LES PROCHAINS MIGRANTS EN EUROPE VIENDRAIENT DU LIBAN

 

Le commissaire à l'Élargissement de l'UE, Johannes Hahn, a estimé samedi que «la prochaine grande vague» de migrants en Europe pourrait venir du Liban, un «Etat fragile» où la situation est «dramatique», dans un entretien au quotidien allemand Die Welt.

«Les développements au Liban m'inquiètent. La situation y est en partie dramatique», a déclaré M. Hahn au journal conservateur. «C'est de là que pourrait venir la prochaine vague de réfugiés», a-t-il affirmé, alors que 1,2 million de Syriens ont trouvé refuge auLa prochaine vague de migrants en Europe pourrait venir du Liban. Liban, soit le quart de la population, dans des conditions précaires.

«Ce pays a toujours été l'Etat le plus fragile de la région», a-t-il encore estimé, insistant sur «l'instabilité de la situation politique» libanaise. «Il y a également un taux de chômage important (autour de 20%, ndlr) et une dette publique exorbitante. C'est un mélange dangereux», a-t-il prévenu.

Pour freiner l'afflux de migrants vers l'Europe, l'UE, qui fait face à la pire crise migratoire depuis 1945, veut aider financièrement des pays voisins de la Syrie (Liban, Jordanie et Turquie), parfois submergés, à mieux accueillir les réfugiés.

Les 28 Etats membres de l'UE sont ainsi convenus mercredi de mobiliser au moins un milliard d'euros supplémentaires pour les agences de l'ONU venant en aide aux réfugiés dans les pays voisins de la Syrie. Ils vont aussi assister le Liban, la Jordanie et la Turquie ainsi que d'autres pays au travers d'un fonds régional.

La population libanaise est en train d'être remplacée

Dans le même contexte, le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a estimé samedi que la population libanaise est en train d'être remplacée par d'autres populations dans son propre pays.

«Un processus de remplacement s'est déclenché au Liban, substituant la population libanaise aux peuples syriens, palestiniens et autres», a indiqué M. Bassil lors d'une rencontre avec la diaspora libanaise organisée par The Lebanon-American Club à Danbury, dans le Connecticut.

«Les réfugiés syriens partent pour l'Europe parce que les pays comme le Liban sont dans l'incapacité d'en accueillir plus. Et lorsque l'Europe sera dans l'incapacité d'accueillir ce flot, ils se dirigeront vers les États-Unis», prévient le chef de la diplomatie libanaise.

Le Premier ministre libanais, Tammam Salam, et M. Bassil sont à New York dans le cadre de l'Assemblée générale de l'ONU.

Source: divers et rédaction

 

26-09-2015 | 15:35
 
 
 

 

 
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau