LIBAN

LIBAN

BEYROUTH : UN ATTENTAT TERRORISTE DEJOUE

L'attentat terroriste à Beyrouth déjoué

Sun Jan 22, 2017 8:25AM

Les forces de sécurité libanaises sécurisent la rue près du café dans la rue Hamra à Beyrouth où un terroriste a été arrêté quelques minutes avant de se faire exploser le 22 janvier 2017. ©AFP

Les forces de sécurité libanaises sécurisent la rue près du café dans la rue Hamra à Beyrouth où un terroriste a été arrêté quelques minutes avant de se faire exploser le 22 janvier 2017. ©AFP

Les sources libanaises ont annoncé l'arrestation d'un terroriste qui voulait se faire exploser dans un café à Beyrouth.

Les forces de renseignement libanaises ont réussi à arrêter l'homme qui voulait se faire exploser dans un café bondé de Beyrouth.

Le terroriste a été arrêté, le samedi 21 janvier, avant qu'il ne commette un attentat dans un café bondé de Beyrouth, selon des forces de sécurité libanaises.

L'homme portait une ceinture explosive et voulait se faire exploser dans un café du quartier chic de Hamra, dans l'ouest de la capitale libanaise. Il a été repéré et arrêté par les soldats qui patrouillent dans le quartier depuis quelques semaines.

Ayant été blessé alors que les militaires l'ont plaqué au sol pour l'empêcher de se faire exploser, l'homme, un ressortissant libanais appelé Omar al-Assi, a été transféré dans un hôpital voisin pour être traité avant d'être interrogé.

La chaîne de télévision al-Mayadeen a rapporté qu'après avoir reconnu l'identité de cet individu, les forces de sécurité libanaises s'en étaient prises à son domicile et avaient confisqué son ordinateur. Il appartenait au groupe terroriste d'Ahmad al-Assir, selon les renseignements obtenus. 

Le plan de cet attentat a été déjoué consécutivement à une multiplication des activités des terroristes takfiristes soutenus par le régime sioniste dans les régions limitrophes des frontières libanaises. 

http://presstv.com/DetailFr/2017/01/22/507236/Liban-attentatsuicide-rat-Beyrouth


 

CE JEUDI DEUX VIOLATIONS DU LIBAN PAR « ISRAËL »

Deux violations israéliennes du Liban ce jeudi

 Depuis 4 heures  19 janvier 2017

c2iedfhwiaa-od0

 Liban - Moyent-Orient

Rédaction du site

c2ieflbxuaevcqgNouvelle violation israélienne contre le Liban : l’armée d’occupation israélienne a fixé un appareil d’espionnage en dehors de la barrière technique, sur le sol libanais , a indiqué une source militaire libanaise.

Selon Media de guerre, instance médiatique de la résistance, l’appareil qui sert de jour comme de nuit a été déposé du côté de la localité libanaise frontalière de Odaïsseh.
L’armée libanaise s’est immédiatement déployée dans la région, après avoir informé les forces intérimaires de la FINUL.

Elle avait plus tôt dans la journée révélé avoir également mis au courant la force onusienne de la présence d’une vedette israélienne au large libanais à 295 m de la localité sudiste de Ras-Naqoura.

c2iegq9xaaad6u_« Trois plongeurs sont descendus du bateau puis l’ont regagné lorsqu’il a quitté les eaux territoriales libanaises en direction des eaux territoriales palestiniennes », a indique le communiqué de l’armée.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/202871



 

OBAMA A CONTRIBUE A L’ASSASSINAT DU LEADER DU HEZBOLLAH IMAD MOGHNIEH

«Maariv»: Obama partenaire dans l’assassinat du leader martyr Imad Moghnieh

L’équipe du site

Le nouveau président américain, Donald Trump, prendra ses fonctions dans une semaine, en succession à Obama. Pour le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, ce fait ouvrira une nouvelle ère dans les relations avec Washington. En effet, le commandement israélien  espère l'amélioration des relations politiques avec les États-Unis. Des relations qui seraient «fructueuses sur le plan des renseignements, comme fut le cas durant le mandat d'Obama».

Le spécialiste dans les affaires sécuritaires de Maariv, Yossi Melman, a indiqué, selon des enquêtes publiées par le Washington post et le Newsweek, qu'en février 2008, et deux mois après l'accès d'Obama à la Maison Blanche, le président américain a approuvé la coordination entre la CIA et le Mossad dans une opération  conjointe visant à assassiner le grand chef du Hezbollah, Imad Moghnieh. Il a précisé qu'un accord de coopération était conclu entre les deux services. Un accord qui a englobé plusieurs opérations sécuritaires communes, des échanges  de renseignements, notamment en ce qui concerne la «lutte antiterrorisme».

Selon les propos de Melman, l'opération en question était la première conjointe entre la CIA et le Mossad.

Et Melman de poursuivre que durant le mandat d'Obama, les opérations communes des deux services de renseignements ont augmenté. Des opérations ayant l'objectif d'avorter et de saper le programme nucléaire iranien. Il a précisé aussi que durant la même période, les relations entre l'armée israélienne et l'armée américaine se sont améliorées dans la mesure où des sessions d'entrainement communes et des manœuvres militaires des armées de l'air et des unités spéciales ont été organisées.

Toutefois, Melman explique que le mandat d'Obama a été marqué par une série d'erreurs, dont la méthode de la gestion de la crise syrienne, qualifiée par le journaliste «d'odieuse».

Quant à la nouvelle administration américaine, Melman estime que Netanyahu et le gouvernement de la droite espèrent la prise par Trump de trois démarches diplomatiques dramatiques: La première consiste à cesser le soutien des États-Unis à la proclamation de l'État palestinien. La seconde consiste à déplacer l'ambassade américaine de «Tel Aviv» à Al-Qods. La troisième, à augmenter les pressions sur l'Iran, voire à annuler l'accord nucléaire et à réimposer les sanctions contre ce pays.

Ces espoirs, d'après l'expert sioniste, sont basés sur plusieurs faits, à savoir, les déclarations de Trump durant sa campagne électorale, les nouvelles nominations dans l'administration américaine, dont la nomination du Juif Jared Kushner comme conseiller, ainsi que de l'avocat David Fredmann, qui était le président  de l'Association des amis de la colonisation à «Beit-El». Cet homme candidat au poste d'ambassadeur américain  auprès de l'entité ennemie. Alors que le troisième fait sur lequel se base les espoirs israéliens, le plus important selon Melman, c'est surtout la grande fortune de ce Juif, considéré des plus fortunés dans le monde et ayant financé dans le passé le quotidien «Israel Hayom», proche de Netanyahu.

14-01-2017 | 12:37

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=21665&cid=323#.WHpS-vnhA2w


 

LE PRESIDENT AOUN APPRECIE LA DECISION DU HEZBOLLAH D’INTERVENIR EN SYRIE

Aoun apprécie l’intervention du Hezbollah en Syrie

Fri Jan 13, 2017 8:44AM

Le président libanais Michel Aoun accorde une interview à la chaîne saoudienne Al-Arabiya, le 12 janvier 2017. ©Capture d'écran

Le président libanais Michel Aoun accorde une interview à la chaîne saoudienne Al-Arabiya, le 12 janvier 2017. ©Capture d'écran

Le président libanais a apprécié le Hezbollah pour son implication dans la guerre en Syrie, suite à des affrontements qui s’étaient produits sur les frontières libano-syriennes.

A l’antenne de la chaîne d’information saoudienne Al-Arabiya, le président libanais Michel Aoun a déclaré: « Je me suis rendu en Arabie saoudite parce qu’il s’agissait du premier pays qui m’a invité d’autant plus que j’entendais clarifier certains points ambigus. Le Liban n’a jamais rien fait pour nuire aux intérêts des pays arabes notamment de l’Arabie saoudite. »

Michel Aoun a affirmé avoir discuté, avec les autorités saoudiennes, de la normalisation des relations entre Beyrouth et Riyad qui favoriserait, selon lui, le rétablissement de la paix et de la stabilité au Liban.

« Les Libanais restent unanimes quant à la lutte antiterroriste et ils sont, tous, appelés à s’asseoir à la table du dialogue pour régler les problèmes qui persistent concernant les conflits en cours dans les pays arabes. Nous soutenons la Résistance et nous nous dressons contre le terrorisme. Mais on s’oppose, en même temps, au militarisme à l’intérieur du Liban », a-t-il affirmé.

Michel Aoun a ensuite apprécié la décision du Hezbollah d’intervenir dans les conflits en Syrie suite aux affrontements qui avaient eu lieu sur les frontières libanaises « car à cette époque-là, le gouvernement libanais n’était pas en mesure de se débrouiller, tout seul ».

Selon le président libanais, « le règlement de la crise en Syrie passe par la voie diplomatique et non pas militaire car la crise est attisée par les parties étrangères ».

http://www.presstv.ir/DetailFr/2017/01/13/505993/Rsistance-Michel-Aoun-Syrie-Liban-Hezbollah-Arabie-saoudite


 

SAYED NASRALLAH : L’AYATOLLAH RAFSANDJANI, UN GRAND HOMME QUI A TOUJOURS SOUTENU LA RESISTANCE

Sayed Nasrallah : l’ayatollah Rafsandjani, un grand homme qui a toujours soutenu la Résistance

Suite au décès de l’ayatollah cheikh Hachémi Rafsandjani, la miséricorde d’Allah soit sur lui, le secrétaire général du Hezbollah sayed Hassan Nasrallah a publié un communiqué de presse.

Sayed Nasrallah : l’ayatollah Rafsandjani, un grand homme qui a toujours soutenu la Résistance

« «Certes nous sommes à Allah, et c'est à Lui que nous retournerons»

Nous avons perdu hier un des grands hommes de la nation, l’ayatollah cheikh Akbar Hachémi Rafsandjani, qu’Allah lui accorde sa Miséricorde. Cheikh Rafsandjani était au cours d'une période de 34 ans un protecteur, un appui, un grand soutien, un père compatissant et un défenseur fort dans toutes les étapes et les circonstances.

L’ayatollah, la miséricorde d’Allah soit sur lui, croyait à la cause centrale de la nation islamique, la cause palestinienne, et brandissait sa bannière. Il était un résistant déterminé et difficile devant le projet sioniste dans la Palestine et la région et soutenait absolument le peuple palestinien, sa cause, sa résistance et sa lutte sanglante. La Palestine et sa cause étaient toujours présentes dans sa longue lutte durant le règne du tyran Bahlaoui, puis après la victoire de la Révolution islamique bénie en Iran, dirigé par l’Imam Khomeini, et dans tous les postes de responsabilité qu’il a pris jusqu’à son décès.

Nous, au Hezbollah, n’oublierons jamais les positions de l’ayatollah Rafsandjani qui nous a soutenus dans tous les domaines et les étapes, qui était content pour notre bonheur et triste pour notre tristesse et qui n’a jamais retardé dans son soutien.

Au nom de la direction du Hezbollah, de tous les résistants, des familles des martyrs, des blessés, des sacrifiants, et du public de la Résistance islamique au Liban, je présente les condoléances les plus chaleureuses à l’imam et Leader le grand ayatollah sayed Ali Khamenei, à nos grandes Références, à la famille honorable de l’ayatollah Rafsandjani (qu’Allah le récompense), aux responsables respectables dans la République islamique de l’Iran et au peuple iranien cher et honorable. D’ailleurs, je prie Allah pour accorder la Miséricorde et les niveaux élevés à notre grand cheikh, et la patience à tous ses proches.

Il aura toujours l’amour, l’appréciation, le remerciement et les prières de notre part.

Sayed Hassan Nasrallah

Lundi le 10 Rabiul Thani 1438 de l'hégire qui convient avec le 9 janvier 2017»

Source : relations médiatiques du Hezbollah, traduit par l’équipe du site

09-01-2017 | 13:26

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=21601&cid=319#.WHPBGPnhA2w


 

L’ARMEE LIBANAISE SERA DOTEE DE CHARS ET DE MISSILES RUSSES

La Russie fournira des chars et des missiles au Liban

 Depuis 13 heures  8 janvier 2017

armes

 Liban - Moyent-Orient

Le Liban, qui sort des deux années de crise politique, est intéressé par des livraisons d’armements russes pour combattre les terroristes, affirme un ministre du pays.

Le Liban espère que le projet de livraison de chars et de systèmes de missiles russes pour plus de 500 millions de dollars sera relancé sous peu, a indiqué le ministre d’État pour les Affaires de la présidence de la République libanaise Pierre Raffoul.

« Il y a un projet pour plus d’un demi-milliard de dollars appelé à renforcer la puissance de l’armée libanaise grâce à des armements russes, y compris avec des chars et des systèmes de missiles antichar. Nous espérons pouvoir relancer la mise en application de ce projet dans le contexte politique actuel favorable », a déclaré M. Raffoul à RIA Novosti.

Et de rappeler que depuis la fin de l’année dernière, le pays du cèdre avait amorcé la sortie de deux années de crise politique avec l’élection du général Michel Aoun au poste de président du pays et la formation d’un nouveau gouvernement.

Le ministre a tenu à souligner que le Liban et la Russie avaient la même tâche stratégique consistant notamment à combattre le terrorisme, tout en ajoutant que le secteur du pétrole et du gaz constituait également une priorité pour le nouveau gouvernement libanais et un domaine de coopération porteur avec la Russie.

« Les sociétés russes ont été les premières à manifester leur désir de participer à des appels d’offres sur le pétrole et le gaz. Certaines d’entre elles ont déjà formé un consortium », a rappelé le ministre, annonçant que le gouvernement s’en occuperait dans les mois à venir.

Auparavant, l’ambassadeur libanais à Moscou Chawki Bou Nassar a déclaré à l’agence que son pays était intéressé par des livraisons d’armements russes pour combattre les terroristes, précisant que Beyrouth comptait acheter à Moscou des systèmes de missiles antichar Kornet, des canons et des chars T-72. Selon le diplomate, les détails du contrat sont actuellement examinés au niveau des experts.

Sputnik

http://french.almanar.com.lb/182503


 

LE LIBAN ENTRE DANS L’ERE DU PETROLE

Le Liban entre dans l’ère du pétrole

 Depuis 5 heures  8 janvier 2017

ga du Liban
 

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

Rédaction du site

Le ministère de l’énergie libanais  a estimé que le début des travaux de forage et d’exploration du pétrole et du gaz aura lieu dans trois ans, au cas où les mesures pratiques restantes seraient appliquées dans les délais prévus.

Cette estimation survient après l’entente sur la loi fiscale préparée par le comité de l’administration du secteur du pétrole. De son côté, le ministère des Finances l’a remaniée, en prélude à la finalisation du  processus des permis et des appels d’offres de compagnies pétrolières intéressées par ces ressources libanaises.

Au cours de la première séance gouvernementale, deux décrets sur la répartition des blocs maritimes, le modèle d’accord lié à l’exploration du pétrole et le cahier des charges, ont été promulgués. Ainsi, le système législatif et juridique devient désormais tout prêt pour poursuivre la première procédure d’octroi de permis d’exploration dans les eaux maritimes libanaises, lancée en septembre 2013. Suite à cette première session, 46 compagnies ont été qualifiées: 12 compagnies opératrices et 34 non opératrices.
C’est ce qu’a affirmé le ministre de l’énergie et de l’eau César Abou Khalil dans un point de presse tenu cette semaine au siège du ministère. Celui-ci a annoncé que « le Liban est entré dans l’ère du pétrole ».

Dans l’attente de la signature des contrats

Cette mesure sera suivie d’une feuille de route sous forme d’une série de mesures exécutives menant à la signature des contrats pour entamer le forage. Ces mesures comprennent entre autre:
1-    sonder une nouvelle fois les intérêts des compagnies qualifiées lors de la première session.
2-    lancer une nouvelle session de réhabilitation pour les compagnies désireuses de participer. Ceci permet à l’implication de nouveaux acteurs.
3-    Lancer des appels d’offres aux blocs disponibles.
4-    Evaluer les appels d’offres selon le cahier des charges: 70% de la note sera consacrée à l’offre financière, et 30% à l’offre technique.
5-    L’approbation du conseil des ministres de la signature des accords.

Signe positif

La promulgation des deux décrets en suspens depuis trois ans constitue « un signe positif pour le secteur du pétrole, ce qui renforcera l’intérêt des compagnies dans le gaz libanais », avance Abou Khalil.
Cette mesure coïncide avec la fin de la troisième session effectuée par Chypre, où le consortium des deux compagnies ExxonMobil et Qatar Petroleum a remporté le bloc 10, et le consortium ENI et Total le bloc 6.
Quant à l’Entité sioniste, elle a lancé une nouvelle procédure d’octroi de permis et ouvert 24 blocs maritimes à la frontière nord de la Palestine occupée. Un ensemble de compagnies mondiales, dont des compagnies russes, a affiché son intérêt suite à l’entrée en vigueur de la loi de la lutte contre l’accaparation pétrolière. Une loi qui a coupé l’herbe au-dessous des deux compagnies Noble Energy (américaine) et Delek (israélienne).

Les critères du choix des blocs

En 2013, le ministre de l’énergie à l’époque Joubrane Bassil a décidé d’inaugurer les blocs portant le numéro 1, 4, 5, 6 et 9. La nature géologique et le sondage tectonique mené par le comité de l’administration du secteur du pétrole ont montré qu’ils renferment des zones disponibles au forage.

En effet, la plupart des compagnies qualifiées ont préféré ces blocs précités. Mais le choix des blocs de nos jours est soumis à de nouvelles données à dimensions politiques, compte tenu de l’activité israélienne à la frontière du sud Liban. Les blocs ayant le numéro 8, 9 et 10 du sud ont été ouverts, ainsi que le bloc numéro 1 du nord, et l’un des blocs du centre (soit le bloc 4 ou 5 ou 6).

Vient ensuite la considération technique qui permet à l’Etat d’encourager la concurrence entre les compagnies. Sachant que la compagnie russe Gazprom a affiché son intérêt, sans pour autant acheter pour l’instant la base de données lui permettant de commencer l’exploration.

Traduit du site al-Akhbar

Source: site

http://french.almanar.com.lb/182789


 

RENCONTRE DES DEUX DIRIGEANTS HEZBOLLAH LIBANAIS ET IRAKIEN HASSAN NASRALLAH ET AKRAM AL-KAABI

Hassan Nasrallah et Akram al-Kaabi se sont rencontrés à Beyrouth

Fri Jan 6, 2017 6:56PM

Nasrallah et al-Kaabi ont évoqué les succès enregistrés par la Résistance islamique face aux groupes terroristes. (Photo d’archives)

Nasrallah et al-Kaabi ont évoqué les succès enregistrés par la Résistance islamique face aux groupes terroristes. (Photo d’archives)

Le secrétaire général de Harakat Hezbollah al-Nujaba (HHN), Akram al-Kaabi, et le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah, se sont rencontrés jeudi à Beyrouth, est-il dit dans le communiqué du mouvement al-Nujaba rapporté par Alsumeria News.

Nasrallah et al-Kaabi ont évoqué les succès enregistrés par la Résistance islamique face aux groupes terroristes à Alep et à Mossoul ainsi que le rôle de la Résistance dans la lutte contre le terrorisme, lit-on dans ce communiqué.

Les deux parties se sont également penchées sur la situation politique et sécuritaire de la région et l’impact des succès sur sa stabilité et sa sécurité.

Pour rappel, avant de se rendre au Liban, malgré le tapage médiatique contre le mouvement auquel il appartient, al-Kaabi s’était rendu en Syrie pour s’informer de la situation des combattants de la Résistance sur tous les fronts après la libération d’Alep.

Le 30 novembre à la tribune des Nations unies, la représentante des États-Unis à l’ONU, Samantha Power, avait tenu le mouvement de résistance islamique al-Nujaba pour responsable du massacre du peuple aleppin.

Certains médias pro-occidentaux dont Al-Jazeera, Al-Arabiya, Okaz, Asharq al-Awsat et al-Hayat diffusent quotidiennement des articles et rapports tendancieux et hostiles dans le cadre de cette campagne d’intoxication. 

http://presstv.com/DetailFr/2017/01/06/505103/alNujaba--Hezbollah-Nasrallah-alKaabi-paix-stabilit-scurit


 

GRACE A LA VIGILANCE DE L’ARMEE LE LIBAN A ECHAPPE A UN NOUVEL AN SANGLANT TERRORISTE

Le Liban a échappé à un Nouvel An sanglant: Daech et alNosra avaient plannifié plusieurs attentats-suicide

 Depuis 26 minutes  4 janvier 2017

renseignementssuretegeneral

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Sans la vigilance des  services de renseignements de l’armée libanaise et du département des renseignements de la Sûreté générale, le Liban aurait connu un Nouvel An sanglant avec plus de deux attentats-suicides qui étaient sur le point d’être exécutés au sud, au nord et dans la banlieue-sud de Beyrouth a rapporté le quotidien libanais alAkhbar.

En effet, selon des sources sécuritaires, les renseignements militaires ont réussi à démanteler une cellule terroriste affiliée au chef  takfiriste du Front alNosra, le fugitif Chadi Mawlaoui, composée de 11 membres, à Tripoli.
La plupart des détenus avaient prêté allégeance à Mawlaoui. Voire, ils le connaissaient déjà avant sa fuite dans le camp des réfugiés palestiniens de Ain elHelwe, à Saida, au Liban-sud. La surveillance des communications a révélé qu’ils recevaient leurs ordres directement de Mawalaoui.

Les sources ont révélé qu’ils avaient l’intention d’envoyer plus d’une voiture piégée dans la banlieue sud de Beyrouth.

D’ailleurs, la quantité des explosifs saisis lors de leur arrestation indiquent qu’ils pouvaient piéger quatre voitures, sachant que quatre détonateurs à distance ont été trouvés, sans compter une grande quantité de grenades et de munitions de type RPG. Egalement , les hommes du renseignement militaire ont trouvé une ceinture d’explosifs sur l’une des personnes arrêtées, un revolver équipé d’un silencieux.

Les enquêtes préliminaires ont révélé  que les détenus avaient aussi pour mission d’assassiner deux hauts- officiers de l’armée, l’un d’entre eux était à la retraite. Mais aussi d’attaquer des rassemblements populaires.

Pour ce qui est de la deuxième opération liée à Daech, elle aurait dûe être executée par un jeune Syrien . Ce dernier était destiné à commettre un attentat suicide en Syrie, sauf que son responsable directe, un Libanais  fugitif, l’a convaincu d’exécuter  sa mission contre un objectif libanais.

Le suspect a accepté. Il  résidait dans l’un des villages du sud du Liban . Son responsable l’a informé de patienter quelques le temps afin de préparer  le terrain sur le plan logistique.

Fort heureusement,  les renseignements de la sûreté générale l’ont arrêté avant qu’il ne passe à l’acte. Le suspect a avoué qu’il comptait commetre un attentat mais qu’il attendait qu’on lui remette la ceinture d’explosifs.

Quant à l’identité des autres membres de la cellule, les sources de sécurité ont affirmé que le détenu ne disposait d’aucune information sur leurs vrais noms,  il ne les connaîssait que par leurs surnoms.

Fait marquant dans l’affaire Mawlaoui, est le retour sur la scène libanaise du front alNosra, surtout que Mawlaoui qui s’est réfugié dans le camp de réfugiés d’Ain al-Hilweh,  leur  avait demandé de se tenir  prêt pour agir car il comptait leur fournir des voitures piégées .

Selon une source de la sécurité,  » ce come-back d’alNosra est révélateur, sachant qu’il s’est traduit par le retour de Mawlaoui sur la scène libanaise alors qu’il avait disparu de Tripoli en Octobre 2014. De plus, Mawlaoui avait pris soin de ne pas apparaître publiquement afin de suggérer qu’il ne se trouvait plus dans le camp de réfugiés d’Ain al-Hilweh.

La source a souligné que cette affaire pose des questions sur  » la responsabilité des factions palestiniennes qui permettent la présence de Mawlaoui  chez eux, surtout qu’il est impliqué  dans des actes terroristes qui visent des cibles à l’intérieur du Liban ».

Source: Traduit du journal AlAkhbar

http://french.almanar.com.lb/177329


 

LE HEZBOLLAH REPRESENTE LA MENACE MILITAIRE LA PLUS GRAVE QUI PESE SUR ISRAEL. INTOX POUR JUSTIFIER LEUR CRIMES?

Le Hezbollah représente «la menace militaire la plus grave qui pèse sur Israël»

Avec un considérable arsenal de missiles pointés sur l’entité sioniste, le Hezbollah basé au Liban reste la menace militaire la plus grave qui pèse sur «Israël», a annoncé lundi 2 janvier un groupe de réflexion israélien (Think Tank) sur la sécurité nationale.

Le Hezbollah représente «la menace militaire la plus grave qui pèse sur Israël»

L'Institut d'études sur la sécurité nationale (INSS), affilié à l'université de «Tel-Aviv», a toutefois noté que le risque d'une nouvelle confrontation avec le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, est plus élevé que celui d'une guerre avec le Hezbollah.

L’INSS rappelle que le Hezbollah possède aujourd’hui des missiles entre 100.000 et 120.000 missiles et fusées à courte et moyenne portée, ainsi que plusieurs centaines de missiles à longue portée. Cet armement capable de poser de sérieux problèmes tant à l’armée de l’air qu’à la marine ou même aux forces terrestres. On estime aussi que la guerre en Syrie a certes réduit le nombre de combattants du Hezbollah mais a simultanément entraîné et aguerri ceux qui reviendront des combats.

En ce qui concerne l'Iran, l'INSS a noté que sur le long terme, la République islamique pourrait obtenir l'approbation internationale pour le développement d'un vaste programme nucléaire.

Selon l'Institut, les défis les plus sérieux auxquels «Israël» pourrait faire face sont un État ennemi doté de capacités nucléaires, la «solution à un État» dans le conflit palestinien et le déclin de la position d'«Israël» sur la scène internationale.

Source : sites web et rédaction

03-01-2017 | 08:05

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=21525&cid=293#.WGwT9PnhA2w