LIBAN

LIBAN

SAYED NASRALLAH, SECRETAIRE GENERAL DU HEZBOLLAH REPOND AUX SEMEURS DE LA ZIZANIE A BYBLOS-KESSROUANE

S.Nasrallah répond aux semeurs de la zizanie à Byblos-Kessrouane

 Depuis 2 heures  23 avril 2018

byblos

 Liban - Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

 

sayed-byblos

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, a répondu aux semeurs de la zizanie dans la circonscription de Byblos-Kessrouane. Sayed Nasrallah a souligné, lors d’un festival électoral, sur la nécessité de préserver la coexistence entre musulmans et chrétiens. Il a en outre passé en revue les différents actes adoptés par le Hezbollah dans ce sens. Il a dans ce contexte dénoncé les semeurs de zizanie qui font peur aux chrétiens dans cette région, en prétendant que le Hezbollah cherche à modifier la démographie dans les régions chrétiennes.

Le numéro un du Hezbollah a en outre rappelé que la résistance est un facteur principal dans la stabilité et la protection du Liban face à Israël et aux groupes takfiristes.

S’agissant de la polémique crée par les Forces Libanaises et leurs alliés après la remise symbolique de la clé de Byblos Kessrouane au numéro une du Hezbollah par le président de la fédération des municipalités du Kessrouane-Ftouh, Juan Hobeiche, Sayed Nasrallah a assuré que cette clé est aux mains du président Michel Aoun et du patriarche maronite.

 

Voici les principaux points de son discours :

L’objectif de ce festival électoral est le soutien populaire et politique à la liste de la solidarité nationale dans la circonscription de Kessrouane Byblos.

Avant d’aborder le sujet électoral, je voudrais présenter mes condoléances et condamner les attentats commis par (le groupe takfiro-wahhabite) Daesh contre les électeurs en Afghanistan. De là, nous remercions Dieu pour la stabilité dont jouit le Liban (après sa victoire contre Daesh) sinon il n’y aura pas eu d’élections et de cérémonies électoraux.

Je condamne également l’agression de la coalition saoudo-US contre une fête de mariage au Yémen…Ainsi que l’assassinat par le Mossad du scientifique palestinien en Malaisie. Israël qui ne peut pas tolérer la présence des têtes scientifiques dans notre région procède à des liquidations dans divers régions du monde.

S’agissant du dossier électoral,  je voudrais aborder  certains points avec transparence.

La coexistence islamo-chrétienne

Nous pensons que le Liban ne peut être bâti qu’à partir d’un véritable partenariat avec les différentes composantes du peuple, tant sur les plans politique et religieux.

Les chiites ne cherchent pas à s’imposer 

Je tiens à assurer qu’aucun dignitaire chiite, ou sunnite d’ailleurs, ne cherche à s’imposer, comme le prétendent nos adversaires. Ceci est révolu et n’a aucune chance d’être appliqué au Liban.

Par contre, nous sommes en faveur de la solidarité et d’un véritable partenariat entre musulmans et chrétiens. A Byblos, nous sommes en accord avec certaines parties au niveau politique mais nous nous sommes séparés au niveau électoral, à titre d’exemple le Courant Patriotique Libre (CPL).

Par contre, nous sommes en désaccord politique et électoral avec d’autres parties comme les Forces Libanaises (FL) et les Kataeb.

Cependant, nous nous accordons avec certaines factions politiques au niveau politique et électoral et avec lesquelles nous menons ensemble ces législatives.

Après notre participation au processus électoral en 2009, notre premier défi a été le retour à ce partenariat via la loi électorale.

Et puis, à l’approche des législatives en 2009, nous avons soutenu la réclamation des chrétiens d’adopter la loi de 1960 qui leur permet d’élire la majorité de leurs députés.

Le scrutin proportionnel

A l’approche des législatives, les chrétiens nous ont dit qu’ils sont devant une chance historique pour élire tous leurs députés, ce qui signifie un véritable partenariat.

Certains nous ont dit que loi la plus convenable sera ‘la loi orthodoxe’, grâce à laquelle chaque confession élira ses députés. Nous avons accepté d’approuver cette proposition si elle conforte les  chrétiens. Or, ce sont les Forces libanaises qui ont renoncé à la dernière minute.

Pour notre part, nous avons toujours milité pour le scrutin à la proportionnelle avec le Liban comme circonscription unique, ou de grandes circonscriptions. Cette loi reprend ce principe et c’est sous l’égide de cette loi que se dérouleront le 6 mai l’une des plus importantes élections législatives de l’histoire du Liban

Nous avons également accepté la participation des émigrants aux législatives, dont la majorité est de confession chrétienne, vu qu’elle renforce ce partenariat. Dans ce volet, le Hezbollah est maltraité vu qu’il est privé des visas dans certains pays à l’étranger et ne peut pas mener des campagnes électorales. Dans tous les gouvernements formés après la conférence de Doha 2008, nous étions solidaires avec les chrétiens. On nous accusait de perturber la formation du gouvernement car nous réclamons une forte représentation chrétienne.

Pas de tentatives de changements démographiques

Certaines parties (FL et leurs alliés) accusent le Hezbollah de vouloir procéder à des changements démographiques à Byblos Kessrouane, alors qu’en réalité les habitants chiites de cette région ont retourné vers leurs localités qu’ils ont abandonnées lors de la guerre civile. Où est le problème dans cela ? Nos adversaires nous ont alors accusés de vouloir envahir la région de Kessrouane Byblos.

Dans n’importe quel pays, il y a deux moyens pour recourir à des changements démographiques : 1- l’Etat consacre des budgets colossaux à cette fin, et cela prend des décennies.

2-l’Exploitation des guerres, en poussant à l’exode et au pillage, aux assassinats…

Il convient de rappeler comment le Hezbollah a agi après le retrait israélien en 1999 des localités chrétiennes de Jezzine. Nous avons, à cette époque, interdit aux habitants chiites de ces localités et à nos membres d’entrer à Jezzine. Vu que la situation était ultra-sensible. Cette expérience devra être écrite en or. Aucune propriété ou personne ayant collaboré avec la milice (pro-israélienne) de Lahed n’a été touchée par la résistance, aucun drapeau du Hezbollah ou d’Amal n’a été brandi, il n’y a pas eu d’actes de vengeance ou des tentatives de changements démographiques, bien que ce fût le moment le plus propice.

En France, la résistance a tué 10 mille personnes après sa victoire. Alors qu’au sud du Liban, aucune poule n’a pas été tuée.

Il n’y a pas de tentative de changement démographique, mais il y a une forte surpopulation dans la capitale et ses banlieues et nous encourageons les gens à retourner dans leurs villages. Ces accusations sont injustes et dénuées de tout fondement.

A suivre

Source: AlManar TV

https://french.almanar.com.lb/865911


 

SAYED NASRALLAH : "ISRAËL" A OUVERT LES PORTES DE L'ENFER

Le Hezbollah est capable de viser toute cible israélienne (Nasrallah)

Sat Apr 21, 2018 4:38PM

Des combattants du Hezbollah libanais. (Archives)

Des combattants du Hezbollah libanais. (Archives)

Le secrétaire général du Hezbollah libanais a affirmé que la Résistance était en mesure de viser toute cible appartenant à l’ennemi israélien.

S’exprimant par vidéoconférence lors d’une conférence, ce samedi 21 avril, Seyyed Hassan Nasrallah a fait allusion à l’attaque du régime israélien contre la Résistance libanaise en 1996 dans le cadre d’une opération baptisée « Raisins de la colère » et a ajouté :

« Impuissant et incapable, l’ennemi sioniste ne visait que les citoyens libanais lors de cette attaque. »

Des partisans du Hezbollah libanais se réunissent dans la ville de Nabatiyeh pour assister à un discours télévisé prononcé par Seyyed Hassan Nasrallah. (Archives)

Concernant la formation de la Résistance au sud du Liban, il a déclaré que les Libanais du Sud attendaient depuis 1948 que le gouvernement leur vienne en aide, jusqu’à ce que l’imam Moussa Sadr leur ait trouvé un remplaçant et fondé la Résistance.

Le secrétaire général du Hezbollah a rappelé que lors de l’attaque d’avril 1996, le régime d’Israël avait visé chrétiens comme musulmans, déclenchant un bain de sang au Liban.

Plus loin dans ses propos, Seyyed Hassan Nasrallah a tenu à répondre à ceux qui exigent le désarmement de la Résistance libanaise et il a dit : « Notre crime est que nous nous sommes armés pour défendre notre patrie et notre peuple. Aujourd’hui, la Résistance libanaise est puissante, dispose de missiles et elle est capable de viser n’importe quelle cible en Israël. »

Gaz : le Hezbollah ripostera à Israël

Le Hezbollah réagit par une vidéo aux récentes prétentions du ministre israélien des Affaires militaires sur le droit de possession d’Israël sur le bloc 9 du champ pétrolier libanais.

Dans une autre partie de ses propos, il a évoqué les élections législatives du 6 mai, et s’est adressé aux sympathisants du Hezbollah en ces termes :

« Votre présence aux bureaux de vote sera porteuse d’un message important au monde entier : nous, les habitants du Sud, nous ne laisserons jamais seule la Résistance. »

Il a déclaré que le Liban avait besoin d’un « gouvernement national uni » pour que personne ne puisse éliminer autrui.

Il a également appelé tous les partis et groupes politiques au dialogue et à l’entente.

Israël en panique, menace le Hezbollah

Les menaces proférées par les autorités israéliennes contre le Hezbollah libanais ont, plutôt, provoqué l’inquiétude des Israéliens.

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/04/21/559247/Liban-Hezbollah-Isral-Nasrallah-cible


 

SAYED NASRALLAH : NOTRE RESISTANCE N'EST PAS A VENDRE, ELLE EST LE SOCLE DE NOTRE PERSEVERANCE ET LE SIGNE DE NOTRE FIERTE

S. Nasrallah : notre résistance n’est pas à vendre… elle est le fruit de l’indifférence de l’Etat libanais..

 Depuis 2 heures  21 avril 2018

sayed1

 Liban - Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

 

Rédaction du site

Notre résistance n’est pas à vendre, a lancé le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah lors du festival électoral organisé pour les deux casas de Tyr et de Zahrani au sud du Liban.

Dans un discours prononcé devant une foule dans la ville sudiste de Zahrani, ce samedi 21 avril,  S. Nasrallah répondait aux surenchères qui marquent les discours électoraux de certains protagonistes libanais, lesquels ont fait du thème de la résistance au Liban leur cheval de bataille, critiquant entre autre qu’elle agit et prend ses décisions à l’insu de l’Etat Libanais.

Pour répondre à cette question, le chef de la résistance islamique a fait un rappel historique, remontant à la date de  l’implantation de l’entité sioniste en Palestine, « lorsque le sud Liban faisait l’objet d’attaques israéliennes régulières, bien avant l’avènement de la résistance palestinienne ».

La création de la Résistance en 1975 par Sayed Moussa Sadr, (le fondateur du mouvement Amal, ndlr) ,  indépendamment de la volonté de l’Etat libanais est dû au fait que ce dernier n’a jamais assumé se responsabilités sécuritaires pour le sud du Liban, a-t-il expliqué.
Pas question de renoncer à notre résistance, elle est garante de notre survie,…, elle est  notre fierté, a-t-il aussi scandé.

Dans la deuxième partie de son allocution,  S. Nasrallah a évoqué les problèmes internes, à leur tête la crise économique et financière qui risque « de trainer le pays vers le gouffre ».

S’adressant directement au courant du Futur, qui s’était arrogé ce dossier depuis la fin de la guerre civile et la conclusion des accords de Taëf en 1992, il a demandé : «  nos exploits sur le plan sécuritaire sont visibles et connus de tous, dites-moi quels sont les vôtres sur le plan économique » qui souffre d’une dette de 80 milliards de dollars, d’une corruption endémique qui lamine les institutions étatiques et d’une dégradation de ses secteurs agricole et industriel.

« Nous avons besoin d’une table de dialogue nationale pour discuter des projets destinés à résoudre cette crise grave », a-t-il réclamé.

Dans cette partie, il a évoqué un problème qui s’amplifie de plus en plus: celui du partage confessionnel des affaires de l’Etat libanais. À commencer par les trois plus hautes présidences de l‘exécutif et du législatif, en passant par la fonction publique dans toutes ses catégories et jusqu’à tout récemment toutes les questions liées aux ressources hydrauliques, en hydrocarbures, à l’agriculture et à l’industrie, voire même aux déchets.

Dans le dernier sujet de son discours, S. Nasrallah a appelé les gens des deux cazas de Tyr et Nabatiyeh à voter massivement les listes Amal et Wafa (Espoir et Fidélité), rendant hommage au chef du Parlement libanais Nabih Berri, qui préside celle de Zahrani.

« Le président Berri nous représente nous tous, et non seulement les gens de Zahrani. Il nous représente dans la Résistance, et dans tous les défis et les grande échéances… C’est lui qui est garant de notre unité nationale,.., et de nos frontières terrestres et maritimes », a-t-il affirmé.

Et de conclure son discours : «  notre message à l’ennemi : nous sommes capables d’affronter tes menaces, nous n’accepterons jamais que notre dignité soit bafouée. Nous sommes les gens de cette terre. Personne ne pourra nous en arracher ».

Les idées principales du discours

Ce festival a un objectif Claire: le soutien populaire et politique de la liste Espoir et fidélité  dans les deux casas Tyr et Zahrani

Je vais aborder 3 sujets : la résistance, les problèmes du pays, et les listes de vote

Nous nous rencontrons dans la ville de Tyr, la ville de sayed Charafeddine et de l’imam Mouss Sadr ,.., celle qui a été le théâtre du lancement de son mouvement, la ville qui a accueilli notre commandant sayed Abbas Moussaoui…

C’est la  ville de la cohabitation entre chrétiens et musulmans, entre sunnites et chiites et a qui toujours conjuré la fitna quand bien même elle sévissait dans les autres régions…
C’est la ville qui a ouvert ses portes aux réfugiés palestiniens venus du nord de la Palestine occupée et qui vivent toujours aujourd’hui dans ses camps…

C’est la ville qui a su résister à l’occupation et où ont eu lieu les premières opérations martyres, réalisées par les jeunes du mouvement Amal et Hezbollah, à commencer par le martyr Ahmad Qassir qui a infligé la première humiliation à Israël en détruisant son quartier général à Tyr…Puis celle de Hassan Qassir , et autres combattants martyrs , ailleurs du sud entier  et qui ont imposé le retrait aux Israéliens sans conditions préalables.
(…)

La guerre de 1996

Aujourd’hui, nous avons en mémoire le souvenir de l‘offensive d’avril 1996 appelée par les Israéliens Raisins de la colère… Elle a commencé le 16 avril en bombardant le siège du Hezbollah, dans lequel se trouvait le commandant militaire haj Moustafa Badreddine mais il a échappé bel a cette tentative d’assassinat et a mené cette bataille avec les autres chefs et combattants de la Résistance…

Durant cette offensive qui a duré  16 jours, les Israéliens ont bombardé les civils jusque dans la ville de Baalbek : il y a eu le massacre de Qana puis celui de l’ambulance, et celui de Souhmor et autres

Face à la résistance farouche des combattants, et à la résistance politique en parallèle, sans oublier le fait d’avoir bombardé les colonies au nord de la Palestine, l’ennemi a été contraint de stopper l’offensive à l’issue d’une intervention internationale et il y a eu l’accord d’Avril qui est un grand exploit de la résistance car il a permis d’épargner les civils, alors que dans le passé les Israéliens ne cessaient de bombarder les civils pour faire pression sur la résistance…
Ce qui a donné une grande marge pour les opérations de résistance. Et pousse un haut officier israélien à dire que l’entente d’avril 1996 avait transformé les Israéliens en un sac de boxe.

L’entente d’avril 1996 a finalement abouti  à la victoire de l’an 2000…

Cette résistance était le rêve de l’Imam Abdel Hussein Charafeddine (un éminent religieux originaire du Jabal Amel/ sud du Liban) et le projet de sayed Moussa Sadr, puis de ses fils dans le mouvement Amal et Hezbollah qui l’ont développée et transformée en une force réelle…

Le sud-Liban, le laissé-pour-compte de l’Etat

Dans l’histoire proche, qui devrait nous servir de guide pour avancer vers notre avenir, …, depuis 1948, après l’édification de l’entité usurpatrice, les bandes terroristes sionistes ne cessaient d’attaquer les régions du sud. Alors que certains au Liban pensent que les Israéliens n’ont bombardé le sud que lorsque les réfugiés et la résistance palestinienne étaient venus au Liban
Les localités libanaises, musulmanes et chrétiennes, étaient visées. Le plus grand massacre a eu lieu à Houla…

Les habitants avaient des capacités très médiocres, et n’avaient pas les moyens de défense…

L’imam Charafeddine a alors envoyé un message au président de la république libanais qui était Bchara al-Khoury dans lequel il a évoqué les dangers sécuritaires qui menaçaient les gens du sud, sans oublier les privations dont ils souffraient…

Sur le premier point, dans sa lettre il dit : « sommes-nous la catastrophe de Jabal Amaal, avec notre sang qui coule, nos frontières violées, nos enfants vivant dans la peur, nos villages détruits… Le Jabal Amel paie le tribut de sang pour tous les Libanais par ceux qui ont été crachés par les quatre coins du monde… il lui est infligé l’humiliation de la part de ceux que l’histoire ont humiliés», en allusion sans doute aux Israéliens.

Où était l’Etat ce jour-là? Le projet des habitants du Sud a toujours été de demander à l’Etat libanais d’assumer ses responsabilités, de les protéger, d’envoyer l’armée au sud pour défendre Bint Jbeil, Marjeyoune,.., mais en vain

Sans oublier les privations imposées à cette région, comme dans la Békaa et le nord du Liban , c’est à dire toutes  les régions qui ont été ajoutées au Mont Liban…

S. Moussa Sadr a poursuivi le même chemin, depuis les années 60 et jusqu’en 1975. Il a réclamé que l’armée libanaise vienne au sud, pour entrainer les gens, les armer et mener avec eux le combat … mais en vain…
Il a réclamé des abris, des chambres sécuritaires, d’assurer les moyens de subsistance et de résistance des gens…

A tous ceux qui s’en prennent aujourd’hui à la résistance,.., je dis que les habitants ont attendu longtemps l’Etat et l’armée depuis 1948 …

Une Résistance indépendante de l’Etat

Mais en 1975, l’imam Sadr a cherché l’alternative c’est-à-dire la résistance armée qui compte sur ses propres capacités et non sur l’Etat et il a fondé les factions de la résistance libanaise Amal.

Je me rappelle, à cette époque que toute notre génération avait rejoint les camps d’entrainement. C’est elle qui économisait ses quelques sous pour la financer cette résistance. Les jeunes payaient de propre poche, et ce n’était pas des fils des riches …

Je vous dis cela pour que tout le monde sache les bienfaits dans lesquels nous baignons aujourd’hui, par rapport à cette époque là…

Avec l’invasion en 1982, la résistance s’est développée jusqu’en l’an 2000 et l’Etat a toujours été  absent…
Il y a à un certain moment un débat s’il fallait qu’il soit au sud ; mais c’est après 2006, c’est devenu une demande internationale…
Dans l’accord de mai 1984 avec Israël, avant qu’in ne soit avorté,  la participation de l’armée avait été sévèrement circoncise …

Depuis le début, notre but a été que l’Etat assume ses responsabilités de défense des vies et des biens, mais c’est l’Etat qui n’a pas voulu, et c’est lui qui devrait être blâmé et non ceux qui ont acheté avec le peu d’argent qu’ils avaient des armes pour se défendre…

Et maintenant on parle de la résistance comme si c’était un crime…
Notre crime a été de porter les armes pour nous défendre lorsque l’Etat était absent et nous n’avions pas  d’autres choix…

L’alternative était la mort, de voir les colonies israéliennes construites dans le sud et l’occupation…

La résistance, une réelle puissance

Cette résistance est devenue une réelle puissance que les ennemis appréhendent et prend en compte loin des discours pompeux, depuis les offensives de 1993 et de 1996 et la guerre de Juillet, l’ennemi sait bien à qui il a affaire…

Aujourd’hui, je dis à l’imam Charafeddine que l’humiliation n’est plus jamais du ressort de Jabal Amel

Je dis à l’imam Moussa Sadr que la résistance que tu as créée et lancée, pour laquelle tu achetais de ton propre argent et celui des pauvres  pour combattre l’armée invincible (israélienne, ndlr)  détient les possibilités, des capacités, des hommes, des technologies, des missiles qui peuvent frapper toute cible chez l’entité sioniste…

Ces victoires sont le fruit de vos sacrifices, de vos martyrs, des blesses et mutilés de guerre, des détenus,  et de votre persévérance sur votre terre…

Il n’est pas question que son peuple y renonce ou lui tourne le dos. Que le monde entier le sache !

Notre résistance n’est pas à vendre, elle signifie notre existence, notre survie. Elle est le socle de notre persévérance et le signe notre fierté…

Et c’est ce qui sera vu le 6 mai prochain, lorsque les gens du sud viendront voter pour la liste Espoir et la fidélité…
Ce jour-là, votre vote dans les runes sera un message pour les Libanais et le monde entier que nous dans les deux cazas Tyr et Zharani et dans le sud entier, nous n’abandonnerons jamais la résistance

La deuxième partie : les problèmes du pays

Durant les deux dernières décennies, depuis 1992, il y a eu comme un sorte de compromis : des forces s’occupent de la résistance et qui défendent le pays, tandis que d’autres s’occupe de son économie et ses finances
Ce ne fut pas le fruit d’un accord,  mais opérationnellement cela était le cas.

Les forces qui se sont consacrées à la résistance peuvent aujourd’hui dire voilà, ce sont nos exploits : la libération de nos terres, depuis la Békaa de l’ouest, en passant par Rachaya, et le sud tout entier,..,  ainsi que la libération de nos prisonniers dans les geôles israéliennes, sans oublier que nous avons imposé l’équation de dissuasion avec l’ennemi. Ce qui a fourni un climat de sécurité à tous les Libanais, depuis 12 années.
Dans l’histoire de Jabal Amel, jamais une époque n’a été aussi sure que ces 12 dernières années, avec le sentiment de fierté qu’elle procure…Et ce malgré tout ce que l’on nous faisait dans le dos…

Quels sont vos exploits

Et vous le courant du Futur, quel sont vos exploits dans le ressort économique ?
Aujourd’hui, le Liban fait face à un problème crucial : 80 millions dollars de dettes, les deux secteurs agricole et industriel sont paralysés, l’infrastructure sur laquelle des milliards ont été dépensés n’est pas à la hauteur… quels sont vos exploits économiques ?

Je dis ceci non pas pour embarrasser et pour susciter la controverse mais pour assumer nos responsabilités…
Parce que nous avons proposé de prêter attention à la situation économique, on accuse le Hezbollah de vouloir s’accaparer ce dossier, ce qui n’est pas vrai…

L’expérience montre que cette équipe a essuyé un grand revers dans ce dossier économique…

Nous réclamons que le prochain gouvernement présente un dossier économique complet et de travailler au pièce par pièce… nous exigeons la formation d’un ministère de planification…

Pourquoi vous insistez pour soumettre à la discussion la stratégie de défense du Liban et n’acceptez pas de discuter sa stratégie économique ? Pourquoi ne pas présenter un plan clair faute de quoi le pays va droit vers le gouffre ?

Pas d’Etat avec la corruption

Et puis la corruption qui ronge les institutions étatiques.. Dans les campagnes électorales, certains fuient les réels problèmes et affichent vouloir lutter contre l’expansion perse, ou œuvrer pour préserver l’identité arabe, de quelle identité arabe parlez-vous. Vous vous  moquez du monde, la dernière rencontre d  Ligne arabe est passée inapercue…
Un Etat ne peut avancer ni perdurer avec de la corruption. Il faut prendre des décisions fermes pour le combattre et il faut passer à l’exécution sans tarder. On n’a pas besoin de dialogue là-dessus, mais de décision… Faute de quoi, Le Liban va droit vers l’effondrement

Troisième sujet : la question confessionnelle

Et puis il y a un autre problème. Nous savons que notre système est confessionnel, et nous ne voulons pas entrer dans la controverse sur la nécessité de son élimination …
Nous avons un problème que les Libanais affrontent et exige qu’on en discute sérieusement…
Tout dans le pays devient confessionnel. Dans le passé, c’était les trois plus hautes fonctions de l’Etat : la présidence, le Premier ministre et et chef du parlement…

Aujourd’hui, cela s’est propagé vers toute la fonction publique
Pas seulement. Mêmes nos ressources hydrauliques sont soumises aux critères confessionnels… chaque communauté a son fleuve. Le fleuve Litani est par exemple considéré être celui des chiites, alors qu’il traverse la moitié du Liban..
Il en sera de même pour l’hydrocarbure lorsqu’il sera extrait ; il sera partagé entre les communautés
Il s’est avéré même que l’exploration du pétrole sur terre a été abandonnée parce qu’il se trouve dans certaines zones d’une certaine communauté…
Rappelez-vous les déchets étaient devenus une question confessionnelle, lors des rencontres ministérielles et dans les médias, on laissait entendre que chaque communauté se doit de s’occuper de ses propres déchets…

Il n’y a plus de symbiose nationale

L’agriculture, et l’industrie sont-elles aussi des questions confessionnelles ?
Ceci ne nous est pas imposé par les USA, ni par les Etats arabes, ni par Israël, ceci est le travail de nos dirigeants qui n’ont pas de projet national et ne peuvent édifier leur leadership que sur la base communautaire et rien d’autre…
(…)
Nous pouvons le faire, le Liban est le pays qui sait le mieux arrondir les angles. Si nous continuons comme ça, les institutions vont d’effondrer…
Dernière recommandation pour ceux qui préparent leur discours électoraux : après le 6 mai, il y aura le 7 mai, au lendemain du scrutin legislatif, il faudra se mettre d’accord. Personne ne peut gouverner le pays seul. Il faudra trouver des compromis…

Pourquoi la Liste Espoir et Fidélité

Je m’adresse aux frères et sœurs du Hezbollah dans le caza de Zahrani.
Pour les candidatures dans tous le Liban, notre expérience a été celle de l’alliance entre le Hezbollah et Amal… dans certains cas, il n’y a pas de candidat du Hezbollah et c’est celui de Amal qui nous représente et le contraire est vrai.
Les candidats du Hezbollah à Zahrani sont ceux du mouvement Amal, à leur tête notre grand frère le chef du Parlement Nabih Berri. Il nous représente tous, dans la résistance, dans les grands défis et les grandes échéances
Comme nous lui avons accordé toute notre confiance dans la résistance en 2006 et sur nos frontières terrestres et maritimes
Aujourd’hui, je dis que le président Berri est garant sur le plan intérieur et national
Ses capacités à rassembler les Libanais en désaccord autour de la table de dialogue en 2006 a sauvé le pays d’une grande zizanie…
Lorsque vous irez voter, soyez les plus nombreux possibles : ce sera un message pour la cohabitation, d’unité d’espoir et de fidélité…

Notre message le 6 mai  à l’ennemi : nous sommes capables d’affronter tes menaces, nous n’accepterons jamais que notre dignité soit bafouée. Nous sommes les gens de cette terre. Personne ne pourra nous en arracher

FIN

https://french.almanar.com.lb/864785


 

LE HEZBOLLAH CONDAMNE L'OFFENSIVE OCCIDENTALE CONTRE LA SYRIE : "LA NATION EN SORTIRA RENFORCEE"

Le Hezbollah condamne l’offensive occidentale contre la Syrie : « la nation en sortira renforcée »

 Depuis 12 heures  14 avril 2018

hezb_offensive_occident

 Liban - Moyent-Orient

 

 

Rédaction du site

Le Hezbollah a fermement condamné la frappe occidentale contre la Syrie perpétrée à l’aube de ce samedi 14 avril.

« Cette offensive tripartite constitue une violation flagrante de la souveraineté de la Syrie et de la dignité du peuple syrien et de tous les peuples de la région », a-t-il écrit dans un communiqué publié ce samedi 14 avril.

Selon le texte, cette offensive exécutée par les Américains, les Français et les Britanniques s’inscrit dans la continuité avec la récente offensive israélienne contre l’aéroport T4 dans la province de Homs.
Et d’ajouter : « elle constitue un soutien franc et direct aux bandes de criminels et de terrorisme qu’ils ont toujours appuyées et auxquelles ils ont fourni tous les moyens de soutien matériel, politique et médiatique et avaient même intervenu pour leur prêter main forte chaque fois qu’elles étaient vaincues face à l’armée arabe syrienne  ».

Selon le Hezbollah, les causes arguées par ces trois puissances occidentales pour justifier leur offensive sont « incorrectes et irrationnelles ». En allusion à la mise en scène chimique dont les images ont été postées sur la Toile le samedi 7 avril dernier, au lendemain de l’accord conclu entre les autorités syriennes et la dernière milice dans la Ghouta, Jaïsh al-Islam.

« Elles sont fondées sur des mises en scène macabres qu’ils ont eux-mêmes commanditées, au service de leur machine de guerre criminelle et illustrent le degré d’insouciance et de dénigrement chez l’ONU, le Conseil de sécurité et la soi-disant Communauté internationale », a déploré le texte.

Toujours selon le Hezbollah, les guerres menées par les Etats-Unis contre la Syrie et contre les peuples de la région et les mouvements de résistance ne réaliseront pas leurs objectifs.
«La nation en sortira plus forte, et mieux prête à la confrontation et à la victoire », a conclu le texte du Hezbollah.

https://french.almanar.com.lb/856007


 

SAYED NASRALLAH : "ISRAËL" A COMMIS UNE ERREUR HISTORIQUE, TOUTES LES MENACES HOLLYWOODIENNES NE NOUS FERONT PAS PEUR

S.Nasrallah : Israël a commis une erreur historique, toutes les menaces hollywoodiennes ne nous feront pas peur

 Depuis 2 heures  13 avril 2018

sayed4

 Liban - Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

« Que tout le monde sache que toutes et les menaces hollywoodiennes et tweets de Trump ne feront pas peur à la Syrie, l’Iran, la Russie, les forces de la résistance ainsi qu’aux peuples de la région », c’est ce qu’a déclaré ce vendredi, le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah dans un discours électoral retransmis par la chaine AlManar.

Et d’ajouter : « les USA doivent savoir que leur guerre contre la région ne sera pas cette fois-ci contre les régimes et les armées mais face aux peuple de la région… et à un axe victorieux …».

S’agissant de la dernière agression israélienne contre la Syrie qui a couté la vie à 7 Iranien, le numéro un du Hezbollah a assuré que « les Israéliens doivent savoir qu’ils ont commis une erreur historique en bombardant l’aéroport T4 à Homs et un acte stupide majeur en entrant dans un combat direct avec l’Iran ».

Le chef du Hezbollah a également évoqué le dossier des élections législatives dans les circonscriptions de Beyrouth et Baabda.

Voici les principaux points de son discours :

Tout d’abord, je voudrais parler des circonscriptions de Beyrouth et Baabda qui inclut la banlieue sud ainsi que des développements en Syrie et de ses répercussions sur toute la région.

L’objectif de cette cérémonie est d’exprimer le soutien du Hezbollah et de la population à  la ‘liste unifiée de Beyrouth’ formée d’une alliance entre les mouvements du Hezbollah, Amal, CPL, Machari’i et plusieurs personnalités beyrouthines.

Ainsi que la liste de ‘l’entente natioanle’ à Baabda regroupant le Hezbollah, le CPL, Amal ainsi que le parti démocratique libanais.

S’agissant de Beyrouth, une partie des habitants de la capitale voit qu’il est de son droit d’être représentée au parlement grâce à cette nouvelle loi proportionnelle. La liste unifiée de Beyrouth ne vise pas à confisquer la volonté et la décision de Beyrouth, comme le prétend le courant du Futur. Les habitants de Beyrouth ont le droit d’avoir des députés au parlement. Beyrouth est différente de toutes les circonscriptions et requiert une importance vu qu’elle est la capitale du Liban qui reflète sa diversité confessionnelle… Il est logique que tous les Libanais, toutes tendances politique confondues, sont devant une réelle opportunité pour être représentés.

Au lieu de mettre la lumière sur les ‘accomplissements’ de son bloc parlementaire à Beyrouth, le courant futur a choisi de brandir le slogan de « l’identité arabe de Beyrouth face à l’identité perse » pour inciter leurs sympatisants.

L’Arabité signifie tous ceux qui parlent arabe et ne se limite pas à une race quelconque, à en croire un ministre d’un des pays du Golfe. De là, je propose (en ironisant) à la commission électorale de faire des tests de langue arabe aux candidats des listes électorales pour savoir qui est le plus arabe.

Par contre, si l’arabité veut dire se préoccuper des causes arabes et défendre les aspirations des peuples arabes dans la liberté, l’indépendance et ne pas se résigner aux forces arrogantes, je demande alors l’autre partie de quelle identité arabe vous parlez.

Est-ce l’Arabité signifie l’obédience aux forces arrogantes américaines, l’abandon du peuple palestinien, le soutien à la transaction du siècle et le mutisme face aux crimes commis à Gaza et à la reconnaissance par l’administration américaine de la ville d’AlQuds comme capitale d’Israël.

Est-ce l’arabité est celle du prince héritier saoudien qui a récemment reconnu que les gangs sionistes, venus de tout part, ont droit à un Etat sur le territoire palestinien. Il dépense des milliards de dollars pour assurer les intérêts des pays occidentaux, malgré la famine et l’analphabétisme qui frappent la région arabe.

Les Saoudiens ont mis en place une image obscure sur l’Islam, Mohammad ben Salmane a récemment révélé que les Saoudiens ont fait cela (formé des éléments wahhabites) conformément à la demande des Etats Unis pour combattre à l’époque l’union soviétique.

Ça fait trois ans que l’Arabie massacre le Yémen, elle a détruit l’Irak, la Syrie et le Liban. C’est elle qui a envoyé des milliers de Kamikazes en Irak pour le détruire, transféré des milliers de terroristes vers la Syrie, incité Israël à la guerre contre le Liban en 2006.

Beyrouth est la capitale du Liban et elle a toujours brandi le flambeau de la défense des causes arabes et de la Palestine. C’est depuis Beyrouth que la résistance a tiré ses premières balles contre l’occupation israélienne en 1982, contraignant les soldats israéliens à se retirer d’une façon humiliante de la capitale. Venez donc nous concurrencer sur la véritable arabité de Beyrouth.

Il n’est pas admissible d’inciter aux divisions confessionnelles à Beyrouth, où les mariages mixtes sont fréquents.

Avant d’évoquer un projet perse face à l’arabité, il vaut mieux que vous (courant futur) œuvrez à trouver une solution à la crise de l’achat des domiciles dont souffrent les générations beyrouthines.

La Circonscription de Baabda

Dans la circonscription de Baabda (qui regroupe la banlieue), nous appuyons la liste de l’entente nationale. Nous avons besoin de vivre cette entente, de communiquer, de dialoguer et de respecter l’autrui au niveau confessionnel et culturel. Nous sommes arrivés à un point que certains n’arrivent pas à supporter l’appellation de la banlieue sud de Beyrouth, qui désormais connote au niveau mondial la résistance, l’honneur, la persévérance…

Aujourd’hui on est le 13 avril qui coïncide avec la commémoration de la guerre civile au Liban, d’où l’importance de l’entente nationale et de la coexistence entre les différentes composantes du peuple libanais.

Lors de cette guerre, les Etats Unis ont dépêché leurs navires à la Méditerranée et proposé aux chrétiens d’être transportés vers l’Europe afin de faire du Liban une patrie alternative pour les Palestiniens.

C’est à quelques mètres de Ain Remmaneh, d’où a été déclenchée la guerre civile que j’ai rencontré le général Michel Aoun qui était chef du Courant Patriotique Libre à l’époque. Nous avons conclu avec le CPL un accord solide qui a préservé la paix interne …Nous avons besoin de telles convergences entre les forces politiques qui se partagent les mêmes objectifs au niveau stratégique. L’alliance ne signifie pas que nous nous transformions en un seul parti.

Après les législatives, il est d’une nécessité de résoudre et de minimiser les désaccords entre le CPL et le mouvement Amal d’une part et le mouvement al-Marada (dirigé par Souleiman Frangiyé) de l’autre.

Ce qui doit importer le plus les Libanais c’est de ne pas prêter l’oreille à tous les plans qui cherchent à mener le Liban vers une guerre civile. Tel a été le cas en 2006 et à la fin de 2017 lors de la démission forcée et la détention de Saad Hariri par l’Arabie saoudite. Malheureusement, certaines parties étaient alors prêtes à déclencher une guerre civile.

Ce sont eux qui ont transféré les takfiristes vers les chaines montagneuses de la Bekaa, et ont dépêché les voitures piégés dans la banlieue et à Hermel, et ce pour inciter les libanais vers une guerre civile. Ils voulaient provoquer certains Libanais pour les pousser à riposter à ces attentats en menant des actes similaires contre d’autres régions. Mais leur plan a été voué à l’échec.

La conscience des Libanais et leur entente sont capables de mettre le Liban à l’abri d’une guerre civile quelconque.

Israël a commis une erreur historique

Une grande tension règne dans la région suite à deux évènements survenus la semaine dernière en Syrie :

1-l’agression israélienne sur l’aéroport T4 qui a visé des troupes iraniennes des gardiens de la Révolution Islamique. 7 Iraniens sont tombés en martyre et plusieurs autres blessés. Israël a prémédité le meurtre des Iraniens. Il s’agit d’un  acte sans précédent depuis 7 ans. Il revient aux responsables iraniens de décider comment ils vont réagir, et je ne voudrais pas parler en leurs noms. Mais je veux dire aux Israéliens: il faut que vous sachiez que vous avez commis une erreur historique et un acte stupide majeur en entrant en confrontation avec l’Iran, qui n’est pas un petit Etat. Cette agression constitue un tournant historique. L’après frappe sera totalement différente de l’avant frappe.

Vous avez ouvert une nouvelle voie dans la confrontation…

Les Israéliens ne peuvent pas tolérer un nombre limité d’Iraniens, alors que des dizaines de milliers de miliciens d’al-Nosra et de Daesh équipés de roquettes et d’anti-chars à la frontière et à Quneitra ne constituent pas de danger pour Israël. Par contre, tous ces miliciens sont traités comme des alliés pour Israël. Ceci révèle qui est le vrai ennemi d’Israël.

https://french.almanar.com.lb/855296


 

SAYED NASRALLAH DEVOILE LE CONTENU DES MESSAGES US AU HEZBOLLAH...CERTAINS MISENT SUR UNE GUERRE ENTRE L'ARMEE ET LE HEZBOLLAH

S. Nasrallah dévoile le contenu des messages US au Hezbollah… Certains misent sur une guerre entre l’armée et le Hezbollah

 Depuis 1 heure  8 avril 2018

sayed

 Moyent-Orient - Secrétaire général du Hezbollah - Spécial notre site

 

Rédaction du site

nabatiyeh

Le numéro un du Hezbollah a expliqué durant son deuxième discours pour la campagne électorale les raisons pour lesquelles il faut participer massivement au scrutin législatif prévu le 6 mai prochain et voter en faveur de la liste électorale Espoir et Fidélité qui représente le Hezbollah et le mouvement Amal. D’autant que la loi électorale adoptée est la proportionnelle et la loi majoritaire comme cela a été le cas durant les précédentes élections libanaises.

Durant un discours prononcé via écran dans la ville de Nabatiyeh, su sud du Liban, il a longuement expliqué l’importance du parlement libanais parmi les institutions étatiques, et présenté les défis auxquels fait face le peuple libanais, aussi bien sur le plan sécuritaire que financier.

« Les menaces de guerres proférées par les dirigeants militaires israéliens ne connaissent pas de répit», a-t-il affirmé, rappelant que les convoitises israéliennes pour les richesses et les terres libanaises sont toujours d’actualité.

Sayed Nasrallah a rappelé les complots tissés contre le Liban et sa résistance, directement après le retrait israélien du Liban en l’an 2000.
Il a évoqué entre autre le fait que les responsables israéliens n’ont pas informé leurs collaborateurs libanais de la date de leur retrait. Mesure qui prévoyait selon lui que des massacres soient perpétrés contre ces collaborateurs, « comme cela se fait dans toutes les guerres »,  visiblement dans l’objectif de laisser un foyer explosif pour faire éclater la dissension entre les Libanais.

Il a parlé des messages envoyés par l’administration américaine et les promesses alléchantes qu’elle a proposées au Hezbollah, pour qu’ils mettent fin à la résistance contre Israël. Révélant que le médiateur de  l’une d’entre elle, initié par l’ex- vice-président Dick Cheney,  a été le journaliste américain d’origine libanaise Georges Nader.

Le chef de la résistance libanaise a aussi mis en garde contre des plans ourdis par des Etats du Golfe et des protagonistes libanais visant à ce que l’armée libanaise entre en conflit contre le Hezbollah.

Sayed Nasrallah s’est aussi arrêté sur le défi financier qui menace le Liban d’autant que sa dette souveraine a atteint les 80 milliards de dollars et va accuser une hausse vers 100 milliards avec les derniers prêts consentis dans le cadre de la conférence CEDRE qui a eu lieu vendredi dernier à Paris.

Il a mis en garde qu’il n’est plus permis d’élever les impôts aux classes les plus défavorisées et aux classes moyennes, pour rembourser ces prêts et menacé que le Hezbollah et le mouvement Amal vont descendre dans les rues pour les empêcher.

C’est pour cela qu’il faut participer massivement au scrutin et qu’il faut voter pour ceux qui soutiennent la résistance et ceux qui vont faire face aux mesures financières qui vont léser les Libanais, a-t-il conclu dans son discours.

Les idées principales du discours

Je voudrais adresser mes salutations au peuple palestinien de la bande de Gaza qui a manifesté par dizaines de milliers, les poitrines nues et a consenti des martyrs, je salue tous les martyrs, les blessés, les participants, les dirigeants qui ont pris cette décision courageuse et novatrice dans les moyens de la résistance pour affronter la transaction du siècle…

A l’occasion de la 4 année de la guerre contre le Yémen, de la résistance héroïque historique contre l’offensive saoudo-us, en dépit des massacres sans pitié commis et de la politique d’affamation suivie, je salue ce peuple qui résiste aussi bien militairement que par les manifestation grandioses qu’il effectue , sa direction et ses comités populaires

J’adresse mes condoléances aux Musulmans en général et au Chiites en particulier pour la célébration du martyr du septième imam des Gens de la Famille prophétique (Ahl al-Beït), l’imam Moussa al-kazem (S)…

Je m’adresse à tous les Chrétiens d’Orient et de l’Occident, pour leur souhaiter de bonnes fêtes.

Aussi et je prie Dieu pour que toutes les fêtes et les célébrations apportent avec elles les bienfaits pour les humains…

L’espoir, partie intégrante de notre culture

Revenons au slogan donné à notre liste électorale, Espoir et Fidélité. Cette appellation a été choisie volontairement. Elle désigne par le mot l’espoir en l’avenir, en la victoire,  en les réformes, en les capacités à faire face aux défis…

Ce n’est pas une illusion ni un mirage vendu aux gens. Il prend sa source dans notre culture et notre foi en la promesse de Dieu et notre pleine confiance qu’il nous soutiendra.  Lorsqu’on est avec Dieu dans tous les domaines, il vous appuiera dans tous les domaines.

Nous avons aussi foi en vous en ce peuple, en ses hommes, femmes, savants, élites,… c’est un peuple vivant, intrépide, qui défie le désespoir et à l’instar des montagnes glorieuse du Liban …

Je dis cela à la lumière des expériences qui l’ont éprouvé, face auxquelles il a consenti d’énormes sacrifices, sans s’effondrer…

L’espérance est un élément de structure de l’individu et de la société chez nous.

Il y a l’espoir en l’attente du retour du Christ qui viendra expulser tous les voleurs de tous les temples et instaurer le royaume de Dieu. Il y a  l’espoir de l’avènement de l’Imam al-Mahdi, le petit fis du prophète Mohamad (s) et sont l’avènement apportera avec lui la paix et la justice

L’espoir fait partie de notre culture, de notre éthique…

La fidélité, la gratitude aux fienfaisances

Quant à la fidélité, c’est aussi une composante de notre foi : elle est l’aboutissement des choses. Elle consiste à reconnaitre la bienfaisance qui nous a été accordée, à la remercier, à avoir de la gratitude pour son auteur…

C’est dans notre cas la fidélité à tous ceux qui consenti les sacrifices, à  tous les martyrs morts pour défendre cette terre, notre dignité,…, au sein du mouvement  Amal, du Hezbollah et dans toutes les forces nationales qui ont apporté leur contribution pour la libération.

C’est la fidélité aux martyrs de l’armée libanaise, l’armée syrienne et les factions de la résistance palestinienne, qui sont tombés pour le Liban…

C’est la fidélité aux familles des martyrs, à tous les mutilées de guerre, a ceux qui ont été blessés, à ceux qui ont été faits prisonniers et qui ont souffert dans les prisons de l’occupation…

C’est la fidélité à tous ceux qui ont été contraints de quitter leurs terres,  qui ont vécu dans l’oppression et la terreur et qui ont su résister et persévérer…

C’est la fidélité pour l’imam Moussa Sadr, pour tous nos dirigeants, cheikh Ragheb Harb, sayed Abbas Moussaoui, haj Imad Moughniyeh,…

Pourquoi nous votons

L’importance du parlement au Liban, comme je l’avais dit une fois, est qu’il est la mère de toutes les institutions étatiques et dispose de prérogatives considérables : c’est lui qui vote le président, qui nomme le Premier ministre, qui accorde la confiance au gouvernement et lui impose une motion de censure ; c’est lui qui doit donner son autorisation aux projets de loi et à toutes les décisions essentielles. Nous avons une institution constitutionnelle exceptionnelle par rapport au monde.

En votant nous mettons en place un nouveau conseil législatif. C’est pour cela qu’il fait voter. En dépend notre destin dans tous les domaines de la vie, présenté et à venir…
Oui il faut participer aux élections parlementaires…

2eme question : Pour qui voter ?

Chaque électeur devrait se poser cette question
D’aucun se contenteront de leur obédience familiale, ou clanique, ou partisane ou communautaire…
Il faut répondre différemment.

Le Parlement est fait pour légiférer et décider de l’avenir du pays : il peut le sauver, soit le pousser vers la faillite.
Je vais aborder deux dossiers qui concernent toutes les circonscriptions électorales au Liban

Les agressions israéliennes n’ont jamais cessé

Le premier, s’adresse à tous les Libanais et aux gens du Sud et de la Bekaa occidentale et de Rachaya en particulier. La première menace qui les guette est celle de l’ennemi sioniste. Nous sommes face à un ennemi qui convoite notre terre, nos richesses, notre pétrole et notre eau…

Les gens du sud ont vécu de longues années d’endurance avec cet ennemi bien avant 1948, depuis l’avènement des bandes terroristes sioniste en Palestine occupée. Les nouvelle générations au Liban doivent savoir ceci, elles n’ont pas vécu les bombardements, ni les arrestations dans les rues, ni les perquisitions des maisons, ni les vagues de déplacements forcées…

Elles vivent aujourd’hui en toute sécurité et dignité. Elles devraient être informée des épreuves vécues par leurs pères et ainés avec les sionistes : ils entraient dans les localités, prenaient d’assaut les maisons les gendarmeries, terrorisaient la population et s’attaquaient aux gens dans leurs terres,  les confisquaient parfois, sans oublier la grande invasion du Liban en 1982.

Dans tout ce dossier, à la lumière des expériences vécues, sachez que nous avons commencé par l’espoir de combattre cet ennemi

Qui a sorti les occupants de toutes les régions libanaises en 1985 puis à la libération de la bande frontalière en 2000 : si quelqu’un prétend qu’un autre facteur que la résistance armée a contribué à cette libération qu’il apporte ses preuves…
Ni la Ligue arabe, ni l’Onu, ni le Conseil de sécurité, l’UE, ni la Conférence des pays non alignés ou des pays islamiques, n’ont sorti les occupants du Liban…

Les complots tramés, avant même l’an 2000

Seuls les résistants l’ont fait, et avec eux leur base populaire, les gens et ceux qui ont été fidèles dans leur soutien à la résistance, je cite la République islamique d’Iran et la République syrienne.
Bien entendu ont contribué à cette lutte l’unité des Libanais, la complémentarité et la solidarité pendant les années 90 entre Amal et le Hezbollah

Depuis 2000, les Israéliens et par derrière les Us et toute leur alliance ont pris conscience qu’il y a une réelle force au Liban qui est la résistance, qu’elle est entrée dans la conscience des Libanais et a pu sortir l’ennemi israélien sans conditions préalables, et introduire la région dans l’ère des victoires, en imposant une nouvelle équation dans la région

Pour eux, il fallait donc se débarrasser de toute cette résistance et mettre fin à sa présence au Liban parce qu’elle forme la citadelle et l’honneur
Depuis la veille même du retrait israélien du Liban en l’an 2000, les complots ont commencé à être tramés et se sont succédé l’un après l’autre.

Les collaborateurs d’Israël, laissés comme appât

Parmi ces complots le retrait israélien sans en informer l’armée collaboratrice de Lahad et les réseaux de ses collaborateurs. Les Israéliens les ont laissés dans l’ignorance avec prémédition, tout en sachant que ils appartiennent à plusieurs communautés libanaises, chiites, sunnites, chrétiens et druzes, parce qu’ils s’attendaient, et à tort, que la résistance allait se venger des uns et des autres comme cela se passe dans toutes les guerres.

De quoi transformer la grande victoire en des obsèques. Mais nous avons vaincu ceci. Pas seulement pour des raisons partisanes et organisationnelles propre au Hezbollah ou au mouvement Amal, mais aussi grâce aux gens, à leur patience, à leur sagesses, à leur sens humanitaire. Ils ont su avorter cette tentative de zizanie. Sachant que ces collaborateurs n’avaient jamais manqué de nous infliger les pires supplices avant….

Les propositions américaines et Georges Nader

La 2ème tentative a eu lieu juste après les évènements de 11 septembre. Un médiateur américain d’origine libanaise nous a été envoyé de la part de Dick Cheney qui était le vice-président us pour nous faire des promesses alléchantes : la sécurité, nous rayer de la liste des organisations terroristes, des millions de dollars, notre entrée au pouvoir, en échangé de de renoncer à la résistance
Je vais dire le nom de ce médiateur, pour renforcer la crédibilité de cette information, parce que de nos jours, dans les scandales aux Etats-Unis, son nom a été médiatisé comme quoi il joue un rôle dans les pourparlers américains avec l’Arabie saoudite et le Qatar… : c’est le journaliste d’origine libanais et de nationalité américaine Georges Nader, j’ai commis l’erreur de ne pas avoir gardé la lettre qu’il m’avait apporté de la part des US.
En 2005, après les évènements au Liban et la sortie des forces syriennes, les US, les Français,…, tous nous ont proposé tout : tout le pouvoir, c’est-à-dire toute la part des chiites. En échange de quoi la résistance devait renoncer à son armement…

En 2006, il y a eu la guerre pour écraser la résistance et instaurer un nouveau MO
Mêmes les évènements syriens à partir de 2011, nous sommes persuadés qu’ils visent à  frapper l’axe de la résistance dans la région. Et ceci est toujours de vigueur.

 

Des plans ourdies pour une guerre entre l’armée et le Hezbollah

Permettez-mois de parler en toute transparence
Le plus dangereux de tout ce qui été comploté a été  de nous entrainer vers des luttes intestines, de faire en sorte que l’armée libanaise entre en guerre contre la résistance
En 2005, je tiens cela selon des informations bien avérées, les US avaient effectué des études  au sein de l’armée libanaise, pour savoir si son commandement et ses officiers et soldats étaient disposés sur le plan psychologique à combattre la résistance. Cette étude  s’est faite sur une base communautaire…
Ils ont trouvé que cette armée n’accepte pas ce combat. Raison pour laquelle ils ont recouru à la guerre israélienne d’autant que le changement de la doctrine de l’armée nécessitait beaucoup de temps.

En 2006, durant la guerre, certains protagonistes libanais ont œuvré pour ce choix pour frapper la résistance… J’assume la responsabilité de mes mots et nous sommes prêts pour une enquête…
Au cœur de la guerre donc, le premier ministre (Fouad Siniora, ndlr)  a donné l’ordre à l’armée libanais de confisquer les camions en provenance de la Békaa se dirigeant vers le sud et un camion a réellement été arrêté. Ils misaient sur la friction entre l’armée et la résistance…
Mais la sagesse des protagonistes a empêché cette affaire, ainsi que le rôle de certains acteurs régionaux…

Les Etats du Golfe misent toujours

En 2008, lorsque les ministres d’Amal et du Hezbollah se sont retirés du gouvernement, le cabinet restant s’était réuni pendant toute la nuit, à la demande des USA et des occidentaux,  pour en finir avec le réseau de téléphonie fixe du Hezbollah et le démanteler, par la force…
Je vous dis aujourd’hui, ce n’est pas le réseau qui était leur objectif mais de pousser l’armée et les forces de sécurité à rentrer en conflit contre  la résistance…

Aujourd’hui, je vous le dis et j’assume la responsabilité de mes propos, d’aucuns au Liban, aux USA et dans  les pays Golfe, misent toujours sur cette confrontation entre l’armée et du la résistance…

 

A SUIVRE

https://french.almanar.com.lb/847020


 

BEYROUTH : REMISE DE LA MEDAILLE D'HONNEUR AUX CASQUES BLEUS CHINOIS

 

Liban : remise de la médaille d'honneur aux casques bleus chinois à Beyrouth

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2018-04-07 à 16:16
 

Liban : remise de la médaille d'honneur aux casques bleus chinois à Beyrouth

BEYROUTH, 7 avril (Xinhua) -- Les casques bleus chinois participent au défilé libanais lors de la cérémonie de remise de médailles dans le camp du détachement du Génie au Liban dans le village de Hanniyah, du sud du Liban, le 6 avril 2018. Les 410 membres de la 16e force de maintien de la paix chinoise au Liban ont reçu vendredi la médaille d'honneur, un mois avant le transfert d'autorité au 17e contingent. (Photo : Li Liangyong)

 

    1 2 3 4 5 6 7 8  

 

http://french.xinhuanet.com/chine/2018-04/07/c_137093710_8.htm



 

"ISRAËL" MENACE, RIPOSTE CINGLANTE DU HEZBOLLAH

Le Hezbollah a réagi aux menaces d’Eizenkott

Mon Apr 2, 2018 5:39PM

Les forces spéciales du Hezbollah lors d’un défilé militaire à Beyrouth. (Photo d’archives)

Les forces spéciales du Hezbollah lors d’un défilé militaire à Beyrouth. (Photo d’archives)

Un député du parti politique du Hezbollah au Parlement libanais a réagi aux propos du chef d’état-major de l’armée israélienne qui a prévu une grande guerre contre le Hezbollah en 2018.

« Nous ne n’accordons aucune importance aux propos des Israéliens, mais je dirai brièvement que la Résistance est toujours prête à faire face à n’importe quelle sorte de folie. Le Hezbollah est plus fort que jamais », a déclaré Nawar al-Sahili en réaction du général Gadi Eizenkott, chef d’état-major de l’armée israélienne.

Lire aussi: La guerre d’Israël contre le Liban sera-t-elle une guerre psychologique ?

« Les causes qui pourraient déclencher une guerre sont beaucoup plus nombreuses que quand j’ai été nommé chef d’état-major il y a trois ans. Il est fort possible que je commande nos forces armées lors d’une grande guerre au cours des deux dernières années de mon mandat », a dit Eizenkott.

Le général israélien a estimé que le principal danger pour le régime israélien vient du front nord, soit en provenance du Liban, de la Syrie et de l’Iran et émis ouvertement des menaces en disant que la ruine que provoquera cette guerre restera longtemps dans les mémoires.

2018 : "Israël attaquera le Hezbollah"

Le chef d’état-major de l’armée israélienne le confirme : « Il y aura cette année une grande guerre contre le Hezbollah »

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/04/02/557229/Isral-menace-Hezbollah-riposte


 

UN DRONE D'ESPIONNAGE ISRAELIEN S'ECRASE AU SUD LIBAN (VIDEO)

Un drone israélien s’écrase au sud Liban. Les premiers moments en vidéos. (MG)

 Depuis 4 heures  31 mars 2018

hermes450_crash3

 Liban - Moyent-Orient

 

 

 

Rédaction du site

hermes450

Un drone d’espionnage israélien s’est écrasé au sud Liban dans la nuit de vendredi à samedi puis a été  détruit par un autre drone.

Selon la chaine de télévision Al-Manar, le premier appareil qui est de type Hermès 450 est tombé dans une zone qui se nomme Khallat Mariam, située entre les localités de Baraachit et de Beit Yahoun. Les causes du crash ne sont pas connues, a indiqué al-Manar.

« Le drone s’est abattu avec ses missiles vers 4 heures à l’aube du samedi. Après une vingtaine de minutes, un appareil similaire transportant 4 missiles a visé l’appareil en

question sur le sol libanais et l’a entièrement détruit », a ajouté le correspondant d’al-Manar.

hermes450_crash1

 

Un porte-parole de l’armée israélienne a pour sa part dit que l’appareil s’est écrasé en raison d’une défaillance technique.

Selon Al-Mayaaden TV, l’armée libanaise a récupéré les missiles tombés en même temps que le drone ainsi que les fragments restants de ce dernier.

Selon Média de guerre, tribune médiatique de la Résistance, le Hermès 450 est un drone conçu pour les opérations tactiques de longue durée. Il est utilisé par les unités de reconnaissance et de collecte des informations pour les renseignements de l’armée de l’ennemi israélien.

hermes450_crash2

 

Il peut porter des missiles de 150 kg, rester en action pendant 20 heures d’affilée à une hauteur de 18 mille pieds.  Son cout est de l’ordre de 2 millions de dollars la pièce.

 

 

https://french.almanar.com.lb/836614


 

L'ORGANISATION DE LUTTE HEZBOLLAH DANS LE CURSUS D'UNE DES PLUS PRESTIGIEUSES UNIVERSITES D'AMERIQUE DU NORD

Le Hezbollah dans un cursus d’une grande université canadienne.

 Depuis 3 heures  30 mars 2018

nachabe_article

 Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

 

Rédaction du site

Selon le chroniqueur juridique du journal libanais al-Akhbar, Omar Nachabé,  le Hezbollah en tant qu’organisation de lutte figure dans les cursus enseignés pour les étudiants en licence de l’université canadienne McGill qui se présente être l’une des plus prestigieuses universités d’Amérique du nord.

Fondée en 1821, elle procure 300 formations académiques de l’enseignement supérieur pour quelque 40 mille étudiants. L’enseignement du Hezbollah y est administré dans l’une d’entre elle, intitulée « La réforme islamique et le radicalisme au Moyen-Orient ». Elle permet aux apprenants de s’acquérir des connaissances sur l’évolution des mouvements islamiques depuis l’effondrement de l’empire ottoman. Selon M. Nachabé, le cursus est donné par deux enseignants, D. Malek Abou Saab et D. Roula Jardi .

Alors que le Hezbollah a été classifié par le gouvernement canadien comme organisation terroriste, le cursus universitaire le présente d’une façon objective,  et à aucun moment ses combattants ne sont qualifiés de terroristes.

S’expliquant pour al-Akhbar, M. Abi Saab précise que le parcours de lutte du Hezbollah qui s’illustre par la libération du sud Liban de l’occupation israélienne ressemble aux parcours de lutte qui s’étaient manifestés en Afrique du sud et au Vietnam.

Dans le premier cas, son leader historique Nelson Mandela prônait la lutte armée révolutionnaire contre le régime d’apartheid et refusait les solutions pacifiques avec lui. Il avait lui aussi été taxé de terroriste et ses militants avaient été victimes de répression.

Désigné comme étant un mouvement islamique fondamentaliste, le Hezbollah est également présenté d’une façon bien distincte des autres organisations wahhabites salafistes, qui sont, elles  qualifiées d’organisations extrémistes.

Selon Mme Jordi, la norme de cette distinction remonte au champ de l’approche philologique et de l’interprétation de la religion, visiblement bien plus exhaustive chez les fondamentalistes que chez les extrémistes. La doctrine islamique adoptée par le Hezbollah semble s’écarter de la fermeture et de la stagnation et prône l’évolution de la société à travers les décrets du Wali al-Faquih, le guide suprême.

Les cursus sur le Hezbollah sont partagés en deux parties : la première présente la doctrine à laquelle il adhère et ses prescriptions idéologiques qui le distinguent des autres organisations islamiques extrémistes. La seconde expose en détail les différentes phases qu’il a traversées depuis sa création et sa vision de la situation locale et régionale et internationale.

Le cursus évoque aussi la priorité de la question nationale dans la stratégie du Hezbollah et sa  lutte.

S’agissant des différentes phases de sa genèse, ont été répertoriées trois principales :

La première se rapporte à son action clandestine entre 1982 et 1985, au cours de laquelle il n’y avait pas de Hezbollah de point de vue organisationnel.  Les  jeunes s’étaient enrôlés au sein de la résistance islamique armée contre l’occupation israélienne du Liban. Cette phase comporte aussi l’ébauche entreprise par le Hezbollah pour déterminer la doctrine et la voie à suivre.

La deuxième phase est celle qui s’étend depuis 1985 et jusqu’à 2009, entre la première charte fondatrice du Hezbollah et la deuxième. Au cours de laquelle ont été fondées la Shourah, le secrétariat général et ont été mis au point sa structure organisationnelle, ont été distribuées les responsabilités et définies les régimes internes, financiers et militaires. C’est aussi au cours de cette étape qu’ont été créés les différentes institutions éducatives, médicales et d’autres services.

Quant à la troisième et dernière phase, elle commence par la deuxième charte du Hezbollah, laquelle introduit de nouvelles directives dont le renoncement l’Etat islamique au Liban, introduit la lutte contre les takfiristes et définit les alliances locales et la nature des relations avec les puissances internationales.

Le parcours des fondateurs du Hezbollah et leurs liens aussi bien avec l’organisation de libération de la Palestine sont également exposés, pour montrer l’attachement politique à la cause palestinienne. Sont aussi mises en valeur ses accointances avec le parti irakien al-Daawa , le mouvement libanais Amal et des groupes estudiantins de Jabal Amel au sud Liban et de Najaf en Irak, ainsi qu’avec les partis politiques de gauche au Liban.

Les livres et les directives du religieux libanais l’ayatollah Mohamad Hussein Fadlallah   et son approche moderniste sont également enseignés dans cette formation, compte tenu de l’influence qu’il a exercée sur les jeunes Libanais, dont ceux qui ont fondé le Hezbollah.

 

Traduit en résumé par notre rédaction

https://french.almanar.com.lb/835448