LIBAN

LIBAN

HARIRI REITERE SON ALLEGEANCE TOTALE AU ROYAUME SAOUDIEN ET S'EN PREND A L'IRAN, LA SYRIE ET AU HEZBOLLAH

 Liban: Hariri s’en prend à l’Iran, la Syrie et le Hezbollah

Depuis 3 heures  22 mars 2017

saadegypte

 Liban - Moyent-Orient

Alors que le régime israélien ne cesse de menacer le Liban et de le « ramener à l’âge de pierre » le Premier ministre libanais s’en est violemment pris à l’Iran et à la Syrie et au Hezbollah.

Dans un article publié dans les colonnes du journal égyptien Al Ahram, Hariri réitère son allégeance totale envers le royaume saoudien, tout en accusant « l’État syrien et l’Iran d’avoir mis à profit les pourparlers politiques pour faire des avancées militaires  » et « remporter militairement la guerre ».

Tombé en disgrâce aux yeux de Riyad en raison de ses multiples échecs politiques et économiques, Hariri va jusqu’à accuser Damas et Téhéran d’avoir prolongé la guerre ».

L’article réclame clairement au gouvernement de Damas de laisser agir les terroristes en vue d’un démembrement de l’État syrien.

Plus loin dans son article, l’auteur se dit encore « farouchement opposé aux armes du Hezbollah »: le Courant du Futur (nom du parti de Hariri, ndlr) est hostile à la présence de tout mouvement armé autre que les forces de sécurité et l’armée libanaise ».

Hariri ne souffle évidemment pas mot sur la menace du terrorisme takfiriste aussi bien à l’intérieur du Liban qu’au long de ses frontières avec la Syrie et oublie en passant de relever la proximité d’un régime belliqueux israélien qui se prépare de l’aveu même de ses responsables à une troisième guerre contre le Liban.

Pour Hariri qui s’exprime en caisse de résonance des intérêts saoudiens à l’un des moments les plus délicats de l’histoire du Liban « les armes du Hezbollah » sont à l’origine de « tous les problèmes du Liban et de la faiblesse de ses organes étatiques »!!! .

Hariri ne dément pas pour autant avoir des intérêts communs avec le Hezbollah et dit vouloir poursuivre ses discussions avec la Résistance.

Pour Hariri, le refus de Riyad de livrer armes et équipements à l’armée libanaise est la faute « des parties libanaises qui remettent en cause les politiques saoudiennes ».

La première sortie anti-Hezbollah de Hariri coïncide étrangement avec une campagne médiatique d’une violence inouïe orchestrée par « Israël » et ses alliés arabes contre le Hezbollah dont les forces, engagées en Syrie, se positionnent dans le Golan occupé.

Avec PressTV

http://french.almanar.com.lb/314862


 

SAYED NASRALLAH : LES TERRORISTES BIENTOT ELIMINES, NOUS CONNAITRONS LA VICTOIRE FINALE

Sayed Nasrallah: ’Les terroristes prochainement éliminés, nous connaitrons la victoire finale’

Sayed Nasrallah: ’Les terroristes prochainement éliminés, nous connaitrons la victoire finale’

A l'occasion de l'anniversaire de Sayeda Fatima Zahraa, fille du Messager de Dieu et le prophète de l'Islam, Mohammad (S), le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a prononcé un discours par vidéoconférence devant des milliers de partisans réunis dans plusieurs régions libanaises.

Parmi les idées principales de son discours: "Au début et à cette occasion glorieuse j'adresse toutes mes félicitations au petit-fils de Sayeda Zahraa, l'Imam Mahdi, et à tous les musulmans du monde.

Je félicite toutes les femmes qui endurent les souffrances en cette période sensible, et je félicite les femmes des martyrs, les mères des martyrs mais aussi les filles des combattants et des martyrs.

Dans ce contexte, les Palestiniens visés par le projet de l'apartheid préservent le moral et l'esprit de la résistance, comme on l'a vu lors des funérailles du martyr Bassel el-Aaraj, la grande présence populaire, et les slogans fermes et tenaces des participants.

A ce sujet, le nouveau secrétaire général de l'ONU a fléchi devant les pressions. Il a ordonné à la secrétaire exécutive de retirer le rapport qui condamne Israël pour ses exactions racistes. Ce n'est pas nouveau puisque l'ancien secrétaire général avait retiré un rapport sur les crimes saoudiens au Yémen.

La secrétaire exécutive Rima Khalaf a refusé de retirer le rapport et a préféré de démissionner.

Nous allons souligner deux faits: la soumission des Nations Unies aux Etats-Unis et Israël, et la position de cette dame arabe qui a sacrifié son poste et son travail pour faire triompher sa conscience.

Nous savons d'avance que l'ONU est une institution soumise aux Etats-Unis. On ne peut pas miser sur cette organisation et ses décisions pour restituer nos terres au Liban et en Palestine.

 Nous réclamons de la Ligue arabe et du Conseil de la coopération du Golfe de suivre cette affaire qui fait partie de la guerre politique contre l'occupant usurpateur de la Palestine. Dans ce cadre, le peuple palestinien affiche une fois de plus sa ténacité et sa solidité. C'est ce que nous avons vu lors des funérailles du martyr Bassel al-Aaraj.

Nous en tant que résistance, saluons l'âme du martyr, sa famille et ses proches. La voie de la résistance est la seule option efficace pour libérer nos terres et préserver nos droits. Attendre passivement et indéfiniment la communauté internationale et la solution politique ne mène nulle part.

 

Passons au Liban, et surtout en ce qui concerne la question de l'imposition des impôts et de l'augmentation des salaires.

Nous devons adopter une approche logique. Il n'est pas permis de proférer des mensonges liés à des impôts inexistants. Je dis aux partis politiques que le populisme dans cette question ne réussit pas. Comme il y a des gens qui rejettent les impôts, plus d'un million de personnes attendent l'augmentation des salaires tant attendue par eux. Il faut aborder justement cette question. La justice pour les 260 mille familles qui veulent l'augmentation des salaires et la justice pour les pauvres incapables de payer des impôts.

Quant à nous, nous soutenons fermement l'augmentation des salaires des fonctionnaires de l'Etat. Il faut œuvrer sérieusement pour financer le projet de l'augmentation des salaires.

Concernant les impôts, il existe des impôts imposés sur les riches, les grandes compagnies, les biens maritimes, dans ce cas il n'y a aucun problème d'imposer des impôts.

Les pauvres paient des impôts depuis des années. Nous appelons à ne pas multiplier les impôts sur les pauvres, quel que soit le mandat ou le Parlement en fonction. C'est notre position politique depuis 1992.

Des débats ont eu lieu sur les sources de financement de l'augmentation des salaires. Mais certaines forces politiques ne veulent pas renoncer à certaines dépenses inutiles et non importantes.

Ces forces n'acceptent pas à ce jour de renoncer à certains de leurs privilèges. D'après mes sources, une réunion restreinte aura lieu prochainement entre les blocs parlementaires. Nous allons présenter un projet complet qui satisfait les fonctionnaires et les milliers de pauvres.

Vous devez prendre des décisions courageuses. Je vous le dis clairement: vous êtes capables de financer le projet de l'augmentation des salaires sans imposer aucun impôt sur les pauvres. Pour une seule fois, adoptez une position forte qui sert et qui aide les pauvres.

Vous aurez l'honneur de servir cette classe sociale. Les forces politiques qui ont promis de ne pas multiplier les impôts aux pauvres doivent tenir à leur promesse.

 

Pour ce qui est de la loi électorale: il ne reste pas assez de temps. N'entrainez pas le pays au bord du gouffre. Ceux qui placent le pays devant la loi des années 60 exposent le pays à un grand danger. Ce jeu du bord du gouffre est très périlleux.

Notre position est connue. Nous ne proposons pas une loi électorale à notre taille, mais une loi permanente et durable. Nous aspirons à une représentativité juste de toute la population, en ouvrant la porte aux forces peu populaires.

Ceci est dans l'intérêt de tous. La loi qui assure la représentation de tout le peuple est un sujet de polémique. Mais pour nous, la loi la plus juste est la loi proportionnelle complète. Sachez que notre quota va diminuer dans une loi pareille. Mais d'autres forces doivent avoir le droit de prendre des décisions sur le plan patriotique.

Certaines forces doivent accepter de prendre leur forme réelle.

Pour ne pas être exposés aux dangers de la vacance parlementaire, de la loi 60 et de la prorogation du mandat du parlement, les forces politiques doivent trancher sur cette affaire, sinon, le pays sera en danger.

A partir de ce jour, les forces politiques doivent œuvrer en ce sens jour et nuit. C'est la question la plus cruciale puisque le sort de l'Etat et du régime politique s'y joue. Tout le monde doit acception de faire des concessions, et de tenter de s'accorder sur une loi électorale.

 

Dans ces jours-ci, la guerre en Syrie entame sa septième année. Tous ceux qui se sont réunis ensemble sous le titre des soi-disant amis de la Syrie, ont tout fait pour ruiner la Syrie.

Aujourd'hui, ces pays régionaux et internationaux sont face à une défaite et un grand revers. Des dizaines de milliards de dollars de pays arabes ont été versés dans cette guerre. Cet argent pouvait sauver les pauvres de tout le monde arabe, de mettre fin à la famine en Somalie, de reconstruire Gaza, de trouver des opportunités de travail pour des centaines de milliers de jeunes chômeurs arabes… mais des sommes incommensurables ont été payées pour détruire la Syrie.

Ils ont cherché des combattants des quatre coins de la planète pour réaliser leur objectif: détruire la Syrie, l'extirper de l'axe de la résistance, et de mettre la main sur sa position géographique et géopolitique.

On sait bien que des Syriens réclamaient des réformes en Syrie. Mais ce qui a bouleversé la donne est l'avènement de groupes takfiristes comme al-Qaida, Daech et autres pour détourner la voie des revendications du peuple.

Al-Qaïda qui figure à la liste du terrorisme a été financé par les grandes puissances pour combattre en Syrie l'axe de la résistance.

En première année de guerre je me suis adressé à al-Qaïda,à al-Nosra et à Daech: on vous a cherché de partout pour venir combattre en Syrie, et à la fin on vous exterminera. Mais la stupidité, l'ignorance et le fanatisme de ceux-ci ont aveuglé leurs yeux. Ils sont au summum de leur idiotie. Ils ont cru pouvoir exploiter les aides américaines et arabes pour réaliser leur projet en Syrie. Daech n'a plus d'avenir politique ni militaire en Syrie. La coalition internationale bombarde Daech aujourd'hui. Tout comme le front al-Nosra qui a été cherché par les Américains et les Turcs. Maintenant, on entend des voix d'Idleb dénoncer les Etats-Unis qui les ont abandonnés. C'est maintenant que vous vous êtes éveillés.

Sachez que Daech, al-Nosra, les factions terroristes connaitront leur fin prochainement. La magie se retourne contre le magicien.

On mise sur certaines personnalités de l'opposition moderne pour reconstruire la Syrie et participer à la prise de décision dans ce pays.

Ceux qui pensent combattre sur le sentier de l'Islam en Syrie je leur dis: Votre combat est futile, et sans horizon, votre combat sera une effusion de sang des deux côtés.

Netanyahu s'est accouru en Russie parce qu'il craint la défaite de Daech. Cette défaite qui signifie que l'Iran, la Syrie et le Hezbollah seront victorieux.

Vous, terroristes qui prétendez combattre pour l'Islam, avez combattu pendant des années sur la voie des Etats-Unis, contre l'Islam. Je vous appelle à déposer les armes.

Dès le début nous avons assuré que l'axe de la résistance ne sera pas vaincu ni en Syrie, ni en Irak, ni au Yémen…nous connaitrons inchallah la victoire décisive.

18-03-2017 | 17:12

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=22414&cid=360#.WM2KUPnhA2w


 

S. NASRALLAH, S.G. DU HEZBOLLAH : "LES JOURS DE DAECH ET D'AL NOSRA EN IRAK ET EN SYRIE SONT COMPTES"

S.G du Hezbollah : « les jours de Daech et d’alNosra en Irak et en Syrie sont comptés »

 Depuis 5 minutes  18 mars 2017

..
..

 Liban - Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

Rédaction du site

Le secrétaire général du Hezbollah , Sayyed Hassan Nasrallah a affirmé au cours de son discours prononcé, à l’occasion de la commémoration de l’anniversaire de la fille du Messager de Dieu, Sayydat Nissaq alAlamin , Fatima alZahraa (P) que « Daech et alNosra ont subi une défaite cuisante en Irak et que leurs jours sont comptés en Syrie , sachant que cette dernière attend de remporter  la victoire décisive contre   le  projet américano-sioniste ».

Il a souligné que  » cette défaite a poussé Netanyahu à se rendre en Russie pour supplier Poutine de cesser la lutte  contre Daech et alNosra, car cette défaite est celle du projet sioniste dans la région » ajoutant que  »  l’argent qui a financé cette guerre est purementarabe ».

Evoquant le rapport de l’ESQWA , qui a accusé l’entité sioniste de pratiquer le racisme et d’imposer au peuple palestinien le régime d’apartheid, son éminence a salué »la position noble et courageuse de la directrice de cette institution des Nations-Unies , Rima Khalaf , qui a refusé de se plier à la volonté des Etats-Unis et de l’entité sionistet . Elle a refusé de retirer son  rapport , pour cela elle a sacrifié son poste et sans doute sa principale ressource en démissionnant « .

Dans le volet libanais,  Sayyed Hassan Nasrallah a évoqué  la grille des salaires et la question des impôts. Il a exhorté » toutes les forces politiques libanaises à adopter  des positions courageuses contre ceux qui s’enrichissent sur le compte du peuple libanais et qui ne se préoccupent pas des pauvres ou des familles sans ressources « .

Les principaux points de son discours :

A suivre

Source: Spécial notre site

http://french.almanar.com.lb/308442


 

LE HEZBOLLAH CONDAMNE LES ATTENTATS EN SYRIE

Le Hezbollah condamne les attentats en Syrie

 Depuis 2 heures  15 mars 2017

Hezbollah
Hezbollah

 Spécial notre site

Rédaction du site

Le Hezbollah a condamné mercredi les deux attentats suicides qui ont secoué Damas et ont ciblé le palais de justice et un restaurant, faisant des dizaines de morts et plus d’une centaine de blessés, notamment des avocats, des juges et des citoyens ».

Dans un communiqué publié par le bureau des médias du parti, le Hezbollah a affirmé  que  » ces crimes terroristes ont eu lieu le jour de la commémoration du déclenchement du complot qui a visé la Syrie, Etat et peuple, en 2011. Ils confirment  que tout ce dont subit cet état fait partie d’un complot criminel exterieur, executé par des gens de l’interieur dans le but de briser la volonté syrienne pour ensuite l’abandonner  aux mains des Arabes et de l’Etranger ».

Le texte souligne que  » cet acte criminel n’est qu’une forme de réaction de la part des groupes takfiristes et des hommes armés contre les défaites qu’ils subissent et aussi contre  les victoires réalisées par l’armée syrienne et ses alliés, sur plus d’un front en Syrie « .

Le parti a souligné « l’importance de mettre fin au terrorisme afin de donner de nouveau au peuple syrien la chance de retrouver une vie normale et de relancer le travail de ses institutions ».

Source: Spécial notre site

http://french.almanar.com.lb/303345


 

LE GENERAL AOUN APPELLE LES SOLDATS A ETRE PRETS POUR CONTRER L'ENNEMI ISRAELIEN ET LE TERRORISME

Liban : le chef de l’armée appelle les soldats à rester prêts pour contrer l’ennemi israélien et le takfirisme

 Depuis 6 heures  10 mars 2017

Le chef de l'armée libanaise, le général Joseph Aoun
Le chef de l'armée libanaise, le général Joseph Aoun

 Liban - Moyent-Orient

Le général Joseph Aoun a donné son premier ordre du jour en tant que chef de l’armée libanaise, après avoir succédé au général Jean Kahwagi.

Le nouveau commandant en chef de l’armée libanaise, le général Joseph Aoun, s’est adressé vendredi pour la première fois à la troupe, lui demandant d’être prête à « contrer l’ennemi israélien » et à « poursuivre la lutte contre le terrorisme ».

Après s’être dit « honoré de la confiance » que lui a accordée le président Michel Aoun en le nommant à la tête de l’armée, le général Aoun, dans son ordre du jour aux soldats, a rappelé qu’il prend ses fonctions « au moment où la région passe par des circonstances difficiles, et où des vagues de terrorisme frappent aux portes du Liban ».

« Je suis confiant que vous êtes et que vous serez dignes des espoirs que l’on a mis en vous », a dit le général Aoun aux militaires.

« Soyez extrêmement alertes sur la frontière-sud pour contrer les plans déstabilisateurs de l’ennemi israélien (…) et soyez également prêts à poursuivre la lutte contre le terrorisme avec tous les moyens mis à votre disposition afin de l’éradiquer à la source et de libérer vos camarades retenus en otage », a-t-il ajouté.

Le général Aoun faisait référence aux neufs soldats qui ont été kidnappés en août 2014 à Ersal par le groupe takfiro-wahhabite Daesh. Les otages n’ont plus donné de nouvelles depuis près d’un an, et leurs proches craignent pour leurs vies.

« Le nouveau mandat compte sur vous pour instaurer une stabilité globale et durable » au Liban, a également dit le chef de l’armée aux soldats. « C’est pour cela que le pouvoir a clairement fait savoir qu’il tient à renforcer les capacités de la troupe, que ce soit à travers un soutien national ou par le biais d’États amis », a ajouté le commandant en chef.

Le général Joseph Aoun, né le 10 janvier 1964, a succédé au général Jean Kahwagi. Il est originaire du village de Aïchiyé au Sud-Liban. Il a été intégré aux forces spéciales de l’armée en 1985, où il a servi jusqu’en 1991. Il est titulaire d’un diplôme de sciences politiques, avec spécialisation en affaires internationales, et d’un diplôme en sciences militaires. Il a été enrôlé dans l’armée en tant qu’élève officier en mai 1983, rapporte le site OLJ.

Gravissant les échelons de l’armée, il a été promu sous-lieutenant le 6 mai 1985, lieutenant le 1er juillet 1988, capitaine le 1er janvier 1993, major le 1er janvier 1998, lieutenant-colonel le 1er janvier 2003, colonel le 1er juillet 2007, puis général de brigade le 1er juillet 2013 et, enfin, général le 8 mars 2017.

Source: Sites

http://french.almanar.com.lb/293720


 

L'ARMEE BOMBARDE A L'ARTILLERIE LOURDE LES POSITIONS TERRORISTES DANS LA BEKAA

Liban: L’armée bombarde des positions takfiristes à Ersal et Ras Baalbeck

 Depuis 7 heures  7 mars 2017

armee_tadmor100

 Liban - Moyent-Orient

Rédaction du site

L’armée libanaise a bombardé mardi à l’artillerie lourde des positions takfiristes dans les provinces de Ersal et de Ras Baalbeck, dans la Békaa, rapportent les médias locaux.

Lundi, l’armée libanaise avait  bombardé à l’artillerie lourde des positions takfiristes à Ersal, selon  l’Agence nationale d’information (Ani, officielle).

Ersal, localité sunnite frontalière, a été le théâtre de violents affrontements en 2014 entre l’armée et les takfiristes, venus principalement de Syrie. Ces derniers avaient enlevé une trentaine de militaires. Quatre d’entre eux ont été assassinés en captivité, seize ont été libérés début décembre par le Front al-Nosra, et neuf autres sont toujours otages du groupe takfiriste-wahhabite Daech.

Ras Baalbeck, bourgade chrétienne de la région, connaît de son côté des pics de tension causés par le conflit syrien. Les extrémistes tentent souvent de s’infiltrer dans le village, mais ils ont jusque-là été repoussés par l’armée.

Source: Agences

http://french.almanar.com.lb/286691


 

GUERRE IMMINENTE CONTRE "ISRAËL" ? LES HAUTS CHEFS DU HEZBOLLAH RESTENT AU LIBAN

Les hauts commandants du Hezbollah prêts à une guerre contre Israël

Sat Mar 4, 2017 5:20PM

Des combattants du Hezbollah libanais, à Ansar, au sud du Liban. ©AP

Des combattants du Hezbollah libanais, à Ansar, au sud du Liban. ©AP

Pour se préparer à une éventuelle guerre avec Israël, dont les signes sont en train d’apparaître, les hauts combattants du Hezbollah restent au Liban. 

Le journal américain The Christian Science Monitor revient dans un article sur le discours du secrétaire général du Hezbollah Seyyed Hassan Nasrallah et écrit qu’après plus d’une décennie de calme aux frontières entre le Liban et la Palestine occupée, les signes d’une guerre imminente deviennent visibles.

Mais un chercheur du Centre de recherche du Moyen-Orient à Washington a déclaré que malgré les éventuelles erreurs de prévision, le déclenchement d’une guerre s’avérait peu probable.

Selon ce rapport, le département américain de la Défense a remis à la Maison-Blanche le plan visant à défaire Daech, qui constitue l’une des priorités de la politique étrangère de Donald Trump, selon ses propres dires.

Cette proposition reste confidentielle, mais certains rapports font état de recommandations allant dans le sens d’une amplification de la guerre contre d’autres groupes armés opérant au Moyen-Orient, dont al-Qaïda ou le Hezbollah, et le chef d’état-major de l’armée américaine Joseph Dunford y a fait allusion lors d’un discours.

The Christian Science Monitor rappelle ensuite qu’il fut la première source médiatique à avoir parlé des opérations du Hezbollah en 2008, avant même qu’elles soient annoncées par Seyyed Hassan Nasrallah.

Les informations publiées par certaines sources au sud du Liban témoignent du fait que le Hezbollah a laissé au Liban un grand nombre de ses hauts combattants et de ses unités de missiles et qu’il ne les a pas envoyés en Syrie.

Des combattants du Hezbollah en Syrie. (Photo d’archives)

Au cours de ces deux derniers mois, des unités du Hezbollah en civil ont procédé à de vastes exercices à la frontière entre le Liban et la Palestine occupée, des exercices qui font partie d’une guerre psychologique dont Israël est témoin et qui soulignent le fait que malgré la participation du Hezbollah à la guerre en Syrie, il n’a pas arrêté ses activités contre Tel-Aviv.

D’autre part, le magazine américain Newsweek a écrit que l’administration américaine déplorait les propos du président libanais Michel Aoun accordant, selon le magazine, de la légitimité au rôle militaire du Hezbollah indépendamment du gouvernement libanais.

Citant l’ambassadrice des États-Unis à Beyrouth Elizabeth Richard, Newsweek note que Washington a fourni des équipements d’entraînement militaire d’une valeur de 221 millions de dollars aux forces de sécurité libanaises, somme très importante en comparaison avec la superficie du Liban.  

« On craint un renforcement de la coopération entre le Hezbollah et l’armée libanaise », poursuit Newsweek.  

Le journal israélien Times a annoncé en février 2017 que les dirigeants israéliens, inquiets, surveillaient le développement de la coopération entre le Hezbollah et l’armée du Liban.

Dans son édition du vendredi 3 mars, ce journal israélien a écrit qu’en cas de nouvelle guerre entre Israël et le Hezbollah, l’armée libanaise soutiendrait le Hezbollah.

http://presstv.com/DetailFr/2017/03/04/512990/Liban-Hezbollah-Isral-Syrie-Daech-Trump


A LA PROCHAINE GUERRE L'ARMEE LIBANAISE COMBATTRA AUX COTES DU HEZBOLLAH

Deviner les surprises du Hezbollah: la prochaine guerre, l’armée libanaise combattra à ses côtés

 Depuis 52 minutes  3 mars 2017

hezbollah_armee_libanaise

 Entité sioniste - Moyent-Orient - Spécial notre site

Leila Mazboudi

Depuis les avancées réalisées en Syrie, avec l’aide entre autre du Hezbollah, pas un jour ne passe sans que les médias israéliens ne s’étalent sur les éléments qui témoignent d’après eux de « la puissance grandissante du Hezbollah ».

Prévisions israéliennes: deviner les surprises du Hezbollah

Il a été question d’une force navale que la Résistance a su développer, dont des missiles sol-mer . L’expertise que les combattants du Hezbollah ont accumulée en Syrie fait régulièrement l’objet d’un travail méticuleux de déchiffrement. Le chiffre des missiles qu’elle possède et leur diverses portées sont constamment passés au crible.

Le tout bien entendu basé sur des spéculations délivrées par l’institution militaire israélienne, et non sur des données fixes, que seul le Hezbollah est censées connaitre.

Il est vrai que ces prévisions n’ont pas connu de répit depuis la fin de la guerre 2006, au cours de laquelle l’armée d’occupation israélienne avait été prise de court par des tactiques de combat chez les résistants du Hezbollah, les « surpises », comme le Hezbollah les avait appelées,  et qui ont été décisives pour trancher le résultat de la guerre largement en défaveur de l’entité sioniste.

Depuis, tenter de deviner celles que le Hezbollah pourrait développer constitue l’une des missions principales de l’armée israélienne. Les rendre publiques aussi. Dissuasion oblige.

« L’armée libanaise plus forte » 

La dernière en date de ces spéculations est sans doute celle exprimée pour le journal Maariv par des sources sécuritaires israéliennes haut-placées, sous le couvert de l’anonymat: en cas de guerre, l’armée libanaise combattra au côté du Hezbollah, est la première prévision. Et cette armée a grandement développé sa puissance durant ces dernières années, est la seconde.

« L’armée libanaise est aux ordres du président libanais Michel Aoun, qui collabore avec le Hezbollah et lui a fait part de son plein soutien », semblent s’inquiéter ces sources.

Depuis quelques jours, M. Aoun a assuré devant ses hôtes au palais présidentiel que « toute tentative de la part d’Israël de porter atteinte à la souveraineté du Liban devra faire face à une riposte appropriée».

Le mois de janvier dernier, lors d’un entretien télévisé accordé à la veille de son premier voyage en Egypte, le chef de l’Etat libanais avait affirmé que l’armement du Hezbollah n’est pas en contradiction avec la notion de l’Etat, assurant que la Résistance et l’armée libanaise se complètent pour défendre le Liban. « Tant que l’armée (libanaise, ndlr) ne jouit pas de la force nécessaire pour affronter Israël, nous pressentons la nécessité que cet armement complète l’action de l’armée », avait-il expliqué.

Il ne peut ne pas y avoir de tunnel

Les tunnels aussi constituent aussi une autre source de préoccupation. Elle avait été soulevée une première fois directement après la guerre 2006. Mais elle est promue au premier rang des menaces, depuis le récent rapport du contrôleur de l’Etat sioniste sur le rôle menaçant des passages souterrains durant l’offensive contre la Bande de Gaza en 2014.

A la question de savoir si le Hezbollah est en train de creuser des tunnels entre le sud du Liban et le nord de la Palestine occupée, le général de réserve et conseiller du chef de l’état-major Yossi Langotsky est catégorique. « Tout simplement, il ne peut ne pas y avoir de tunnels dans le nord », a-t-il répondu pour le site en ligne israélien Israel Today.

« Les frontières nord sont menacées par les tunnels de terroristes tout comme celles du sud (bande de Gaza, ndlr). C’est relativement facile de les édifier et c’est un moyen qui offre à l’ennemi l’élément de surprise. Ce n’est pas un moyen qui tranche une guerre mais il est capable de semer le chaos chez nous », a-t-il ajouté.

Selon lui « le Hezbollah sait très bien que jusqu’à l’instant, nous n’avons pas trouvé des solutions complètes au sud ». « Il n’y a aucune raison pour ne pas qu’il tente de nous défier dans des tunnels au nord », a-t-il aussi prévenu.

Selon Israel Today, le chef de l’état-major israélien le général Gadi Eisenkot a convoqué à deux reprises le général Langotsky l’an dernier pour se consulter sur l’affaire des tunnels.

http://french.almanar.com.lb/280839


 

"ISRAËL" RETIRE SON APPAREIL D'ESPIONNAGE APRES LA MANIF DES HABITANTS (VIDEO)

Sud-Liban: l’armée israélienne ôte l’appareil d’espionnage après la colère des habitants (Vidéo)

 Depuis 1 heure  1 mars 2017

espionnage_mais

 Liban - Moyent-Orient

Rédaction du site

L’armée d’occupation israélienne a démantelé à l’aube de ce mercredi le système d’espionnage dont l’implantation au sud du Liban avait soulevé l’ire des habitants.

manifestants_mais_aljabalSamedi dernier, des dizaines d’habitants du village Meïs al-Jabal se sont rassemblés  à proximité de la ligne bleue qui sépare le Liban de la Palestine occupée pour protester contre l’installation d’équipements d’espionnage aux confins de leur village.

Selon Média de guerre, instance médiatique de la Résistance,  cet appareil  consistait en une caméra de jour et de nuit accompagné d’un appareil de transmission qui fonctionne via l’énergie solaire.

http://french.almanar.com.lb/276879


 

HEZBOLLAH : LE SECRET DE L'IMPACT DU DISCOURS DE S. NASRALLAH SUR LES ISRAELIENS

Le secret de l’impact du discours du Hezbollah sur les Israéliens

 Depuis 21 heures  27 février 2017

sayed_nasrallah_discours

 Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

Rédaction du site

L’impact des menaces lancées par Sayed Hassan Nasrallah s’est trouvé de nouveau confirmé, auprès du public israélien et des différentes catégories de la société israélienne.

Il a suffi lors de son dernier discours, de mettre en garde que le Hezbollah bombardera le réservoir d’ammoniac de Haïfa, en cas de guerre déclenchée contre le Liban, pour provoquer une levée de boucliers chez le public et les médias israéliens.

Signe supplémentaire de cet impact : les autorités israéliennes se sont finalement résignées à le fermer définitivement, une fois pour toutes.

Reconnaissant cet impact sur le public israélien, l’ancien porte-parole de l’armée israélienne, le général Avi Benayahu , inscrit les menaces du Hezbollah et de son secrétaire général dans le cadre de la guerre psychologique qu’il a toujours su bien manier.

« Une guerre psychologique destinée à influer sur les sentiments, les émotions et les comportements des gens, à réaliser des objectifs patriotiques, à altérer le moral des forces armées ennemies, de son front interne et de ses services logistiques », explique-t-il dans un entretien accordé au site d’informations israélien Walla.

Il a rappelé a cet égard ce que la Résistance islamique faisait depuis une vingtaine d’années, lorsqu’elle a escorté chacune de ses unités militaires d’un cameraman pour participer aux opérations réalisées contre des positions de la milice collaboratrice avec Israël, l’Armée du Liban-sud.

«Ces photographies faisaient le tour du monde et embarrassaient Israël », a-t-il affirmé.

A noter que le général israélien omet de dire que l’embarras israélien est surtout dû au fait que le Hezbollah filmait les opérations de résistance contre les positions de l’armée israélienne et surtout la mort des soldats israéliens, révélant au grand jour les mensonges de la version israélienne officielle des faits qui occultait ce genre d’informations.

Selon Benayahu , la perspicacité du Hezbollah et de son chef Sayed Hassan Nasrallah dans la guerre médiatique qu’il menait a été sa crédibilité. Lorsqu’ils menacent, « le public les croit, que ce soit en Israël ou dans le monde », a-t-il jugé

Le général israélien cite à l’appui les exemples les plus frappants : dont l’annonce de Sayed Nasrallah de l’arrestation d’AlHanane Tenenbaum, en plus que ses menaces durant la seconde guerre du Liban de bombarder après Haïfa puis de viser le navire de guerre israélien Saer. Des menaces qui ont toutes été exécutées…

Reprenant ces deux derniers exemples, l’expert israélien D. Ron Schleifer qui dirige le Centre des recherches sur la sécurité nationale et les médias à l’université d’Ariel, estime pour sa part que l’impact du discours de Sayed Nasrallah ne se limite au public israélien, mais le dépasse vers des personnalités et des milieux influents dans les prises de décisions politique et sécuritaire, avant la guerre 2006 et après.

Selon lui, ses positions sont devenues une discipline essentielle pour les études académiques destinées à étudier le rôle de la guerre psychologique dans la bataille et dans la formation de la conscience nationale.

Est également analysé dans ces discours du secrétaire général du Hezbollah « ses éléments de persuasion », précise M. Schleifer, selon lequel sayed Nasrallah met l’accent sur une idée maitresse : « Si tu ne peux pas influer sur le fusil de ton ennemi, exerce un impact sur le doigt qui appuie sur la gâchette du fusil ».

« Dans cette méthode là, Nasrallah est un as », conclut-il.

http://french.almanar.com.lb/272897