LIBAN

LIBAN

LIBAN : DES BLESSES A BEYROUTH LORS D'AFFRONTEMENTS ENTRE FORCES DE L'ORDRE ET MANIFESTANTS

Centre-ville de Beyrouth : Affrontements au voisinage du Parlement entre forces de sécurité et les manifestants, des blessés sont tombés ( en images)

 Depuis 27 minutes  18 janvier 2020

manar-081159400157936612510

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Rédaction du site

349547-01-08-1579363473_544346Des affrontements se poursuivent à proximité de la Chambre des représentants, entre les forces de sécurité et un certain nombre de manifestants qui ont tiré des pétards et des pierres contre la police anti-émeute qui a riposté en tirant des gaz lacrymogènes et en utilisant des canons à eau. Certains manifestants ont tenté d’entrer dans la cour de la Chambre des représentants.

Les forces de sécurité intérieure ont exigé des manifestants pacifiques dans le centre de Beyrouth de rester à l’écart du lieu des émeutes afin de préserver leur sécurité. Des renforts de sécurité sont arrivés sur les lieux de l’armée et des forces de sécurité.

349047-01-08-1579359845_820907La Croix-Rouge libanaise a annoncé sur Twitter « que ses membres ont transféré 30 blessés lors d’une manifestation dans le centre-ville de Beyrouth, jusqu’à présent, aux hôpitaux de la région, et 45 blessés ont été soignés dans la région ».

Dans les détails , alors que des accrochages avaient lieu entre des jeunes hommes au visage masqué, au niveau de la rue Weygand, devant l’un des accès au Parlement, dans le centre-ville de Beyrouth,  la situation devenait également tendue au niveau de la place Riad el-Solh à 17h15 heure locale. Certains, parmi les manifestants, ont envoyé des pétards en direction des forces de l’ordre déployées devant un des accès au Parlement. Peu après, les agents ont tiré des gaz lacrymogènes en direction des manifestants.

349216-01-08-1579360900_558427Des fauteurs de troubles au visage masqué lancent toutes sortes de projectiles, notamment des pierres et du mobilier urbain, en direction des policiers postés derrière des rangées de barrières et de barbelés.

Les forces de l’ordre tentent de disperser ces dizaines d’individus au moyen de lances à eau.

Plusieurs tentes montées par le mouvement de contestation contre la classe dirigeante ont été brûlées ce samedi au centre-ville de Beyrouth, où la situation a totalement dérapé dans la nuit de ce Samedi. De violents affrontements ont eu lieu entre manifestants et forces de l’ordre qui ont fait des dizaines de blessés.

parlement_828936La Défense civile s’est rendue sur les lieux pour éteindre l’incendie qui menaçaient notamment des commerces, rue des Lazaristes et près de la place Riad Solh.

Armée libanaise : « Nous restons hautement mobilisés »

Le commandant en chef de l’armée libanaise, le général Joseph Aoun, qui a inauguré samedi le bureau des invalides et des familles des martyrs de l’armée à Badaro, a affirmé que l’institution militaire restait « hautement mobilisée » malgré toutes les pressions, notamment économiques, en allusion à la crise économique et financière qui frappe le Liban depuis des mois, sur fond de contestation populaire inédite.

pg180120201300_05_143522« À l’ombre de la situation économique critique que nous traversons et qui nous affecte tous, ce projet (l’inauguration du bureau, ndlr) prouve que l’institution militaire poursuit sa politique d’amélioration, en parallèle aux autres missions qu’elle effectue, malgré toutes les voix dissonantes qui s’élèvent de temps à autres. Toute critique contre l’armée ne pourra porter atteinte à l’institution. L’armée continuera de protéger le Liban, son territoire et sa population », a martelé le général Aoun, lors d’un discours à cette occasion.

« Nous apprécions les efforts menés par nos soldats, où qu’ils soient sur le territoire, malgré les pressions qu’ils subissent, notamment sur le plan économique. Nous continuerons de défendre nos droits jusqu’au dernier souffle, et nous resterons hautement mobilisés afin de faire face aux défis. Nous resterons fidèles à notre serment, celui de l’honneur, de la fidélité et du sacrifice », a ajouté le commandant en chef de l’armée.

Rappel des faits

Depuis plus de trois mois, les manifestants libanais appellent à la chute de tous les responsables, accusés de corruption et d’incompétence, alors que le pays traverse une grave crise économique et de liquidités. Sous la pression de la rue, le gouvernement de Saad Hariri avait démissionné le 29 octobre. Le 19 décembre, à l’issue de consultations parlementaires, le président Michel Aoun a désigné Hassane Diab. Malgré son insistance à former un cabinet de technocrates indépendants, comme cela est réclamé par la contestation, M. Diab est rejeté par les protestataires, qui estiment qu’il fait partie de la même classe politique corrompue dont ils réclament le départ. Après une dose d’optimisme qui, selon plusieurs observateurs, donnait la formation du gouvernement pour imminente, de nouveaux obstacles sont venus entraver la mise en place du cabinet.

Le 13 janvier, le commandant en chef de l’armée rappelait que l’institution militaire est respectueuse du droit de manifester tout en soulignant que cela ne signifie pas que les soldats font preuve d’indulgence en cas d’atteinte à la sécurité.

Ces derniers jours, la contestation a repris en force sur tout le territoire et était ponctuée de violences en certains endroits, poussant l’armée et les forces de sécurité à intervenir régulièrement sur le terrain.

Mardi soir, de violents affrontements avaient éclaté entre un groupe de manifestants, dont certains saccageaient des banques, et les forces de l’ordre déployées dans le quartier commerçant de Hamra, faisant plusieurs blessés dans les deux camps. Les FSI ont arrêté des dizaines de personnes lors de ces affrontements, parfois de manière brutale. Certaines sources affirment que des ressortissants étrangers, notamment syriens, figurent parmi les individus arrêtés.

Plusieurs détenus ont été relâchés depuis mercredi, mais un nombre indéterminé d’entre eux est encore sous les verrous, entre autres à la caserne Hélou, dans le quartier de Mar Elias, où des affrontements ont éclaté mercredi soir entre protestataires et policiers, faisant également des blessés, notamment parmi les journalistes.

Hier, les grèves et les blocages de routes se sont poursuivis en journée, et des actes de vandalisme ont à nouveau eu lieu en soirée à Hamra, devant le siège de la Banque du Liban.

Les FSI ont assuré sur leur compte Twitter qu’elles n’étaient pas responsables de ces feux.

Source: AlManar + Agences

http://french.almanar.com.lb/1619334


 

SAYED NASRALLAH ÉVOQUE LE DEBUT D'UNE NOUVELLE PÉRIODE. APRES L'ASSASSINAT DE SOLEIMANI, LE MONDE N'EST PLUS SUR POUR LES USA

S.Nasrallah évoque le début d’une nouvelle période. Le monde n’est plus sûr pour les USA après l’assassinat de Soleimani

 Depuis 3 heures  12 janvier 2020

nasr

 Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

« Les Etats Unis vont percevoir leur erreur. Le monde n’est plus sûr pour les USA après l’assassinat de Soleimani, qui marque le début d’une période », c’est ce qu’a déclaré, ce dimanche 12 janvier, le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah.

« La gifle contre la base US d’Ain al-Assad relève d’une décision très courageuse de la part de l’Iran. La riposte juste sur l’assassinat de Soleimani et d’Abou Mehdi, ne se limitera pas à une seule opération. Cette gifle qui a brisé le prestige des USA, fait partie d’un processus visant à expulser les forces américaines de l’Asie de l’Ouest », a en outre affirmé Sayed Nasrallah, lors d’un discours en hommage au général Qassem Soleimani et à Abou Mehdi al-Mohandis et à leurs compagnons assassinés, le 2 janvier, par un raid US près de l’aéroport de Bagdad.

Le numéro un du Hezbollah a également abordé le modèle du général Soleimani et son soutien aux peuples de la région et sa participation en personne dans la lutte contre l’occupation israélienne et takfiriste.

Voici les principaux points de son discours :

Tout d’abord, je présente mes condoléances à tous les musulmans pour le martyre de la fille du prophète Mohammad (S), notre dame Fatima al-Zahraa (S). Je réitère mes condoléances et félicitations aux familles du général Qassem Soleimani et d’Abou Mahdi al-Mohandess et de leurs compagnons.

Je voudrais aborder la vie des deux martyrs et notamment celle de Soleimani pour expliquer au monde ce qu’a fait ce grand général et par conséquent le soutien de la révolution islamique d’Iran a la résistance. Moi, je parlerai de ce qu’il a offert au Liban.

Le martyr Qassem Soleimani, incarne le modèle du vrai leader, qui s’est tenu aux côtés de nombreux pays de la région pour faire face à l’arrogance mondiale. Cet homme a accompli avec performance sa mission de soutien à la résistance dans la région.

Soleimani et la libération du Sud Liban en 2000

S’agissant du Liban, quand Soleimani a été chargé à la tête de la force al-Quds en 1992, il n’a pas attendu pour qu’on parte chez lui en Iran, c’est lui qui est venu au Liban et entretenu des relations solides avec les dirigeants du Hezbollah, dans la mesure où nous sentions qu’il était l’un de nous. Il a rapidement appris la langue arabe.

Hajj Qassem Soleimani était un exemple du véritable chef du djihad islamique qui reflétait les vrais valeurs de l’islam, de l’école de l’Imam Khomeini et des concepts de cette révolution islamique bénie.

Sa présence a toujours été grande parmi nous, même sur le terrain et sur les lignes de front.

Au lieu de partir chez lui en Iran, il venait très souvent au Liban pour suivre de près les besoins de la résistance. Il nous apportait une assistance morale, logistique et matérielle.

En 1998, les opérations de la résistance au Liban étaient à leur apogée. L’une des raisons du développement des opérations de la  résistance et l’une des principales raisons de la libération du sud Liban en l’an 2000 a été réalisé grâce au suivi et au soutien du Hajj Qassem Soleimani, en tant que représentant de la République islamique d’Iran.

Il était un partenaire à part entière dans la libération du Liban le 25 mai 2000 et après son martyre, il est de notre devoir de dévoiler la vérité.

Après l’an 2000, il considérait que le Liban était toujours en danger et dans la ligne de mire de la vengeance israélienne, d’où le besoin de développer les capacités de la résistance et sa possession de missiles sol-sol ou sol-mer et d’autres. Il a dans ce contexte œuvré pour le développement de la force de dissuasion de la résistance face à Israël.

Soleimani et la défaite israélienne en 2006

Lors de la guerre israélienne contre le Liban en 2006, Soleimani était à Téhéran puis est venu en Syrie. Il nous a contactés pour venir au Liban. Il est resté à nos côtés durant  cette guerre, dans la banlieue sud de Beyrouth sous la pluie des bombardements israéliens.

Malgré les conditions difficiles, Soleimani nous disait soit je meurs avec vous ou nous vivrons ensemble.

Et puis au lendemain de la fin de la guerre de 2006, il est rentré à Téhéran pour assurer le soutien aux déplacés, dont les maisons ont été détruites par les bombardements israéliens. La priorité était de ne laisser aucune personne dans la rue. L’Iran a également contribué à la reconstruction des zones affectées.

Menace existentielle pour ‘Israël’

Apres 2006, il a poursuivi ses efforts et est revenu lors de la guerre contre les takfiristes en Syrie.

Toujours au Liban, certains tentent de minimiser l’ampleur de la victoire sur les groupes terroristes takfiristes dans l’Anti-Liban. Sachez que la défaite de Daech à Homs, à al-Badiah, AlSakhneh… nous a permis de vaincre Daech et al-Nosra à la frontière Est du Liban. C’était une seule bataille. Hajj Qassem était présent en personne dans toute cette bataille.

Aujourd’hui, toutes les capacités et l’expertise de la résistance libanaise sont dues aux efforts et à la contribution de Hajj Qassem. Ce Liban, jadis vu par l’ennemi comme le plus faible maillon de la région, est devenu la plus grande menace existentielle pour Israël, selon l’aveu des dirigeants israéliens.

La résistance peut protéger le Liban et ses ressources, mais aussi elle constitue la menace majeure existentielle pour l’ennemi.

Franchement, jamais on ne s’attendait à ce que la résistance libanaise devienne aussi forte et menaçante pour l’ennemi. Tout ceci est grâce à Dieu, à la République Islamique dirigée par Sayed Khamenei, et son émissaire Hajj Soleimani.

‘Je suis votre serviteur’

Avec toute cette humilité, Hajj Qassem n’a jamais vanté de nous avoir fourni toutes ces formes d’aides. Il disait toujours: « C’est mon devoir, je le fais pour plaire à Dieu. Il nous disait: Je suis votre serviteur ».

Pendant 20 ans, jamais la République Islamique ni Hajj Qassem ne nous ont demandé quoi que ce soit. Une fois, ils nous ont demandé de déléguer des experts pour aider nos frères combattants en Irak dans la lutte contre Daesh.

Personne ne peut réaliser, qu’il y a un pays et des dirigeants qui pensent de la sorte.

Ils nous aident sans même attendre de remerciement de notre part. Nous ne sommes pas d’outils iraniens. Nous sommes les partenaires, les amis d’Iran.

Les responsables de la résistance palestinienne l’ont même reconnu: Jamais l’Iran ne nous a fait une demande pour son intérêt. Telle est la république islamique, tel est l’Islam politique que certains tentent de déformer à travers Daesh et Cie.

Cette République fournit tout type d’aides aux peuples opprimés de la région.

Voici le modèle du grand général modeste Hajj Soleimani: il est présent partout sur les premiers fronts de combat.

Nous avons besoin d’un tel modèle comme Souleimani et al-Mohandess. Un modèle qui nous sert d’exemple à suivre.

Remercier les deux martyrs qui ont vaincu Daesh

Hajj Abou Mahdi al-Mohandess partageait les mêmes qualités. Il se considérait comme un étudiant, un soldat dans les rangs de Soleimani. Pourtant il commandait plus de 120 mille combattants, il était le vice-commandant du Hached al-Chaabi. C’est l’image de l’amour, de la grâce, de la miséricorde.

Ce n’est pas un hasard que les deux tombent en martyre ensemble. Dieu a choisi pour ces deux leaders de tomber en martyre ensemble, et leur martyre a eu des dimensions stratégiques pour les peuples iranien et irakien.

Quand Daech a pris le contrôle de l’Est de l’Euphrate, et est devenu aux abords de Bagdad et de Kerbala, l’autorité religieuse sage irakienne a décrété la fatwa du jihad. Le lendemain, Hajj Qassem est allé à la tête de combattants pour soutenir les frères irakiens. Il pourrait rester en Iran et déléguer ses officiers en Irak.

Daech, formés aux mains des Américains, et soutenus par les médias du Golfe, a apporté le projet le plus dangereux pour la région.

Hajj Abou Mahdi al-Mohandess était l’un des premiers commandants à se mettre en face de Daech et à vaincre ce groupe terroriste. La défaite de Daech a sauvé tous les pays de la région, et a favorisé la défaite de Daesh en Syrie. La Jordanie, le Koweit, l’Arabie Saoudite, l’Iran et même la Turquie auraient payé un lourd tribut si Daesh avait vaincu.

Grâce à Qassem Soleimani et Abou Mahdi, grâce au grand nombre de combattants, Daech a subi une défaite écrasante.

Tous les pays de la région doivent remercier les deux martyrs et tous les autres combattants ainsi que nos frères Libanais qui ont vaincu Daesh et préserver la sécurité dans la région.

Regardez ce que fait Daech en Afghanistan, au Nigéria, dans quelques régions en Syrie. Regardez les crimes et les massacres qu’il commet.

Avec ces deux martyrs, nous sommes devant un exemple type du combattant sincère qui œuvre jour et nuit pour vaincre les dangers.

‘Les funérailles à Téhéran ont terrifié Trump’

Je passe aux effets et résultats de ce grand martyre:

– La réunification des rangs des Irakiens qui étaient peu de temps avant ce martyre face à une grande division US.

– La participation grandiose aux funérailles du martyr Hajj Qassem Souleimani à Téhéran et Ahwaz. Jamais de funérailles aussi imposantes n’ont eu lieu dans l’histoire comme celles de l’Imam Khomeiny. La procession funèbre de Hajj Qassem Souleimani équivalait à celle de l’imam Khomeiny. Permettez-moi de vous dire: le peuple iranien n’a pas d’égal dans le monde. Citez-moi l’exemple d’un autre peuple au monde prêt à participer aux funérailles de son leader du matin jusqu’au coucher du soleil. Ils sont descendus, petits et grands, pour se mettre debout toute la journée en bravant un froid glacial.

Un expert US a dit que les funérailles à Téhéran ont terrifié Trump et l’administration US. C’étaient des funérailles inouïes.

De même à Ahwaz, à partir de laquelle les pays du Golfe complotent contre l’Iran, en exploitant les conditions de vie difficiles de la population. Quand j’ai assisté aux funérailles à Ahwaz, j’ai récité le verset coranique: « Aujourd’hui, les mécréants désespèrent (de vous détourner) de votre religion ».

La scène des funérailles sans précédent a frappé de plein fouet le moral des Américains et d’autres.

Le sang des martyrs a renforcé la scène intérieure iranienne face aux complots US.

Parmi les effets de ce grand martyr, les valeurs de la résistance, du dévouement, du sacrifice et de la fidélité, ont été revivifiées. N’oubliez point les efforts majeurs déployés sur le plan international pour tourner en dérision notre culture islamique. Ces deux martyrs auraient pu rester auprès de leurs familles au lieu de passer leur vie sur les champs de bataille.

Made in USA devant chaque endroit frappé par les USA

Parallèlement, les Américains répandent la culture de la sédition entre les pays. Ils nous disent: quel est le rapport entre le Liban et l’Irak? L’Irak et la Syrie?… ils essaient de nous montrer que notre rapport est illogique et insensé.

Ce martyre a remis en question le rôle de la présence US dans notre région. Les USA qui se présentaient comme étant la garantie sécuritaire de la région. Ce martyre a montré aux peuples que les USA sont des criminels, des comploteurs et des occupants qui cherchent à s’accaparer de nos richesses.

Tout comme l’Entité sioniste et les groupes terroristes, formés aux mains des USA pour détruire notre région islamique. Devant chaque endroit frappé par les terroristes, on doit écrire « Made in USA ».

Les USA constituent la première menace et Israël est une caserne militaire implantée dans notre région. Le premier pilleur de notre pétrole et notre gaz est les Etats-Unis.

Le châtiment juste: l’expulsion des USA

Je passe au troisième titre, celui du châtiment juste: la riposte au crime US ne sera pas sous forme d’une seule opération militaire. Ce qui a eu lieu à Ain el-Assad est une gifle aux forces US. Ce n’est pas la riposte. C’est un début militaire, le premier pas fort dans une série de ripostes stratégiques visant à expulser les forces US de notre région.

Lorsque la force balistique  iranienne a lancé des missiles sur la base militaire US. Le ministre US à la défense a reconnu que cette frappe a atteint ses objectifs. Toute la région était au bord d’une guerre.

Dès les premières heures de l’attaque, les médias US et ceux du Golfe ont minimisé l’ampleur des pertes. J’ai alors réalisé que Trump va ‘avaler’ cette frappe.

La frappe iranienne: Un courage sans précédent

Mais pour être juste, cette grande frappe reflète un courage inouï chez l’administration iranienne. Elle a bombardé aux missiles une base militaire, et ceci n’a jamais eu lieu depuis la Deuxième guerre mondiale. C’est un Etat qui a lancé cette opération, il ne s’agit pas d’une guérilla. Qui ose dans le monde entier de faire ceci? Surtout que Trump a menacé de frappé 52 cibles en Iran dont des sites culturels.

Cette gifle a révélé la véritable force iranienne et a montré que toutes les bases américaines sont à portée de tir de l’Iran.

Dans notre région, il existe des gens viles et bas qui se méprisent et méprisent tout facteur de force. Ces missiles sont purement fabriqués en Iran, sans l’aide d’experts occidentaux. Donc, l’arme était iranienne, la décision de guerre est iranienne, et le courage est iranien.

Le prestige US brisé

11 missiles se sont abattus sur cette base, de l’aveu des responsables US.

Les Américains n’ont pas pu intercepter un seul missile. C’est un message très fort aux Américains et aux Israéliens. Netanyahu voulait toujours tirer des missiles sur l’Iran. Cet idiot ne savait pas ce qu’il attendait.

Dorénavant, il faut que les dirigeants US prennent en compte les menaces iraniennes. Il est vrai que le bombardement a eu lieu dans la base US en Irak, mais ceux qui ont pleuré l’événement sont les Israéliens.

Quant aux dégâts humains, les prochains jours le révèleront. Mais, sur le plan logistique, de lourdes pertes estimées à des millions de dollars ont été enregistrées.

Des radars sophisitiqués, des avions, des drones ont été détruits. En bref, le prestige des USA a été brisé.

Après cette frappe, ce sont les Israéliens qui sont horrifiés de l’idée de voir les Américains se retirer de la région.

Rappelez-vous comment Trump et les dirigeants à ses côtés ont tenu la conférence de presse. Avaient-ils la mine des vainqueurs ou des personnes vaincues?

L’Iran a clairement averti: en cas de riposte US, toutes les bases militaires US seront bombardées ainsi qu’Israël.

La décision de la riposte n’est pas seulement celle de la direction, mais c’est la décision des millions du peuple iranien qui ont participé aux funérailles du général Soleimani.

Trump: le plus grand menteur

C’est Trump qui s’est ensuite rétracté et qui a commencé à calmer le jeu en affirmant sa volonté de coopérer avec les Iraniens contre Daech. Espèce de menteur. Tu veux coopérer contre Daech et tu as tué les deux dirigeants militaires qui ont combattu le plus ces terroristes? Tu dis que tu soutiens le peuple iranien et tu imposes sur lui les sanctions les plus dures dans leur histoire.

Trump est le plus grand des menteurs. Non, Soleimani n’a jamais prévu de viser des ambassades américaines. Ce n’est qu’une excuse pour justifier son crime.

Bref, c’est une gifle faisant partie d’un long parcours stratégique.

L’Irak, l’endroit où le crime US a été commis, sera la deuxième partie qui ripostera. Les USA ont tué un dirigeant militaire irakien, sur le sol irakien, et pour affaiblir le Hachd al-Chaabi qui combat Daech pour protéger le pays. L’autorité religieuse, et ensuite la direction irakienne ont revendiqué leur droit à la riposte.

Je souhaite que Massoud Barzani soit reconnaissant envers Hajj Qassem Souleimani, qui a répondu immédiatement à son appel de venir sauver Erbil de Daesh.

Hajj Qassem, est venu avec des combattants, dont ceux du Hezbollah, pour déloger Daesh des régions kurdes, alors que Barzani tremblait de peur.

Je remercie le parlement irakien pour la loi adoptée appelant au retrait des forces US. Ce sera la meilleure riposte, le rêve de Hajj Qassem de voir les Américains chassés du pays, eux qui transportaient par hélicoptères les combattants de Daech.

Sachez que les USA vont intimider et tenter de menacer les Irakiens pour demeurer sur le sol irakien, dans le but de piller les richesses pétrolières du pays.

L’axe de la Résistance doit passer à l’acte

Quant au reste de l’axe de la résistance, il doit commencer l’action. Il doit passer à l’acte. Les forces de la résistance sont sérieuses, et les jours suivants montreront ceci. Les USA doivent quitter de notre région. Sinon, ils quitteront nos pays dans les cercueils. Celui qui mise sur notre oubli ou notre fatigue a tort. Les prochains jours montreront que la riposte sur le martyre de Hajj Qassem Souleimani et Hajj al-Mohandess est sûre et certaine.

L’administration US paiera fort ce crime. J’ai entendu Trump, Pence, Esper et autres qui ont prétendu que le monde sera plus sûr après la mort de Soleimani. Vous allez découvrir votre erreur. Vous ne verrez pas la sureté et la stabilité dans notre région.

Vous avez eu tort, et vous découvrirez ceci par le prix du sang.

Cette occasion a ouvert une nouvelle page dans l’Histoire de la région. Les évènements se succèderont dans le sillage d’un long parcours de riposte. Ce sang ne sera pas versé vainement, et les martyrs réaliseront leurs objectifs ultimes.

Sources: AlManar + AlAhed

http://french.almanar.com.lb/1614384


 

LE SECRÉTAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH, SAYED NASRALLAH, AFFIRME QUE LORSQUE LES SOLDATS US RETOURNERONT EN CERCUEILS, TRUMP SAURA QU'IL A PERDU LA REGION

Sayed Nasrallah: Lorsque les militaires US retourneront en cercueils, Trump saura qu’il a perdu la région

Sayed Nasrallah: Lorsque les militaires US retourneront en cercueils, Trump saura qu’il a perdu la région

folder_openVidéos access_timedepuis un jour

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

Le secrétaire général du Hezbollah, sayed Hassan Nasrallah, a affirmé que la riposte à l’assassinat du général Qassem Soleimani et du chef du Hachd al-Chaabi abou Mahdi al-Mouhandes sera le retour des militaires étasuniens en cercueils.

https://www.french.alahednews.com.lb/33887/338


 

MESSAGE DE SAYED NASRALLAH, SECRÉTAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH LIBANAIS POUR LE MARTYRE DU GENERAL SOULEIMANI

Message de S. Nasrallah pour le martyre du général Souleimani « le maitre des martyrs de l’Axe de la résistance »

 Depuis 8 heures  3 janvier 2020

sayed

 Liban - Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le numéro un du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a en personne présenté ses félicitations et condoléances pour le martyre du chef de l’unité al-Quds du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) le général Qassem Souleimani et du numéro 2 du Hachd al-Chaabi Abou Hadi al-Mohandes.
Voici ci-dessous le texte de sa déclaration.

Dieu a dit : (Parmi les croyants il est des hommes qui ont tenu la promesse qu’ils ont donnée à Dieu. D’aucuns ont succombé. D’autres attendent mais ne changent point)

Au frère bien-aimé et grand chef Hajj Qassem Soleimani qui est parvenu  à bout de ses espoirs et dont les vœux les plus chers lui ont été exaucés, recevant la médaille honorable du martyre pour devenir avec mérite le maître des martyrs de l’Axe de la résistance, je présente à son excellence notre imam, le maitre des temps, que Dieu Tout-Puissant hâte son soulagement, à son éminence le commandant et imam, le grand ayatollah Ali Khamenei, à nos grandes références, à nos chers frères les responsables de la République islamique d’Iran, en particulier aux dirigeants des Gardiens de la révolution islamique, au grand peuple iranien résistant, sans oublier l’honorable famille de Hajj Qassem, je leur présente un par un mes meilleures vœux de bénédiction et mes plus sincères condoléances pour la perte de ce commandant  courageux, entreprenant, ce modèle et père tendre pour tous les combattants de la résistance et les moudjahidines de notre région.

Béni soit son martyre. Je l’envie pour ce grand martyre et cette heureuse fin de vie qui s’inscrit dans l’école de Hussein et de Zeinab, que la paix soit sur eux.

C’est ainsi que nous percevons la scène et la situation. Quant à nous qui sommes restés après lui, nous suivrons sa voie, nous travaillerons jour et nuit pour réaliser ses objectifs, nous porterons sa bannière dans toutes les arènes, les champs et les fronts.
Par la bénédiction de son sang pur, les victoires de l’axe de résistance prendront davantage d’ampleur. Comme elles s’étaient renforcées par sa présence continue et sa lutte acharnée.

Le châtiment juste contre ses assassins criminels qui sont les pires méchants de ce monde relèvera de la responsabilité, du dépôt et de l’action de tous les combattants de la résistance et des moudjahidines du monde entier.

Par leur grand crime, les tueurs américains, si Dieu le veut, ne pourront atteindre aucun de leurs objectifs. Au contraire, tous les objectifs de Hajj Qasim seront réalisés par la grandeur de son âme et de son sang et par les bras de ses frères, des ses fils et étudiants qui résistent et les moudjahidines de tous les peuples de notre nation qui rejettent l’humiliation et la soumission aux arrogants et aux tyrans.

Gloire, honneur, notoriété pour le grand chef martyr Hajj Qassem Souleimani, -que Dieu soit satisfait de lui-, et pour tous les chers moudjahidines qui sont tombés en martyrs avec lui, en particulier le grand chef martyr Abu Mahdi al-Mouhandes, que Dieu soit satisfait de lui .

Sayed Hassan Nasrallah
Vendredi 03 janvier 2020
Correspondant à 7 Jumada I 1441 AH

Source: Al-Manar

http://french.almanar.com.lb/1602493


 

CARLOS GHOSN EN FUITE AU LIBAN FAIT L'OBJET D'UNE DEMANDE D'ARRESTATION D'INTERPOL ET RISQUE DES POURSUITES JUDICIAIRES POUR VISITE EN "ISRAËL"

Carlos Ghosn au Liban: demande d’arrestation d’Interpol et risques de poursuites judiciaires pour visite en « Israël »

 Depuis 2 heures  2 janvier 2020

carlos_ghosn

 Liban - Moyent-Orient

 

A peine arrivé au Liban,  Carlos Ghosn est rattarpé par ses problèmes. Le magnat de l’automobile déchu ayant fui le Japon , fait déjà l’objet d’une demande d’arrestation envoyée par l’Interpol. Il risque aussi dans ce pays auquel revient l’une de ses trois nationalités, des poursuites judiciaires pour un déplacement en Palestine occupée.

« Le parquet général (…) a reçu une notice rouge d’Interpol concernant le dossier Carlos Ghosn », a indiqué le ministre libanais de la Justice Albert Sarhane, cité par l’agence de presse officielle ANI.

Au terme d’une fuite rocambolesque, l’ex-patron de Renault-Nissan poursuivi au Japon pour malversations financières est arrivé lundi au Liban, où son lieu de résidence reste inconnu.

Interpol n’émet pas de mandats d’arrêt et ne peut déclencher ni enquêtes ni poursuites, mais les pays membres et les tribunaux internationaux peuvent demander la publication de « notices rouges ». Ces avis de recherche internationaux s’appuient sur des mandats d’arrêt nationaux, dont les informations qu’ils contiennent sont transmises aux autres membres via une base de données sécurisée.

Les autorités libanaises avaient déjà annoncé que M. Ghosn était entré « légalement » dans le pays, avec un passeport français et une carte d’identité libanaise, selon une source à la présidence.
De son côté, la Sûreté générale avait assuré que rien n’imposait « l’adoption de procédures à son encontre » ni « l’exposait à des poursuites judiciaires » au Liban. Et le ministère libanais des Affaires étrangères avait rappelé qu’il n’existait pas d’accords de « coopération judiciaire » ou d’extradition avec le Japon.

M. Ghosn, qui fut le chef d’entreprise le mieux payé au Japon, y a été arrêté fin 2018. Il fait l’objet de quatre inculpations dans ce pays: deux pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan (qui est aussi poursuivi sur ce volet), et deux autres pour abus de confiance aggravé.

Des poursuites au Liban aussi

Or, des poursuites judiciaires l’attendent aussi au Liban. Des avocats ont demandé au parquet général d’entamer des poursuites contre M.Ghosn pour un déplacement en Palestine occupée.
Il s’y était rendu en 2008 dans le cadre d’un partenariat pour le lancement d’une voiture électrique.

« Avoir des rapports avec Israël ce n’est pas une question d’opinion, la loi interdit toute normalisation », a indiqué jeudi à l’AFP Hassan Bazzi, un des trois avocats ayant présenté une requête auprès du parquet général.

Le « rapport » présenté au parquet reproche à M. Ghosn d’avoir commis « le crime d’entrer en pays ennemi et d’avoir violé la loi du boycott d’Israël », a rapporté l’agence de presse officielle ANI.
« Où était le parquet général et la sureté générale lors des précédentes visites au Liban de M. Ghosn, après qu’il se fut rendu en Palestine occupée et qu’il y fut photographié », s’est insurgé Me Bazzi.
« Les pauvres sont poursuivis au Liban, tandis que ceux qui ont gagné des millions en faisant des investissements avec l’ennemi sont traités en héro », a fustigé l’avocat.

Source: AFP

http://french.almanar.com.lb/1601228


 

LE HEZBOLLAH LIBANAIS : "LES USA ONT RATE LEUR OBJECTIF D'INSTRUMENTALISER LA CRISE INTERNE. LA NOMINATION DE DIAB LEUR A COUPE LA VOIE"

Hezbollah : la nomination de Diab a coupé la voie à l’exploitation américaine de la crise

 Depuis 8 heures  23 décembre 2019

ch_qaouk

 Hezbollah - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Pour le Hezbollah, la nomination de Hassan Diab au poste de Premier ministre empêche les Etats-Unis d’exploiter la crise libanaise et constitue une véritable occasion pour les Libanais pour résoudre leur crise.

« Les Etats-Unis ont raté leur objectif d’instrumentaliser la crise interne. Leur tentative de l’exploiter s’est butée contre un mur. Après avoir tenté d’instrumentaliser la crise au Liban pour réaliser des acquis politiques, la nomination du Premier ministre Diab leur a coupé la voie», a déclaré cheikh Nabil Qaouk, le membre du Conseil central du Hezbollah dans un discours prononcé le dimanche 22 décembre.

Estimant qu’avec la nomination de M. Diab, le Liban se trouve face à une véritable opportunité pour former un gouvernement qui puisse sauver le Liban du pire, il a appelé les forces libanaises à saisir cette occasion et à œuvrer pour la faire réussir.

« Les différentes forces politiques sont invitées à adopter une position nationale en donnant au Premier ministre désigné la chance de mettre sur pied un gouvernement de salut, et non un gouvernement de confrontation », a-t-il dit. Selon lui, leur contribution dans le nouveau gouvernement devrait se traduire par « des points de vue qui soient de concert avec ceux du Premier ministre désigné ».

« Ce gouvernement de salut doit être à l’écoute de toutes les revendications du peuple et bloquer toutes les voies au complot », a-t-il ajouté.

Assurant que le Hezbollah ne convoite aucun portefeuille du gouvernement, il a mis en garde contre ceux qui entravent le processus de formation du gouvernement, estimant qu’ils « ne souhaitaient pas que les crises économique, financière et sociale soient réglées ».

http://french.almanar.com.lb/1589865


 

LIBAN : LE HEZBOLLAH APPELLE A L'ADOPTION DES LOIS ANTI-CORRUPTION ET RÉITÉRE SON REFUS A TOUTE INGÉRENCE US

Le Hezbollah appelle à l’adoption des lois anti-corruption et réitère son refus à toute ingérence US

 Depuis 5 heures  15 novembre 2019

bloc-hezbollah

 Liban - Moyent-Orient

 

Le bloc parlementaire de la Fidélité à la résistance, principalement composé de députés du Hezbollah, a appelé le jeudi 14 novembre toutes les formations politiques libanaises à « contribuer à l’adoption des lois permettant de lutter contre la corruption », alors que les Libanais sont mobilisés depuis 29 jours contre la classe dirigeante, accusée de corruption.

« Nous appelons tous les blocs à contribuer à l’adoption des lois qui aident à lutter contre la corruption », ont indiqué les députés du Hebzollah dans un communiqué publié à l’issue de leur réunion hebdomadaire.

Lors d’un discours prononcé lundi, le secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, avait appelé la justice libanaise à mener la lutte contre la corruption « avec courage et sans céder à une quelconque pression ».

Le Parlement doit discuter mardi prochain de plusieurs textes de loi dans ce cadre, notamment une loi prévoyant l’établissement d’un tribunal spécial sur les crimes financiers et la loi sur la lutte contre la corruption.

Le bloc a par ailleurs appelé les Libanais à « prendre conscience des risques de la situation actuelle, laquelle nécessite de respecter l’unité nationale et de relancer le bon fonctionnement des administrations publiques ». Les députés du Hezbollah ont encore appelé à « la coopération » de tous afin de lutter contre la crise économique et financière.

« Nous refusons toute ingérence américaine sur la scène intérieure libanaise », a réitéré le Hezbollah qui « condamne les déclarations du secrétaire d’Etat US », Mike Pompeo.

Vendredi dernier, M. Pompeo, avait appelé à « soutenir » les Libanais et les Irakiens qui manifestent depuis des semaines.

Source: Avec OLJ

https://french.almanar.com.lb/1556117


 

LIBAN : LE PREMIER MINISTRE SAAD HARIRI A REMIS SA DÉMISSION AU PRESIDENT MICHEL AOUN

Liban: le Premier ministre démissionne

 Depuis 16 minutes  29 octobre 2019

hariri

 Liban - Moyent-Orient

 

Au 13ème jour de la contestation, le Premier ministre libanais Saad Hariri a remis sa démission au chef de l’Etat libanais Michel Aoun.

Avant de se rendre au Palais pésidentiel de Baabda, M. Hariri, 49 ans, s’était adressé au Libanais faisant part de sa volonté de présenter cette démission décidée « face à la volonté de nombreux Libanais qui sont descendus dans la rue pour réclamer le changement ».

Lors d’une très brève allocution télévisée, il a appelé « tous les Libanais à privilégier l’intérêt du Liban (…) à protéger la paix civile et à prévenir toute détérioration de la situation économique ».

Le pays est quasiment paralysé depuis près de deux semaines par des barrages routiers qui bloquent les principales entrées de la capitale. Banques, écoles et université sont fermées.

Trente ans après la guerre civile (1975-1990), la population souffre toujours de pénuries chroniques d’eau et d’électricité. Plus d’un quart de la population vit sous le seuil de pauvreté et le pays figure parmi les plus corrompus du monde.

M. Hariri avait annoncé le 21 octobre un plan de réformes: mesures contre la corruption, budget sans nouveaux impôts, programme de privatisations pour lutter contre le dysfonctionnement des services publics, aides en faveur des plus défavorisés…

Selon la presse, les capitales occidentales, notamment Paris et Washington, étaient intervenues auprès de M. Hariri pour lui demander de rester à son poste, au nom de la stabilité.

La colère populaire avait explosé le 17 octobre après l’annonce d’une nouvelle taxe sur les appels via la messagerie WhatsApp. La rapide annulation de la mesure n’a pas empêché la révolte de gagner l’ensemble du pays, de Tripoli au nord à Tyr au sud.

 

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/1538242


 

LIBAN : NE PAS SE TROMPER DE COMBATS ET D'ENNEMIS

Georges Chidiac

17 h · 

L’image contient peut-être : 2 personnes, gros plan

حركة ٢٢ أب

19 octobre, 15:32 · 

لا تدعوا أحد يسرق ثورتنا !
اطردوا أحزاب السلطة الدجالين !
جميعهم سارقون، مجرمون، فاسدون !
#لبنان_ينتفض #كلن_يعني_كلن
#يرجى_النشر

Voir la traduction

1Jacques Tourtaux

3 commentaires

 

  • Jacques Tourtaux : Celui-là, c'est un pro USA.

     

    • Georges Chidiac : Jacques Tourtaux lequel celui de dos ou de face?

       

    • Jacques Tourtaux : Je parle de celui de face. C'est un de ces corrompus qui veulent éjecter les ministres libanais issus de la Résistance, notamment les ministres du hezbollah et se débarrasser du président Aoun, un homme intègre. Ce sont les corrompus qui veulent chasser du pouvoir ceux qui ne sont pas corrompus et bien sûr prendre leur place.

    • Je rappelle que les dernières élections au Liban ont été gagnées par le hezbollah et ce soir est intervenu Sayed Nasrallah, le chef du hezbollah qui soutient les légitimes revendications populaires mais qui dénonce les ministres corrompus qui sont tous des pro USA/Israël et bien sûr, comme, entre autres, à Hong Kong et au Vénezuela, ce sont les fascistes faucons US qui tirent les ficelles et arrivent à entraîner les foules derrière eux.

    • Ce qui est très grave, c'est que les médias menteurs et leurs journaleux diffusent leurs mensonges qui sont repris par nombre d'internautes qui croient que des caméléons comme le sinistre Joumblatt, ici sur la photo du monstre à deux têtes, est un révolutionnaire.

    • Il ne faut pas se tromper de combats et d'ennemis.

    • Ce que veulent Trump et ces semblables au Liban, c'est manipuler ces foules de braves gens pour une sorte de "printemps arabe" qui n'est autre qu'une contre-révolution comme ce fut le cas en Tunisie et en Egypte.

    •  

HASSAN NASRALLAH : LE COMBATTANT DU SIECLE

Hassan Nasrallah: le combattant du siècle

 Depuis 8 heures  5 septembre 2019

sayed_combattant1

 Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah

 

«Un monde qui s’achète et se vend, grimpe ou chute au grès des taux du dollar
Et de l’once d’or qui grimpent ou chutent au grès de la variation du prix du sang oriental.
Non…Beyrouth est la boussole du combattant.» (1)

Avant propos

L’un des principes fondamentaux qui régit les Etats est sanctionné par l’article premier de la Charte des Nations Unies (ONU): le Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ce qui implique que la sécurité collective internationale et son corollaire la paix ne peut être garantie si ce premier principe n’est pas respecté. Par conséquent tout acte politique devrait s’appuyer sur ce principe pour avoir une légitimité politique et juridique internationale. Tant qu’un Etat donné respecte ce principe, la non-ingérence dans sa politique interne est garantie par l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Mais en théorie, seulement, puisque la charte des Droits de l’Homme, enrichie récemment par la Responsabilité de protéger, permet à certains Etats de s’ingérer dans les Affaires internes d’un autre Etat, anciennement colonisé. Et les Etats qui s’octroient le droit d’ingérence sont passés par trois étapes historiques: esclavagiste au nom du Droit divin, colonialiste au nom de la Civilisation et enfin impérialiste au-dessus de la Loi au nom de la Responsabilité de protéger. La disparition de l’URSS a accéléré cet état de fait. «Nous américains, nous sommes maintenant un Empire et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité.» (2) Autrement dit, mensonge est vérité et réciproquement, tout est fonction des intérêts de l’Empire. Inutile de préciser que l’Angleterre et la France adhèrent à cette vision du Maître, avec chacun, sa propre sensibilité.

Un exemple :

_Le16 février 2017, le président syrien Bachar El Assad affirme devant des journalistes français ceci: «les terroristes ont le soutien de nombreux pays occidentaux, y compris la France, le Royaume Uni, ainsi que la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar dans notre région. » (3)

_Le 4 janvier 2018, le président E. Macron affirme qu’«en Syrie, nous avons un ennemi : Daech. Nous sommes en passe de le vaincre. Le peuple syrien a un ennemi, il s’appelle Bachar el-Assad, mais il est toujours là.»(4)

Tout d’abord une traduction: le  « Nous » du président français veut dire : pays occidentaux. L’affirmation de Macron sous-entend que les combattants du Hezbollah faisaient et font du tourisme en Syrie et en particulier à Palmyre. De même pour les Iraniens et les Russes.

Mais des deux présidents qui dit la vérité?

L’individu lambda démocratisé répondra sans hésitation: celui qui « ne mériterait pas d’être sur la terre.» (5)

Or le passé regorge de déclarations mensongères des dirigeants occidentaux:

_La fiole du Secrétaire d’Etat américain Colin Powell, brandie à la face de l’humanité.

_La Libye devenue le paradis des organisations terroristes et mafieuses grâce à la Responsabilité de protéger chère à la bande des trois (Etats-Unis, Angleterre et France)

Et si cela ne suffit pas, je cite un extrait du discours du Président syrien, prononcé le 21 janvier 2006 devant le parlement syrien :«je n’exagère pas lorsque je dis que certaines puissances internationales – connues de tous-évoquent dans les couloirs du Conseil de sécurité des Nations Unies la tentation d’enfreindre le principe de souveraineté nationale, sous différents prétextes…»(6)

Et pour cause, l’Occident pense que ce qu’il veut pour lui est bien pour le reste de l’humanité. C’est pour cette raison que le retour de la Russie et de la chine sur la scène internationale est une bénédiction pour l’humanité.
Et sans la République islamique d’Iran, l’armée syrienne et le Hezbollah, la carte géopolitique de cette partie du monde et de la Syrie, en particulier, aurait été un ensemble d’Etats confettis, colorés en fonction des couleurs ethniques et religieuses. Mais pour les puissances occidentales, les destructions matérielles, les dizaines de milliers de morts, enfants, femmes et hommes ne sont que des dommages collatéraux. Certes, pour créer sa «propre réalité», Mme Madeleine Albright, ancienne Secrétaire d’Etat reconnaît que c’est «un choix très difficile mais nous pensons que c’est le prix à payer.» (7)

Que répondre à cette dame civilisée?

En 2008, le journaliste irakien, Mountazer al-Zaïdi a répondu en lançant sa chaussure en guise de réponse à la face du président américain, George Bush, junior.

Ceci dit, on ne peut effacer la lourde responsabilité du président Saddam Hussein. Il a ouvert la bergerie aux loups. En effet, ayant oublié que les ennemis principaux sont les puissances occidentales, l’Etat d’Israël, la Turquie et les monarchies du Golfe, il se lança dans une guerre sans issue contre la jeune République islamique d’Iran. Cette dernière venait de reconquérir sa pleine souveraineté politique et …son pétrole(8). Une grande erreur stratégique de celui qui allait devenir  « l’Hitler » arabe. Et pour l’Irak et pour les autres peuples de la région. Il a oublié que la maîtrise de la route de la soie, c’est à dire gazoduc, pétrole et gaz, rendent les défenseurs du Droit international sans foi ni loi.
A cela, s’y greffe la suprématie d’une partie de lui-même, l’État d’Israël, relevant de l’ordre du divin. Et tout dirigeant arabe qui fait fi de cette réalité est mentalement colonisé. Il en est de même du dirigeant africain. La zone décrétée rouge pour raison de lutte contre les organisations terroristes, endoctrinée par les vassaux du Golfe avec l’aval du Maître, regorge de richesses stratégiques, pétrole, bien sûr, mais aussi or, diamant, minerai rares et stratégiques. Une réalité qui nous rappelle F. Fanon : «chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, l’accomplir ou la trahir.» (9)

Nous y sommes! Et c’est à la lumière de la lutte politique, voire militaire contre l’impérialisme occidental qu’on doit juger qui trahit ou non cette mission.

Le Hezbollah et le combat anti-impérialiste

Présentés comme étant les Accords qui allaient ouvrir une ère de paix entre les Etats arabes et l’État d’Israël, les accords de Camp David signés le 17 septembre 1978 par le président égyptien Anouar el-Sadate et le premier ministre israélien Menahem Begin marquèrent le début de la dislocation de la Ligue arabe avec les conséquences politiques et militaires actuelles. Un événement historique qui a ouvert la voie de la normalisation politique avec l’Etat d’Israël et produit les bouleversements géostratégiques porteurs de lourdes menaces.

Manque les conditions culturelles et politiques pour gagner l’adhésion populaire arabe. Pour atteindre cet objectif, il faut tout d’abord disloquer le Front du refus constitué par L’Irak, la Syrie, la Libye, l’Algérie et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). Conditions nécessaires pour laisser les mains libres aux monarchies du Golfe, la Jordanie et l’Egypte pour la mise en place de cette normalisation politique.
Quant à l’avenir du peuple palestinien, de cause nationale, il est devenu un passé à oublier. Les événements historiques rappelés dans la première partie ont servi cet objectif. Passage obligé pour fonder le ‘’Grand Moyen-Orient’’, cher à W. Bush. En réalité ce Moyen-Orient fut défini dès 1982 par le haut fonctionnaire des Affaires étrangères israélien Oded Yinon dans « la stratégie de l’Etat d’Israël pour les années 80.» (10). Ce dernier conseillait aux stratèges israéliens de commencer par « la décomposition du Liban en cinq provinces» qui «préfigure le sort qui attend le monde arabe tout entier. » …Irak…Libye… Yémen…

Et la Syrie?

Sans la résistance de l’armée syrienne avec le soutien de la population, en particulier, la minorité chrétienne, la Syrie serait devenu un ‘’ Etat confetti ‘’. De terre de civilisation, elle aurait sombré dans l’obscurantisme salafiste et wahhabite. Evidemment, la Russie et l’Iran ont joué un rôle fondamental dans l’échec occidental en Syrie. Et ce n’est nullement adouber, Assad, Poutine et Rohani que d’affirmer: ces derniers sont du côté du progrès face à la ‘’tribalisation’’ tant espérée par les occidentaux et Israël. En effet, le Grand Israël de la vallée du Jourdain jusqu’à l’Euphrate, cher au sionisme politique, passe par la désintégration des Etats arabes. Dans la défense de l’intégrité territoriale de la Syrie, on ne peut omettre de mentionner le rôle stratégique du Hezbollah. Sans oublier le rôle de ce dernier avec l’aide de l’armée dans le démantèlement des cellules dormantes de djihadistes dans la patrie de la diva Fayrouz. (Cf.Herst Seymour : la Réorientation) (11)…

Et dans le reste du monde arabe?

Ayant oublié le passé colonial, et débarrassées de tout projet politique souverain à même d’émanciper les peuples arabes, leurs classes dirigeantes déploient sur le plan idéologique une armée de prédicateurs obscurantistes pour montrer que l’ennemi est le chiisme et donc il faut mobiliser les  «djihadistes » pour le combattre. Mais en fait, ces derniers servent doublement l’Empire. «Combattants de la liberté et de la Démocratie » pour détruire les Etats souverains et organisations terroristes pour légitimer une intervention militaire occidentale. Ainsi vérité et mensonge se rejoignent pour créer une nouvelle réalité, le chaos créateur.
Cette armée de prédicateurs est secondée par un commando d’intellectuels arabes dont le rôle est de légitimer la politique internationale des puissances occidentales…Chacun à sa manière, ces prédicateurs et intellectuels participent ainsi, au dévoiement de l’islam tout en confondant liberté et souveraineté politique avec servitude volontaire. C’est dans ce contexte idéologique et géopolitique qu’il faut apprécier le combat politique et militaire du Hezbollah sous la direction de Hassan Nasrallah.

Ce dernier utilise avec intelligence le support religieux sur le plan politique avec une ligne rouge: la souveraineté politique du Liban et l’intégrité territoriale sans oublier le soutien au peuple palestinien. Un vieux maghrébin le décrit ainsi: « c’est un grand que les petits ne voient pas…Une phrase prononcée par lui balaye un discours d’une heure de ses contradicteurs.»

Le mouvement des déshérités a permis, tout d’abord, l’émancipation de la minorité chiite qui, jusque dans les années 70, étaient marginalisée sous la coupe de quelques dirigeants féodaux chiites. Et ce combat social et politique était accompagné d’une résistance armée contre l’occupant sioniste (1982 -2000). Et Après le retrait de l’armée israélienne en 2000, le Hezbollah a veillé à ce que les institutions libanaises renaissent. Pour cela, il a fallu beaucoup de sagesse et une vision politique à long terme pour ne pas tomber dans le piège d’une nouvelle guerre civile. Mais au-delà du retrait israélien en 2000 et de la défaite militaire subie par l’armée israélienne en 2006, le Hezbollah et son dirigeant ont mis en échec « la stratégie de l’Etat d’Israël pour les années 80. »

Il serait injuste d’oublier que dans l’échec du plan sioniste de démantèlement du Liban en provinces ethniques et confessionnelles, le Courant Patriotique libanais a joué un rôle politique fondamental. Le document d’Entente mutuelle, acté en février 2006 entre le Hezbollah et le Courant Patriotique libanais sous la direction de l’actuel Président libanais, Michel Aoun est la pierre angulaire de l’unité du Liban.

Enfin, pour conclure, Hassan Nasrallah est l’un des rares dirigeants arabes qui est pris au sérieux car il dit ce qu’il pense et annonce ce qui est à faire. Où, comment et quand, relève des combattants de l’ombre du Hezbollah!

Par Mohamed El Bachir

Source: Réseau international

(1)Mahmud Darwich :poème: la quassida de Beyrouth. Poésie Gallimard, p. 178-197

(2)Christian salmon :http://www.lemonde.fr/idees/article/2008/09/05/le-retour-de-karl-rove-…

(3)https://www.europe1.fr/international/retrouvez-linterview-integrale-exclusive-de-bachar-al-assad-2979629

(4)https://www.lepoint.fr/politique/macron-la-crise-syrienne-ne-peut-etre-reglee-a-quelques-uns-04-01-2018-2184081_20.php

(5)http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/08/17/97001-20120817FILWWW00331-bachar-el-assad-ne-meriterait-pas-d-etre-sur-la-terre-fabius.php

(6) Michel Raimbaud : Tempête sur le Grand Moyen-Orient. p. 309. Edition Ellipses 2015.

https://blogs.mediapart.fr/danyves/blog/081215/8-dec-2015-oui-la-cia-est-entree-en-afghanistan-avant-les-russes-par-zbigniew-brzezinski

(7)https://fr.sputniknews.com/international/201803201035589211-madeleine-albright-morts-enfants-irak/

(8)https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/08/19/la-cia-reconnait-avoir-renverse-le-premier-ministre-iranien-en-1953_3463576_3222.html

(9) Frantz Fanon :Oeuvres (Les damnés de la terre).Edition :La découverte 2011.( p. 589)

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/08/17/97001-20120817FILWWW00331-bachar-el-assad-ne-meriterait-pas-d-etre-sur-la-terre-fabius.php

(10)https://www.renenaba.com/revue-detude-palestiniennes-n-14-fevrier-1982/

(11)http://questionscritiques.free.fr/dossiers/Seymour_Hersh/Etats-Unis_Proche-Orient_redirection_260207.htm

https://french.almanar.com.lb/1485684