LA STRUCTURE DE DAESH AU LIBAN ET AU QALAMOUN

 
Le quotidien Assafir a révélé dernièrement que les services de sécurité, notamment la Sûreté générale, ont réussi à élaborer un schéma quasi complet, concernant le mode d'action de «Daech» dans le Qalamoun et le Jurd de Ersal arrivant à certaines régions libanaises. Pourtant, l'organisation terroriste n'avait pas dévoilé de structure officielle, vu sa récente mise en place et son mode d'action clandestin.

Les zones contrôlées par «Daech»


Selon Assafir, les zones contrôlées par «Daech» s'étendent tout au long des lignes de démarcation avec «Al-Nosra» (branche d'Al-Qaeda en Syrie), dans le Jurd de Ersal vers la profondeur syrienne. Ces zones englobent notamment le passage Cheikh Ali et Jarajir (vers Flita), un passage pris récemment par le Hezbollah), et les passages de Martbaya et Zamarani (à la frontière de Jarajir - Qarra), et Wadi Mira (entre Qarra et Breije dans l'intérieur syrien).

 

Toujours selon l'article publié par Asssafir, «Daech» contrôle une partie du jurd de Ersal, allant de Serj Ajram vers le nord-est, arrivant à Qornet Chaabet el-Qadi à la frontière libano-syrienne, ainsi que la colline Baakour dans le jurd de Ras-Baalbek, passant par Mrah Moukhayrimeh, dans Ras-Baalbek arrivant à Kalaat Maalef et Horta à la frontière du jurd de Ras-Baalbek et de Qaa.
Et Assafir de préciser que la localité de Kherbet Damina à Ras-Baalbak et de Kherbet Baayoun sur les hauteurs de Wadi Baayoun dans le jurd de Qaa, constituent la ligne de démarcation entre «Daech» et le Hezbollah, dans la mesure où la zone d'action de l'organisation terroriste arrive à Jablé à la frontière du jurd de Breije et de Rheibe dans le nord de Qarra du jurd syrien.
Quant à la ligne de démarcation entre «Daech» et l'armée libanaise, elle s'étend des hauteurs du poste militaire Al-Hosn à la périphérie de Ersal, passant par Wadi Hmeid et celle de Massiada dans l'ouest, arrivant à la colline de Baakour dans le jurd de Ras-Baalbek et de kherbet Damina dans le jurd de Qaa.
On évoque de même des lignes de démarcation entre «Daech» et l'armée Al-Fateh dans le jurd des deux villages de Qarra et de Jarajir dans le Qalamoun ouest, sachant que le front «Al-Nosra» avait pris le contrôle, dans les derniers mois, des postes de «Daech» dans les localités de Ajram, Jebbé et Maarra.
Le quotidien Assafir a dans le même contexte révélé que les effectifs de «Daech» dans le jurd de Qalamoun sont estimés à 800 miliciens, dont 160 cadres dogmatiques et 40 kamikazes.
Selon les informations aux mains des forces de l'ordre, «Daech» aurait envoyé environ 400 miliciens de Reqqa vers le Qalamoun, près de la frontière libanaise, dans une tentative de prendre le terrain du front Al-Nosra, à la lumière des frappes assénées à ce front, sachant que Daech misait aussi sur les allégeances, prêtées par des membres d'Al-Nosra.
D'après Assafir, «Daech» avait mandaté le surnommé Abou Ayoub l'Irakien ou le soi-disant gouverneur de l'Emirat de Damas, expert en matière d'explosifs, de venir de Tadmor à Qalamoun. Cet homme a été chargé, en coopération avec l'émir du Qalamoun, Omar Seif Jazraoui (Abou Sayyaf), de diriger la bataille de Qalamoun et du jurd de Ersal, de tenter de récupérer les régions perdues par Al-Nosra, et d'exercer des pressions sur le Hezbollah et l'armée libanaise dans le Qaa et Ras-Baalbek. On rapporte de même que cet homme a participé à la dernière offensive qui a coûté à «Daech» 20 de ses membres, dont les corps de 14 parmi eux sont encore aux mains du Hezbollah.
Citant des experts, Assafir a rapporté que la nomination de Jazraoui comme émir de Qalamoun était un choix intelligeant, puisque la Brigade Verte qu'il présidait dans le passé était postée dans cette région. Jazraoui était un combattant en Afghanistan et expérimenté dans les combats et la manipulation des explosifs. Rappelons que la Brigade verte regroupait un bon nombre de kamikazes. Ses membres avaient perpétré des attaques suicides contre les barrages des armées, syrienne et libanaise, dans le Qalamoun.

Les ambitions de «Daech» au Liban

Assafir a expliqué que selon les instructions émises par «l'émir de Daech», Abou Bakr Baghdadi, l'organisation tente de créer un environnement propice à son action dans les milieux sunnites du Liban, en présentant cette communauté comme victime de «l'injustice et des tentatives du Hezbollah de briser sa volonté à Saida, Tripoli et Ersal !».
En plus, l'organisation considère que sa réussite dans la mise en place de l'Emirat de Qalamoun, pourrait lui paver la voie de l'extension sur le territoire libanais (Ersal, puis Ras-Baalbek, Qaa, Hermel et Akkar, arrivant à Tripoli), dans le but de parvenir à la côte méditerranéenne, ce passage maritime stratégique pour l'organisation».


La carte du déploiement des milices de «Daech»

Assafir a indiqué que «Daech» a établi une structure militaire consistante dans le Qalamoun ouest, ce qui permettrait à l'organisation d'étendre son champ d'action pour communiquer avec ses autres groupes déployés dans le rif de Damas.
Et le quotidien de préciser que l'objectif stratégique de l'organisation consiste à couper la voie aux convois du Hezbollah allant et venant de la Syrie et aussi à entraver la route des convois d'armes venant au parti par voie terrestre via la frontière irako-syrienne et plus tard la voie terrestre entre le Qalamoun et la côte nord de la Syrie (les ports de Banias, de Tartous et de Latakieh).
On indique par ailleurs que les adversaires de «Daech» tentent de sonder ses véritables intentions et ses priorités en Syrie ainsi que la place qu'occupe le Liban dans ses projets à l'heure actuelle. On tente aussi de comprendre la vérité des rumeurs selon lesquelles l'organisation aurait l'intention de braver les règles du jeu en prenant le contrôle du centre de la Syrie (gouvernorat de Homs), avec les répercussions d'un tel fait sur l'Anti-Liban arrivant à Ersal, Ras-Baalbak et Qaa ainsi que sur le Liban nord.
0n évoque aussi des informations surprenantes sur des sessions d'entrainement aux combats, organisées par «Daech», avec le lancement de la dernière étape de la bataille du Qalamoun ouest. Des entraînements qui ont eu lieu dans la vallée de Mira et auxquels ont participé plus de 100 combattants vêtus d'un uniforme différent de celui de leurs homologues.

La structure de l'organisation

L'article publié dans Assafir s'est attardé sur la structure organisationnelle de «Daech» dans la région de Qalamoun.
Cette structure est de la sorte :
-l'émir de la province de Qalamoun : le Saoudien Omar Seif Jazraoui (Abou Sayyaf). Il était le chef de la Brigade verte, avant de prêter allégeance à «Daech». Cet homme reçoit les ordres de l'émir de la province du Levant, Abou Ayyoub l'Irakien (on estime que Saja Douleimi, détenue par la Sûreté Générale, et épouse de Baghdadi, serait sa sœur).
- L'émir militaire de la province de Qalamoun : Le Syrien Mouaffak Jarban (Abou el-Sous). Cet homme dirigeait dans le passé les brigades el-Farouk avant de rejoindre les rangs de Daech.
- L'émir de la région de Zamarani-Jarajir : l'Irakien Abou Balkis Adnani. Cet homme était le chef de Daech à Qalamoun avant l'arrivée d'Abou Seif Jazraoui.
- L'émir du tribunal religieux : cheikh Nabil Abou Mahrous
- L'émir religieux : Abou Dajana le Palestinien (de nationalité suisse.
-l'émir des régions de Ras-Baalbek et de Qaa : Abou Ibrahim el-Ansari
-l'émir de Qara : Abou Dergham Qarri.
-Le coordonnateur entre «Daech» au Qalamoun et le Liban nord : Abdul Rahman Noumeiri (Abou Dajana)
-l'émir des régions de Ersal, de Breije, de Jousssieh, d'Abboudieh et de la Brigade 67 : cheikh Ahmad Youssef Amoune, surnommé Abou Youssef.
- Le responsable financier : Abou Zoubeir
- Le responsable administratif : Mohammad el-Ghawi
- Le responsable sécuritaire : Le Syrien Hussein Hammoud Al-Ali, surnommé Abou Bakr el-Reqqa.
- Le responsable médiatique : Abou el-Ward

Source : Assafir

 

20-06-2015 | 11:32
 
 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau