LIBAN

LIBAN

A LA FRONTIERE LIBANO-SYRIENNE LES TERRORISTES DE DAECH CAPITULENT FACE AU HEZBOLLAH

Le Hezbollah à Jaroud Ersal

Daech capitule face au Hezbollah à la frontière libano-syrienne

© Sputnik. Zahraa El-Amir

INTERNATIONAL

URL courte

244536620

Les premiers djihadistes commencent à rendre les armes après la décision du Hezbollah d’éliminer la menace terroriste à la frontière du Liban.

Les combattants du groupe terroriste Daech ont commencé à déposer les armes par petits groupes en Syrie, à la frontière avec le Liban, a déclaré à Sputnik une source au sein du mouvement libanais de Hezbollah.

«Les terroristes ont commencé à capituler à Qalamoun, dans la région de Zamrani, après que ce territoire est passé à portée de tir du Hezbollah», a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

Selon la source, certains terroristes sont déjà entre les mains des représentants du mouvement, les autres sont également prêts à capituler.

 

A la frontière syro-libanaise

© SPUTNIK. MOHAMMED ALAYEDDINE

L'armée libanaise promet de libérer de Daech 120 km² de frontière syrienne

Auparavant, le Hezbollah a annoncé le début d'une offensive pour déloger Daech du côté syrien de la frontière.

 

«Nous lançons l'offensive avec l'armée syrienne dans le Qalamoun ouest pour tenir la promesse faite d'éliminer le menace terroriste à la frontière» du Liban, selon les médias du Hezbollah.

En Syrie, le Hezbollah aide militairement le gouvernement face aux djihadistes.

En outre, le commandement de l'armée libanaise a annoncé ce samedi le début de l'opération militaire Aube dans les régions montagneuses visant les djihadistes de Daech retranchés à Ras Baalbek et Al-Qaa, une enclave située à la frontière avec la Syrie. Un représentant de l'armée a également indiqué que l'opération était menée en l'absence de coordination avec l'armée syrienne et le mouvement Hezbollah.

https://fr.sputniknews.com/international/201708191032704573-daech-hezbollah-capitulation/



 

LES USA VISENT A OPPOSER L'ARMEE LIBANAISE AU HEZBOLLAH

L’armée libanaise agira-t-elle contre le Hezbollah ?

Sat Aug 19, 2017 3:16PM

Un soldat de l’armée libanaise arbore le drapeau national. ©AFP

Un soldat de l’armée libanaise arbore le drapeau national. ©AFP

Alors que l’armée libanaise vient de lancer une vaste opération militaire ce samedi contre Daech sur les frontières libanaises avec la Syrie, opération qui vise à nettoyer les régions d’al-Qaa et de Ras Baalbek, les Américains préparent une nouvelle phase de confrontation avec le Hezbollah. La récente visite du Premier ministre libanais aux États-Unis, où l’intéressé a reçu aide et soutien de son hôte, s’inscrit dans le sens de ce projet. 

Le retrait des terroristes de Saraya Ahl al-Sham des hauteurs d’Ersal dans l’Est libanais a eu lieu au terme d’une difficile bataille que le Hezbollah a remportée haut la main et que l’armée libanaise est aujourd’hui sur le point de compléter. Après leur défaite, une partie des terroristes a accepté de se retirer de Wadi Hamid, mais le retrait n’a pas touché la totalité d’entre eux. L’offensive de ce samedi vise à chasser ces cellules terroristes qui risquent à chaque instant de se réactiver et de menacer la sécurité dans la zone allant de Ras Baalbek au Qalamoun. 

À Washington, Saad Hariri a promis à Trump de faire tout son possible pour « désarmer le Hezbollah ». En est-il capable ? La question n’est pas tant la capacité des uns et des autres à désarmer le Hezbollah que l’intention de Washington de passer « à l’étape supérieure » dans ses agissements contre la Résistance. 

La première étape du plan US contre le Hezbollah consiste à créer « une ceinture sécuritaire » dans le nord d’Israël qui s’étendra de Quneitra à Deraa dans le Sud syrien. Cette zone devrait accueillir une force d’élite composée de terroristes d’Ahrar al-Cham, d’al-Nosra (rebaptisé Front Fatah al-Cham), de Saraya Ahl al-Sham et de Jaysh al-Islam, lesquels se déploieront dans une vaste zone qui inclut les hauteurs du Golan occupé syrien et la province de Deraa. 

D’où d’ailleurs le déploiement des marines et des forces spéciales américaines à al-Tanf, situé dans ce fameux triangle frontalier entre la Syrie, la Jordanie et l’Irak : à l’heure qu’il est, ces forces spéciales sont sur le point de former les terroristes qui devront se battre contre le Hezbollah. Il va sans dire que la Résistance s’opposera énergiquement au déploiement de ce « Corps d’élite terroriste » sur les frontières syriennes avec Israël, ce qui a poussé les Américains à déterrer la résolution 1701 et à contraindre Hariri à exiger le désarmement du Hezbollah. 

Bien conscients des détails du plan US, certains membres de l’Alliance du 14-Mars, courant politique de Hariri, ont d’ailleurs demandé dès le retour de ce dernier de sa visite aux États-Unis la remise à l’ordre du jour de la question du désarmement du Hezbollah et surtout le renforcement de l’armée libanaise. Est-ce dans l’intérêt du Liban ? Dans la tête des stratèges américains, il s’agit surtout d’ériger l’armée libanaise en rival du Hezbollah. C’est en ce sens que l’Alliance du 14-Mars insiste pour que la sécurité d’Ersal soit assurée par l’armée et non pas par le Hezbollah. 

Désormais incapable de changer quoi que ce soit à l’équation syrienne aussi bien sur le plan militaire qu’en termes politiques, Washington cherche désormais à « briser la puissance du Hezbollah » au Liban.

Mais quelles sont les chances de succès de ce plan ? Les images diffusées à l’antenne d’Al-Manar mettant en scène le commandant en chef de l’armée libanaise, Joseph Aoun, aux côtés du président Michel Aoun n’avaient rien d’un divorce... Joseph Aoun a lancé le déclic d’une offensive antiterroriste qui ne pourrait se dérouler avec succès sans la participation effective du Hezbollah voire de l’armée syrienne. Pour Aoun, « la Résistance fait partie des forces de défense nationale » et son désarmement ne fera que mettre en danger « l’intégrité territoriale ainsi que la souveraineté » du Liban. De plus, l’armée libanaise a déjà payé le prix de sa confiance aux promesses d’aide étrangère et il n’est plus question aujourd’hui de recommencer... 

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/08/19/532244/Le-complot-antiHezbollah--Ersal



 

LE HEZBOLLAH LIBANAIS LANCE L'OFFENSIVE CONTRE DAECH DANS LE QALAMOUN OUEST

Le Hezbollah lance l’offensive contre «Daech» dans le Qalamoun ouest

La Résistance islamique du Hezbollah a annoncé, dans un communiqué, le lancement de l’opération «Mais si vous récidivez, Nous récidiverons» pour libérer les jurds du Qalamoun ouest à côté de l’armée syrienne.

«La victoire ne peut venir que d'Allah, le Puissant, le Sage» «Allah le Grand a dit vrai»

«Tenant la promesse que nous avons prononcé aux compatriotes libanais d’éradiquer la menace terroriste sur les frontières de la patrie, la Résistance islamique du Hezbollah annonce que ses combattants ont lancé l’opération «Mais si vous récidivez, Nous récidiverons» pour libérer les jurds du Qalamoun ouest des terroristes de «Daech» à côté des militaires de l’armée arabe syrienne».

Source : Relations médiatiques du Hezbollah, traduit par l’équipe du site

19-08-2017 | 10:24

https://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=24133&cid=319#.WZgsUyirRPY


 

L'ARMEE LIBANAISE LANCE L'OFFENSIVE CONTRE LES TERRORISTES DE DAECH DANS L'EST LIBANAIS

L’armée libanaise lance l’offensive contre «Daech» dans l’est du pays

L'armée libanaise a annoncé samedi le déclenchement d'une offensive contre les territoires occupée par des terroristes de l'organisation «Daech» à la frontière avec la Syrie.

L’opération baptisée «l’aube des jurds» vise les positions de «Daech» près de la ville de Ras Baalbek et al Qaa.

Le président libanais Michel Aoun est arrivé le matin au ministère de la Défense pour suivre les détails de l’opération «l’aube des jurds».

Le président a appelé le commandant du front pour saluer les militaires pour leurs efforts et a conclu «nous attendons votre victoire».

Source: Alahednews, traduit par l’équipe du site

19-08-2017 | 10:03

https://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=24132&cid=344#.WZgf8SirRPY



 

LE HEZBOLLAH CONDAMNE L'ATTENTAT DE BARCELONE ET APPELLE A PLUS DE PRESSIONS SUR LES PAYS SOUTENANT DAECH

Le Hezbollah condamne l’attentat de Barcelone et appelle à plus de pressions sur les puissances soutenant Daesh

 Depuis 2 heures  18 août 2017

Hezbollah

Drapeau du Hezbollah

 Hezbollah - Liban - Moyent-Orient - Spécial notre site

 

Le Hezbollah a condamné le crime abominable commis jeudi par le groupe terroriste Daesh à Barcelone, qui a fait des dizaines de victimes parmi les civils innocents.

Dans un communiqué publié ce vendredi, le Hezbollah a affirmé que « ce nouveau crime est une preuve supplémentaire sur la criminalité implantée par ce groupe terroriste dans l’esprit de ses éléments, influencés par sa pensée fondée sur la haine des êtres humains. Ils cherchent à tuer et détruire les propriétés des gens en se basant sur des prétextes illogiques et inacceptables par toutes les religions.

« S’en prendre aux civils et les tuer fait partie d’un plan diabolique exécuté par ces terroristes, dont l’objectif est de ternir le Jihad et l’image de l’Islam, en prétendant qu’ils agissent conformément à la religion », a fait noter le Hezbollah.

Et d’ajouter : « La propagation de ces actes terroristes dans le monde entier doit inciter tous les honorables et les libres du monde à déployer les efforts pour éradiquer ce groupe et discréditer ses idées destructrices ».

« La première étape, dans ce sens, consiste à faire pression sur les forces régionales et internationales qui fournissent soutien, protection et financement à ces terroristes, et ce, dans le but de stopper leurs actes anti-humanité », a souligné le Hezbollah.

Traduit par la rédaction à partir des ‘Relations médiatiques du Hezbollah’

https://french.almanar.com.lb/536457


 

LE HEZBOLLAH A "ISRAËL" : CES OBJETS VOUS SERONT NECESSAIRES POUR LA PROCHAINE GUERRE

Le Hezbollah aux Israéliens: «Ces objets vous seront nécessaires pour la prochaine guerre»

Dans le cadre de sa guerre psychologique contre l’ennemi sioniste, le Hezbollah a publié sur internet plusieurs images avec des inscriptions en hébreu à l'attention des Israéliens, qu'il menace directement d'une prochaine guerre.

Le Hezbollah aux Israéliens: «Ces objets vous seront nécessaires pour la prochaine guerre».

Cette initiative intervient au lendemain du discours du secrétaire général du Hezbollah, sayed Hassan Nasrallah, à l'occasion du 11ème anniversaire de la victoire de juillet 2006.

Les clichés, qui comportent des inscriptions formulées en hébreu, ont été diffusés sur les réseaux sociaux.

Le Hezbollah aux Israéliens: «Ces objets vous seront nécessaires pour la prochaine guerre».

Les activistes du Hezbollah «conseillent» entre autres aux Israéliens de s’équiper de «divers objets qui leurs seront nécessaires en raison des possibles bombardements libanais».

La campagne baptisée «Objets nécessaires pour la prochaine guerre» propose aux sionistes tout d’abord de s’équiper d’une lampe torche et de piles afin de pouvoir survivre aux pannes d’électricité dues aux roquettes tirées sur les centrales électriques israéliennes.

Le Hezbollah aux Israéliens: «Ces objets vous seront nécessaires pour la prochaine guerre».

Le Hezbollah invite aussi les Israéliens à se procurer des «calmants» afin «de garder leur sang-froid» ainsi que des chaussures de sport pour «fuir en vitesse».

Le parti libanais s'adresse enfin à l’armée israélienne avec un cliché montrant une bouée de sauvetage et la légende suivante: les «navires de guerre seront visés avec des roquettes».

Le Hezbollah aux Israéliens: «Ces objets vous seront nécessaires pour la prochaine guerre».

Dans son allocution de dimanche, sayed Nasrallah a déclaré que «toute force israélienne qui entre au Liban doit s'attendre à une défaite».

Le secrétaire général du Hezbollah s'est aussi adressé à l'administration américaine qui, «malgré tout son pouvoir», ne sera pas en mesure de «nuire à la détermination» du Hezbollah au Liban, a-t-il dit.

Source: sites web et rédaction

14-08-2017 | 14:47

https://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=24073&cid=293#.WZHSrlGrRPY


 

JURD D'ERSAL : DEPART DES BUS DELOGEANT LES TERRORISTES VERS LA SYRIE

Jurd d’Ersal : Départ des bus délogeant les miliciens des brigades Ahl al-Cham vers la Syrie

 Depuis 5 heures  14 août 2017

bus2

 Liban - Moyent-Orient

 

Les miliciens takfiristes des brigades ahl al-Cham et plusieurs réfugiés syriens ont quitté le jurd d’Ersal (Est Liban) à bord des bus et des véhicules de la Croix Rouge.

Ce convoi, composé de 40 bus et 14 voitures de la Croix Rouge, a pris le chemin vers le Jurd de Flita. Après le contrôle des listes de noms par les services de sécurité syriens, ils seront permis de se diriger vers la région de Roheiba, dans le Qalamoun est, a affirmé le correspondant d’AlManar.

carte2

Carte publiée par le média de guerre du Hezbollah montrant les zones libérées des terroristes dans le Jurd d’Ersal

Environ 400 terroristes, leurs familles et près de 3 000 autres civils étaient à bord des bus qui ont quitté Wadi Hmayed dans le jurd d’Ersal, à 10h00 du matin.

Le média de guerre du Hezbollah a affirmé que les régions de Malahi et Wadi Hmayed à l’est d’Ersal sont désormais  libérées de toute présence militaire. Et d’ajouter : certains réfugiés ont préféré rentrer à leurs villages controlés par l’Etat syrien dans le Qalamoun ouest.

Après le retrait des derniers terroristes, l’armée libanaise s’est déployée à Wadi Hmayed, AlMalahi et dans les hauteurs avoisinants.

Reste à dire que la bataille pour éradiquer Daech du jurd de Ras Baalbeck et de Qaa est désormais imminente.

 

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/530693


 

NASRALLAH APPELLE LA CLASSE POLITIQUE LIBANAISE A COORDONNER AVEC LA SYRIE POUR COMBATTRE LE TERRORISME

Sayed Nasrallah appelle la classe politique libanaise à coordonner avec la Syrie pour combattre le terrorisme

Sayed Nasrallah appelle la classe politique libanaise à coordonner avec la Syrie pour combattre le terrorisme

A l'occasion de la commémoration de la victoire de juillet 2006, le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a prononcé par vidéo-conférence, devant des milliers de partisans rassemblés à Khiyam au sud Liban, le discours suivant:

 

"Que la paix de Dieu sur vous, sur son Messager, sur sa famille et ses compagnons.

Je salue tout le monde en ce grand jour, journée dans laquelle nous commémorons notre victoire sur l'ennemi grâce à vos sacrifices. Je salue surtout les familles des martyrs et des blessés, et je salue les détenus nouvellement libérés.

Les martyrs se sont sacrifiés pour que nous vivions en toute dignité. Soyez surs que nos martyrs sont heureux de vous voir contents. De cette plaine de Khiyam, qui a connu l'une des épopées héroïques lors de la guerre de juillet 2006. C'est la bataille qui s'y est déroulé qui a décidé entre autre du résultat de cette guerre. Ce village de Khiyam est connu pour la coexistence entre musulmans et chrétiens. Quand on parle de Khiyam, nous nous rappelons aussi du centre de détention installé par l'ennemi dans le but de briser le moral de notre population. Mais les souffrances grandioses vécues par nos détenus dans cette prison ont été le facteur de la ténacité qui a vaincu l'ennemi en fin de compte.

Ce village, comme les autres du sud, ont enduré et résisté face à l'ennemi qui n'a épargné aucune force militaire pour les détruire. La population de khiyam et les habitants du sud ont réalisé la victoire ultime et ont reconstruit ce qui a été détruit par l'ennemi sioniste.

Les Israéliens appellent la plaine de Khiyam "la fournaise des merkavas". Un chef de brigade israélien assimile les tanks détruits à un troupeau d'oies dans le feu direct du Hezbollah.

En contrepartie, quelques combattants du Hezbollah ont tenu face à toute la panoplie d'armes de l'ennemi qui a dépêché de milliers de soldats pour les écraser. Nos combattants sont les véritables "hommes de Dieu" qui accueillent la mort à bras ouverts pour nous assurer une vie digne et honorable.

Les Israéliens ont baptisé cette guerre "la deuxième guerre du Liban". Cette guerre demeure vivante dans le conscient de l'ennemi qui ne rate pas l'occasion pour étudier et tirer les leçons de cette guerre.

Ils tentent de chercher un quelconque exploit mais ils reconnaissent leur défaite à ce jour, et la grande menace que pose le Hezbollah après onze ans de guerre.

L'ennemi parle sans cesse de l'accroissement des capacités militaires du Hezbollah. Sachez qu'à chaque fois qu'ils s'expriment ainsi, ils admettent leur défaite une nouvelle fois. Tout simplement parce qu'ils cherchaient à écraser le Hezbollah lors de la guerre de 2006. C'est une reconnaissance de la grande défaite et tel est le thème principal de tous les colloques de l'ennemi à Herzilia et ailleurs.

La libération de l'an 2000 a été réalisée grâce aux grands efforts et à la résistance sérieuse, tout comme lors de la guerre de 2006. Au Liban, il y a une résistance qui travaille jour et nuit, planifie ses projets et s'équipe en meilleures armes qu'elle peut acquérir. Elle dresse des plans et profite des expériences sur le terrain.

L'ennemi réalise que cette résistance est son véritable problème. Cette résistance est sincère, loyale et ne cherche pas de gains personnels ni confessionnels. Nous n'avons jamais cherché de profits matériels ni politiques. Cette résistance a dressé une liste d'objectifs nationaux et œuvre pour leur réalisation. Vous ne devez pas avoir peur d'une telle résistance. Notre résistance accroit sa force, de l'aveu de l'ennemi. Tous ceux qui ont misé sur l'écrasement de la résistance ont été déçus. Et ceux qui misent sur la défaite de l'axe de la résistance dans la région, ne sauront aussi que la déception.

Je n'envoie de messages à qui que ce soit dans l'intérieur libanais. Lorsque l'ennemi est devenu conscient que toute guerre contre le Liban, quels que soient ses objectifs, ne mérite pas le cout élevé que l'ennemi va supporter.

De là, les plus extrémistes de l'ennemi appellent à éviter toute sorte de guerre contre le Liban et à ne recourir à cette option que lorsqu'il n'y a pas d'alternative.

Cette conviction est née suite à l'expérience matérielle sur le terrain. Les Israéliens savent que la force de la résistance, ajoutée à l'armée et au peuple libanais, causeront une perte insupportable et une victoire suspectée pour leur Entité.

A travers cette équation de force libanaise, les craintes sionistes grandiront de plus en plus et ils seront ainsi dissuadés de mener une guerre contre nous.

Dans ce monde gouverné par les loups, tout le monde aura peur de nous.

Depuis un an, les Israéliens cherchent un nouvel endroit pour transporter les réservoirs d'ammoniac à Haifa. Les Israéliens nous respectent parce que nous sommes forts, nous avons la capacité de traduire en actes nos propos.

L'ennemi réalise que la guerre militaire ne saura assurer ses objectifs, pour cette raison, il a recours à d'autres moyens.

Les Israéliens misent sur la politique de Donald Trump pour durcir les sanctions sur le Hezbollah, ses partisans et ses bailleurs de fonds.

Il ne faut pas fléchir devant les sanctions financières américaines sur le Liban. Sachez que toutes les mesures US ne pourront affaiblir le Hezbollah et sa force.

Mais ceci n'empêche pas les responsables libanais de travailler ensemble pour contrecarrer les répercussions d'une telle décision.

De plus, les Américains tentent d'intimider les personnalités libanaises partisanes. Trump a dit que les Etats-Unis et le gouvernement libanais sont partenaires dans la guerre contre le terrorisme représentés par Daech et le Hezbollah.

Ce Trump ne sait pas que le Hezbollah fait partie du gouvernement, voire certains prétendent faussement que le Hezbollah contrôle le gouvernement libanais.

De plus, Trump ne sait pas que le gouvernement libanais n'a pas pris part à la guerre contre Daech, au moment où il s'exprimait devant le Premier ministre libanais.

Il a qualifié le Hezbollah de force destructrice, dangereuse et terroriste. Pour répondre brièvement à ces propos, je rappelle le discours de Trump  qui ne cessait d'accuser Obama et Clinton d'avoir créé Daech.

Trump dit que le Hezbollah est une force destructrice et dangereuse pour le projet sioniste. Le Hezbollah a réduit en cendres le projet du grand Israël en l'an 2000. Chaque jour,  l'échec de ce projet se confirme. Le Hezbollah fait partie des forces de la résistance qui a anéanti le projet du Grand Israël. Le Hebollah qui était le fer de lance lors de la guerre de juillet 2006, a détruit le projet du grand Moyen-Orient. Oui, le Hezbollah est le destructeur des projets sionistes agressifs contre les peuples et les pays de la région.

Dans tous ces projets, les administrations US et Israël sont partenaires dans l'effusion du sang et la destruction du monde arabe. Le Hezbollah est la force du Bien pour la région.

Quand les Américains se prononcent de la sorte, ils font pression sur les Libanais. Je souhaite que certains Libanais ne soient pas partenaires dans cette campagne d'intimidation dans les coulisses.

Les hauts responsables de l'Etat sont les plus concernés par cette campagne.

Les Israéliens disent qu'ils ne sont pas en mesure de faire la guerre au Liban, mais les Occidentaux brandissent la menace de la guerre sioniste contre le Liban. Comment ces deux choses riment-elles ensemble?

Quand on est fort et uni, on sera capable de réduire en miettes ces menaces. L'honneur, la ténacité et la confiance en soi sont les facteurs de la victoire du Liban. Le temps où les Israéliens menaçaient de détruire le Liban est révolu.

Les Israéliens aujourd'hui ont peur des arbres implantés par les Libanais à la frontière et portent plainte contre le Liban pour ce fait! Cet ennemi s'autorise à posséder la technologie et les armes sophistiquées et tente de nous empêcher de le faire.

Il s'autorise de mettre des engins d'espionnage sur le sol libanais et porte plainte à l'ONU si un quelconque jeune scrute de son œil au-delà de la frontière libanaise au sud. J'appelle tous les Libanais à planter des arbres partout, parce que ceci fait partie de la résistance.

Ces craintes israéliennes pour ces choses minimes montrent à quel point l'ennemi vit dans l'insécurité et dans la faiblesse morale.

Nous sommes à l'apogée de notre force quand on voit notre population en train de se promener la nuit à la ligne frontalière et de cultiver ses champs.

De juillet 2006 à juillet 2017, une nouvelle victoire s'est réalisée dans les jurd de Flita. C'est la même bataille puisque les Israéliens ont été les plus mécontents de cet exploit. Ce qui se passe en Syrie contrarient les sionistes et les Américains qui ont tant misé sur les groupes takfiris.

Ils savent que la défaite de Daech en Syrie est une victoire pour le Hezbollah, la Syrie de Bachar el-Assad et de l'Iran.

Israël aspire à la victoire de Daech et al-Nosra, pour cette raison, cette guerre est un prolongement de la guerre contre les sionistes.

Dans ces deux jours, le reste des miliciens armés se déplaceront vers la Syrie et l'armée libanaise se déploiera dans le jurd d'Arsal. Ainsi, toute la ligne de démarcation avec Daech sera libre. Les habitants d'Arsal seront ainsi capables de rentrer dans leurs champs et leurs carrières.

Nous tous, attendons la décision de l'armée libanaise sur le timing du début de l'opération de la libération du jurd libanais de Daech, pour déclencher simultanément la bataille en Syrie de l'autre côté.

Nous sommes fiers d'avoir une décision politique libre à la tête de l'Etat, une décision que n'est pas soumise aux pressions étrangères.

Que personne ne fixe de délais pour la bataille. Laissez l'armée et les combattants du Hezbollah combattre à leur guise. Mais inchallah nous serons face à une victoire décisive. C'est une question de temps.

Ces derniers jours on a assisté à des débats politiques sur la coordination entre les gouvernements libanais et syrien au sujet de la lutte contre le terrorisme. Je m'adresse à ces forces politiques: revoyez votre décision parce que le projet sur lequel vous avez misé en Syrie a échoué, ou est sur le point de s'écrouler définitivement. Lisez bien entre les lignes face aux derniers développements survenus en Syrie. Analysez les faits et prenez la décision convenable. Personne ne prendra la défense de Daech dorénavant.

L'opposition armée s'affaiblit de plus en plus. L'opposition politique en Syrie connait de véritables défaites à cause de la crise dans les pays du Golfe. Ces pays se retirent l'un après l'autre de la guerre syrienne. Les Etats-Unis négocient avec la Russie comment préserver les intérêts en Syrie.

Tout le monde traite aujourd'hui avec la Syrie à la base de la survie et du maintien du président Bachar el-Assad.

Tels sont les compte-rendu des réunions closes des adversaires de la Syrie. L'intérêt du Liban réside dans le bon voisinage avec la Syrie. Nous avons de dialoguer avec la Syrie et pas l'inverse. Ils acceptent de s'assoir avec les Israéliens à Naqoura, et refusent de se mettre à la même table avec les Syriens.

Notre intérêt réside dans les frontières ouvertes avec la Syrie, le commerce des végétaux, et l'exportation des produits industriels libanais. tous les Libanais ont besoin de la Syrie. Mettons de côté les calculs politiques et partisans et venons étudier les véritables intérêts de notre pays à tous les plans.

Nous pouvons profiter de l'expérience de la guerre de juillet. Les forces de la résistance, l'armée, le peuple étaient solidaires. Mais sur le plan politique, nous avions une lacune au niveau du gouvernement et de son président. Malgré cette brèche, nous avons déjoué les objectifs de l'agression. Figurez-vous ce que nous pouvons faire si la classe politique entière se solidarise aujourd'hui en faveur des intérêts du Liban.

A l'occasion de la victoire du Vrai sur le Faux, permettez-moi de rappeler la tragédie humaine qui a lieu au Yémen. L'Onu parle de cette plus grande crise humaine sur terre. Pour stopper cette crise, toute l'humanité doit réclamer de l'Arabie Saoudite et des Etats-Unis de lever le siège sur le Yémen et de cesser la guerre. Tous ceux qui observent le mutisme sont, à mon avis, partenaires de cette guerre.

Nous avons besoin d'un cri unifié arabo-musulman pour scander le mot véridique: cessez la guerre, levez le siège, mettez fin à la famine et allez vers la solution politique.

Nous nous rappelons aussi l'imam enlevé Sayed Moussa Sadr qui a consacré dans nos esprits la cause d'al-Qods et de la Palestine, l'imam de la coexistence, auquel nous adressons nos sincères salutations et nous lui promettons de poursuivre le chemin de ta résistance qui a porté ses fruits sur tous les champs de bataille.

13-08-2017 | 19:12

 

https://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=24062&cid=360#.WZCCSlGrRPY


 

DES MINISTRES LIBANAIS POUR LA PREMIERE FOIS EN SYRIE DEPUIS 6 ANS

Liban: des ministres en Syrie pour la première fois depuis six ans

 Depuis 3 heures  10 août 2017

haj-hassan

 Liban - Moyent-Orient

 

 

Deux ministres libanais vont se rendre la semaine prochaine à Damas pour participer à une foire commerciale et industrielle, une première visite de ce niveau depuis le début du conflit en Syrie il y a six ans.

Le ministre de l’Industrie, Hussein Hajj Hassan, a affirmé avoir reçu ainsi que le ministre de l’Agriculture, Ghazi Zoayter, une invitation pour participer à la foire internationale de Damas, qui ouvre le 16 août.

« Je vais participer à cette expo en tant que ministre de l’Industrie afin d’avoir des entretiens … Je vais en Syrie mu d’abord et principalement par ma vision de l’intérêt national du Liban », a-t-il dit aux journalistes.

« Il y a des questions qui doivent être traitées entre les deux pays dans les domaines du commerce et de l’industrie » a ajouté M. Hajj Hassan.

« Les liens entre le Liban et la Syrie existent toujours tant sur les plans politique que diplomatique. Nous avons un ambassadeur (à Damas) et ils ont aussi un ambassadeur (ici) », a-t-il souligné.

Le conflit en Syrie, déclenché en mars 2011, a profondément divisé le Liban entre partisans du pouvoir syrien, comme le Hezbollah et Amal, et ceux qui soutenaient les rebelles, comme l’actuel Premier ministre Saad Hariri.

En 2012, pour éviter une explosion au Liban, le gouvernement libanais avait décidé de se « dissocier » du conflit chez son voisin syrien, optant pour une forme de neutralité.

Plusieurs pays arabes ont rompu leurs relations avec Damas au début de la crise mais le Liban les a maintenues. Cependant les visites officielles entre les deux pays sont rares.

En novembre, Damas avait dépêché à Beyrouth son ministre pour les affaires de la présidence Mansour Azzam pour féliciter le président Michel Aoun après son élection à la magistrature suprême.

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/526678


 

AU MOYEN - ORIENT EMERGE UN NOUVEL ACTEUR POLITIQUE A LA REDOUTABLE PUISSANCE MILITAIRE : LE HEZBOLLAH

L'émergence d'un facteur "Hezbollah" au Moyen-Orient

Wed Aug 9, 2017 6:2PM

Cette photo prise le 29 juillet 2017 montre un combattant du Hezbollah à Wadi al-Kheil, à la frontière libano-syrienne. ©AP

Cette photo prise le 29 juillet 2017 montre un combattant du Hezbollah à Wadi al-Kheil, à la frontière libano-syrienne. ©AP

The Hill, revue électronique liée au Congrès américain, fait publier un article où il reconnaît « l’émergence d’un facteur Hezbollah » dans la région stratégique de l’Asie de l’Ouest. 

« L’émergence du Hezbollah à titre de puissance régionale s’est fait malgré bien des contraintes : la résolution 1701 du Conseil de sécurité, votée en 2006, visait à affaiblir ce mouvement, à préparer le terrain à son désarmement, mais le voilà bien renforcé au point de devenir une puissance régionale », écrit The Hill

Le Conseil de sécurité a voté la résolution 1701 en août 2006 au terme d’une guerre israélo-libanaise qui a duré 33 jours. Israël a réussi à réduire en cendres une grande partie du sud du Liban sans pouvoir pour autant vaincre le Hezbollah. « À l’heure qu’il est, les forces intérimaires onusiennes sont déployées depuis les frontières libano-israéliennes jusqu’au fleuve du Litani dans le nord du Liban. Leur mission consiste à empêcher toute confrontation de part et d’autre bien qu’il arrive assez souvent aux Israéliens de transgresser le cessez-le-feu et de violer l’intégrité territoriale ou aérienne du Liban », ajoute le site avant de se lancer dans l’analyse des capacités croissantes du Hezbollah. 

« La géopolitique du Moyen-Orient telle qu’elle est définie aujourd’hui, fait du Hezbollah un des principaux acteurs de la guerre en Syrie et l’une des forces à la fois politique et militaire au Liban. La puissance du Hezbollah n’est plus ce qu’elle était en 2006 : Israël dit craindre quelque 130 000 roquettes et missiles du mouvement qui a changé d’essence en 11 ans ».

Pour The Hill, le Hezbollah a permis le maintien au pouvoir du président Assad, car de l’aveu même des « rebelles », le Hezbollah a fait capoter à plus d’une reprise « les plans visant à renverser Assad » en changeant la donne des batailles.

Réticent au début, le gouvernement libanais a fini par accepter l’existence des arsenaux du Hezbollah et il s’en est même conformé en envoyant l’armée libanaise combattre le Front al-Nosra à Ersal, aux côtés du Hezbollah. C’est dire à quel point le Hezbollah est devenu incontournable aussi bien au Liban qu’au Moyen-Orient. The Hill évoque à titre d’exemple « le soutien vibrant du président chrétien Michel Aoun au Hezbollah ».

La revue du Congrès américain rappelle aussi le Yémen comme « une autre scène où se manifeste le Hezbollah dans toute sa puissance » : les conseillers militaires du Hezbollah appuient les houthis au grand dam de Riyad qui mène depuis 2015 une intervention militaire au Yémen.

The Hill conclut : " La résolution 1701 du Conseil de sécurité n’a jamais été appliquée. Si elle l’avait été, le Hezbollah n’en serait peut-être pas là où il est aujourd’hui. Le monde devrait se rendre à l’évidence : le Moyen-Orient assiste à l’émergence d’un nouvel acteur politique à la redoutable puissance militaire. "

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/08/09/531246/Lmergence-dun-facteur-Hezbollah-au-MoyenOrient