LE LEADER DU HEZBOLLAH, SAYYED NASRALLAH ANNONCE LA VICTOIRE

 
 
Le secrétaire général du Hezbollah sayyed Hassan Nasrallah a fixé, lors de son discours mardi le 5 mai, le point de départ de la bataille du Qalamoune «suite à la fonte de la neige». Le Leader du Hezbollah n'a pas émis d'espoirs ni de prévisions. Il a gardé des détails en secrets, au sujet de l'opération, du nombre des forces qui y participeraient, et de sa portée géographique et temporelle.

Sayyed Nasrallah a ainsi brisé «la guerre psychologique» menée par l'alliance saoudo- turco-Sayed Nasrallah annonce aujourd’hui la victoire qatarie, soutenue par les USA. Cette guerre voulait diffuser que «tout est fini suite à la défaite d'Idleb et du pont Al-Choughour».

Sayyed Nasrallah annoncera samedi la victoire. Il expliquera sa portée stratégique et mentionnera quelques détails sur le terrain. De plus, il assurera que la Résistance et l'armée syrienne possèdent la capacité de réaliser leurs objectifs.

En premier lieu, la Résistance a épargné le danger qui menaçait le sud durant l'opération d'al-Qoneïtra. Aujourd'hui, elle procède de la même façon pour éliminer les terroristes dans la chaîne montagneuse de l'est. Sayyed Nasrallah affirmera la poursuite des affrontements jusqu'à la défaite des terroristes, et insistera sur l'unité entre les alliés de l'axe de la Résistance.

Sur le terrain, c'est une bataille «propre» au sens militaire. Malgré sa localisation dans un milieu immense aux frontières avec les villages libanais, elle s'est déroulée dans une durée plus courte que prévu. Sachant que les affrontements passent par la route internationale Damas - Homs et s'étendent du nord de Homs jusqu'aux extrémités de la Ghouta de Damas ouest au sud, une région qui constitue une voie d'approvisionnement par rapport aux terroristes entre le Liban et la Syrie.

D'autre part, les pertes du Hezbollah étaient moins que prévu. Dix combattants sont tombés en martyre, au temps où tous les groupes terroristes s'étaient rapidement effondrés, essentiellement le «Front d'al-Nosra» avec «l'armée d'al-Fateh» et les restes de «l'armée libre» et des «factions du Qalamoun».

La bataille actuelle se base sur la poursuite des bandes terroristes là où elles sont déployées, pour les éloigner de la région. En parallèle, la résistance passera à la fixation des points dans les zones conquises (Assal-al-Ward, Ras-al-Maarra, et autres collines et positions). C'est parce que le Hezbollah a pris le contrôle de presque la moitié du Qalamoune.

En effet, ce qui importe le plus dans la superficie conquise c'est qu'elle comprend ce qu'on appelle «les collines dominantes», surtout la colline de Talat Moussa d'une hauteur de 2.580 m, et la montagne al-Barouh haute de 2.460 m.

Cette victoire est d'une très grande importance. «Israël» serait le premier à avoir pris conscience de cette victoire. Le service de détection de la Résistance a capté des signes très significatifs concernant l'intérêt israélien envers cette bataille. Le drapeau du Hezbollah planté sur la colline de Talat Moussa était observé par les jumelles depuis «Tel-Aviv». Des israéliens estiment que cette opération géante, hautement coordonnée entre plusieurs secteurs militaires et ayant fait appel aux différents types d'armes, est un entrainement stratégique pour une bataille probable dans la Galilée. Cette bataille du Qalamoun comprenait la coupure des routes, l'installation des pièges, l'infiltration, l'assimilation de deux types de combat, celui des guerres de guérillas et les combats classiques, le tout, dans un terrain très sinueux et fortifié.

Sur le plan intérieur, cet exploit rapide sur le terrain importe sur de nombreux plans :
- La protection des villages libanais en face du théâtre des opérations militaires au Qalamoune, et l'éloignement du danger des terroristes.
- Eloigner le danger des roquettes des villages libanais, surtout à la Békaa.
- Conforter les forces militaires libanaises, et leur permettre de se déplacer aux frontières entre le Liban et la Syrie.
- Le contrôle par la force du feu de tout le jurd d'Ersal, ce qui complique toute infiltration vers ou hors la ville. Aucun endroit ou passage n'est en sécurité entre Ersal et l'intérieur syrien.
- Le siège du Zabadani et son isolation du Qalamoune.
- Cet exploit a éliminé tout danger possible sur la route stratégique : Beyrouth - Damas.
- Il a procuré une protection postérieure à la capitale syrienne.

En plus, le Hezbollah considère «que l'importance de la victoire au Qalamoune est égale à celle du Qusayr, et peut-être plus. Le Qalamoune achève le premier exploit, et cette victoire intervient suite à l'offensive saoudienne contre le Yémen, et à la formation de l'alliance saoudo - turco - qatarie contre la Syrie.

Certains assurent que la Bataille du Qalamoune est initialement terminée, sur le plan de l'amélioration et du renforcement de la situation. Les conséquences influenceront les équilibres de force sur le terrain en Syrie. Les prochains jours feraient voir effectivement ces résultats.

Article paru par dans le quotidien libanais Assafir, traduit par l'équipe du site
16-05-2015 | 10:30
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau