LE HEZBOLLAH EST SI PUISSANT QU'IL PEUT REPOUSSER SEUL L'ENNEMI SAOUD

 

Commentant les derniers développements survenus sur la scène libanaise, le secrétaire général du Hezbollah sayed Hassan Nasrallah est intervenu pendant une heure en direct sur la chaine de télévision alManar. Voici les idées principales de son discours:

«Que la paix de Dieu soit sur vous. Je voudrais au début féliciter et sympathiser avec les familles du nouveau convoi de martyrs héroïques, dont le commandant martyr Ali Fayyad ou Alaa. Ils sont tombés en martyre dans les combats contre les terroristes de Daech, alors que l'armée ouvrait la route de Khanasser menant à Alep. Je parlerai dans les jours à venir en détails du martyr Alaa.

Je vais m'attarder sur les derniers développements survenus au Liban, suite à l'annonce par l'Arabie Saoudite de la suspension de son aide militaire à l'armée libanaise. Depuis cette date, nous avons assisté à une forte campagne d'intimidation, une escalade médiatique et politique tant sur la scène intérieure et régionale. Ceci a entrainé le Liban dans une situation de craintes très grandes. Des rumeurs ont circulé et des médias saoudiens ont diffusé des programmes télévisés offensants à notre égard. Des jeunes sont descendus dans les rues pour protester contre ces programmes.

Je vais parler du climat politique dans le pays, du programme de la MBC et des réactions, et de la nature de notre relation avec l'Arabie Saoudite.

L'Arabie a suspendu son don à l'armée. Le camp du 14 mars s'est lancé dans une escalade médiatique et politique. Des communiqués dont les auteurs sont inconnus ont circulé sur la scène interne pour provoquer une division entre sunnites et chiites.

De plus, l'Arabie a interdit à ses ressortissants de voyager au Liban. Elle a avancé des raisons sécuritaires, pourtant la situation sécuritaire est calme et c'est l'Arabie qui fut derrière la suspension des aides à l'armée.

Des rumeurs ont circulé sur des affrontements ici et là dans le pays. Mais ces rumeurs étaient mensongères.

Les protestations des jeunes qui ont manifesté contre les programmes de la MBC ont augmenté le sentiment de la peur chez la population.

Pour le Hezbollah, je le dis clairement: nous demeurons toujours forts, et nous sommes dans la meilleure situation que dans les cinq dernières années. Nous sommes soucieux pour la sécurité du Liban. Nous ne nous préparons pas pour un nouveau 7 mai, ni pour une nouvelle descente des "chemises noires". Le Liban n'est pas au bord d'une guerre civile. Tout est de l'intimidation. Nous n'avons aucune intention pour entrainer le pays dans l'insécurité. Nous avons dit dès le début de mettre le Liban à l'abri des conflits.

Certains ont menacé de renverser la table contre le Hezbollah. Qu'attendez-vous alors? Je dis à nos partisans: Faites la sourde oreille à toutes ces provocations. Cette politique se poursuit depuis 2005.

Toutefois je ne peux rassurer la population quant aux intentions de l'autre partie.

Pour nous, le maintien du gouvernement est une responsabilité nationale. C'est votre gouvernement et non pas le nôtre. Ceci reflète la faiblesse et la confusion de l'autre camp.

Nous sommes pour un dialogue national et nous y trouvons un intérêt patriotique. Certaines forces politiques libanaises ne veulent pas d'élections municipales à la date prévue. Nous avons déjà dit que nous soutenons la tenue de ce scrutin. Peut-être que ces forces cherchent à déstabiliser la situation dans le pays pour dire que le climat dans le pays n'est pas propice pour la tenue des élections.

Bref, j'appelle les gens au calme. Il n'y a que de discours politiques violents.

Je passe au programme de la MBC et des réactions: quand des médias ont recours à cette forme vile de la bataille politique, ceci reflète leur faiblesse et leur désarroi. Vous pouvez mener une bataille efficace avec nous, mais cette façon de tourner en dérision les dirigeants du Hezbollah est un signe d'impuissance.

Venez débattre par la raison et la logique.

Quant au mouvement de protestation qui a éclaté dans les rues: c'est une réaction spontanée de la part des jeunes qui affichent leur sympathie avec nous. Mais cette façon de s'exprimer est inconvenable. Quand on coupe les routes, on nuit à la population et non pas à la MBC. Cette protestation a provoqué les craintes des gens. On ne doit se faire tirer dessus.

Je vous le dis clairement: nul besoin de descendre dans les rues et je vous interdis de le faire. Nous devons opter pour des réactions raisonnables. Israël cherche la division entre sunnites et chiites au Liban, tout comme l'Arabie Saoudite qui œuvre pour cette division partout dans le monde.

La situation est délicate dans le pays. Tout mouvement pouvant avoir des répercussions sur le pays est à éviter. Le régime saoudien a tué cheikh Nimr Nimr pour provoquer la division sunnite-chiite. Lorsque le Hezbollah prend la décision de vous appeler à descendre dans les rues, je vous lancerai cet appel en direct à la télévision.

J'appelle les responsables locaux à rassembler les jeunes qui sont descendus dans les rues pour leur expliquer la dangerosité de ces manifestations dans les rues.

Au sujet des slogans qui ont été scandés ou ceux figurant sur les pages de socialisation: on m'a rapporté que dans certaines régions, on a porté atteinte aux propres personnes de grands dignitaires islamiques. Ceci est un pêché, et la fatwa de Sayed Ali Khamenei interdit ce discours et ce langage.

Sachez que ces insultes constituent la matière première qui alimente la division voulue par Israël et l'Arabie Saoudite. Ces insultes nuisent à la résistance et servent nos ennemis. Nous devons empêcher les gens qui tiennent un discours pareil. Pour défendre le Vrai, il n'est pas permis de commettre des pêchés.

Il y a quelques jours, des médias ont rapporté que le Mossad israélien a recruté des jeunes qui parlent l'Arabe et l'anglais dans le but d'attiser les divisions entre sunnites et chiites sur les pages de socialisation. Cet espace virtuel est très dangereux et nous devons faire preuve d'une haute moralité. Les hadiths et le Coran nous prohibent de tenir des propos offensifs. Nous devons être tous responsables face à ces discours.

Je passe au problème avec l'Arabie Saoudite: le 29/12/2013, on a annoncé depuis le palais présidentiel une aide saoudienne à l'armée libanaise. En février dernier, l'Arabie a suspendu ces dons. Tout le monde sait que depuis la mort du roi Abdallah ben Abdel Aziz, ce dossier d'aides a été suspendu.

Ils ont exploité le problème avec le Hezbollah pour choisir le timing de l'annonce de la suspension de l'aide saoudienne et imputer la responsabilité au Hezbollah. Toutes les données confirment cette idée.

L'Arabie Saoudite a adopté des mesures et a menacé de prendre de nouvelles sanctions. Ils ont parlé de la suspension de vols au Liban, de la réduction du niveau de la représentation diplomatique, voire de l'expulsion de Libanais vivant en Arabie. Aucune partie officielle saoudienne n'a fait cette annonce. Certaines forces libanaises souhaiteraient peut-être une "tempête décisive" au Liban, comme si celle du Yémen a réalisé ses objectifs.

Ils ont parlé de l'arabisme du Liban et de son identité arabe. Qu'est-ce qui a changé depuis six mois? Mais heureusement nous avons entendu ces derniers jours des responsables qui défendent l'arabisme du Liban et dont on ne s'attendait jamais à de tels propos de leur part. Ceci est très positif et nous nous réjouissons de ces positions.

Le ministre libanais des Affaires étrangères Gibran Bassil n'a cessé de condamner l'attaque contre l'ambassade saoudienne en Iran. Le problème réel réside dans les tentatives saoudiennes de séparer le Hezbollah de ses alliés. Je vous le dis clairement à nos alliés: Mettez-vous de côté. Le Hezbollah est tellement puissant qu'il peut repousser seul ces menaces saoudiennes.

Nous sommes sur le vrai chemin, et nous resterons forts dans cette grande bataille décisive pour la région. Le problème concerne le Hezbollah. On demande au gouvernement, aux forces politiques libanais et au peuple libanais de faire face au Hezbollah pour le pousser à changer sa position envers l'Arabie Saoudite. Peu importe aux Saoudiens qu'une guerre civile éclate au Liban pour obtenir cet objectif.

Les Libanais soucieux pour la paix civile ne doivent pas entrainer le pays dans une nouvelle guerre. L'Arabie Saoudite est courroucée du Hezbollah. Elle l'est d'ailleurs depuis 2005, ceci n'est pas nouveau: diffamation, guerre psychologique, action sécuritaire, travail de renseignements, falsification des faits. Les Saoudiens n'ont rien épargné pour parvenir à leur objectif.

Malgré tout, nous n'avons pas ouvert le dossier interne saoudien. Lorsque les chars saoudiens ont écrasé les manifestants pacifiques à Bahrein, nous avons juste critiqué cette intervention. Nous n'avons point cessé d'appeler au dialogue. Joe Biden a lui-même affirmé que l'Arabie Saoudite a dépensé des milliards de dollars en Syrie. Depuis 2003, les Saoudiens ont financé les explosions et attentats aux voitures piégées en Irak et au Liban, et nous sommes restés silencieux malgré tout.

La guerre directe au Yémen nous a poussés à lever la voix face aux massacres quotidiens commis contre la population yéménite. Celui qui décide de se taire, il est libre dans son choix. Mais nous, du point de vue religieux, moral, humain, nous n'avons pas pu nous taire face aux massacres saoudiens au Yémen.

Nous ne pouvons pas nous taire. Ceci n'est pas correct ni pour ce monde ici-bas, ni pour l'au-delà. Les Saoudiens pensent avoir le droit de massacrer, d'insulter le monde entier, de s'assoir avec Israël … et personne n'a le droit de s'exprimer.

Tel est notre crime, et nous en sommes fiers.

Je le dis ouvertement: Le discours survenu au lendemain de la guerre saoudienne déclenchée contre le Yémen est le meilleur acte que j'ai fait de toute ma vie! Parce que ce peuple yéménite est abandonné à son sort, opprimé, délaissé par le monde entier. Et si on appartient vraiment à la religion du Prophète Mohammad, nous devons rejeter clairement cette offensive pour ne pas donner de légitimité à cette guerre. Se taire face aux exactions saoudiennes signifie donner le feu vert à ce régime de commettre plus de meurtres.

Nous devons avoir le courage nécessaire pour dire la vérité dans ce monde où tout s'achète par l'argent. L'Arabie Saoudite cherche à nous faire taire en poussant le peuple libanais à se révolter contre le Hezbollah. On ne peut plus nous taire face à cette réalité.

L'Arabie Saoudite a-t-elle le droit de sanctionner le Liban en entier et son armée parce qu'un certain parti libanais s'y oppose?

Les Libanais vivant dans les pays du Golfe et qui soutiennent le Hezbollah ont déjà été expulsés. L'Arabie Saoudite n'a pas le droit de se comporter de la sorte. Faites ce que bon vous semble avec nous, le Hezbollah. Laissez les gens et l'Etat de côté.

Nous allons poursuivre cette affaire dans les jours qui viennent. Que la paix de Dieu soit sur vous.  

Source : French.alahednews

 


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau