elle devrait, en principe, permettre au Liban de connaître la position israélienne à l’égard de sa dernière proposition consistant à élargir la ligne 23 pour inclure la totalité du champ maritime de Cana dans l’espace maritime libanais, alors que le tracé originel prévoit d’attribuer une partie de cette zone à «Israël». Une proposition qui se résume, en d’autres termes, à dépasser les lignes pour se concentrer sur l’exploitation des ressources gazières et pétrolières dans les champs de Cana pour le Liban et de Karish pour les Israéliens.

Toutefois, dans son dernier discours, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a ajouté une condition qu’il juge utile et concrète pour le Liban. Il a alors estimé qu’il ne suffit pas de délimiter les superficies exploitables pour chaque partie, il faut également lever le veto interdisant aux compagnies étrangères de commencer à travailler dans l’espace maritime du Liban. Nasrallah avait d’ailleurs dit : Si le Liban ne peut pas exploiter ses ressources gazières et pétrolières, les Israéliens ne pourront pas le faire non plus, pas seulement dans le cadre du champ de Karish, mais «au-delà, bien au-delà de ce champ». Il a ainsi repris la formule devenue célèbre pendant la guerre de juillet 2006, lorsqu’il avait annoncé que le Hezbollah comptait bombarder Haïfa, et «au-delà, bien au-delà de cette ville». À travers cette phrase, le chef du Hezbollah a donc voulu imposer une nouvelle équation qui permettrait au Liban de commencer effectivement à prospecter puis à forer et à extraire ses ressources pétrolières et gazières. Il a misé sur le fait que les Américains et les Européens ont un besoin urgent du gaz et du pétrole contenus dans les eaux du bassin méditerranéen et, en même temps, sur le fait que les Israéliens ont hâte de les leur vendre, alors que les premières extractions du champ de Karish devraient se faire en septembre. C’est pour cette raison qu’il a considéré cette échéance comme une date butoir : soit d’ici à septembre les compagnies étrangères pourront entamer au large des côtes libanaises les travaux de prospection, soit les Israéliens ne pourront pas exploiter les ressources du champ de Karish.

Selon les milieux proches du Hezbollah, Nasrallah a joué ainsi à quitte ou double et il n’écarte pas la possibilité d’une guerre. En effet, si son équation est rejetée, le Hezbollah devra lancer une attaque pour empêcher l’exploitation par les Israéliens des ressources du champ de Karish, ou d’un autre. D’ailleurs, au large des côtes de Gaza, les différentes factions palestiniennes sont en train de suivre l’exemple du Hezbollah, et la situation pourrait rapidement dégénérer en confrontation généralisée. Selon les milieux proches du Hezbollah, Nasrallah a pesé le pour et le contre, et au cours des semaines qui ont précédé son discours du 13 juillet, il a multiplié les réunions pour étudier toutes les hypothèses. Selon ces milieux, il est apparu que ni les Américains, ni les Européens et encore moins les Israéliens ne veulent d’une guerre. C’est pourquoi cela pourrait être le bon moment pour que le Liban améliore ses conditions. D’ailleurs, c’est après ce discours que la visite de Hochstein à Beyrouth a été annoncée.

 

Les milieux proches du Hezbollah ne sont toutefois pas convaincus de l’imminence d’un accord. Ils pensent plutôt que les Américains chercheront à gagner du temps jusqu’en septembre en faisant des promesses trompeuses et vagues aux responsables libanais pour noyer le poisson et permettre aux Israéliens de commencer à extraire le gaz de Karish alors que le Liban est encore plongé dans ses contradictions et dans des formalités sans fin. Comme c’est notamment le cas au sujet de l’acheminement vers le Liban du gaz égyptien et de l’électricité jordanienne, promis depuis bientôt un an. Cette conviction chez les milieux proches du Hezbollah est basée sur le fait que, selon eux, depuis octobre 2019, le plan américain est de pousser les Libanais à se révolter contre la formation chiite. Mais en raison du lien étroit existant entre le Hezbollah et son environnement populaire – qui s’articule sur plusieurs éléments dont la dimension religieuse, les aides sociales et la résistance proprement dite –, le plan prévoyait selon eux de laisser les Libanais souffrir à petit feu, pour les pousser au désespoir et au dégoût, au lieu de frapper un grand coup en une fois, ce qui pourrait provoquer une réaction violente et une révolte. Depuis trois ans, toujours selon les milieux proches du Hezbollah, un véritable travail de sape a été accompli pour détruire le moral des Libanais, tout en leur donnant, de temps en temps, un souffle d’espoir pour qu’ils soient encore plus déçus ensuite. Or, toujours dans cette logique, si les Libanais et les Israéliens aboutissent à un accord sur la délimitation de la frontière maritime, cela ouvrirait pour le Liban de nouvelles perspectives économiques qui balayeraient d’un seul coup tout le travail accompli au cours des trois dernières années. Les autorités américaines sont-elles disposées à modifier leur plan pour détruire (ce qu’ils décrivent comme) «l’influence» du Hezbollah au Liban ? Ce dernier a de sérieux doutes sur cette question.

https://french.alahednews.com.lb/45087/358

israel hezbollah liban

Dans LIBAN

S. NASRALLAH, LEADER DU HEZBOLLAH LIBANAIS : SI LE GAZ EST EXTRAIT DE KARISH SANS ACCORD AVEC LE LIBAN, NOUS ALLONS VERS LA CONFRONTATION

Par Le 26/07/2022

Interview exclusive avec S. Nasrallah : Si le gaz est extrait de Karish, sans accord avec le Liban, nous allons vers la confrontation

 Depuis 20 heures  26 juillet 2022

c0bf35f3-b7c1-498b-acb3-9358e8f18e2a

 Article traduit - Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a évoqué au cours d’une interview exclusive  avec la chaine satellitaire libanaise Al-Mayadeen  les différentes étapes de la stratégie de dissuasion entre le Liban et l’entite israélienne, et abordant la dernière équation qu’il a établie, « Karish », en riposte à l’arrivée de la plateforme grecque d’extraction de gaz , Energean. Ce gisement est situé dans une zone contestée par l’Etat libanais, la ligne 29, dans le cadre des négociations indirectes menée sous l’égide des Nations unies et le parainage des Etats-Unis, pour la délimitatin des frontières maritimes entre le Liban et la Palestine occupée .

Le numéro un du Hezbollah a déclaré que les débuts  de la stratégie de dissuasion entre le Liban et l’occupation israélienne ont commencé en 1985, lorsque l’ennemi israélien a été contraint, très tôt, de se retirer de plusieurs régions libanaises qu’il occupait.

Sayyed Nasrallah a indiqué que « l’ennemi israélien a traité la bande frontalière comme une ceinture de sécurité pour empêcher les combattants de la résistance d’entrer en Palestine, et c’est à ce moment-là que la stratégie de dissuasion a commencé ».

Il a précisé que « cette dissuasion était , à cette époque, l’aboutissement des opérations menées par tous les mouvements de résistance dont les opérations martyres, et pas seulement par le Hezbollah », soulignant que « la deuxième phase de la dissuasion a commencé par les opérations de résistance lancées dans les villages de la première ligne du front, et ce jusqu’en 1993, date à laquelle la troisième phase a commencé. »

Nasrallah a expliqué que « de 1993 à 1996, un haut niveau de dissuasion a été atteint ».

Et de poursuivre: « L’accord d’avril 1996 a établi les fondements de la victoire en 2000, lorsque la dissuasion s’est renforcée, comprenant entre autres le droit d’empêcher l’occupation de bombarder des cibles civiles sans réponse. »

Sayyed Nasrallah a souligné que « l’ennemi israélien s’est rendu compte, à la suite de la guerre de juillet 2006, que « la confrontation avec la résistance était dangereuse et importante, et que les capacités de la résistance dépassaient désormais la confrontation aux frontières ».

Selon Sayyed Nasrallah, « depuis la guerre de juillet jusqu’à aujourd’hui, l’ennemi israélien a pris conscience que toute action contre le Liban se heurterait à une riposte ».

Sayyed Nasrallah a également déclaré que « l’ennemi a recours, aujourd’hui, à des opérations qui ne laissent aucune empreinte. Depuis 2006 jusqu’à aujourd’hui, il n’a osé entreprendre aucune action contre le Liban. »

Équation de Karish: en cas d’extraction, sans accord avec le Liban, nous allons vers la confrontation

Quant à l’équation de Karish, qui a été annoncée ce mois-ci dans un discours télévisé sur les derniers développements, le secrétaire général du Hezbollah a affirmé: « Le Liban, maintenant, fait face à une opportunité historique à la lumière des besoins de l’Europe de trouver une alternative au pétrole et au gaz russes. »

Sayyed Hassan Nasrallah a indiqué que « le président américain Joe Biden est venu dans la région pour le gaz et le pétrole, mais l’ajout que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis peuvent fournir ne résoudra pas les besoins de l’Europe ».

Selon lui,  « les États-Unis et l’Europe ont besoin de pétrole et de gaz, et Israël y voit une opportunité », notant que « Biden ne veut pas de guerre dans la région, et cette affaire est une opportunité pour nous d’exercer des pressions pour extraire notre pétrole ».

Son éminence a poursuivi : « Le problème n’est pas Karish et Qana, mais tous les gisements de pétrole et de gaz pillés d’une part par « Israël « dans les eaux de la Palestine, et celui des droits du Liban d’autre part ».

« Les Américains ont entraîné le Liban dans un cycle de négociations sans horizon, tandis qu’Israël creusait des puits, explorait le gaz et se préparat à l’extraire », soulignant que « les États-Unis ont fait pression sur l’État libanais pour qu’il accepte la ligne Hoff  ou la proposition israélienne aux frontières maritimes », a-t-il ajouté.

Selon lui, « ce que réclame l’Etat libanais, il peut l’obtenir dès maintenant et pas demain », ajoutant qu' »il n’y a pas de cible israélienne en mer ou sur terre que les missiles de précision de la résistance ne puissent atteindre ».

Sayyed Nasrallah a déclaré que « toute action ciblant Karish ou au-delà dépend de la décision de l’ennemi israélien, ainsi que des États-Unis d’Amérique ».

IL a précisé que « l’État libanais a présenté une concession majeure dans ses tractations avec le médiateur américain lorsque j’ai parlé de la ligne  23+ », notant que « la balle maintenant, n’est pas dans le camp du Liban, car il lui est interdit d’extraire du pétrole et du gaz mêmes dans des régions non contestées. »

« Ce qu’il faut, c’est respecter les frontières imposées par l’État libanais et lever le veto contre les compagnies qui extraient du pétrole », a-t-il affirmé.

Et de mettre en garde une nouvelle fois : « Si l’extraction de pétrole et de gaz de Karish commence en septembre, avant que le Liban ne prenne son droit, nous nous dirigeons vers une confrontation »…. »Nous avons fixé un objectif et nous comptons le réaliser sans aucune hésitation, et nous aurons recours à tout ce qui permet de l’atteindre. »

Sayyed Nasrallah a estimé que « l’Etat libanais est incapable de prendre la décision appropriée qui protège le Liban et ses richesses, raison pour laquelle la résistance se trouve dans l’obligation de prendre la décision ».

Dans le cadre de son discours, Sayyed Nasrallah a souligné que l’objectif est que le Liban extraie du pétrole et du gaz parce que c’est le seul moyen de survie qui lui reste ».

Nous avons des drones que l’ennemi ne peut intercepter

Durant l’entretien, sayed Nasrallah est revenu sur l’évènement des trois drones que le Hezbollah avait envoyés début juillet au-dessus du gisement Karish, rappelant ce qu’il avait indiqué dans son dernier discours que le Hezbollah voulait qu’ils soient détruits par les Israéliens.

Il a révélé l’existence de drones aux mains du Hezbollah qui ne peuvent être détectés ni interceptés par l’ennemi.
« Nos appareils sont entrés en Palestine occupée et en sont retournés des dizaines de fois sans être abattus par l’ennemi israélien. Mais nous nous sommes mis d’accord d’envoyer le deuxième type de drones qui peuvent être abattus par l’ennemi parce que nous voulions qu’ils produisent l’impact voulu… Nous avons obligé les Israéliens à ouvrir le feu depuis les airs et la mer en riposte aux drones et ils sont tombés dans le piège que nous leur avions tendu ».

Soulignant que les Israéliens n’ont pu abattre le premier qu’après l’intervention des F-16 et le second via un missile mer-air, il a révélé qu’ils ont échoué dans leurs tentatives d’intercepter le troisième drone et se sont abstenus de le dire car il est tombé tout seul en mer.

Il a réaffirmé que « la résistance détient des capacités maritimes défensives et offensives suffisantes pour réaliser la dissuasion voulue et les objectifs convoités ».
« Le Hezbollah est capable de dissuader l’ennemi et de bombarder des cibles partout au large de la Palestine occupée ».
« L’ampleur des violations aériennes de la part des drones israéliens nous a poussé à prendre la décision de recourir aux capacités dont nous disposons… les drones violaient à leur guise la Bekaa et le sud, mais leur rythme a beaucoup baissé après la réplique de la résistance ».

Interrogé sur les craintes chez certains Libanais qui appréhendent que la résistance ne puisse imposer cette dissuasion dans le dernier bras de fer avec l’entité sioniste, il a assuré : « Le peuple libanais devrait se fier que la Résistance possède les capacités humaines, militaires et matérielles assez suffisantes pour faire plier Israël a la volonté du Liban ».
« Et si les évènements glissent vers la guerre, il faut qu’ils soient confiants que la Résistance sera capable d’imposer la volonté du Liban à l’ennemi », a-t-il insisté.

Il n’y a pas de courage politique

Sur les dossiers libanais internes, dont celui de la pénurie du fuel et du diesel qui s’est pointée une nouvelle fois, sayed Nasrallah a assuré que le Hezbollah est prêt à demander à l’Iran de le fournir gratuitement pour les centrales électriques, à condition que le gouvernement libanais le demande.

« Hélas, il n’y a pas de courage politique au Liban pour entreprendre cette démarche, en raison de la peur des sanctions américaines sur les personnes et leur famille », a-t-il regretté.

Notre présence au Liban date depuis 1400 ans

A la question de savoir pourquoi le Hezbollah est continuellement suspecté par ses détracteurs internes dans son patriotisme, il a répondu : « cette classification sur le patriotisme n’est pas soumise à des critères objectifs, mais plutôt à l’humeur (de certains) et elle est destinée à cibler toute la communauté chiite en général.

« Si le critère se base sur leur présence historique sur cette terre, au sud du Liban, région qui était appelée le Jabal Amel, il faut qu’ils sachent qu’elle date depuis 1400 ans… le chiisme remonte à cette date, lorsque le compagnon du prophète Mohammad Abou Zar al-Ghafari s’y est installé ».

En réponse à l’accusation selon laquelle ler culture est importée, il a dit: « Ceux qui parlent de la culture importée, soit ils lancent avec préméditation leur accusations, soit ils sont ignorants. Cette culture (le chiisme) est notre culture et c’est nous qui l’avons exportée à l’extérieur. Les livres de nos oulémas sont enseignés dans les écoles religieuses les plus prestigieuses. Les grands oulémas du chiisme sont nés dans cette terre, d’où ils ont œuvré pour répandre le chiisme. Notre présence est bien plus vieille que celle de beaucoup de Libanais qui sont venus d’Egypte, de Syrie et d’ailleurs ».

Et de rappeler les propos du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei : « Il a dit une fois lorsqu’il était en visite dans la région d’al-Ahwaz, (à l’est de l’Iran, ndlr) ,  que deux régions dans le monde ont eu un impact décisif sur l’Iran : al-Ahwaz et Jabal Amel ».

Deux cultures au Liban: la normalisation et la résistance

Evoquant le chant Salam ya Mahdi, qui a été chanté d’abord en Iran, avant d’être repris partout où il y a des chiites dans le monde, dans toutes les langues, sayed Nasrallah estime que la campagne soulevée contre lui au Liban vise aussi à prendre pour cible l’environnement directe de la résistance.

« Ce chant et la participation des gens requièrent une grande importance pour la résistance, à l’instar du message des élections », législatives de mai 2022.
« C’est la participation de la nouvelle génération qui leur fait le plus peur, même aux Israéliens qui en ont parlé dans leurs médias. Ils font tout et par tous les moyens pour les détourner de la voie de la résistance. Ils ont été déçus ».

Selon lui, il y a deux cultures dans la région : celle qui prône la normalisation et celle qui prône la résistance.

Hezbollah ne s’immisce pas dans l’affaire du patriarche al-Haj

Interrogé sur l’affaire du patriarche Moussa al-Haj, arrêté le 18 juillet dernier, de retour de la Palestine occupée, avec dans ses bagages la somme de 500 mille dollars, il a assuré que le Hezbollah n’y est pas impliqué. « La supposition selon laquelle les appareils sécuritaires libanais sont sous les ordres du Hezbollah ne sont que pure mensonge et une injustice qui leur est infligée ainsi qu’au Hezbollah ».
« Nous avons été informé de l’affaire du patriarche Moussa al-Haj, comme les autres libanais. Le Hezbollah n’a rien à voir avec cette affaire. Et nous n’allons pas nous y ingérer », a-t-il dit en s’adressant aux chrétiens libanais.

Selon lui, cette affaire et ce qui s’est passé ces deux derniers jours risquent de faire éclater l’Etat libanais et ce qui en reste comme institutions et Justice, qualifiant ce parcours de « dangereux ».
Il a toutefois rappelé que « le fait d’apporter de l’argent depuis la Palestine occupée est un acte qui enfreint la loi, hormis ses causes ».
Et de conclure : « d’aucuns au Liban disent par hypocrisie qu’Israël est un ennemi, tandis que pour eux c’est un allié et un ami ».

Le président Aoun a été un personnage fort

S’agissant du président de la république Michel Aoun, dont le mandat est sur le point de s’exprirer, il a souligné qu’il a été un homme de poigne qui a pu supporter les défis les plus pénibles, dont la révolte de novembre 2019 qui le visait spécifiquement.

« Pour être juste, lorsqu’on parle du mandat du président Michel Aoun, il faut prendre en considération les prérogatives du président de la république… Le président Aoun a été durant son mandat un personnage fort. Il a pris des décisions que personne n’aurait pu prendre, comme pour la bataille du Jroud ».

Le Hezbollah n’a pas de candidat à la présidentielle

Concernant le candidat du Hezbollah pour le prochain mandat, il a indiqué :
« Le Hezbollah n’aura pas de candidat pour la présidence de la république. Mais il décidera qui il soutiendra parmi les candidats normaux ».

Sur les responsabilités que le prochain gouvernement devrait assumer, il a précisé: « il faudrait un gouvernement qui puisser porter le fardeau et assumer de lourdes responsabilités. C’est pour cela que certains s’abstiennent d’en faire partie ». Et de conclure:  » Tout ce qui était en notre pouvoir de le faire pendant le mandat du président Aoun, nous l’avons fait ».

Les Israéliens vont plier leurs valises et partir

De retour sur la question de l’entité sioniste, sayed Nasrallah a réaffirmé qu’il voit sa fin « très proche ».
« J’ai la scène devant mes yeux concernant la fin d’Israël. Des gens transportant leurs valises et se dirigeant vers les aéroports, les ports et les passages frontaliers»

Et de conclure sur ce dossier : « Nous n’aurons pas besoin de 40 nouvelles années pour voir la fin d’Israël. Tous les facteurs de maintien d’Israël régressent et s’estompent tandis que les facteurs de son élimination sont plus forts ».

Epée d’al-Qods: on a fourni les informations sur l’attaque du métro-tunnel

Evoquant la dernière guerre entre les Palestiniens et les israéliens, en 2021, Epée d’al-Qods, il a rappelé que le Hezbollah a offert aux Palestiniens toutes les informations nécessaires dans le cadre de la cellule d’opérations conjoints ».

« La communication entre les forces de l’Axe de la résistance était de vigueur. Les Gardiens de la révolution ont participé dans le cadre de la cellule des opérations conjointe pendant cette bataille…. Il y avait une coordination directe avec le Hamas et le Jihad islamique, et un suivi 24 heures sur 24, pendant tous les jours de la guerre. Ceci était en lien avec les informations qui devaient leur être fournies. Il y a eu un piège précis pour lequel le Hezbollah a fourni des informations, celui du métro-tunnel », a-t-il révélé.

Le Hamas ne peut tourner le dos à la Syrie

Sur la reprise des relations entre le Hamas et Damas, rompues depuis la guerre en Syrie, sayed Nasrallah a affirmé que « les frères au Hamas sont parvenus à la conclusion qu’ils ne peuvent tourner le dos à la Syrie parce qu’elle fait partie de l’Axe de la résistance ».

« Les frères du Hamas disent que personne d’autre dans le monde arabe ne leur avait offert ce que la Syrie leur avait offert, pour le mouvement et les autres mouvements de résistance palestiniennes », a-t-il rapporté.

Il a assuré pendant l’interview qu’il est en personne impliqué dans le règlement de la relation entre le Hamas et la Syrie qui selon lui « est plus ouverte à la reprise des liens », qualifiant le parcours de « positif ».

Le Hezbollah a un parti pris dans la guerre du Yémen

Sur la question yéménite et l’éventuelle médiation du Hezbollah pour mettre fin à la guerre, sayed Nasrallah a rappelé que pendant longtemps, les relations avec Riyad ont été plutôt bonnes, et les rencontres avec l’ambassadeur saoudien étaient courantes, « dans une ambiance de bonhommie ».

« Mais dans cette guerre, le Hezbollah ne peut pas être un médiateur. Un médiateur se doit d’être sans parti pris. Le Hezbollah dans cette guerre a un parti pris en faveur de Sayed Abdel Malek al-Houthi et du peuple yéménite et du mouvement Ansarullah… Le médiateur se devrait de demander des concessions, de part et d’autre. Quelles concessions peut-on demander à Ansarullah ? »

« Ansarullah réclame trois conditions qui sont légitimes : arrêter les hostilités, suspendre l’embargo imposé à leur pays et entamer le processus de dialogue national entre les différents protagonistes. Que peut-on leur demander comme concession ? Il n’y a rien que les Yéménites puissent concéder »

Indiquant que « les relations entre le Hezbollah d’une part et l’Arabie saoudite et les Emirats de l’autre « ne se fondent nullement sur des considérations dogmatiques et idéologiques mais sur les questions politiques », il a souligné :
« La rivalité avec l’Arabie saoudite s’arrête aux limites du politique et rien de plus », et « les arrestations aux EAU sont destinées à faire pression sur le Hezbollah et doivent être traitées ».

Sur le rôle saoudien au Liban, il a rappelé que l’arrestation à Riyad de l’ex-Premier ministre libanais Saad Hariri, en 2017, avait pour objectif était de déclencher une guerre civile au Liban.

L’on ne peut nier l’existence d’ambitions turques en Syrie et en Irak

Sur les ingérences turques dans le nord syrien, il a écarté un compromis pour le moment. « Il n’est pas clair si les conditions sont propices pour un règlement entre la Turquie et la Syrie…. Le président turc mise toujours sur certaines choses pour améliorer sa position… Nous ne pouvons nier l’existence d’ambitions turques pour contrôler les territoires syriens ou irakiens. »

Sur les relations avec les Irakiens, il a insisté que le Hezbollah ne « dispose d’aucun projet spécial pour l’Irak… Nous ne soutenons aucun parti aux dépens des autres… Le rôle du Hezbollah a toujours été de veiller à rapprocher les points de vue… Nous entretenons des liens avec toutes ses composantes, les chiites, les sunnites et en quelque sorte les kurdes ».

L’Iran ne demande rien pour lui

Quant à l’Iran, qui fait l’objet d’accusations frénétiques qu’il aspire à une hégémonie régionale et utilise à cette fin la cause palestinienne, il a tenu à rappeler ce qu’il avait dit souvent dans ses discours précédents : « si l’Iran ambitionnait d’avoir un rôle prépondérant dans la région, il se serait réconcilié avec les Etats-Unis et aurait depuis longtemps renoncé à la Palestine, pour devenir de nouveau le policier du Moyen-Orient… La position iranienne de la cause palestinienne est une position de principe idéologique et religieux. L’Iran ne veut ni des remerciements ni une hégémonie quelconque en échange ».

Et de rappeler une énième fois : « l’Iran n’a jamais demandé quoique ce soit pour lui. Que ce soit du Liban ou ailleurs. L’Iran a aidé l’Irak pour empêcher l’extension de Daech, qui était arrivé aux portes de Bagdad. Ce n’est pas parce que l’Iran aide ses alliés qu’il veut les contrôler ».

(FIN)

Source: Traduit d'AlMayadeen

https://french.almanar.com.lb/2387288

         

Dans LIBAN

HEZBOLLAH LIBANAIS : "ISRAËL" FUIT DEJA KARISH ?!

Par Le 25/07/2022

L'entité sioniste veut changer de plate-forme offshore

Monday, 25 July 2022 4:09 PM  [ Last Update: Monday, 25 July 2022 6:11 PM ]

 30 

La garde autour de la plateforme installée par Energean au champ gazier de Karish, le 2 juillet 2022. ©Armée sioniste

Suite aux menaces du secrétaire général du Hezbollah libanais, les sionistes cherchent à remplacer les plateformes du champ gazier Karish. Plus encore, les experts sionistes admettent que le Hezbollah peut à nouveau surprendre les Israéliens tout comme il l’a fait en 2000 et 2006.

Dans le territoire palestinien occupé, les milieux politiques voire même les responsables officiels de l'entité sioniste, ont toujours été nombreux à reconnaître l’incapacité du régime à faire face aux menaces internes comme externes mettant en péril son existence, mais ces inquiétudes sont montées d’un cran depuis les récents avertissements du secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah.

Karish ciblee: Israël lance un SOS

Karish ciblee: Israël lance un SOS

Les sionistes appellent à la médiation européenne

Ne pas pouvoir extraire du gaz du champ gazier de Karish situé dans la zone contestée entre le Liban et Israël fait réellement peur aux sionistes surtout que toute poursuite des activités d’extraction implique une confrontation militaire directe avec le Hezbollah, dont les répercussions restent à ce stadeinconnues et incalculables pour le régime israélien.

Israël a peur pour ses Airbases!

Israël a peur pour ses Airbases!

Les menaces du secrétaire général du Hezbollah interviennent alors que le régime sioniste avait auparavant annoncé le début de l’extraction de l’énergie du champ de Karish en septembre prochain. Si le contraire se produit, l'entité devra payer d'énormes pertes économiques aux sociétés de forage et risque ainsi de manquer l'occasion en or de profiter des prix élevés de l'énergie à un moment où le monde est dans une situation critique.

Considéré comme une grande victoire notamment pour le Hezbollah, le report de l'extraction de l'énergie du champ gazier de Karish fera du régime sioniste la risée de l'opinion publique à l’intérieur et à l’extérieur des territoires occupés, prouvant par ailleurs, l'absurdité et la vacuité des menaces proférées par des principaux dirigeants politiques et sécuritaires d'Israël. 

A l’heure qu’il est, les experts avertissent que la situation sur le front Nord en Palestine occupée ne tient qu’à un fil et peut exploser à tout moment d’autant plus que le Hezbollah est capable d’envoyer ses drones armés au lieu de drones de reconnaissance pour attaquer le champ gazier de Karish.

Hezbollah: Israël prêt à capituler!

Hezbollah: Israël prêt à capituler!

La DCA syrienne a affronté des cibles hostiles dans le ciel de la banlieue de Damas.

Citant des sources fiables au sein de l’appareil sécuritaire et politique israélien, Amos Harel, correspondant militaire du journal Haaretz, a révélé qu'actuellement, en raison des inquiétudes concernant l'escalade des tensions, les services de sécurité israéliens envisageaient la possibilité de déplacer les plates-formes gazières du champ Karish en raison de la crainte d'attaques du Hezbollah qui ne s’arrête pas là : où qu’elles se situent dans les territoires occupés, les plates-formes gazières ne seront pas à l’abri des missiles et des drones du Hezbollah.

En effet, le secrétaire général du Hezbollah a créé une nouvelle équation selon laquelle, « si le Liban ne peut réaliser son droit, Israël ne sera pas autorisé à extraire de l'énergie de quelque manière que ce soit et n'importe où ». L’affaire Karish concerne donc tous les sites névralgiques à travers les territoires occupés au cas où le régime sioniste s’aventurerait à empiéter sur les droits des Libanais.

Cisjordanie: Jénine encercle Israël

Cisjordanie: Jénine encercle Israël

Les sionistes craignent que Naplouse ne devienne un second foyer de la Résistance en Cisjordanie.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/07/25/686228/Hezbollah--Isra%C3%ABl-fuit-d%C3%A9j%C3%A0-Karish--

Dans LIBAN

LE LIBAN REAFFIRME SA SOLIDARITE AVEC CUBA

Par Le 25/07/2022

25 Juillet 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-07-24 15:21:26

 

Des voix au Liban réaffirment leur solidarité avec Cuba. Photo : Prensa Latina

Beyrouth, 24 juillet (RHC) Des représentants de l’Association d’amitié, de Cubains résidents, de la Ligue des diplômés palestiniens et libanais, ainsi que de l’Organisation latino-américaine José Marti ont réitéré leur solidarité avec Cuba.

Dans le contexte du 69e anniversaire des attaques contre les casernes Moncada et Carlos Manuel de Céspedes, les amis cubains ont réaffirmé leur appui et leur engagement envers le peuple et le gouvernement de la nation caribéenne.

Près d’une trentaine de Cubains, de Libanais et de Palestiniens ont accompagné la mission diplomatique antillaise à la célébration de la Journée de la rébellion nationale le 26 juillet prochain.

Autour des ruines des thermes romains du monastère de Deir el-Qalaa (Beit Meri) dans cette capitale, les participants ont mis l’accent sur l’événement historique qui a marqué un tournant dans le réveil de la nation caribéenne jusqu’à la victoire révolutionnaire le 1er janvier 1959.

L’activité politique et culturelle a été un espace pour la rencontre, la commémoration et les anecdotes des amis solidaires, qui ont transmis un message de paix et de fraternité au peuple cubain.

Lors de la commémoration, le diplomate cubain Jorge León a salué les manifestations de soutien et a rendu hommage à la mémoire de la génération du centenaire, qui a affronté la dictature du dictateur, Fulgencio Batista, en quête de profondes transformations politiques, économiques et sociales.

Au nom de Noemi Rabaza, première vice-présidente de l’Institut cubain pour les peuples, Leon a souligné le travail des amis du pays caribéen au Liban dans la dénonciation constante du blocus économique, commercial et financier imposé par le gouvernement des États-Unis depuis plus de six décennies.

La musique salsa, la trova et le son, ainsi que le jeu de dominos ont agrémenté la commémoration qui a consolidé les relations de Cuba avec les amis et solidaires au Liban.

Dans quelques heures, le peuple cubain rendra hommage à l’épopée historique dirigée par Fidel Castro et un groupe de jeunes, inspirés par la pensée du Héros National, José Marti. (Source : Prensa Latina)

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/294438-liban-reaffirmation-de-la-solidarite-avec-cuba

Tag(s) : #Cuba#Liban

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH LIBANAIS SORT SON SOUS-MARIN

Par Le 19/07/2022

Le Hezbollah est-il réellement capable de frapper "Karish" , "après Karish" et "après après Karish" ?

Tuesday, 19 July 2022 2:10 PM  [ Last Update: Tuesday, 19 July 2022 2:10 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le Ghadir

Avouons que la pilule est bien trop grosse pour pouvoir être avalée par une entité aux abois telle qu’Israël : A peine 6 jours après que le secrétaire général du Hezbollah a donné deux mois à l’entité sioniste pour qu’elle règle le litige offshore à Karish et qu’elle lève lui et son menteur yankee leur veto à l’exploitation par le Liban de son dû gazier et ce sou peine de prendre pour cible de la partie la moins connue de l’arsenal du Hezbollah et la plateforme Karish et toutes les autres plateformes gazières israéliennes en Méditerranée orientale et alors même que le spectre du triple Mersad-1 de la Résistance continue à hanter les nuits de Gantz, de Lapid et de Kouchavi,  l’armée israélienne a tenté un pétard mouillé, en annonçant avoir intercepté un drone du Hezbollah non loin de la Galilée avant même que l’engin puisse franchir l’espace aérienne israélien.

L’annonce s’est assortie d’une photo mettant en scène un quadricoptère  bien rudimentaire façon d’apaiser la panique des colons du front nord qui ont après des années de craintes d’avoir à subir des missiles, ont peur de recevoir des essaims d’UAV. Sauf que la mayonnaise n’a pas pris  : en effet l’époque où ce genre de propagande permettait une certaine détente est bien derrière les colons ces derniers ayant depuis quelques à ouvrir leur fenêtre quelque part comme à Metulla sur un mur de 9 mètres de longueur que l’armée sioniste a commencé à construire dans les jours suivant l’apparition de trois drones du Hezbollah au-dessus de Karish.

Le drone attribué au Hezbollah que l'armée sioniste dit avoir intercepté/Jforum

Disons qu’après cet épisode il est presque impossible de faire croire aux Sionistes que les radars de Dôme de fer puissent marcher et intecepter quel que objets volants que ce soit, surtout que le front de combat dronesque suivant le récent discours de Nasrallah est « Karisk, et après Karish et après après Karish » .  C’est une nouvelle étape dans un large front, non seulement concentré en Méditerranée au large du Liban, mais une guerre contre tous les projets d'extraction de pétrole et de gaz naturel en Méditerranée y compris ceux appartenant à l’OTAN. Et c’est là que se pose la question suivante ?*

Israël

Israël

La Résistance libanaise a-t-elle de quoi de cibler un vaste projet gazier pour lequel la Syrie a été attaqué il y a 10 ans que le port de Beyrouth s’est fait sauter il y deux ans et qui consiste à voler le gaz syro palestino libanais au profit d’Israël et le transiter jusqu’en Grèce et Chypre avant d’en faire un fond de commerce anti russe propre à éliminer la Russie sur le marché européen ? Peu d’analystes se sont penchés en effet à cette allusion trop directe de Nasrallah à la guerre en Ukraine, au calendrier qu’elle a imposé aux puissances voraces otanienne et qui fait du Hezbollah un allié de facto de la Russie. Car mine de rien le ciblage des sites offshore à Karish et à « après après Karish » pourrait étendre le champ de bataille largement au-delà de Haïfa pour toucher les iles gréco chypriotes où Israël possède d’ailleurs des bases aériennes lesquelles ont abritaient pas plus tard qu’au mois de mai un exercice israélo otanien grandeur nature visant à préparer le débarquement des parachutistes sionistes en plein Liban. Une perspective récemment repris par Gantz qui sans craindre le ridicule a parler de marcher sur Sour et Seyda…

 

Le Hezbollah est-il capable de lancer des essaims de drones en direction des dizaines de sites offshore qui jalonnent la Méditerranée orientale ? Car question des missiles du Hezbollah, on sait qu’ils sont bien entreposés quelque-part dans le sud du Liban, missiles qui comptent d’ailleurs le redoutable Soumar KH-55 iranisé avec ses 1450 km soit le trajet qui séparer le Liban de Souda, base aérienne US/Israël en Crêtes. Mais les drones c’est plus délicat le fait de les entreposer, les faire décoller puis piloter de façon à ce qu’ils frappent les cibles navales.

Iran : base US de Diego Garica, menacée

Iran : base US de Diego Garica, menacée

A quoi rime une division composée de quatre navires et de deux sous-marins avec 50 drones multirôle embarqués?

Et c’est là que prend tout son sens un concept que vient d’explorer la marine iranienne et qu’on a toute les sens de croire être une « tactique » de combat navale au service de tous les membres de l’axe de la Résistance. Le 15 juillet, la marine de la République islamique d'Iran a annoncé qu'elle avait établi sa première division de transport de drones dans l'océan Indien. La télévision d'État iranienne a déclaré que la nouvelle division navale se compose de plusieurs navires et sous-marins transportant tous les types de drones de combat, de reconnaissance et de suicide. Plusieurs noms ont également été évoqué comme Pelican, Homa, Arash, Chamrosh, Zhubin, Ababil-4 et Bavar-5, décollant de différents navires iraniens suivant le principe de synchronisation et survolant l'océan Indien.

 

Certains observateurs ont alors parlé des drones capables d’effectuer des missions combinées en mer, de décoller d’un navire mais d’être piloté depuis un autre de sorte de changer complètement la scène de combat. Ces mêmes observateurs font aussi remarquer que dans ce cadre, un essaim de drones peut voler depuis un ou plusieurs navires, mais qu’au final, les drones qui y sont inclus se rendront sur la zone d’opération où chacun doit accomplir une mission particulière. Pour être précis, un drone effectue la mission de reconnaissance, l’autre est un drone de combat, un autre supervise et contrôle les conditions environnementales, les signaux et les parasites qu’il peut même éliminer, et tout cela pour que la mission finale soit achevée avec un plein succès. 

 

50 drones frappent un navire US!

50 drones frappent un navire US!

La marine iranienne annonce qu’elle a établi sa première division des drones de l’océan Indien.

Mais au sein de cette division navale très particulière de la marine iranienne que d’aucuns qualifient de « base navale flottante de drone » certains ont fait remarquer la présence d’un sous-marin de classe Ghadir d’où a décollé Homa, UAV hybride à décollage vertical et aux capacités croisières d’une vitesse de 140 km/h et capable de transporter une charge de 5 kg avec une autonomie de 10.5 heures et une portée de 150 km.   Beaucoup dont Israel Defense y ont « l’ensemble fatal » qui irait frapper « Karish, après Karish et après après Karish ». D’autant plus que Ghadir un mini sous-marin d’un poids de 120 tonnes et de 27 mètres de longueur est utilisé pour recueillir des informations et mener des opérations de commando, 

« un tel sous-marin peut tendre une embuscade aux navires israéliens à l'entrée des ports de Haïfa et d'Ashdod d’autant plus que les Iraniens en ont fait déjà tirer des missiles en immersion ».. Alors le duo Homa/Ghadir, une force navale asymétrique en soi… une base navale qui va à l’ennemi.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/07/19/685876/L%E2%80%99Iran-d%C3%A9place-le-champ-de-combat

Dans LIBAN

LE SENILE BIDEN INCARNE LE DECLIN DES USA

Par Le 15/07/2022

Nasrallah aux Américains et aux Sionistes: "si le Liban n'exploite pas son gaz, Israël ne pourra non plus exploiter ou vendre son gaz! "

Thursday, 14 July 2022 2:24 AM  [ Last Update: Thursday, 14 July 2022 10:20 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah

Le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah, a prononcé, mercredi soir 13 juillet, un discours télévisé. Dans son discours, Nasrallah a parlé des dernières évolutions du Liban et de la région du Moyen-Orient.

Au début de son discours, le secrétaire général du Hezbollah a rappelé qu’après les événements du 11 septembre 2001, les Etats-Unis ont exploité ces événements pour envahir l’Afghanistan et l’Irak. « A l’étape suivante, les Américains ont essayé de détruire la Résistance en Palestine et au Liban et aujourd’hui ils essaient d’isoler la République islamique d’Iran, et tout cela pour renforcer la position régionale du régime israélien. Selon les spéculations la visite de Biden au Moyen-Orient serait consacrée aux divers thèmes dont la possibilité de la création d’une soi-disant OTAN du Moyen-Orient. Mais aujourd’hui les Etats-Unis ne sont plus ce qu’ils étaient en 2003 ou en 2006. Le président âgé des Etats-Unis est une image d’une Amérique vieillie dont l’hégémonie s’affaiblit et souffre aujourd’hui de l’inflation et de grands problèmes sociaux et sécuritaires », a déclaré Nasrallah avant de déclarer qu’aujourd’hui le président Joe Biden est venu au Moyen-Orient pour convaincre les pays arabes du sud du golfe Persique à augmenter le taux de leurs exportations pétrolières.

Karish: USA/entité jurent ne pas tricher

«  A vrai dire, la présence des Etats Unis sur la scène internationale a fortement régressé. Les Etats-Unis sont frappés par des taux d’inflation les plus hauts de la planète, et leur situation au niveau sociale, sécuritaire et interne régressent de jour en jour. Aussi Biden n’a rien à offrir au peuple palestinien. Tout ce que Biden a annoncé  aujourd’hui à son arrivée en Israël sur la solution de deux États n’est que du bavardage. En effet, le premier objectif  des Américains qui est lié directement à la guerre russo-ukrainienne est de garantir une alternative au gaz russe pour l’Europe car  les USA mènent une guerre contre la Russie et ce, par gouvernement, armée et peuple ukrainien interposés, une guerre où ils ont entraîné aussi tous les pays européens. Or l’un des éléments les plus importants dans cette guerre est le boycott du pétrole et du gaz russes par l’Europe. Et Les États-Unis ont pris la responsabilité d’assurer l’alternative à ce gaz dont le défaut se fait cruellement sentir en Europe qui s’approche de  l’hiver et qui a besoin de faire le plein cet été ».

Et Sayed Nasrallah de poursuivre : « Et puis le deuxième objectif de la visite de Biden dans la région est l’engagement envers la sécurité d’Israël et la normalisation ».

Avant d'évoquer en plus amples détails la normalisation, le Secrétaire général du Hezbollah a remonté le temps pur rappeler à l'entité : « Au nombre de précieuses victoires de la Résistance lors de la guerre de juillet figurait le renversement du projet américain pour le nouveau Moyen-Orient. Et parmi les réalisations de la guerre de juillet figurait également la création d’une équation de dissuasion entre le Liban et l’ennemi israélien. En effet, il existait un projet américain pour contrôler la région par des forces militaires directes, mais la fermeté de la Résistance et du Liban, et l’échec des objectifs de la guerre de juillet, ont porté un coup très dur au projet US du nouveau Moyen-Orient. »

La DCA intégré régionale Israël/Golfiens tuée dans l'œuf 

Le secrétaire général du Hezbollah a évoqué ensuite les récentes menaces du ministre sioniste de la Guerre contre le Liban suivant qui Israël serait prêt d’avancer vers Beyrouth, Sidon et Tyr : «  tous les Israéliens le savent parfaitement que ce genre de menace sur l’invasion du Liban est creux. Que Gantz aille « passer en revue l’expérience de la guerre de juillet lors de ses derniers jours, lorsque les Israéliens avaient commis l’erreur de vouloir envahir la ville de Bint Jbeil ! A l’heure qu’il est les Israéliens n’osent même pas franchir quelques pas en direction de la bande de Gaza qu’ils assiègent et qui souffre de conditions difficiles, alors comment l’entité ose-t-elle menacer d’envahir Sidon et Beyrouth ?! Puis en faisant leurs calcules pour se lancer dans une nouvelle guerre qu’ils tiennent compte de  l’environnement, des capacités et de la géographie, qui sont tous en faveur de la Résistance ».

D’ici la fin d’été, et à l’orée du mois de septembre c’est une occasion en or pour un pays gazier comme le Liban pour s’imposer dans ce domaine et toute négligence en la matière nous coûterait trop cher. Et je m’adresse aux Libanais pour leur dire : « ne permettez pas aux Américains de vous tromper et de vous faire perdre le temps, car si vous ne défendez pas vos droits si vous vois imposez pas avant le mois de septembre il sera bien coûteux par la suite de le faire. Au fait la Résistance est l’unique partie au Liban qui de quoi faire respecter les droits énergétiques des Libanais. Que soit dit en passant l’extraction du pétrole et du gaz assurera des milliards de dollars à l’Etat libanais sans qu’il soit contraint de rétracter un quelconque prêt étranger et c’est là le seul moyen pour sauver le pays. En ce sens nous ne considérons pas le médiateur Hochstein comme un médiateur honnête mais plutôt comme un parti qui œuvre pour l’intérêt d’Israël et exerce des pressions sur la partie libanaise. S’il est revenu au Liban c’est pour cause de besoin urgent de l’Europe en gaz et aussi pour les menaces sérieuses qui leur fait encourir la Résistance »


24 heures après le coup au drone du Hezbollah à Karish, nouvelle attaque aux drones cette fois à Tamar, au large d'Ashdod?

Et Nasrallah de souligner les faiblesses d'Israël :"  le talon d'Achille de l'entité c'est son besoin en gaz et en pétrole et ce face à la force du Liban qui peut contrer Israël d'extraire le gaz. Le Liban peut faire obstacle à l’extraction du pétrole et du gaz par les territoires palestiniens occupés et ainsi empêcher le transit du gaz vers l’Europe. Il ne nous reste que deux mois car les autorités d’occupation parlent d’extraction de pétrole en septembre prochain, et si nous n’agissons pas pour délimiter les frontières au plus vite, les choses seront plus coûteuses et difficiles. et je le réitère aux responsables du pays, la Résistance est la seule carte gagnante que vous détenez lors des négociations sur la démarcation des frontières, alors n'hésitez pas à en profiter" 

Et de mettre en garde :  « Nous n’avons convenu ni promis à personne que nous ne prendrons aucune mesure et que nous attendons les résultats des négociations. Quiconque promet cela aux Américains les trompe », soulignant que « la résistance a le droit de prendre n’importe quelle mesure au moment opportun et aux dimensions appropriées pour faire pression sur l’ennemi israélien . Nous sommes derrière l’Etat dans la démarcation des frontières maritimes, c’est-à-dire que c’est lui qui négocie, et ce n’est pas nous qui négocions, mais nous avons dit que nous ne resterons pas les bras croisés ».

Bouclier naval pro-Israël : le Hezbollah frappera les navires US/OTAN?

Concernant le lancement par le Hezbollah de 3 drones non armés en direction de la « zone contestée » sur le champ de Karish au début de ce mois, Nasrallah a expliqué que « les drones ont été envoyés après la réponse trompeuse des Américains et leur volonté de faire perdre le temps. Le Hezbollah a intentionnellement lancé 3 drones de reconnaissance pour qu’ils soient abattus par les Israéliens. Nous avons voulu que des missiles israéliens soient tirés sur ces drones pour que les gens travaillant à Karish comprennent que cette zone n’est pas sûre. Et disons-le,  c’est la première fois dans l’histoire de l’entité sioniste, que 3 drones sont lancés simultanément contre elle et de surcroit  sur une seule cible. Et le message de ce premier essaim de drones est de confirmer que primo, nous sommes sérieux, secundo nos actes seront progressifs, et ces deux messages ont été compris par les Israéliens et les Américains ».

« Nous détenons une variété de capacités de combat au sol, en mer et dans les airs, et toutes ces options sont ouvertes. Nous ferons, au bon moment, tout ce qui servira le dossier des négociations ».

Et  Nasrallah s’adressant aux amis et ennemis du Hezbollah a affirmé que « la question de la démarcation des frontières est cruciale, et c’est le seul moyen pour sauver le Liban et son peuple, et nous ne mènerons pas de guerre psychologique là-dessus. En tant que Libanais, soyons unis sur une même position, pour la faire entendre aux Israéliens. Et je préviens, si la décision du camp d'en face est de ne pas aider le Liban, de le pousser à l’effondrement et de lui interdire d’extraire le gaz qui lui appartient, et bien il sera plus honorable, plus gratifiant que d'aller droit à la guerre et de mourir pour défendre son droit.  Je dis à l’ennemi et aux Américains que le message des drones n’est qu’un début trop modeste sur ce vers quoi nous pouvons aller. Il y a ceux qui veulent que notre peuple meure de faim et que les Libanais s’entretuent aux portes des boulangeries et des stations-service. Si les choses ne vont pas dans le sens souhaité, nous n'allons pas nous limiter à Karish. QueAméricains et Israéliens tiennent bien compte de cette équation. Nous irons à Karish et au-delà de Karish. Et le Hezbollah « suit de près tous les champs, puits et plates-formes le long des frontières palestiniennes et possède une banque bien détaillée des cibles. Nous disons aux Américains et aux Israéliens, si vous voulez interdire le Liban d’exploiter ses droits pour sortir de sa crise, alors personne ne pourra extraire ou vendre du pétrole et du gaz ! »

http://french.presstv.ir/Detail/2022/07/13/685572/Nasrallah%C2%A0--Biden-est-venu-convaincre-ses-alli%C3%A9s-%C3%A0-exporter-plus-de-p%C3%A9trole

Dans LIBAN

SAYYED NASRALLAH ETABLIT L'EQUATION D'AU-DELA DE KARISH : LES DRONES DU HEZBOLLAH NE SONT QU'UN MODESTE DEBUT

Par Le 14/07/2022

Sayyed Nasrallah établit l’équation d’au-delà de Karish: les drones du Hezbollah ne sont qu’un modeste début

 Sayyed Nasrallah établit l’équation d’au-delà de Karish: les drones du Hezbollah ne sont qu’un modeste début

folder_openRésumés des discours access_timedepuis 17 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

Le secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, a tenu mercredi soir une allocution au cours de laquelle il a abordé les derniers développements au Liban et dans la région.

Sayyed Nasrallah a affirmé que «le renversement du projet US dans le nouveau Moyen-Orient est l’une des réalisations de la résistance lors de la guerre israélienne contre le Liban en juillet 2006». «La fermeté de la résistance et du Liban dans la guerre de juillet a contrecarré les objectifs de la guerre et a asséné un coup très dur au projet du nouveau Moyen-Orient», a-t-il déclaré.

«L’Amérique d’aujourd’hui se diffère de celle de 2003 et 2006, le président américain âgé est une image de l’Amérique qui entre dans la vieillesse.

La position des USA dans le monde aujourd’hui est différente de ce qu’elle était dans le passé, le rejet des diktats US est récurrent dans de nombreuses régions du monde», a-t-il ajouté.

Abordant le déplacement du président américain Joe Biden dans la région, sayyed Nasrallah a indiqué que «Biden, vise via sa visite au Moyen-Orient, persuader les pays du Golfe d’exporter du pétrole et du gaz, qui est plus important que la question d’Israël», ajoutant que «Biden n’a absolument rien à offrir au peuple palestinien».

«Biden a annoncé depuis son arrivée à la présidence qu’il est sioniste, tout ce qu’il a dit aujourd’hui à son arrivée sur la «solution des deux États» n’est que des compliments», a-t-il expliqué.

Selon sayyed Nasrallah, les États-Unis ont assumé la responsabilité de garantir l’alternative pour l’Europe alors que le temps presse pour eux car l’hiver approche et ils doivent stocker l’alternative pendant l’été.

Evoquant la question de la démarcation des frontières maritimes entre le Liban et la Palestine occupée et l’envoi par le Hezbollah trois drones vers le champ gazier offshore controversé de Karsih, sayyed Nasrallah a affirmé que certains ministres israéliens ont menacé le Liban.

 

 

«Le ministre israélien de la Guerre, Benny Gantz, qui a dit qu’il marcherait à nouveau vers Beyrouth, il se ment à lui-même et à son peuple. Tous les Israéliens sont conscients que les remarques de Gantz concernant l'intrusion au Liban sont vides de sens. Lorsqu'Israël fait les calculs pour le déclenchement d'une guerre, il doit tenir compte de l'environnement, des capacités et de la géographie. Gantz n’ose pas faire des pas vers Gaza, nous lui conseillons de se souvenir de la guerre de juillet, notamment leur tentative d’entrer à Bint Jbeil», a poursuivi le secrétaire général du Hezbollah.

Pour sayyed Nasrallah, la résistance est la seule force que possède le Liban pour obtenir son droit au pétrole et au gaz pour les extraire et les vendre.

«Toutes les parties au Liban sont d’accord sur le fait que le pétrole et le gaz sont le seul moyen pour sortir de la crise que souffre le pays. Le Liban se trouve dans une situation très difficile, l’argent de la Banque mondiale ne résoudra pas la crise. La solution réside dans les centaines de milliards qui sont les nôtres», a-t-il insisté.

 

 

«Le Liban peut entraver l’extraction de pétrole et de gaz des terres palestiniennes occupées et ainsi l’empêcher de les importer vers l’Europe», a-t-il dit, soulignant qu’«il ne nous reste que deux mois car les autorités d’occupation parlent d’extraire le pétrole en septembre».

«Si nous n’agissons pas pour délimiter les frontières le plus tôt possible avant septembre, les choses seront difficiles et à un coût élevé. Si nous ne prouvns pas nos droits avant septembre, les choses vont coûter cher après cette période», a-t-il mis en garde.

Sayyed Nasrallah a affirmé que le Hezbollah ne considère pas le médiateur américain Amos Hochstein comme un médiateur, mais plutôt comme un parti qui travaille dans l’intérêt d’«Israël» et qui fait pression sur la partie libanaise.

S’adressant aux responsables libanais, sayyed Nasrallah les a appelé à ne laissez pas les Américains les tromper et perdre du temps. «La résistance est votre seul point de force dans les négociations de démarcation des frontières, profitez-en et exploitez-la», a-t-il indiqué.

 

«Nous n’avons convenu ni promis à personne que nous ne ferons aucune démarche et que nous attendons des négociations, quiconque donne des promesses aux Américains les trompe», a-t-il averti.

Concernant le lancement par le Hezbollah de 3 drones non armées en direction de la zone contestée sur le champ de Karish au début de ce mois, le numéro un du Hezbollah a annoncé que «c’est la première fois dans l’histoire de l’entité sioniste, que trois drones sont lancés simultanément à son encontre et sur une seule cible».

«Les drones ont été envoyés après la réponse trompeuse des Américains et leur perte de temps», a-t-il expliqué.

«Le Hezbollah a intentionnellement lancé 3 drones de reconnaissance pour qu’ils soient abattus par les Israéliens. Nous avons voulu que des missiles israéliens soient tirés sur ces drones pour que les personnes opérant sur ce champ sachent que cette zone n’est pas sûre», a-t-il précisé.

Et d’ajouter: « le message derrière l’envoi de ces drones est de confirmer que nous sommes sérieux et nos actes seront progressifs, et ce message a été compris par les Israéliens et les Américains».

«Nous détenons une variété de capacités sur terre, sur mer et dans les airs, et toutes ces options sont ouvertes. Nous ferons, au bon moment, tout ce qui servira le dossier des négociations», a-t-il dit.

De même, Sayed Nasrallah s’est adressé à l’ennemi et ami, affirmant que « la question de la démarcation des frontières est cruciale, et c’est le seul moyen pour sauver le Liban et son peuple, et nous ne mènerons pas de guerre psychologique là-dessus».

Il a appelé les Libanais à s’unir sur une même position, pour la faire entendre aux Israéliens. Le numéro un du Hezbollah a prévenu que «si la décision est de ne pas aider le Liban, de le pousser vers l’effondrement et de l’interdire d’extraire le gaz, alors là, les menaces de guerre et même y aller sera beaucoup plus honorable».

«Je dis à l’ennemi et aux Américains que le message des drones n’est qu’un début modeste sur ce vers quoi nous pouvons aller», a-t-il menacé.

Et le chef du Hezbollah de lancer : «Il y a ceux qui veulent que notre peuple meure de faim et s’entretue aux portes des boulangeries et des stations-service. Si les choses atteignent un point négatif, nous ne nous limiterons pas face à Karish. Inscrivez cette équation. Nous irons à Karish et au-delà de Karish.»

Il a révélé que le Hezbollah «suit de près tous les champs, puits et plates-formes le long des frontières palestiniennes et possède toutes les coordonnées».

«Nous disons aux Américains et aux Israéliens, si vous voulez interdire le Liban d’exploiter ses droits pour sortir de sa crise, alors personne ne pourra extraire ou vendre du pétrole et du gaz !», a-t-il conclu.

https://french.alahednews.com.lb/44843/342

israel petrole europe hassan nasrallah liban gaz

Dans LIBAN

EXPLOSION DU PORT DE BEYROUTH : DES LIBANAIS PORTENT PLAINTE AUX USA CONTRE LA SOCIETE QUI POSSEDAIT LE BATEAU QUI TRANSPORTAIT LE NITRATE D'AMMONIUM

Par Le 13/07/2022

Explosion du port de Beyrouth: des Libanais portent plainte aux USA contre la société qui possédait le bateau qui transportait le nitrate d’ammonium

 Depuis 3 heures  13 juillet 2022

explosion_port_beyrouth

 Amérique et Europe - Article traduit - USA

 

Rédaction du site

Un groupe de 9 personnes issues des familles des victimes de l’explosion du port de Beyrouth survenue le 4 août 2020, a déposé une plainte aux États-Unis devant le tribunal de Houston au Texas, contre la société américaine TGS Nopec Geophysical, propriétaire de la société de prospection sismique Spectrum et du bateau affrété Rhosus, qui a transporté le nitrate d’ammonium et l’a déchargé au Liban.

Les familles des victimes accusent Spectrum d’être responsable de « la négligence qui a entraîné la mort de leurs proches ». Elles espèrent avec cette plainte clarifier le rôle exact joué par l’entreprise dans l’explosion.

La plainte fait valoir que l’affrètement imprudent d’un bateau « non navigable, transportant des explosifs sans les permis nécessaires, constitue une violation des clauses contractuelles sur les individus, de la législation locale et des meilleures pratiques de l’industrie, ce qui est en fin de compte responsable de cette horrible explosion ».

Selon le journal suisse Le Temps, la plainte accuse la société Spectrum d’avoir affrété en 2013 le bateau Rhosus, pour naviguer jusqu’au port de Beyrouth. C’était un bateau vétuste qui contenait des centaines de tonnes de nitrate, initialement destinées au Mozambique.

Alors que le navire n’était pas censé se rendre à Beyrouth, la société Spectrum l’a envoyé au Liban, pour récupérer l’énorme équipement d’analyse sismique. Mais dès que le navire est arrivé au port, il a commencé à charger 160 tonnes d’équipement de prospection sismique que les autorités libanaises avaient auparavant demandé, sans aucun lien, avec le nitrate d’ammonium.

Le navire a alors déchargé le nitrate d’ammonium et l’a stocké dans le port de Beyrouth, car la charge supplémentaire pouvait entraîner la rupture et l’endommagement permanents du bateau, qui est finalement resté pendant 7 ans dans le port.

Citant l’une des victimes, l’avocate Tania Abu Alam, deux ans après l’explosion, le journal suisse rapporte « beaucoup de zones d’ombre. Le Rhosus qui transportait le nitrate d’ammonium, était un navire de la mort, il était en mauvais état, alors pourquoi Spectrum l’a-t-il loué pour y transporter des engins sismiques? »

L’avocate Zina Wakim, qui représente les victimes aux côtés de l’Américain Adam Ford, s’étonne que « la compagnie ait choisi ce bateau parmi tous les bateaux disponibles, sachant qu’il était déjà à 300% de sa capacité maximale autorisée, avec 2 750 tonnes d’explosifs à son bord, il battait pavillon moldave, ne disposait pas des rampes nécessaires pour transporter les engins sismiques présumés et avait été arrêté par les autorités portuaires espagnoles en raison de dysfonctionnements techniques ».

Une énorme explosion s’est produite dans le port de la capitale libanaise, Beyrouth, le 4 août 2020, tuant plus de 200 personnes et en blessant environ 6 000 autres, ainsi que des dégâts matériels massifs aux bâtiments résidentiels et aux institutions commerciales.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2377102

    

Dans LIBAN

KARISH : COMMENT LE HEZBOLLAH A FORCE L'AMERIQUE ET "ISRAËL" A ADMETTRE LEUR DEFAITE

Par Le 10/07/2022

Karish: USA/entité jurent ne pas tricher

Sunday, 10 July 2022 5:11 PM  [ Last Update: Sunday, 10 July 2022 5:11 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L’opération de drones du Hezbollah dans le champ de gazier de Karish a forcé Israël à s’asseoir à la table des négociations. (Illusration)

Se référant à l’envoi de trois drones de reconnaissance du Hezbollah libanais vers Karish dans la zone contestée entre Beyrouth et le régime sioniste, le journal libanais Al-Akhbar a écrit que cette action avait retiré au camp israélo-américain leur soi-disant position de force face au Liban, les forçant à s’asseoir à la table des négociations.

Selon le journal, l’entrée directe de la Résistance libanaise en scène par l’envoi de 3 drones sur le champ de Karish, a conduit à remuer l’impasse autour du dossier et à faire pression sur les parties américaine et israélienne qui ont compris qu'elles ne peuvent plus s'adresser aux Libanais en position de force, les obligeant ainsi à respecter les lignes rouges du Liban en ce qui concerne l’achèvement des travaux dans le champ de Karish ainsi que les droits légitimes du Liban dans la zone contestée.

« Depuis l’envoi des drones du Hezbollah, les contacts américains avec les forces politiques libanaises concernées par le dossier n’ont cessé de confirmer que Washington et Tel-Aviv ne veulent pas d’escalade et s’engagent sur la voie des négociations », a rapporté le journal.

L’armée israélienne a annoncé, samedi 2 juillet, avoir abattu trois drones du Hezbollah qui se dirigeaient vers la plateforme gazière de Karish, dans l’est de la Méditerranée. La réponse du Hezbollah par communiqué est pourtant claire : les drones ont rempli avec succès leur mission consistant à une collecte d’informations, bien avant que les systèmes de la défense aérienne israéliens ne puissent les détecter.

Karish: la reculade Israël/US!

Karish : la reculade Israël/US !

Plusieurs responsables libanais, dont Michel Aoun, le président de la République libanaise, ont également fait état du progrès du processus de négociations. 

« La question de la démarcation des frontières maritimes va bientôt se terminer. Le Liban serait sur le point de parvenir à un accord avec les Américains en tant que médiateur. La solution serait dans l’intérêt du Liban », a déclaré récemment Michel Aoun.

Le processus positif évoqué par Aoun se résonne avec le nouveau message de l’Amérique aux autorités libanaises par l’intermédiaire de l’ambassadrice des États-Unis au Liban, Dorothy Shea, véhiculant que les États-Unis essaieraient de convaincre Tel-Aviv d’accepter le champ de Qana comme faisant partie du Liban sans exiger de compensation.

Shea, citant Amos Hockstein, le médiateur américain chargé de déterminer les frontières maritimes entre le Liban et le régime sioniste, a déclaré que le régime sioniste n’était pas opposé à la question de la remise du gisement de Qana au Liban, mais il y a des points à cet égard que les autorités de ce régime devraient envisager.

Karish : le Yakhont

Karish : le Yakhont

Les Israéliens ont proposé que le champ gazier de Qana soit remis à une société spéciale, à condition que cette dernière paie à Israël un montant basé sur la part de Tel-Aviv dans le champ.

Et le journal du conclure : l’opération de drones du Hezbollah a également entraîné d’autres développements. Hockstein, qui n’envisageait pas de retourner dans la région pour terminer la médiation (car il était préoccupé par des dossiers énergétiques dans d’autres pays sous les ordres du président américain Joe Biden), a modifié son agenda et selon les médias israéliens, son équipe et lui sont censés retourner dans la région.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/07/10/685384/Karish--Hezbollah-domine-le-jeu-

Dans LIBAN

GISEMENT OFFSHORE DE KARISH : LE HEZBOLLAH VA EMPECHER "ISRAËL" DE PILLER LE GAZ LIBANAIS

Par Le 09/07/2022

Gisement offshore de Karish : Le Hezbollah va empêcher Israël de piller le gaz libanais

Par Robert Inlakesh
Arrêt sur info — 09 juillet 2022

Facebook

 

« Tel Aviv » sait qu’il a le soutien de Washington sur la question des gisements d’hydrocarbures —plus précisément le champ gazier offshore de Karish— et que les États-Unis ne permettent ni au Liban ni à la Syrie de bénéficier de leurs propres ressources.

Par Robert Inlakesh – 14 juin 2022

Les tentatives d’ « Israël » d’imposer sa volonté au Liban et d’exploiter les ressources naturelles du champ de Karish se solderont par un échec retentissant. Sachant cela, le régime sioniste de « Tel Aviv » poussera-t-il cette affaire au bord de la guerre comme seule stratégie ?

Le 5 juin, le président libanais, Michel Aoun, a averti « Tel Aviv » que son activité prévue dans la zone frontalière maritime contestée représente « une provocation et une action agressive ». Cet avertissement a été lancé par les dirigeants libanais à la suite de l’incursion d’un navire grec dans la zone où se trouve le gisement de Karish, riche en ressources.

Dans les médias occidentaux, le champ de Karish a été décrit comme étant « à l’ouest de Haïfa », ce qui est la description israélienne officielle de ce site riche en pétrole et en gaz. En réalité, cette description du champ de Karish est géographiquement incorrecte, et il est clair que le champ se trouve plus au nord de la ville de Haïfa, occupée par Israël. Depuis octobre 2020, « Tel Aviv » et Beyrouth entrent et sortent de négociations, via un intermédiaire américain, sur la délimitation exacte de la frontière maritime entre le Liban et le régime colonial occupant la Palestine. « Israël » exploite déjà les ressources de tous les autres champs pétroliers et gaziers, souvent appelés champs Léviathan, mais s’est longtemps abstenu d’explorer les ressources naturelles du seul champ revendiqué comme territoire libanais.

La position du gouvernement libanais a été de s’abstenir d’explorer ces ressources dans le champ de Karish, en raison de l’absence d’accord sur les frontières maritimes, ce qu’ « Israël » aurait également accepté comme statu quo. Pourtant, la semaine dernière, « Tel Aviv » a provoqué non seulement l’État libanais, mais aussi le peuple libanais, en envoyant un navire dans la zone contestée, mais aussi en affirmant que l’endroit où le navire est entré était la zone économique exclusive d’ « Israël ».

« Israël » n’a pas besoin des ressources du champ de Karish ; cette question est loin d’être aussi litigieuse que les différends relatifs au territoire terrestre dans des endroits comme le plateau du Golan occupé, la Cisjordanie et Al-Quds. D’autre part, le Liban souffre d’une crise économique et d’une crise politique écrasantes, sans compter que le pays est également écrasé par des puissances extérieures. Le gisement de Karish est un trésor potentiel pour le Liban, capable de sortir le pays de l’effondrement économique et des pénuries d’électricité.

Pour « Israël », revendiquer les ressources du champ de Karish n’est pas une question de vie ou de mort en termes économiques, mais militairement, c’est une toute autre question. En réponse aux provocations israéliennes, le Secrétaire Général adjoint du Hezbollah libanais, Cheikh Naïm Qassem, a déclaré que la Résistance était prête à utiliser la force pour empêcher « Israël » de piller les ressources du champ. En réponse, « Tel Aviv » a annoncé qu’il était prêt à défendre le navire, qui serait prêt à commencer les efforts d’extraction d’ici 3 mois. Puis, mercredi, le Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, a prononcé un discours télévisé dans lequel il a assuré que le champ de Karish était tout aussi précieux à libérer que le territoire libanais dans le passé, exhortant le peuple libanais à se mobiliser contre la provocation. Nasrallah a déclaré que la Résistance « a la capacité d’empêcher l’ennemi de commencer à extraire de Karish, et toutes les actions de l’ennemi ne seront pas en mesure de protéger ce navire. » Malgré les préparatifs israéliens, des informations militaires ont été divulguées sur l’incapacité d’ « Israël » à protéger le navire du Hezbollah.

La réalité est qu’ « Israël » est dépassé par les événements, car il sait qu’il ne pourra jamais extraire le pétrole et le gaz du champ de Karish et que les menaces du Hezbollah, à elles seules, en font déjà une entreprise beaucoup plus coûteuse. Ce qu’ils essaient de faire maintenant, c’est de pousser les choses à bout, mais pas plus loin ; ils veulent voir jusqu’où ils peuvent aller sans que la situation ne dégénère en une véritable guerre.

« Tel Aviv » sait qu’il a le soutien de Washington sur la question des gisements d’hydrocarbures —plus précisément le champ gazier offshore de Karish— et que les États-Unis ne permettent ni au Liban ni à la Syrie de bénéficier de leurs propres ressources [même celles qui ne font pas l’objet de disputes territoriales]. L’armée israélienne a également tenté d’intimider la défense civile libanaise le long de la frontière terrestre avec le Liban, dans une tentative de démonstration de force, utilisant même ses chars pour faire de petites incursions dans le sud du Liban. Le soutien américain place les Israéliens dans une position de négociation forte, mais ce soutien américain ne pourra pas l’emporter sur la force des armes de la résistance libanaise.

Immédiatement après les menaces du Hezbollah contre les tentatives d’ « Israël » de s’emparer des ressources des champs de Karish, « Israël » s’est tourné vers son punching-ball habituel, la Syrie. Les dernières frappes aériennes israéliennes, lancées sans provocation une fois de plus, ont visé l’aéroport international de Damas, détruisant les pistes d’atterrissage civiles et militaires. La télévision israélienne a affirmé que « Tel Aviv » cherchait à envoyer un message à l’Iran à propos de ce qu’elle prétend être des livraisons d’armes au Hezbollah.

Sur les photographies aériennes de l’aéroport international de Damas, les dégâts montrent clairement que l’attaque israélienne n’a pas touché d’équipement militaire. Cela peut être facilement observé car il n’y a aucune marque de brûlure suggérant qu’une explosion secondaire s’est produite quelque part, de sorte que les frappes aériennes israéliennes n’ont pas réellement détruit d’armes à l’aéroport même. Au lieu de cela, l’attaque a entraîné la suspension des vols. L’aéroport a été déclaré non opérationnel, et tous les vols ont été détournés vers la ville d’Alep. Outre le fait qu’il n’y a aucune preuve qu’ « Israël » visait des armes iraniennes ou envoyait un message à la Syrie, à Téhéran et au Hezbollah concernant les transferts d’armes, les preuves basées sur la logique semblent pointer dans une autre direction. Il serait plus logique de croire qu’ « Israël » s’en est pris à la Syrie pour saper le sentiment de sécurité générale du peuple syrien, en plus de fournir une occasion de prouver au public israélien qu’il répondrait de manière forte aux menaces du Hezbollah. Si « Israël » avait vraiment frappé l’aéroport à cause de transferts d’armes, pourquoi frapperait-il la piste civile et pourquoi ne viserait-il pas les armes qui, selon la presse israélienne, y sont introduites en contrebande ?

Tant que la Résistance restera au Liban, il n’y a aucune chance qu’ « Israël » parvienne un jour à créer une réalité dans laquelle il pourrait exploiter le champ de Karish, et bientôt « Tel Aviv » se rendra compte qu’il doit abandonner son petit jeu.

Source : Al Mayadeen English

Traduction : lecridespeuples.fr

https://arretsurinfo.ch/gisement-offshore-de-karish-le-hezbollah-va-empecher-israel-de-piller-le-gaz-libanais/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=gisement-offshore-de-karish-le-hezbollah-va-empecher-israel-de-piller-le-gaz-libanais

 Imprimer

ÉCONOMIEETATS-UNISHISTOIREISRAËLLIBAN

KARISH

Dans LIBAN

SUR LES TROIS DRONES DU HEZBOLLAH ENVOYES SUR KAZISH : POURQUOI A-T-IL FALLU 4 JOURS POUR DIFFUSER L’INFORMATION ?

Par Le 08/07/2022

Sur les trois drones du Hezbollah envoyés sur Karish : pourquoi a-t-il fallu 4 jours pour diffuser l’information?

 Depuis 8 heures  8 juillet 2022

plateforme_energean

 Entité sioniste - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Nouvelle révélation sur les 3 drones du Hezbollah envoyés au-dessus de la plateforme gazière de Karish : la publication de l’information dans les médias a nécessité quatre jours de concertation dans l’establishment israélien.Les médias israéliens se sont penchés sur le retard de cette diffusion.

Le site d’information israélien Israel Hayom explique ce retard qu’il a pour but « de préserver une distance d’ambigüité à l’encontre du Hezbollah ». Il rapporte aussi que l’armée n’était pas non plus sure et certaine que les drones avaient été abattus par ses moyens.

L’interception de ces appareils n’a pas été une chose facile pour l’armée israélienne. Elle a envoyé dans un premier moment le F-35 qui a échoué dans sa mission, puis un F-16 qui a visé l’un d’entre eux, mais l’interception des deux autres semble n’avoir été possible que grâce au missile me-air israélien Barak1 tiré depuis un navire de la marine israélienne.

La décision de rendre public cet évènement semble avoir été promue par la crainte que le Hezbollah ne la publie en premier. « Le chef de la commission des affaires étrangères et de la sécurité de la Knesset a commenté ce qui a été publié par la radio israélienne ce matin, en disant : Si nous cachons l’affaire, alors ils l’auraient publié », a rapporté le correspondant aux Affaires politiques de la chaîne Kan, Gili Cohen, selon lequel cette appréhension constitue « une élévation progressive par le Hezbollah. »

Selon le site d’information économique israélien Globus, le ministère israélien de l’Energie a exercé des pressions pour empêcher la diffusion de l’information de ces drones pour des raisons économiques.

Il rapporte que les actions de la société Energean qui possède la plateforme déployée dans la zone maritime contestée par le Liban, non loin de la ligne 29, ont chuté de 2,5% dans la bourse de Tel Aviv dans les heures qui ont suivi l’envoi des trois drones. Les tentatives de les revendre à de nouveaux actionnaires pour préserver leur cours normal ont aussi échoué.

Les intentions du Hezbollah

Dans les médias israéliens, les spéculations vont bon train aussi sur les intentions du Hezbollah derrière l’envoi des trois drones. En les revendiquant, le Hezbollah avait indiqué qu’ils ont accompli leur mission et « leur message est délivré ».

Selon le correspondant militaire du site Web Wallah, « la tentative de l’armée israélienne de refroidir l’arène nord n’a pas réussi »
« Dans certains cas, cela apparaît également comme une mauvaise appréciation de la Division du renseignement militaire concernant ce qui se passe à la tête du Hezbollah ». Et le site de s’interroger surtout « quelle serait la prochaine étape ».

L’ancien commandant du système de défense aérienne, le général de brigade (de réserve) Zvika Haimovich, a pour sa part, évoqué la question des préparatifs de l’establishment sécuritaire israélien face à une menace où le Hezbollah enverrait un nombre plus important de drones. Il a déclaré : « Il ne fait aucun doute qu’un élément transportant un essaim de drones est égal à la valeur initiale de 100 missiles tirés d’une source étrange vers Israël.
« Ce scénario n’est ni étrange ni imaginaire pour Israël. Nous l’avons testé lors de l’opération Fences Guard avec 100 missiles en même temps dirigés vers une colonie, et c’est un scénario logique qui ne peut être exclu des possibilités », a-t-il fait remarquer.

Selon lui la réalité des menaces du Hezbollah n’a pas commencé samedi ou mercredi de la semaine dernière.
« Pour ceux qui ont oublié, il y a seulement 4 mois, le Hezbollah avait envoyé un appareil à l’intérieur du territoire d’Israël et il est resté environ une heure et est arrivé à proximité de la région de Tibériade. Donc c’est l’un des nombreux cas », a-t-il rappelé.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2373813

 

Dans LIBAN

GAZ : RUSSIE/HEZBOLLAH CONTRE L'OTAN !

Par Le 04/07/2022

Un conflit direct éclate entre Israël et le Liban ?

Monday, 04 July 2022 4:53 PM  [ Last Update: Monday, 04 July 2022 4:53 PM ]

 30  

Gaz : Russie/Hezbollah contre l'OTAN!

Alors que le Liban et Israël n'ont pas été impliqués dans un conflit majeur depuis 2006, la chute des exportations énergétiques russes, y compris le gaz et le pétrole, a fait grimper les prix mondiaux de l'énergie et a accru l'attrait d'aller de l'avant avec de nouveaux projets à tel point qu’Israël tente de voler le gaz libanais par le biais du gisement gazier offshore Karish. 

En réaction à ce vol en vue de tous et toutes, samedi 2 juillet, un essaim de trois drones du Hezbollah a atteint Karish et 24 heures plus tard, une nouvelle attaque aux drones a été menée, cette fois à Tamar, au large d'Ashdod.

Mais qu'en sera-t-il si un conflit direct venait à éclater entre Israël et le Liban ? Et quelle sera la réaction de la Russie? Va-t-elle s'aligner sur l'axe de la Résistance ?

Luc Michel, géopoliticien, répond à nos questions.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/07/04/685035/-Un-conflit-direct-%C3%A9clate-entre-Isra%C3%ABl-et-le-Liban-

Dans LIBAN

GAZ D'ISRAËL : LE HEZBOLLAH SORT SES YAKHONT!

Par Le 26/06/2022

Marine israélienne: « Notre DCA fléchira »

Sunday, 26 June 2022 5:41 PM  [ Last Update: Sunday, 26 June 2022 5:41 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un missile à haute précision du Hezbollah libanais. (Archives)

À la lumière des menaces lancées récemment par le Hezbollah, des officiers supérieurs de la marine israélienne ont révélé samedi, certaines des lacunes en termes de sécurité et des problèmes auxquels ils pourraient être confrontés lors d’une guerre à venir avec la Résistance libanaise notamment au sujet de la protection des gisements de gaz situés dans une zone disputée entre le Liban et Israël.

Selon un rapport du site israélien Mako, des officiers sionistes ont déclaré que le Hezbollah avait réussi à s’équiper de grandes quantités de missiles de croisière côtière avancés comme le missile Yakhont C802 lui permettant de cibler des installations vitales sans compter d’autres menaces telles que leur capacité à moderniser d’autres missiles de fabrication russe, des bateaux piégés, des drones et des plongeurs hautement qualifiés.

Les officiers sionistes ont, en outre, reconnu qu’Israël malgré la coopération entre sa marine, son armée de terre et son appareil de renseignement, ainsi qu’étant équipé des chasseurs et des navires de guerre d’une valeur des milliards de dollars, était toujours menacé par des lacunes et des pénuries en termes de nombre de navires, d’autant plus que la marine est chargée de sécuriser le trafic maritime des navires marchands en tant qu’artère principale de l’économie du régime sioniste, fournissant ainsi 97 % des besoins d’Israël.

« La marine israélienne disposait actuellement de 15 navires lance-missiles, dont quatre Saar 6 étant dans la phase de la mise en service opérationnel, quant aux navires restants, les navires lance-missiles Saar 4.5 sont anciens et relativement petits, et les navires Saar 5 sont en service depuis 30 ans », ont-ils ajouté.

Karish contre Léviathan...

Karish contre Léviathan...

Le site a conclu à la fin de son rapport qu’à la lumière de l’accumulation des menaces contre Israël, l’armée de l’air israélienne serait contrainte d’abandonner la mise en œuvre de certaines tâches et de se concentrer sur la protection des gisements de gaz étant plus vitaux et l’un des principaux objectifs de la prochaine guerre avec le Hezbollah libanais.

Récemment, un journal sioniste a écrit que le Hezbollah en dévoilant ses nouveaux missiles, voulait montrer que tout éventuel conflit avec Israël se déroulera en mer.

Faisant référence à une vidéo diffusée par le Hezbollah dans le cyberespace le Jerusalem Post a écrit dans une analyse par Seth Franzman que le Hezbollah disposait de plusieurs nouvelles munitions dans son arsenal toujours en expansion.

Selon le rapport, le Hezbollah a stocké plus de 100 000 missiles et roquettes au fil des ans. Cependant, le véritable danger de ces armes est que certaines d’entre elles ont été améliorées ou équipées de nouvelles technologies.

C’est dans ce contexte que l’armée d’occupation israélienne a déclaré que le Hezbollah libanais avait récemment établi 15 positions militaires le long du côté ouest de la frontière commune entre la Palestine occupée et le Liban, dans le but de construire une ligne défensive avancée.

Jénine: l'armée sioniste en débandade!

Jénine : l’armée sioniste en débandade !

L’armée palestinienne fait fuir la “force d

Selon un rapport publié jeudi 23 juin sur la chaîne 12 de télévision israélienne, l’expansion régionale du Hezbollah dont les combattants ne dissimulaient plus leurs activités militaires en prétendant appartenir à des organisations environnementales, visait à collecter des données et de renseignements et à surveiller les mouvements de l’armée israélienne.

La chaîne a souligné que, selon les estimations de l’armée d’occupation, tous les combattants qui occupent ces nouvelles positions appartenaient à l’unité de Radwan du Hezbollah.

Évoquant la présence de combattants du Hezbollah 24 heures sur 24 dans les positions frontalières libano-israéliennes, la même source a déclaré que le Hezbollah avait lancé ses positions spécifiquement le long de la ‘zone frontalière’ d’où il a procédé à l’enlèvement de troupes israéliennes en 2006.

Le rapport poursuit en disant que ces membres du Hezbollah habillés de vêtements civils, certains d’entre eux équipés de pistolets seraient revenus de Syrie ayant pour tâche de surveiller et de filmer les mouvements de l’armée israélienne.

Hezbollah: Israël en sait tout?

Hezbollah : Israël en sait tout ?

La révélation du nombre de combattants du Hezbollah constitue un avertissement à l’axe américano-sioniste.

La chaîne 12 a ajouté que chaque position du Hezbollah dans la région se composait d’une tour militaire ou de guet, et que des bâtiments de repos avaient été construits pour les membres du Hezbollah entre les bases.

Une source militaire sioniste a accusé l’armée libanaise et les forces intérimaires de l’ONU (UNIFEL) au Liban d’avoir ignoré les mesures du Hezbollah, affirmant qu’elles violaient la résolution 1701 du Conseil de sécurité.

Le régime sioniste accuse le Hezbollah de violer la résolution alors que selon des rapports, des avions de guerre israéliens ont violé l’espace aérien libanais plus de 22 000 fois au cours des 15 dernières années.

Le journaliste libanais a également publié une photo montrant un combattant du Hezbollah seul à bord d’une moto devant un char sioniste, ne lui permettant pas d’avancer davantage pour s’approcher de la frontière libanaise.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/06/26/684577/Hezbollah---Isra%C3%ABl-dans-le-viseur

Dans LIBAN

UN COMBATTANT DU HEZBOLLAH, SEUL A MOTO, BARRE LA ROUTE A UN CHAR ISRAELIEN, L'EMPECHANT D'AVANCER DAVANTAGE

Par Le 25/06/2022

Un combattant du Hezbollah à moto bloque le passage d’un char israélien à la frontière

 Depuis 11 heures  25 juin 2022

Un combattant du Hezbollah sur moto interdit à un char israélien de franchir la frontière.

Un combattant du Hezbollah sur moto interdit à un char israélien de franchir la frontière.

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Une unité d’infanterie de l’armée d’occupation israélienne a franchi la clôture équipée de dispositifs de surveillance électronique et s’est infiltrée dans la zone contestée de Khalet Al-Mahafer, au sud de la localité de Adaysseh sans oser franchir la Ligne bleue qui sépare le sud du Liban des territoires palestiniens occupés.

Le correspondant d’Al Manar a posté, le jeudi 24 juin, une photo montrant un combattant du Hezbollah, seul à moto, barrant la route à un char israélien, l’empêchant d’avancer davantage.

Cet incident intervient alors que des sources sécuritaires libanaises font état d’actions suspectes de soldats israéliens le long de la frontière avec le Liban.

Le correspondant d’AlManar avait plutôt rapporté que 17 soldats israéliens, appuyés par deux chars Merkava, se sont approchés d’une clôture de Khalet al-Mahafer équipée de capteurs électroniques et y ont patrouillé avant de quitter la zone une heure plus tard.

https://french.almanar.com.lb/2362593

      

Dans LIBAN

SIX SURPRISES DU HEZBOLLAH POUR ISRAËL ?

Par Le 18/06/2022

Israël/Hezbollah: les six révélations à venir

Saturday, 18 June 2022 4:38 PM  [ Last Update: Saturday, 18 June 2022 4:38 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Missile anti-navire du Hezbollah (Photo d'archives)

Sur fond des tensions entre Beyrouth et Tel-Aviv montées d’un cran suite à l’envoi d’un navire israélien censé exploiter le gisement de gaz « Karish » situé dans une zone disputée entre le Liban et Israël, l'armée sioniste craint une nouvelle confrontation avec le Hezbollah au Liban, rapporte Rai al-Youm dans son numéro du vendredi 17 juin.

Mais en cas de déclenchement d’une guerre, le régime israélien ferait bien de se rendre à l’évidence que le Hezbollah n’est plus le même qu’il a été lors de la guerre de 33 jours en 2006 et réserve six surprises aux sionistes que Rai al-Youm explique comme suit :

Les tirs de roquettes du Hezbollah sur des cibles israéliennes seront nettement plus intenses qu’en 2006. L’annonce sur l’existence d'un large arsenal de missiles de précision à disposition du Hezbollah signifie une évolution majeure qui se traduira par des attaques contre les cibles sensibles dans les territoires occupés. Ainsi, le régime israélien ne sera pas le seul à détruire des infrastructures alors que les siennes feront face à des représailles. Cette guerre redessinera probablement les équations dissuasives, empêchant Israël d'effectuer une destruction généralisée.

La confrontation navale qui sera le principal enjeu de la guerre à venir surprendra à son tour les Israéliens. Lors de la guerre précédente, le Hezbollah ne visait que le sous-marin israélien « Saer », mais la future confrontation navale devrait être plus large en termes de portée de missiles et de ciblage des navires sionistes étant donné que le Hezbollah applique des tactiques navales avec d'autres outils non connus du grand public.

Quant à la confrontation terrestre dans la guerre à venir, la Résistance ne s'appuiera probablement pas sur les méthodes précédentes connues de l'ennemi israélien et se tournera vers des tactiques offensives : les combattants de la Résistance tenteront de s’infiltrer en Palestine occupée pour attaquer les colonies sionistes. Une situation qui s’inverse lorsqu’on se rappelle que pendant la guerre de 33 jours c’étaient les soldats sionistes qui avaient fait irruption sur le sol libanais. Pour empêcher l’avancée des sionistes, la Résistance a donc recouru aux tactiques de la guérilla et repoussé les sionistes au moyen des missiles Cornet qui se sont avérés très efficaces dans le ciblage des chars et de l'infanterie sionistes.

La guerre du futur va caricaturer la soi-disant « supériorité aérienne israélienne » à mesure que le Hezbollah utilisera les systèmes de défense aérienne qui obligeront les hélicoptères et drones israéliens à voler à haute altitude, ce qui réduit en grande partie l’efficacité opérationnelle des chasseurs israéliens. Déjà, ces derniers ne peuvent plus évoluer comme il y a 13 ans dans le ciel du Liban.

En frappant l’aéroport de Damas la semaine dernière, Tel-Aviv cherche à couper toute voie de secours et d’approvisionnement de la Résistance à travers la Syrie, artère vitale qui a soutenu la Résistance pendant la guerre de 33 jours. Si cette éventuelle guerre joue la prolongation, l’alternative à l’aéroport de Damas sera la ligne terrestre qui relie Beyrouth à Téhéran en passant par l’Irak et la Syrie où se trouvent des bases US, dont al-Tanf. Les troupes américaines qui tenteraient de couper cette ligne d’approvisionnement en armes deviendront elles des cibles de la Résistance.

Lors d’une prochaine guerre qui sera une dernière avec le régime israélien, l’union, plus renforcée que jamais entre les groupes de Résistance à travers la région est le plus grand défi auquel feront face les sionistes. Sans oublier les agissements en Cisjordanie et les territoires occupés de 1948.

Le ciel d'Israël lourdement frappé

Le ciel d'Israël lourdement frappé

Dirigeable capturé; Dôme de fer disjoncté, une DCA "intégrée" Israël/Golfiens, liquidée

http://french.presstv.ir/Detail/2022/06/18/684120/Hezbollah-Liban-Israel-guerre

Dans LIBAN

LIBERTE POUR GEORGES IBRAHIM ABDALLAH !

Par Le 18/06/2022

17 Juin 2022

publié le 17/06/2022
Liberté pour Georges Ibrahim Abdallah !


Georges Ibrahim Abdallah a été condamné en 1987, et en droit français, est libérable depuis 1999 . Et pourtant, il est toujours emprisonné, alors que la justice s’est prononcée pour sa libération !

Cela fait de Georges Ibrahim Abdallah le prisonnier politique le plus ancien dans une prison française, et à l’exception de l’Italie, probablement en Europe.

Par deux fois, alors que la justice d’application des peines avait décidé la libération de Georges Ibrahim Abdallah, les ambassades des États-Unis et d’Israël, et même Hillary Clinton, alors secrétaire d’État des États‑Unis, sont intervenues pour peser sur le cours de la justice de notre pays, et obtenir qu’il ne soit pas libéré et renvoyé au Liban.

C’est Dominique Perben qui une première fois s’y oppose, puis Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, qui a, à leurs demandes, refusé de signer l’arrêt d’expulsion de Georges Ibrahim Abdallah vers le Liban.

Nous le réaffirmons : ce n’est ni aux États-Unis, ni à Israël de dicter la justice en France.

La condition posée par la justice est maintenant qu’un arrêt d’expulsion de Georges Ibrahim Abdallah vers le Liban soit signé. Le Liban a déjà dit qu’il était prêt à l’accueillir, et même demande cette expulsion. Soit, nous demandons donc que le président de la République et ses Ministres de l’Intérieur et de la justice signent le décret d’expulsion, et que Georges Ibrahim Abdallah soit enfin libéré, « expulsé » et puisse rejoindre sa famille au Liban !

Nous appelons toutes les personnes éprises de justice d’exiger la fin de son emprisonnement, et son expulsion vers le Liban.

 

Premiers signataires :
Association France Palestine Solidarité (AFPS)
Confédération générale du travail (CGT)
Fédération syndicale unitaire (FSU)
Ligue des droits de l'Homme (LDH)
Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP)
Parti communiste français (PCF)
Syndicat national des enseignements de second degré (SNES-FSU)
Une autre voix juive (UAVJ)

 

source : https://www.pcf.fr/liberte_pour_georges_ibrahim_abdallah

Tag(s) : #PCF#Abdallah#Communiste

Dans LIBAN

LE PRESIDENT AOUN : LE LIBAN NE RENONCERA PAS A SES DROITS SUR LA RICHESSE PETROLIERE ET GAZIERE

Par Le 14/06/2022

Le Liban ne renoncera pas à ses droits sur la richesse pétrolière et gazière, assure Aoun

Le Liban ne renoncera pas à ses droits sur la richesse pétrolière et gazière, assure Aoun

folder_openLiban access_timedepuis 2 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec agences

Le Liban ne renoncera pas à ses droits sur la richesse pétrolière et gazière, a déclaré lundi le président libanais Michel Aoun, se disant prêt à retourner aux négociations indirectes sur la démarcation de la frontière avec «Israël».

«Il est hors de question pour le Liban de renoncer à ses droits sur la richesse gazière et pétrolière. Cependant, lors de nos discussions avec l'envoyé américain pour l'énergie Amos Hochstein, nous soulignerons la volonté du Liban de reprendre des négociations indirectes avec Israël», a indiqué M. Aoun, cité dans un communiqué publié par la présidence libanaise.

Le chef d'Etat a tenu ces propos au cours de sa réunion avec les législateurs indépendants libanais, qui ont appelé M. Aoun à préserver la richesse pétrolière et gazière du pays.

Le président a également affirmé que le Liban rejetait les menaces israéliennes et a rappelé qu'«Israël» avait violé les réglementations et résolutions internationales en envoyant un navire dans une zone contestée avec le Liban.

Le 5 juin, «Israël» a envoyé le navire Energean Power dans le champ gazier de Karish, qui se situe dans des eaux contestées selon le Liban.

Cette démarche a poussé le Liban à inviter Hochstein, qui arrivera plus tard ce lundi dans le pays, afin de discuter de la reprise potentielle des négociations indirectes sur la démarcation frontalière avec l’entité sioniste.

https://french.alahednews.com.lb/44506/344

 

Dans LIBAN

LE SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH : GAZ OFFSHORE LIBANAIS : TOUTE RECULADE EXCLUE !

Par Le 09/06/2022

« Le trésor offshore, une affaire nationale pour tous les Libanais » (Hassan Nasrallah)

Thursday, 09 June 2022 6:31 PM  [ Last Update: Thursday, 09 June 2022 6:36 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, lors d’un discours télévisé le 9 juin 2022. (Capture d’écran d’Al-Manar)

Le secrétaire général du Hezbollah libanais a prononcé un discours le jeudi 9 juin 2022.

Pour commencer, le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, a affirmé que son discours de ce jeudi soir n’aurait qu’un seul sujet : « les récentes évolutions au sujet du pétrole et du gaz, ainsi que la démarcation des frontières maritimes, un événement important qui se profile à l’horizon pour le Liban et tous les Libanais ».

Lire aussi :

Liban: Nasrallah trace le chemin

Nasrallah a affirmé que l’acte du régime sioniste consistant à installer la plate-forme gazière Karish en violant l’espace maritime libanais a pour but, non pas d’effectuer des explorations, mais de mener des travaux d’extraction, de production et de tout ce qui reste des étapes d’exportation et de vente du gaz naturel.

Nasrallah aux Libanais :

Nasrallah aux Libanais : " Que personne n'ait peur des Américains, le Hezbollah est là"

« Ce navire [de la compagnie Energean] s’est déployé près du champ Karish soit dans le champ 29 controversée entre le Liban et le régime sioniste. Ce qui s’est produit ces derniers jours constitue une agression, une provocation contre le Liban pour le mettre dans une situation difficile », a indiqué Nasrallah qui a poursuivi son discours comme suit :

« Nous sommes tous devant une question qui doit prendre l’importance d’une grande affaire nationale. Les frontières maritimes, les richesses offshores doivent être considérées comme une affaire absolument nationale pour tout un chacun des Libanais ayant un sentiment de patriotisme. Ces ressources offshore, nous l’appelons un “trésor à nos frontières”, dont la valeur réside dans le fait que c’est le seul espoir pour résoudre les problèmes et sauver le Liban. Ce trésor appartient à tous les Libanais et nous devons a priori préserver ce trésor, et puis extraire et mettre à profit ces richesses… »

(À suivre…)

http://french.presstv.ir/Detail/2022/06/09/683623/Discours-du-secr%C3%A9taire-g%C3%A9n%C3%A9ral-du-Hezbollah

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH PRET A AGIR DES QUE LE GOUVERNEMENT CONFIRME QU’ISRAËL VIOLE NOS DROITS MARITIMES

Par Le 07/06/2022

Le Hezbollah prêt à agir dès que le gouvernement confirme qu’Israël viole nos droits maritimes

 Depuis 9 heures  7 juin 2022

Cheikh Naïm Qassem

Cheikh Naïm Qassem

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, cheikh Naïm Qassem, a déclaré que le Hezbollah est prêt à agir dès que le gouvernement confirme « qu’Israël viole les droits maritimes du pays ».

Les propos de cheikh Qassem intervient au lendemain de l’arrivée de la nouvelle plateforme de forage, installée dimanche par la société d’exploration Energean Power, dans le gisement gazier de Karish, une zone contestée par le Liban et faisant l’objet de négociations indirectes avec le gouvernement libanais.

Dans une interview accordée le lundi 6 juin à Reuters, Cheikh Qassem a assuré que « le Hezbollah était prêt à agir, en utilisant les moyens appropriés, y compris la force, pour empêcher Israël d’exploration du gaz dans les eaux contestées, et ce une fois que l’Etat libanais adopte une politique plus claire, faisant état d’une agression israélienne contre nos eaux et notre pétrole ».

« La question nécessite une décision décisive de l’Etat libanais », a-t-il ajouté, affirmant que le Hezbollah « a exhorté le gouvernement à se dépêcher et à se fixer une échéance ».

Le numéro deux du Hezbollah a en outre déclaré que la résistance agirait « quelles que soient les réponses », même si cela conduirait à un conflit plus large.

Dimanche, le Premier ministre libanais par intérim, Najib Mikati, a averti « qu’Israël provoquait une crise dans les eaux contestées de la mer Méditerranée en empiétant sur les ressources libanaises et la richesse maritime ».

Le président libanais, Michel Aoun, a également averti que « toute activité dans les eaux contestées constituera un acte d’agression et une provocation ».

https://french.almanar.com.lb/2347732

      

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH LIBANAIS SORT SES MISSILES "PRO RUSSIE"

Par Le 07/06/2022

Le Hezbollah permettra-t-il aux Américains de remplacer le gaz russe par le gaz détourné dans le bassin sud de la Méditerranée?

Monday, 06 June 2022 12:09 PM  [ Last Update: Tuesday, 07 June 2022 2:18 AM ]

 30 

Le missile KH-55 du Hezbollah/Le Figaro

C’est fou cette carte gréco-cypriote que joue  sans état d’âme l’axe US/OTAN/Israël contre la Résistance en pleine mer méditerranéenne  où le 25 mai, la garde nationale grecque a détourné sans honte quelques 115 000 barils de « pétrole iranien » à bord du pétrolier anciennement russe de Pegos devenu ensuite le Lena iranien et ce pour le compte  des USA, et où quatre jours plus tard, le 29 mai l’armée de l’air sioniste a  mobilisé quelques 100 avions de chasse depuis la base Souda à Chypre à l’effet de les exercer à frapper l’Iran et à faire débarquer des parachutistes dans la Bekaa libanaise pour s’emparer des missiles tactiques du Hezbollah et enfin où un bateau d’exploration gazier grec vient de débarquer à « Karish », champ gazier offshore situé sur la ligne 29, soit cette ligne litigieuse avec le Liban rien que pour commencer dans un acte éminemment provocateur et alors même que les pourparlers liés aux démarcation des frontières Palestine occupée/Liban se poursuit et ce, sous l’égide d’une Amérique qui comme l’a dit il y a quelques temps le secrétaire général du Hezbollah n’aurait aucune raison de s’engager auprès des Libanais si ce n’était pas les missiles du Hezbollah et leur épée de Damoclès sans cesse suspend au dessus de la tête d’Israël.

Iran: méga dégonflage US-Israël !

Iran: méga dégonflage US-Israël !

 

A « Karish » donc, champ situé à 100 km des côtes occupées de la Palestine lequel champ contiendrait selon des estimations, quelques 1.3 trillons pieds de cube de gaz naturel, par ailleurs si ardemment recherché en en Europe qui est en guerre ouverte contre le géant gazier russe, réserves auxquelles s’ajoutent plus de 13 millions de barils de « condensat gazier », une manne en soi car vendable mais sans aucun frais d’exploitation supplémentaire, c’est de missiles tactiques de la Résistance dont il est encore une fois question, si on se rappelle cette triple mise en garde récente de Nasrallah formulée au grès de ses trois derniers discours où il a affirmé que le Hezbollah « ne permettrait pas à Israël de vendre « son » gaz,  si l’Amérique ne permet au Liban d’en faire autant ».

Gaz: Israël provoque le Hezbollah

Gaz: Israël provoque le Hezbollah

A cet égard, on est dans le contexte d’un défi mi énergétique mi militaire que le Sionisme international vient de lancer au Hezbollah à qui il a abandonné la bataille des législatives  en dépit de  trois ans d’une folle campagne émaillée de tous les complots possibles et imaginaire qu’il a commencé en 2020 un peu avant que les avions israélo américain ne larguent d’espèce de semi bombes nucléaires sur Beyrouth, pour là encore permettre, un débarquement anti arsenal du Hezbollah au Liban de l’OTAN.  Or l’affaire du champ« Karish », abandonné jusqu’ici et qu’entourent depuis ce dimanche un navire d’exploration grec affrété par l’Israélien « Energean Power » ainsi que  deux autres bateaux dont l’un spécialisé dans l’extinction du feu, puisqu’Israël sait pertinemment que le Hezbollah ne tolérera pas un tel affront, pourrait ne pas en rester au stade du simple « litige » car au nombre de ses blocs convoités que sont les blocs  5, 6, 7, 8, 13 14, 15, 16, 71 et 72, il y a en un qui appartient  au Liban,  le 72, un bloc limitrophe de la ligne 23 qui, elle, se place entièrement dans le sud du richissime champ « Qana ».  

Ce qui veut dire en termes plus clairs que si Israël n’est pas stoppé net dans cette entreprise de violation pure et simple de la souveraineté maritime libanaise, il irait  faire sienne l’un des puits les plus prolifiques de la Méditerranée dont le Liban est propriétaire.

 

Vidéo: les navires d'expolitation israéliens autant de proies faciles pour les missiles de la Résistance/twitter 

D’ailleurs en février,  l’Israélo-américain Amos Hochtein ,  le dit « médiateur » gazier US,  avait mis le doigt très justement sur ce super gisement de « Qana » en proposant de « laisser » à Beyrouth la ligne 23 si ce dernier lui concède « Qana ». Pourquoi ? Et bien pour la simple et bonne raison que « Qana » est la fenêtre d’infiltration à toutes les autres blocs offshores libanais et que quiconque le possèderait pourrait les faire « pomper » aussi.

Israël: scénario d'attaque-choc?!

Israël: scénario d'attaque-choc?!

Comment un premier essaim de drones du Hezbollah ratatinera Haïfa?

Alors, que se passe-t-il au juste depuis quelques heures en Méditerranée orientale ? On assiste à un détournement infiniment plus gravissime que les 115 000 barils de pétrole iranien que les Yankee ont fait voler par Grèce interposé pour bloquer disons-le, vertement, ce mécanisme anti sanction irano-russe qui fait que l’Iran transborde le pétrole russe à bord de ses pétroliers et en son propre nom. Qu’on n’oublie pas non plus  qui si Qana s’en va, l’infime et infirme  entité factice sioniste dont les ambitions gazières faisaient rire il y a encore trois mois le géant gazier russe pourrait faire encourir de réels risques au marché européen de la Russie surtout que Tel-Aviv est sur le point de signer avec la contribution de l’Egypte des contrats à long terme avec l’Europe afin de l’abreuver du gaz du bassin sud de la Méditerranée et qu’aux dernières nouvelles une équipe européeno-sioniste a même vu le jour à cette fin. D’où aussi ce méga chantage du pétrolier français Total qui de prétexte en prétexte tarde  à explorer le bloc 9, façon de rendre service à ce projet de dé-russification du gaz européens via le pillage des richesses méditerranéens.

L’avenir de la bataille anti unilatéralisme de la Russie qui tend à entrer dans la phase balistique pure, à en juger les récents propos de Poutine,  se noue-t-il désormais à l’arsenal du Hezbollah ? Mille fois « oui » plus qu’une  et c’est ce que pressentait DEBKAfile, site lié au renseignement de l’armée sioniste quand il a écrit ce 16 mai :

Hezbollah: l'alerte navale contre Israël

Hezbollah: l'alerte navale contre Israël

« L'Iran a fourni au Hezbollah une sélection de missiles de croisière, dont le Kh-55, qui est potentiellement capable de transporter une ogive nucléaire. Cette arme a une portée de 3 000 km. Ce rapport est venu de sources de renseignement occidentales le lundi 16 mai, lorsque la marine israélienne a rejoint l'exercice à grande échelle « Chariots de feu » de l'armée israélienne. 

Le Kh-55 a été développé par l'Union soviétique dans les années 1970 en tant que missile de croisière à lancement aérien capable de transporter une ogive nucléaire. La conversion iranienne peut être lancée depuis la terre ou depuis un navire de guerre. Tout en constituant un stock de missiles de surface à guidage de précision le Hezbollah , avec l'aide de l'Iran et de la Syrie, accumulé discrètement une pile de missiles de croisière marins, capables de représenter une menace majeure pour la marine israélienne. Son but étant  d'imposer un blocus maritime à Israël dans une guerre. Même un blocus partiel perturberait sérieusement la capacité d'Israël à mener des opérations en temps de guerre et interférerait avec ses voies d'approvisionnement militaires et civiles. »

Et d’ajouter : «  Les missiles lancés par la mer actuellement entre les mains du Hezbollah sont répertoriés par les services de renseignement occidentaux comme suit : le C-802, la version iranienne du missile de croisière subsonique chinois, qui a une portée de 200 km ; le missile de croisière subsonique russe Yakhont, d'une portée de 300 km et passé au groupe libanais par la Syrie – avec l'accord de Moscou ; Ni - 200 km d'autonomie ; Gadar-110, un missile balistique intercontinental d'une portée de 2 000 km ; et Ghadir, un missile de croisière anti-navire d'une portée de 300 km. « 

Israël dans le piège

Israël dans le piège

N'est-ce pas que la Russie ne semble pas avoir d'autre choix que d'appuyer par exemple à partir de sa base à Tartous, un  Hezbollah qui meurt d’envie d’en découdre avec Léviathan et Tamar, un Hezbollah qui à en croire donc les Sionistes serait équipé de missile Hoveyzeh, un redoutable KH 55 iranisée dont la portée pourrait atteindre 3 000 km mais qui conçu en deux versions anti-navire et côte-mer à une portée de 1 400 km soit largement suffisant pour que le Hezbollah ne se contente pas que d’Israël mais que lui et ses alliés au sein de l’axe de la Résistance aillent voir, le cas échéant, du côté de ces bases navales méditerranéennes « israéliennes »  quelque part à Chypre ou en Grèce? 

http://french.presstv.ir/Detail/2022/06/06/683401/Israel-epie-par-les-drones-iraniens

Dans LIBAN

HEZBOLLAH : L’ATTENTION DU LIBAN A L’EST ET LA COLLABORATION AVEC LES PAYS DE L’EST EST UNE NECESSITE NATIONALE POUR SAUVER LE PAYS DES CRISES

Par Le 03/06/2022

Gaz : le pari gagnant de la Résistance

Thursday, 02 June 2022 6:01 PM  [ Last Update: Thursday, 02 June 2022 6:27 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le gaz est le pari gagnant de la Résistance libanaise. (Illustration)

Le représentant du Hezbollah a déclaré que l'attention du Liban à l'Est et la coopération avec les pays de l'Est est une nécessité nationale pour sauver le pays des crises.

S’exprimant lors d'une cérémonie dans la ville de Tyr, Hossein Jashi, membre du bloc parlementaire de la Fidélité à la Résistance représentant le Hezbollah, a appelé à accélérer la mise en œuvre de toutes les obligations constitutionnelles et à former un gouvernement pour traiter les cas urgents et réduire les problèmes quotidiens des Libanais.

Le député libanais a souligné que toutes les parties doivent travailler ensemble pour sauver le pays de l'effondrement, et que cela nécessite des décisions qui tiennent compte des intérêts du pays loin de tout diktat étranger.

Nasrallah aux Libanais :

Nasrallah aux Libanais : " Que personne n'ait peur des Américains, le Hezbollah est là"

 

« Le Liban doit aussi profiter de ses ressources naturelles ; parce que les étrangers ne se soucient pas du Liban et ne veulent pas aider le peuple libanais. Comme nous l'avons vu de nos propres yeux la dévastation que les Américains ont laissée dans notre région et même ce qu'ils ont fait à leurs amis et alliés. Ce que nous voulons, c'est que notre pays soit libre et souverain, et ceux qui prétendent être préoccupés par le Liban doivent avoir le courage de prendre des décisions indépendantes pour le sauver, loin des diktats étrangers et des instructions de l'ambassade américaine, ainsi que l'argent des pays du golfe Persique », a-t-il indiqué.

Le Liban votera le Hezbollah!

Le Liban votera le Hezbollah!

Nasrallah : Honte à ceux qui cherchent à coexister avec Israël !

Le parlementaire libanais a déclaré que « prêter attention à l'Est est un besoin réel et nécessaire pour le Liban et que ceci est un besoin mutuel et une chose commune entre les pays ».

« Pourquoi certains gens qui prétendent défendre la souveraineté du pays ont-ils peur des Américains ? Est-ce que la coopération avec les pays de l'Est est-elle en contradiction avec la souveraineté au Liban ? Et est-ce que la dépendance vis-à-vis des Américains pour obtenir l'électricité et le gaz de la Jordanie et de l'Égypte est-elle conforme à la prétendue souveraineté de certaines parties au Liban ? », s’est-il interrogé.

Message d'Israël au Hezbollah!

Message d'Israël au Hezbollah!

« L’entité provisoire reconnaît son incapacité à attaquer le Liban » (Secrétaire général du Hezbollah libanais)

S’adressant à ceux qui cherchent à emboîter le pas aux politiques US, il a dit : « Si vous êtes honnête dans la défense de la souveraineté du pays, prenez l'initiative d'extraire du pétrole et du gaz des eaux libanaises, surtout dans ces circonstances très difficiles où les Libanais ont besoin de leurs richesses maritimes. Mais à vrai dire, vous attendez la décision des États-Unis et vous êtes dépendants des États-Unis dans chaque petit et grand problème, et puis vous faites semblant de défendre la souveraineté du Liban avec des mensonges et des calomnies. »

Dans une autre partie de ses propos, il a fait allusion aux élections législatives libanaises et félicité les citoyens qui se sont rendus aux urnes, sans manquer de préciser que « les résultats de ces élections montrent l'engagement du peuple à l'option de la Résistance et la nécessité de la protéger. Et ce alors que certains avaient parié sur l'échec politique de la Résistance et l'échec de la volonté de notre peuple face à des projets arrogants, notamment ceux des États-Unis, pour que les richesses de notre nation, comme certains pays du golfe Persique, soient pillées par les Américains ».

Nasrallah met en garde contre le projet US de mettre face-à-face l'armée libanaise et le Hezbollah

Nasrallah met en garde contre le projet US de mettre face-à-face l'armée libanaise et le Hezbollah

 « Vous vivez dans l’illusion si vous comptez sur la déception ou une défaite du peuple palestinien. »

A la fin de son discours, il a présenté ses félicitations à l'occasion de l'anniversaire de la fête de la résistance et de la liberté, ainsi que du premier anniversaire de la bataille de l’Epée de Qods et des acquis des Palestiniens dans cette guerre avant de conclure : « Mai est toujours le mois de la victoire de la Résistance et de la défaite du régime d’occupation sioniste. »

Le Hezbollah en guerre contre USA!

Le Hezbollah en guerre contre USA!

Élections libanaises: les USA seront vaincues (Hezbollah)

http://french.presstv.ir/Detail/2022/06/02/683214/Liban-R%C3%A9sistance-Hezbollah-Est

 

Dans LIBAN

MEDIAS ISRAELIENS : UNE DEFAITE FRACASSANTE POUR LES OPPOSANTS DU HEZBOLLAH AU PARLEMENT LIBANAIS

Par Le 01/06/2022

Médias israéliens : Une défaite fracassante pour les opposants du Hezbollah au parlement libanais

 Depuis 11 heures  1 juin 2022

Le président de la Chambre Nabih Berri

Le président de la Chambre Nabih Berri

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Les médias israéliens ont évoqué, le mardi 31 mai, la réélection du président du Parlement libanais, Nabih Berri, pour un septième mandat, et l’élection d’Elias Bou Saab au poste de vice-président de la Chambre, estimant que « les opposants au Hezbollah et à (Sayed) Hassan Nasrallah ont subi leur première défaite après les élections ».

Le site israélien Rotter.net a écrit que « le camp allié au Hezbollah a réalisé, aujourd’hui, un exploit au parlement libanais », alors que « le camp anti-Hezbollah est apparu moins cohérent » après la réélection du chef du mouvement Amal et la victoire de Bou Saab (Courant Patriotique Libre), un allié du Hezbollah, à la vice-présidence.

De son côté le site Israel Hayom a noté « qu’après la réélection de Berri, le premier test pour les opposants au Hezbollah s’est soldé par une défaite retentissante ».

Et d’ajouter : « le Parti des Forces libanaises (FL) a été le vrai perdant. En dépit du renforcement de sa présence au sein de la communauté chrétienne, les FL n’ont pas réussi à élire un autre candidat à la place de Berri ».

« Entre-temps, certains médias libanais ont reproché aux députés indépendants d’avoir reconclu des accords avec le Hezbollah », a renchéri Israel Hayom.

Et de conclure : « Il semble que la réélection de Berri à la présidence du Parlement prouve que le camp du Hezbollah essaiera de former sa propre coalition étroite ».

https://french.almanar.com.lb/2342573

       

Dans LIBAN

INTERCEPTION D'UN DRONE ISRAELIEN DANS LE SUD LIBAN. L'ARMEE LIBANAISE EN A PRIS POSSESSION

Par Le 26/05/2022

Interception d’un drone israélien dans le sud du Liban..l’armée libanaise en a pris possession

 Depuis 2 heures  26 mai 2022

758fa393-48a6-481f-866b-b53a9d82a599

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Le correspondant d’Al-Mayadeen au Liban-sud a confirmé « la destruction d’un drone israélien dans le sud du Liban » soulignant que « l’occupation israélienne tente de le récupérer après que l’armée libanaise en ait pris possession ».

Le drone israélien de type « Sky Lark » s’est écrasé entre les villes d’Aita al-Shaab et de Rmeish, dans le sud du Liban.

Pour rappel jeudi dernier, les médias israéliens ont rapporté que le systéme anti-missile de défense aérienne baptisé Iron Dome avait intercepté un drone appartenant aux forces d’occupation israéliennes dans le nord de la Palestine occupée, en raison d’un « faux diagnostic ».

Les médias israéliens ont rapporté « avoir entendu des sirènes en Galilée », affirmant que « cela était  dû à l’infiltration d’un drone depuis le territoire libanais », et que « Iron Dome a intercepté l’avion et l’a abattu ».  Plus tard, il s’est avéré que le drone était israélien , sachant que les tirs de missiles de Iron Dome  ont rater de le viser dans sa direction.

En février dernier, un drone du Hezbollah a survolé pendant 40 minutes à l’intérieur de la Palestine occupée , puis est retourné à sa case de départ  sain et sauf, sachant que les missiles Iron Dome n’ont pas réussi à l’intercepter.

Pour rappel,  le survol du territoire libanais par des drones et des chasseurs israéliens constitue une violation de la résolution 1710 du conseil de sécurité de l’ONU qui avait abouti à la conclusion d’un cessez le feu en août 2006.

 

Source: Traduit d'AlMayadeen

https://french.almanar.com.lb/2338371

  

Dans LIBAN

S. NASRALLAH MET EN GARDE « ISRAËL » DE COMMETTRE L’IRREPARABLE : LA MARCHE DES DRAPEAUX VA FAIRE EXPLOSER LA SITUATION DANS LA REGION

Par Le 26/05/2022

S. Nasrallah met en garde ‘Israël’ de commettre l’irréparable: la marche des drapeaux va faire exploser la situation dans la région

 Depuis 24 heures  26 mai 2022

sayed_liberation

 Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le secrétaire général du Hezbollah a mis en garde contre toute atteinte à la mosquée al-Aqsa et les sacro-saintes musulmans et chrétiens dans la ville sainte d’al-Qods, assurant qu’elle provoquera l’irréparable et fera exploser la situation dans la région.

Lors de son discours retransmis par la télévision al-Manar à l’occasion de la Journée de la Libération et de la Victoire, commémorant le retrait israélien du sud-Liban en l’an 2000, il a commenté la décision prise par les Israéliens de permettre l’organisation de la marche des drapeaux en traversant les vieux quartiers d’al-Qods et ceux des Palestiniens.

« Ceci constitue une provocation, et un grand danger, surtout s’ils rentrent dans l’esplanade des Mosquées, d’autant que certaines organisations extrémistes affichent vouloir détruire le dôme du Rocher », a-t-il averti.

Rapportant que toutes les factions de la résistance palestinienne ont été unanimes pour condamner cette décision, s’engageant à lui riposter, il a affirmé que « toute atteinte à la mosquée al-Aqsa provoquera une grande explosion dans la région et aboutira à commettre l’irréparable ».

Estimant que « l’ennemi israélien se trouve dans une situation de crise et souffre d’une division interne aiguë », il a mis en garde le gouvernement contre « toute démarche qui risque d’être catastrophique sur l’existence de cette entité temporaire ».

Dans son allocution, le numéro un du Hezbollah a lancé un nouvel appel aux dirigeants libanais afin « d’avoir un peu de courage » pour entamer les travaux d’exploitation des ressources pétroliers et gazières maritimes libanaises, ce qui permettrait selon lui de sortir le Liban de sa crise actuelle.

« Les Libanais sont devant deux choix : soit être riches et puissants, soit être faibles et mendiants aux portes des organisations internationales, des ambassades et des pays du Golfe qui ne donneront jamais assez pour sauver le Liban », a-t-il dit aussi.

Selon lui c’est sur question-là qu’il faudrait qu’il y ait un consensus parmi les différents protagonistes libanais, car elle est la plus imminente, et non celle de l’armement de la résistance qui pourrait toutefois faire l’objet d’un débat national pour s’entendre sur les moyens propices de défendre et de protéger le Liban.

Rappelant qu’a aucun moment la résistance contre l’ennemi israélien n’a fait l’unanimité parmi les différents protagonistes Libanais, dès le lancement des opérations, « certains la soutenant entièrement, tandis que d’autres la rejetaient et la mettaient en doute, et d’aucuns se mettaient à l’écart », sayed Nasrallah a tenu à répondre aux déclarations lancées ces derniers temps par certains acteurs politiques libanais.

« On nous dit qui nous demandé de nous charger de défendre et de protéger le Liban. Quelle question malveillante, immorale et de mauvaise foi. Demander à quelqu’un qui voit sa terre envahie, ses maisons détruites, son peuple massacré, pourquoi il résiste et se défend », a-t-il répliqué.
« C’est notre devoir nationale, humain, moral et religieux qui nous dicte de nous défendre et de résister », a-t-il affirmé.
Selon lui, certaines parties au Liban ne voient pas ‘Israël’ comme une entité ennemie du Liban et c’est la que réside le problème au Liban.

Dans son discours, sayed Nasrallah s’est longuement attardé sur les exploits réalisées par le retrait israélien du Liban en l’an 2000.
« Il a brisé l’image de l’armée invincible, a avorté le projet du Grand Israël et a donné l’espoir aux Palestiniens pour leur libération », a-t-il rappelé entre autres.  « C’est l’un des exploits dans l’histoire moderne du Liban le plus éclatant c’est une victoire qui a été accueilli avec fierté sur le plan arabe, islamique et national», a-t-il ajouté. Saluant tous ceux qui ont contribué à sa réalisation, à leur tête les martyrs de la résistance, les chefs martyrs, les mutilés de guerre et les combattants.

 

Les idées principales du discours

 

Un jour de bonheur pour tous… Merci

Le voudrais en ce jour vous adresser mes meilleures félicitations
S’il nous fallait rechercher un jour de bonheur depuis l’occupation en 1982 et avant, nous ne trouvions pas un jour aussi heureux chez tous les Libanais comme ce jour-là. La majorité des libanais, toutes tendances confondues, étaient fiers de cette libération, ils étaient heureux. C’était un jour de bonheur.

Les gens les plus heureux étaient sans dout les habitants de la bande frontalière qui était sous occupation israélienne et les habitants des zones avoisinantes, celle de la ceinture de sécurité comme il l’appelaient

Il faut remercier Dieu d’abord qui a tenu sa promesse, qui a réalisé le souhait des gens opprimés, qui n’ont pas admis l’injustice et ont lutté par tous les moyens.
Nous n’avions attendu ni les régimes arabes, ni les Nations Unies ni la communauté internationale
Merci à Dieu pour avoir donné aux résistants la volonté, la patience et la persévérance et leur a accordé en fin de compte la victoire et la dignité…
Je remercie Dieu et les sujets de Dieu à travers lesquels Dieu a donné cette victoire avec leurs bras . Je remercie toutes les factions de la résistance, dans toutes les régions de toutes les communautés

Il faut remercier tous les martyrs qui ont sacrifié leur vie bénie et les familles des martyrs, qui ont consenti ces sacrifices et la perte de leur fils sans se lasser, en toute fidélité
Il faut mentionner les martyrs de ce jour-là du Hezbollah et du mouvement Amal…
Il faut remercier tous les mutilés de guerre qui ont perdu leur membres et organes et remercier leurs familles…
Il faut remercier les détenus qui ont été emprisonnés dans les prisons et les camps de l’ennemi au sud et dans les territoires palestiniens et leur famille
Il faut remercier les combattants, leurs chefs qui ont passé leur vie sur les champs de bataille qui ont combattu, planifié et passe les nuits et le jours dans les zones de combat…
Il faut remercier les gens, les habitants qui sont restee dans leur terre et maison dans la bande frontalière et ont refusé de quitter leurs régions qui étaient sous occupation…
Il faut remercier toutes les forces nationales et islamique et toutes les régions : à Beyrouth ou il y a eu des martyrs, à la montagne, à Khaldé et Hadath, à Saida, dans la Bekaa et le sud, au Nord et à Tripoli…
Il faut remercier l’armée libanaise qui a entièrement collaboré avec la résistance, surtout dans les années 90 …
Il faut remercier l’armée syrienne qui a eu des martyrs dans la bataille de Yaacoub
Il faut remercier les factions de la résistance palestinienne
Il faut aussi remercier les présidents résistants : le président Émile Lahoud, le Premier ministre Salim al-Hoss et le chef du parlement Nabih Berri
Sur le plan régional nous remercions ceux qui nous ont aidés, sachant que la plupart des régimes arabes n’étaient nullement concernés. A l’exception de la Syrie qui a soutenu, protégé le dos de la résistance et a tout donné, Ainsi que la république islamique qui nous a apporté une grande aide sur tous les plans, dès les premiers jours du lancement de la résistance et il faut surtout remercier Haj Qassem Soleimani pour l’assistance qu’il nous a procurée les dernières années avant le retrait…
Merci pour les médias surtout al-Manar et radio Nour

Lire l’histoire pour savoir qui sont les vrais souverainistes

En célébrant cette occasion, il faut mettre l’accent sur la lecture de l’histoire moderne pour en tirer les leçons et comprendre ce qui se passe dans notre pays et ce qui en adviendra
Chacun qui en dispose les moyens devraient en parler et l’écrire…

Il faut évoquer les souffrances des libanais à l’issue de l’invasion israélienne en 1982, et ce qu’il s’est passé dans les villages, les villes, les massacres commis, les déplacements et les mouvements migratoires causés, les douleurs…
Il faut que les nouvelles générations sachent ce qu’il s’est passé…
Il faut qu’elles sachent l’endurance des gens entre 1982 et 2000 : comment ils se rendaient dans leurs régions sous l’occupation, les barrages, les arrestations, l’emprisonnement, les tortures dans les prisons, les massacres des enfants, les pilonnages des villages…
C’est ainsi que l’on peut comprendre l’importance de cette journée

Il faut mettre la lumière sur la férocité de l’ennemi, son agressivité, pour que les Libanais et les peuples de la région sachent bien la réalité de cet ennemi

Il faut rappeler tous les sacrifices consentis, la libération n’a pas été une promenade ni une offrande ni d’Israël, ni de la communauté internationale

Les couts ont été très onéreux, les martyrs, les opérations martyres, les opérations spéciales de résistance, les guerres 1993 et 1996, les déplacement, les destructions, une vie sans sécurité,…

Cette victoire n’était pas gratuite, elle ne s’est pas faite par les prières seulement, elle a été réalisée par les bras des combattants, leur intelligence, leur volonté, leur persévérance…

Il faut se rappeler la réalité des positions au Liban lors de l’invasion israélienne en 1982 puis de l’occupation à partir de 1982 et après le retrait de Beyrouth et de la montagne, jusqu’à la bande frontalière puis jusqu’à la libération…
D’aucuns avaient soutenu cette invasion, et l’avaient admise, il y avait ceux qui l’ont refusée et l’ont combattue, et ceux sont restés à l’écart…

Tout cela pour savoir qui sont les vrais souverainistes, ceux qui sont attachés réellement attachés à la souveraineté du Liban, ceux qui perçoivent le peuple libanais comme un seul peuple, et ceux qui le perçoivent comme des peuplades.

Ce sont ces positions qui dévoilent la vérité des dirigeants, des élites, des gens

Les exploits de la victoire de l’an 2000

L’exploit réalisé en l’an 2000 est le plus grandiose dans l’histoire moderne depuis au mois 22 ans, un exploit éclatant, décisif.
Et les Libanais l’ont accueilli, même ceux qui étaient restés à l’écart avec honneur et fierté…

Il faut se rappeler cursivement quelques exploits :
++ la libération de la totalité du territoire libanais a l’exception des hameaux de Chebaa et les villages de Kfarchouba et du village al-Ghajar.
++ la libération de tous les détenus libanais sur le sol libanais
++ elle a apporté la preuve de la capacitée de la résistance de vaincre
++ elle a brisé l’image de l’armée invincible
++ elle a insufflé l’espoir de pouvoir vaincre l’ennemi et libérer la Palestine
++ elle enfoncé le clou dans la tombe du projet Grand Israël : une armée qui ne peut se maintenir au Liban qui est considéré comme le plus faible, comment pourrait-elle réaliser Israël de l’Euphrate au Nil ?
++ elle a vaincu la milice collaboratrice et faire avorter le projet israélien de la maintenir dans la région de la bande frontalière après le départ israélien. Grace à l’action rapide de la résistance et au retour surprenant des gens vers leurs villages, cette conspiration a été avortée…
++ elle a consacré l’équation de dissuasion qui avait été établie à partir de 1996 et selon laquelle la résistance à le droit de bombarder les zones civiles israéliennes en riposte au bombardement des zones civiles libanaises …
++ elle a été le leitmotiv pour l’éclatement de l’intifada en Palestine quelque mois plus tard…
++ à partir de ce retrait sans conditions, le === de l’armée israélienne est en chute. Puis il y a eu la seconde intifada palestinienne, puis le retrait de Gaza, puis les bataille se sont déroulées à l’intérieur du Palestine et qui ont atteint leur apogée avec la bataille Épée al-Qods…

En 2000, c’est l’ex-Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui avait prévenu ceci en disant que le cours historique de l’État d’Israël s’est renversé à partir du retrait israélien en l’an 2000, puis en passant par le retrait de Gaza et finir par la guerre 2006.

Depuis le discours de la maison de l’araignée, la conscience des dirigeants politiques et militaires israéliens est profondément marquée. Aujourd’hui les israéliens vivent le complexe de la 8eme décennie, et se demandent si leur entité va pouvoir achever les 8 décennies de son existence… ils en sont à sa 74eme année.

Il faut rappeler l’exploit moral que la résistance a réalisé en dévoilant sa vraie identité, sa vraie culture, son éthique: à savoir comment les  résistants se sont comportés avec le collaborateurs lahdéens et les attroupements de  leurs familles à la frontière alors qu’ils avaient commis des massacres contre les gens. Il n’y avait eu aucun tir de feu contre eux. C’est l’ennemi qui avaient fermé les portes devant eux

Un autre aspect, cette résistance ne s’est pas accaparée ni la résistance ni la victoire. Elle a remercié tout le monde depuis 22 ans, elle a reconnu l’apport de tous ceux qui ont combattu et donné des martyrs et des détenus de toutes les factions, chrétiens et musulmans.

Nous n’avons jamais voulu prendre le pouvoir

Cette résistance, lorsqu’elle a remporté la victoire, ce qui est aussi en lien avec son assise morale, elle aurait dû prendre le pouvoir ou devenir une partie intégrante du pouvoir

La seule résistance que nos connaissions qui remporte la victoire et ne s’empare du pouvoir est la résistance islamique…
D’autres auraient pu réclamer ce pouvoir, ils auraient changé le régime politique en place, ils auraient réclamé des avantages et des parts plus importantes…

Sachez que nous n’avons pas combattu pour s’emparer du pouvoir mais pour défendre notre pays, pour restituer sa souveraineté et sa dignité. C’est cela le combat sur la voie de Dieu, c’est son sens le plus réel…

Lorsque nous somme rentrés au parlement c’était seulement pour défendre la résistance
Et en 2005, lorsque nous somme rentrés dans le cabinet ministériel c’était pour protéger le dos de la résistance

J’ai rappelé ceci à ceux qui prétendent que le Hezbollah veut le pouvoir
Notre présence est pour défendre le dos de la résistance et défendre les intérêts de gens
En 2005, certains pays occidentaux pensaient que si nous rentrions au pouvoir et faisions partie du gouvernement, nous serions séduits et admettrions des concessions…

Nous n’avons besoin de la permission de personne pour protéger notre pays

D’aucuns nous demandent: qui vous a chargé de résister et de défendre le pays. Quelle question. Plus de la moitié du pays était sous occupation de l’armée israélienne qui comptait rester, construire des colonies et avait des convoitises dans les ressources hydrauliques libanaises. Et l’Etat libanais ne faisait rien, qu’a-t-il donc fait ?
Cette question illustre une décadence morale, une malveillance et une mauvaise foi. Demander aux gens dont la vie et les biens étaient en danger pourquoi ils résistent

Nous leur disons c’est notre devoir humanitaire, notre conscience, notre esprit libre qui nous ont chargés afin que nous ne perdions pas notre patrie. C’est notre devoir moral, national et religieux…

Aujourd’hui, c’est la même logique qui est véhiculée et la même question qui est posée :  qui vous a demandé de protéger le Liban ?
Le problème est que certains ne croient pas qu’Israël est un ennemi. C’est pour cela qu’ils demandent ceci. Parce que ceux qui ont combattu ont avorté le projet israélien auquel ils appartenaient
Ils ne pensent pas que les israéliens convoitent les ressources hydrauliques et pétrolières du Liban… Ils prétendent que le Liban ne se trouve pas sous la menace… Ils ne se posent pas la question de savoir comment protéger le Liban, ses ressources et son intégrité territoriale…
La question commence par-là :  Israël est-il bien un ennemi pour eux?

Aujourd’hui nous protégeons le Liban par devoir humain, national, religieux nous n’avons besoin de la permission de personne pour le faire

Lorsque notre patrie, notre avenir, celle des générations futures sont compromis, il faut porter le fusil et combattre

Cette résistance a gagné a toujours combattu sur fonds de divisions au sein des Libanais : il n’y a jamais eu de consensus autour de la résistance

Certains médias et grandes références politiques lorsqu’ils parlaient du sud du Liban pendant l’occupation israélienne, ils disaient le cercle de violence, selon eux les martyrs étaient des tués. Jamais ils n’avaient dit des martyrs…

Il n’y a jamais eu un consensus autour de la résistance

Aujourd’hui, je rappelle que la résistance qui vaincu en 2000 et 2006 n’avait jamais fait l’unanimité parmi les Libanais. Les divisons politiques autour de la résistance ont toujours existé.

Ceux qui disent qu’il y avait consensus autour de la résistance avant qu’elle ne se rende en Syrie et ne joue un rôle régional ne disent pas justes. Ceci n’a jamais été le cas. La résistance a réalisé la libération puis la victoire sur fonds de divisions internes et elle continuera de le faire pour protéger le Liban, quel que soient les divisions.  Nous n’allons pas attendre le consensus national pour le faire

Cette protection a été engendrée par la victoire en l’an 2000 et elle se poursuivra.
Ce débat au Liban sur la résistance est ancien, et pour être réaliste et il se poursuivra
Chacun utilise ses atouts, ses justificatifs, ses thèses et se cramponnera sur elle.

Mais en ce moment, la résistance, après avoir été victime de failles sécuritaires, par l’assassinat de ses dirigeants et après avoir été victimes de guerre, puis après avoir subi la dernière campagne par la pression sur son environnement direct et celui qui la soutient, cette résistance est plus que jamais présente, plus que jamais affirmé, grâce à son environnement et ses gens
Ce débat peut se poursuivre indéfiniment, sans parvenir à aucun résultat…

Certaines forces politiques sont induites en erreur en raison de leur mauvaise foi : lorsque des responsables du Hezbollah haussent le ton, elles disent que le Hezbollah nous menace.  Et lorsque d’autres dirigeants sont calmes elles disent qu’il est embrassé…

Ce sont des failles dans leurs compréhension et leurs intentions

Je voudrais leur dire en cette commémoration: en ce moment et depuis 1982, le Hezbollah n’a jamais été aussi puissant militairement, sécuritairement, politiquement, sur le plan populaire, et régionalement…
Les conditions régionales n’ont jamais été aussi bonnes
La résistance est plus puissante que vous ne l’imaginez et nous sentons que nous sommes plus forts que jamais…

Lorsque nous avons proposé de reporter le débat sur l’armement de la résistance et de faire passer d’abord les questions d’ordre vitale et économique : l’électricité, la livre libanaise, le pain, l’essence, … c’est parce que nous pensions aux problèmes des gens, on a vu le dollar qui a atteint les 34 mille livres libanaises.

Il faut déjà qu’il y ait un Etat pour nous demander de livrer notre armement, sachant que les institutions de l’Etat sont sur la voie de l’effondrement : de même pour l’armée libanaise dont les salaires ont perdu de leur valeur

Ne comprenez pas faux et je renouvelle mon invitation, en position de force, en faveur d’un partenariat avec toutes les parties…

D’aucuns nous reprochent que nous nous accaparons la décision de la guerre et de la paix sachant que nous avions dit que nous étions disposés à discuter de cette question et nous mettre d’accord sur l’ennemi, sur les moyens défendre le pays et le protéger…

Le Libanais doivent choisir entre deux Liban

Nous avons deux choix : soit un Liban puissant et riche soit un Liban impuissant et mendiant.

Le Liban est puissant par son équation dorée de l’armée, du peuple et de la résistance, c’est elle qui a garanti la libération en 2000, puis la victoire en 2066 et peut garantir la protection du Liban… C’est ce Liban qui peut protéger ses ressources…

Je ne cesserai de réclamer dans tous les discours :  qu’attendons-nous pour exploiter ce trésor dans nos eaux territoriales ??
Une dernière étude évoque que les ressources y sont de l’ordre de 500 milliards de dollars
Dans les médias on a lu que les Européens ont signé des contrats avec l’ennemi pour obtenir des hydrocarbures et renoncer au pétrole russe
Avec cette richesse nous pouvons reconstruire le Liban, freiner l’effondrement, améliorer la livre et nous deviendrons un État riche…

Nous voulons un Etat riche et non au Liban impuissant et mendiant aux porte des organisations internationales, des pays du Golfe. Toutes ces aides ne résolveront jamais les problèmes du Liban…

Le consensus libanais devrait commencer par cette question pour protéger ces ressources et les exploiter pour améliorer la situation de tous les libanais ce qui est possible et nécessite qu’un tout petit de courage. Il faut franchir cette petite peur de la réaction des Etats-Unis…

Le gouvernement de l’ennemi ne devrait pas commettre l’irréparable

Dernier point sur la question palestinienne concernant laquelle je voudrais mettre en garde le Liban qui pourrait être le plus concerné, ainsi que les pays de la région, les peuples de la région et les puissances mondiales
Dans les prochains jours il y a des évènements qui pourraient avoir lieu à al-Qods et pourraient provoquer l’irréparable… Il y a la marche des drapeaux pour rentrer dans les vieux quartiers d’Al-Qods et ceux des palestiniens. Ceci constitue une provocation pour les gens et des affrontements avec les habitants de ces quartiers. Le plus grave serait qu’ils rentrent dans l’esplanade des mosquées et s’attaquent aux lieux. Surtout que certaines organisations déclarent qu’il faut œuvrer pour détruire la Dôme du Rocher…

Le gouvernement de l’ennemi en a donné l’autorisation et les factions de la résistance ont promis à l’unanimité qu’elles riposteront et donc les choses pourraient aller vers une grande explosion en Palestine.
Je veux dire au gouvernement de l’ennemi et à tous ceux qui s’estiment concernés par la situation dans la région que toute atteinte à la mosquée al-Aqsa et au Dôme du Rocher va faire exploser toute la région.
Ceci va constituer une provocation à tous les peuples arabes et islamiques et tous les gens et les peuples libres…

Toute atteinte dans la ville d’al-Qods aux sacro-saints chrétiens et islamiques va provoquer une grande explosion et aboutir à l’irréparable.

Les Israéliens sont plus faibles que jamais

Les sionistes ne sont pas à l’aise, ils ont le complexe de la 8eme décennie et craignent que leur entité ne puisse achever les 80 ans, ils en sont à la 74 -ème année.
Selon des médias israéliens, le premier ministre Bennett a dit devant un parterre de gens que ce qui le préoccupe le plus est le niveau de haine au sein du peuple israélien et les division internes, bien plus que l’Iran et la résistance, car cette division les paralyse entièrement en raison de cette forte polarisation.

Nous avons vu comment les soldats israéliens escaladent la montagne nous avons vu comment ils ont intercepté leur drone croyant qu’il appartient à la résistance

L’ennemi est en crise interne et souffre de scission interne aiguë en comparaison avec le passé il n’a jamais été aussi faible et impuissant. Le gouvernement de l’ennemi ne devrait pas entreprendre une démarche dont les séquelles seraient catastrophiques et compromettre sa présence temporaire.

Les peuples et les gouvernements de la région, en dépit de leur préoccupations internes, devraient être aux aguets sur ce qui se passe autour de nous et qui pourrait avoir des séquelles dangereuses. Ceci dépendra de la bêtise de l’ennemi…
Je voudrais signaler concernant les plus grandes manœuvres israéliennes avec lesquelles ils nous ont cassé la tête et qui en est à sa 3eme semaine, que nous sommes toujours sur nos gardes et en état de mobilisation pour riposter à toute dérapage.

FIN

Source: Al-Manar

https://french.almanar.com.lb/2337161

     

Dans LIBAN

LE PRESIDENT AOUN : SEULE L’UNITE DU RANG A CONTRE L’ARROGANCE DE L’ENNEMI

Par Le 25/05/2022

Le président Aoun : Seule l’unité du rang a contré l’arrogance de l’ennemi

Le président Aoun : Seule l’unité du rang a contré l’arrogance de l’ennemi

folder_openLiban access_timedepuis 6 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par OLJ

À l'occasion du 22ème anniversaire de la Fête de la Libération du Liban-sud de l'occupation israélienne, le président Michel Aoun a affirmé que «seule l'unité peut sauver le Liban» qui est embourbé depuis trois ans dans une crise économique et financière inédite.

«À l'occasion de la libération, nous nous rappelons de la volonté de notre peuple qui a allumé le feu sous la botte de l'occupant. Seule l'unité du rang a contré l'arrogance de l'ennemi et sa machine de guerre. Seule cette unité peut aujourd'hui sauver le Liban», a affirmé le chef de l'Etat, sur son compte Twitter personnel.

L'armée israélienne s'était retirée le 24 mai 2000 de la partie du Liban-Sud qu'elle occupait encore, mais le Liban revendique qu'elle se retire des fermes de Chebaa, situées sur les pentes occidentales du mont Hermon, occupées par «Israël» à la Syrie en juin 1967, ainsi que des hauteurs de Kfarchouba et de la partie-nord du village de Ghajar pour que la libération soit complète. En juillet 2006, «Israël» a mené une offensive contre le Liban, qui a duré 33 jours, mais la Résistance du Liban a forcée l’armée israélienne de cesser ces activités hostiles sans pouvoir réaliser les objectifs de son «opération» dont précisément la destruction de l’arsenal militaire du Hezbollah.

https://french.alahednews.com.lb/44271/344

liban michel aoun liban-sud liberation

Dans LIBAN

SEYYED NASRALLAH, SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH LIBANAIS : "NOTRE GAZ OFFSHORE, ON L'EXPLOITERA!"

Par Le 21/05/2022

Nasrallah aux Libanais : " Que personne n'ait peur des Américains, le Hezbollah est là"

Friday, 20 May 2022 6:05 PM  [ Last Update: Saturday, 21 May 2022 5:44 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Seyyed Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah libanais. ©Al-Manar

Il s'agit du deuxième discours post-électoral bien codifié de Nasrallah, qu'il a prononcé le vendredi 20 mai, à l'occasion du sixième anniversaire de l'assassinat de l'un des principaux commandants du Hezbollah en Syrie, Mustafa Badreddine.

"La Nakba de 1948 a été une catastrophe pour tous les Arabes et les peuples de la région qui souffrent encore de ses conséquences. Cela fait 74 ans, depuis la Nakba de 1948, que notre région vit avec des guerres. Le Liban aurait été confronté à une catastrophe similaire à celle de la Palestine si l'occupation israélienne n'avait pas été chassée du Liban".

Lire aussi : Nasrallah : Honte à ceux qui cherchent à coexister avec Israël !

Il s'agit du deuxième discours post-électoral de Nasrallah dans lequel il défie l'axe USA/Israël : pire que l'occupation sioniste elle-même, c'est la position arabe de ces dernières décennies : "la nation palestinienne a depuis longtemps pris sa décision et est présente sur toutes les scènes. Cette nation n'attend plus les autres pays arabes ou la Ligue arabe, et encore moins l'OCI, l'ONU ou le Conseil de sécurité. Par rapport à il y a 20 ans, la foi et la conviction du peuple palestinien dans la résistance sont devenues plus fortes que jamais.

On s'attendait à ce que les pays arabes libèrent la Palestine, mais cette participation arabe s'est traduite par l'occupation de Qods, de la Cisjordanie, du plateau du Golan, de la Saba'a et du Sinaï. Notez que le Liban aurait pu subir le même sort catastrophique que la Palestine. Imaginez un instant quel aurait pu être le sort des Libanais ? Quelle tragédie aurait pu les frapper si la résistance dont ils ont fait preuve n'avait pas été au rendez-vous. Le peuple palestinien ainsi que le peuple arabe ont attendu de 1948 à 1968, puis de cette date à nos jours, la libération de la Palestine. Sans la Résistance, les Libanais auraient pu se retrouver dans une attente similaire.

Il poursuit : "Seyyed Mustafa Badreddine et ses compagnons n'ont pas attendu la communauté internationale ou les pays arabes, et dès les premières heures de l'invasion sioniste, ils sont passés à la résistance contre l'occupation. C'est la génération du martyr Badreddine et de ses camarades qui a protégé le Liban des dangers israéliens. Badreddine a dirigé les opérations de démantèlement d'un grand nombre de réseaux d'espionnage liés au Mossad. Aujourd'hui encore, les services de sécurité libanais sont déterminés à poursuivre les réseaux d'espionnage, nous les exhortons à poursuivre cette mission sans céder aux pressions politiques. Nous demandons à la justice militaire libanaise de condamner les agents israéliens à des peines lourdes et dissuasives.

Nasrallah met en garde contre le projet US de mettre face-à-face l'armée libanaise et le Hezbollah

Nasrallah met en garde contre le projet US de mettre face-à-face l'armée libanaise et le Hezbollah

 « Vous vivez dans l’illusion si vous comptez sur la déception ou une défaite du peuple palestinien. »

Il a ajouté : "Personne ne doit penser que le monde arabe peut soutenir le Liban.

"Avant sa division, le monde arabe n'a pas réussi à libérer la Palestine et aujourd'hui, il n'est toujours pas en mesure de soutenir la Palestine. Il n'a même pas aidé à libérer le Liban. Mais la génération de Badreddine n'a pas attendu ces pays. Certes, la relation avec le monde arabe fait partie des principes qui ne peuvent pas être contestés, mais il ne faut pas attendre l'aide de ces pays. Seuls la Syrie et la République islamique d'Iran ont pris parti en faveur du Liban à ce moment", a-t-il déclaré.

Dans une autre partie de ses remarques, Nasrallah a souligné : "Notre participation à la guerre en Syrie était évidente et sans équivoque, et nous n'en avons pas honte. Badreddine était l'un des grands commandants de cette guerre, il était le fer de lance des unités chargées de contrer les bataillons de voitures piégées des terroristes".

Lire aussi : Triple avertissement de Nasrallah à Israël

En effet, l'équation de l'armée, du peuple et de la Résistance a protégé le Liban depuis 2000 jusqu'à aujourd'hui. Nous faisons partie des forces qui ont fait d'énormes sacrifices pour le Liban et qui ont porté les armes pendant 40 ans pour le défendre.

"Nous nous sentons surtout concernés par la préservation des acquis des sacrifices de nos martyrs et la sauvegarde de notre pays. C'est ici que nous sommes nés et c'est ici que nous serons enterrés. Personne ne s'attend à ce que nous affaiblissions ou abandonnions notre peuple, ni par la guerre ni par des conspirations internationales", a-t-il déclaré.

Coup de massue signé Hezbollah?

Coup de massue signé Hezbollah?

Les résultats des élections montrent que les Libanais sont toujours loyaux à l’axe de Résistance.

Le secrétaire général du Hezbollah poursuit : "Nous sommes confrontés à de grands défis aujourd'hui, tels que la situation économique et le taux de change du dollar. Nous sommes confrontés à de graves défis qui nécessitent un plan d'urgence, une ouverture à l'est et à l'ouest, et la non-soumission. Le Liban est le pays qui bénéficie le plus du rétablissement des relations avec la Syrie. Nous devons commencer à explorer le gaz et le pétrole dans les blocs offshore du sud du Liban. Nous avons une opportunité historique d'extraire du pétrole et du gaz, personne ne doit avoir peur des Américains."

"Selon les experts, la situation économique de certains pays qui ont normalisé leurs relations avec Israël est au bord de l'effondrement, l'un d'entre eux a commencé à vendre ses actifs", a-t-il noté.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/05/20/682446/Liban-Hezbollah-Nasrallah-Resistance-Syrie

Dans LIBAN

TROIS QUESTIONS A MAJED NEHME SUR LES ELECTIONS LEGISLATIVES AU LIBAN

Par Le 19/05/2022

Trois questions à Majed Nehmé sur les élections législatives au Liban

 

19 Mai 2022

  

Pas de majorité claire à l’issue des élections législatives au Liban. Déjà empêtré dans une grave crise économique et sous le coup de sanctions, le pays va-t-il en plus devoir composer avec un blocage politique?

 

Quelles leçons tirez-vous des résultats de ces législatives?

On a beaucoup parlé du Hezbollah qui aurait perdu sa majorité parlementaire. Mais c’est du bla-bla. Le Hezbollah a toujours dû s’allier à d’autres partis pour former une majorité. Cette fois encore, aucun parti ne s’est imposé à travers une majorité claire. On notera tout de même que les États-Unis et l’Arabie saoudite voulaient casser le Hezbollah. L’ancien sous-secrétaire d’État américain pour le Moyen-Orient, David Schenker, l’avait clairement exprimé. Or, cet objectif n’a pas été atteint. En effet, le Hezbollah maintient son nombre de sièges et d’autres alliés ont même augmenté leur score. Au sein des partis chrétiens, il y a un équilibre précaire entre d’une part le Courant patriotique libre, la formation du président sortant Michel Aoun, et d’autre part, les Forces libanaises, un parti fasciste soutenu par les Etats-Unis et Israël. Par ailleurs, de nouveaux partis avaient fait leur apparition dans le sillage des manifestations. Mais on voit que ce phénomène a été exagéré. Il faut dire qu’ils étaient très divisés. Certains par exemple soutenaient la résistance, mais appelaient à des changements politiques. D’autres étaient ouvertement contre le Hezbollah.

Personne ne peut donc crier victoire après ce scrutin. Les États-Unis, l’Arabie saoudite et même la France s’étaient pourtant fortement investis. On a pu voir l’ambassadrice US faire la tournée des permanences pour créer des listes. L’ambassadeur saoudien a écourté ses congés pour revenir faire campagne au Liban avec des mallettes remplies d’argent. Mais ça n’a pas donné grand-chose. On ne peut pas dire que les partis proches de la résistance ont perdu ni que les autres ont gagné. Nous sommes dans une situation de blocage. Soit il y aura un compromis, soit ce sera la confrontation. La crise économique n’arrange rien.

Le Liban était considéré comme la « Suisse du Moyen-Orient ». Pas seulement pour ses montages, mais aussi pour ses banques qui attiraient les capitaux en offrant des rendements mirobolants. Aujourd’hui, la livre libanaise ne cesse de dégringoler, 80% de la population a plongé dans la pauvreté, le chômage a pratiquement triplé au cours des trois dernières années et les coupures d’électricité font partie du quotidien. Quelles sont les raisons du marasme de l’économie libanaise?

« Suisse du Moyen-Orient », c’est une formule exagérée qui a été utilisée pour servir la communication du Liban. Certes, c’était un État relativement prospère qui attirait les capitaux des pays gouvernés par des socialistes arabes. La bourgeoisie de ces pays préférait placer ses billes au Liban où le système bancaire était dirigé par des technocrates libanais, syriens, égyptiens et même palestiniens. Surtout, à l’époque, il y avait un semblant d’État. Ce n’est plus le cas aujourd’hui et c’est l’une des raisons de la crise économique. Signés en Arabie saoudite, les accords de Taëf ont mis fin à la guerre civile libanaise en 1989. Mais ils ont accentué le caractère confessionnel du Liban. On a assisté à un partage du gâteau entre les différentes confessions, un partage sans vergogne. Puis il y a eu le système Hariri. On sentait ses origines saoudiennes puisque ce système reposait essentiellement sur l’achat d’allégeances. Hariri pensait en outre que la paix avec Israël allait arriver et que le Liban allait avoir sa part du gâteau. Mais on a vite compris que la paix n’arriverait pas. Il y a alors eu la résistance en 1982. Le Hezbollah a gagné et a chassé l’occupant. La guerre n’était plus seulement régionale et à partir de là, les États-Unis ont décidé que soit le Liban restait dans le giron occidental, soit il devait être brisé.

La dollarisation est un autre facteur de la crise. Un taux de change de 1500 livres libanaises pour un dollar avait été fixé, mais il était totalement artificiel. Ça a encouragé la spéculation au détriment des investissements dans l’économie productive. Quand on peut chercher 30% sur les bons du Trésor, à quoi bon travailler? Depuis, la livre libanaise a fortement dévissé. Elle était à 20.000 pour un dollar durant la campagne. Juste après le résultat des élections, elle est passée à 30.000!

Les sanctions économiques jouent aussi leur rôle. Il y en a qui visent directement le Liban. Mais le pays est aussi affecté par les sanctions qui touchent la Syrie. En effet, des Syriens qui ne pouvaient plus faire d’opérations se sont repliés sur le Liban pour continuer leurs affaires. On estime qu’il y avait 42 milliards de dollars d’avoirs syriens dans les banques libanaises. Ils ont été confisqués sous le coup des sanctions et on ne sait pas s’il en restera quelque chose. Cela a évidemment eu un gros impact sur l’économie libanaise.

On peut enfin pointer aussi le comportement de la bourgeoisie libanaise qui est une caricature de la bourgeoisie compradore. Dans le système néocolonial, la bourgeoisie compradore s’enrichit à travers l’import et l’export plutôt que d’investir dans le développement d’une économie nationale productive. Mais il y a tout de même un peu de redistribution. Au Liban, la situation est catastrophique. Prenons l’exemple de l’électricité. La bourgeoise libanaise aurait pu s’adresser à la Chine ou à la Russie pour construire des centrales. Ils ont préféré trafiquer, acheter des navires-centrales pour lesquels il a fallu débourser des sommes astronomiques. Et au final, les Libanais se retrouvent à court d’électricité!

Rudolf El Kareh nous confiait récemment que pour sortir de la crise, les Libanais devaient s’affranchir des nombreuses ingérences étrangères et miser sur l’unité nationale. Des signes encourageants après ces élections législatives?

Tant qu’il n’y aura pas un pouvoir central fort capable de prendre des décisions, le Liban restera dans l’impasse. Mercredi, Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, a lancé un appel au compromis pour sauver le pays. Peu importe la confession ou l’orientation politique, le Liban est le pays de tous les Libanais. Mais il y a cette classe compradore qui a des intérêts en Occident et qui subit une forme de chantage des États-Unis. Il suffirait qu’elle s’engage dans une politique plus souveraine pour que tout de suite, des sanctions lui tombent dessus. D’ailleurs, les États-Unis ont reconnu avoir sanctionné le chef du Courant patriotique libre pour le séparer du Hezbollah et pour qu’aucune base chrétienne ne s’associe au mouvement chiite.

Sans se couper de l’Occident, le Liban doit tourner le regard vers l’Iran, l’Irak, la Russie et surtout la Chine. C’est à l’Est qu’il y a un potentiel énorme. Le Liban est riche en ressources humaines, il pourrait s’engager dans une économie productive. On a malheureusement l’impression que ceux qui gouvernent le Liban n’ont aucune volonté de sauver le pays et préfèrent se soumettre aux diktats occidentaux. Une chance tout de même: il y a une résistance armée qu’Israël ne peut pas vaincre. Il faut maintenant franchir le pas vers une politique plus indépendante et traiter avec les pays qui ont les moyens d’aider le Liban.

 

Né à Damas, Majed Nehmé a fait ses études universitaires à l’Ecole supérieure de Lettres à Beyrouth, puis à l’Université Lyon3. Il est rédacteur-en-chef du magazine Afrique-Asie.

 

Source: Investig’Action

Photo: Middle East Monitor (CC)

Dans LIBAN

LEGISLATIVES LIBANAISES : LES SCORES DES DEPUTES DU HEZBOLLAH AU NOUVEAU PARLEMENT

Par Le 18/05/2022

Législatives libanaises: en chiffres, les scores des députés du Hezbollah au nouveau Parlement

Législatives libanaises: en chiffres, les scores des députés du Hezbollah au nouveau Parlement

folder_openINFOGRAPHIES access_timedepuis 13 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Législatives libanaises: en chiffres, les scores des députés du Hezbollah au nouveau Parlement

 

hezbollah legislatives elections liban

https://french.alahednews.com.lb/44162/297

Dans LIBAN

LIBAN : MEGA DECULOTTEE US/"ISRAËL"

Par Le 18/05/2022

Législatives libanaises : échec du projet occidental

Wednesday, 18 May 2022 12:13 PM  [ Last Update: Wednesday, 18 May 2022 12:30 PM ]

 30 

Législatives libanaises : échec du projet occidental

Lors des festivités organisées lundi après-midi dans la ville de Nabatiyeh au sud du Liban pour célébrer la victoire foudroyante de la liste électorale du Hezbollah et du mouvement Amal dans la circonscription Sud-Liban III, l’élu Mohamad Raad a adressé une mise en garde aux adversaires du Hezbollah, notamment au parti des Forces libanaises de Samir Geagea :
« Si vous ne voulez pas collaborer avec vos partenaires dans l’enceinte parlementaire, cela veut dire que vous voulez isoler de nouveau et conduire le Liban vers le pire, c’est ce que planifient les Israéliens et les Américains. Faites attention à ne pas être le combustible d’une guerre civile vers laquelle les Israéliens veulent vous conduire dans ce pays », a-t-il dit.

« À nos adversaires politiques qui se targuent d’avoir remporté (le scrutin) sans preuve à l’appui, nous leur disons : nous vous accepterons en tant qu’adversaires dans l’enceinte parlementaire, mais nous n’admettrons jamais que vous soyez les boucliers des Israéliens et de ceux qui sont derrière eux. En partant de ce principe, faites attention à votre discours, à votre comportement politique et à l’avenir de votre pays. Nous aspirons à l’unité nationale et à la cohabitation. Nous tendons les bras pour sauver notre pays que personne ne peut faire chanter ni faire plier. Si vous voulez être nos partenaires, vous serez les bienvenus. Sinon faites attention vers où vous allez conduire le pays. La paix civile est une ligne rouge. Ne laissez pas les ennemis et les adversaires de ce pays vous inciter à jouer le jeu de saboter la paix civile. »

A noter que le député Mohamad Raad qui a été le chef du bloc parlementaire du Hezbollah entre 2018 et 2022 a obtenu le score le plus important à l’échelle de tout le Liban, avec plus de 46 mille voix.

Il s’était présenté à la tête d’une liste mixte formée de membres du Hezbollah et du mouvement Amal dans la circonscription Sud-Liban III.

Selon un bilan du ministère de l'Intérieur, trois autres candidats du Hezbollah dans trois autres circonscriptions électorales ont aussi obtenu le score le plus important en chiffres d’électeurs.

Arnaud Develay, juriste international et Pierre Dortiguier, politologue s'expriment sur le sujet.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/05/18/682310/L%C3%A9gislatives-libanaises---%C3%A9chec-du-projet-occidental-

 

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH MET EN GARDE SES ADVERSAIRES : LA PAIX CIVILE EST UNE LIGNE ROUGE, DIT RAAB

Par Le 17/05/2022

Le Hezbollah met en garde ses adversaires: La paix civile est une ligne rouge, dit Raad

Le Hezbollah met en garde ses adversaires: La paix civile est une ligne rouge, dit Raad

folder_openLiban access_timedepuis 14 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

Le Hezbollah, qui a obtenu le score le plus important en chiffres d’électeurs au Liban, a affirmé l’attachement de la formation à la coexistence, mettant en garde ses adversaires de saboter la paix civile.

«Nous tendons les bras pour sauver notre pays que personne ne peut faire chanter ni faire plier. Si vous voulez être nos partenaires, vous serez les bienvenus. Sinon faites attentions vers où vous allez conduire le pays. La paix civile est une ligne rouge», a affirmé le député élu Mohamad Raad à Nabatiyeh, lors des festivités organisées ce lundi après-midi dans la ville du sud du Liban pour célébrer la victoire foudroyante de la liste électorale du Hezbollah et du mouvement Amal dans la circonscription Sud-Liban III.

«Nous aspirons à l’unité nationale et à la cohabitation. Vous devez coopérer avec nous, sinon c’est l’isolement qui vous attend», a-t-il dit.

S’adressant aux adversaires du Hezbollah, notamment aux Forces libanaises de Samir Geagea, mais sans les nommer, M. Raad a insisté: «Si vous ne voulez pas d’un gouvernement national, vous serez en train de conduire le Liban vers l’abîme. Attention d’être l’instrument d’une guerre civile».

«Nous vous tolérons en tant qu’adversaires au Parlement, mais nous n’accepterons pas que vous soyez des boucliers pour Israël et ceux qui sont derrière elle», a-t-il réitéré.

Et de poursuivre: «Nous pressentons ceci dans vos positions et les déclarations exprimées par les médiocres parmi vous. Les grands pourraient se tromper et suivre les médiocres à un moment donné».

«Nous allons œuvrer pour régler la crise économique dans laquelle les ennemis du Liban nous ont plongés, mais attention aux faux pas», a-t-il conclu.

Le député Mohamad Raad, qui a été le chef du bloc parlementaire du Hezbollah entre 2018 et 2022, a obtenu le score le plus important à l’échelle de tout le Liban, avec plus de 46 mille voix.

Il s’était présenté à la tête d’une liste mixte formée de membres du Hezbollah et du mouvement Amal dans la circonscription Sud-Liban III (Hasbaya-Marjeyoune-Nabatiyeh-Bint Jbeil)

Selon un bilan pas encore définitif, trois autres candidats du Hezbollah dans trois autres circonscriptions électorales ont aussi obtenu le score le plus important en chiffres d’électeurs.

C’est le cas de Rami Abou Hamdane qui s’est présenté à Zahlé (Békaa I) , de Hussein Haj Hassan qui s’est présenté dans Baalbak-Hermel et d’Amine Cherri qui s’est présenté à Beyrouth II. Ils sont tous les trois classés premiers. Sans oublier Raed Berro, le candidat du Hezbollah à Jbeil-Kesrouan qui est en seconde position, en termes de chiffres d’électeurs.

https://french.alahednews.com.lb/44144/344

hezbollah legislatives elections liban mohammad raad

Dans LIBAN

OTAN-ISRAËL DANS LE COLLIMATEUR DU HEZBOLLAH

Par Le 15/05/2022

Les missiles du Hezbollah capables de viser les plateformes gazières israéliennes

Sunday, 15 May 2022 6:34 PM  [ Last Update: Sunday, 15 May 2022 6:35 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Une vidéo du Hezbollah circulant en ligne montre que la Résistance dispose de nouvelles munitions. (Capture d'écran)

Le Hezbollah est déterminé à étendre tout prochain conflit à la mer, selon un article du Jerusalem Post dont l’auteur ne cache pas ses inquiétudes quant aux nouveaux missiles du Hezbollah, notamment les missiles optimisés.  

Une vidéo du Hezbollah circulant en ligne montre que le groupe dispose de nouvelles munitions dans son arsenal en constante expansion, indique l’article du Jerusalem Post.

« Au fil des ans, le Hezbollah a stocké plus de 100 000 missiles et roquettes. Cependant, le véritable danger de ces armes est que certaines ont été améliorées ou utilisent de nouvelles technologies qui leur permettent d’être des munitions à guidage de précision, ou des munitions de manœuvre, des drones et des missiles de croisière. »

Lire aussi: Le réseau de DCA intégré de la Résistance fait surface

Et d’ajouter : « Une vidéo récente publiée en ligne semble montrer un aperçu d’un missile de croisière antinavire Abou Mahdi ». Selon le compte Twitter qui a trouvé cette image, « la nouvelle vidéo du Hezbollah montre un aperçu de ce qui est probablement un lanceur de missiles de croisière antinavire Abou Mahdi. Cela signifie que l’Iran a armé le Hezbollah avec sa plus longue portée (apparemment 1 000 km). »

Le missile-choc du Hezbollah?

Le missile-choc du Hezbollah ?

Les médias du Hezbollah ont diffusé une courte vidéo mettant Israël en garde contre toute attaque contre le Liban.

Selon Jerusalem Post, « cette portée signifierait que le missile pourrait atteindre profondément la Méditerranée orientale, ce qui menacerait une installation de soutien naval de l’OTAN dans la baie de Souda en Crète. Cela signifie qu’il s’agit d’une arme stratégique qui pourrait prendre pour cible une zone plus large qu’Israël en cas de conflit. »

Lire aussi: L’entité provisoire reconnaît son incapacité à attaquer le Liban

« C’est important parce que s’il s’avère que c’est le missile de croisière Abou Mahdi qui a une portée d’environ 1 000 km – donc cela pourrait menacer les plates-formes gazières dans la région, pas seulement Israël, donc c’est important – c’est la première fois que nous avons un aperçu de ce système entre les mains du Hezbollah », selon Tal Inbar, un chercheur au « Missile Defense Advocacy Alliance », basé aux États-Unis.

Lire aussi: Le pré avertissement du Hezbollah avant le crash final ?

« Cela signifie que le Hezbollah entend étendre tout conflit futur en mer et il s’est longtemps vanté de vouloir déployer de nouveaux missiles antinavires. Les missiles antinavires du Hezbollah se sont révélés dangereux dans le passé. En 2006, le mouvement a utilisé un missile antinavire C-802 pour cibler la Marine israélienne. »

USA offrent Israël sur un plateau d'or à la Résistance pour sauver la tête de leurs soldats...

USA offrent Israël sur un plateau d’or à la Résistance pour sauver la tête de leurs soldats...

Pourquoi les USA refusent-ils de renouveler les stocks de missiles intercepteurs « Tamir » ?

Toujours selon Jerusalem Post, « la Marine israélienne a lancé un exercice surpris, dimanche, dans le cadre de l’exercice à grande échelle des Chariots de feu qui se déroule tout au long du mois ».

Lire aussi: Exercice sioniste : le Hezbollah le doigt sur la gâchette

« Dans le cadre de l’exercice, des équipes dirigées par le contrôleur de l’armée vérifieront la capacité de la Marine à passer du format de routine au format d’urgence et à faire face aux situations d’urgence », indique le journal israélien.

« Le mouvement actif des troupes et des navires de guerre sera perceptible pendant l’exercice, ainsi que le bruit des explosions », ajoute la publication en hébreu.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/05/15/682156/Hezbollah-Otan-missile-Abou-Mahdi-Israel-

Dans LIBAN

SAYYED NASRALLAH : LE VOTE DE DIMANCHE SERA UN MESSAGE FORT AUX CONSPIRATEURS CONTRE LA RESISTANCE ET L'AVENIR DU LIBAN

Par Le 14/05/2022

Sayyed Hassan Nasrallah : Le vote de dimanche sera un message fort aux conspirateurs contre la résistance et l’avenir du Liban

 Depuis 1 jour  13 mai 2022

3cdc9f7b-2594-4b58-83e5-1a32fa6a179e

 Article traduit - Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a affirmé dans un discours prononcé lors du festival électoral organisé par le Hezbollah dans la Bekaa : « Votre présence aujourd’hui est un message clair, et l’objectif du festival est d’exprimer notre soutien à la liste « Espoir et Loyauté » dans le district de Baalbek-Hermel, la liste « Zahlé est le message » dans le district de Zahlé et à la liste « Des lendemains meilleurs » dans la Bekaa occidentale et Rashaya ».

Il a ajouté : « Ces listes sont composées de frères et sœurs qui nous sont chers. Nous espérons qu’ils parviendront au Parlement afin de servir leur pays et la Bekaa ».

 

Le meurtre de Shireen Abu Aqleh adresse un des plus forts messages au monde : cette femme opprimée qui est tombée en martyr était chrétienne.

Sayyed Hassan Nasrallah a condamné le crime de l’ennemi israélien soulignant que « la correspondante de la chaine satellitaire qatarie al-Jazeera Sherine Abu Aqleh a été le témoin des crimes de l’ennemi pendant de nombreuses années et le témoin de l’oppression du peuple palestinien, et aujourd’hui, elle est tombée en martyr, opprimée, victime de l’un des innombrables crimes israéliens. C’est la réalité de cet ennemi : tueur et criminel, et sa brutalité n’a pas changé et ne changera point, quand j’ai regardé les images de son martyr, j’ai imaginé son sang sur les visages de tous ceux qui ont normalisé avec l’entité sioniste, sur leurs fronts et leurs mains ».

Son éminence a souligné « Nul doute que cet incident porte des messages très forts pour le peuple palestinien, les peuples arabes et islamiques et les peuples du monde ».

Ajoutant « le message le plus fort dans le martyr de cette femme opprimée est qu’elle était chrétienne. Ce message affirme à tout le monde qu’Israël, cette entité temporaire, agresse, tue, opprime, arrête et torture des musulmans et des chrétiens, mais aussi, elle démoli les maisons des musulmans et des chrétiens, viole les lieux saints des musulmans et des chrétiens. »

Il a ajouté : « Nous espérons que son sang réveillera les consciences mortes et ravivera ce qui reste encore dans cette nation de bonté et d’honneur ».

D’autre part, Sayyed Hassan Nasrallah a tenu à présenter ses condoléances aux familles des martyrs de Nubl et Zahraa, qui ont été tués lors d’une attaque exécutée par des groupes terroristes armés dans le nord d’Alep en Syrie ».

 

La Bekaa et la résistance

Sayyed Hassan Nasrallah a déclaré : « Notre résistance a commencé à partir des collines de la Bekaa, de la vallée de la Bekaa, des camps de la Bekaa, dans les cœurs de son peuple, dans la perspicacité de leur esprit, dans leur amour et dans leur soutien.  C’est ici que la résistance islamique a été établie et le peuple l’a embrassé et en a supporté toutes les conséquences. »

Il a souligné : « Aucune voix dans la Bekaa et Baalbek-Hermel n’a retenti pour dire « Assez », au contraire ce peuple a soutenu, défendu voire étreint la résistance, et cela est le summum de la loyauté ».

 

Sayyed Nasrallah a expliqué : « Ce qu’ils veulent de vous aujourd’hui est ce qu’Israël a tenté de vous forcer de faire à travers ses bombardements : à savoir      renoncez à la résistance et aux armes de la résistance, sauf qu’aujourd’hui les bombardements sont politiques, médiatiques, économiques et financiers comme les sanctions, les accusations, les pressions et la diffamation dont le but est que vous renonciez à la résistance comme principal slogan électoral ».

 

La Bekaa et la lutte contre le terrorisme takfiriste

 

Sayyed Nasrallah a rappelé : « Face au terrorisme, vous étiez déterminés et loyaux vous vous êtes soulevé pour préserver la Bekaa et tout le pays, et avec vous la résistance ».

Sayyed Nasrallah a déclaré que « les dirigeants chrétiens antisyriens et qui sont contre la résistance ne pensaient pas aux chrétiens dans les villages du front, ils les considéraient comme des pertes collatérales. Je vous demande : « Êtes-vous avec le fusil qui a défendu la vallée de la Bekaa, ou avec celui qui a fourni l’arme aux groupes terroristes pour attaquer vos maisons ? »

 

La Résistance et les projets de développements dans la Bekaa

Et de poursuivre : « Notre présence dans l’État a pour but de fournir des services aux défavorisés, et donc nous ne prenons pas de l’argent des ministères que nous gérons, mais plutôt nous dépensons de l’argent pour ces ministères. Parmi les projets de développement que nous comptons défendre et réaliser après ses législatives, celui de la construction d’un tunnel reliant la capitale Beyrouth à la Bekaa. Il s’agit d’un projet stratégique et le ministre des Travaux publics a commencé ses contacts et il compte poursuivre ce projet avec les députés de la Bekaa. Autre projet que nous comptons mettre en œuvre celui de la décentralisation administrative et enfin clore le dossier des relations libano-syriennes ».

Sayyed Hassan Nasrallah a demandé : « Cette campagne électorale s’est malheureusement caractérisée chez un certain nombre des forces politiques adverses par un discours haineux, confessionnel, dominé par un seul slogan censé résumer leur programme électoral pour résoudre la crise économique et sociale du pays, désarmer la résistance. Certains sont allées tellement loin dans leur racisme et leur fascisme en demander les libanais de voter pour éradiquer le Hezbollah, voire les chiites. Je leur demande : Les armes de la résistance ont-elles empêché la mise en œuvre d’un plan pour résoudre l’électricité au Liban ou pour la construction de barrages, ou pour la réparation des routes ou pour ouvrir la porte aux entreprises étrangères pour investir au Liban ? Les armes de la résistance ont-elles protégé les politiques financières corrompues ou le vol de milliards de dollars des dépositaires libanais ? »

Sayyed Nasrallah a appelé « ceux qui ont dressé leurs listes électorales à l’ambassade américaine d’exiger de Washington de restituer l’argent des dépositaires qui ont été transférés à l’extérieur en contrebande.  Et surtout ne me dites pas que les USA ne surveillent pas chaque transfert d’argent dans le monde, ils sont au courant d’où sort et d’où vient et vers ou chaque dollar est transféré ».

 

Certaines campagnes électorales ont atteint le summum du ridicule au point que mon doigt menaçant est devenu un titre de leur programme électoral   

 

Concernant certaines campagnes électorales qui ont eu lieu, Sayyed Nasrallah a déclaré : « Dans les campagnes électorales, nous avons entendu beaucoup de choses amusantes, et nous avons été témoins d’un phénomène étrange de propagation de la haine et de la rancœur au Liban, atteignant un niveau de légèreté et de décadence morale et intellectuelle de la part de certains qui se présentent comme des leaders qui veulent résoudre les crises. Ils résument leur programme électoral dans leur volonté de permettre aux gens de boire, d’aller à la plage, de danser, de se promener dans la rue en short ! Je vous demande quand le Hezbollah vous a empêché de tout cela ? Même dans la banlieue vous avez des femmes qui ne portent pas le voile.

Et de poursuivre : « Puis, ils se sont concentres sur mon doigt que je lève pour menacer l’ennemi israélien ou le terrorisme takfiriste. Je sais que ce doigt enrage les USA, les takfiris et les ennemis du Liban. Mais pourquoi mon doigt  gêne autant nos adversaires politiques?  La valeur du doigt qu’ils se battent pour briser représente vos doigts pressés contre la gâchette et vos choix qui refusent l’humiliation, ce doigt levé est vos doigts entachés d’encre le 15 mai, mais le sang des martyrs continuera à protéger la patrie ».

Il a noté : « L’un d’eux est responsable de la disparition de 11 milliards de dollars et des politiques économiques qui ont conduit aux crises actuelles, et il ose dire que le chemin du salut commence par la libération de l’État du Hezbollah ».

Il a souligné que « Washington, avec son groupe d’agents locaux, a aidé pour transférer l’argent des dépositaires libanais à l’étranger. C’est l’Amérique qui empêche les investissements au Liban, dissimule les vols et travaille à affamer les Libanais ».

Et de conclure : «  Le jour des élections sera un message à tous ceux qui conspirent contre la résistance, ses armes et l’avenir des Libanais ».

FIN

Source: AlManar

https://french.almanar.com.lb/2326062

             

Commentaires

Dans LIBAN

HEZBOLLAH : "ISRAËL" FAIT MARCHE ARRIERE

Par Le 10/05/2022

L’entité provisoire reconnaît son incapacité à attaquer le Liban

Tuesday, 10 May 2022 6:02 PM  [ Last Update: Tuesday, 10 May 2022 6:02 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Discours du secrétaire général du Hezbollah à un rassemblement à Beyrouth, le mardi 10 mai 2022. ©Al-Manar

La grande célébration de masse « Nous resterons, nous protégerons et nous construirons » s’est tenue ce mardi 10 mai dans la banlieue sud de Beyrouth - Place Achoura, dans laquelle le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, a pris la parole.

Le secrétaire général du Hezbollah s’est adressé mardi à un rassemblement à Beyrouth, soulignant que les Israéliens n’avaient aucune intention d’entreprendre une action militaire contre le Liban.

Lire aussi : Exercice sioniste : le Hezbollah le doigt sur la gâchette

Seyyed Hassan Nasrallah a remercié le public participant au festival électoral de la banlieue sud pour sa participation massive avant d’ajouter : « Votre contribution massive aux festivals électoraux est le plus grand message à ceux qui parient sur le renversement du peuple de la Résistance et le fait que de nombreux Libanais sortent dans de nombreux pays, malgré la présence d’une menace dans certains pays du golfe Persique, et votent pour la Résistance, c’est quelque chose que nous respectons. Le vote des expatriés pour les listes de la Résistance exprime leur courage et leur loyauté. »

« Il n’y a pas d’arabisme sans la Palestine et sans al-Qods, ni par la normalisation des liens avec l’entité israélienne », a-t-il insisté.

Plus loin dans ses propos, Nasrallah a dit : « J’ai été informé que les Israéliens confirment qu’ils ne veulent pas lancer d’action militaire contre le Liban. Nous ne faisons pas confiance à l’ennemi, ni à ses messages, ni aux déclarations de son Premier ministre. Par conséquent, notre mobilisation et nos préparatifs resteront tels qu’ils sont jusqu’à la fin des manœuvres israéliennes, et la situation est la même pour la Résistance palestinienne. »

Lire aussi : Les missiles de Sinwar aussi redoutables que ceux de Nasrallah

Le secrétaire général du Hezbollah a souligné qu’il ne permettrait aucune agression ou attaque contre le Liban, ajoutant : « Je veux dire aux frères qui suivent la manœuvre israélienne que le Premier ministre ennemi [sioniste] est allé surveiller la manœuvre et préciser que le régime n’a pas envie d’affronter qui que ce soit. Ce message est pour la Résistance, et l’ennemi sait que la Résistance est sincère dans ses paroles et répondra à toute agression. »

Lire aussi : « La prochaine guerre fera disparaître Israël »

Il a indiqué que « tout ce qui a été exprimé par le président du Parlement Nabih Berri transmet les pensées d’Amal et du Hezbollah ».

« Le Hezbollah ne se présente pas comme un État dans l’État ni comme un remplaçant de l’État. Le Liban ne peut pas supporter une nouvelle guerre civile, même pour changer de système politique. La guerre civile devrait être une ligne rouge interdite », a-t-il averti.

« Ce que nous cherchons c’est l’État juste, fort et capable. C’est ce que nous avons annoncé dans notre document politique de 2009. La loi électorale est la clé, la loi majoritaire était biaisée, la loi proportionnelle est la plus équitable. Il y a une grande injustice concernant l’âge de vote, la lutte doit se concentrer sur l’octroi du droit de vote aux jeunes de 18 ans », a-t-il noté.

« Nous sommes un pays riche, et ce trésor est dans la mer, et les données indiquent qu’il y a une énorme richesse gazière sur les places en face du sud du Liban. L’État juste et capable est celui qui est capable de protéger sa souveraineté sur la terre et l’eau. Nous avons été et serons toujours contre les impôts sur les pauvres et le système fiscal doit être progressif. Un État juste et capable est celui qui assure la sécurité de ses citoyens afin qu’ils se sentent à l’abri de toute discrimination régionale », a fait remarquer le secrétaire général du Hezbollah libanais.

« Si je dis que seul le Hezbollah est capable de construire un État juste et capable, je ne serai pas honnête. Aucun parti ne peut le faire seul au Liban. Nous insistons à être présents dans tout gouvernement, afin de protéger la Résistance. Notre pays est construit sur le partenariat et la non-élimination. Chacun doit être représenté au Parlement selon sa taille naturelle », a-t-il souligné.

Exercice sioniste: le Hezbollah le doigt sur la gâchette

S’adressant aux Libanais, il a conclu son discours par ces termes : « Vous avez le choix entre un parti dont le souci est le Liban et un parti dont le souci est d’utiliser le Liban pour se contenter de l’Amérique, de l’Occident et de certains pays du monde. Vous devez choisir entre la personne véridique qui porte la responsabilité, et le trompeur qui vous a trompé et vous trompera et sautera du bateau, alors qu’il trouvera qu’il y a des difficultés. »

Après les frappes de Gaza, le Hezbollah prépare un coup ?

http://french.presstv.ir/Detail/2022/05/10/681860/Hezbollah-Nasrallah-Isra%C3%ABl-R%C3%A9sistance

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH CONDAMNE L'ATTAQUE TERRORISTE CONTRE L'ARMEE EGYPTIENNE

Par Le 08/05/2022

Le Hezbollah condamne l’attaque terroriste contre l’armée égyptienne

 Depuis 6 heures  8 mai 2022

Le Hezbollah a appelé à la nécessité d'affronter et d'isoler l'idéologie destructrice du takfirisme.

Le Hezbollah a appelé à la nécessité d'affronter et d'isoler l'idéologie destructrice du takfirisme.

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le Hezbollah a fermement condamné, ce dimanche 8 mai, l’attaque terroriste perpétrée la veille contre une unité de l’armée égyptienne dans le Sinaï.

Le Hezbollah a exprimé sa pleine solidarité avec le « peuple égyptien frère », affirmant que « ce que les groupes terroristes ont commis vise à saper la stabilité et la sécurité de l’Égypte, à détourner l’attention du terrorisme sioniste perpétré en Palestine et à embourber la région dans les conflits internes ».

Le Hezbollah a appelé à la nécessité « d’affronter et d’isoler l’idéologie destructrice du takfirisme, et de prendre toutes les mesures de précaution le long du monde islamique afin de la repousser pratiquement et politiquement ». ‎

Rappelons que l’armée égyptienne a annoncé samedi la mort de onze militaires qui déjouaient une attaque terroriste  à proximité du canal de Suez dans le Sinaï, péninsule du nord-est du pays.

 

Source: AlManar

https://french.almanar.com.lb/2322707

    

Dans LIBAN

LES PARACHUTISTES DU HEZBOLLAH EN GALILEE ?

Par Le 30/04/2022

Le Hezbollah se prépare à libérer la Galilée

Saturday, 30 April 2022 5:03 PM  [ Last Update: Saturday, 30 April 2022 5:03 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les forces de l'unité Ridwan du Hezbollah. ©Tasnim/Archives

Sur fond de faiblesse et d’incompétence dont a fait preuve l’armée de terre du régime israélien lors des récents affrontements avec la Résistance, le Hezbollah au Liban dispose d’une force terrestre dont l’efficacité a été mise à l’épreuve pendant la crise syrienne déclenchée en 2011 et la guerre contre les terroristes takfiris.

En première ligne des forces terrestres du Hezbollah, opèrent les « Forces spéciales Ridwan » dont le nom est dérivé du nom de « Imad Mughniyeh », le commandant martyr du Hezbollah connu sous le nom de « Haj Ridwan ». Ce dernier a été assassiné par les sionistes lors d'une opération à Damas en 2008, pourtant il fait toujours trembler de peur les sionistes.

En référence aux révélations du secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, selon lesquelles les combattants de la Résistance disposent d’un grand nombre de soldats équipés d’une quantité importante d’armes et de munitions modernes, les experts dans les territoires occupés mettent en garde contre la possibilité de la libération de la région de Galilée dans le nord de la Palestine occupée par l’unité Ridwan qui ne cesse de renforcer ses capacités depuis 2006 et s’est spécialisée dans le combat offensif.

Les inquiétudes par rapport aux Forces spéciales Ridwan ont conduit les responsables israéliens à mener diverses enquêtes et recherches dont le résultat révèle les points qui sont mentionnés comme suit :

L'unité Ridwan est constituée des forces spéciales du Hezbollah dont le nombre est estimé à 2 500. Ces forces sont classées avec précision et ont suivi un entraînement rigoureux dans le domaine du tir, de l'utilisation d'armes antichars et d'explosifs, de la course sur de longues distances et dans les massifs montagneux et de la conduite d'opérations d'arrestations. Elles ont également effectué de nombreuses missions militaires secrètes et sensibles, qui ont toutes été menées de manière rapide et professionnelle.

Les Forces spéciales Ridwan sont réparties en un grand nombre de groupes de 7 à 10 personnes capables de mener des opérations indépendantes sans aucune affiliation et de recevoir une assistance logistique du commandement central. L'une des principales caractéristiques de l'unité Ridwan est donc la capacité des forces à prendre des décisions tactiques rapides sur le terrain, leur autonomie étant assurée par le commandement central.

L’unité Ridwan a été créée par Imad Mughniyeh, commandant de la branche armée du Hezbollah après la guerre de juillet 2006. Les soldats de l’unité Ridwan ont combattu aux côtés de l'armée russe dans de nombreuses opérations en Syrie et ont joué un rôle actif dans la libération de diverses régions dans le pays du joug des groupes terroristes takfiris.

Lors d’une prochaine guerre, les Forces spéciales Ridwan utiliseront probablement les tunnels pour libérer la région de Galilée. A défaut de la voie aérienne, le tunnel sera la meilleure option pour le transfert d’armements par les combattants du Hezbollah.

Mais l'analyste militaire sioniste Ron Ben-Yishai va plus loin en avertissant que d’autres groupes de résistance viendront en aide au Hezbollah pour la mise en œuvre du plan. L’avertissement intervient alors que plus tôt, les médias affiliés à la Résistance ont publié plusieurs vidéos qui montraient les forces de l'unité Ridwan du Hezbollah participant à la deuxième opération de libération.

Israël: les révélations-choc de Qaani

Israël: les révélations-choc de Qaani

Les drones iraniens arment Gaza...

http://french.presstv.ir/Detail/2022/04/30/681273/Hezbollah-Israel-Ridwan-Galilee

Dans LIBAN

NAUFRAGE AU LARGE DU LIBAN : LE HEZBOLLAH EXPRIME SA PROFONDE TRISTESSE

Par Le 25/04/2022

Naufrage au Large du Liban: Le Hezbollah exprime sa profonde tristesse

Naufrage au Large du Liban: Le Hezbollah exprime sa profonde tristesse

folder_openCommuniqués de presse access_timedepuis 11 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

Le Hezbollah s’est dit attristé par le drame douloureux survenu dimanche 24 avril à Tripoli au Liban-nord après le naufrage d’un bateau qui transportait une soixantaine de migrants. Six migrants, dont une fillette, ont péri noyés.

Le Hezbollah exprime ses sincères condoléances aux familles des victimes et à tous les citoyens de Tripoli, implorant Dieu le Tout-Puissant de leur accorder patience et consolation, et de couvrir les défunts de Sa miséricorde.

«L’incident est une manifestation assez tragique des aspects de la crise économique et sociale qui bat son plein dans le pays dû aux politiques erronées et à de longues décennies de négligence et de privation, qui ont finalement conduit aux conditions difficiles que traversent notre pays et notre peuple», a affirmé le Hezbollah dans un communiqué publié dimanche.

«Ce qui s’est passé au large de la mer doit être une sonnette d’alarme pour tous les responsables du pays à tous les niveaux, nécessitant une mobilisation de l’Etat et de la société afin de traiter sérieusement les résultats de cette crise par la solidarité sociale et nationale pour sortir de la dure épreuve que traverse notre pays, poussant des dizaines de familles à émigrer et à risquer leur vie pour une vie meilleure», a ajouté le Hezbollah.

Et d’ajouter : «Cette tragédie, à l’instar de celles précédentes, exige une enquête judiciaire rapide, transparente, impartiale et équitable pour révéler la vérité sur ce qui s'est passé pour poursuivre les auteurs de cette tragédie tragique, notamment les trafiquants d'êtres humains, les passeurs et tous les responsables concernés».

Enfin, le Hezbollah appelle les services de l’Etat concernés à soutenir et à aider les familles sinistrées. Il appelle également les Libanais à faire preuve de patience et de responsabilité nationale et à s'abstenir de tous actes de violence, de sabotage et d'atteinte à la sécurité et à la stabilité.

https://french.alahednews.com.lb/43860/319

 

hezbollah liban naufrage

Dans LIBAN

LA FORCE RADWANE, FORCE D'ELITE DU HEZBOLLAH HANTE "ISRAËL"

Par Le 21/04/2022

La force Radwane du Hezbollah hante ‘Israël’: elle a opéré un changement primordial sur la frontière avec le Liban, selon Haaretz

 Depuis 3 heures  21 avril 2022

radwane_unite

 Entité sioniste - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Les médias israéliens gardent l’œil sur la force d’élite du Hezbollah Radwane, dont les activités clandestines hantent les chefs militaires israéliens à la frontière entre la Palestine occupée et le Liban.
Le quotidien israélien Haaretz s’est de nouveau penché sur cette force, alors que l’intérieur palestinien vit une escalade importante, dans la bande de Gaza, en Cisjordanie et dans la ville sainte d’al-Qods, sur fond des tentatives de colons extrémistes de profaner la mosquée d’al-Aqsa. Faisant craindre l’éclatement d’un conflit militaire comme cela avait eu lieu l’an dernier pendant le mois de Ramadan et une intervention du Hezbollah dans ce conflit. L »an dernier, le numéro un du Hezbolah sayed Hassan Nasrallah avait établi une équation au cas d’atteinte à la mosquée al-Aqsa, menaçant d’un conflit régional impliquant les forces de l’Axe de la résistance.

« Les frontières avec le Liban ont subi un changement fondamental en raison de l’arrivée de la Force Radwane, la force d’élite du Hezbollah », a-t-il écrit ce jeudi 21 avril.
« la Force Radwane a été déployée dans le sud du Liban après des années d’expérience accumulée pendant la guerre en Syrie », rapporte le quotidien.
Citant le commandant de la division d’al-Jalil (Galilée), le général de brigade Shlomi Bender, il rapporte que « la force Radwane possède actuellement des moyens qui n’existaient pas en 2006 »
« Ils ont augmenté la formation de feu dirigée vers notre front intérieur et amélioré leur capacité de défense», a-t-il souligné.

Au chat et à la souris

Les médias israéliens s’intéressent à cette force davantage depuis qu’elle est revenue au sud du Liban, selon leurs observateurs.

Le mois de janvier dernier, le Jerusalem Post a évoqué « un jeu de chat et la souris » entre l’armée israélienne et cette force à la frontière entre le Liban et la Palestine occupée.

Indiquant que cette unité porte le nom de guerre de l’ex-chef militaire du Hezbollah le martyr Imad Moughniyeh, « Haj Radwane », qui a été tué à Damas en 2008, le journal estime qu’elle a été fondée pour effectuer des opérations secrètes contre Israël.

« Il est prévu que les éléments de Radwane seront à l’avant-garde d’une attaque du Hezbollah contre Israël. Ils pourraient s’infiltrer dans les localités israéliennes tout au long des frontières, pour tuer un plus grand nombre de civils et de militaires israéliens, sous une couverture intense de tirs de missiles, d’obus de mortiers et de missiles antichars et autres», a-t-il écrit. Indiquant qu’Israël œuvre pour renforcer la sécurité des frontières, en construisant une barrière de sécurité mais n’en a achevé que seulement 14 km jusqu’à présent.

Le journal s’arrête sur le fait que les combattants de cette unité ont combattu en Syrie pendant plusieurs années et donc acquis une expertise opérationnelle importante, notant que la plupart d’entre eux sont revenus au sud du Liban.

Entrer dans les colonies puis revenir

Selon le Haaretz, c’est à partir de 2019 qu’ils sont rentrés de Syrie et se sont déployés à la frontière avec la Palestine occupée.
Le journal a écrit à cette époque ce qui se passe depuis sur la frontière :  « d’un point d’observation surplombant le Liban du côté israélien de la frontière, on peut voir de l’autre côté de la frontière des points d’observation destinés à surveiller la frontière israélienne, que le Hezbollah a établie il y a plus de deux ans sous prétexte qu’elle appartient à un groupe environnemental ».
Il ajoute que des éléments du Hezbollah accomplissent certaines de leurs tâches le long de la frontière, habillés en civil et sans leurs armes visibles, en coordination avec l’armée libanaise. Cependant, les services de renseignement israéliens ont collecté des « preuves documentées » de ces activités, les utilisant dans leurs fréquents différends avec le Liban concernant les résolutions des Nations Unies.

Le site Walla, proche des services de sécurité de l’entité israélienne, avait fait référence dans un rapport publié en 2019 sur les capacités du Hezbollah au Liban et de cette unité spéciale qu’elle est en mesure d’apporter un grand nombre de ses combattants dans les colonies proches des frontières, y mener des opérations offensives, puis retourner en toute sécurité sur le territoire libanais.

A la même époque, le magazine britannique The Economist avait écrit sur les capacités et les qualifications individuelles des éléments de l’unité Radwan : « ces personnes sont capables d’engager des combats dans les montagnes et les collines et sur de vastes zones et d’avancer à une vitesse sans précédent. Ils sont très professionnels et jouissent d’une grande capacité à résister à diverses situations difficiles ».

Vêtus de noirs, encagoulés

Compte tenu du caractère secret de ce genre d’information, le Hezbollah ne parle pas de cette unité.
Les médias libanais disent avoir découvert leur présence lorsqu’ils ont vu des éléments tout vêtus de noir et encagoulés lors des défilés militaires, dans la banlieue sud de Beyrouth.
Citant des sources proches du Hezbollah, le site al-Waght (Le Temps) rapporte qu’elle fait partie des forces spéciales du Hezbollah et l’une des meilleures en matière d’entrainement.
« Elle a été conçue pour combattre dans des situations spéciales et sur des champs de bataille, et s’est vu confier des tâches que d’autres n’étaient pas en mesure d’accomplir », rapporte le site précisant que cette unité a été formée après le martyre de Hajj Imad Moughniyeh, qui était responsable des opérations offensives du Hezbollah. Elle porte son nom parce que c’est lui qui a eu l’idée de former une unité d’élites.

Selon des sources médiatiques, son chef serait un certain Abou Ali al-Tabatabaï, de père iranien et de mère libanaise du sud qu’Israël cherche à assassiner. Sa tête est mise à prix pour 5 millions de dollars depuis 2020 par les Etats-Unis. Son nom est devenu célèbre après le raid israélien contre deux véhicules à Quneitra dans le sud syrien su cours duquel 6 combattants sont tombés en martyrs dont le fils du martyr Moughniyeh et un chef du Corps des gardiens de la révolution iranienne Mohamad Ali Allah-Dadi. On avait alors signalé que c’est Tabatabaï qui était visé.

Des méthodes innovantes et non des imitations

Sélectionnés selon des critères morales et physiques très perfectionnées, ses combattants suivent de nombreux cours spécialisés et divers en sciences militaires, tant sur le plan scientifique que pratique, à l’intérieur et à l’extérieur du Liban, poursuit al-Waght.
Ils apprennent les méthodes uniques de combat de toutes sortes.

Des sources bien informées assurent que la plupart de ces arts martiaux sont des méthodes innovantes et non des imitations des sciences militaires. Ils sont compatibles avec l’infrastructure et les orientations idéologiques du Hezbollah.

Ils apprennent à utiliser divers types d’armes afin de pouvoir, le cas échéant, manier des armes étranges que le Hezbollah n’utilise pas.

Ils ont participé à la bataille d’Alep

Pendant la guerre en Syrie, les médias de l’opposition syrienne armée ont avancé que des combattants de Radwane ont participé à la bataille de libération d’Alep. D’autres médias comme al-Jazeera avancent qu’ils sont actifs au sud de la Syrie où ils tentent de recruter des gens.

Rien n’est confirmé par le Hezbollah qui s’abstient de toute commentaire, ou de répondre aux infos qui courent.

En mai 2020, il a diffusé un clip vidéo sur les exercices de tirs sur des cibles précises effectuées par certains combattants et francs-tireurs. Les observateurs ont cru deviner qu’il s’agirait de combattants de Radwane. De même sur les acteurs d’un clip vidéo diffusé à la fin de l’an dernier montrant des combattants tous vêtus de blanc et encagoulés, traverser à une vitesse vertigineuse des montagnes enneigées, au volant de motoneiges. Le Hezbollah semble communiquer au compte-goutte les performances de cette force, tout en gardant le secret sur son organisation, de quoi alimenter toutes les attentes. Une stratégie de guerre médiatique.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2312950

    

Dans LIBAN

LIBAN : LA VOLTE-FACE DES DIPLOMATES AU SUJET DES ELECTIONS

Par Le 13/04/2022

Liban: La volte-face des diplomates au sujet des élections

Liban: La volte-face des diplomates au sujet des élections

folder_openAnalyses access_timedepuis 4 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par Fouad Karam

En quelques mois, la tendance s’est complètement inversée. Tous ceux, politiciens, journalistes ou spécialistes et intellectuels qui rencontrent les diplomates occidentaux en poste à Beyrouth ont constaté récemment un changement radical dans leur approche des élections législatives qui doivent se tenir le 15 mai.

Ceux qui, il y a un an et moins, affirmaient avec beaucoup d’assurance à leurs interlocuteurs libanais que les prochaines législatives seront cruciales pour le pays car elles marqueront le début d’un changement en profondeur des rapports de forces, notamment sur le plan de l’effondrement du CPL et de l’affaiblissement considérable du Hezbollah, ont modifié leur discours.

Il y a près d’un an, ces mêmes diplomates exposaient à leurs interlocuteurs libanais les résultats d’études effectuées par des sociétés de statistiques étrangères (considérées, selon eux, comme plus crédibles) qui montraient la grande colère des Libanais à l’égard de leurs dirigeants et leur détermination à procéder à ce qu’on appelle «un vote sanction» qui devrait affaiblir non seulement la classe politique traditionnelle et les partis politiques, mais aussi essentiellement le Hezbollah et son principal allié chrétien le CPL. Le premier est accusé par les diplomates étrangers de constituer une menace pour les Israéliens et d’avoir changé le cours des batailles dans plusieurs pays arabes dont la Syrie, tout en étant ce qu’ils appellent «un des bras armés de l’Iran et sa carte de visite auprès des populations arabes et musulmanes». Le second, lui, est accusé d’avoir donné une couverture chrétienne considérable au Hezbollah et, par la même occasion, d’avoir changé la tendance chez les chrétiens du Liban qui étaient pratiquement tournés vers l’Occident, en renforçant leur appartenance arabe et leur incrustation dans la région.

Le mot d’ordre des diplomates à leurs alliés libanais était donc d’insister sur la colère des citoyens, pour la canaliser ensuite dans le bon sens. C’est ainsi qu’est né le fameux slogan «Tous, cela veut dire tous» pour finalement être dirigé spécifiquement contre le CPL et le Hezbollah. Même dans le cadre de la tragique explosion du Port de Beyrouth le 4 août 2020, la colère justifiée des gens a été canalisée dans une seule direction, celle du Hezbollah qui serait à l’origine de cette explosion qui a surtout visé les quartiers chrétiens voisins du port. Depuis, tous les incidents sont exploités de la même manière : le président Michel Aoun est rendu responsable de la terrible crise économique et le Hezbollah du blocus indirect imposé au Liban par les Occidentaux et les Etats du Golfe.

En principe donc, le climat populaire était particulièrement hostile à ces deux parties et les diplomates insistaient pour la tenue des élections à la date prévue, afin de produire le changement tant attendu par eux d’abord au Parlement et ensuite au gouvernement et à la tête de l’Etat.

Mais face à cette tendance étrangère, aussi bien le Hezbollah que le CPL ont réagi. En dépit des pressions, des obstacles et des difficultés, chacun de son côté, ils ont accordé une attention particulière à la population, tentant de rectifier l’image qu’on voulait donner d’eux et cherchant autant que possible à prendre des mesures concrètes pour aider les citoyens.

Alors que les ONG financées par l’étranger ont commencé à fleurir au Liban, financées par l’étranger et destinées à aider les Libanais tout en exploitant leur colère et leur misère, le Hezbollah lui, a pris des mesures concrètes pour aider ceux qui le souhaitent en important notamment du mazout et de l’essence.

Finalement et à pratiquement un mois des élections, les diplomates étrangers ont dû se rendre à l’évidence : les élections législatives ne devraient pas apporter un grand changement dans les rapports de force politique, le Hezbollah et ses alliés étant pratiquement assurés d’avoir au moins 60 sièges sur les 128 du Parlement libanais. Le CPL, que l’on avait dit fini, devrait conserver un nombre important de sièges et en fin de compte, les alliés des diplomates étrangers ne parviendront pas à changer la donne.

Au contraire, le 15 mai au soir ou le 16 mai au matin, les diplomates étrangers se trouveront devant un paysage politique terrible : non seulement tout l’investissement qu’ils avaient fait sur les forces dites du changement aura échoué, avec tous les moyens déployés dans ce but, mais de plus, ils devront faire face à un Parlement élu démocratiquement (puisqu’ils comptent surveiller le déroulement des élections) qui donne une grande légitimité pour les 4 prochaines années au Hezbollah et au CPL.

Pour toutes ces raisons, selon des personnes qui rencontrent les diplomates, ceux-ci ne seraient plus attachés à la tenue des élections à la date prévue. Ils préfèreraient avoir affaire à un Parlement dont le mandat est prorogé pour pouvoir l’inonder de critiques et augmenter encore plus la colère populaire contre «la classe politique». Certes, lorsqu’ils sont interrogés, ils répondent que les élections font partie du processus démocratique et il faut respecter les échéances, mais le ton est différent et l’option du report n’est plus rejetée avec la même véhémence. Au point que ces personnes disent que si on trouve un bon prétexte pour reporter les élections, ils seraient prêts à s’incliner devant ce développement «rendu indispensable».

Le tout est donc désormais de trouver le bon prétexte qui justifierait un tel report et, pour le Parlement et le gouvernement, d’avoir le courage d’assumer une telle décision face à la population… A quelques semaines de l’échéance électorale, ce n’est pas évident, même si les électeurs sentent le manque d’empressement de nombreux candidats à mener la bataille électorale…. C’est dans cet esprit que dans son dernier discours le secrétaire général du Hezbollah a évoqué une intention probable de reporter les élections de la part du camp adverse.

Ce qui semble clair, c’est que si ce scénario s’avère difficile, les diplomates étrangers commencent déjà à en réduire l’impact et cherchent un nouveau moyen de maintenir la pression sur le Hezbollah et ses alliés…

https://french.alahednews.com.lb/43693/324

elections liban

Dans LIBAN

S. NASRALLAH, SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH LIBANAIS : « LA PALESTINE VAINCRA ISRAËL »

Par Le 11/04/2022

La Cisjordanie et Gaza suivent le même chemin que le Liban de 1996

Monday, 11 April 2022 6:34 PM  [ Last Update: Monday, 11 April 2022 6:34 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, lors d'un discours télévisé le 11 avril 2022. ©Al-Manar via Fars News

Lors d’un discours télévisé le lundi 11 avril, le secrétaire général du Hezbollah libanais a évoqué les récentes évolutions du Liban et de la région.

Le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, s’est particulièrement attardé sur les développements en cours en Palestine, appelant à soutenir les exploits des hommes, des femmes et de la jeune génération de la Palestine, ainsi que les fermes positions des familles des martyrs palestiniens, « et cela, en éprouvant un grand respect digne de leur grandeur ».

« Ce qui est en train de se produire à l’heure actuelle en Palestine est très significatif, par rapport à la lutte contre l’ennemi et surtout le sort du régime sioniste », a affirmé Nasrallah qui s’est par la suite adressé en ces termes aux ennemis : « Vous vivez dans l’illusion si vous comptez sur la déception ou une défaite du peuple palestinien. »

Nasrallah n’a pas manqué de parler du Liban et de la Résistance libanais, pour dire qu’« au cours de la guerre de 1996, la Résistance a su imposer à l’ennemi et à la communauté internationale une équation qui consiste à “protéger les civils au Liban tout en poursuivant la voie de résistance” ». « Dans les territoires occupés du Liban, c’était la Résistance qui a combattu l’ennemi sioniste et visé les soldats occupants », a rappelé Seyyed Hassan Nasrallah.

Il a ensuite fait allusion au massacre de Cana (bombardement israélien d’un village au sud du Liban causant la mort de centaines de Libanais) ; et d’ajouter qu’à l’époque, les États-Unis n’ont pas autorisé le Conseil de sécurité de l’ONU à adopter une résolution condamnant l’ennemi sioniste pour avoir commis ce massacre. Nasrallah a ainsi dénoncé la classique attitude américaine de soutenir les agresseurs, ceux-là mêmes qui commencent la guerre. « Ce n’est pas dans l’attitude américaine de les sanctionner, voire condamner », a-t-il ajouté.

(À suivre…)

http://french.presstv.ir/Detail/2022/04/11/680157/nasrallah-discours-palestine-liban

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH LIBANAIS EN GUERRE CONTRE LES USA DU SENILE BIDEN

Par Le 10/04/2022

Élections libanaises: les USA seront vaincus (Hezbollah)

Sunday, 10 April 2022 6:24 PM  [ Last Update: Sunday, 10 April 2022 6:24 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le drapeau du Hezbollah libanaise. ©Meher News/Photo à titre d'illustration

Le vice-président du Conseil exécutif du Hezbollah, Cheikh Ali Damoush, a souligné que ceux qui visent la Résistance libanaise et scandent des slogans contre elles sont faibles et en faillite.

Selon le cheikh Damoush, ils n’ont pas de programmes pour sauver le pays, mais plutôt des plans étrangers visant à nuire à la Résistance libanaise et à rejoindre le convoi de pays qui ont normalisé leurs relations avec l’ennemi sioniste.

« Nous sommes confrontés à une bataille politique et électorale importante et sensible, et notre bataille politique est contre l’Amérique, qui cible politiquement, populairement et militairement la Résistance libanaise pour affaiblir le Liban et garantir les intérêts d’Israël », a-t-il déclaré.

Il a ajouté : « Ce n’est pas juste d’être détendu et indulgent face à cette guerre, et de dire que les résultats sont réglés, car la guerre est dure, et il y a une grande différence entre se battre avec détermination et confiance, et en ayant confiance en ses résultats à l’avance ».

Le coup offshore du Hezbollah!

Le coup offshore du Hezbollah !

Après le succès du Hezbollah dans le règlement de la crise de carburant du Liban, ce mouvement pourrait également passer à l’acte pour résoudre le problème du forage des richesses pétrolières du Liban.

L’insistance américaine à poursuivre le blocus et les sanctions contre le Liban, à faire obstruction aux solutions, et à ne pas permettre au Liban de bénéficier des offres russes, chinoises et iraniennes pour résoudre certaines crises importantes telles que celle de l’électricité et des déchets, indique que les États-Unis sont entrés dans la guerre avec nous en faisant pression sur les moyens de subsistance des Libanais », a-t-il souligné.

Il a poursuivi en disant que cette mesure destructive américaine a pour but d’affecter l’opinion publique du pays, de saper le Hezbollah libanais pour remporter le plus de sièges de leurs groupes aux élections législatives.

Le Hezbollah ouvrira les portes du secteur gazier libanais à l'Iran

Le Hezbollah ouvrira les portes du secteur gazier libanais à l’Iran

Il a ajouté : «  nous avons compté sur la prise de conscience et la ténacité de notre peuple, sa participation massive aux urnes, le peuple libanais contrecarrera les objectifs des États-Unis et du régime sioniste lors de cette élection ».

Les élections législatives libanaises ont lieu tous les quatre ans et 128 sièges sont répartis entre chrétiens et musulmans en vertu de l’accord de Taëf, signé en 1989.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/04/10/680091/Le-Hezbollah-en-guerre-contre-USA-

Dans LIBAN

LIBAN : LE HEZBOLLAH SALUE L’OPERATION HEROÏQUE A « TEL AVIV » : LA DETERMINATION DU PEUPLE PLUS FORTE QUE LA VOLONTE DE L’OCCUPATION

Par Le 08/04/2022

Le Hezbollah salue l’opération héroïque à «Tel Aviv»: La détermination du peuple plus forte que la volonté de l’occupation

Le Hezbollah salue l’opération héroïque à «Tel Aviv»: La détermination du peuple plus forte que la volonté de l’occupation

folder_openCommuniqués de presse access_timedepuis 10 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

Le Hezbollah a publié le communiqué suivant :

Une nouvelle fois, les combattants palestiniens prouvent leur capacité à affronter l’occupant israélien, à riposter à ses crimes et à lui asséner des coups humiliants surprenants au cœur de son entité usurpatrice.

L’opération héroïque menée par le combattant martyr Raed Fathi Hazem à «Tel Aviv» montre la faiblesse et la fragilité de l’entité sioniste, ainsi que l’échec cuisant de ses services de sécurité et de renseignement qui n’ont pas pu affronter un seul combattant palestinien malgré leur supériorité technique et le déploiement de plus de 1000 soldats sur les lieux de l’opération.

Le Hezbollah loue les prouesses du peuple et des factions de la résistance palestiniens. Il salue et apprécie tous les combattants et les militants qui ont humilié cette entité criminelle, la plongeant dans le désarroi.

A cette occasion, le Hezbollah appelle les Libres du monde, les peuples de notre nation arabe et islamique à se mettre aux côtés du peuple palestinien, lui apportant tout le soutien possible.

Pour le Hezbollah, la poursuite de ces opérations remarquables confirment l’engagement du peuple palestinien, dont la détermination est plus forte que la volonté de l'occupation, à poursuivre la lutte jusqu’à la libération de toute la Palestine, de la mer jusqu’à la rivière.

https://french.alahednews.com.lb/43629/319

palestine hezbollah operation

Dans LIBAN

LE LIBAN A L’HEURE SINO-IRANIENNE!

Par Le 06/04/2022

 

Le Liban coupera les ponts avec les USA

Tuesday, 05 April 2022 6:10 PM  [ Last Update: Wednesday, 06 April 2022 5:24 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, au Liban, fin mars 2022. ©Al-Alam

Le mufti jaafari libanais, le cheikh Ahmad Kabalan, a déclaré que la suggestion faite par la Chine et l’Iran pourrait sauver le Liban.

Le cheikh Ahmad Kabalan a publié, ce mardi 5 avril, un communiqué, pour fustiger les politiques de Beyrouth et son « suivisme » aux États-Unis.  

Cité par la chaîne d’information al-Manar, le cheikh Ahmad Kabalan a déclaré, dans son communiqué, que les Libanais avaient le droit d’« accuser le gouvernement et ses forces politique, financière et monétaire, car une catastrophe historique a eu lieu contre le pays et le peuple du Liban ».

Le Hezbollah avertit les USA

Le Hezbollah avertit les USA

Le Hezbollah déjoue le complot américain visant à normaliser les relations entre le Liban et Israël.

« Aucun homme d’État n’a le droit de se dérober à ses responsabilités en avançant que le gouvernement et la banque centrale ont fait faillite, car il s’agit d’une astuce ratée ».

Le mufti jaafari libanais a souligné que les ressources et les options dont le gouvernement libanais disposait pourraient lui permettre de récupérer sa puissance.

Lire aussi: Iran/Liban : une alliance qui se renforce

« Le principal problème dont souffre le gouvernement libanais puise dans ses décisions politiques qui sont fondées sur un suivisme aux États-Unis alors que la suggestion faite par la Chine et l’Iran pourrait remarquablement sauver le Liban. »

Il a ensuite appelé le gouvernement libanais à prendre une « décision courageuse » : « Le Liban n’est pas un pays en faillite du point de vue de ressources et de facilités, mais ce qui pourrait le mettre en faillite est ses décisions politiques et sa dépendance à l’extérieur. »

L’Iran électrifie le Liban!

L’Iran électrifie le Liban !

L’Iran le dit haut et fort : « Nous coopérons avec le Liban ouvertement. »

Auparavant, le mufti jaafari libanais avait réagi ainsi à l’importation du carburant iranien par le Liban : « Nous ne voulons pas de responsables qui émettent des communiqués à partir de leur croisière de luxe ou de leur palais et nous espérons que les Français n’acceptent pas de servir de vitrine aux Américains » pour cacher leurs mauvaises intentions. « Le Liban n’a pas chuté et ne chutera pas, car il y existe toujours une multitude d’options de pouvoir », a-t-il ajouté.

« Le Liban est notre ligne rouge et nous ferons tout ce que ça soit nécessaire pour le soutenir. Le temps de la stratégie américaine est déjà révolu, car nous avons actuellement plusieurs options pour sauver le Liban. Désormais, les options destinées à sauver le Liban se feront distinguer des plans étouffants des États-Unis visant le pays et le peuple », a souligné le cheikh Ahmad Kabalan.

Lire aussi: La Résistance libanaise fait face au forcing US

Lors de sa récente visite au Liban, le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que Téhéran était prêt à poursuivre ses coopérations commerciale et économique avec le Liban ainsi qu’à contribuer dans la construction de deux centrales d’électricité de mille mégawatts.

L'offensive gazière du Hezbollah?

L’offensive gazière du Hezbollah ?

Redoutant l’influence de l’Iran, le Trésor américain sanctionne le Hezbollah.

De leur côté, le Hezbollah et Amal ont demandé au gouvernement libanais d’accepter immédiatement la proposition de l’Iran pour résoudre le problème de l’électricité du Liban.

Lire aussi: Tanker Tracker commence à traquer le bâtiment… Israël retient son souffle

Les coupures de courant consécutives dues à de graves pénuries de carburant ont été l’un des problèmes majeurs du Liban au cours des deux dernières années.

Le Liban souffre d’une grave crise énergétique. Cette situation est l’une des conséquences de la crise économique et financière sévissant dans ce pays depuis 2019, qui a provoqué la chute de la monnaie nationale et appauvri plus des trois quarts de la population.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/04/05/679792/Liban-Iran-Chine-USA-France-cheikh-Ahmad-Kabalan

Dans LIBAN

"ISRAËL" : QUE PREPARE LE HEZBOLLAH ?

Par Le 01/04/2022

Cellule de guerre Hezbollah/ Jihad islamique

Friday, 01 April 2022 3:43 PM  [ Last Update: Friday, 01 April 2022 3:43 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Rencontre du leader du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah et du Secrétaire général du Jihad islamique de la Palestine, Ziyad Nakhaleh, au Liban. ©Borna

16 opérations commando anti-israélienne en un mois avec en toile de fond 11 sionistes liquidés et 11 commandos palestiniens tombés en martyr ! Du jamais vu depuis 2015, au point que le ministre sioniste de la Guerre déclare d’ores et déjà forfait : « On ne peut prévoir ce genre d’action ni les contenir ». Et cette vague d’opérations commandos se multipliera-t-elle ? Une réunion vient d’avoir lieu entre le secrétaire général du Hezbollah et celui du Jihad islamique. À quoi a-t-elle été consacrée ?

Le représentant du Mouvement du Jihad islamique palestinien, Ziad Nakhaleh, a qualifié d’importante sa récente rencontre avec le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah, à Beyrouth et a souligné que le régime d’Israël ne trouverait jamais la sécurité et la paix.

Général sioniste avertit Israël

Général sioniste avertit Israël

Un général israélien tire la sonnette d’alarme avant de quitter son poste…

Selon l’agence de presse Borna, le représentant du mouvement Jihad islamique palestinien au Liban, Ihsan Ataya, a déclaré dans une interview à Al-Manar au sujet de la récente rencontre entre le secrétaire général du mouvement Ziad Nakhaleh et le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah : «  vu les derniers développements dans l’arène palestinienne et la discussion autour de la stratégie, visant à affronter d’éventuels événements futurs, cette rencontre est d’une grande importance, notamment après le récent Sommet du Néguev dans le sud de la Palestine occupée. Une alliance officielle, entre les régimes arabes et l’ennemi sioniste, pour contrer l’axe de la Résistance, contenir le Mouvement de la Résistance à Gaza et réduire les affrontements à al-Qods pendant le mois béni du Ramadan - afin que la situation ne se transforme pas en une confrontation militaire dont l’ennemi craint les conséquences - étaient tous des objectifs du sommet du Néguev, mais la récente opération héroïque d’un jeune Palestinien dans l’est de Tel-Aviv les ont remis en question. »

« L’opération Tel-Aviv et les opérations précédentes à Beer Sheva et à Hedara, ainsi que d’autres opérations palestiniennes contre les sionistes ont, a précisé Ihsan Ataya, perturbé les équations de l’ennemi et l’ont enfocé dans un grand bourbier, puisque d’une part, cette série d’opérations s’est produite en très peu de temps et d’autre part, cela a fait comprendre aux Israéliens qu’il n’y a pas d’endroit sûr pour eux dans les territoires occupés et qu’ils devaient retourner dans les pays d’où ils viennent. »

Coups commandos : pire découverte d’Israël?

Coups commandos : pire découverte d’Israël ?

Attaques contre Beer Sheva, Néguev et Tel-Aviv pré-annoncent-elles la Grande guerre ?

Le représentant du Jihad islamique souligne que les opérations martyre, prenant pour cible le cœur d’Israël se développent. Il prévoit que de telles opérations augmentent de façon exponentielle pendant le mois béni du Ramadan, d’autant plus que ces opérations allaient dans le prolongement de la bataille de l’Épée de Qods et expose la faiblesse de la structure de sécurité des sionistes. Ces opérations héroïques revêtent une importance toute particulière, compte tenu de la défaite des services de sécurité de l’ennemi », a déclaré le responsable de la Résistance palestinienne.

« Les dernières opérations martyres ont envoyé le message suivant à tous les traîtres et conspirateurs, surtout en pleines négociations au sommet du Néguev : “le peuple palestinien considère la Résistance comme le seul moyen d’éliminer les occupants de leurs territoires. Les tentatives de normaliser avec l’ennemi sioniste échoueront”, poursuit Ihsan Ataya.

Le représentant du Mouvement du Jihad Islamique Palestinien affirme par ailleurs : “L’ennemi sioniste ne trouvera jamais la sécurité et la paix et sera dans une anxiété et une détresse constantes, car les opérations de résistance ne cessent d’augmenter et touche l’ensemble des territoires occupés.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/04/01/679533/Isra%C3%ABl---Que-pr%C3%A9pare-le-Hezbollah--

Dans LIBAN

HEZBOLLAH LIBANAIS : PIRE REVELATION ANTI-"ISRAËL"?

Par Le 27/03/2022

L'Iran a-t- il commencé déjà sa percée au Liban ?

Sunday, 27 March 2022 6:31 PM  [ Last Update: Sunday, 27 March 2022 6:35 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un dirigeable massif contenant un système radar avancé pour détecter les missiles et les drones, mis en place dans le nord des territoires occupés, le 21 mars 2021. ©Ministère israélien des Affaires militaires

En récente visite ce vendredi au Liban, le MAE iranien a proposé aux autorités libanaises une coopération "directe" et "transparente" dans des secteurs stratégiques que sont l'électricité, l'agro-alimentaire et la santé. Il a notamment proposé que l'Iran construise deux centrales électriques au Liban, exporte directement du blé et des médicaments au pays voire qu'il construise des firmes pharmaceutiques, maintenant que le pays du Cèdre, toujours sous le coup des sanctions, a totalement désespéré de ce que l'Amérique ou la France ou leurs sous-fifres volent ne serait-ce qu'un tout petit peu à son secours. Cette proposition va-t-elle trouver un écho favorable à Beyrouth? Peu probable dans la mesure où l'ambassade US et ses accointances ont pris en otage les Libanais en leur interdisant tout rapprochement énergétique avec l'Iran. Est-ce étonnant ? Pas vraiment. Mais s'il y a quelque chose qui étonne réellement dans les propos du ministre iranien, ce sont les deux mots "transparent" et "direct". Que veulent dire des échanges directs et transparents Iran/Liban? Ils signifient des échanges effectués non pas de manière "contournée", mais claire et sans équivoques... Évidemment l'allusion est nette à ce transfert du carburant iranien à bord des pétroliers qui partant du sud de l'Iran arrivent depuis août à Baniyas avant de livrer à bord des camions-citernes leur contenu au Liban. Et ce sans crainte ni appréhension. Au fait, l'appel du ministre iranien veut dire que le Hezbollah a non seulement réussi à protéger les pétroliers iraniens contre toutes tentatives d'attaque sioniste, mais encore qu'il est à même d'étendre son action à protéger des centrales électriques, des usines pharmaceutiques voire des cargos iraniens qui viendraient accoster au Liban. Cet appel renvoie donc de façon implicite aux capacités militaires et disons-le de la DCA du Hezbollah que même les Américains et les sionistes ont été forcés de reconnaître. 

Ces dernières années, le Hezbollah au Liban a fait des progrès étonnants dans différents domaines militaires.

Le Centre d'études stratégiques et internationales basé à Washington reconnaît qu'« il s’agit des bases militaires du Hezbollah, où abondent les missiles et les roquettes, de sorte que leur grand nombre en fait des armes efficaces ». 

L’Iran électrifie le Liban!

L’Iran électrifie le Liban!

L’Iran le dit haut et fort : « Nous coopérons avec le Liban ouvertement. »

Mais ce sont surtout ses missiles intercepteurs, grande révélation de 2021 qui font peur. On estime que la Résistance libanaise, en plus des systèmes de missiles portables tels que le SA-7 et le SA-14, dispose de systèmes avancés tels que le SA-8, le SA-17 et le SA-22.

Mais ce n'est pas tout : car en termes de dissuasion il faut bien plus que de posséder une bonne DCA. Il faut savoir comment paralyser la DCA adverse et ceci le Hezbollah, architecte de l'opération Épée de Qods, sait mieux que quiconque. D'où ce curieux aveux d'impuissance d'Israël dévoilé il y a peu.

Erbil/US Air Force : le méga Ratatinage...

Erbil/US Air Force : le méga Ratatinage...

Les chasseurs US veulent abattre les drones iraniens 

Le ministère israélien des Affaires militaires a déclaré avoir remis mardi dernier le système dit « Sky Dew » à l’armée de l’air sioniste après des années de tests. Il prétend que les capteurs à bord de l’aérostat sont destinés à identifier les drones et les munitions à longue portée entrant dans l’espace aérien des territoires occupés. Intercepter des drones Hassan et Fateh 110 à coup de Ballon ? Voyons soyons sérieux... 

http://french.presstv.ir/Detail/2022/03/27/679223/Israel-desarme-face-au-duo-Iran-Liban

Dans LIBAN

L'IRAN ELECTRIFIE LE LIBAN !

Par Le 26/03/2022

Liban : le méga défi iranien à l’axe US/Israël

Saturday, 26 March 2022 5:22 PM  [ Last Update: Saturday, 26 March 2022 5:37 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le ministre des Affaires étrangères de la RII, Hossein Amir-Abdollahian, lors d'une réunion, le vendredi 25 mars 2022, avec l’élite politique, scientifique et culturelle libanaise à Beyrouth. ©Eghtesad News

Est ce l’âpre coup des pétroliers iraniens du Hezbollah qui a brisé en mille morceaux les projets US/Israël ? Visiblement le Liban et l’Iran entrent dans une nouvelle phase, l’Iran offrant l’investissement dans le secteur de l’énergie au Liban : deux centrales électroniques à construire par l’Iran...

S’exprimant lors d’une réunion de vendredi 25 mars avec l’élite politique, scientifique et culturelle libanaise à Beyrouth, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian a expliqué la politique étrangère de l’Iran concernant les développements dans la région, notamment en Afghanistan, au Yémen, en Palestine, an sein de l’Axe de la Résistance, en Ukraine, les négociations entre Téhéran et Riyad, et les discussions liées au plan global d’action conjoint (PGAC, accord nucléaire de 2015).

Il a déclaré que l’Iran était prêt à coopérer avec le Liban dans le cadre d’une interaction transparente et ouverte avec le Liban sur ses besoins en matière de services techniques et d’ingénierie, de productions énergétiques et industrielles, de services de santé, de médicaments ainsi que d’équipements médicaux.

À ce sujet, le président libanais Michel Aoun a tweeté vendredi que le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian lui avait assuré après leur rencontre à Beyrouth que l’Iran était prêt à soutenir le Liban dans tous les domaines, notamment dans la fourniture de blé.

Marine de guerre iranienne à Haïfa?!

Marine de guerre iranienne à Haïfa ?!

Le blocus du Liban qui visait à anéantir le Hezbollah tourne au cauchemar...

Il convient de noter que l’Ukraine fournissait la plupart des besoins en blé du Liban avant l’opération militaire russe dans ce pays. La Banque mondiale a également averti que le Liban est l’un des pays qui sera confronté à une pénurie de blé à court terme.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, s’est entretenu vendredi 25 mars dans après-midi avec le président du Parlement libanais, Nabih Berri sur des questions d’intérêt commun aux niveaux bilatéral, régional et international.

Au cours de la réunion, le haut diplomate iranien a souligné les capacités techniques et d’ingénierie de l’Iran, exprimant la volonté de la République islamique de coopérer avec le Liban pour répondre aux besoins énergétiques du pays arabe, y compris dans les domaines de l’électricité et du gaz.

Amir-Abdollahian a évoqué l’accent mis par le président iranien Ebrahim Raïssi sur la nécessité d’activer les accords conclus avec d’autres pays, notant que l’Iran était prêt à étendre la coopération économique et commerciale mutuelle avec le pays ami et voisin qu'est le Liban, parallèlement à la mise en œuvre mutuelle des accords déjà conclus entre les deux pays.

Que propose l'Iran au Liban?

Que propose l’Iran au Liban ?

Pour sa part, le président du Parlement libanais a fait allusion aux pénuries d’électricité dans son pays et a déclaré que certains cas de mauvaise gestion avaient contribué à la situation.

« Après que l’Iran a tenu sa promesse d’envoyer du carburant au Liban, ce qui a montré la solidarité et le soutien de la République islamique avec le pays arabe dans les moments difficiles, les États-Unis n’ont jusqu’à présent pas tenu leur promesse de fournir au Liban l’énergie nécessaire malgré la prétention d’activer un projet de gazoduc », a déclaré Berri.

Le chef du Parlement libanais a également critiqué la décision de certains pays arabes de normaliser leurs relations avec le régime sioniste et a rappelé que des milliers de Libanais sont tombés en martyre pour combattre le régime sioniste.

Berri a décrit l’Iran comme la principale source de résistance dans la région ainsi qu’une source d’inspiration pour tous les mouvements de résistance dans le monde.

Liban: le pétrolier iranien s’approche!

Liban : le pétrolier iranien s’approche !

L’un des deux pétroliers iraniens en route pour le Liban a quitté les eaux de la République islamique d’Iran, vendredi 26 août.

Plus tôt jeudi matin, le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian a rencontré le président libanais Michel Aoun pour discuter d’une série de questions telles que l’expansion des relations bilatérales ainsi que les développements régionaux et internationaux.

Le ministre iranien des Affaires étrangères a souligné le rythme rapide des développements dans la région et a déclaré : « Nous pensons que ces évolutions seront dans l’intérêt du Liban et de toute la région ».

Amir-Abdollahian a exprimé la disponibilité de la République islamique à utiliser ses propres capacités pour jouer un rôle dans la résolution de la crise au Yémen.

La République islamique d’Iran, a-t-il ajouté, se félicite des relations de la Syrie avec la région et les pays arabes.

Corridor Iran-Syrie-Liban: comment le défendre?

Corridor Iran-Syrie-Liban : comment le défendre ?

Il a ensuite transmis les salutations du président iranien Ebrahim Raïssi à Aoun et a remis son invitation au président libanais à effectuer une visite en République islamique.

Aoun a déclaré que le mouvement de résistance libanais, qui bénéficie du soutien de la République islamique d’Iran, a réussi à se développer dans le sud et à apporter la paix d’esprit au pays, « ce que certains ne peuvent tolérer, d'où leurs pressions sur le Liban ».

De même, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a rencontré jeudi après-midi le Premier ministre libanais, Najib Mikati, alors qu’il poursuivait ses consultations avec les hauts responsables du pays.

Par ailleurs, au cours de leurs entretiens à Beyrouth, les ministres des Affaires étrangères de la République islamique d’Iran et du Liban ont procédé vendredi à un échange de vues sur la coopération bilatérale, les développements régionaux et la situation internationale.

Lors de la réunion, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a souligné le soutien continu de l’Iran au gouvernement et au peuple libanais, déclarant : « Nous espérons que l’expansion de la coopération économique et des échanges commerciaux entre l’Iran et le Liban aidera le pays à sortir de la situation difficile actuelle ».

Le ministre libanais des Affaires étrangères a également déclaré qu’il était intéressé par une visite en République islamique d’Iran et a exprimé l’espoir de pouvoir se rendre dans le pays dans un proche avenir.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/03/26/679189/L-Iran-et-le-Liban-pactisent

Dans LIBAN

BASKET-BALL : LE LIBAN SACRE, POUR LA PREMIERE FOIS, CHAMPION ARABE DES NATIONS

Par Le 23/03/2022

Basket-ball: le Liban sacré, pour la première fois, champion arabe des nations

Basket-ball: le Liban sacré, pour la première fois, champion arabe des nations

folder_openLiban access_timedepuis un mois

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

Le Liban a remporté pour la première fois de son histoire le Championnat arabe des nations de basket-ball, en s'imposant devant la Tunisie 72 à 69, en finale disputée mercredi à Dubaï aux Emirats arabes unis.

La troisième place du tournoi est revenue à l'Algérie vainqueur, plus tôt ce mercredi, devant la Somalie 93 à 79.

Le Liban succède à l'Arabie saoudite, vainqueur de la dernière édition disputée en novembre 2018 au Caire (Egypte), devant l'Algérie 81 à 85.

Cette 24e édition du Championnat arabe des nations a regroupé sept équipes, à savoir, les Emirats arabes unis (organisateur), le Liban, la Tunisie, l'Algérie, la Jordanie, la Libye et la Somalie.

https://french.alahednews.com.lb/43031/344

liban basket ball

Dans LIBAN

LE PRESIDENT DU LIBAN MICHEL AOUN AFFIRME A PROPOS DU HEZBOLLAH QUE LA RESISTANCE A L’OCCUPATION N’EST PAS DU TERRORISME

Par Le 23/03/2022

Le président libanais à propos du Hezbollah: «La résistance à l’occupation n’est pas du terrorisme»

Le président libanais à propos du Hezbollah: «La résistance à l’occupation n’est pas du terrorisme»

folder_openLiban access_timedepuis 8 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

 

Le président du Liban Michel Aoun a pris une nouvelle fois la défense du Hezbollah.

 

Dans un entretien au journal italien La Repubblica publié mardi, le président Aoun a affirmé que «le Hezbollah n’a aucune influence sur la situation sécuritaire des Libanais».

«Le Hezbollah a des armes. Il a libéré le Liban-Sud de l’occupation israélienne. Il est composé de Libanais du Sud qui ont souffert de l’occupation israélienne. La résistance à l’occupation n’est pas du terrorisme», a-t-il affirmé.

En visite à Rome depuis dimanche, le président Aoun a évoqué une initiative du Vatican en faveur du Liban.

«Je sais que le pape entreprendra une initiative pour nous aider, mais il ne nous revient pas de décider nous-mêmes des conditions de cette aide ni de ses composantes», a répondu le président à une question de la journaliste Gabriella Colarusso. Lorsque celle-ci lui a demandé si le pape lui a confirmé qu’il se rendrait au Liban, comme l’a annoncé la veille la présidence libanaise, citant le souverain pontife, M. Aoun s’est contenté de répondre : «Nous attendons la venue du pape depuis longtemps. Je lui ai renouvelé l’invitation à se rendre au Liban.»

«Le Liban occupe une place particulière dans mes prières et mes préoccupations, et je m’y rendrai pour y renouveler l’espérance», avait déclaré lundi le pape François, cité par la présidence libanaise. Parallèlement, le président Aoun s’est entretenu mardi à Rome avec son homologue italien Sergio Mattarella, qu’il a félicité pour sa réélection, le 29 janvier dernier, pour un nouveau mandat de sept ans. Après leur rencontre, le président Aoun a salué le rôle de l’Italie, «premier partenaire commercial européen» de Beyrouth, et affirmé que «le Liban est déterminé, malgré les difficultés, à panser ses plaies en dépit des crises dont il souffre».

Il a également estimé que le Liban «ne peut plus supporter le fardeau des déplacés syriens, et les pays donateurs doivent les inciter à retourner en Syrie», ce à quoi le président Mattarella a répondu : «Il faut œuvrer au retour des réfugiés syriens en parallèle des efforts pour une solution politique», alors que les autorités libanaises refusent de lier ce retour à une telle solution. Le chef de l’État italien a estimé, en outre, que «la stabilité du Liban est la clé de la stabilité de l’Orient», dans des propos cités par la présidence libanaise. « L’Italie poursuivra son soutien au développement économique et social du Liban, qui reste un modèle en termes d’équilibre et de préservation des droits de tous», a-t-il conclu.

https://french.alahednews.com.lb/43406/344

hezbollah liban michel aoun

Dans LIBAN

LIBAN : SAYED NASRALLAH NIE CATEGORIQUEMENT LA PRESENCE DE COMBATTANTS OU D'EXPERTS DU HEZOLLAH EN UKRAINE

Par Le 19/03/2022

Sayed Nasrallah : Je nie catégoriquement la présence de combattants ou d’experts du Hezbollah en Ukraine

Sayed Nasrallah : Je nie catégoriquement la présence de combattants ou d’experts du Hezbollah en Ukraine

folder_openRésumés des discours access_timedepuis 11 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Relations médiatiques du Hezbollah, traduit par AlAhed

Lors de la réunion annuelle avec le scout de l'Imam Mahdi (que Dieu Tout-Puissant accélère sa réapparition), le secrétaire général du Hezbollah, Son Eminence sayed Hassan Nasrallah, a évoqué la situation en Ukraine, et a dit : Dans la situation générale je vais dire quelques mots, liés à la guerre actuelle en Ukraine. Bien sûr, nous avons toujours répété que l'État libanais devrait suivre cette affaire pour profiter des leçons.

Et à chaque occasion nous avons parlé d'une ou deux idées. Aujourd’hui nous exigeons de l'État libanais et du gouvernement libanais qu'ils forment un comité d'urgence, car les répercussions de la guerre ont atteint le Liban et la région, notamment en ce qui concerne les besoins du pays, son impact sur la question des dérivés du pétrole, du blé, du pain, de l'huile, et autres denrées alimentaires.

Ceci exige que le gouvernement libanais et l'État libanais forment un comité, mènent une étude, tiennent une réunion et forment un comité d'urgence, comme le font tous les pays du monde. Aujourd'hui, les grands pays du monde n'ayant pas nos problèmes ou nos crises, ont formé des comités d'urgence pour suivre les répercussions et prendre les précautions nécessaires, notamment au niveau alimentaire. L'État libanais est concerné par cette affaire.

Je voudrais parler aussi d’un autre point qui a été abordé il y a quelques jours par certaines chaînes libanaises, mais nous avons considéré que cette chaîne n'était pas digne de commenter ses informations, mais aujourd'hui, certaines chaînes satellitaires arabes hors du Liban ont rapporté des informations qu’elles ont attribuées à l'état-major général de l’armée ukrainienne. C’est à ce lieu où ils nous ont amenés !

Ces chaînes satellitaires arabes ont prétendu que des combattants du Hezbollah et des experts militaires du Hezbollah sont désormais présents en Ukraine et participent aux combats aux côtés des forces russes, et considérant qu'ils ont une expérience de la guerre urbaine.

Aujourd’hui je le nie catégoriquement, habituellement, nous publions des communiqués, mais comme nous prononçons un discours, je nie catégoriquement toute allégation de ce genre. Ce sont des mensonges qui n'ont aucun fondement. Personne du Hezbollah, ni combattant ni expert, n'est allé sur ce champ de bataille.

Dans les prochains jours, nous allons entendre les chaînes satellitaires arabes, les sites de communication et les médias, et ils vont inventer des histoires là-dessus, «l’intervention du Hezbollah dans la guerre en Ukraine». Cependant, nous continuerons à publier des communiqués pour démentir, mais aujourd'hui, je confirme que cela n'a aucun fondement, ce ne sont que des rumeurs et des mensonges.

https://french.alahednews.com.lb/43367/342

hezbollah hassan nasrallah liban ukraine guerre

Dans LIBAN

ELECTIONS AU LIBAN : FRONT UNI POUR LE HEZBOLLAH ET SES ALLIES. DESORDRE DANS LE CAMP PRO-OCCIDENTAL

Par Le 17/03/2022

Elections au Liban: front uni pour le Hezbollah et ses alliés, désordre dans le camp pro-occidental

Elections au Liban: front uni pour le Hezbollah et ses alliés, désordre dans le camp pro-occidental

folder_openAnalyses access_timedepuis 8 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par Samer Zoughaib

Il va de soi qu’il faut attendre le décompte des voix après la fermeture des bureaux de vote pour connaître le résultat des élections législatives, prévues le 15 mai. Cependant, en observant le paysage politique à deux mois du scrutin, on peut d’ores et déjà tirer certaines conclusions qui permettent de mieux comprendre le contexte pré-électoral.

Connaissant les objectifs que tentent d’atteindre les Etats-Unis et leurs alliés Occidentaux et régionaux à travers les prochaines élections, l’image qui se décante de cette observation ne les réjouit pas. Elle les inquiète même.

Il n’est un secret pour personne que Washington s’est beaucoup investi ces quatre dernières années sur les plans politique, diplomatique, financier et sur celui du renseignement pour transformer les législatives au Liban en moment fondateur d’une nouvelle réalité. Le souhait des Etats-Unis est de voir leurs alliés et représentants locaux rafler la majorité des sièges au Parlement. Le but ultime étant d’initier une dynamique susceptible de priver les armes de la Résistance de leur légitimité politique et constitutionnelle, comme l’a reconnu le chef du parti Kataëb, Sami Gemayel, il y a quelques semaines.

Les Américains n’ont ménagé aucun effort pour essayer d’atteindre cet objectif et n’ont pas hésité à utiliser toutes les armes, y compris celle du blocus financier et économique non-déclaré, plongeant le Liban dans une des pires crises au monde depuis la moitié du XIXème siècle, selon la Banque mondiale.

Les sanctions américaines et les «conseils» prodigués aux investisseurs individuels et institutionnels de ne plus s’intéresser au marché libanais ont entraîné une fuite des capitaux et provoqué la faillite du secteur bancaire et la destruction de pans entiers de l’économie.

Des pressions américaines tous azimuts

A travers ces mesures, auxquelles se sont ajoutés des pressions politiques, une campagne de dénigrement et de diabolisation ininterrompue contre la Résistance, une instrumentalisation de l’enquête sur la tragédie du port de Beyrouth (4 août 2020) et un réchauffement sécuritaire (les incidents de Khaldé, la tuerie de Tayyouné…), les Etats-Unis veulent créer un fossé entre le Hezbollah et la population libanaise. L’idée maîtresse est de faire assumer au Hezbollah la responsabilité de tous les maux qui frappent le Liban.

Dans le même temps, les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux, notamment la France et l’Allemagne, ont sorti de leur chapeau un nouveau lapin appelé la «société civile». Les associations et les ONG ont poussé comme des champignons ces deux dernières années, avec l’ambition de remplacer les «partis traditionnels» «discrédités» aux yeux de la population libanaise pour leur responsabilité dans la crise et leur incapacité à proposer des solutions.

Au lieu de se focaliser sur les questions socio-économiques, une grande partie de ces ONG a adopté le discours américain portant sur les armes de la Résistance et la soi-disant «occupation iranienne» invisible.

Le décor a donc été soigneusement préparé pour que les électeurs votent dans un sens répondant aux souhaits américains.

Mais en regardant de plus près le paysage politique et électoral, les fonctionnaires américains préposés à la gestion du dossier libanais doivent sans doute ressentir une grande frustration.

Deux mois avant le scrutin, les ennemis et les adversaires des Etats-Unis se présentent aux élections en rangs serrés, après avoir mis de côté leurs divergences.

Ceux que l’on croyait inconciliables, comme le Courant patriotique libre (CPL) et le mouvement Amal, Talal Arslan et Wiam Wahhab, ont décidé d’unir leurs efforts en concluant des alliances électorales lorsque cela s’avère nécessaire.

Le retrait de Saad Hariri a brouillé les cartes

La situation du Hezbollah et de ses alliés est aujourd’hui meilleure que lors du scrutin de 2018. Dans la circonscription de Jbeil-Kesrouan, par exemple, le CPL soutiendra le candidat de la Résistance, ce qu’il n’avait pas fait lors des dernières élections. Une entente a aussi été conclue dans la circonscription de de Baalbek-Hermel, contrairement à 2018.

Une coopération entre le CPL et le courant des Marada, qui sont à couteaux tirés depuis des années, n’est pas exclue dans certaines circonscriptions du Liban-Nord, selon des sources informées.

A l’opposé, le désordre règne dans le camp pro-occidental. La décision de l’ancien Premier ministre Saad Hariri de se retirer, ainsi que son parti, de la politique, a brouillé les cartes, compromettant les alliances du chef des Forces libanaises Samir Geagea et le leader druze Walid Joumblatt. Ces deux personnalités voient s’évaporer un important réservoir de voix qu’elles pensaient dans la poche.

La discorde bat son plein aussi entre les multiples ONG et les figures de la dite «société civile». De plus, les alliances entre les partis pro-américains (FL, Kataëb) et la «société civile» sont compromises dans plusieurs circonscriptions. Il en résulte une multiplication des listes qui se servent dans la même assiette.

Plus handicapant encore, les partis et forces pro-américains ont construit leur discours électoral autour de slogans irréalistes -comme «la libération du Liban de l’occupation iranienne»- qui ne convainquent pas les électeurs, lesquels attendent des solutions pour freiner la détérioration de leurs conditions de vie et améliorer leur situation économique dramatique.

Soixante jours avant les élections, les adversaires des Etats-Unis présentent donc un front uni et proposent des idées pour remédier à la crise, ou du moins pour en atténuer l’impact. Les amis de Washington, eux, se présentent en rangs dispersés avec un discours politique creux, qui ne répond pas aux aspirations des électeurs.

Dans ce contexte, il est légitime de se demander si les Etats-Unis ont encore intérêt à ce que le scrutin se tienne à la date prévue, surtout s’il devait confirmer et renouveler la légitimité populaire de la Résistance et de ses alliés.

https://french.alahednews.com.lb/43351/324

hezbollah elections liban

Dans LIBAN

LIBAN : LE HEZBOLLAH CONDAMNE LE CRIME DU REGIME TERRORISTE SAOUDIEN CONTRE DES INNOCENTS DETENUS DANS SES PRISONS NOIRES

Par Le 14/03/2022

Le Hezbollah condamne le crime du régime saoudien terroriste contre des innocents détenus dans ses prisons noires

Le Hezbollah condamne le crime du régime saoudien terroriste contre des innocents détenus dans ses prisons noires

folder_openCommuniqués de presse access_timedepuis 4 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

«Le régime saoudien a commis un horrible massacre à l’égard des dizaines de fils de la péninsule arabe opprimés et incarcérés dans ses prisons noires dans lesquelles ils ont subi des méthodes cruelles de torture», a affirmé le Hezbollah dans un communiqué publié dimanche 13 mars.

Samedi, l'Arabie saoudite a exécuté 81 personnes, dont 41 manifestants pacifiques issus d’Al-Ahsaa et d’Al-Qatif, à l’est du royaume.

«Ce régime sioniste a commis un nouveau massacre odieux qui vient s’ajouter à son registre criminel plein de meurtre, d’exécution et d’effusion du sang des innocents dans plusieurs pays arabes, dont le Yémen, l’Irak, la Syrie et le Liban qui commémore ces jours la mémoire du massacre affreux de Beer Al-Abed qui a fait des dizaines de martyrs et de blessés», a affirmé le Hezbollah.

«Tuer ce groupe de jeunes croyants de la péninsule arabe, du Yémen et d’autres pays sans procès ou par des simulacres de procès équivaut à une exécution massive qui dévoile la réalité du régime qui pratique les pires formes de discrimination sectaire haineuse à l'encontre de son peuple qui réclame les droits les plus élémentaires à une vie décente», précise le texte.

 «Ce régime criminel qui revêt l'apparence de l'Islam et prétend servir les Deux Saintes Mosquées, travaille au service de l'ennemi sioniste et aspire à la normalisation avec lui», poursuit le Hezbollah.

Et d’ajouter : «Il est certain que toutes les mesures perfides prises par les Émirats du Golfe n'auraient pas eu lieu sans le soutien et l'approbation de l'Arabie saoudite».

Le Hezbollah condamne ce crime odieux. Il appelle les références religieuses, les oulémas, les organisations humanitaires et internationales, les comités culturels et intellectuels, les syndicats, les partis, les mouvements populaires et ce qui reste de la conscience de la communauté internationale à dénoncer ce régime terroriste et son crime barbare. Il appelle également les médias libres de par le monde à élever la voix pour dénoncer ce crime affreux et mettre à nu ses auteurs.

https://french.alahednews.com.lb/43306/319

hezbollah execution arabie saoudite

Dans LIBAN

LE LIBAN DANS L’OBSCURITE ET LES FILES D’ATTENTE PAR DECISION DE L’AMBASSADE US

Par Le 11/03/2022

Le Liban livré à l’obscurité et aux files d’attente, par décision de l’ambassade US

Le Liban livré à l’obscurité et aux files d’attente, par décision de l’ambassade US

folder_openINFOGRAPHIES access_timedepuis un jour

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

L'offre russe au Liban de construire une raffinerie de pétrole pour produire des dérivés du pétrole a été présentée depuis un an et demi. Quelle est cette offre et que procure-t-elle au Liban ?

Le Liban livré à l’obscurité et aux files d’attente, par décision de l’ambassade US

https://french.alahednews.com.lb/43261/297

 

usa liban

Dans LIBAN

S. NASRALLAH, LEADER DU HEZBOLLAH : "FAIRE CONFIANCE AUX USA RELEVE DE LA STUPIDITE. USA ET BRITANNIQUES ONT POUSSE L'UKRAINE VERS LA GUERRE"

Par Le 08/03/2022

S.Nasrallah : Faire confiance aux USA relève de la stupidité. Les USA et les Britanniques ont poussé l’Ukraine vers la guerre

 Depuis 4 heures  8 mars 2022

Sayed Hassan Nasrallah

Sayed Hassan Nasrallah

 Liban - Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

Rédaction du site

« Chaque jour, il devient clair que faire confiance aux Américains relève d’une stupidité, d’une sottise, d’une ignorance et d’une négligence des intérêts de la nation, de la patrie et du peuple », c’est ce qu’a déclaré, ce mardi 8 mars, le secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, lors d’un discours à l’occasion de la journée des blessés de la Résistance.

Il a en outre appelé à tirer des leçons des évènements qui se passent en Ukraine. « Les USA et les Britanniques ont poussé l’Ukraine vers la guerre …», a-t-il affirmé.

Le numéro un du Hezbollah a en outre appelé les dirigeants libanais à ne pas soumettre aux diktats US et à se comporter comme des maitres et non comme des esclaves aux USA.

Sayed Nasrallah a dans ce contexte fustigé la position officielle du Liban qui a condamné l’opération russe en Ukraine. Il a affirmé, dans ce contexte, que le communiqué officiel du ministère libanais des Affaires étrangères a été envoyé à l’ambassade des Etats-Unis à Beyrouth. Celle-ci l’a modifié pour qu’il soit plus ferme à l’égard de la Russie.

Voici les principaux points de son discours :

Tout d’abord je voudrais présenter mes félicitations aux musulmans à l’occasion du mois de Cha’bane, le mois du prophète Mohammad (S) et des anniversaires du petit-fils du prophète Mohammad (S), l’Imam Hussein (3 Cha’bane) ainsi que de son frère Al-Abbas ben Ali (4 Cha’bane) et de son fils Ali ben al-Hussein (5 Cha’bane).

Je voudrais saluer les combattants blessés, dont à leur tête le leader Sayed Ali Khamenei (lui aussi un des blessés), et d’exprimer notre fierté pour vos sacrifices, patiences, déterminations, et remercier Dieu pour la sécurité, la paix et la stabilité, dont nous jouissons grâce à votre dévouement…

Russie et Ukraine

Des événements très importants à partir desquels nous devons tirer des leçons.

L’émissaire US auprès de l’ONU a menacé d’accuser la Russie de crime de guerre pour chaque bombardement contre les civils. Mais a-t-elle dit quelque chose à propos des massacres commis par les USA à Hiroshima, en Irak et en Afghanistan… Des dizaines de milliers de civils ont été tués en Irak et Afghanistan, dont plusieurs mariages ont été transformés en des bains de sang, sous prétexte que les avions US visaient des centres d’entrainement.

Qu’en est-il des crimes sionistes en Palestine depuis 70 ans ?  Qu’en est-il du blocus israélien contre Gaza, qui date depuis 15 ans.

Qu’en est-il des massacres saoudo-US contre le Yémen, des dizaines de milliers de civils tués, en plus d’un blocus depuis 7 ans ?

Il y a du mutisme total. Or, tel n’est pas le cas envers certaines villes ukrainiennes assiégées depuis plusieurs jours.

Malheureusement, par ce qu’ils ne sont pas des Blancs et n’ont pas les yeux bleus ! Mais même ces Blancs, ils sont exploités par les USA afin de parvenir à leur objectif.

Au lieu de menacer la Russie, allez poursuivre en justice les USA, les Britanniques et les Européens pour les crimes qu’ils ont commis en Algérie, en Libye, au Pakistan…Vendredi dernier des takfiristes, qui sont les outils de la CIA, ont mené des attentats suicides dans une mosquée au Pakistan.

Les normes des USA ne sont pas soumises à la loi, et là où leur intérêt politique l’exige, ils condamnent, et là où leur intérêt l’exige, ils soutiennent ‘Israël’ et défendent l’effusion de sang.

Faire confiance aux USA relève de la stupidité

Chaque jour, il devient clair que faire confiance aux Américains relève d’une stupidité, d’une sottise, d’une ignorance et d’une négligence des intérêts de la nation, de la patrie et du peuple.

Il y a quelques mois, tout le monde a vécu l’expérience du retrait des USA de l’Afghanistan. L’image de l’avion à laquelle s’attachait des Afghans est toujours à l’esprit.

Le président afghan qui a fui son pays Asraf Ghani a déclaré plus tard que « son erreur était d’avoir fait confiance aux USA et à leurs alliés internationaux ». Il lui disait qu’il est interdit de s’asseoir avec les talibanas, alors que pour eux il est permis.

Aujourd’hui, tout le monde sait que les USA et le Royaume Uni en particulier qui ont poussé l’Ukraine vers la gueule du dragon et la guerre. l’Allemagne était réticente et la France plus ou moins.

Aujourd’hui, vous pouvez entendre le président ukrainien, son Premier Ministre et son ministre des Affaires Etrangères se plaindre et exprimer leur désespoir : Ils nous ont laissé combattre seuls.

Ils n’enverront aucun de leurs soldats ou de leurs avions en Ukraine. Il s’agit d’une leçon pour ceux qui parient sur les USA.

Même la demande d’imposer une zone d’exclusion, ils leur ont répondu qu’ils ne pouvaient pas.

Ils leur disent : c’est à vous de combattre, et nous imposons des sanctions et un embargo contre la Russie.

Raison pour laquelle, nous verrons maintenant le président ukrainien descendre de l’arbre et accepter de négocier certaines propositions russes, à moins qu’ils le laissent faire. Il a su que ceux qui l’avaient promis l’ont abandonné au milieu de la route.

Chute de la morale en Occident

Comment l’Occident a traité les refugiés noirs, asiatiques, ou musulmans fuyant l’Ukraine. C’est ça leur civilisation, c’est une chute de la morale…

La soumission aux diktats US ne sauvera pas le Liban

Je dis aux responsables libanais, aux forces politiques et à la population: la soumission aux diktats US ne sauvera pas le Liban, mais ne fera qu’augmenter ses malheurs. Si vous voulez satisfaire les USA, vous ne pourrez pas. Leurs exigences n’ont pas de limites. Ce n’est pas comme ça que les choses marchent. Tirez des leçons des expériences des autres pays. Par contre, qu’est ce vous avez obtenu en échange de cette soumission à leurs diktats?

Le Liban officiel a voté à l’ONU en faveur des Etats-Unis. Il aurait pu s’abstenir de le faire, car c’est là que réside l’intérêt du Liban.

Ce qu’on demande aux responsables libanais, c’est de dire aux Américains que nous ne sommes pas vos esclaves…C’est là réside le vrai patriotisme, la souveraineté et l’indépendance.

Et puis avant ce vote, le communiqué officiel du ministère libanais des Affaires étrangères sur la Russie et l’Ukraine a été envoyé à l’ambassade des Etats-Unis à Beyrouth. Celle-ci l’a modifié pour qu’il soit plus ferme à l’égard de la Russie. Le communiqué a été rédigé par l’ambassade US. S’agit-il d’un acte souverain et indépendant ?

Jadis, certains partis (pro-US) sommaient le gouvernement à la Neutralité. De quelle neutralité vous parlez ? Quand l’Etat a pris une position en faveur des USA. Ils se sont tous tus.

Le Hezbollah n’est pas avec la politique de neutralité. Il y a des situations qui nécessitent de hausser le ton, d’autres de s’abstenir…

Toutes les paroles que certains prônaient sur la neutralité et la distanciation ne sont que des prétextes pour s’affranchir de leurs responsabilités humanitaires, religieuses, et nationales.

A savoir les responsabilités envers le conflit arabo-israélien, envers les refugiés palestiniens, la guerre universelle contre la Syrie, l’agression contre le peuple arabe au Yémen.

Pour eux la neutralité c’est de ne pas avoir des problèmes avec l’Arabie et les USA.

Voici une preuve du mensonge brandi par certains sur l’hégémonie du Hezbollah sur la décision de l’Etat libanais. Il s’agit d’un faux slogan brandi pour les élections : votez contre l’hégémonie du Hezbollah.

Si le Hezbollah dominait vraiment la décision de l’Etat libanais, le Liban aurait émis un tel communiqué et l’aurait envoyée à l’ambassade américaine pour le modifier ? Le Liban aurait voté à l’Onu au profit des USA ?

En échange de quoi vous faites tout cela ? Qu’est-ce que vous attendez des USA ?

Le gaz de l’Egypte, et l’électricité de la Jordanie, comme vous a promis l’ambassadrice américaine ?

Je veux vous dire des informations sures, le département d’Etat US n’a jusqu’à présent présenté aucun document écrit protégeant la Jordanie et l’Egypte des sanctions de la Cézar, pour le passage de l’électricité et du gaz via la Syrie.

Jusqu’à ce moment, tout ce que l’ambassadrice américaine a dit sur l’électricité est du mensonge et de tromperie.

Ecoutez cette histoire

Au moment où les prix du pétrole flambent…, entendez cette histoire.

Depuis un an et demi, quand nous avons appelé à se diriger vers l’Est (pour réduire la crise au Liban), beaucoup d’entreprises chinoises et russes ont présenté des offres au Liban. Mais la réponse du Liban à ces offres a été négative, par crainte des USA.

Une société pétrolière russe a négocié avec le gouvernement passé et actuel d’une offre de la mise en place n’importe où au Liban d’une raffinerie, sans demande de garanties, qui assure tous les besoins du Liban en dérivés pétroliers.

Grace à cette raffinerie, le Liban pourra produire en six mois 150 mille barils par jour, et il deviendra un exportateur de dérives pétroliers. En plus de cela, cette transaction est en livres libanaises.

Après un an et demi de négociations, le Liban n’a toujours pas donné de réponse.

Pourquoi vous n’acceptez pas de telle offre qui est dans l’intérêt du Liban ? En fait, c’est l’ambassade US qui est derrière le refus du Liban.

Avec cette mentalité, nous ne pourrons pas sauver le Liban et résoudre les crises liées à l’électricité, au pétrole, et à autres.

Les USA sanctionnent, interdisent et n’acceptent pas les alternatives.

De quel hégémonie du Hezbollah sur l’Etat vous parlez ? Si le Hezbollah dominait la prise de décision au Liban, cette raffinerie une raffinerie de pétrole qui produit 160 000 barils de pétrole brut aurait été mise en place depuis un an et demi. Et le Liban serait devenu suffisant et exportateur, au su et au vu de l’ambassade US qui ne vaut rien devant l’intérêt du peuple Libanais.

De là, j’appelle son excellence le Président de la République et le Premier Ministre à assumer leurs responsabilités et à accepter l’offre russe capable de résoudre la crise en six mois, sans besoin de payer un sou.

La crise du blé et de l’huile est réapparue et les monopoleurs se sont activés sur les marchés, raison pour laquelle nous appelons l’Etat et les services de sécurité à user la force pour empêcher le monopole, jetez en prison les auteurs. Faute de quoi le pays s’enlisera dans les problèmes si rien n’est fait.

Nous appelons les responsables à ne pas se plier face aux diktats américains, ne soyez pas leurs esclaves, soyez les maîtres et prenez la décision qui sert l’intérêt de votre peuple.

Nous demandons aux responsables d’avoir un minimum de liberté, d’indépendance, de patriotisme et de penser aux intérêts du pays.

 

 

Source: AlManar

https://french.almanar.com.lb/2268378

     

Dans LIBAN

SAYYED NASRALLAH DEVOILE LA LISTE DU HEZBOLLAH SOUS LE SLOGAN : «NOUS RESTERONS POUR PROTEGER ET CONSTRUIRE»

Par Le 02/03/2022

Sayyed Hassan Nasrallah dévoile la liste des candidats du Hezbollah sous le slogan: « nous resterons pour protéger et construire »

 Depuis 1 heure  2 mars 2022

manar-00522250016462510873-530x352

 Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a déclaré que « le Hezbollah a formé sa machine électorale pour qu’aucun vote ne soit perdu, même dans les circonscriptions où il n’y a pas de candidats ».

Dans son discours axé uniquement sur les prochaines élections législatives , Sayyed Hassan Nasrallah a expliqué les critères de nomination des candidats du Hezbollah, indiquant que « le Hezbollah peut se présenter sur deux listes dans certaines circonscriptions en fonction de nos intérêts électoraux et de ceux de nos alliés ».

Son éminence a souligné que « l’atmosphère de doute sur le report des élections a été diffusée par une seule partie, et cette affaire est terminée depuis que nous avons annoncé notre slogan pour cette campagne légilsative : » Nous resterons, pour protéger et construire » assurant que « les élections auront lieu en leur date prévue ».

Le SG du Hezbollah a souligné que  » les députés du Hezbollah font partie du Hezbollah: leur plafond est le Hezbollah, leur stratégie , leur position traduisent celle du Hezbollah, contrairement aux députés independants qui souvent s’expriment à titre personnel, alors que les députés du Hezbollah s’expriment au nom du Hezbollah : ce sont des moujahidines au sein du Hezbollah ».

Sur les critères adoptés par le Hezbollah dans le choix des candidats qui représenteront le parti au sein du Parlement libanais, son éminence a indiqué que « nous ne choisissons pas nos candidats sur la base de liens parentaux avec un membre de la Choura ou avec moi , ni sur demande de la part d’un frère, ni sur la base de sa famille ou de sa tribu, ni sur la base de sa zone géographique, ni sur la base de notre amitié avec nous, (..) nous les choisissons en raison de leurs capacités d’assumer des responsablités, de leurs compétences(..) »

Et de poursuivre :  » il faut savoir que le député accumule des experiences au fil du temps. Il ne jouit pas seulement de capacités et de compétences. Ainsi, il a testé son endurance face aux défis et dans les situations de crise, il connait les régles du jeu du pouvoir.  Et donc,  depuis 1992 nous avons toujours choisi nos candidats sur la base de leur ancienneté. Toutefois,  nous sommes aussi pour l’apport d’un sang nouveau au sein du bloc de la Loyauté pour la Résistance et donc aprés deux mandats , nous choisissons des candidats prometteurs et jeunes ».

Enfin sayyed Hassan Nasrallah a tenu à rappeler son discours lors de la campagne légilsative de 1996, dans lequel il avait affirmé de  » ne pas voter pour nous à cause de la construction d’une école, ou de la construction d’une route, votez pour les martyrs qui sont tombés pour défendre votre pays, pour la résistance contre l’ennemi »ajoutant que  » nous ne promettons pas des promesses irréalisables, nous définissons des objectifs à travers notre programme électorale: certains sont anciens d’autres nouveaux mais toujours en lien avec la réalité. Et si j’ai tenu à consacrer mon discours aux élections législatives, car je ne veux pas que les gens votent pour nous parce qu’ils ont confiance en nous, mais aussi par conscience, parce qu’ils ont réfléchi sur notre programe, nos critères, nos candidats, notre programme ».

 

PRINCIPAUX POINTS DE SON DISCOURS:

A SUIVRE

Source: AlManar

https://french.almanar.com.lb/2262922

  

Dans LIBAN

LE DEPUTE DU HEZBOLLAH, MOHAMMAD RAAD : NOUS GARDERONS NOTRE GAZ ENFOUI JUSQU'A CE QUE NOUS EMPECHONS "ISRAËL" DE FORER DANS NOS EAUX

Par Le 28/02/2022

Raad : Nous garderons notre gaz enfoui jusqu’à ce que nous empêchions Israël de forer dans nos eaux

 Depuis 7 heures  28 février 2022

Mohammad Raad

Mohammad Raad

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le chef du bloc de la Fidélité à la Résistance, le député Mohammad Raad, a estimé que « le médiateur américain dans le dossier de l’exploration gazière est venu au Liban, ces derniers jours, pour jouer le rôle du renard dans le partage du fromage entre les querelleurs, pour que nous puissions explorer dans nos eaux territoriales afin d’extraire le gaz et rembourser nos dettes ».

Et d’ajouter : « Il vous dit que vous allez forer dans l’eau et le gisement de gaz pourra alors être partagé entre vous et l’Israélien ».

« Nous garderons notre gaz enfoui dans nos eaux jusqu’à ce que nous puissions empêcher les Israéliens de mettre la main sur une goutte de nos eaux. Nous ne sommes pas des incapables. Que l’ennemi et ceux qui communiquent avec lui, médiateurs ou pas, sachent que les Israéliens ne pourront pas explorer le gaz dans notre voisinage à moins que nous n’explorions le gaz et l’investissions comme nous le voulons… », a renchéri le député du Hezbollah.

Par ailleurs, en ce qui concerne la déclaration du ministère libanais des Affaires étrangères sur la crise ukrainienne, M.Raad a indiqué qu’elle « répond à l’humeur de certains Libanais qui aiment l’Occident, mais le Liban n’a rien à voir avec l’Ukraine ou la Russie ».

« Le problème est que l’ambassadrice américaine au Liban a appelé durant toute la nuit les politiciens pour qu’ils ne publient pas de communiqué critiquant les USA ».

Et de souligner : « La priorité pour certains est de satisfaire les Américains et les Européens. Et c’est ce qui a ruiné notre pays ».

« Avons-nous un système bancaire ou des institutions économiques actives dans le pays ? », s’est interrogé M.Raad, avant de poursuivre : « Vous sollicitez l’aide de ceux qui ont ravagé, détruit et dicté leurs politiques aux responsables du pays ».

 

Source: Traduit à partir d'el-Nashra

https://french.almanar.com.lb/2259644

     

Dans LIBAN

UN OFFICIER DE LA RESISTANCE RACONTE COMMENT LE DRONE HASSAN A ECHAPPE AUX RADARS, CAMERAS, DOME D'ACIER, F-16 ET AUX APACHES ISRAELIENS

Par Le 22/02/2022

Comment le drone Hassan a échappé aux radars, caméras, Dôme d’acier, F-16 et aux Apaches israéliens. Un officier de la Résistance raconte.

 Depuis 9 heures  22 février 2022

drone_hezbol

 Article traduit - Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Un officier de la Résistance islamique a expliqué pour le journal libanais Al-Akhbar les détails de ce qui s’est passé le vendredi 18 février dernier. Ce jour-là, le drone du Hezbollah baptisé Hassan, dont la longueur ne dépasse pas les trois mètres, a effectué une mission de 40 minutes au-dessus de la Palestine occupé. Il est revenu sain et sauf à sa base au sud du Liban, torpillant toutes les tentatives des antiaériens, des avions et des hélicoptères israéliens de l’intercepter.

Selon cette source, « à 11h40, le drone Hassan, a décollé d’un point du sud du Liban et en dépit des moyens israéliens d’alerte et de surveillance déployés tout au long de la frontière, l’ennemi n’a pu le détecter qu’à 12h :10. Il avait traversé environ 30 km dans l’espace aérien de Palestine, et venait d’arriver dans la région de Rosh Pina, près de la ville de Safed ».

C’est à ce moment-là que les Israéliens ont découvert « un corps étranger » dans les airs. Les sirènes se sont mises à retentir et les tentatives d’identification de l’objet ont été lancées.

Toujours d’après la source de la Résistance, par la suite, le système antiaérien Dôme d’acier a tiré un missile Tamir sur le drone mais il a raté sa cible. Même échec de la part du F-16 qui a été envoyé pour la même mission d’intercepter le drone par le Commandement de la région nord de l’armée d’occupation israélienne.

L’officier de la résistance explique : « Sa vitesse est trop élevée pour pouvoir s’accorder à la vitesse lente du drone, il est passé en parallèle à lui sans pouvoir l’intercepter ».

Et de poursuivre : « après l’échec du dôme et de l’avion de combat pour abattre le drone, l’ennemi a envoyé des hélicoptères pour lui tendre une embuscade au nord du lac de Tibériade, croyant que ce serait le début de son chemin de retour. Des Apache ont pu le localiser au-dessus du lac et ont tiré plusieurs missiles en sa direction. Comme il a disparu des radars, l’ennemi a cru à un certain moment qu’il s’est écrasé et a lancé les recherches pendant deux heures, avant d’apprendre qu’il est revenu sain et sauf à sa base, après 40 minutes de survol sur une longueur de 70 km ».

Selon l’officier de la résistance, l’échec des Israeliens à intercepter le drone révèle une lacune majeure dans leur programme d’action de ses services de sécurité, militaires et techniques, destinés à assurer un parapluie de protection pour toute la région.

Mais la perte ne s’arrête pas là. Plusieurs points peuvent être enregistrés dans le dernier exploit : le plus important en est la capacité de la résistance à pénétrer plusieurs systèmes, phases et couches, dont la première mission est de protéger l’espace aérien israélien, sans compter les caméras et les radars perfectionnés censés détecter les appareils volants avant qu’ils n’entrent dans l’espace aérien palestinien.

L’officier supérieur de la résistance précise que le drone Hassan a été capable de « pénétrer des systèmes de capteurs à haute fréquence avec des récepteurs précis, comme le système de surveillance (ADS) et qu’il a surmonté les systèmes de détection de signal (SIGNIT) et le système de radar et de détection (ULTRA C1), qui est le plus grand radar développé par l’ennemi, installé au sommet du mont Hermon, et dont la tâche principale est de chasser les missiles et les drones. Il a également réussi à contourner le système radar MMR du dôme d’acier et a pu contourner le système le sophistiqué et le plus moderne de ces systèmes, le Sky Dew, que l’ennemi a installé à l’est de Nazareth, il y a des mois, pour attraper les drones volant à basse altitude ».

L’officier de la Résistance islamique estime que dans cet évènement est tombée l’illusion de la « capacité absolue » de la défense aérienne israélienne, composée de plusieurs couches. Ce qui constitue  une percée majeure dans la « sécurité » de l’espace aérien palestinien en général, et de l’espace aérien du nord de la région de la Galilée en particulier. De même, la capacité du commandement de l’armée ennemie à contrôler et à exercer sa maîtrise de soi a été fortement ébranlée, comme en témoignent ses performances lors de l’événement, d’autant que  » les manœuvres et les exercices ont été exposés » devant la résistance.

N’en demeure pas moins que l’élément le plus important de tous, est « l’effondrement du parapluie de sécurité qui ombrageait la mobilisation de l’armée israélienne et son expansion dans tout le nord », en conclut l’officier du Hezbollah.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2253484

       

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH REVENDIQUE. UN DRONE ECHAPPE AU "DOME D'ACIER" ET RENTRE INTACT A SA BASE AU LIBAN

Par Le 19/02/2022

Un drone depuis le Liban échappe au Dôme d’acier. Le Hezbollah revendique

 Depuis 1 jour  18 février 2022

(Archives)

(Archives)

 Article traduit - Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

L’armée israélienne a déclaré qu’un drone avait pénétré dans l’espace aérien du pays depuis le Liban ce vendredi 18 février, déclenchant des sirènes dans certaines parties du nord de la Palestine occupée.

« Des intercepteurs Dôme de fer ont été déclenchés conformément au protocole et des chasseurs ont été dépêchés pour patrouiller dans la zone. Aucune instruction spéciale n’a été donnée aux civils de la zone », a déclaré l’armée israélienne dans un communiqué.

Les sirènes d’alarme ont été entendues vers 11 :51 et 11 :59 (Heure locale) dans les colonies Rush Bina, Hatsour Hajalil, et d’autres endroits en Haute Galilée, et le plateau du Golan, et plus précisément en Transjordanie, et à Mirom Hajalil.

C’est la première fois que ces sirènes sont activées depuis 2018. S’en est suivi un important mouvement d’avions et d’hélicoptères israéliens dans l’espace aérien israélien à la recherche du drone.

Des versions contradictoires

Dans les médias israéliens, les versions des faits sont contradictoires.

Dans un premier moment, ils ont rapporté que le drone a été intercepté électroniquement. Dans certains médias, il a été question que le système antiaérien Dôme d’acier a été activé et des explosions ont été entendues lorsque l’appareil a été abattu.

drone_idf

Par la suite, la radio militaire a indiqué qu’une heure après l’évènement, l’armée israélienne ne sait pas encore s’il a été intercepté ou est revenu au Liban.

Finalement, ils ont rapporté que le drone en question a pu échapper aux antiaériens  et n’a pu être détecté par les radars, puis revenir au Liban.
« Le contact avec le drone en question a été perdu quelques minutes après avoir activé les sirènes d’alarme et le système d’interception », ont aussi rapporté les médias israéliens.

En fin de compte, l’armée israélienne a reconnu qu’elle n’a pu abattre le drone qui est entré depuis le Liban.

Le texte de Tsahal ne peut être plus clair : « le drone avait été détecté depuis qu’il était au-dessus des territoires libanais. L’appareil a franchi l’espace aérien israélien pendant que les appareils de détection suivaient son parcours. Des hélicoptères et des avions militaires ont été engagés, des missiles d’interception ont été tirés depuis le Dôme d’acier. Sans succès, les sirènes d’alarme ont été activées sur le front interne. Et après quelques minutes le drone est revenu au Liban ».

Une enquête a été ouverte par l’armée israélienne sur le revers subi dans les tentatives d’intercepter le drone du Hezbollah qui est revenu sain et sauf à sa base au Liban, a-t-on appris aussi.

« Deux heures après avoir activé les sirènes, l’armée israélienne ne sait toujours pas si elle a abattu le drone ou pas. Alors qu’elle dépêché ses avions et ses hélicoptères et utilisé tous les moyens dont elle dispose pour l’intercepter. Que se passera-t-il si des dizaines de drones sont lancées. Ce scénario est préoccupant », a écrit Hale Biton Rozen de la chaine de télévision israélienne Canal 14.

« Une humiliation »

photo_sud_shoeib

Sur Twitter, le correspondant de la télévision al-Manar Ali Shoeib a écrit: « selon des infos de presse, l’appareil qui #a_humilié_leur_puissance s’est inflitré en profondeur dans la Haute Galilée occupée, à 15 km de la frontière avec le sud-Liban jusqu’au secteur central, et à 30 km de la frontière jusqu’au secteur oriental et ses opérateurs ont pris plaisir à voir les images du lac de Tabarayya (Tibériade) ».

« Vous voyez tout de béton et ce fer et ces colonnes et ces caméras et par dessus tous ces avions et des dômes d’acier et leur réputation! Et bien ils ont tous été humiliés », a-t-il aussi tweeté, sur une photo récente de la frontière entre le Liban et la Palestine occupée.

hummer_israelien

Il a aussi posté sur son compte la photo d’un Hummer isrélien planqué derrière une barrière en béton.

Cet évènement intervient deux jours après le discours du secrétaire général du Hezbollah sayed Hassan Nasrallah au cours duquel il a rappelé que la Résistance fabrique désormais son propre arsenal dont les drones. Proposant en plaisantant : « que celui veuille s’en procurer en fasse la demande ! ».

Comme c’est de coutume dans le pays du cèdre, les blagues ont été lancées sur cet évènement : « Le Hezb a dit : non ce n’est rien, c’est un client qui a voulu tester le drone avant de l’acheter », relate l’une d’entre elles, en répliquant à la plaisanterie de sayed Nasrallah.drone_intercepte_ynet

Le deuxième

Selon le site web israélien Ynet news, c’est le deuxième appareil aérien sans pilote qui a franchi la frontière nord en l’espace de 24 heures.

Dans l’après-midi du jeudi 17 février, l’armée israélienne avait déclaré avoir « abattu un drone du Hezbollah », selon Ynet News.

« Le drone a été abattu à l’aide de la guerre électronique alors qu’il participait à ce que Tsahal considère comme une mission de collecte de renseignements utilisant la photographie aérienne », a écrit le site.

Le Hezbollah revendique

Dans l’après-midi de ce vendredi, la Résistance islamique a revendiqué le drone, indiquant qu’il est baptisé « Hassan ».

Dans un communiqué, elle a précisé qu’il était en mission de reconnaissance et a survolé pendant 40 minutes la zone qu’il visait, sur une longueur de 70 km dans le nord de la Palestine occupée.

Le texte assure que « l’appareil est revenu intact » à sa base de lancement , malgré les tentatives ennemies de l’abattre, après avoir effectué sa mission avec succès sans être affecté par les procédures existantes et suivies par l’ennemi ».

Pendant la publication du communiqué, deux avions israéliens ont violé l’espace aérien libanais. L’un d’entre eux volait à basse altitude sur la banlieue sud de Beyrouth, brisant le mur du son avec un fort vrombissement.

 

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2251394

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH : LE LIBAN NE SERA PAS ENTRAINE VERS LA NORMALISATION AVEC "ISRAËL"

Par Le 18/02/2022

Hezbollah : Le Liban ne sera pas entraîné vers la normalisation avec ‘Israël’

 Depuis 4 heures  18 février 2022

cheikh_daamouche-png1

 Article traduit - Hezbollah - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le vice-président du Conseil exécutif du Hezbollah, Cheikh Ali Daamouche, a déclaré que le Liban ne fera pas partie du mouvement de normalisation avec l’entité sioniste, amorcé par les monarchies du Golfe et il résistera à toutes les tentatives de marchandage.

« Il y a des tentatives américaines et non américaines sous divers aspects pour entraîner le Liban dans cette vague et imposer la normalisation avec l’ennemi comme un fait accompli », a-t-il révélé dans son sermon du vendredi.

Et de poursuivre : « Mais le peuple libanais refuse de laisser le Liban faire partie du mouvement de normalisation dans la région. Il affrontera toutes les tentatives de le faire chanter en faisant pression sur ses moyens de subsistance et ses intérêts, et il n’acceptera pas que le Liban soit précipité au bord de la capitulation, de la soumission et de la normalisation sous aucun prétexte ».

Selon cheikh Daamouche, le pays a besoin « d’une immunité politique, d’une prise de conscience et d’une attention particulière à tout ce qui se trame pour nous ».
« Car il ne faut pas que nous accomplissions les objectifs auxquels aspire l’administration américaine au Liban. Nous ne devons pas être entraînés dans la vague de normalisation avec l’ennemi sioniste, laquelle a été entamée par les pays du Golfe qui ont exhorté les autres à suivre leurs pas », a-t-il expliqué.
« Il est maintenant normal qu’un Premier ministre puisse être accueilli chaleureusement par les Etats du golfe comme cela s’est produit il y a deux jours à Bahreïn », a-t-il déploré.

Il a ajouté : « Le fait de consacrer la normalisation avec l’ennemi comme une chose normale pour ces pays peut affecter les âmes faibles et ceux qui font du marchandage avec la cause palestinienne, ainsi que les pays et les gouvernements faibles. Mais cela ne pourra affecter les forces honorables et la résistance, et il ne pourra entraîner les peuples dans ce péché ni surfer sur cette vague, qui est considérée comme la plus grande trahison de la nation ».

Cheikh Daamouche a conclu : « les peuples rejettent cette trahison commise contre la nation, la Palestine et al-Qods/Jérusalem à la suite de la normalisation avec l’ennemi sioniste. Ils ne seront jamais entrainés derrière cette vague et vont lui résister à tous les niveaux. Les mouvements de protestation bahreïni que nous avons observé lors de la visite du Premier ministre israélien à Manama en sont la preuve que les peuples arabes et islamiques rejettent toutes les forces de normalisation avec l’ennemi sioniste »

Source: Agences

https://french.almanar.com.lb/2251614

Dans LIBAN

LIBAN : LA REVELATION CHOC DE SEYYED NASRALLAH, SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH

Par Le 17/02/2022

Les F-16 fuient pour la deuxième fois le ciel syrien

 

Thursday, 17 February 2022 5:40 PM  [ Last Update: Thursday, 17 February 2022 5:40 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le discours du secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, lors de la cérémonie de commémoration des commandants martyrs de la Résistance, le 16 février 2022. (Fars News)

Les médias et les analystes israéliens ont déclaré que le discours de mercredi du secrétaire général du Hezbollah annonçait un changement dans l’équilibre et les règles du jeu.

De nombreux médias israéliens ont couvert, mercredi 16 février, le discours du secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, lors de la cérémonie de commémoration des commandants martyrs de la Résistance. Son discours s’est concentré sur les capacités du Hezbollah à fabriquer des missiles de précision.

« Je dis à l’ennemi que nous avons acquis la capacité de fabriquer des milliers de missiles de précision. Nous avons commencé il y a quelques années, nos missiles sont précis et nous n’avons plus besoin d’en importer de l’Iran », a-t-il déclaré.

Nasrallah a souligné et annoncé publiquement qu’Israël serait détruit, a déclaré Rui Qais, analyste des affaires arabes du réseau Kan.

Danny Citrinowicz, spécialiste de l’Asie occidentale et de l’Iran, a déclaré que le discours du secrétaire général du Hezbollah voulait dire que la « guerre dans la guerre » ne continuerait pas tant qu’Israël maintiendrait les règles du jeu, en raison de ses attaques en Syrie.

Le Hezbollah a réduit son partenariat avec l’Iran, il est devenu autosuffisant en matière de drones, ce qui ne permet plus au régime sioniste de fermer les voies d’approvisionnement du mouvement libanais.

« C’est en 2006 que le Grand Israël est tombé », a déclaré Nasrallah dans un discours d’hier. Il est en déclin et je ne suis pas le seul à le penser. Les dirigeants israéliens, les grands philosophes et les théoriciens du régime ont la même rhétorique. Israël est en chute libre. Ce n’est plus qu’une question de temps. »

"Le Hezbollah a franchi le seuil de 1000 missiles de précision et il fabrique des drones" (Nasrallah)

Le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, prend la parole lors de la cérémonie annuelle du Hezbollah pour honorer les martyrs de la Résistance.

Selon une autre dépêche, Israël a cloué au sol ses avions de reconnaissance et de chasse pour la deuxième journée, craignant une réponse brutale de la Russie.

Alors que des exercices à grande échelle de la Russie ont lieu dans l’est de la Méditerranée et que les forces aérospatiales russes ont été déployées en Syrie, Israël a suspendu le vol de ses avions de reconnaissance et de ses chasseurs pour la deuxième journée consécutive, rapporte Avia-pro.

Les vols d’avions ravitailleurs sont également suspendus. « À ce jour, il n’y a aucune activité aérienne notable du 122e escadron de l’armée de l’air israélienne. Cette mesure a été prise quelques heures avant les attaques aériennes sur la Syrie. »

Arme

Arme

http://french.presstv.ir/Detail/2022/02/17/677027/Reaction-des-sionistes-aux-propos-de-Nasrallah

Dans LIBAN

SEYYED NASRALLAH, SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH LIBANAIS : "DU NIL A L'EUPHRATE? C'EST FINI..."

Par Le 16/02/2022

 

"Le Hezbollah a franchi le seuil de 1000 missiles de précision et il fabrique des drones"(Nasrallah)

Wednesday, 16 February 2022 4:36 PM  [ Last Update: Wednesday, 16 February 2022 6:36 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah, lors de son discours du 16 février 2022. ©Al-Manar (Capture d'écran)

Le secrétaire général du mouvement de résistance libanais, le Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, prend la parole lors d’une cérémonie annuelle commémorant les martyrs de la résistance.

Dans son allocution télévisée, Seyyed Hassan Nasrallah a souligné que dans quelques mois le Hezbollah aura 40 ans, affirmant que le sang des martyrs a renforcé la Résistance au Liban.

Il a fait ces remarques mercredi, lors d’une cérémonie à l’occasion de l’anniversaire du martyre des commandants de la Résistance, le cheikh Ragheb Harb, Seyyed Abbas al-Moussaoui et Imad Mughniyeh.

Il a déclaré que le Liban faisait face à une menace d’occupation par Israël en 1982, notant que la Résistance est la force qui a protégé l’identité du Liban face aux menaces du régime sioniste.

Les

Les 1500 missiles et roquettes par jour? quel gâchis! 

Selon le secrétaire général du Hezbollah, le mouvement de la Résistance dans la région a commencé bien avant la fondation du Hezbollah.

« Les commandants de la Résistance ont refusé de se rendre au régime israélien ou d’accepter l’occupation », a déclaré Seyyed Hassan Nasrallah.

Il a ensuite dénoncé les pays de la région qui ont normalisé leurs relations avec Israël, décrivant le régime de Tel-Aviv comme un « régime temporaire » qui se dirige vers son effondrement.

Seyyed Hassan Nasrallah a également déclaré que le Hezbollah a remporté des victoires contre le régime israélien depuis 1985 : « Nous sommes confrontés à Israël qui est une entité affaiblie et en train de s’effondrer », a-t-il affirmé avant d’ajouter que « la Résistance affronte les ambitions de l’ennemi, protégeant le Liban et soutenant la Palestine ».

Le secrétaire général du Hezbollah a déclaré que la Résistance resterait loyale à ses idéaux malgré toutes les conspirations et les lobbyings de ses ennemis.

Il a souligné qu’Israël est le seul régime au monde, décrit comme un régime d’apartheid, affirmant que les responsables du régime de Tel-Aviv ont avoué qu’ils sont confrontés à une course contre la montre pour allonger la durée de vie d’Israël.

Le Hezbollah a-t-il déjà chassé un F-16? 

Le Hezbollah a-t-il déjà chassé un F-16? 

Le système de défense aérienne de la Résistance, une bombe que Nasrallah a explosé au sein des milieux israéliens.

« Les factions de la Résistance dans la région, y compris le Hezbollah, pensent que l’entité sioniste est un régime en déclin », a-t-il déclaré.

Seyyed Hassan Nasrallah a affirmé qu’il y avait un manque de confiance au sein de l’armée israélienne et parmi ses généraux. Il a, cependant, précisé que la Résistance ne sous-estimait pas la force d’Israël et que le régime de Tel-Aviv possédait encore beaucoup de pouvoir bien qu’il soit en déclin.

« Nous encourageons les Israéliens à quitter la Palestine et nous sommes prêts à payer leurs billets de retour », a-t-il affirmé. 

Le secrétaire général du Hezbollah a ajouté : « Les sionistes n’ont pas pu rester au Liban et cela signifie qu’ils ne pourront jamais réaliser leur rêve du grand Israël du Nil à l’Euphrate. »  

En réaction aux récentes menaces proférées par Israël, le secrétaire général du Hezbollah a déclaré que « les ennemis continuent à nous menacer, mais ils savent que ce serait très difficile et très coûteux pour eux s’ils osaient un jour de les réaliser ».

Il a souligné que le Hezbollah était capable d’améliorer la qualité de ses missiles et roquettes pour repousser les menaces israéliennes.

« Nous avons la capacité de convertir nos missiles actuels en missiles de précision et nous avons commencé ce projet il y a des années », a-t-il déclaré.

Israël saigne fatalement!

Israël saigne fatalement!

Les combats au corps à corps à Ashkelon, Ashdod, Qods... en attendant des missiles

Il a également déclaré que le Hezbollah possède des milliers de missiles et de roquettes que les ennemis sont incapables de localiser.

Le secrétaire général du Hezbollah au Liban, Sayyed Hassan Nasrallah, a déclaré que la Résistance fabrique elle-même des roquettes et des drones.

« Nous avons commencé à fabriquer des drones », a-t-il dit, s’adressant aux dirigeants du régime israélien.

« Nous produisons des drones au Liban depuis longtemps et quiconque veut les acheter, passe une commande », a-t-il ajouté.

« Je dis aux Israéliens que leur “guerre entre les guerres” a transformé la menace en une opportunité pour la résistance », a-t-il déclaré.

Israël: Vers

Israël: Vers

Un adolescent palestinien martyrisé, des maisons démolies par les FOI à Jénine

http://french.presstv.ir/Detail/2022/02/16/676958/30-ans-de-Resistance--discours-de-Seyyed-Hassan-Nasrallah-

Dans LIBAN

"ISRAËL": "L'ARMEE LIBANAISE NOUS A HUMILIES"

Par Le 09/02/2022

À quoi rime le quadruple non de l'armée libanaise à Israël

Wednesday, 09 February 2022 2:52 PM  [ Last Update: Wednesday, 09 February 2022 3:32 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Armée libanaise. ©CNN

Le ministre israélien de la Guerre, Benny Gantz, a annoncé la semaine dernière que Tel-Aviv avait offert son aide à l'armée libanaise à quatre reprises au cours de l'année dernière. « Le peuple libanais n'est pas notre ennemi », a-t-il déclaré, ajoutant que l'offre d'aide avait été rejetée par Beyrouth.

« Les propos de Gantz ont non seulement mis en colère certaines sources politiques israéliennes, pire encore, ils ont provoqué des protestations de la part des Français et des Américains selon lesquels Gantz aurait fait circuler des rumeurs auprès de l’opinion publique », a déclaré Yaron Abraham, analyste politique à la chaine de télévision Channel 12.

Dans ce droit fil, l'ancien ambassadeur de Tel-Aviv au Caire, Yitzhak Levanon, a déclaré qu'Israël avait reconnu pour la première fois, il y a environ une semaine, par l'intermédiaire de son ministre de la Guerre Benny Gantz, qu'il avait proposé à quatre reprises de fournir une assistance directe à l'armée libanaise, compte tenu de sa crise difficile.

Fatal aveu

Fatal aveu

Incapable d’attaquer les pétroliers iraniens, le régime israélien procède à la violation de l’espace aérien et maritime libanais.

Il a souligné que ces suggestions pourraient être passionnantes si le Liban était le pays que nous connaissions, soulignant que « la raison pour laquelle Israël a vu le besoin de répéter la proposition 3 fois après que le Liban a rejeté la première proposition n'est pas claire. Les suggestions supplémentaires ne changeront pas la réalité, ni la réponse libanaise.

« Je vais commencer par la fin, l'armée libanaise ne peut pas accepter une aide financière directe de notre part, simplement, parce que c'est interdit, et que les Américains tiennent à armer l'armée libanaise pour renforcer ses effectifs, et ils ne lui proposent pas d'aide financière directe, car c'est le gouvernement de Beyrouth qui en décide », a dit l’ancien diplomate sioniste, cité par Rai Al-Youm.

Il a souligné que « l'armée libanaise n'est pas comme des groupes sectaires qui peuvent demander l'aide des donateurs, comme le fait le Hezbollah, par exemple, en tant qu’organisation vis-à-vis de l'Iran ».

L'ancien ambassadeur d'Israël a souligné que « lorsque le ministère libanais des Affaires étrangères a contacté les ambassadeurs du monde entier et leur a demandé d'aider à maintenir la présence de ses ambassades à l'étranger et la poursuite de leur travail, les Etats-Unis ont refusé, tout en sachant que c'était interdit ».

Levanon a expliqué que « dans son propre esprit, Washington estime que seule, une armée libanaise forte est capable de tenir tête au Hezbollah le moment venu. Mais elle a tort. A la tête de cette armée se trouve le général Joseph Aoun, qui est connu pour son manque de sympathie envers Israël ».

Le coup offshore du Hezbollah!

Le coup offshore du Hezbollah!

Après le succès du Hezbollah dans le règlement de la crise de carburant du Liban, ce mouvement pourrait également passer à l’acte pour résoudre le problème du forage des richesses pétrolières du Liban.

« De plus, l'armée libanaise », a poursuivi le diplomate israélien, « n'est pas qualifiée pour mettre en œuvre la résolution 1701 du Conseil de sécurité, qui appelle à sa seule présence au sud du fleuve Litani face à Israël, et nous savons tous que la réalité est différente, et que l'armée ignore les violations du Hezbollah, qui n'a pas le droit d'être présent dans la région, et il y a des rapports selon lesquels Aoun aide indirectement le Hezbollah. Néanmoins, Israël propose d'aider cette armée », a déclaré Levanon.

En plus de ce qui a été mentionné ci-dessus, Levannon a déclaré que « dans les mois à venir, il y aura également des élections générales pour le Parlement libanais et des élections présidentielles. L'armée libanaise peut-elle s'exposer à de violentes critiques pour avoir accepté l'aide de « l'entité sioniste » ? Il a souligné que « sa tâche principale est de maintenir l'ordre et de prévenir les affrontements entre les différentes sectes. Comment le gouvernement libanais actuel acceptera-t-il l'aide israélienne et exposera-t-il une faiblesse dont il est difficile de se libérer?

Levanun a ensuite demandé pourquoi le régime sioniste avait dû répéter quatre fois la proposition, qui avait fait l'objet de moqueries à Tel-Aviv.

« On dit que le peuple libanais n'est pas notre ennemi. Mais le Liban est une mosaïque de différentes sectes, chacune avec une position différente sur Israël. Et nous ne devons pas oublier que cette armée libanaise s'est désintégrée dans la guerre civile en 1975, et que chaque général qui la composait a rejoint sa propre secte », a-t-il dit.

« Quel est le but de renforcer la force de l'armée libanaise ? Est-ce pour améliorer ses conditions de vie, ou pour le préparer à une confrontation avec le Hezbollah ? De toute façon, nous n'avons pas notre place là-bas », a dit l’ancien ambassadeur du régime sioniste en Egypte.

Il a conclu en disant que « si Israël veut aider efficacement, alors il peut mettre en tête de ses priorités avec les États-Unis, la démarcation des frontières maritimes entre les deux pays. Cela permettra à Beyrouth d'extraire du gaz de la mer et d'augmenter les revenus de l'État, et de cette façon, il peut améliorer les conditions de l'armée libanaise ».

Bloc 9: le Hezbollah ciblera les USA?

Bloc 9: le Hezbollah ciblera les USA?

Pourquoi Israël a impliqué Halliburton dans un projet gazier à haut risque?

http://french.presstv.ir/Detail/2022/02/09/676490/Liban-Israel-Hezbollah-armee-Benny-Gantz

Dans LIBAN

MISE EN GARDE DU HEZBOLLAH LIBANAIS AUX USA : "LES INGERENCES DE WASHINGTON POURRAIENT LUI COUTER CHER"

Par Le 07/02/2022

« Les ingérences de Washington pourraient lui coûter cher »

Monday, 07 February 2022 6:53 PM  [ Last Update: Monday, 07 February 2022 6:59 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le numéro 2 du Hezbollah, le Cheikh Naïm Qassem. ©Afkar News/Archives

Ce n'est pas si souvent que le sous-secrétaire général du Hezbollah met en garde l'ambassade US contre ses ingérences; une ambassade qui tout comme celle que possède l'Amérique à Bagdad vise une méga-base militaire déguisée. S'agit-il d'un avertissement dans le contexte où Israël cherche par tous les moyens possibles y compromis le soudoiement de l'armée libanaise à s'infiltrer au Liban? Cela en a l'air.

Dans une interview avec l’agence de presse Fars News, le secrétaire général adjoint du mouvement de résistance libanais Hezbollah, le Cheikh Naïm Qassem, a dénoncé le rôle de l’ambassade américaine à Beyrouth qui rappelle, selon lui, l’attitude des pays colonialistes.

Le Cheikh Naïm Qassem a fait allusion aux agissements des ambassades des États-Unis en tant que source de crise et d’insécurité dans la région, et en particulier au Liban qui devra organiser une élection législative en mars.

L'armée libanaise dit "non" à Israël

« L’ambassade américaine à Beyrouth incite constamment les soi-disant groupes de société civile à fomenter l’émeute et le sabotage ; ces mêmes groupes travaillent à propager la corruption et les pensées déviées chez la nouvelle génération », a précisé Naïm Qassem, ajoutant :

« L’ambassade des États-Unis soutient financièrement des personnes stipendiées afin de les faire entrer dans le cercle de compétitivités électorales. Il s’agit des individus majoritairement corrompus qui se donnent le nom de l’“opposition”. »

À titre d’exemple, le Cheikh Qassem a cité le nom des Forces libanaises de Samir Geagea, « un parti qui a commis d’innombrables crimes contre le peuple libanais ».

Le numéro 2 du Hezbollah a affirmé que les États-Unis ne ménageaient aucun effort pour attiser, via les pressions économiques, le chaos et la sédition auprès des Libanais.

« L’ambassade des États-Unis à Beyrouth est devenue en quelque sorte le bras exécutif du gouvernement américain qui a mis le Liban sous pression financière et économique, en essayant de suggérer au peuple libanais que le Hezbollah serait responsable de cette situation. Les États-Unis ont blacklisté le Hezbollah, tandis que des médias à leur solde mènent vainement une campagne malveillante pour conduire le Hezbollah à abandonner la résistance. »

L’ambassade des États-Unis joue un rôle « destructif » et « colonialiste » au Liban ; « cette ambassade travaille par procuration en faveur du régime sioniste ; c’est pourquoi la Résistance tient à écarter avec force cette menace », a-t-il ajouté.

Comment le Hezbollah a fait échec au scénario "irakien" du Mossad?

Ailleurs dans son interview avec l’agence de pesse Fars News, Naïm Qassem s’est attardé sur les deux principaux axes d’activité du mouvement de résistance libanais : « agir en tant qu’un composant de l’axe de la Résistance, et œuvrer pour défendre une idéologie qui rejette le suivisme aux Américains et Israéliens ».

« En même temps, nous sommes parfaitement prêts à faire face à toute sorte de menace ou d’agression ; Israël est conscient du fait que l’agression contre le Liban lui coûtera cher ; la Résistance est prête et n’hésitera pas à riposter à l’ennemi », a indiqué le secrétaire général adjoint du Hezbollah.

Le haut responsable du Hezbollah libanais a également évoqué la question des élections futures. « À l’approche des élections, nous attendons que le peuple parle ; le Hezbollah n’a aucune inquiétude quant aux futures élections [législatives] ».

L’assistant de Seyyed Hassan Nasrallah a par la suite fait un éclairage au sujet de la stratégie de la Résistance face aux complots des États-Unis, que ce soit des complots fomentés directement par les Américains, ou ceux qui impliquent leurs sbires. « Nous resterons attachés à notre stratégie, consistant à poursuivre la résistance, en gardant constamment notre état de préparation maximale, dans tous les domaines : politique, social, culturel, financier et intellectuel. Puisque la Résistance est un concept qui ne se borne pas à la confrontation militaire ; c’est une démarche, un parcours qui se développe chaque jour davantage. C’est dans ce droit fil que nous poursuivons nos démarches, suivant des lignes conductrices retracées avec nos alliés. »

Liban: les pro-Hariri voteront Hezbollah?

Pour finir, le cheikh Naïm Qassem a ajouté : « La présence, l’influence de la Résistance se poursuivra ; le Hezbollah restera sur le terrain [au cœur des évolutions] coûte que coûte, en se remettant à la parole de Dieu qui dit : “Ô vous qui croyez ! Si vous faites triompher (la cause d’) Allah, Il vous fera triompher et raffermira vos pas.” »

http://french.presstv.ir/Detail/2022/02/07/676377/Hezbollah-Na%C3%AFm-Qassem-r%C3%A9sistance-ambassade-usa-beyrouth

Dans LIBAN

LES SKIEURS LIBANAIS EXPRIMENT LEUR ENTHOUSIASME A L'APPROCHE DES JO D'HIVER DE BEIJING

Par Le 01/02/2022

Les skieurs libanais expriment leur enthousiasme à l'approche des JO d'hiver de Beijing

French.xinhuanet.com | Publié le 2022-02-01 à 05:36


(Xinhua/Bilal Jawich)

BEYROUTH, 31 janvier (Xinhua) -- Les skieurs libanais ont exprimé lundi leur enthousiasme et leur excitation à l'idée de participer aux Jeux olympiques d'hiver de Beijing 2022, qui doivent se tenir du 4 au 20 février.

"Je suis très excité, et j'ai hâte d'y être. Je suis fier que notre travail acharné et nos efforts aient porté leurs fruits, et que nous ayons pu nous qualifier pour les Jeux olympiques", a déclaré le skieur alpin libanais Cesar Arnouk à Xinhua.

M. Arnouk a indiqué que participer aux Jeux olympiques était une excellente occasion de rendre le Liban plus visible dans le sport international.

"C'est une façon de prouver que nous pouvons concourir au plus haut niveau", a-t-il affirmé.

Manon Ouaiss, une skieuse alpine libanaise, s'est déclarée ravie et honorée de pouvoir ressentir en personne l'atmosphère des Jeux olympiques, dans la mesure où il ne s'agit pas seulement d'un événement sportif, mais aussi d'un rassemblement qui incarne des valeurs fondamentales comme l'amitié, le respect et la discipline.

"Le sport, c'est bien plus que des qualités physiques. C'est aussi une question de volonté, d'esprit, de dévouement et de sacrifice. Je suis vraiment ravie de rencontrer des gens du monde entier, qui partagent la même passion et ont les mêmes valeurs que moi", a-t-elle déclaré à Xinhua.

Les athlètes ont tenu ces propos en marge d'une conférence de presse organisée par la Fédération libanaise de ski à la veille de leur départ pour la Chine.

Soulignant l'importance de la participation du Liban aux Jeux olympiques, le président de la Fédération libanaise de ski Freddy Keyrouz a noté que les Jeux inciteraient les générations futures à perpétuer la pratique des sports d'hiver.

Le Liban enverra trois skieurs alpins aux Jeux d'hiver de Bejing 2022. Fin

(Xinhua/Bilal Jawich)

(Xinhua/Bilal Jawich)

http://french.news.cn/2022-02/01/c_1310449088.htm

Dans LIBAN

SYRIE : MEDAILLE D'OR D'ALQODS A DES SPORTIFS ARABES ET IRANIENS AYANT BOYCOTTE "ISRAËL"

Par Le 01/02/2022

Liban : Médaille d’or d’AlQods à des sportifs arabes et iraniens ayant boycotté ‘Israël’

 Depuis 4 heures  1 février 2022

Des sportifs anti-normalisation à la frontière libano-palestinienne.

Des sportifs anti-normalisation à la frontière libano-palestinienne.

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Les sportifs arabes et iraniens ayant refusé de jouer avec des sportifs sionistes ont été honorés, le lundi 31 janvier, lors d’une cérémonie organisée au Liban par le ‘Forum international d’hommage aux athlètes anti-normalisation’.

La médaille d’or d’AlQods a été remise à ces athlètes qui ont visité le sud Liban et inscrit leurs noms sur une médaille d’or géante fixé sur un mur séparant la localité libanaise de Kfarkila à la Palestine occupée.

Lors de la cérémonie d’hommage, le Forum a adopté le Code d’honneur du sport contre la normalisation, qui rejette l’injustice et défend les causes justes pour des raisons éthiques et humaines.

Le judoka algérien Fethi Nourin a lu l’introduction de cette charte qui est « née de la foi en la justice de la cause palestinienne et de la valorisation des sacrifices consenties par le peuple palestinien ». Tout en soulignant:  « la nécessité d’affronter toutes formes de normalisation, afin de préserver la pureté des compétitions sportives et de garantir le véritable esprit sportif ».

 

Source: AlManar

https://french.almanar.com.lb/2239371

Dans LIBAN

LIBAN : SAAD HARIRI, L'EX-PREMIER MINISTRE ANNONCE SON RETRAIT DE LA VIE POLITIQUE

Par Le 25/01/2022

Liban: L’ex-Premier ministre annonce son retrait de la vie politique

Liban: L’ex-Premier ministre annonce son retrait de la vie politique

folder_openLiban access_timedepuis 3 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Saad Hariri, premier ministre du Liban de 2009 à 2011 et de 2016 à 2020, a annoncé, lundi 24 janvier, son retrait de la vie politique. Principal dirigeant sunnite libanais, il a notamment évoqué la soi-disant «influence iranienne» sur le pays, le «désordre sur la scène internationale» et les «divisions internes».

Hariri, propulsé sur la scène politique après l’assassinat en 2005 de son père, l’ancien premier ministre Rafic Hariri, a annoncé sa décision lors d’un bref discours prononcé à Beyrouth. Cette annonce intervient après une série de revers financiers et politiques, et au moment où le Liban est frappé par la pire crise socio-économique de son histoire.

«Je suspends ma participation à la vie politique et invite ma famille politique au sein du Courant du futur à suivre ma voie», a déclaré Hariri, appelant le principal parti sunnite du pays à ne pas présenter de candidats aux élections législatives prévues en mai.

Crises politiques à répétition

L’Arabie saoudite était jadis le principal allié régional de Hariri, avant que leurs relations ne se détériorent ces dernières années, Riyad estimant qu’il était trop complaisant envers le Hezbollah.

Hariri a déjà dirigé trois gouvernements. Depuis sa première accession au pouvoir en 2009, il s’est peu à peu forgé une réputation d’homme de compromis.

Il a présenté sa troisième démission environ deux semaines après le début des manifestations populaires contre la classe politique le 17 octobre 2019. Malgré sa nomination le 22 octobre 2020 pour former le gouvernement, il n’a pas pu aller au bout de sa mission du fait du ressentiment populaire et des divisions politiques.

A l’issue des dernières élections législatives de 2018, le nombre de sièges du bloc parlementaire de Hariri a diminué d’environ un tiers et certains ont lié la baisse de sa popularité aux concessions politiques qu’il a faites – acceptées, selon lui, afin de préserver la paix civile.

https://french.alahednews.com.lb/42766/344

liban saad hariri

Dans LIBAN

AVEC UN "AMI" COMME LES ETATS-UNIS, LE LIBAN N'A PAS BESOIN D'ENNEMIS

Par Le 22/01/2022

Avec un «ami» comme les Etats-Unis, le Liban n’a pas besoin d’ennemis

Avec un «ami» comme les Etats-Unis, le Liban n’a pas besoin d’ennemis

folder_openAnalyses access_timedepuis 5 jours

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par Samer Zoughaib

Même si une opération de diversion est en cours pour désigner l’Iran comme ennemi des Libanais, ce sont les Etats-Unis qui menacent réellement l’unité et les intérêts du Liban et qui sont responsables de la crise multiforme qui le frappe.

Depuis l’éclatement de la crise en octobre 2019, et plus particulièrement depuis la double explosion dévastatrice du port de Beyrouth, le 4 août 2020, les Libanais affichent leurs profondes divergences sur presque toutes les questions, qu’elles soient de nature tactique ou stratégique : la conduite des affaires de l’Etat, les options économiques, le positionnement régional du Liban, l’identification des amis et des ennemis…

Certaines personnalités expriment des doutes, voire carrément une tenace hostilité vis-à-vis de la Résistance qui a libéré la terre de l’occupation «israélienne» au prix de grands sacrifices, sachant que même les mouvements de libération nationale ont rarement fait l’unanimité au sein d’un peuple, où il se trouvera toujours de zélés collaborateurs ; la France sous l’occupation nazie en est l’exemple le plus éloquent.

Les experts de renom au Liban et ailleurs affirment que la crise qui frappe le pays depuis plus de deux ans, est due aux choix économiques pris au lendemain de la fin de la guerre civile et à la corruption endémique encouragée par la nature confessionnelle du système politique. Cependant, certaines voix au Liban tentent de faire assumer au Hezbollah la responsabilité de «la pire crise économique et financière au monde depuis la moitié du XIXème», selon la Banque mondiale.

Pourtant, il n’est un secret pour personne que le Hezbollah n’a rien à voir, ni de près ni de loin, dans les choix économiques adoptés il y a plusieurs décennies, et encore moins dans la corruption qui gangrène l’administration publique, en partenariat avec une partie du secteur privé. Le Hezbollah n’est entré au gouvernement qu’à partir de 2005, et n’a jamais occupé plus de deux portefeuilles (non régaliens) dans des Cabinets de 24 ou de 30 ministres.

Mike Pompeo donne le signal dès mars 2019

Les conditions de la crise étaient réunies depuis des années, mais le système était maintenu en vie artificiellement. Ce sont les Etats-Unis qui ont choisi le timing lorsque l’Administration du président Donald Trump a décidé d’appliquer la politique des «pressions maximales».

Le détonateur a été, de l’aveu même du gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, les sanctions prises par le Trésor américain contre la Jammal Trust bank (JTB), en septembre 2019. Ce signal a poussé des investisseurs et des déposants, individuels et institutionnels, à retirer hâtivement en quelques semaines seulement des milliards de dollars des banques locales, provoquant l’effondrement du système bancaire et, par conséquent, la crise économique qui a suivi.

Le signal de la guerre multiforme que subit le Liban a été donné par l’ancien secrétaire d’Etat Mike Pompeo lors de sa visite au Liban en mars 2019, soit 7 mois avant l’étincelle du 17 octobre.

A la veille de son arrivée à Beyrouth, M. Pompeo, dont l’administration a reconnu la souveraineté d’«Israël» sur AlQods (Jérusalem) et le Golan syrien occupés, a regretté que les administrations américaines précédentes n’aient pas pris des «mesures plus radicales pour limiter l’influence du Hezbollah sur le Liban». A l’époque, certains médias israéliens avaient indiqué que le chef de la diplomatie américaine «pourrait menacer de sanctions le système bancaire libanais». Quelques mois plus tard, ce secteur s’effondrait sous les coups de l’«ami» américain, entraînant la ruine de millions de Libanais.

Les Etats-Unis ont trouvé dans des personnalités et des partis politiques libanais des porte-voix et des leviers pour relayer leur discours belliqueux à l’égard du Hezbollah, qui est un parti politique présent au Parlement et au gouvernement, jouissant de surcroît d’une grande popularité au sein de la population libanaise comme l’attestent les scores cumulés obtenus par ses candidats aux dernières législatives (les plus élevés du pays).

Ces porte-voix se sont lancés dans une entreprise de diabolisation du Hezbollah, lui attribuant tous les maux dont souffre le pays. Ils n’ont pas hésité, à coups de fake news, de campagnes médiatiques systématiques, de discours politiques clivant, à essayer d’impliquer la Résistance dans le drame du port de Beyrouth.

Les leviers locaux, de simples exécutants

Comme pour détourner l’attention des véritables responsables des malheurs des Libanais, certaines personnalités tentent de dévier le débat électoral pour le focaliser sur la «libération du Liban de l’occupation iranienne».

Ce dont les Libanais ont besoin aujourd’hui c’est d’un plan de relance économique, d’une restructuration du secteur bancaire pour récupérer leurs épargnes perdues, de réformes politiques susceptibles de moderniser un système politique sclérosé, corrompu et confessionnel, non pas de discours trompeurs destinés à faire diversion des problèmes réels.

Ces leviers locaux de la politique américaine, qu’ils soient des personnalités ou des partis politiques, ou encore des ONG financés par des puissances occidentales, sont engagés corps et âme dans un effort visant à modifier les équilibres politiques lors des prochaines élections législatives.

Leur discours belliqueux à l’égard d’une composante essentielle du tissu socio-politique libanais n’a plus de plafond. Ils distribuent des certificats de patriotisme, classent les Libanais en «souverainistes» et «collaborateurs», expriment des doutes sur l’appartenance nationale d’une frange de la population.

Ces leviers ne sont que des courroies de transmission des projets américains. Pour faire échouer ce plan, il faut identifier et dénoncer en priorité les décideurs et non les exécutants.

Les Etats-Unis sont le véritable ennemi du Liban. Washington affirme haut et fort que sa priorité reste la sécurité d’«Israël» et qu’il œuvrera sans relâche pour garantir la supériorité militaire de l’entité sioniste sur les Arabes.

C’est seulement en identifiant l’ennemi, même s’il se drape dans l’habit de l’ami, et qu’il confie à des acteurs locaux la mise en œuvre de ses politiques, qu’il sera possible de faire échecs à ses plans.

https://french.alahednews.com.lb/42678/324

hezbollah mike pompeo liban etats unis crise economique

Dans LIBAN

DEFAITE GAZIERE US FACE AU HEZBOLLAH LIBANAIS !

Par Le 16/01/2022

Ni l'Égypte ni la Jordanie ne sauront sauver les USA

Sunday, 16 January 2022 3:58 PM  [ Last Update: Sunday, 16 January 2022 5:11 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le champ gazier Tamar au large d'Ashkelon. (Photo d'archives)

Depuis six mois, c’est le Hezbollah qui procure aux Libanais de quoi se réchauffer, de quoi avoir un peu de lumière, de quoi cuire du pain. Bref, de quoi vivre non pas aisément, mais de façon à ce qu’ils ne soient pas paralysés. Et c’est ce dont ils se souviendront aux élections législatives. Que faire face à cette preuve flagrante des capacités de la Résistance libanaise à résister économiquement aussi aux pires pressions de toute l’Histoire du Liban ? Évidemment, donner des promesses sans lendemain pour dévoyer l’opinion.

Des sources israéliennes ont fait part du feu vert des États-Unis à l’exportation du gaz naturel au Liban à partir des champs gaziers des territoires occupés par Israël et en passant par la Jordanie et la Syrie.

Selon Channel 12 de la télévision israélienne, le transfert du gaz vers le Liban vise à barrer la route à l’exportation du carburant iranien destinée au Liban ainsi qu’à miner l’influence de Téhéran et du Hezbollah dans le pays du Cèdre.

Les États-Unis, l’Égypte, la Jordanie et le régime israélien ont proposé différents plans pour l’exportation du carburant vers le Liban, tout de suite après que le Hezbollah a fourni aux Libanais du carburant acheté à l’Iran. Bien que les Libanais aient souffert d’une grave pénurie de carburant suite à la puissante explosion du port de Beyrouth, survenue le 4 août 2020, aucune de ces parties n’a fait rien pour apaiser la crise avant que le carburant iranien n’entre au Liban.

Lire aussi: Pétroliers iraniens : le triple revers de Riyad ?

Le gaz, qui proviendra des réservoirs Tamar et Leviathan, sera acheminé au Liban par la Jordanie via la Syrie.

Le coup offshore du Hezbollah!

Le coup offshore du Hezbollah !

Après le succès du Hezbollah dans le règlement de la crise de carburant du Liban, ce mouvement pourrait également passer à l’acte pour résoudre le problème du forage des richesses pétrolières du Liban.

La perspective d’une cote de popularité grandissante de l’Iran et du Hezbollah au Liban préoccupe les Américains à tel point qu’ils ont accepté de lever une partie de sanctions imposées par Washington à Damas, dans le cadre de la loi César.

Cet accord d’approvisionnement a été négocié par l’entremise du conseiller américain pour la sécurité énergétique Amos Hochstein.

Il existe, en même temps, un autre plan réservé au transfert du gaz depuis l’Égypte vers le Liban en passant par la Jordanie et la Syrie.

Lire aussi: US/Israël dans le piège du Hezbollah !

Le plan du transfert de l’électricité depuis la Jordanie vers le Liban via la Syrie est également à l’ordre du jour. À ce propos, différentes rencontres ont jusqu’ici eu lieu entre les responsables jordaniens et syriens.

Dans la foulée, le quotidien libanais al-Akhbar s’est référé à des sources concordantes pour révéler que la lettre récemment remise au Premier ministre libanais, Najib Mikati, par l’ambassadrice des États-Unis à Beyrouth, ne comprenait pas le « oui » de Washington à ce que le Liban soit exempté des conséquences de la loi César.

« À travers cette lettre, Washington a demandé au gouvernement et à la société de production d’électricité du Liban de lui remettre les détails de tous les accords et contrats ainsi que la liste de toutes les sociétés ayant signé un accord de coopération portant sur le transfert du gaz vers le Liban et cela pour qu’il puisse exprimer, après, sa position claire concernant le transfert du gaz vers le Liban. »

Gaz: Israël menace le Liban

Gaz : Israël menace le Liban

Avec la médiation d’un diplomate américain, le dossier sur la démarcation de la frontière maritime entre le Liban et les territoires occupés par Israël est au point mort.

Selon des sources au sein du ministère libanais de l’Énergie, « les garanties que les Américains ont envoyées aux Égyptiens n’ont pas suffi au Caire ».

Le ministre libanais de l’Énergie travaille actuellement pour la finalisation de l’accord sur le transfert du gaz depuis l’Égypte, mais selon les sources au sein du ministère, « tout progrès à ce propos dépend de l’autorisation des Américains et de la mise en œuvre des termes de la Banque mondiale, car c’est bien celle-ci qui sponsorisera le processus du transfert sous des conditions toutes particulières ».

Al-Akhbar réaffirme que le Liban aura du mal à rembourser la dette de la Banque mondiale. 

« Les responsables libanais n’expliquent pas au peuple que l’électricité, produite par le carburant irakien, égyptien ou jordanien, lui coûtera très cher et que cela entraînera une hausse des tarifs dans les factures d’électricité », a confié un responsable du ministère de l’Énergie sous l’anonymat.

Lire aussi: US/Israël : Méga surprise du Hezbollah ?

Le Liban devra payer 500 millions de dollars à l’Irak pour lui acheter une quantité de carburant qui permettra la production de trois heures d’électricité par jour, quelque 250 millions de dollars à l’Égypte pour rien que quatre heures d’électricité par jour et 100 millions de dollars à la Jordanie pour pouvoir produire juste deux heures d’électricité par jour. Autrement dit, la production de 10 heures d’électricité par jour coûtera au Liban au moins 850 millions de dollars.

Liban: la bombe

Liban : la bombe

L

Le responsable libanais a ajouté que des discussions étaient en cours entre le Premier ministre et les ministres de l’Énergie et des Finances pour décider du projet du budget du ministère de l’Énergie et des indispensables de la société de production d’électricité.

Bien que le gaz égyptien ait dû être transféré au Liban pendant les premières semaines de 2022, le projet a pourtant été reporté sine die en grande partie pour les tergiversations des États-Unis.

« Tant que les Libanais compteront sur les promesses creuses des États-Unis, ils perdront le temps sans trouver une solution alternative », conclut al-Akhbar.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/01/16/674876/Liban-Resistance-USA-Israel-Egypte-Jordanie-Syrie-Cesar-carburant-gaz-

Dans LIBAN

CHEIKH QASSEM, SECRETAIRE GENERAL ADJOINT DU HEZBOLLAH LIBANAIS SURPRIS PAR LE MAINTIEN DU JUGE AL-BITAR A SON POSTE

Par Le 15/01/2022

Cheikh Qassem: Al-Bitar et ceux qui sont derrière lui sont la raison de la paralysie des institutions constitutionnelles

 Depuis 3 heures  15 janvier 2022

cdcd379a-6ca8-4012-a47f-1991b9d781f0

 Article traduit - Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Cheikh Naim Qassem, a été surpris par « le maintien du juge Tariq Al-Bitar à son poste à un moment où 21 demandes de récusation ont été déposées contre lui après avoir semé la confusion dans l’ordre judiciaire ».

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Cheikh Naim Qassem, a affirmé que « le juge chargé de l’enquête sur l’explosion dans le port de Beyrouth, Tariq Al-Bitar, et ceux qui sont derrière lui sont la raison de la paralysie des institutions constitutionnelles et de la confiscation de la fonction du Parlement. »

Cheikh Qassem a également estimé que « la solution commence par une séparation des dossiers, en commençant par la justice et en terminant par la restauration de l’autorité du parlement pour juger les présidents et les ministres ».

Parallèlement, le porte-parole de l’association des familles des martyrs et des victimes du port de Beyrouth, Ibrahim Hoteit, a affirmé que « les membres de l’association compte demander la radiation du juge al-Bitar du dossier de l’enquête afin de poursuivre l’affaire et accéder à la justice. »

le porte-parole de l’association des familles des martyrs et des victimes du port de Beyrouth a également appelé la justice libanaise à s’appuyer sur les informations fournies par la chaine satellitaire libanaise Al-Mayadeen sur les dessous de l’explosion du port de Beyrouth dans le documentaire « La vérité » diffusé en  Novembre dernier.

Après une réunion entre la commission et le chef du Conseil supérieur de la magistrature, le juge Suhail Abboud, au Palais de justice, M. Hoteit a déclaré que « la politique adoptée par Al-Bitar n’est plus acceptable car c’est une politique discrétionnaire et invalide ».

Il est à noter que ce n’est pas la première fois que le porte-parole des familles des martyrs de l’explosion du port de Beyrouth demande au juge Tariq al-Bitar, de se retirer du dossier en raison de sa politisation.

Source: Traduit d'AlMayadeen

https://french.almanar.com.lb/2230791

 

Dans LIBAN

DECLARATION DU PARTI COMMUNISTE LIBANAIS APRES L'INTERDICTION DE SA PAGE FACEBOOK.

Par Le 15/01/2022

13 Mai 2021

Déclaration du parti communiste libanais après l'interdiction de sa page Facebook.
13/5/21 9:27 AM
"Facebook" interdit la page officielle du Parti communiste libanais en raison de son soutien aux luttes du peuple palestinien contre l'occupation.

 

"Facebook" a interdit hier la page officielle du Parti communiste libanais sous prétexte de violation de ses "normes communautaires", affirmant que les posts et les nouvelles publiés par la page soutiennent la terreur et encouragent le meurtre.

 

À cet égard, le bureau des médias du Parti communiste libanais affirme que cette décision est due au parti pris de Facebook pour l'agenda sioniste qui agit pour faire taire toutes les voix de l'opposition et classe les mouvements de résistance et le soulèvement palestinien contre l'occupation comme terroristes.

 

Les véritables accusations contre la page du Parti communiste libanais sont soulevées parce qu'elle nomme les meurtres comme des meurtres, l'occupation comme une occupation, les massacres comme des massacres et les transferts comme des transferts, de la même manière qu'elle nomme les voleurs comme des voleurs, les oppresseurs comme des oppresseurs et les terroristes comme des terroristes. Nous sommes fiers de cela et nous ne nous excusons pas.

 

Nous sommes dans une confrontation holistique avec l'occupation, le sionisme et l'impérialisme par tous les moyens possibles et la guerre médiatique n'est qu'une composante de cette confrontation.

 

Le bureau des médias appelle à condamner cette décision et à organiser une campagne de solidarité avec la liberté de parole et d'action politique, et le droit d'accès aux médias sociaux ainsi qu'à tous les médias sans restrictions politiques imposées par des sociétés privées ayant des agendas, et à diffuser les nouvelles de notre parti et des luttes du peuple palestinien afin de dévoiler les crimes de l'occupation et les mensonges de ses partisans.

 

Nous appelons également à partager et à suivre la nouvelle page du Parti communiste libanais via le lien suivant : https://www.facebook.com/Lebanese.CP.

 

Parti communiste libanais - Bureau des médias

source : 

http://www.solidnet.org/article/Lebanese-CP-Statement-of-the-Lebanese-Communist-Party-after-ban-of-Facebook-page/

Tag(s) : #Liban#Communiste#PCL

Dans LIBAN

LE HEZBOLLAH PLUS FORT QUE L'OTAN-EST

Par Le 10/01/2022

Israël se trouve affronté à une armée bien plus puissante que celle de beaucoup de pays européens

Monday, 10 January 2022 6:35 PM  [ Last Update: Monday, 10 January 2022 6:43 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'image du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'affiche sur l'écran géant entouré de partisans lors d'un discours télévisé. (Archives)

La question de l’occupation de la bande de Gaza a soulevé un débat au sein des milieux politiques et médiatiques de Tel-Aviv, la grande majorité des experts militaires israéliens étant d’avis que l’armée israélienne n’est pas prête à mener une opération militaire au sol pour mettre un terme à la guerre contre le Hamas et d’autres groupes de résistance palestiniens dans la bande de Gaza. Zuhair Andraos revient sur ce sujet dans un article paru par le journal Rai al-Youm. Les lignes qui suivent nous en disent plus.

Un centre d’études israélien sur la sécurité a publié une note signée Ron Tira, dans laquelle le chercheur israélien exprime clairement son opposition à toute opération terrestre. Toute décision de déclencher une opération militaire doit être prise dans le but d’atteindre un objectif à long terme, qui, à son tour, contribuera à la réalisation des objectifs stratégiques de la guerre ». Par la suite, le chercheur israélien fait rappeler que « la stratégie des guerres imbriquées adoptée par Israël face au Hezbollah, a échoué, ne pouvant empêcher le mouvement de résistance libanais de renforcer son arsenal militaire ». « Tout au contraire, on est témoin que la puissance militaire destructrice du Hezbollah ne cesse d'augmenter », ajoute l’article.

Ron Tira se réfère à des sources dignes de confiance basées à Tel-Aviv, pour dire qu’« au grand dam des Israéliens, le Hezbollah possède aujourd’hui une force militaire très dangereuse, et cette force est supérieure à la puissance [militaire] de beaucoup de pays de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ». « De plus, les capacités militaires du Hezbollah ne cessent de s’accroître, et cela inclut les missiles à haute précision, les drones-kamikazes et les missiles sol-air », a-t-il ajouté.

L’arme la moins connue du Hezbollah?

L’arme la moins connue du Hezbollah?

Ce ne sont pas uniquement les remarquables capacités balistiques du Hezbollah qui font peur aux Israéliens...

Il convient de noter que l’auteur de cette étude a préféré ne pas aborder la question de la guerre simultanée sur les fronts du Nord et du Sud, contre le Hezbollah d’une part et la Résistance palestinienne à Gaza, de l’autre.

D’autres rapports en provenance de la Palestine occupée révèlent également la grande panique qui envahit les rangs des Israéliens, au sujet de la puissance militaire du Hezbollah, ses drones d’assaut et de reconnaissance en particulier.

Le journal Haaretz fait allusion aux drones utilisés par le Hezbollah pour la collecte d’informations, sans oublier les drones de la Résistance palestinienne. « Ce qui est en train de se produire dans le ciel nous fera sans nul doute découvrir d’importantes conséquences sur terre », ajoute le journal. À en croire le journal en langue hébraïque, le drone du Hezbollah que les Israéliens prétendent avoir abattu il y a quelques jours est le sixième drone à avoir été visé au cours de cette dernière année. Selon le porte-parole de l’armée israélienne, cette dernière utilise un nouveau mécanisme pour ce qu’elle appelle l’interception des drones du Hezbollah.

Commentant le tweet de l’armée sioniste qui prétend avoir réussi à abattre un drone du Hezbollah alors qu’il s’apprêtait à traverser la frontière avec la Palestine occupée, à des fins de collecte de renseignements, Amos Harel, expert militaire de Haaretz dit : « l’armée israélienne n’explique pas comment elle fait tomber les drones, mais on peut supposer que ce qui est à l’œuvre ici est une combinaison de guerre électronique et peut-être d’interception cinétique. Le Hezbollah se sert également de drones pour examiner le déploiement de l’armée israélienne le long de la frontière et sa capacité de réaction rapide. »

Nasrallah:

Nasrallah: "USA, pires assassins, hypocrites hors pair!"

« En Irak, en Syrie, au Yémen, en Iran, à Gaza, les révolutionnaires puniront les Américains. »

La crainte est bien perceptible car ce que Harel attribue à Israël comme capacité de guerre électronique et que celle-ci applique à un grotesque Quadirotor, le Hezbollah l’a déjà pratiqué en février 2021 quand il a intercepté et capturé un Hermès 450 israélien dans le Sud libanais, quitte à provoquer l’effroi de l’entité, qui a alors commencé à comprendre qu’il se passait quelque chose de très grave au niveau du ciel du sud du Liban, un ciel qui, disons-le, il avait réussi dès 2005 à faire sien, à la faveur d’une frappe aérienne déguisée en attentat anti Rafic Hariri qui a servi de prétexte à ceux qui aujourd’hui cherchent à éliminer le Hezbollah de la scène politique, pour mettre à la porte du Liban l’armée syrienne et sa DCA.

Israël: l'alerte au drone de Nasrallah!

Israël: l'alerte au drone de Nasrallah!

En effet Haaretz, évoque dans la foulée le nom de l’unité Radwan (la force offensive d’élite du Hezbollah) qui utiliserait, tenons-le, « des véhicules aériens sans pilote pour recueillir des renseignements sur les troupes israéliennes ».

« Ces dernières années, après le reflux de la guerre syrienne, le Hezbollah a ramené la majeure partie de l’unité Radwan de Syrie au Liban et a déployé une partie de son personnel dans des villages du Sud libanais ». Rappelons que Radwan, c’est cette redoutable unité d'élite qui a réussi en mars 2020 à démanteler en rien de temps les terroristes pro-Erdogan à Saraqeeb à Idlib, terroristes bien dotés, eux des fameux Bayraktar. C’est encore cette même unité dont les sionistes du front Nord, en Galilée par exemple, attendent anxieusement la descente l’un de ses quatre pour qu'ils « s'emparent de la Galilée » et « l'annexent définitivement ou à la Syrie ou au Liban ».

http://french.presstv.ir/Detail/2022/01/10/674467/Hezbollah-plus-fort-que-l%E2%80%99OTAN

Dans LIBAN

LE SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH LIBANAIS, SEYYED NASRALLAH : « LES USA, LES PIRES ASSASSINS, HYPOCRITES HORS PAIR! »

Par Le 03/01/2022

Nasrallah: "USA, pires assassins, hypocrites hors pair!"

Monday, 03 January 2022 6:28 PM  [ Last Update: Monday, 03 January 2022 7:32 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Capture d'écran de la chaîne Al-Manar montrant le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'un discours télévisé le lundi 3 janvier 2022. ©Al-Alam

Le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah, a prononcé un discours le lundi 3 janvier à l’occasion du deuxième anniversaire de la mort en martyr de l’ancien commandant de la force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique, le général de corps d’armée Qassem Soleimani, et de son camarade de combat et numéro 2 des Unités de mobilisation populaire d’Irak, Abou Mahdi al-Mohandes.

Tout au début de son discours, Seyyed Hassan Nasrallah a tenu également à présenter ses condoléances à l’occasion de la mort en martyr de l’ancien ambassadeur d’Iran à Sanaa, Hassan Irlou, un homme qui a beaucoup aidé le Hezbollah libanais, selon les dires de son secrétaire général.

En ce qui concerne l’assassinat du général martyr Soleimani, Nasrallah a affirmé : « Nul besoin de mener une enquête pour déterminer les auteurs de ce “crime” ; les États-Unis l’ont officiellement revendiqué. Ce crime a certes des conséquences sur divers plans, notamment des conséquences militaires et ce sera toujours le cas à l’avenir. »

Nasrallah a rappelé qu’avant l’assassinat du général Soleimani, les Américains avaient commis d’autres crimes en Irak. « Tout le monde se souvient des crimes commis à la prison d’Abou Ghraib ; de même, le rôle de l’Amérique dans la création de Daech est indéniable et elle est complice dans tous les crimes de ce groupe terroriste », a-t-il ajouté.

« Washington a inventé Daech afin de faire revenir son armée en Irak ; l’Amérique est un criminel, un hypocrite dont l’Histoire n’a jamais eu de semblable », a indiqué Nasrallah, et d’ajouter : « l’Iran était la première partie à rester aux côtés du peuple irakien face à un Daech que les Américains avaient amené au pays. La sécurité dont jouit aujourd’hui l’Irak a été obtenue par le sang des martyrs. »

Ailleurs dans son discours, Nasrallah a affirmé qu’il serait injuste de faire un parallèle entre une Amérique criminelle et meurtrière, et l’Iran, qui a toujours soutenu l’Irak. « Idem pour toute sorte de comparaison entre l’Iran et l’Arabie saoudite ».

À tous les Résistants...

À tous les Résistants...

« L’Arabie saoudite envoyait des terroristes suicidaires et des voitures piégées en Irak pour massacrer le peuple irakien, alors que l’Iran y expédiait ses fils pour protéger le peuple irakien », a-t-il précisé.

« Hadj Qassem se lança dans la résistance contre les usurpateurs américains. Il a eu un rôle important dans l’établissement des groupes de résistance en Irak ». « Il leur fournissait des aides financières et sous forme d’armement ; mais en plus, il leur donnait de l’espoir et de la confiance en soi, jusqu’à ce que la grande victoire a été réalisée », a affirmé Nasrallah en allusion à la victoire de la Résistance irakienne dans la lutte pour obtenir le retrait total des forces occupantes américaines de ce pays.

À ce sujet, le secrétaire général du Hezbollah est entré dans les détails. « Ben Salmane l’a annoncé lui-même :“les Américains nous ont demandé de propager la pensée wahhabite.” Le prince Tayef ben Abdelaziz a parlé de centaines de Saoudiens qui ont effectué des attentats suicides en Irak ; il a lui-même affirmé que les services de renseignements irakiens étaient au courant du fait que l’Arabie saoudite gérait les opérations suicides ».

Nasrallah a également affirmé que les États-Unis étaient responsables de tous les crimes commis par Israël en Palestine et dans toute la région. « La partie qui a massacré les Syriens et poussé la Syrie dans une guerre dévastatrice était l’Amérique ». « Et ceux qui sont venus protéger et sauver le peuple syrien, c’étaient le martyr Soleimani et ses camarades de combat », a ajouté Nasrallah, avant de souligner : « Les auteurs de ce crime recevront leur châtiment ici-bas ; c’est la promesse, non-seulement des Iraniens, mais de tous les révolutionnaires et épris de liberté dans le monde. »

« C’est encore la base américaine d’al-Tanf en Syrie qui recrute de nouveaux éléments pour Daech », a-t-il précisé.

Quant à la guerre au Yémen, Nasrallah a indiqué que les USA ont été les premiers responsables de cette guerre d’agression dont l’exécution avait été confiée à l’Arabie saoudite.

Soleimani : la Résistance continue

Soleimani : la Résistance continue

Général Soleimani, soldat courageux et dévoué de l’ordre sacré de la République islamique.

« Les États-Unis sont aussi responsables des crimes d’Israël au Liban, toutes ces guerres, ces frappes aériennes, toutes ces tueries. Comment  peuvent-ils s’attendre à ce que nous voyions en l’Amérique un pays ami ? »

« L’Arabie saoudite a soutenu les terroristes ; nous n’avons pas attaqué l’Arabie ; ce sont les Saoudiens qui sont devenus complices de la guerre contre la région. Le terroriste est celui-même qui envoie des milliers takfiristes en Syrie et en Irak. » « Quant à nous, nous sommes fiers d’avoir résisté face à ces criminels qui ont comploté contre notre pays et notre peuple », a-t-il affirmé.

« Et partout où des meurtriers américains étaient présents, le général Soleimani l’était aussi pour changer le rapport de force », a-t-il indiqué.

« Ceux qui sont impliqués dans l’assassinat des commandants de la victoire, que ce soit des planificateurs ou des auteurs, ils seront punis pour leurs actes criminels dans ce monde avant de passer au jugement dernier », a réitéré Nasrallah, d’après qui « l’assassinat criminel des commandants de la victoire a provoqué une nouvelle étape d’éveil et ouvert un nouveau chapitre dans la bataille ».

Hassan Nasrallah a aussi et surtout affirmé que la tolérance envers la présence des forces américaines en Irak c’est accepter que les commandants Soleimani et Al-Mohandes soient assassinés pour une seconde fois.

« Le sang précieux de nos martyrs nous apprend que la tyrannie se poursuivra tant que l’Amérique a une mainmise sur la région », a souligné le chef du mouvement de résistance libanais.

Et pour finir, Nasrallah a ajouté : «  Les Américains finiront par se retirer de cette région ; le sang des martyrs nous apprend que l’Amérique est l’origine de l’agression et de l’occupation dans la région. Donc, considérez en tout temps, l’Amérique comme ennemi. »

USA en Irak: le temps des cercueils!

USA en Irak: le temps des cercueils!

Ultimatum de la Résistance expiré; 1ère méga-opération, imminente.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/01/03/674008/discours-nasrallah-anniversaire-mort-martyre-soleimani-

Dans LIBAN

L'ARMEE LIBANAISE TRAVERSE UNE CRISE MAJEURE

Par Le 22/12/2021

L’armée libanaise traverse une crise majeure

 Depuis 1 heure  22 décembre 2021

joseph_aoun

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Le commandant des forces armées libanaises, le général Joseph Aoun, a annoncé que l’institution militaire traverse une crise majeure qui pourrait durer.

S’adressant aux officiers lors d’une réunion extraordinaire tenue à Yarzeh, Aoun a déclaré qu’il ne ménagera aucun effort pour fournir une aide à l’armée, y compris une aide financière.
« Les sacrifices et les efforts des soldats ont empêché l’effondrement du Liban malgré ce qui s’est passé depuis octobre 2019 jusqu’à aujourd’hui. Des manifestations en passant par l’épidémie du Covid-19 et jusqu’à l’explosion du port, le Liban a connu des situations de crise, mais nous avons pu préserver la paix civile grâce à la confiance de notre peuple et de la communauté internationale en nous, et cela a encouragé beaucoup à nous aider », a-t-il indiqué.

Il a souligné que ses visites dans plusieurs pays visaient à apporter une aide à l’armée, et a déclaré qu’il ne ménagerait aucun effort pour obtenir « ce qui préserve la dignité des militaires et de sa famille ».

Concernant les négociations indirectes pour la délimitation des frontières maritimes, le général Aoun a estimé que « l’armée a rempli son devoir national en exigeant les droits maritimes du Liban et a fait preuve d’un grand professionnalisme et d’une grande moralité, en attendant la décision politique pour trancher la question ».

Le commandant de l’armée libanaise a abordé la question de désertion d’un certain nombre de soldats et la demande de démission d’autres. Selon lui, les rumeurs exagèrent les chiffres et qu’un grand nombre d’entre eux sont revenus et se sont réengagés, après avoir découvert que le les garanties fournies par l’armée ne pouvaient être offertes nulle part ailleurs.

Avertissant que « le conflit est à quelques pas », il a souligné qu’il ne permettra pas que cela se produise : « les militaires doivent se rendre compte qu’ils sont confrontés à une mission sacrée, car l’expérience de 1975 a été une expérience amère et nous ne permettrons pas que cela se reproduise. Personne n’accepte le retour du contrôle des milices et de vivre sous la merci des gangs armés, du terrorisme ou de la drogue ».

Concernant la crise économique, le commandant de l’armée a dit s’attendre à ce que quelle se poursuive, mais il a indiqué qu’il existe des scénarios pour affronter le pire. « C’est une crise et elle va passer. L’important est que nous résistions à cette tempête jusqu’à ce qu’elle se termine », a-t-il souligné.

Le commandant de l’armée a indiqué que, dans les circonstances actuelles, la direction avait pris un certain nombre de mesures d’austérité qui tiennent compte des conditions de l’armée en termes de préparation et de service, et encourage les initiatives entreprises par certaines unités, telles que l’exploitation des terres agricoles et la création de petites usines de production pour garantir les produits de première nécessité et les besoins quotidiens. Il a aussi fait état d’un plan de transport pour les militaires indiquant que l’armée a acheté des bus et des camionnettes qui seront bientôt mis en service, pour résoudre le problème de la mobilité militaire.

Sur les services médicaux et sanitaires, il a mentionné que l’armée fournit toujours les meilleurs services médicaux à ses membres malgré la détérioration des conditions, soulignant la recherche du maintien du niveau de ces services.

Le Liban traverse depuis fin 2019 la pire crise économique qu’il ait connue depuis son indépendance.

Source: Médias

  

https://french.almanar.com.lb/2216293

Dans LIBAN

LIBAN : 1,8 MILLION D'ENFANTS FRAPPES PAR LA PAUVRETE

Par Le 19/12/2021

Crise au Liban: 1,8 million d’enfants touchés par la pauvreté

Crise au Liban: 1,8 million d’enfants touchés par la pauvreté

folder_openLiban access_timedepuis un jour

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

Plus d'un million d'enfants sont menacés de violences directes au Liban, alors que le pays souffre d'une crise socio-économique et financière inédite, a mis en garde vendredi l'ONU dans un nouveau rapport. Le Liban traverse depuis 2019 la pire crise économique de son histoire, sa monnaie nationale a déjà perdu 90% de sa valeur et quatre Libanais sur cinq vivent désormais sous le seuil de pauvreté de l'ONU.

«Un enfant sur deux risque de subir des violences physiques, psychologiques ou sexuelles, alors que les familles peinent à survivre en raison de l'aggravation de la crise dans le pays», indique le rapport du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef).

«Avec l'augmentation des tensions dans les foyers, la fermeture des écoles en raison de la pandémie et la détérioration des services sociaux, plus d'un million d'enfants au Liban risquent d'être des victimes de violences directes», précise le document. Selon l'Unicef, le nombre d'enfants victimes de maltraitances qui sont pris en charge par l'agence a augmenté de 44% en un an, alors que le nombre d'enfants touchés par la pauvreté a doublé pour atteindre 1,8 million. Ces enfants risquent «le travail ou le mariage forcés pour aider leurs familles à subvenir à leurs besoins». Une enquête menée en octobre a montré que 12% des familles interrogées avaient envoyé au moins un enfant travailler, contre 9% il y a six mois.

Certains, âgés de six ans, travaillent dans des fermes et dans les rues ou vendent illégalement du carburant, mettant ainsi leur vie en danger, indique le rapport. Des familles, notamment syriennes, cherchent désespérément à marier leurs filles pour obtenir en échange une dot. Le Liban affirme accueillir plus d'1,5 millions de réfugiés syriens ayant fui la guerre dans leur pays. «Certaines familles dans le besoin abandonnent leurs nourrissons dans la rue, sans mentionner la hausse des enlèvements contre rançons», indique encore l'agence onusienne.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/12/19/672963/Israel-Dome-de-fer-Espionnage-Bases-Fusillade-Arrestation-Gaza-Khaled-Mechaal-Cause-Palestinienne-

 

liban enfants pauvrete

Dans LIBAN

LIBAN : RUPTURE DES LIENS ENTRE LE FATAH ET LE HAMAS

Par Le 15/12/2021

Rupture des liens entre le Fatah et le Hamas au Liban

 Depuis 3 heures  15 décembre 2021

fatah_hamas

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Rien ne va plus entre le Fatah et le Hamas au Liban. Les liens sont désormais coupés entre les deux mouvements palestiniens.

Leurs relations se sont dégradées depuis l’évènement sanguinaire qui s’est passé le samedi 12 décembre dans le camp des réfugiés palestiniens Bourj al-Chamali, proche de la ville de Tyr au sud du Liban.

Lors des obsèques d’un militant du Hamas, Hamza Chahine, décédé la veille dans une explosion accidentelle d’un dépôt dans le camp contenant entre autres des bombonnes d’oxygène destinées aux malades contaminés au covid-19, des membres du Fatah ont ouvert le feu sur le cortège funèbre et tué 4 personnes.

Cheikh Ali al-Youssef, le vice-président de la Ligue des oulémas de la Palestine qui participait à la marche funèbre, a précisé que lorsque les participants au cortège funèbre sont arrivés à l’entrée du cimetière, ils ont trouvé des hommes armés dans la permanence du Fatah qui y est établi. Ils étaient armés et prêts à ouvrir le feu.
« Les tirs de feu sont venus d’un seul côté, du bureau du Fatah et 4 personnes ont été tués dans ce crime », a-t-il indiqué.

Le Hamas a avancé une version similaire.

Deux des victimes étaient venus du camp de Miyé miyé et les deux autres de celui de Aïn al-Héloué, tous les deux proches de Saïda.

Selon al-Youssef, à la veille des obsèques, un accord avait été conclu de concert avec toutes les factions et forces nationales et islamiques et en coordination avec les autorités libanaises pour participer ensemble aux obsèques et en faire une cérémonie nationale. Il était également prévu que l’ambassadeur de la Palestine au Liban Achraf Dabbour y participe. Mais ce dernier s’est abstenu de venir ainsi que la direction du Fatah.

Le Fatah a décidé de suspendre toutes formes de liaison et de contact avec le Hamas, à tous les niveaux, et dans toutes les régions libanaises, a précisé un communiqué publié par sa direction le mardi 14 décembre.
La direction du Fatah y accuse le Hamas « d’avoir dès le premier jour, lancé des déclarations arbitraires et des accusations aléatoires et trompeuses, et des campagnes d’incitation et d’incitation contre les Forces nationales de sécurité, avant la fin de l’enquête des services de sécurité libanais et de la justice libanaise sur ce crime odieux ».

Le texte reproche aussi au Hamas son comportement  malgré les condamnations exprimées par la direction des factions de l’OLP, du mouvement  Fatah et de l’ambassadeur de l’État de Palestine au Liban, Achraf Dabour, et malgré la compassion qu’ils ont exprimés aux familles des martyrs, les condoléances qu’ils leur ont présentées et leurs déclarations qu’ils sont prêts à coopérer et à remettre à la justice libanaise toute personne avérée impliquée dans ce crime.
« Et c’est ce qui a été fait », insiste le communiqué.

En riposte aux évènements du camp Bourj al-Chamali, le Hamas a suspendu son adhésion à la Force conjointe qui compte dans ses rangs des éléments des différentes factions au Liban dont les mouvements Fatah, Hamas et Jihad islamique. Le mouvement de résistance islamique a aussi décidé de rompre les liens avec toutes les parties affiliées à la Sécurité nationale palestinienne.

Source: Divers

https://french.almanar.com.lb/2212113

Dans LIBAN

POUR QUI RAME MACRON AU LIBAN?

Par Le 09/12/2021

 

Pour qui rame Macron au Liban?

Thursday, 09 December 2021 5:52 PM  [ Last Update: Thursday, 09 December 2021 5:52 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Emmanuel Macron et le prince héritier saoudien Mahammed ben Salmane, le 4 décembre 2021. ©Reuters

Le Liban attend toujours les résultats de la récente intervention française pour résoudre la crise entre Beyrouth et Riyad, mais les experts ont mis en garde contre des résultats inverses qui pourraient plonger le pays dans de nouveaux conflits et le mettre dans un cycle de crises politiques et d'effondrement économique.

Il est vrai que le président français Emmanuel Macron a réussi samedi à « garantir » le contact entre le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane et le Premier ministre libanais Najib Mikati, mais les experts estiment que derrière cela se trouvent des « objectifs internes et externes » que recherche Macron.

Najib Mikati a estimé, dans un communiqué, que le contact était une « étape importante » pour relancer les relations avec Riyad, après leur détérioration à un niveau sans précédent, suite aux déclarations sur la guerre au Yémen faites par Georges Kordahi, ancien ministre de l’Information du Liban.

Examinant la déclaration conjointe franco-saoudienne, à l'issue de la visite de Macron à Djeddah, certains experts politiques estiment que le président français « vend des illusions aux Libanais », compte tenu de la difficulté de la mise en œuvre de ce que la déclaration contient sur le terrain au Liban. Ce qui pourrait ouvrir une nouvelle porte à l'affrontement politique au Liban.

Lire aussi : Ventes d'armes: le sale commerce de la France

Déclaration conjointe

Au lendemain de la démission de Kordahi, et à l'issue de la visite de Macron dans la ville saoudienne de Djeddah samedi, une déclaration conjointe a été publiée entre Riyad et Paris qui a abordé la question libanaise et incluait « la nécessité de limiter les armes à l'État institutions, et l’affirmation des résolutions internationales de 1559, 1701 et 1680. »

Ces résolutions émises par le Conseil de sécurité de l'ONU remontent aux années 2004 et 2006, et une partie de leur contenu constitue un sujet litigieux parmi les forces politiques au Liban, notamment celles qui stipulent le désarmement des groupes libanais.

Le Hezbollah, allié de l'Iran, possède un important arsenal d'armes et de missiles, et a mené pendant de nombreuses années des affrontements contre Israël, qui s'est retiré en 2000 de la plupart des régions qu'il occupait dans le sud du Liban.

Les forces politiques libanaises accusent généralement le Hezbollah de menacer l'arène interne avec ces armes, tandis que le groupe affirme qu'il se consacre exclusivement à la défense du Liban contre Israël, qui continue d'occuper les terres libanaises.

Macron a piégé Ben Salmane?

Macron a piégé Ben Salmane?

Khashoggi: où en sont les relations entre Paris et Riyad ?

Historiquement, des relations chaleureuses ont prévalu entre Riyad et Beyrouth, mais elles se sont tendues depuis 2016, lorsque l'Arabie saoudite a accusé le Hezbollah (un allié du président libanais Michel Aoun) d’influencer les décisions politiques et sécuritaires dans le pays, et d’une intervention au Yémen  avec le soutien de groupes travaillant contre Riyad.
L'Arabie saoudite dirige, depuis 2015, une coalition qui mène des opérations militaires au Yémen en soutien aux forces pro-gouvernementales, face aux forces d’Ansarallah, qui contrôlent depuis 2014 certains gouvernorats, dont la capitale yéménite, Sanaa (nord du pays).

Lire aussi : Jupiter au pays de Ben Zayed

Choc pour l'Iran et le « Hezbollah »

Les pays occidentaux et régionaux, dirigés par l'Arabie saoudite, prétendent que l'Iran a un programme expansionniste dans la région et cherche à produire des armes nucléaires, tandis que Téhéran affirme qu'il est attaché à des relations de bon voisinage et que son programme nucléaire est conçu à des fins pacifiques.

Munir al-Rabaie, écrivain et analyste politique, a déclaré à Anatoli : « La position de Macron reflète un choc sur les Iraniens et le Hezbollah, alors que l'administration française était récemment en contact avec le Hezbollah et en pleine coordination avec Téhéran, la récente déclaration a pour but de cibler ce parti. »

Il a poursuivi : « Avec cela, Macron, s'appuyant sur le Liban et ses relations avec le golfe Persique et son enthousiasme pour la signature de l'accord nucléaire entre les grandes puissances et l'Iran, mène sa bataille présidentielle à l'intérieur de la France et cherche à renforcer sa présence dans le Moyen-Orient. »

En avril 2022, débuteront les élections présidentielles au cours desquelles Macron cherche à remporter un second mandat.

Lire aussi : Bouleversement majeur, la Résistance yéménite manie hélico et avions de chasse...

Grosse escalade

Al-Rabie, expert politique,estime à cet égard que « s'il y a du sérieux et une insistance franco-saoudienne sur la mise en œuvre des dispositions de la déclaration commune, cela reflétera une escalade majeure au Liban ».

« Le premier à en payer le prix est le Premier ministre Najib Mikati, à la lumière des soupçons du Hezbollah sur ces développements, qui conduiront à une nouvelle crise politique et à une division supplémentaire. Mais si la position française n'est que verbale et formelle, cela maintiendra le Liban sur la voie actuelle, c'est-à-dire sur la voie de l'effondrement économique », a-t-il expliqué. 

Depuis deux ans, le Liban connaît la pire crise économique de son histoire, avec l'effondrement de la monnaie locale, la lire, et la raréfaction des médicaments, du carburant et autres produits de base, en plus d'une forte baisse du pouvoir d'achat. Les experts disent que le boycott saoudien du Liban a de graves répercussions économiques et financières, à la lumière de la baisse des investissements des Etats du golfe Persique dans le pays et de la décision de Riyad d'arrêter toutes les importations en provenance du Liban.

L'initiative précédente a échoué

Ce n'est pas la première fois que Macron tente d'intervenir par le biais d'une soi-disant « initiative » pour résoudre une crise politique libanaise, comme il y a eu une tentative quelques jours après l'explosion du port de la capitale, Beyrouth, le 4 août 2020.
A cette époque, Macron a lancé une « initiative » pour résoudre la crise dans le pays après la démission du gouvernement d'Hassan Diab, sur fond de l'énorme explosion qui a tué 217 personnes et blessé environ 7.000 autres, et à la lumière d'une grave crise économique.

Cependant, les observateurs ont considéré plus tard que « l'initiative » a échoué et que le vide gouvernemental s'est poursuivi pendant 13 mois avant la formation du gouvernement Mikati, en septembre dernier, et après environ un mois, la crise diplomatique avec l'Arabie saoudite a éclaté.

Des armes françaises qui tuent?

Des armes françaises qui tuent?

Les bombes fournies par la France à Riyad et Abou Dhabi sont utilisées au Yémen.

Gagnants et perdants

Selon le politologue Faisal Abdel-Sater, ce qui a été qualifié dans les médias d'« initiative française pour résoudre la crise entre l'Arabie saoudite et le Liban » a été précédée d'une condition, qui est la démission de Kardahi, et c'est ce qui s'est réellement passé, avec l'objectif d'ouvrir la porte à la résolution de la crise par Macron.

Lire aussi : Ansarallah venge le sang des Yéménites

Cependant, Abdul Sater, proche du Hezbollah, a exprimé sa conviction, dans une interview à l'agence Anadolu, que « la démission de Kardahi n'est peut-être pas le début de la résolution de la crise, car tout le monde sait que le problème ne vient pas des déclarations de Kardahi, mais plutôt Au-delà de ça. 

Il a poursuivi : « Les Américains et le monde entier sont déjà intervenus et ont publié des résolutions du Conseil de sécurité concernant les armes du Hezbollah par le biais des résolutions 1559 et 1701, et elles sont toujours en suspens, en particulier concernant le désarmement du parti ou la confiscation des armes au Liban entre les mains de l'armée. »
Il a ajouté : « Le résumé de ce qui s'est passé est que le président Macron nous vend des illusions, et la politique qu’il suit peut restaurer sa présence dans la région, mais sans que cela ait un impact positif sur le Liban. »

La visite de Macron est la première d'un dirigeant occidental en Arabie saoudite depuis le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, à l'intérieur du consulat de son pays à Istanbul, en Turquie, en octobre 2018, qui a suscité l'opinion publique mondiale.

Quant à l'activiste politique Samir Skaf, il a déclaré à l'agence Anadolu que « le rôle de Macron au Liban, quelle que soit son intention, conduit à l’instabilité de la même autorité contre laquelle le peuple s'est soulevé lors des manifestations massives qui ont éclaté fin 2019 et ont duré plusieurs mois. »

Lire aussi : Golfe Persique : que cherche Jupiter ?

Ce dernier a ajouté qu'« un soutien international est requis pour le Liban, mais ce soutien doit être directement destiné à la population, tant sur le plan économique que sur les conditions de vie, en plus d'aider à organiser et à surveiller des élections équitables. »
Et il a ajouté : « Nous pensons que cette autorité doit être changée ; parce que c'est ce qui a conduit le Liban à l'enfer dans lequel nous sommes. »

http://french.presstv.ir/Detail/2021/12/09/672322/Beyrouth-Riyad%C2%A0a-quoi-mene-l%E2%80%99intervention-francaise

Dans LIBAN

LE LIBAN RECOIT UN DON DE VACCINS ET DE MATERIEL MEDICAL DE LA CHINE

Par Le 30/11/2021

Le Liban reçoit un don de vaccins et de matériel médical de la Chine

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-11-30 à 03:33


(Xinhua/Bilal Jawich)

BEYROUTH, 29 novembre (Xinhua) -- Le Liban a reçu lundi de la Chine un don composé d'un deuxième lot de doses du vaccin chinois de Sinopharm contre la COVID-19, de 100 respirateurs et de 100 lits d'hôpitaux.

L'ambassadeur de Chine au Liban, Qian Minjian, a déclaré que ce don avait été effectué à l'occasion du 50e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.

"Nous espérons que ce lot de vaccins et de matériel médical contribuera aux efforts déployés par le Liban pour renforcer sa lutte contre la pandémie", a déclaré M. Qian lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à l'aéroport de Beyrouth.

Il a expliqué que la Chine souhaitait garantir une distribution équitable et à faible coût de ses vaccins, afin de faire du vaccin chinois un bien mondialement utile.

Le ministre libanais de la Santé Firas Abiad a déclaré que ce don arrivait à point nommé, le Liban étant en ce moment confronté à une crise financière sans précédent, qui n'est pas sans conséquences sur le secteur de la santé.

Il a noté que ces vaccins permettraient de renforcer la campagne de vaccination du pays, qui est confronté à une augmentation des cas d'infection à la COVID-19. Les lits d'hôpitaux et les respirateurs consolideront quant à eux la capacité des hôpitaux à recevoir davantage de patients si le besoin s'en fait ressentir.

Le Liban a reçu un premier lot de vaccins chinois contre le coronavirus en avril. Ces vaccins ont été administrés par l'armée libanaise, les douanes, les services sociaux et divers départements et ministères publics. Fin

 
(Xinhua/Bilal Jawich)

 
(Xinhua/Bilal Jawich)

 
(Xinhua/Bilal Jawich)

 

 

 

 
http://french.news.cn/2021-11/30/c_1310341382.htm
 

Discours de Xi Jinping lors de la cérémonie d'ouverture de la 8e Conférence ministérielle du FCSA (TEXTE INTEGRAL)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-11-29 à 22:58

BEIJING, 29 novembre (Xinhua) -- Le président chinois, Xi Jinping, a prononcé lundi un discours clé par liaison vidéo lors de la cérémonie d'ouverture de la huitième Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA).

Veuillez trouver ci-joint la traduction en français de l'intégralité du texte du discours. Fin

Discours de Xi Jinping lors de la cérémonie d'ouverture de la 8e Conférence ministérielle du FCSA (TEXTE INTEGRAL)

http://french.news.cn/2021-11/29/c_1310341203.htm

 

Les présidents chinois et chypriote décident d'élever les relations bilatérales au niveau d'un partenariat stratégique

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-11-30 à 22:22

BEIJING, 30 novembre (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping et son homologue chypriote Nicos Anastasiades ont salué mardi le développement des relations sino-chypriotes au cours des 50 dernières années, décidant ensemble d'élever ces relations au niveau d'un partenariat stratégique.

Les deux chefs d'Etat ont pris cette décision au cours d'un entretien téléphonique avant le 50e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques bilatérales.

M. Xi a indiqué que depuis l'établissement des relations diplomatiques il y a 50 ans, les deux pays avaient réussi à donner l'exemple de relations amicales entre les grands et les petits pays.

Sur le plan politique, les deux pays se soutiennent fermement dans leurs intérêts fondamentaux et leurs préoccupations majeures et sont des amis qui se font mutuellement confiance, a-t-il déclaré. Il a ajouté que sur le plan économique, les deux pays ont réalisé une coopération fructueuse dans des domaines tels que l'énergie et les télécommunications et sont des partenaires dans la construction conjointe de la Ceinture et la Route.

Les échanges entre les peuples et la coopération bilatérale dans les domaines de l'éducation, du tourisme et de la culture sont également devenus de plus en plus étroits, selon M. Xi.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, a-t-il souligné, les deux parties se sont soutenues mutuellement et ont fait front commun dans les bons comme dans les mauvais jours, et la nature stratégique des relations entre la Chine et Chypre est devenue de plus en plus importante.

Notant que la Chine et Chypre annoncent officiellement l'établissement d'un partenariat stratégique à l'occasion du 50e anniversaire de leurs relations diplomatiques, le président chinois a déclaré qu'il s'agissait d'une décision politique prise par les deux pays conformément à la tendance de l'époque, ce qui insufflera une forte impulsion au développement futur des relations bilatérales.

Pendant leur entretien téléphonique, M. Xi a avancé une proposition en quatre points sur le développement des relations entre la Chine et Chypre à partir d'un nouveau point de départ.

Premièrement, les deux parties devraient s'engager à se traiter sur un pied d'égalité, à respecter le système social de l'autre et le chemin de développement choisi indépendamment par leurs peuples, et à respecter leurs intérêts fondamentaux et leurs préoccupations majeures, a-t-il énoncé.

Deuxièmement, les deux parties devraient promouvoir une coopération mutuellement bénéfique plus profonde et plus concrète et approfondir la coopération dans la construction commune de la Ceinture et la Route, a-t-il poursuivi.

D'après M. Xi, la partie chinoise est ravie de voir davantage de produits agricoles et alimentaires chypriotes de haute qualité sur le marché chinois, encourage les entreprises chinoises à prendre une part active dans l'économie verte et la transformation numérique de Chypre ainsi que dans sa reprise et son développement post-pandémiques, et salue la participation active de Chypre à l'Initiative pour le développement mondial.

Le troisième point est de maintenir la bonne direction du développement des relations entre la Chine et l'Union européenne (UE).

La Chine et l'UE sont des partenaires stratégiques globales et devraient rester attachées à l'orientation générale de leur coopération, a noté M. Xi.

La partie chinoise est prête à avoir un dialogue franc avec la partie européenne et à gérer correctement leurs divergences, a-t-il assuré, exprimant l'espoir que Chypre puisse appeler l'UE à travailler avec la Chine pour assurer un développement sain et stable des relations entre la Chine et l'UE sur la bonne voie.

Le quatrième point est la défense d'un ordre international juste et raisonnable.

M. Xi a déclaré que la démocratie est une valeur commune à toute l'humanité, ajoutant que la démocratie n'existe pas sous une seule forme ou n'a pas qu'une seule norme, et qu'aucun pays ne devrait être autorisé à monopoliser l'interprétation de la démocratie pour ensuite l'imposer aux autres.

La Chine est prête à travailler avec la communauté internationale, y compris Chypre, pour défendre l'équité et la justice et promouvoir la démocratisation des relations internationales, afin que les peuples de tous les pays puissent réellement jouir de droits et de libertés plus larges et plus substantiels, a ajouté le président chinois. Fin

http://french.news.cn/2021-11/30/c_1310343552.htm

 

Xi Jinping adresse un message de félicitations à une réunion de l'ONU consacrée à la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-11-30 à 11:34

BEIJING, 30 novembre (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a adressé un message de félicitations à une réunion tenue lundi par les Nations Unies pour marquer la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien.

Dans son message, M. Xi a indiqué que la question palestinienne constitue le nœud de la problématique du Moyen-Orient.

Une solution complète, juste et durable de la question palestinienne, la coexistence pacifique entre la Palestine et Israël, et le développement commun des nations arabe et juive, sont en conformité avec les intérêts communs de la Palestine et d'Israël, l'objectif à long terme de la stabilité régionale ainsi que les aspirations partagées de tous les pays et des peuples qui sont épris de paix et de justice, a déclaré M. Xi.

Le règlement de la question palestinienne passera par une adhésion aux principes et à la direction corrects, a-t-il estimé, ajoutant que la communauté internationale devrait défendre l'objectivité et la justice, prôner la tolérance et le respect mutuel, et profiter de l'occasion offerte par le 30e anniversaire de la Conférence de paix de Madrid pour accorder un soutien accru à la reprise d'un dialogue d'égal à égal entre la Palestine et Israël sur la base de la solution à deux Etats.

Parallèlement, la communauté internationale devrait, selon M. Xi, continuer à aider le peuple palestinien à lutter contre la pandémie de COVID-19, tout en améliorant efficacement l'économie, le bien-être et la situation humanitaire en Palestine.

La Chine attache une grande importance à la question palestinienne et soutient la juste cause du peuple palestinien à restaurer ses droits légitimes en tant que nation, a-t-il poursuivi.

Concernant la question palestinienne, la Chine défendra toujours l'équité et la justice, facilitera activement les pourparlers de paix et continuera d'accorder des assistances humanitaires, de développement, anti-pandémie et d'autres à la partie palestinienne, tout en soutenant les efforts déployés par l'ONU à cet égard, a signalé M. Xi.

La Chine demeure une amie sincère du peuple palestinien. En tant que membre permanent du Conseil de sécurité et grand pays responsable, elle continuera de travailler avec la communauté internationale pour contribuer positivement à la résolution de la question palestinienne ainsi qu'à la réalisation d'une paix et d'une stabilité durables dans la région du Moyen-Orient, a affirmé le chef de l'Etat chinois. Fin

http://french.news.cn/2021-11/30/c_1310342467.htm

 

(Multimédia) Le MAE chinois salue la réunion du FCSA comme une nouvelle étape clé dans les relations sino-africaines

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-11-30 à 06:05

Un lot de vaccins anti-COVID-19 de Sinopharm offert par la Chine est arrivé à Malabo, en Guinée équatoriale, le 10 février 2021. (Xinhua/Li Boyuan)

La Chine et l'Afrique chercheront à établir une communauté de destin Chine-Afrique dans la nouvelle ère et définiront un projet pour le développement des relations sino-africaines au cours des trois prochaines années et au-delà.

DAKAR, 29 novembre (Xinhua) -- Le conseiller d'Etat et ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré dimanche à Dakar que la 8e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) serait une nouvelle étape clé dans les relations entre la Chine et l'Afrique.

M. Wang a tenu ces propos lors d'une conférence de presse conjointe avec la ministre sénégalaise des Affaires étrangères, Aïssata Tall Sall, après leur réunion.

Le conseiller d'Etat et ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi (à gauche) et la ministre sénégalaise des Affaires étrangères Aïssata Tall Sall participent à une conférence de presse conjointe à Dakar, capitale du Sénégal, le 28 novembre 2021. (Xinhua/Liu Chang)

M. Wang, qui a relevé le fait que la situation présente était un moment important pour la lutte mondiale contre la pandémie et pour la reprise économique, a souligné que le Sénégal avait répondu aux grandes attentes de divers pays africains pour organiser la conférence à la date prévue en surmontant l'impact de la pandémie. Cela démontre la détermination partagée par la Chine et l'Afrique à surmonter ensemble les difficultés et à réaliser un développement commun, tout en illustrant la communauté de destin sino-africaine.

Le chef de la diplomatie chinoise a une nouvelle fois remercié le gouvernement et le peuple sénégalais pour leurs contributions majeures à la tenue de cette conférence.

Le FCSA, selon lui, est une plate-forme essentielle pour le dialogue collectif et un mécanisme efficace de coopération pratique entre la Chine et l'Afrique. En outre, le forum est devenu un paradigme de la coopération internationale en matière de développement et un modèle pour la coopération Sud-Sud grâce à 20 années d'efforts conjoints des deux parties.

Le conseiller d'Etat et ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi (à droite) salue avec un coup de coude le ministre zimbabwéen des Affaires étrangères Frederick Shava à la veille de l'ouverture de la 8e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) à Dakar, Sénégal, le 28 novembre 2021. (Xinhua/Liu Chang)

Depuis la création du forum, les entreprises chinoises ont construit pour l'Afrique plus de 10.000 km de voie ferrée, près de 100.000 km d'autouroute, environ 1.000 ponts, 100 ports et plus de 80 centrales énergétiques de grande échelle, a rappelé M. Wang, ajoutant que les sociétés chinoises avaient aussi aidé les pays africains à construire plus de 130 établissements médicaux, 45 gymnases et plus de 170 écoles, et formé plus de 160.000 professionnels dans divers domaines pour le continent.

Il a relevé que les équipes médicales chinoises avaient traité à ce jour 230 millions de patients en Afrique et qu'un service de réseau financé par la Chine était utilisé par 700 millions de terminaux d'utilisateurs. D'après le ministre, il est aujourd'hui possible d'observer les réalisations de la coopération sino-africaine dans toute l'Afrique et au niveau des communautés locales et des familles.

Le conseiller d'Etat et ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi (à droite) salue avec un coup de coude la ministre mozambicaine des Affaires étrangères et de la Coopération Veronica Macamo à la veille de l'ouverture de la 8e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) à Dakar, Sénégal, le 28 novembre 2021. (Xinhua/Liu Chang)

La solidarité et l'aide mutuelle entre la Chine et l'Afrique ont non seulement consolidé le statut politique indépendant de l'Afrique mais aussi renforcé ses capacités de développement durable, dépeignant ainsi un tableau remarquable de l'amitié sino-africaine, a-t-il ajouté.

Après le Sommet de Beijing de 2018 et la 7e Conférence ministérielle du FCSA, la Chine et l'Afrique ont surmonté l'impact de la pandémie et mis en place les "huit initiatives majeures" et le soutien financier correspondant, a poursuivi M. Wang. Il a précisé que le commerce bilatéral entre la Chine et l'Afrique avait dépassé les 200 milliards de dollars au cours des dix premiers mois de cette année et devrait atteindre un nouveau record d'ici fin 2021, faisant ainsi de la Chine le principal partenaire commercial de l'Afrique pour la 13e année consécutive.

Il a également noté que les progrès quotidiens réalisés dans la coopération sino-africaine ouvraient de nouveaux horizons à l'amitié entre la Chine et l'Afrique, créant par là même de nouvelles opportunités de développement commun et apportant de nouveaux bénéfices aux peuples chinois et africain.

Le conseiller d'Etat et ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi (à droite) salue avec un coup de coude le ministre sierra-léonais des Affaires étrangères et de la Coopération internationale David Francis à la veille de l'ouverture de la 8e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) à Dakar, Sénégal, le 28 novembre 2021. (Xinhua/Liu Chang)

Le nouveau forum se tiendra bientôt, a fait savoir M. Wang, alors que les peuples de tous les pays africains ont placé de grands espoirs dans les résultats de ce forum et que les yeux du monde entier seront tournés vers Dakar.

Le président chinois Xi Jinping et son homologue sénégalais Macky Sall prononceront un discours liminaire lors de la cérémonie d'ouverture, a-t-il indiqué, ajoutant que M. Xi résumera la trajectoire glorieuse des échanges sino-africains et annoncera une série de nouvelles mesures majeures sur la coopération de la Chine avec l'Afrique.

La Chine et l'Afrique chercheront à établir une communauté de destin Chine-Afrique dans la nouvelle ère et définiront un projet pour le développement des relations sino-africaines au cours des trois prochaines années et au-delà.

Grâce aux efforts conjoints de la Chine et du Sénégal, ainsi que de tous les autres membres du forum, la réunion sera une totale réussite et apportera de nouvelles contributions à la "double victoire" de l'Afrique contre la pandémie et pour la relance de l'économie, a assuré M. Wang. Selon lui, le forum ouvrira aussi une nouvelle grande étape dans l'établissement d'une communauté de destin Chine-Afrique dans la nouvelle ère. Fin

http://french.news.cn/2021-11/30/c_1310341462.htm

 

Dans LIBAN

VERS UNE GUERRE MONDIALE POUR ABATTRE LE HEZBOLLAH LIBANAIS... ?!

Par Le 28/11/2021

Une guerre mondiale pour abattre le Hezbollah... Quelles sont ses caractéristiques et sa fin ?

Une guerre mondiale pour abattre le Hezbollah... Quelles sont ses caractéristiques et sa fin ?

folder_openAnalyses access_timedepuis un jour

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

On vit actuellement une des périodes les plus périlleuses, dont les dangers pourraient être plus graves que ceux des combats militaires. La gravité de la conjoncture découle du fait que les Américains et leurs partisans, mènent un jeu malveillant, et tentent de contourner les résultats des victoires militaires sur le terrain, ces victoires à dimension stratégique, en adoptant la manœuvre d’abattre le pouvoir des composants de l’axe de la résistance, dans chaque pays de cet axe.

Ils ont recours à ce qu’ils appellent les échéances démocratiques ou les élections parlementaires, dans le but de former des majorités politiques qui gèrent les pouvoirs sous une couverture constitutionnelle et utiliser ainsi la décision des pays de l’axe de la résistance, pour réaliser les objectifs, lesquels ils ont échoué de réaliser par les affrontements militaires.

La dangerosité de cette manœuvre découle de l’insistance à saper la confiance en les chefs politiques de l’axe de la résistance, en assenant des frappes à la société et en incitant l’opinion publique contre ces leaders, grâce aux énormes pressions financières et économiques. Ces dernières que les sociétés les plus puissantes sont incapables d’affronter. De fait, les Américains et leurs partisans possèdent plusieurs moyens de pressions financières et économiques, et d’une énorme couverture médiatique.

Bien sûr, la bataille n'est pas facile, car elle entre dans chaque foyer, chaque société et chaque pays pour amener un changement constitutionnel, en faveur des objectifs suivants :

-Transférer le pouvoir à un groupe loyaliste, et au moins arracher la majorité ou le pouvoir parlementaire en faveur d’un groupe loyaliste.

-Transfert de la décision politique officielle à une catégorie souple, qui va, dans la plupart des droits stratégiques, vers le plein respect de l'agenda américain, sous les rubriques suivantes : Normalisation avec l'ennemi israélien.

Compromis avec l'ennemi, après avoir renoncé aux droits fondamentaux sur les lieux saints et les terres en Palestine ou les terres encore occupées en Syrie et au Liban.

Soumission dans la question des réfugiés palestiniens et aux plans de leur naturalisation dans les pays ciblés.

Céder également à propos des réfugiés syriens, entraver la stratégie de l'État syrien à leur égard, d'une manière qui renforce la manœuvre de pression.

En ce qui concerne le Liban, les mouvements régionaux et internationaux visant à contenir les prochaines élections et à en contrôler les résultats, dépassent la dimension démocratique relative à l’élection d’un nouveau parlement qui génère un nouveau pouvoir, à l’ombre de la position unanime qui attribue la responsabilité de l’effondrement au Liban, au pouvoir actuel.

Ce qui se déroule à l’heure actuelle, consiste à cibler le Hezbollah, son statut politique et populaire, par l’insistance à réduire le nombre de ses députés ou de celui de ses alliés. Ceux-là qui forment un front politique assez large, assimilé à une majorité lors de la prise des décisions relatives aux dossiers souverains.

La manœuvre étrangère menée contre le statut politique du Hezbollah, est survenue à la suite de l’échec des autres méthodes de prise pour cible, sur le plan militaire, sécuritaire et médiatique, au terme d’un long processus dirigé par «Israël», ou via des assassinats et des tentatives de meurtre, ou des campagnes politiques et médiatiques menées par plusieurs parties locales, régionales et internationales.

De fait, des parties locales ont joué un rôle majeur dans les campagnes contre les armes dissuasives du Hezbollah, en des positions de dépendance. Ces parties se sont impliquées dans la guerre contre le Hezbollah, à travers les élections parlementaires, sous plusieurs slogans :

1-Sur le plan économique et financier. Le Liban est exposé à une guerre économique féroce visant la monnaie nationale, avec la complicité malveillante de ses institutions bancaires privées et de la Banque du Liban.

La Livre s’est effondrée en face du dollar, d’une manière inédite, alors que toutes les parties régionales et internationales se sont abstenues de fournir les aides financières directes, comme est le cas avec tous les pays secoués par de tels effondrements.

Toutes ces parties ont indiqué clairement que la clé de la solution ou des aides, est liée à la fin du pouvoir politique et militaire du Hezbollah, notant que les Libanais doivent agir pour saper le pouvoir de ce parti, notamment lors des élections.

2-Intensifier la guerre étrangère contre le Hezbollah dans tous les pays de la diaspora, en menaçant les expatriés libanais dans leurs emplois et leurs moyens de subsistance, les incitant à la nécessité de rester à l'écart du Hezbollah, et de le soutenir financièrement ou politiquement, et plus dangereusement, en élargissant la chaîne des accusations de terrorisme contre le parti. Les récentes décisions australiennes en sont un exemple, dans le but d’obliger les Libanais à l'étranger ou leurs proches, à mettre fin à leur soutien au Hezbollah et à couper tout contact financier ou même social avec lui, et bien sûr tout autre soutien politique et électorale.

3- Il s'agit de la manœuvre la plus insidieuse et la plus dangereuse : obstruction et retard de la publication des rapports techniques sur l'explosion du port de Beyrouth, aux côtés des interventions américaines directes pour diriger le travail de l'enquêteur judiciaire dans l'affaire, en plus d'une guerre médiatique et politique sans précédent, qui s'est appuyée sur la propagation de rumeurs, d'intrigues et de fausses informations, accusant le Hezbollah d'un rôle majeur dans l'explosion du port, de par sa responsabilité dans l'entrée du nitrates, ou dans l’utilisation du hangar comme entrepôt de missiles , ce qui aurait incité «Israël» à bombarder le hangar et à provoquer l'explosion catastrophique qui a touché le port et Beyrouth.

De là, on peut déduire la forme de cette guerre menée par un grand nombre de parties internes et externes contre le Hezbollah, dans le but de le renverser ainsi que ses alliés lors des prochaines élections législatives.

Réussiront-ils dans cette guerre à un moment où toutes leurs tentatives précédentes ont échoué ?

Ou se cèderont-ils après la fin de la bataille électorale et la victoire du Hezbollah et de ses alliés ?

Il ne faudra pas longtemps pour clarifier laquelle de ces deux possibilités réussira, notant que les signes du succès de la deuxième possibilité (la victoire du Hezbollah et de ses alliés) ont commencé à apparaître, au moins à travers la fragmentation et la tension qui prévalent entre les parties qui se sont engagées dans cette confrontation houleuse.

https://french.alahednews.com.lb/42183/324

 

 

 

Dans LIBAN

LE PRESIDENT AOUN : NE GACHEZ PAS L'OPPORTUNITE D'AVOIR UNE CHANCE DE VOUS DEBARRASSER DE LA CLASSE DIRIGEANTE CORROMPUE

Par Le 22/11/2021

Aoun: Ne gâchez pas l’opportunité d’avoir une chance de vous débarrasser de la classe dirigeante corrompue

Aoun: Ne gâchez pas l’opportunité d’avoir une chance de vous débarrasser de la classe dirigeante corrompue

folder_openLiban access_timedepuis 8 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

Le Président de la République libanaise, le général Michel Aoun, a souligné que le Liban et les Libanais ont payé cher pour faire de l’indépendance une fête.

M. Aoun a affirmé, dimanche soir 21 novembre, dans un discours prononcé à la veille des célébrations du 78e anniversaire de l’Indépendance du Liban, «qu’il est de notre droit et de notre devoir de s’attacher à l’indépendance et d’œuvrer et à la renforcer», indiquant que «l’exploitation politique des crises ne fera qu’accroître les tensions et la fragmentation».

Le président libanais a en outre espéré que l’équipe gouvernementale puisse revenir rapidement au travail et accomplir ses missions «dans les circonstances pressantes» actuelles qui risquent d’empirer. «Cette situation ne peut plus durer», a-t-il lancé.

«La sortie de cette crise gouvernementale n’est pas insurmontable et pourrait se trouver au point E. du préambule de la Constitution, qui stipule que le régime libanais est fondé sur le principe de la séparation des pouvoirs», a ajouté M. Aoun.

Il a dans ce cadre prévu une «solution prochaine» à cette crise, rappelant que le Liban tient à conserver les meilleures relations possibles avec tous les pays arabes et ceux du Golfe.

Le président Aoun a toutefois réitéré son appel à «effectuer une distinction entre les positions de l’État libanais et les déclarations qui peuvent être faites par certains individus ou groupes, surtout dans le cadre du régime libanais qui garantit la liberté d’opinion et d’expression».

Les propos de Georges Cordahi sur la nécessité de mettre fin à la guerre saoudienne contre le Yémen avaient été enregistrés avant qu’il ne soit nommé ministre. Suite à leur diffusion, plusieurs pays du Golfe, Arabie saoudite en tête, ont décidé de rappeler leurs ambassadeurs à Beyrouth et de renvoyer les diplomates libanais présents sur leur territoire. Riyad a également interdit toutes les importations en provenance du Liban.

Le président Aoun a par ailleurs critiqué les juges libanais, estimant que s’ils «avaient respecté leurs obligations et si les responsables politiques et autres n’avaient pas mis la main sur la justice», le pays ne connaîtrait pas une telle «mêlée d’accusations» lancées dans tous les sens et qui «menacent la stabilité et la paix civile».

«La justice peut encore prendre l’initiative et se distancier de toutes les ingérences et respecter les textes de loi», a-t-il exhorté.

Une chance de changement

Évoquant les futures élections législatives de mars 2022, M. Aoun a souligné que cette échéance «allait offrir une chance de changement» aux Libanais, les appelant à ne pas permettre aux dirigeants dont ils réclament le départ de «revenir sous de nouveaux masques, avec de l’argent politique qui n’apporte rien de bon».

«Vous allez bientôt avoir une chance de vous débarrasser de la classe dirigeante corrompue, ne gâchez pas cette opportunité», a-t-il insisté.

Exploitation des hydrocarbures offshore

En ce qui concerne l’exploitation des hydrocarbures offshore et les négociations «indirectes» avec l’entité sioniste, à la frontière-sud, le président a évoqué des «signaux positifs qui ont commencé à apparaitre concernant un accord qui entre dans l’intérêt du Liban et de sa souveraineté sur ses eaux et ses ressources naturelles».

Sans donner plus de détails à ce propos, il a souligné qu’un tel accord permettrait «de reprendre les opérations d’exploration».

Michel Aoun a en outre appelé les citoyens à «ne pas laisser le désespoir les envahir» face à la crise. «Le début de la solution repose sur la coopération avec les institutions internationales et les préparatifs à cela ont commencé», a-t-il rappelé. Il a finalement mis en garde les Libanais contre les «discours de haine qui se multiplient avec l’approche de législatives», ainsi que contre les informations mensongères propagées par «certains médias» afin de saper la confiance entre les gens.

https://french.alahednews.com.lb/42121/344

liban michel aoun

Dans LIBAN

EXPLOSION DU PORT DE BEYROUH : LA RUSSIE A REMIS AU LIBAN LES IMAGES SATELLITAIRES

Par Le 22/11/2021

 

Explosion du port de Beyrouth: la Russie remet au Liban les images satellitaires

13:58 22.11.2021 (Mis à jour: 16:17 22.11.2021)

Un an après l'explosion du port de Beyrouth  - Sputnik France, 1920, 22.11.2021

© AFP 2021 JOSEPH EID

S'abonner

Bassenko Dmitri - Sputnik France

Dmitri Bassenko

Tous les articlesÉcrire à l'auteur

Souhaitant aider le Liban à élucider les causes de l’explosion qui a détruit des milliers de bâtiments à Beyrouth le 4 août 2020, la Russie lui a remis les images satellitaires de la zone réalisées ce même jour.

Plus de 15 mois après l’explosion dévastatrice dans le port de Beyrouth, la Russie a remis à la partie libanaise les images prises par ses satellites de la zone le jour du drame, a fait savoir le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"À la demande du gouvernement libanais, nous lui avons transféré les images satellitaires préparées par Roskosmos [agence spatiale russe, ndlr]", a déclaré le chef de la diplomatie russe devant les journalistes à l’issue des négociations avec son homologue libanais Abdallah Bou Habib.

 

M.Lavrov espère que les images en question aideront à élucider les causes de la déflagration qui a fait plus de 200 morts et provoqué des destructions majeures dans la ville.

Il a également annoncé avoir discuté avec M.Bou Habib de l’éventuelle participation de compagnies russes dans la reconstruction des infrastructures détruites par l’explosion.

Explosion dans le port

La déflagration d’une puissance évaluée à l’équivalent de 1.500 tonnes en TNT s’est produite dans le port de la capitale libanaise le 4 août 2020. Des milliers de bâtiments ont été détruits ou endommagés à Beyrouth et dans ses banlieues. 219 personnes ont trouvé la mort et plus de 300.000 autres sont restées sans toit.

Le ministère libanais de l’Intérieur a par la suite établi que l’explosion était survenue lors de travaux de soudage, faisant détonner plus de 2.700 tonnes de nitrate d’ammonium stockées depuis six ans sans mesures de précaution dans un entrepôt.

L’enquête sur l’explosion est pourtant au point mort en raison des plaintes pour impartialité à l’encontre du juge chargé des investigations, Tarek Bitar. Début novembre, ce dernier a dû suspendre,

pour la troisième fois, ses investigations après un recours présenté par l’ancien ministre Youssef Fenianos.

https://fr.sputniknews.com/20211122/explosion-du-port-de-beyrouth-la-russie-remet-au-liban-les-images-satellitaires-1053540086.html

Dans LIBAN

LE PRESIDENT LIBANAIS AOUN : JE NE PEUX PAS ASSIEGER LE HEZBOLLAH. PAS DE LEGISLATIVES EN MARS. IL FAUT INSTITUTIONNALISER LES RELATIONS AVEC RIYAD

Par Le 19/11/2021

Aoun : Je ne peux pas assiéger le Hezbollah. Pas de législatives en Mars. Il faut institutionnaliser les relations avec Riyad

 Depuis 2 heures  19 novembre 2021

aoun_elections

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Lors d’une interview avec le quotidien libanais al-Akhbar, le président libanais Michel Aoun a assuré qu’il n’est pas question pour lui d’assiéger le Hezbollah car il respecte 3 règles. Il a exclu en outre la tenue des élections législatives au Liban le mois de mars prochain. Sur les relations avec l’Arabie saoudite, il a assuré qu’elles devraient être « institutionnalisées ».

Assurant vouloir « les meilleures relations avec l’Arabie saoudite », avec laquelle le Liban est en crise, le chef de l’Etat libanais a insisté pour qu’elles soient « institutionnalisées, afin qu’elles ne soient plus affectées à chaque fois par un quelconque individu », en allusion aux déclarations du ministre de l’Information libanais médias George Kordahi, exprimées avant sa nomination et dans lesquelles il qualifie la guerre contre le Yémen « d’absurde ».

Selon lui les relations s’étaient détériorées bien avant, à cause du Premier ministre Saad Hariri: « et nous avons passé un an et demi à vouloir former un gouvernement afin de nous réconcilier avec l’Arabie saoudite. Et quand il a échoué, il s’est excusé de ne pas avoir formé de gouvernement », a-t-il rapporté.

Indiquant qu’il n’y a pas de médiateur entre l’Arabie et le Liban, le chef de l’Etat libanais a poursuivi :  » la solution réside dans le fait de parler directement avec le royaume. Mais c’est coupé maintenant, avec le Premier ministre (Najib Mikati) aussi. Il y a des signes de règlement sur lesquels nous essayons de travailler, discrètement, et qui pourraient éventuellement apporter des résultats positifs afin d’ouvrir le dialogue ».

En réponse à une question sur la relation entre l’alliance de son parti le Courant patriotique libre avec le Hezbollah à la récente crise entre les deux pays, Aoun a déclaré que ce qui existe entre le CPL et le parti « est une entente, et non pas une alliance ».

Il a ajouté : « Tout le monde sait, les Arabes, les Américains et les Européens, que je ne peux pas assiéger le Hezbollah, qui respecte pour moi trois règles fondamentales et indispensables : la résolution 1701, la stabilité interne, et ne pas attaquer les ambassadeurs des pays dont les gouvernements l’ont désigné comme étant une organisation terroriste ni à leurs leurs ressortissants, tels que les Américains, les Britanniques, les Allemands et les pays arabes ».

Le président libanais a souligné qu’il n’était pas en désaccord avec l’Arabie saoudite, et « c’était l’un des premiers pays que j’ai visités après mon élection », notant que la crise avec Riyad « a commencé le jour où sa relation avec Saad Hariri s’est effondrée. Ce qui s’est passé en Novembre 2017 a été le début de la dispute ». En allusion à la séquestration de Hariri par le prince héritier saoudien Mohamad ben Salman.

Concernant la date des élections législatives, fixée par le Parlement libanais pour le 27 mars, M. Aoun a déclaré qu’il ne signera pas le décret appelant le corps électoral à voter le 27 mars.
« Lorsqu’il me parviendra, je le renverrai afin qu’il soit amendé. Je n’accepterai la tenue des élections législatives qu’entre deux dates : le 8 ou le 15 mai », a-t-il souligné.
Sur les raisons de son objection, il a précisé : « Le 27 mars prive des milliers de Libanais en âge de voter, s’ajoutent les conditions météorologiques défavorables à cette date. Les élections parlementaires n’ont jamais eu lieu au Liban à cette date. Sauf en mai ou en juin. Même en cas de dissolution de la Chambre des représentants, les élections étaient convoquées au printemps, pas en hiver. »

Il a poursuivi : « Le jeûne du Ramadan commence début avril et se termine à la fin de celui-ci, ce qui permet que le vote ait lieu la semaine ou les deux suivantes. Quant à ceux qui prétendent qu’il n’est pas possible de mener leur campagne électorale pendant le mois de jeûne, il n’y a pas de réponse plus simple que de dire que celui qui n’a pas préparé sa campagne avant le jeûne du Ramadan n’en a pas besoin pendant ou après celui-ci ».

Aoun a expliqué aussi les raisons pour lesquelles il soutient le recours au mégacentre pour les élections : « à travers lui, nous réduisons le boycott du vote dû à la nécessité pour les électeurs de se déplacer vers des endroits éloignés et ils peuvent donc voter là où ils habitent. Nous n’avons pas besoin d’un long et grand effort pour préparer le mégacentre, qui n’est rien de plus qu’un réseau électronique. Grâce à lui, nous réduisons les boycotts et éliminons les pots-de-vin en transportant les électeurs dans les bus des candidats. »

Commentant un thème d’actualité sur la possibilité de perturber le quorum du Conseil constitutionnel pour empêcher l’invalidation d’articles de la loi électorale, il a répondu : « Nous serons alors confrontés à un scandale qui commence avec le Conseil constitutionnel lui-même ».

« Les élections législatives auront lieu, et elles seront les deuxièmes de mon mandat. Personne ne pourra arrêter leur cycle », a-t-il assuré.

Interrogé sur les élections présidentielles, il a répondu : « ceci est autre chose. Plus aucun président ne viendra comme ceux qui m’ont précédé, qui ne représente personne, ni eux-mêmes. Il devrait faire partie de sa base. Lorsque nous arriverons à la fin de mon mandat, je quitterai définitivement le palais de Baabda à un successeur ».

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2194040

     

Dans LIBAN

UN CLUB LIBANAIS LANCE UNE ENVELOPPE COMMEMORATIVE POUR MARQUER LE JUBILE DES LIENS DIPLOMATIQUES CHINE - LIBAN

Par Le 18/11/2021

 

Un club libanais lance une enveloppe commémorative pour marquer le jubilé des liens diplomatiques Chine-Liban

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-11-18 à 03:18


(Xinhua/Bilal Jawich)

BEYROUTH, 17 novembre (Xinhua) -- Le Club numismatique et philatélique libanais a lancé mercredi une enveloppe commémorative, des cartes postales et une médaille d'or pour marquer le 50e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Liban.

Waref Kumayha, président de ce club, a indiqué lors d'une cérémonie virtuelle que le club a lancé des cartes postales avec des photos d'éminents dirigeants, médecins et écrivains chinois et libanais qui ont contribué à l'évolution des relations entre les deux pays.

Le club libanais a également publié des cartes postales avec des photos de sites touristiques, tels que la Grande Muraille de Chine et l'Arc de triomphe dans la ville de Tyr, au sud du Liban, qui ont été témoins du développement des liens commerciaux entre le Liban et la Chine, a ajouté M. Kumayha, qui est également à la tête de l'Association libano-chinoise de la route du dialogue.

"Nous espérons que notre petit pays bénéficiera de l'expérience pionnière chinoise guidée par un leadership avisé", a-t-il ajouté.


(Xinhua/Bilal Jawich)

S'exprimant lors de la cérémonie de lancement, l'ambassadeur de Chine au Liban, Qian Minjian, a dit que depuis le début de l'année, l'ambassade avait organisé plusieurs événements, dont un concert du Nouvel An, un concours de dessin pour les jeunes, un forum en ligne et un numéro spécial publié en coopération avec le journal Annahar, pour célébrer le jubilé d'or des relations diplomatiques entre la Chine et le Liban.

Les échanges interpersonnels entre le Liban et la Chine se sont renforcés grâce aux efforts conjoints des deux pays, a noté M. Qian.

"Nous espérons que les personnes de bonne volonté pourront profiter du 50e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays pour renforcer l'interaction, élargir les canaux d'échange et enrichir les méthodes de coopération, afin de promouvoir la prospérité de l'amitié sino-libanaise", a-t-il conclu. Fin

http://french.news.cn/2021-11/18/c_1310317253.htm

Dans LIBAN

DISCOURS DE S. NASRALLAH : LE SANG DES MARTYRS ENTRAVE L’HEGEMONIE US TOTALE AU LIBAN ET CONSTITUE UNE REELLE MENACE EXISTENTIELLE POUR « ISRAËL »

Par Le 11/11/2021

S. Nasrallah : le sang des martyrs entrave l‘hégémonie us totale au Liban et constitue une réelle menace existentielle pour ‘Israël’

 Depuis 4 heures  11 novembre 2021

sayed

 Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

Rédaction du site

A l’occasion de la journée